Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33ÉtudesDeux nouvelles interprétations du...

Études

Deux nouvelles interprétations du fr. 31 pour une Sappho « anthropologiquement correcte »

Edoarda Barra
p. 33-61

Résumés

Plutôt qu’aux « symptômes » de Sappho », on s’intéressera, pour une fois, à l’état d’âme de l’homme « égal aux dieux ». Qui est-il ? Pourquoi est-il là, assis près de la belle et, surtout, comment interpréter sa proximité avec le divin à l’aune d’un système religieux si différent du nôtre ? Cet article vise à montrer que la comparaison avec les dieux ne fait pas de l’homme du fr. 31 un bienheureux, mais qu’elle lui attribue plutôt la fougue d’un Achille « égal aux dieux ». Ou bien on peut considérer que l’expression isos theoisi ait résonné en écho avec celles par lesquelles l’aède glorifiait les héros prêts à mourir ; dans ce cas, on pourrait y déceler de l’ironie, la volonté d’annoncer d’emblée que le rival de Sappho ne gardera pas la belle près de lui, qu’il perdra le « combat érotique » engagé. Une interprétation n’exclut pas l’autre ; les deux permettent de considérer que le plus célèbre poème d’amour de l’Antiquité n’était pas le cri de douleur d’une femme au bord du suicide.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

« Égal aux dieux »
Une performance musicale
An Sappho publica fuerit
Le « syndrome de Sappho »
Question de température
La peur de Sappho
En quoi ressemble-t-il aux dieux ?
Prêt au combat
À l’amour comme à la guerre (ou presque)
La rage du désir
Autres lits, autres luttes
Pour une Sappho « anthropologiquement correcte »
Question de virilité
Quelle pouvait être la suite du fragment 31 ?

Aperçu du texte

« Égal aux dieux »

Pour celui qui nous l’a transmis comme l’exemple le plus emblématique de la poésie la plus sublime, le fragment 31 Voigt décrit une « réunion d’émotions » (παθῶν δὲ σύνοδος), des « passions » (παθήματα) qui se manifestent lorsque l’esprit est saisi par « les folies érotiques » (ταῖς ἐρωτικαῖς μανίαις). Tout en déclinant le mot mania au pluriel, l’auteur Du Sublime se contente de gloser les symptômes énumérés par Sappho, qu’il considère associés entre eux par des relations d’opposition : corps/âme (τὴν ψυχὴν τὸ σῶμα) ; chaud/froid (ἅμα ψύχεται κᾴεται) ; folie/raison (ἀλογιστεῖ φρονεῖ)… Mais qu’en est-il de la principale opposition établie par la poétesse ? En effet, tout le poème semble jouer autour d’une différence entre les symptômes dont fait état la persona cantans et l’état d’âme d’un personnage masculin à peine esquissé dans les premiers vers :

Il me semble égal aux dieux (ἴσος θέοισιν) celui qui est assis en face de toi et tout près écoute (ὐπακούει) ton rire ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edoarda Barra, « Deux nouvelles interprétations du fr. 31 pour une Sappho « anthropologiquement correcte » »Kernos, 33 | 2020, 33-61.

Référence électronique

Edoarda Barra, « Deux nouvelles interprétations du fr. 31 pour une Sappho « anthropologiquement correcte » »Kernos [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/kernos/3411 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.3411

Haut de page

Auteur

Edoarda Barra

AnHiMA UMR 8210

edo.barra@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search