Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33ÉtudesPoints de vue sur Lykosoura.

Études

Points de vue sur Lykosoura.

Retour sur l’origine du sanctuaire de Despoina
Madeleine Jost et Alaya Palamidis
p. 127-140

Résumés

Dans un article récent publié sous le titre « The Sanctuary of Despoina at Lykosoura: A Megalopolitan Creation? », Alaya Palamidis remet en question les affirmations de Pausanias sur l’ancienneté de Lykosoura et de ses cultes ; elle fait l’hypothèse que le panthéon de Lykosoura est une création de Mégalopolis synécisée à partir d’emprunts à d’autres cultes de la région. Il a paru utile de revenir sur le sujet pour en revoir certains aspects (statut de Lykosoura au moment du synécisme et absence de Despoina dans les sources écrites avant l’époque hellénistique), et pour cerner le caractère problématique de l’hypothèse qui sous-tend l’article, ce que suggérait déjà le point d’interrogation à la fin de la proposition affirmative du titre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Palamidis (2018).

1Dans une communication présentée à Graz et publiée sous le titre « The Sanctuary of Despoina at Lykosoura: A Megalopolitan Creation1? », Alaya Palamidis remet en question les affirmations de Pausanias sur l’ancienneté de Lykosoura et de ses cultes ; elle fait l’hypothèse que pour l’essentiel le panthéon de Lykosoura est une création de Mégalopolis synécisée à partir d’emprunts à d’autres cultes de la région. Elle s’appuie sur l’absence de témoignage concernant Lykosoura et Despoina avant l’époque hellénistique et sur les analogies de ses cultes avec d’autres cultes de la région.

2Il a paru utile de revenir sur le sujet pour en revoir certains aspects (statut de Lykosoura au moment du synécisme et absence de Despoina dans les sources écrites avant l’époque hellénistique), et pour cerner le caractère problématique de l’hypothèse qui sous-tend l’article, ce que suggérait déjà le point d’interrogation à la fin de la proposition affirmative du titre. La première partie de la révision est due à Alaya Palamidis (A.P.) elle-même, tandis que la contradiction est livrée par Madeleine Jost (M.J.). Cette discussion atteste, s’il le fallait encore, la difficulté d’affronter une documentation partielle et fragmentée.

Des arguments supplémentaires en faveur d’une création mégalopolitaine (A.P.)

La cité de Lykosoura et le synécisme

  • 2 Ibid., p. 131–132.
  • 3 Homère, Iliade II, 608 ; Pindare, Olympiques 9, 95 ; Phérécyde, BNJ 3 F 135a–b ; Euripide, Oreste(...)
  • 4 Hérodote, VI, 127 ; la cité est peut-être également mentionnée par Hésiode, fr. 163 (éd. Merkelba (...)
  • 5 Thuc., V, 33, 2.
  • 6 Sur les poleis parrhasiennes, voir Nielsen (2002), p. 297–298.
  • 7 Pausanias, VIII, 27, 3–4.

3Mon hypothèse d’une création mégalopolitaine du culte de Despoina s’appuie notamment sur une remise en question des sources relatives au rôle de Lykosoura au moment du synécisme. À ce sujet, deux points précis méritent d’être corrigés ou développés. Premièrement, j’affirme dans mon article que l’existence de la polis de Lykosoura avant le synécisme de Mégalopolis n’est pas certaine2. C’était assurément excessif et le présent propos me permet de revenir sur cette affirmation téméraire. D’après Pausanias, Lykosoura est située en Parrhasie, une région qui, aux époques archaïque et classique, est bien attestée3 mais dont la seule polis connue est Trapézonte4. Cependant, Thucydide mentionne sans les nommer plusieurs poleis parrhasiennes5, dont Lykosoura peut faire partie. Le recours plus fréquent au nom de la communauté « tribale » plutôt qu’à celui des cités individuelles qui la composent6 suffit à expliquer pourquoi Lykosoura n’apparaît dans aucune source antérieure au synécisme. Qu’elle ait effectivement eu le statut de cité avant la fondation de Mégalopolis, comme le suggère Pausanias7, paraît ainsi l’hypothèse la plus vraisemblable.

  • 8 Paus., VIII, 27, 6.
  • 9 Diodore, XV, 72, 4.
  • 10 Sur les komai de Mégalopolitide, voir Jost (1986), 146–148 ; 150–155.
  • 11 Cf. Nielsen (2002), p. 415.
  • 12 Paus., VIII, 27, 3–6.
  • 13 Cf. Paus., VI, 12, 8. Sur les sources de l’auteur, voir Nielsen (2002), p. 414–428.

4Deuxièmement, mon article met en doute l’historicité de l’épisode rapporté par Pausanias selon lequel les habitants de Lykosoura, refusant de participer au synécisme, se seraient réfugiés dans le sanctuaire de Despoina8. Cette question doit être replacée dans le cadre des débats sur la fondation de Mégalopolis. En effet, la participation de Lykosoura au synécisme dès l’origine, vers 370, n’est pas certaine. Nos deux principales sources sur cet événement sont contradictoires. Le premier auteur, Diodore de Sicile, indique que ce synécisme concernait à l’origine vingt komai de Ménalie et de Parrhasie9. Le terme de komai (« villages ») peut renvoyer au statut de ces sites après le synécisme et n’exclut pas qu’il puisse désigner d’anciennes poleis comme Lykosoura10. Cependant, l’absence d’article défini devant la mention de ces vingt komai (κώμας εἴκοσι) pourrait indiquer que toutes les communautés ménaliennes et parrhasiennes n’étaient pas concernées11. Pausanias, quant à lui, donne la liste des trente-neuf poleis, dont Lykosoura, censées avoir à l’origine participé au synécisme12. Il s’appuie sur des sources historiographiques non identifiables ainsi que, vraisemblablement, sur un décret officiel13.

  • 14 Roy (1968) (non vidi), cité par Nielsen (2002), p. 429–430.
  • 15 Moggi (1974).
  • 16 Nielsen (2002), p. 414–455.

