Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

The Athenian Agora. Results of Excavations Conducted by The American School of Classical Studies at Athens

Vinciane Pirenne‑Delforge
p. 322-323
Référence(s) :

Carol L. Lawton, The Athenian Agora. Results of Excavations Conducted by The American School of Classical Studies at Athens, volume XXXVIII. Votive Reliefs, Princeton, The American School of Classical Studies at Athens, 2017. 1 vol. 23,3 × 31,3 cm, 150 p. + 60 pl. ISBN : 978–0–87661–238–5.

Texte intégral

1Il s’agit de la publication de tous les reliefs en marbre mis au jour sur l’agora athénienne lors des fouilles de 1931 à aujourd’hui, à savoir 224 pièces (129 en editio princeps), majoritairement fragmentaires, voire sciemment mutilés. 135 dédicaces à la Mère des dieux, parfois considérées comme des reliefs votifs, ont été réservées pour une publication séparée, en raison d’une typologie et peut-être même d’une fonction distincte de celle des reliefs ici rassemblés. Aucun des reliefs ici publiés n’a été découvert in situ, mais l’A. estime qu’ils ne doivent pas avoir « voyagé » trop loin de leur lieu de déposition originelle. C’est donc une belle occasion de tenter de reconstituer la topographie des cultes de l’agora et de ses environs immédiats (y compris les flancs de l’acropole ou l’acropole elle-même), tant les cultes civiques que des lieux plus modestes que l’on évitera de qualifier, comme le fait l’A., de « populaires » sans autre commentaire sur ce qui est désigné ainsi.

2L’ouvrage s’ouvre sur une introduction présentant brièvement l’histoire des fouilles, leurs contextes et la bibliographie des reliefs qui ont déjà fait l’objet d’études. Elle traite ensuite de la chronologie, qui voit la majorité des documents s’inscrire au milieu et dans la 2e moitié du ive siècle. La question de l’attribution des reliefs à des sanctuaires précis est ensuite abordée de façon globale, mais on perçoit d’emblée qu’il s’agit d’un défi particulièrement difficile à relever puisque cette attribution est souvent une équation à deux inconnues : l’identité du destinataire et la localisation de son culte éventuel. À peine un petit dixième des reliefs porte une dédicace, en tout ou en partie, mais moins encore l’identité du dédicant : l’identité de ce dernier reste donc inconnue dans la plupart des cas. Les différents aspects techniques de production des objets sont ensuite abordés, notamment les traces de polychromie. Quant à l’iconographie des reliefs, leur caractère fragmentaire empêche souvent de reconstruire leur composition, mais l’A. ébauche quatre grands ensembles : (1) les représentations isolées de dieux ou de héros ; (2) des scènes d’hommage où des mortels sont en présence des destinataires divins ou héroïques ; (3) des scènes mythologiques (enlèvement de Perséphone, mission de Triptolème, Hermès et Dionysos nourrisson [?]) ; (4) des représentations anatomiques. Quant à la fonction de ces pièces, une seule présente une inscription suffisamment détaillée pour en avoir une idée précise : il s’agit d’un relief dédié au Héros Kallistéphanos par le cordonnier Dionysios et ses enfants à la suite d’un rêve en vue d’obtenir prospérité et santé (no 89). Les dédicaces à Asclépios et Hygie, de même que les ex-voto anatomiques pointent également vers le domaine de la santé, tandis que le flou règne sur les motivations des autres offrandes. L’A. recourt dès lors à des réflexions générales sur ce thème, en termes de commémoration d’actes rituels ou d’épiphanie, et d’inscription dans la longue durée de la réciprocité entre le dédicant et le destinataire du relief.

3Le catalogue lui-même, illustré par des planches de très grande qualité, est divisé en différents chapitres thématiques : les chapitres 2 et 3 (l’introduction de l’ouvrage était le « chapitre 1 », ce qui est une absurdité éditoriale de plus en plus répandue du côté anglophone) sont évidemment le cœur de l’ouvrage et classent en fonction des dieux et des héros les reliefs dont le destinataire est identifié par une inscription ou par les analyses de l’A. Ce choix relève d’une même grille de lecture que le LIMC et elle a encore de beaux jours devant elle, même si elle « fige » des hypothèses qui mériteraient d’être laissées ouvertes (à cet égard l’interprétation des reliefs nos 38–43 comme étant les Charites laisse perplexe). Chaque ensemble de reliefs attribués à un destinataire est précédé d’un développement sur les cultes qui lui sont dédiés dans la zone prise en compte par les fouilles. Le chapitre 4 traite des reliefs dont seuls les acteurs humains ont été conservés, tandis que le chapitre 5 se penche sur les ex-voto anatomiques. Le 6e et dernier chapitre regroupe les reliefs inachevés et de contenu incertain. Différents index referment l’ouvrage, qui se recommande par sa qualité éditoriale et sera d’une très grande utilité pour tous ceux qu’intéressent les cultes athéniens et, plus généralement, les pratiques dédicatoires dans la cité. Cependant, il ne faudra pas forcément suivre aveuglément l’identification des destinataires héroïques et divins que l’A. propose, même si elle le fait avec beaucoup de prudence et en se fondant sur une bibliographie bien maîtrisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Pirenne‑Delforge, « The Athenian Agora. Results of Excavations Conducted by The American School of Classical Studies at Athens », Kernos, 31 | 2018, 322-323.

Référence électronique

Vinciane Pirenne‑Delforge, « The Athenian Agora. Results of Excavations Conducted by The American School of Classical Studies at Athens », Kernos [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/kernos/2888

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne‑Delforge

Collège de France — Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals