Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Chronique des activités scientifi...Revue des livresComptes rendus et notices bibliog...Purifier, soigner ou guérir ? Mal...

Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Purifier, soigner ou guérir ? Maladies et lieux religieux de la Méditerranée antique à la Normandie médiévale

Elie Piette
p. 315-316
Référence(s) :

Cécile Chapelain de Sereville et al. (dir.), Purifier, soigner ou guérir ? Maladies et lieux religieux de la Méditerranée antique à la Normandie médiévale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020. 1 vol. 21,8 × 28 cm, 310 p. (Archéologie & Culture). ISBN : 978-2-7535-8025-1.

Texte intégral

1Issu d’un colloque tenu à Cerisy-la-Salle en octobre 2014, le présent ouvrage envisage les connexions entre médical et religieux au sein d’espaces dédiés à la guérison. Le matériau rassemblé, quoique varié tant d’un point de vue géographique (du monde grec jusqu’en Normandie) que temporel (de l’Antiquité au xxe siècle), concerne essentiellement le monde chrétien. Nous signalons toutefois quelques contributions dédiées aux sanctuaires guérisseurs grecs ainsi qu’aux pratiques religieuses et magiques antiques.

2La figure du lézard sur une série de gemmes « magiques » d’époque romaine est pour Thomas Galoppin l’occasion de réfléchir au fonctionnement de ces amulettes destinées à soigner les affections ophtalmiques : par le biais d’une transcription graphique du rituel, la puissance guérisseuse de l’animal est transférée à l’artéfact. Les pratiques iatromagiques sont également approfondies par Magali de Haro Sanchez, qui souligne la complémentarité des médecines rationnelle, religieuse et magique dans les papyrus et les traités médicaux.

3Deux contributions concernent la représentation d’Asclépios et ses sanctuaires. Émilie Piguet déconstruit l’interprétation répandue d’Asclépios comme « dieu-médecin », héritée du positivisme scientifique du xixe siècle : contrairement aux pratiques chirurgicales, c’est la puissance (dynamis) du dieu qui demeure à l’origine de la guérison, tandis que le pharmakon n’est qu’une manifestation, un prolongement de cette puissance. L’ajout d’une pharmacopée s’explique par une volonté de réalisme médical, les récits de guérison devenant les instruments d’un faire-croire en la science du dieu. En mettant en évidence, au sein de ces mêmes récits de guérison, les mentions récurrentes de la supplication et du déplacement vers le sanctuaire d’Épidaure, le regretté Pierre Sineux souligne le caractère physique de la démarche du consultant, tout en rejetant le concept inapproprié de « pèlerinage » : rejoindre un lieu sacré est le premier geste à accomplir afin d’entrer en contact avec la divinité et de bénéficier de son intervention.

4Parmi les contributions relatives à l’Antiquité figurent encore la recherche d’Évelyne Samama sur la pratique de la sudation dans les installations thermales et dans le corpus hippocratique ainsi que l’étude de Christine Delaplace sur les mutations survenant dans les lieux de guérison en Gaule aux ivevie siècles de notre ère. Les différentes interventions témoignent de la difficulté, voire de l’impossibilité d’établir des frontières strictes entre pratiques médicales rationnelles, religieuses et magiques qui, loin de s’opposer, se combinent régulièrement. Plus largement, l’ensemble invite à réfléchir aux comportements religieux en matière de santé ainsi qu’aux pratiques purificatrices et magiques qui les accompagnent. Les actes de cette rencontre pluridisciplinaire s’adressent par conséquent non seulement à l’historien de la médecine, mais aussi à quiconque s’intéresse à l’histoire des mentalités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elie Piette, « Purifier, soigner ou guérir ? Maladies et lieux religieux de la Méditerranée antique à la Normandie médiévale »Kernos, 34 | 2021, 315-316.

Référence électronique

Elie Piette, « Purifier, soigner ou guérir ? Maladies et lieux religieux de la Méditerranée antique à la Normandie médiévale »Kernos [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4033

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search