5Deux hypothèses principales ont été proposées pour réconcilier l’ensemble de nos sources au sujet du synécisme. Selon la première, présentée par James Roy14, le décret consulté par Pausanias est authentique et le projet initial prévoyait la participation au synécisme de trente-neuf cités, dont certaines auraient par la suite retrouvé leur indépendance. Au contraire, selon la seconde hypothèse, proposée par Mauro Moggi15, la portée du synécisme était à l’origine limitée, et ce n’est que plus tard que Mégalopolis aurait étendu ses frontières en incorporant de nouvelles cités. Le décret mentionné aurait été forgé à l’époque hellénistique pour justifier la mainmise de Mégalopolis sur les cités récemment intégrées à son territoire. Thomas Heine Nielsen, qui a étudié en détail les deux possibilités, a montré qu’elles s’accordent toutes deux avec l’ensemble des sources disponibles16.

  • 17 Voir ibid., p. 323–324.
  • 18 Selon l’estimation de Nielsen (2004), p. 521.
  • 19 Selon l’estimation de Roy et al. (1988), p. 179.
  • 20 Voir Roy (2007), p. 291–292 ; Nielsen (2002), p. 481–485.
  • 21 Cf. Moggi (1974), p. 101–103.

6Pourtant, l’inclusion de trente-neuf cités dès l’origine paraît problématique. L’estimation précise de la superficie des cités arcadiennes au moment du synécisme est difficile à établir, mais le texte de Pausanias permet de calculer des ordres de grandeur qui doivent être également valables pour l’époque classique : à l’époque impériale, le territoire de la plus grande cité, Kleitor, n’aurait pas dépassé 625 km², ceux de Tégée et Mantinée 385 km² et 295 km² respectivement17. Avec un territoire d’environ 400 km² selon la seconde hypothèse18, Mégalopolis aurait constitué l’une des plus grandes poleis de la Confédération arcadienne au moment du synécisme. La première hypothèse implique quant à elle que le territoire de Mégalopolis atteignait, à l’origine, 1500 km² environ19. Or rien n’indique que la cité ait été conçue comme une capitale pour la Confédération arcadienne20. Il semble dès lors peu vraisemblable que les plus grandes poleis arcadiennes aient accepté de lui accorder un territoire aussi démesuré, sachant la menace qu’elle aurait pu représenter en cas de scission de la Confédération21.

  • 22 Voir également le cas des habitants de Trapézonte qui, selon Pausanias (VIII, 27, 6), auraient eu (...)

7Si la seconde hypothèse est correcte, Pausanias s’appuie sur un faux décret et sur des sources qui résultent d’une réinvention de l’histoire de Mégalopolis22. L’épisode selon lequel des habitants de Lykosoura se seraient réfugiés dans le sanctuaire de Despoina pourrait relever lui aussi d’une reconstitution a posteriori et ne peut suffire à attester l’existence du culte de la déesse avant le synécisme.

Le culte de Despoina avant l’époque hellénistique

  • 23 Paus., VIII, 37, 9.
  • 24 Hdt., I, 66 ; IX, 70 ; Euripide, Augè, épitomè (P. Colon. I, 1, inv. 264, l. 2 ; cf. dernièrement (...)
  • 25 Mantinée : IG V 2, 262 ; cf. 271, l. 1 ; Sparte : Xén., Hell. VI, 5, 27. De plus, Aléa apparaît p (...)
  • 26 Homère, Odyssée XXIV, 1 ; Hymne homérique à Hermès, passim ; H.hom. Pan, 27–31 ; Alcée, fr. 308a (...)
  • 27 Pind., Ol. 9, 96 ; 13, 108 ; Nem. X, 48 ; Euripide, Électre, 1274 ; Thuc., V, 16, 3 ; Platon, Rép (...)
  • 28 Simonide, fr. 43 (éd. Page) apud Anth. Pal. XIII, 19. Sur la question de l’authenticité des épigr (...)
  • 29 Sur ces monnaies, voir dernièrement Roy (2013), p. 32–35 ; Nielsen (2015), p. 250–253. La divinit (...)
  • 30 Roy (2013), p. 35–38.

8Certes, l’hypothèse d’une création du culte par Mégalopolis s’appuie uniquement sur un argument a silentio. Pourtant, l’absence de la déesse dans les sources antérieures à l’époque hellénistique paraît étonnante si l’on considère que, selon Pausanias, il s’agit de la divinité la plus honorée de tous les Arcadiens23. Cette absence est d’autant plus remarquable que d’autres divinités sont bien attestées par des sources antérieures ou contemporaines au synécisme. Par exemple, la déesse de Tégée Aléa ou Aléa Athéna/Athéna Aléa est mentionnée par Hérodote, Euripide et des inscriptions24, et possède également un sanctuaire à Mantinée et à Sparte à l’époque du synécisme25. L’Hermès du mont Cyllène apparaît dans l’Odyssée, les Hymnes pseudo-homériques à Hermès et à Pan, l’œuvre d’Alcée, d’Hipponax, de Pindare et de Sophocle26. Le dieu du mont Lycée, Zeus Lykaios, est quant à lui attesté par Pindare dans plusieurs odes, par Euripide, Thucydide, Platon, Xénophon27, ainsi que par une épigramme dont l’attribution à Simonide est douteuse, mais qui est peut-être antérieure au synécisme28. C’est vraisemblablement le même dieu qui est représenté sur de très nombreuses monnaies du ve siècle portant l’inscription ΑΡΚΑΔΙΚΟΝ29, ainsi que sur de rares monnaies contemporaines attribuées aux Parrhasiens, où il semble figuré aux côtés d’Apollon et de Pan30.

9Il n’est certes pas étonnant de ne trouver aucune mention de Despoina dans les épinicies de Pindare, puisque le sanctuaire de Lykosoura n’organisait pas de concours. De même, les hymnes pseudo-homériques ou ceux d’Alcée et d’Hipponax mentionnent des cultes locaux, mais sont dédiés à des divinités panhelléniques, et il n’est pas surprenant que des poètes originaires d’autres régions du monde grec n’aient pas adressé d’hymnes à une déesse si typiquement arcadienne. Cependant, dans d’autres sources concernant Aléa Athéna, Hermès Kyllènios ou Zeus Lykaios, il est question de mythes, d’offrandes ou encore de sanctuaires comme repères topographiques. Même des auteurs non arcadiens seraient susceptibles de faire référence à Despoina et à son sanctuaire s’il s’agissait d’une divinité aussi importante que le suggère Pausanias. L’hypothèse selon laquelle le culte de la déesse est une création mégalopolitaine permettrait d’expliquer ce silence des sources antérieures au synécisme.

  • 31 Polybe, IV, 33, 2 ; XVI, 12, 7.
  • 32 Pol., IX, 8, 11 ; 34, 10 ; XI, 11, 4–6 ; 12, 6 (Poséidon Hippios à Mantinée) ; IV, 18, 10–11 ; 25 (...)
  • 33 Strabon, VIII, 8, 1–2 (C388), trad. d’après R. Baladié (CUF ).

10Il est vrai que Despoina n’est pas non plus présente dans les sources littéraires et numismatiques à l’époque hellénistique et au début de l’époque impériale, alors qu’elle est attestée par des sources archéologiques et épigraphiques. Mais cela n’implique pas nécessairement que l’absence de la déesse dans les sources d’époque classique est uniquement due au caractère lacunaire des fouilles. Au contraire, l’étude des sources hellénistiques et du début de l’époque impériale permet elle aussi de reconstituer une histoire du sanctuaire différente de celle proposée par Pausanias. Le fait que le Mégalopolitain Polybe mentionne à deux reprises le sanctuaire de Zeus Lykaios31, mais pas celui de Despoina, ne suffit pas à tirer des conclusions sur l’importance du culte de la déesse à l’époque hellénistique. En effet, si l’historien mentionne quelques autres sanctuaires arcadiens32, il n’a pas pour ambition de décrire avec précision sa région natale ; il omet de citer certains cultes importants comme celui d’Aléa Athéna/Athéna Aléa à Tégée ou celui d’Hermès sur le mont Cyllène et ne mentionne pas non plus d’autres sanctuaires de Mégalopolis. Le silence de Strabon est cependant plus étonnant : le Géographe écrit en effet que l’Arcadie est complètement désolée, à l’exception de Tégée, qui « se maintient encore dans une prospérité relative, tout comme le sanctuaire d’Aléa Athéna » ; il ajoute immédiatement que « le sanctuaire de Zeus Lykaios au cœur du mont Lycée est encore quelque peu fréquenté33 ». L’auteur semble ainsi considérer qu’il s’agit des deux seuls lieux de culte d’une certaine importance dans la région.

  • 34 IG V 2, 515B, l. 27–28 ; 516, l. 13–15. Sur la date de ces inscriptions, voir Kantirea (2016), p. (...)
  • 35 Voir notamment Dengate (1967) ; cf. Nielsen (2004), p. 522.
  • 36 IG V 2, 521–522 ; 534–536. Les dédicaces des deux fils du sculpteur Damophon (IG V 2, 539–540), o (...)
  • 37 Forsén (2016), p. 53–56.
  • 38 Paus., VIII, 27, 3 et 5.
  • 39 Cf. Jost, Hoët-van Cauwenberghe (2010), p. 296–297 ; Kantirea (2016), p. 32 ; 38–39.
  • 40 IG V 2, 538 (dédicants laconiens) ; 525 (dédicace d’un messager [tabellarius] de l’empereur) ; 52 (...)
  • 41 Paus., VIII, 37, 1–12 (Lykosoura) ; 35, 2 (statue de la déesse à la frontière entre Mégalopolis e (...)
  • 42 Stais (1912) ; Dickins (1910–1911).

11Ce silence de Strabon sur Despoina est-il dû à un déclin du sanctuaire de la déesse qui, plus ou moins à la même époque, peine à financer l’organisation des mystères et la reconstruction du temple34 ? Ou peut-on au contraire y voir l’indice qu’il s’agit à l’époque hellénistique d’un sanctuaire au rayonnement strictement local, sans ambition panarcadienne ? Différents éléments plaident en faveur de la seconde hypothèse : l’absence de Despoina sur les monnaies hellénistiques de Mégalopolis, au profit de Zeus et de Pan35 ; la fréquentation principalement locale du sanctuaire à cette époque d’après les inscriptions36 ; et le fait que la seule attestation hellénistique de la déesse en dehors de Lykosoura provienne du sanctuaire d’Artémis Lykoatis37, situé d’après Pausanias dans le territoire de Mégalopolis38. C’est peut-être uniquement grâce aux efforts et à l’évergétisme d’une famille à l’époque julio-claudienne39 que le culte aurait étendu son rayonnement. À partir de cette époque apparaissent en effet les premiers dédicants étrangers dans le sanctuaire40 ; puis, avec Pausanias, la première et unique mention littéraire du culte de Despoina et la seule mention de la déesse dans les mythes d’autres poleis arcadiennes41 ; et enfin, sous Septime Sévère, l’unique représentation de la déesse, ou plutôt de son groupe statuaire, sur une monnaie de Mégalopolis42.

  • 43 Voir Nielsen (2013), p. 235–237.
  • 44 Paus., VIII, 37, 9.
  • 45 Strab., VIII, 8, 2 (C 388) ; Paus., VIII, 38, 5–7, qui décrit un sanctuaire en ruines. Les fouill (...)

12L’absence de sources littéraires ou numismatiques à l’époque classique peut-elle être interprétée comme un indice du caractère strictement local du sanctuaire, comme à l’époque hellénistique ? Ou signifie-t-elle que le culte de Despoina est une création mégalopolitaine, destinée à consolider le sentiment d’identité commune des participants au synécisme ? Dans le second cas, cette création n’aurait peut-être pas lieu, comme je l’avais envisagé dans mon article, dès la fondation de Mégalopolis, mais au plus tard au début du iiie siècle av. J.‑C., quand le sanctuaire connaît un important programme de monumentalisation ; elle pourrait faire suite à l’intégration de Lykosoura à Mégalopolis pendant une seconde phase du synécisme. Quoi qu’il en soit, les sources des ve et ive siècles suggèrent que, plutôt que Despoina, la divinité la plus honorée par les Arcadiens à cette époque est Zeus Lykaios, qui joue un rôle central pour l’identité arcadienne43. L’affirmation de Pausanias sur la primauté de la déesse44 reflète bien davantage la situation à l’époque impériale, quand le sanctuaire du mont Lycée est peu fréquenté, voire entièrement abandonné45.

La question reste ouverte … (M.J.)

Les données de l’archéologie

  • 46 Palamidis (2018), p 130–131.

13Sans revenir sur le silence concernant Lykosoura et Despoina dans les sources littéraires et épigraphiques avant les époques hellénistique et romaine qui est certes troublant, je m’attacherai ici aux données archéologiques : elles sont rares et A.P. en conclut qu’« il n’y a pas d’indications que le sanctuaire ait contenu d’importants bâtiments aux époques archaïque et classique46 ». C’est vrai, mais il importe de souligner qu’il n’y a pas non plus d’indication du contraire : on ne sait rien sur l’importance d’un sanctuaire éventuel et de ses monuments avant la « création » de Mégalopolis.

  • 47 Léonardos (1897), p. 119.
  • 48 Kavvadias (1898), p. 28.
  • 49 Léonardos (1897), p. 125.
  • 50 Kourouniotis (1912), p. 161, fig. 41. Voir pour ces figurines, Jost (1975), p. 339–354.

14Quatre des statuettes en bronze réputées originaires de Lykosoura proviennent assurément du site : l’Athéna combattante MN 13 880 a été trouvée lors de la fouille du bâtiment attenant au portique nord47, l’Athéna MN 12736 provient d’une petite fouille sur l’acropole48 ; une statuette de berger (MN 7109) est une trouvaille d’un paysan dans un champ « au nord de la chapelle Haghios Nikolaos49 ». Un petit taureau (2e moitié du vie siècle) a été trouvé près du Mégaron50. Il s’agit indubitablement d’offrandes cultuelles impliquant l’existence d’un sanctuaire antérieur au synécisme, mais elles ont un caractère isolé qui rend leur portée limitée.

  • 51 Voir Billot (2008), p. 135–180, en particulier p. 138–139 et bibliographie.
  • 52 Cavvadias (1893), p. 8.
  • 53 Lévy (1967), p. 518–545.

15Pour le reste l’exploration archéologique du sanctuaire présumé reste à faire, comme le montre l’histoire des travaux menés à Lykosoura à la fin du xixe siècle puis au milieu du xxe. La pauvreté du matériel archaïque est en effet à rapporter au caractère limité de la première fouille. Commencée le 20 juin 1889, elle découvre dès le premier jour le temple, rapidement identifié par une tuile inscrite portant le nom de Despoina ; très vite elle tombe sur les fragments des statues colossales attribuées au groupe cultuel sculpté par Damophon de Messène. La fouille dure jusqu’au 2 janvier 1890 (incluant la fouille de la stoa nord)51. Occupés à dégager l’ensemble du temple, à rassembler les restes colossaux du groupe sculpté dans et autour du monument, puis à en abriter une partie dans un nouveau musée sur le site, les archéologues n’ont manifestement pas fouillé sous « le sol couvert de dalles de pierre du sèkos52 » (Cavvadias) ni sous la mosaïque de la cella. Parallèlement requis dès 1896 et jusqu’en 1906 par la fouille du Mégaron, publié en 1912, les archéologues grecs font porter leur effort sur des études, encore succinctes, de l’architecture du temple et des sculptures monumentales. Pour trouver d’éventuels vestiges antérieurs au temple, il faudrait reprendre la fouille sous le niveau du sol dans le temple et alentour. Or, seuls quelques sondages ont eu lieu depuis les fouilles grecques53.

16Cinq sondages ont été réalisés par Ed. Lévy en 1966 : deux entre la base cultuelle et le muret de protection de celle-ci (S 1 et S 2), et deux à l’extérieur contre le temple et ses fondations au nord et à l’ouest (S 3, 4 et 5). Le sondage S 1 a permis de trouver des fragments de vases à figures noires dans des couches très bouleversées (l’orteil du pied gauche trouvé dans la couche 3 recolle avec le pied gauche de Despoina). De plus (p. 524), « le fragment d’un mur ancien » a été mis au jour sur la couche dure : large de 70 cm, il s’étend sur plus de 85 cm de long et est légèrement incurvé. Il appartenait à une structure antérieure au temple, de fonction indéterminée, mais de dimensions non négligeables. Dans le sondage S 4 (p. 543), une rangée de blocs de calcaire larges au maximum de 85 cm repose sur la couche 3 ; son tracé est également légèrement incurvé. Ces murs n’ont pas intéressé le fouilleur, occupé à dater le groupe cultuel par les monnaies, et ni leur date ni leur fonction ne peuvent être précisées. Du moins permettent-ils d’assurer l’existence d’une occupation précédant le temple : le sol sous le niveau de la mosaïque a beaucoup à apporter. L’argument e silentio invoqué pour les sources littéraires et épigraphiques ne fonctionne donc pas pour l’archéologie puisque les données relatives aux temps qui ont précédé le temple restent à exhumer.

  • 54 Paus., VIII, 27, 6.

17En l’état actuel des choses, rien ne permet non plus de prendre parti sur l’affirmation de Pausanias selon laquelle les habitants de Lykosoura rebelles au synécisme, avaient été épargnés par la colère des Mégalopolitains, lors de la fondation de la Grande Ville, « parce qu’ils s’étaient rendus dans le sanctuaire de Despoina54 » : renvoie-t-elle à un sanctuaire déjà prospère qui reste à mettre au jour ou relève-t-elle comme le pense A.P., d’une invention étiologique plus tardive destinée à rehausser le prestige du sanctuaire ?

  • 55 Nordquist, Voyatzis, Østby et al. (2014) ; Romano, Voyatzis (2014), p. 569–652.

18Plus généralement, doit-on admettre avec A.P. que l’ensemble des affirmations de Pausanias sur l’ancienneté de Lykosoura est à mettre en doute ? Le peu que l’on connaît de la phase qui précède le synécisme ne permet pas d’en décider et, A.P. en est bien consciente, des fouilles pourraient remettre en question son hypothèse. N’a-t-on pas l’exemple de Tégée où l’on ne connaissait que le temple classique jusqu’aux années 1990 et qui, après les études et les fouilles menées sous la direction d’E. Østby, compte désormais au moins quatre temples : un temple archaïque et deux temples d’époque géométrique ? Au mont Lycée, de même la fouille de l’autel de Zeus menée par K. Kourouniotis n’avait recueilli aucun matériel plus ancien que l’époque classique, là où aujourd’hui une fouille plus attentive a établi que la thysia y est attestée dès l’époque mycénienne55. Ces deux exemples donnent raison à Pausanias sur l’ancienneté légendaire des deux sites. Qu’en est-il de Lykosoura ? En l’absence de données matérielles avérées sur ses origines, il est prudent de suspendre son jugement.

L’élaboration des divinités de Lykosoura

  • 56 Palamidis (2018), p. 132.

19Devant l’absence quasi-totale de sources sur les âges archaïque et classique à Lykosoura, A.P. se propose de « tester l’hypothèse selon laquelle les divinités furent introduites dans le sanctuaire [par Mégalopolis] à cause de leur préexistence dans d’autres cités56 », les différentes divinités pouvant avoir été créées à travers la combinaison de plusieurs traditions. Elle établit des parallèles entre le culte de divinités attestées en Arcadie avant le synécisme et les divinités du panthéon de Lykosoura. Certains rapprochements sont indubitables (diverses attestations de Poséidon Hippios) ou possibles (Anytos, un Titan, aurait à voir avec une figure armée comme Hoplodamos, dont une fête Hoplodmia est attestée au ve siècle). Les choses sont moins claires pour Artémis Hégémonè qui est au demeurant à l’extérieur de l’enceinte sacrée de Lykosoura. Tel autre rapprochement peut être à double tranchant : la « mixanthropie », liée à « l’unicité et à l’antiquité » de l’Arcadie, y est attestée anciennement sur le territoire de Méthydrion par un petit bronze géométrique qui représente une ronde d’hommes à tête de cheval. Les « érudits » de Mégalopolis auraient, selon A.P., emprunté ce thème ancien pour créer l’image de Despoina dont le voile sculpté par Damophon porte des images de figures hybrides, tandis que des statuettes votives en terre-cuite à tête animales ont été trouvées dans le Mégaron. Mais ne peut-on imaginer que ces figures sont le produit d’une longue tradition, tout aussi bien qu’une « création » à partir d’un thème venu d’ailleurs ?

  • 57 Paus., VIII, 25, 7.
  • 58 Paus., VIII,42, 1.
  • 59 Paus., VIII, 25, 7.

20Sur la question de l’emprunt de la déesse Despoina à une autre région, A.P. exclut dès l’abord les traditions de Thelpousa (« Déméter eut de Poséidon une fille […] et le cheval Arion57 ») et de Phigalie (« toutefois l’être mis au monde par Déméter, selon les Phigaliens ne fut pas un cheval, mais la divinité que les Arcadiens appellent Despoina58 »). Selon elle, la présence de Despoina dans les récits de Pausanias est une adjonction secondaire faite à une époque récente. Elle tire argument de ce que Despoina n’apparaît pas dans les sources antérieures au synécisme relatives à ces deux sites. À Thelpousa, aussi bien dans les citations d’Antimaque (fin ve siècle) que sur les monnaies du ve siècle figurant le cheval au revers, Despoina est absente. De même, à Phigalie, au cours de la description par Pausanias (VIII, 42, 7) de la statue de Déméter Mélaina sculptée par Onatas au ve siècle, Despoina n’apparaît pas. Elle serait donc d’introduction plus récente. Dans l’oracle de Delphes, tardif, mais qui renvoie à une peste du ve siècle (Pausanias, VIII, 42, 6), Déméter est dite « Déô poulinière », ce qui est une allusion à Arion ; elle renverrait au premier stade de la légende phigalienne qui aurait connu le seul Arion avant l’introduction de Despoina. C’est depuis Lykosoura que Despoina pourrait avoir été importée dans les légendes de Thelpousa et de Phigalie. L’hypothèse n’est pas impossible, encore qu’elle se fonde essentiellement sur des arguments qui ne sont pas entièrement probants : ni les citations d’Antimaque qui proviennent de « vers composés sur Arion59 », ni la description et l’histoire de la statue de Déméter Mélaina n’appelaient la mention de Despoina.

  • 60 Palamidis (2018), p. 141.

21La création de cette déesse à Mégalopolis se serait faite à partir de Koré, dont la déesse tient la place à côté de Déméter et d’Artémis. Avec cette dernière, elle partage la relation étroite avec le monde des animaux. Quant à son nom de Despoina, A.P. fait l’hypothèse, après avoir réuni les occurrences et leur emploi, qu’il a une origine littéraire. Le choix du mot comme appellation cultuelle relèverait d’une « invention érudite60 » faisant de la déesse la « Maîtresse de l’Arcadie ».

22Tous ces parallèles avec des données cultuelles antérieures au synécisme éclairent les configurations divines présentes à Lykosoura. Mais le problème est que de tels rapprochements, quelle que soit leur validité, ne constituent pas des preuves d’emprunts qui seraient à l’origine d’une « création » par Mégalopolis du panthéon de Lykosoura. A.P. reconnaît elle-même, mais dans sa conclusion seulement, qu’une filiation risque d’être impossible à prouver.

  • 61 Plutarque, Isis et Osiris, 27–28.
  • 62 Tacite, Histoires IV, 83–84.
  • 63 Paus., VIII, 31, 7.

23Pour le processus de « création » érudite à partir d’emprunts, A.P. fait appel comme parallèle au dieu Sarapis, nouvelle divinité créé à Alexandrie au iiie siècle, à partir d’éléments venant de dieux égyptiens et de dieux grecs. La légende de cette fondation, attestée par Plutarque61 et de manière plus détaillée par Tacite62, renvoie à la volonté et au pouvoir d’un dynaste, Ptolémée Ier. Si un tel événement politico-religieux s’était produit à Mégalopolis, Pausanias n’en garderait-il pas le souvenir ? Mais aucun nom n’est conservé pour l’« érudit » qui serait à l’origine d’une déesse qui était, selon Pausanias, vénérée par tous les Arcadiens. Or, lorsqu’il s’agit des Grandes Déesses, création de Mégalopolis, et de leurs mystères importés d’Éleusis, le Périégète indique63 que dans l’enclos de ces déesses, « se dressent aussi dans un bâtiment des effigies humaines, celles de Kallignôtos et Mentas et de Sôsigénès et de Polos ; ce sont eux qui instituèrent, dit-on, à Mégalopolis pour la première fois les mystères des Grandes Déesses, dont les rites sont la réplique (mimemata) de ceux d’Éleusis ». Rien de tel pour Despoina.

  • 64 Pol., IV, 20, 3–4.
  • 65 Pol., IV, 26, 7.

24À défaut de pouvoir avancer une tradition relative à la création de la déesse à partir d’emprunts par quelque érudit, A.P. formule une nouvelle hypothèse au sujet du mystérieux « pinakion relatif aux mystères » (πινάκιόν ἐστι γεγραμμένον, ἔχον τὰ ἐς τὴν τελετήν) vu par Pausanias dans le portique de Lykosoura, entre deux reliefs aux thèmes mythologiques et voisinant avec un portrait de Polybe. On l’a considéré comme un texte réglementant l’accès aux mystères. A.P., se référant à l’influence présumée des textes dans la fondation de certains sanctuaires, lui prête un rôle dans la fondation des mystères de Lykosoura. Elle propose comme parallèle la lamelle d’étain conservée dans une hydrie de bronze enterrée par Aristomène sur l’Ithome pendant la seconde guerre messénienne64. Elle aurait été retrouvée à la suite d’une vision en rêve par Épitéles à l’époque de la fondation de Messène : « y étaient inscrits, rapporte Pausanias, les mystères des Grandes Déesses et c’était le dépôt d’Aristomène65 » qui permet de refonder les mystères. Le pinakion de Lykosoura aurait, comme pour Andania, joué un rôle dans la fondation d’un nouveau culte à mystères pour Despoina et A.P. d’ajouter l’hypothèse d’un rêve intimant la fondation, comme plus tard le rêve qui, selon Pausanias, désigne un bloc unique pour édifier la statue de Despoina sculptée par Damophon. L’enchaînement d’hypothèses, le pinakion et le rêve, est hardi et l’idée que la tablette aurait pu être effacée à l’époque de Pausanias ne suffit pas à expliquer le silence de ce dernier sur de tels évènements supposés qui n’auraient pas manqué de retenir son attention, comme ce fut le cas dans les Messeniaka pour les Grandes Déesses d’Andania.

  • 66 Palamidis (2018), p. 142–143.

25Sur la question de savoir « quand et comment le culte de Lykosoura a été perçu comme particulièrement ancien66 », A.P. conclut que c’est une fois la création récente oubliée (p. 143) que se réécrivit une pseudo-histoire qui vieillissait le sanctuaire et ses origines pour asseoir la position de Mégalopolis. On est évidemment tenté d’opposer à la volonté de Mégalopolis de faire ancien l’idée d’une réelle ancienneté du sanctuaire de Lykosoura avant le synécisme de Mégalopolis, mais cela renvoie à la pénurie de documents sur les temps anciens de Lykosoura, dont on a parlé.

26Sans écarter définitivement l’hypothèse que formule le titre de l’article d’A.P., on notera son caractère audacieux. Si on voit ce qu’auraient tiré les Mégalopolitains d’un nouveau culte propre à fédérer les habitants de la cité nouvelle, aucun argument positif ne vient prouver qu’ils n’ont pas hérité de ce culte dont Pausanias disait l’ancienneté. On conservera donc au titre de l’article son lucide point d’interrogation.

Haut de page

Bibliographie

W.S. Barrett, « The Epitome of Euripides’ Auge », in W.S. Barrett, M.L. West (éd.), Greek Lyric, Tragedy, and Textual Criticism. Collected Papers, Oxford, 2007, p. 454–465.

M.‑F. Billot, « Le temple de Despoina », Ktèma 33 (2008), p. 135–180.

J.‑M. Carbon, J.P.T. Clackson, « Arms and the Boy: On the New Festival Calendar from Arkadia », Kernos 29 (2016), p. 119–158.

P. Cavvadias, Fouilles de Lycosoura, livraison 1, Athènes, 1893.

J.A. Dengate, « The Triobols of Megalopolis », Museum Notes 13 (1967), p. 57–110.

G. Dickins, « Damophon of Messene. III », ABSA 17 (1910–1911), p. 80–87.

M. Facella, La dinastia degli Orontidi nella Commagene ellenistico-romana, Pise, 2006 (Studi ellenistici, 17).

B. Forsén, « Artemis Lykoatis and the Bones of Arkas. Sanctuaries and Territoriality », in M. Melfi, O. Bobou (éd.), Hellenistic Sanctuaries Between Greece and Rome, Oxford, 2016, p. 40–62.

M. Jost, « Statuettes de bronze provenant de Lykosoura », BCH 99 (1975), p. 339–354.

—, Sanctuaires et cultes d’Arcadie, Paris, 1985 (Études péloponnésiennes, 9).

—, « Villages de l’Arcadie antique », Ktèma 11 (1986), p. 145–158.

—, « Pausanias et le témoignage des monnaies sévériennes en Arcadie », RA n.s. 2 (2010), p. 227–257.

—, « Les sources littéraires relatives au mont Lycée, d’Hésiode à Tzetzès », C&M 65 (2014), p. 23–54.

M. Jost, C. Hoët-van Cauwenberghe, « La vie religieuse en Arcadie à l’époque du Haut-Empire », in A.D. Rizakis, C.E. Lepenioti (éd.), Roman Peloponnese III. Society, Economy and Culture under the Roman Empire: Continuity and Innovation, Athènes, 2010 (Μελετήματα, 63), p. 291–308.

M. Kantirea, « Re-Shaping the Sacred Landscape through Benefaction. The Sanctuary of Lykosoura in the Peloponnese », in M. Melfi, O. Bobou (éd.), Hellenistic Sanctuaries Between Greece and Rome, Oxford, 2016, p. 27–39.

P. Kavvadias, « Ἔκθεσις τῶν πεπραγμένων τῆς Ἑταιρείας κατὰ τὸ 1897 », Praktika (1897), p. 9–37.

K. Kourouniotis, « Τὸ ἐν Λυκοσούρᾳ Μέγαρον τῆς Δεσποίνας », ArchEph (1912), p. 142–161.

V. Léonardos, « Ἀνασκαφαὶ τοῦ ἐν Λυκοσούρᾳ ἱεροὺ τῆς Δεσποίνας », Praktika (1896), p. 95–126.

Éd. Lévy, « Sondages à Lykosoura et date de Damophon », BCH 91 (1967), p. 518–545.

M. Moggi, « Il sinecismo di Megalopoli (Diod., 15, 72, 4 ; Paus., 8, 27, 1–8) », ASNP série III, 4, 1 (1974), p. 71–107.

T.H. Nielsen, Arkadia and its Poleis in the Archaic and Classical Periods, Göttingen, 2002 (Hypomnemata, 140).

— « Arkadia », in M.H. Hansen, T.H. Nielsen (éd.), An Inventory of Archaic and Classical Poleis. An Investigation Conducted by the Copenhagen Polis Centre for the Danish National Research Foundation, Oxford, 2004, p. 505–539.

— « Can ‘Federal Sanctuaries’ Be Identified in Triphylia and Arkadia ? », in P. Funke, M. Haake (éd.), Greek Federal States and their Sanctuaries. Identity and Integration. Proceedings of an International Conference of the Cluster of Excellence “Religion and Politics” Held in Münster, 17.06–19.06.2010, Stuttgart, 2013, p. 227–244.

— « The Arkadian Confederacy », in H. Beck, P. Funke (éd.), Federalism in Greek Antiquity, Cambridge, 2015, p. 250–268.

G.C. Nordquist, M.E. Voyatzis, E. Østby et al. (éd.), Tegea I. Investigations in the Temple of Athena Alea 1991–94, Athènes, 2014 (Papers and Monographs from the Norwegian Institute at Athens, 3).

A. Palamidis, « The Sanctuary of Despoina at Lykosoura: A Megalopolitan Creation? », in K. Tausend (éd.), Arkadien im Altertum. Geschichte und Kultur einer antiken Gebirgslandschaft, Beiträge des Internationalen Symposiums in Graz, Österreich, 11. bis 13. Februar 2016, Graz, 2018 (A.R.G.E.I.A., 3), p. 127–151.

A. Petrovic, Kommentar zu den simonideischen Versinschriften, Leyde, 2007 (Mnemosyne, suppl. 282).

S. Psoma, « Ἀρκαδικόν », Horos 13 (1999), p. 81–96.

D.G. Romano « Mt. Lykaion as the Arcadian Birthplace of Zeus », in T.S. Scheer (éd.), Natur – Mythos – Religion im antiken Griechenland. Nature – Myth – Religion in Ancient Greece, Stuttgart, 2019 (Potsdamer Altertumwissenschaftliche Beiträge, 67), p. 219–237.

D.G. Romano, M.E. Voyatzis, « Mt. Lykaion Excavation and Survey Project, Part 1. The Upper Sanctuary », Hesperia 83, 4 (2014), p. 569–654.

— « Mt. Lykaion Excavaion and Survey Project, Part 2. The Lower Sanctuary », Hesperia 84, 2 (2015), p. 207–276.

J. Roy, Studies in the History of Arcadia in the Classical and Hellenistic Periods, Cambridge, 1968 [thèse de doctorat].

— « The Urban Layout of Megalopolis in its Civic and Confederate Context », in R. Westgate et al. (éd.), Building Communities. House, Settlement and Society in the Aegean and Beyond. Proceedings of a Conference held at Cardiff University, 17–21 April 2001, Londres, 2007 (British School at Athens Studies, 15), p. 289–295.

— « The Parrhasians of Southwestern Arkadia », C&M 64 (2013), p. 5–47.

J. Roy et al., « Tribe and Polis in the Chora at Megalopolis: Changes in Settlement Pattern in Relation to Syneocism », in Πρακτικά του ΧΙΙ διεθνούς συνεδρίου κλασικής αρχαιολογίας. Αθήνα, 4–10 Σεπτεμβρίου 1983, vol. 4, Athènes, 1988, p. 179–182.

M. Sève, « Le dossier épigraphique du sculpteur Damophon de Messène », Ktèma 33 (2008), p. 117–128.

V. Staïs, « Τὰ ἐν Λυκόσουρᾳ ἀγάλματα τοῦ Δαμοφώντος », Journal International d’Archéologie Numismatique 14 (1912), p. 45–47.

Éditions de fragments

BNJ : I. Worthington (éd.), Brill’s New Jacoby, disponible en ligne : https://referenceworks.brillonline.com/browse/brill-s-new-jacoby.

R. Merkelbach, M.L. West, Fragmenta Hesiodea, Oxford, 1967.

D.L. Page, Further Greek Epigrams. Epigrams Before A.D. 50 from the Greek Anthology and Other Sources, Not Included in Hellenistic Epigrams or The Garland of Philip, Cambridge, 1981.

M.L. West, Iambi et Elegi Graeci ante Alexandrum Cantati I. Archilochus, Hipponax, Theognidea, Oxford, 1971.

Haut de page

Notes

1 Palamidis (2018).

2 Ibid., p. 131–132.

3 Homère, Iliade II, 608 ; Pindare, Olympiques 9, 95 ; Phérécyde, BNJ 3 F 135a–b ; Euripide, Oreste 1645 ; Thucydide, V, 33, 1–3 ; Xénophon, Anabase I, 1, 2 ; IV, 1, 27 ; VI, 5, 2 ; Helléniques VII, 1, 28 ; IG V 2, 2, l. 6. Voir Roy (2013), p. 35–38 pour un monnayage de la fin du ve siècle ou du début du ive siècle attribué aux Parrhasiens.

4 Hérodote, VI, 127 ; la cité est peut-être également mentionnée par Hésiode, fr. 163 (éd. Merkelbach, West), apud Ératosthène, Catastérismes 8.

5 Thuc., V, 33, 2.

6 Sur les poleis parrhasiennes, voir Nielsen (2002), p. 297–298.

7 Pausanias, VIII, 27, 3–4.

8 Paus., VIII, 27, 6.

9 Diodore, XV, 72, 4.

10 Sur les komai de Mégalopolitide, voir Jost (1986), 146–148 ; 150–155.

11 Cf. Nielsen (2002), p. 415.

12 Paus., VIII, 27, 3–6.

13 Cf. Paus., VI, 12, 8. Sur les sources de l’auteur, voir Nielsen (2002), p. 414–428.

14 Roy (1968) (non vidi), cité par Nielsen (2002), p. 429–430.

15 Moggi (1974).

16 Nielsen (2002), p. 414–455.

17 Voir ibid., p. 323–324.

18 Selon l’estimation de Nielsen (2004), p. 521.

19 Selon l’estimation de Roy et al. (1988), p. 179.

20 Voir Roy (2007), p. 291–292 ; Nielsen (2002), p. 481–485.

21 Cf. Moggi (1974), p. 101–103.

22 Voir également le cas des habitants de Trapézonte qui, selon Pausanias (VIII, 27, 6), auraient eux aussi refusé de participer au synécisme et se seraient réfugiés à Trapézonte du Pont, une de leurs colonies. Sachant que, selon Xénophon (An. IV, 8, 22), la cité du Pont était une colonie de Sinope et non de la cité arcadienne, il s’agit vraisemblablement d’un épisode inventé en raison de l’homonymie des deux cités (cf. Roy [2013], p. 19–20).

23 Paus., VIII, 37, 9.

24 Hdt., I, 66 ; IX, 70 ; Euripide, Augè, épitomè (P. Colon. I, 1, inv. 264, l. 2 ; cf. dernièrement Barrett [2007]) ; IG V 2, 3 ; 75.

25 Mantinée : IG V 2, 262 ; cf. 271, l. 1 ; Sparte : Xén., Hell. VI, 5, 27. De plus, Aléa apparaît peut-être dans la tablette arcadienne d’époque archaïque récemment publiée (l. 4 : cf. Carbon, Clackson [2016], p. 127).

26 Homère, Odyssée XXIV, 1 ; Hymne homérique à Hermès, passim ; H.hom. Pan, 27–31 ; Alcée, fr. 308a (CUF) ; Hipponax, fr. 3 (éd. West) apud Tzetzès, Ad Alex. 219 ; fr. 32 apud Tzetz., Ad Alex. 855 ; fr. 35 ; Pind., Ol. VI, 77–80 ; Sophocle, Œdipe Roi 1104.

27 Pind., Ol. 9, 96 ; 13, 108 ; Nem. X, 48 ; Euripide, Électre, 1274 ; Thuc., V, 16, 3 ; Platon, République VIII, 565d ; Xén., An. I, 2, 10. Cf. Jost (2014), p. 24–30.

28 Simonide, fr. 43 (éd. Page) apud Anth. Pal. XIII, 19. Sur la question de l’authenticité des épigrammes attribuées à Simonide, voir Petrovic (2007), p. 25–51.

29 Sur ces monnaies, voir dernièrement Roy (2013), p. 32–35 ; Nielsen (2015), p. 250–253. La divinité féminine représentée sur certaines de ces monnaies est-elle Despoina ou plutôt Artémis ? Comme le note Psoma (1999), p. 88, son iconographie correspond parfaitement à celle d’Artémis, tandis qu’aucune représentation complète de Despoina n’est connue.

30 Roy (2013), p. 35–38.

31 Polybe, IV, 33, 2 ; XVI, 12, 7.

32 Pol., IX, 8, 11 ; 34, 10 ; XI, 11, 4–6 ; 12, 6 (Poséidon Hippios à Mantinée) ; IV, 18, 10–11 ; 25, 4 ; IX, 34, 9 (Artémis à Lousoi) ; IV, 78, 3–5 (Athéna à Alipheira).

33 Strabon, VIII, 8, 1–2 (C388), trad. d’après R. Baladié (CUF ).

34 IG V 2, 515B, l. 27–28 ; 516, l. 13–15. Sur la date de ces inscriptions, voir Kantirea (2016), p. 38.

35 Voir notamment Dengate (1967) ; cf. Nielsen (2004), p. 522.

36 IG V 2, 521–522 ; 534–536. Les dédicaces des deux fils du sculpteur Damophon (IG V 2, 539–540), originaires de Messène, pourraient dater de l’époque de leur séjour à Lykosoura, au cours duquel ils auraient collaboré avec leur père à la création du groupe statuaire (cf. Sève [2008], p. 122). Quant au décret honorifique de Priène, d’Antioche du Méandre et de Paroreia (IG V 2, 537), il n’indique pas nécessaire un rayonnement du sanctuaire dans tout le monde égéen puisque la personne honorée pourrait être un citoyen mégalopolitain, ce que l’état fragmentaire de l’inscription ne permet malheureusement pas de vérifier.

37 Forsén (2016), p. 53–56.

38 Paus., VIII, 27, 3 et 5.

39 Cf. Jost, Hoët-van Cauwenberghe (2010), p. 296–297 ; Kantirea (2016), p. 32 ; 38–39.

40 IG V 2, 538 (dédicants laconiens) ; 525 (dédicace d’un messager [tabellarius] de l’empereur) ; 524 (dédicace du « roi » Philopappos, petit-fils du dernier souverain de Commagène ; sur l’identification du dédicant, voir Facella [2006], p. 353–354 n. 228).

41 Paus., VIII, 37, 1–12 (Lykosoura) ; 35, 2 (statue de la déesse à la frontière entre Mégalopolis et Messène) ; 25, 4–11 (Thelphousa) ; 42, 1 (Phigalie). Notons que la répartition géographique de ces sites, limitée au sud-ouest de l’Arcadie, ne confirme pas le caractère pan-arcadien que Pausanias attribue à Despoina.

42 Stais (1912) ; Dickins (1910–1911).

43 Voir Nielsen (2013), p. 235–237.

44 Paus., VIII, 37, 9.

45 Strab., VIII, 8, 2 (C 388) ; Paus., VIII, 38, 5–7, qui décrit un sanctuaire en ruines. Les fouilles récentes n’ont pas permis d’attester la fréquentation du sanctuaire après la fin du ier siècle av. J.‑C. : Romano, Voyatzis (2014) ; Romano, Voyatzis (2015) ; cf. Romano (2019), p. 234. À l’époque impériale, le concours des Lykaia, encore attesté (IG V 2, 515B, l. 31 ; 463, l. 7 ; Jost [2010], p. 241 [monnaie sévérienne]), pourrait avoir été organisé à Mégalopolis (cf. Jost [1985], p. 185), où se trouvait également un sanctuaire dédié à Zeus Lykaios (Paus., VIII, 30, 2).

46 Palamidis (2018), p 130–131.

47 Léonardos (1897), p. 119.

48 Kavvadias (1898), p. 28.

49 Léonardos (1897), p. 125.

50 Kourouniotis (1912), p. 161, fig. 41. Voir pour ces figurines, Jost (1975), p. 339–354.

51 Voir Billot (2008), p. 135–180, en particulier p. 138–139 et bibliographie.

52 Cavvadias (1893), p. 8.

53 Lévy (1967), p. 518–545.

54 Paus., VIII, 27, 6.

55 Nordquist, Voyatzis, Østby et al. (2014) ; Romano, Voyatzis (2014), p. 569–652.

56 Palamidis (2018), p. 132.

57 Paus., VIII, 25, 7.

58 Paus., VIII,42, 1.

59 Paus., VIII, 25, 7.

60 Palamidis (2018), p. 141.

61 Plutarque, Isis et Osiris, 27–28.

62 Tacite, Histoires IV, 83–84.

63 Paus., VIII, 31, 7.

64 Pol., IV, 20, 3–4.

65 Pol., IV, 26, 7.

66 Palamidis (2018), p. 142–143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Jost et Alaya Palamidis, « Points de vue sur Lykosoura. »Kernos, 33 | 2020, 127-140.

Référence électronique

Madeleine Jost et Alaya Palamidis, « Points de vue sur Lykosoura. »Kernos [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 09 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/kernos/3444 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.3444

Haut de page

Auteurs

Madeleine Jost

Université Paris Nanterre

Professeur émérite

madeleine.jost@orange.fr

Articles du même auteur

Alaya Palamidis

alaya.palamidis@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search