Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33ÉtudesLa tonte funèbre des équidés ou l...

Études

La tonte funèbre des équidés ou le chagrin d’Alexandre

Origines et interprétations d’une pratique de deuil
Jérémy Clément
p. 157-185

Résumés

Un rite de deuil particulier et rarement attesté dans les sources classiques consiste à raser la crinière des chevaux et parfois des mulets à la mort d’un haut personnage. Cette pratique apparaît notamment parmi les mesures du deuil décrété par Alexandre à la mort d’Héphaistion en 324, ce qui a été versé par les Anciens — et souvent par les Modernes à leur suite — à la liste des comportements excessifs et barbares du conquérant macédonien à la fin de son règne. Une enquête sur les origines de ce rite montre que ce dernier constitue un bel exemple des transferts culturels du ve siècle entre les Perses et les Grecs, avec une réception favorable en Thessalie et une perception plus mitigée en Grèce du sud. Cette pratique offre un éclairage sur ce que les Grecs appelaient un mega penthos (grand deuil / deuil public) et sur l’utilisation politique qu’Alexandre a essayé d’en faire en 324.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Le deuil d’Alexandre : affliction et démesure
Une pratique thessalienne de l’époque classique
Un rite d’origine perse ?
La tonte funèbre des équidés : réception d’une pratique en contexte grec
Le contexte de la culture équestre thessalienne
Les deuils publics : enjeux et pratiques
La portée symbolique de la tonte des chevaux en Grèce : élevage, guerre et deuil privé
Retour à Ecbatane ou comment fabriquer
un deuil public ?

Aperçu du texte

Le deuil d’Alexandre : affliction et démesure

Ἔνθα δὴ καὶ ἄλλοι ἄλλα ἀνέγραψαν ὑπὲρ τοῦ πένθους τοῦ Ἀλεξάνδρου· μέγα μὲν γενέσθαι αὐτῷ τὸ πένθος, πάντες τοῦτο ἀνέγραψαν, τὰ δὲ πραχθέντα ἐπ’ αὐτῷ ἄλλοι ἄλλα, ὡς ἕκαστος ἢ εὐνοίας πρὸς Ἡφαιστίωνα ἢ φθόνου εἶχεν ἢ καὶ πρὸς αὐτὸν Ἀλέξανδρον.

Tous s’accordent cependant sur l’immensité du chagrin d’Alexandre ; mais, sur ce que ce chagrin l’amena à faire, les témoignages divergent, selon la bienveillance ou la jalousie que chacun éprouvait pour Héphaistion, ou même pour Alexandre lui-même (Arrien, Anabase VII, 14, 2).

En octobre 324 av. J.‑C., après sept jours d’une forte fièvre, Héphaistion, ami intime d’Alexandre le Grand et second personnage du royaume, s’éteint dans le palais royal d’Ecbatane en Médie. D’après les sources, le roi en ressent une si vive affliction qu’après quelques jours d’un profond chagrin marqué tantôt par le désespoir tantôt par la colère, il entreprend d’organiser pour son défunt compagnon des funérailles grandioses. D...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémy Clément, « La tonte funèbre des équidés ou le chagrin d’Alexandre »Kernos, 33 | 2020, 157-185.

Référence électronique

Jérémy Clément, « La tonte funèbre des équidés ou le chagrin d’Alexandre »Kernos [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/kernos/3456 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.3456

Haut de page

Auteur

Jérémy Clément

Université Paris Nanterre

jclement@parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search