Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Dionysos in Classical Athens. An Understanding through Images

Hélène Collard
p. 316-317
Référence(s) :

Cornelia Isler-Kerényi, Dionysos in Classical Athens. An Understanding through Images, traduit par Anna Beerens, Leiden/Boston, Brill, 2015. 1 vol. 16 × 24 cm, xx+290 p. (Religions in the Graeco-Roman World, 181). ISBN : 987–9–004–27011–4.

Texte intégral

  • 1 Cornelia Isler-Kerényi, Dionysos in Archaic Greece: An Understanding through Images, translated by (...)

1Plusieurs années après la parution d’un premier livre sur l’imagerie de Dionysos dans la Grèce archaïque (viivie s. av. J.‑C.)1, C.I.-K. rassemble ici la suite de ses travaux, consacrés cette fois à la période classique (ve s. principalement). Si l’un des grands mérites de l’ouvrage précédent était d’avoir ouvert l’investigation à d’autres productions que celle d’Athènes, c’est nettement moins le cas ici, documentation oblige. Mais l’approche et la méthode restent les mêmes : il s’agit, par l’analyse approfondie des images replacées dans leur contexte, de donner une nouvelle vision de Dionysos, différente de celle que laissent entrevoir les sources littéraires. L’A. part en effet du principe que, contrairement aux textes, qui nous sont parvenus par différents intermédiaires, les images, et dans ce cas-ci les images de Dionysos, sont des témoins directs et contemporains des communautés qui les ont créées. Au même titre que les sources textuelles, elles sont donc indispensables pour notre compréhension de la figure du dieu.

2L’introduction résume en quelque sorte les acquis du livre précédent, puisque l’iconographie du ve s. découle directement de celle qui l’a précédée. Dionysos, dans les images du vie siècle, est non seulement le dieu qui permet l’extase et la transgression des frontières, mais il est aussi celui qui garantit le maintien de l’ordre de Zeus (p. 2) ; présent parmi les dieux de l’Olympe, il est clairement considéré comme leur égal, contrairement à ce qui a souvent été dit. En guise d’ouverture, le premier chapitre, très court, présente en lien avec la forme du vase support les différents types de scènes dionysiaques rencontrées dans la figure rouge et analysées dans le corps de l’ouvrage. Les quatre chapitres suivants se succèdent selon un ordre purement chronologique : les images de vases des environs de 500 av. J.‑C. (chap. 2), celles des premières décennies du ve s. (chap. 3), les développements de l’imagerie autour de 480 (chap. 4) et enfin l’imagerie entre 480 et 430 (chap. 5). Les chapitres 6 et 7 sont plus thématiques : l’un est consacré aux représentations de rituels dionysiaques inhabituels ou inconnus (c’est ici notamment que sont analysées les fameuses images « des Lénéennes »), l’autre à la figure de Dionysos au Parthénon, où il apparaît pour la première fois sous la forme d’un « jeune dieu ». Ce « nouveau Dionysos » est également le sujet du chapitre 8, qui analyse ce changement dans l’iconographie du dieu du point de vue de la peinture de vases cette fois. On retrouve la classification chronologique pour le chapitre 9, où sont traitées les images postérieures à 430, aussi bien celles des vases que celles du théâtre et de la sculpture. Pour chacun des dossiers analysés, toujours en recontextualisant soigneusement les images, l’A. émet de nouvelles hypothèses et propose des interprétations, avec lesquelles le lecteur ne sera peut-être pas toujours d’accord, mais qui ont au moins le mérite de (r)ouvrir la discussion et de stimuler la réflexion. Le chapitre 10, intitulé « Summing Up », tient lieu de conclusion : en fin de compte, l’imagerie de la période classique confirme ce qu’avait déjà laissé paraître celle du vie siècle. Dionysos est bien plus que le dieu du vin, du théâtre et de l’extase : ses champs d’action couvrent à la fois le monde sauvage, sans limite de temps et d’espace, et celui, bien ordonné, de la polis et de l’oikos, dans une relation tantôt dialectique, tantôt harmonieuse (p. 241).

3L’ouvrage se referme sur une bibliographie assez succincte et deux index (muséographique et thématique), ainsi que sur de très utiles listes de correspondance, d’une part avec les travaux de Beazley et l’Archive Beazley en ligne, d’autre part avec le LIMC. Un petit bémol, qui n’est toutefois pas imputable à l’A., concerne les images — toutes en noir et blanc — dont la qualité de reproduction est souvent assez faible et la taille réduite à son minimum : à l’heure du numérique, où il est si facile d’obtenir des images couleur d’excellente résolution, on peut se dire que l’éditeur pourrait faire un petit effort pour l’impression des études iconographiques. Quant aux nombreux vases qui ne sont pas reproduits, C.I.-K. s’en excuse d’emblée dans son avant-propos (p. vii–viii) : cette absence est due aux montants exorbitants — et donc prohibitifs — que réclament encore certains musées pour les droits de reproduction, malheureusement pour la communauté scientifique.

Haut de page

Notes

1 Cornelia Isler-Kerényi, Dionysos in Archaic Greece: An Understanding through Images, translated by Wilfred G.E. Watson, Leiden, Brill, 2007 (Religions in the Graeco-Roman World, 160) ; cette étude avait d’abord été publiée en 2001 en italien. Voir le compte rendu d’A.-F. Jaccottet dans Kernos 21 (2008), p. 327–330.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Collard, « Dionysos in Classical Athens. An Understanding through Images », Kernos, 31 | 2018, 316-317.

Référence électronique

Hélène Collard, « Dionysos in Classical Athens. An Understanding through Images », Kernos [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/kernos/2828

Haut de page

Auteur

Hélène Collard

F.R.S.-FNRS — Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals