Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Chronique des activités scientifi...Revue des livresComptes rendus et notices bibliog...Les Territoires de l’Âge d’or. De...

Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Les Territoires de l’Âge d’or. De l’Antiquité à l’ère du tourisme planétaire

Elie Piette
p. 320-321
Référence(s) :

Monique Mund-Dopchie, Les Territoires de l’Âge d’or. De l’Antiquité à l’ère du tourisme planétaire, Genève, Droz, 2020. 1 vol. 15,1 × 22,2 cm, 394 p. (Histoire des idées et critique littéraire, 511). ISBN : 978-2-600-05931-2.

Texte intégral

1À l’origine du présent ouvrage se trouve un cours consacré aux voyages lointains dans l’imaginaire grec : l’A. nous emmène, à l’image de ses anciens étudiants, sur les traces de l’âge d’or à partir de ses évocations dans la culture occidentale, depuis Hésiode jusqu’à aujourd’hui, en passant par la découverte du Nouveau Monde et de Tahiti. Cette recherche est articulée autour des dimensions temporelle et spatiale du mythe (terme dont la pertinence est abordée p. 15), deux composantes dont la primauté varie selon les époques et les contextes.

2La dimension temporelle l’emporte incontestablement durant l’Antiquité, sujet de la première partie de l’ouvrage. L’A. y analyse le récit hésiodique et les versions postérieures qui témoignent de la plasticité du mythe. Différentes interprétations apparaissent chez les successeurs d’Hésiode, notamment en ce qui concerne le caractère révolu : à la conception d’une époque lointaine et inaccessible s’oppose celle d’un retour imminent de l’âge d’or, lié à la figure du souverain. Chercher le modèle sous-jacent de l’âge d’or derrière la description des confins et de leurs populations étranges s’avère en revanche peu fructueux, raison pour laquelle l’A. préfère interpréter ces récits suivant la grille de lecture de l’altérité.

3Outre son caractère polymorphe, un autre facteur expliquant la survie de la tradition de l’âge d’or et ses remaniements ultérieurs réside dans sa proximité avec d’autres mythes d’origine de l’humanité. Dès l’œuvre hésiodique, le mythe des races et celui de Prométhée constituent ainsi le terreau de deux conceptions vouées à s’opposer jusqu’à l’époque moderne : là où l’âge d’or véhicule l’idée d’une décadence succédant à la période la plus heureuse de l’humanité et est progressivement assimilé à la notion chrétienne de Paradis terrestre, le don de Prométhée est interprété par l’A. comme un embryon de la théorie du progrès. L’ambiguïté de la vie primordiale se fait jour, traduite dans la figure ambivalente de Cronos-Saturne, qui endosse tantôt le profil du souverain idéal, tantôt celui d’un dieu sanguinaire. Ces conceptions antinomiques influenceront l’approche ethnologique et anthropologique postérieure, notamment pour décrire ces indigènes du Nouveau Monde, oscillant entre les figures du « Bon Sauvage » et du « Mauvais Sauvage », et dont le sort est enviable ou non.

4L’âge d’or est ainsi l’archétype du mythe polymorphe et malléable qui ne cesse d’être adapté au fil des siècles tout en perdant une grande partie de son sens originel. Les vacanciers d’aujourd’hui, invités à se rendre en des lieux « paradisiaques », témoignent à la fois de sa survivance ténue et des profondes modifications qu’il a subies : désireux d’oublier un instant la vie quotidienne, ces voyageurs s’apparentent en fin de compte « davantage aux Lotophages de l’Odyssée qu’à la race d’or hésiodique » (p. 296). Si l’âge d’or laisse la place aujourd’hui dans les agences de voyages à la notion de « paradis terrestre », la raison est à chercher selon l’A. dans le déclin des études classiques. Une autre explication se trouve vraisemblablement dans la prépondérance de la dimension temporelle de l’expression « âge d’or », là où le monde touristique privilégie l’ailleurs, exotique mais au demeurant accessible. Par un voyage à travers le temps et l’espace, cet ouvrage nous incite à interroger nos conceptions du bonheur, de l’ici et de l’ailleurs, par le biais d’un mythe dont l’universalité et la plasticité sont à la source autant de sa pérennité que de sa transformation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elie Piette, « Les Territoires de l’Âge d’or. De l’Antiquité à l’ère du tourisme planétaire »Kernos, 34 | 2021, 320-321.

Référence électronique

Elie Piette, « Les Territoires de l’Âge d’or. De l’Antiquité à l’ère du tourisme planétaire »Kernos [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4075 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4075

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search