Navigation – Plan du site
Études

Herodotus on Sacred Marriage and Sacred Prostitution at Babylon

Eva Anagnostou‑Laoutides et Michael B. Charles
p. 9-37

Résumés

L’article opère une comparaison entre la représentation du « mariage sacré » et de la « prostitution sacrée » telle que la livre Hérodote et les développements de Xénophon, Diodore et Strabon qui peuvent lui être comparés. La représentation du rituel du « mariage sacré » dans les sources proche-orientales renvoie à une coutume ancienne destinée à induire des épiphanies divines, mais il s’agit également d’un puissant instrument politique que des dynastes plus récents ont utilisé pour établir ou asseoir leur légitimité. De plus, l’appréciation, par Xénophon, de la faveur divine que les souverains orientaux mobilisaient et du symbolisme auquel ils recouraient laisse entendre que les Grecs n’ignoraient ni ne rejetaient de telles coutumes. En tenant compte des interprétations qui doutent de l’existence effective de la « prostitution sacrée » dans l’antiquité et soulignent la mauvaise lecture du texte d’Hérodote par des auteurs romains plus tardifs imbus de l’orientalisme de leur temps, l’article prétend qu’Hérodote ne critique pas les Babyloniens en rapportant la fameuse exigence faite aux femmes de se prostituer une fois dans leur vie. Une lecture serrée du texte suggère qu’Hérodote était surtout soucieux de souligner les préjugés religieux, indépendamment de l’origine ethnique de ceux qui accomplissaient les rites.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Plan

Introduction
Sacred Marriage
Sacred Prostitution
Back to Herodotus 1.199

Aperçu du texte

Introduction

The article examines two passages in Herodotus: a) his description of the ziggurat at Babylon (1.181.5–182.1–2 and 1.199), which has been often quoted as corroborating evidence for the practice of “sacred marriages” in the ancient Near East; and b) his description of the custom of Babylonian temple prostitution at 1.199, which locus has generally been interpreted as a claim that all Babylonian women were required to prostitute themselves once in their life for religious purposes. Although Herodotus’ purported ethnocentrism, as advanced by earlier Herodotean scholars, has been seriously challenged in more recent scholarship, the aforementioned loci are still used as evidence of Herodotus’ supposed inherent bias against what he allegedly imagined as the culturally inferior peoples of the East, or at the very least, his uncritical reliance on earlier Greek writers espousing such viewpoints. Thus, in line with recent more nuanced readings of the Histories, it is possible to ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Anagnostou‑Laoutides et Michael B. Charles, « Herodotus on Sacred Marriage and Sacred Prostitution at Babylon », Kernos, 31 | 2018, 9-37.

Référence électronique

Eva Anagnostou‑Laoutides et Michael B. Charles, « Herodotus on Sacred Marriage and Sacred Prostitution at Babylon », Kernos [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/kernos/2653 ; DOI : 10.4000/kernos.2653

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals