Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Chronique des activités scientifi...Revue des LivresComptes rendus et notices bibliog...Political Religions in the Graeco...

Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Political Religions in the Graeco-Roman World

Luca Lorenzon
p. 330-332
Référence(s) :

Elias Koulakiotis, Charlotte Dunn (dir.), Political Religions in the Graeco-Roman World. Discourses, Practices and Images, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2019. 1 vol. 15,2 × 21,2 cm, 323 p. ISBN : 978-1-5275-3241-0.

Texte intégral

  • 1 La table des matières est reprise ci-dessous, p. 357.

1Cet ouvrage est issu d’un colloque organisé lors du mois de juillet 2014 à Ioannina en Grèce1. Il est constitué de quatorze chapitres rédigés en anglais par différents contributeurs et répartis en trois sections de manière à mettre en exergue une série d’approches thématiques distinctes mais complémentaires. La première partie (ch. 1–5 : Discourses, Legitimacy, Charisma) s’intéresse aux processus de créations par les élites gouvernantes de messages politiques invoquant des éléments appartenant à la sphère des religions grecque et romaine traditionnelles. La deuxième partie (ch. 6–9 : Practices, Rituals, Identities) concerne le rôle du rituel dans la mise en place de tels messages politiques. La troisième section (ch. 10–14 : Images, Spaces, Monuments) s’intéresse quant à elle aux modalités d’occupation de l’espace civique et à la visibilité accordée aux rituels.

2De manière générale, le principal mérite des différents chapitres de cet ouvrage réside dans la prise en compte d’une multiplicité de niveaux de production des messages politiques invoquant des éléments empruntés à la religion traditionnelle. Dans certains cas, l’attention des auteurs s’est portée sur le rôle des classes dirigeantes. Millender (ch. 2) envisage par exemple le cas étonnant de l’héroïsation post-mortem de Cynica, sœur du roi de Sparte Agésilas II. L’A. soutient que cette héroïsation faisait partie intégrante de la politique de promotion de l’image royale menée par Agésilas, fondée sur une opposition au général Lysandre et sur les honneurs cultuels dont elle bénéficiait de la part des Samiens. Il en va de même pour le cinquième chapitre, où Müller se penche sur un passage de Dion Cassius relatant l’apparition fantastique du fantôme d’Alexandre le Grand, accompagné de 400 compagnons formant un cortège à travers la Mésie et la Thrace. Il révèle ainsi une démarche complexe d’utilisation de l’image d’Alexandre au sein d’un programme idéologique visant à renforcer la légitimité de Sévère Alexandre, fraîchement nommé empereur. De manière analogue, mais en se focalisant sur les cités plutôt que sur le pouvoir royal/impérial, Arguriou-Casmerides (ch. 13) étudie les vertus justifiant la création d’honneurs cultuels ou civiques en contexte religieux de la part des cités grecques. L’étude des formulaires employés dans les décrets émis par leurs autorités souligne que les honorandi étaient envisagés davantage pour leur action bienfaitrice envers la communauté civique qu’en raison de leur attitude envers les divinités.

3Le volume possède comme qualité de mettre en avant les modalités de réception et d’appropriation des messages émis par ces classes dirigeantes. Koulakiotis (ch. 4) s’interroge par exemple sur le rôle d’Arrien en tant que prêtre de Déméter et Korè, divinités principales de la cité de Nicomédie. En liant cette charge officielle à l’initiation du philosophe aux mystères d’Éleusis, il identifie les fonctions religieuses d’Arrien comme des éléments révélateurs de son adhésion à la politique d’Hadrien, visant à unifier l’empire sous la marque de l’hellénisme.

4Cette approche est complétée par un intérêt constant pour la tension existant entre les contextes particuliers et le cadre plus général des religions grecque et romaine. Au chapitre onze, Mostratos reconstitue les scènes mythologiques représentées sur divers temples du Péloponnèse. Ces recherches minutieuses permettent d’affirmer la nécessité d’envisager les choix iconographiques en regard du contexte local et de ses interactions avec l’échelle panhellénique. De la même manière, Christodoulou (ch. 7) met en avant le rôle de la déesse Aphrodite dans le message politique du stratège athénien Cimon et du roi de Salamine Évagoras Ier. En soulignant le rôle proéminent de ces figures importantes du paysage politique grec de l’époque classique, l’A. révèle l’existence de différents niveaux d’interactions dans la mise en place des visées impérialistes athéniennes sur l’île de Chypre.

5Le choix des éditeurs de ne pas rédiger de conclusion finale apparaît pertinent au regard des objectifs énoncés en début de volume. En effet, aucune définition précise de l’appellation « political religions », employée dans le titre, ne nous est proposée. De cette manière, plutôt que d’unifier le phénomène sous une définition rigide, les A. multiplient les approches méthodologiques permettant de rendre compte de la complexité des liens existant entre les sphères politiques et religieuses dans les sociétés grecque et romaine. Loin de réduire le concept de « political religions » à un phénomène unique, chacune des contributions fournit un exemple indépendant qui apporte une expertise distincte sur cette thématique. Un large cadre chronologique (viie siècle av. J.‑C. jusqu’au ive siècle de notre ère) et géographique (e.g. Grèce continentale, îles grecques, Sicile, Italie) est donc abordé. Les contributions présentent toutefois la caractéristique commune de porter une attention particulière aux interactions entre les différents niveaux de production et de réception des messages politiques, tout en considérant les contextes locaux ainsi que leurs rapports avec l’échelle globale du monde classique. Il s’agit donc d’un recueil appréciable d’études de cas particuliers, s’insérant chacune dans le contexte de la recherche actuelle, qui tend vers une prise en compte toujours plus aiguë des rapports entre les sphères politique et religieuse.

Haut de page

Notes

1 La table des matières est reprise ci-dessous, p. 357.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luca Lorenzon, « Political Religions in the Graeco-Roman World »Kernos, 33 | 2020, 330-332.

Référence électronique

Luca Lorenzon, « Political Religions in the Graeco-Roman World »Kernos [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/kernos/3543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.3543

Haut de page

Auteur

Luca Lorenzon

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search