Navigation – Plan du site
Études

Variations dans le paysage sacré de Pergame : l’Asklépieion et le temple de la terrasse du théâtre

Stefano Caneva
p. 151-181

Résumé

Cet article réexamine la documentation sur le sanctuaire extra-urbain d’Asklépios et le temple ionique de la terrasse du théâtre à Pergame. Ces deux cas d’étude permettent d’étudier les développements diachroniques du paysage sacré de la cité et de ses alentours pendant la « longue période hellénistique » (fin du ive s. av. J.-C. – début du iiie ap. J.-C.). Cette analyse interdisciplinaire combine les sources textuelles, archéologiques et numismatiques pour étudier la distribution topographique des cultes pour les dieux et les chefs politiques, leurs relations et changements à travers le temps. Pour ce faire, plusieurs questions méthodologiques sont examinées : les critères permettant de distinguer la présence du temple d’un dieu des traces diffuses de son culte à travers le paysage urbain ; la topographie de la dissémination et du remploi des textes et des artéfacts anciens et le type d’information qu’elle livre sur leur situation et fonction originaires ; l’équilibre entre continuité et innovation dans les modèles d’intégration des cultes pour les chefs politiques dans l’espace et le temps sacrés de la communauté. L’article apporte un nouveau soutien à la thèse selon laquelle Pergame n’abrita jamais un deuxième Asklépieion à l’intérieur de ses murs.

This paper provides a reassessment of the evidence concerning the extra-urban sanctuary of Asklepios and the Ionic temple on the theatre terrace in Pergamon. These case studies allow for an investigation of the diachronic developments of sacred landscape in the city of Pergamon and its surroundings during the “long Hellenistic Age” (late 4th BC – early 3rd AD). The interdisciplinary analysis systematically combines textual, archaeological, and numismatic evidence in order to explore the topographic distribution of cults for gods and for ritually honoured rulers, their relationships, and their changes through time. In doing so, various methodological issues are dealt with: the criteria by which one can distinguish the presence of the temple of a god from the scattered traces of his worship across the archaeologically reconstructed city-scape; the topographic dissemination and reuse of ancient texts and artefacts and the type of information it can deliver with regard to their original location and function; the balance between continuity and innovation in the integration of cults for rulers within the sacred space and time of the community. Finally, this fine-grained analysis provides new support to the thesis that Pergamon never hosted a second Asklepieion within its city walls.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Le paysage sacré de Pergame dans la « longue période hellénistique »
Asklépios, les Attalides et le sanctuaire de la vallée du Kaïkos
Un deuxième Asklépieion à Pergame ? L’hypothèse du temple R du gymnase
Le temple ionique de la Theaterterrasse
La documentation numismatique de la période impériale
Un autel portatif d’Asklépios Sôter et Hygieia et un visage d’Attale III
Les lieux d’affichage des documents mentionnant l’Asklépieion de Pergame
L’unicité de l’Asklépieion dans les inscriptions hellénistiques
La procession d’accueil d’Attale III dans IvP I 246
L’époque impériale

Aperçu du texte

Le paysage sacré de Pergame dans la « longue période hellénistique »

L’attention croissante attribuée pendant les dernières décennies à l’histoire de la période hellénistique a amené les savants à partager la nécessité, déjà aperçue par les épigraphistes spécialisés dans les institutions de la polis, d’une périodisation moins générique que celle imposée par les biographies d’Alexandre et Auguste, et ceci à la fois à l’intérieur et au-delà des limites classiques (323–31 av. J.-C.) de la période concernée.

D’un côté, une distinction s’est imposée entre une « haute » et une « basse » période hellénistique dont la jonction se situerait, avec des différences régionales, au cours du iie s. av. J.-C. Cette distinction permet de rendre compte de deux facteurs strictement liés : la substitution de Rome aux royaumes nés des conquêtes d’Alexandre dans le rôle d’arbitre des relations internationales dans la Méditerranée orientale ; l’affirmation, au sein de la polis, d’une classe dirigeante compo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefano Caneva, « Variations dans le paysage sacré de Pergame : l’Asklépieion et le temple de la terrasse du théâtre », Kernos, 32 | 2019, 151-181.

Référence électronique

Stefano Caneva, « Variations dans le paysage sacré de Pergame : l’Asklépieion et le temple de la terrasse du théâtre », Kernos [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/kernos/3136 ; DOI : 10.4000/kernos.3136

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals