Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Chronique des activités scientifi...Revue des revuesRevue des revues

Chronique des activités scientifiques
Revue des revues

Revue des revues1

Luca Lorenzon et Elie Piette
p. 335-347

Texte intégral

  • 1 Les dossiers thématiques publiés dans des revues sont désormais repris comme tels sous le deuxièm (...)

1Adorjáni Zsolt, « Bemerkungen zur Ektheosis Arsinoes des Kallimachos: Gattung, Struktur und Inhalt », Philologus 165–1 (2021), p. 2–24 [présente une interprétation d’un poème de Callimaque en se concentrant essentiellement sur le thème de la mort de la reine Arsinoé II et de son ascension parmi les divinités].

2Agosti Gianfranco, « A Fragment of an Acrostic Hymn (SEG 8.225 = CIIP 711) », ZPE 215 (2020), p. 24–26 [propose de nouvelles lectures de ce texte énigmatique traditionnellement identifié comme un hymne au soleil ou à la lune. L’A. avance ici plusieurs arguments convaincants concernant l’authenticité du texte, tout en admettant la difficulté d’avancer des hypothèses quant à sa nature exacte].

3Alonso Deniz Alcorac, « Le mois macédonien Αὐδναῖος et les fêtes d’hiver pour Perséphone
* Ἀϝ(ι)δνά “Invisible”, “Obscure” », REA 122–2 (2020), p. 489–507 [présente une nouvelle hypothèse concernant l’étymologie du nom de mois macédonien Αὐδναῖος. L’A. postule qu’à l’origine de Αὐδναῖος se trouverait * Ἀϝ(ι)δνά « Invisible » ou « Obscure », une épiclèse de Perséphone que les Macédoniens auraient honorée avec Déméter lors d’une fête annuelle au début de l’hiver].

4Anghelina Catalin, « The Literate Io », QUCC 127–1 (2020), p. 11–28 [étudie les origines et la signification du mythe d’Io et d’Argos, auquel il joint l’histoire de Danaos qui illustre le thème de l’exil et du retour. L’ensemble est mis en lien avec l’invasion dorienne du Péloponnèse et la migration ionienne en Asie Mineure].

5Ast Rodney, « I.Pan 70, a Dedication from the Year 133 BC », ZPE 213 (2020), p. 108–109 [édition d’une dédicace en faveur du roi Ptolémée et de son épouse Cléopâtre découverte en janvier 2019 sur les côtes de la Mer Rouge].

6Baker Ashli J.E., « Mȳthoi Erōtikoi: Heracles in Achilles Tatius’ Leucippe and Clitophon », Mnemosyne 73–6 (2020), p. 999–1024 [examine la représentation érotique d’Héraclès dans le roman d’Achille Tatius ainsi que l’impact de cette emphase sur l’intrigue et sur la classification malaisée de l’œuvre].

7Ballesteros Bernardo, « On Gilgamesh and Homer: Ishtar, Aphrodite and the Meaning of a Parallel », CQ 71–1 (2021), p. 1–21 [étudie les ascensions respectives d’Aphrodite sur l’Olympe et d’Ishtar au ciel et remet en question l’hypothèse communément acceptée d’une réception iliadique du poème mésopotamien].

8Balty Janine, « Mosaïques romaines du ive siècle et réaction païenne : récupération et re-sémantisation des images », RHR 238 (2021), p. 349–374 [à travers l’analyse de deux séries de mosaïques du ive siècle, découvertes l’une à Apamée de Syrie, l’autre à Nea Paphos (Chypre), l’A. illustre la réaction païenne à l’appropriation de leurs figures traditionnelles par les chrétiens].

9Belfiori Francesco, « Su alcuni depositi rituali di Agrigento: prassi sacrificale e riti di costruzione in ambito domestico nel Quartiere ellenistico-romano (Insula III, Casa M) », MEFRA 131–2 (2019), p. 479–500 [analyse trois dépôts rituels découverts récemment au sein d’une habitation du quartier hellénistico-romain d’Agrigente. Une attention particulière est portée à la signification des rituels de dépôts de fondation dans un contexte domestique, tout en tentant d’identifier les acteurs rituels et les destinataires divins].

10Belousov Alexey, « Una tablilla de maldición de la necrópolis de Panticapeo (SEG LXIII 616) revisitada », Emerita 88–1 (2020), p. 129–141 [établit le texte d’une tablette magique de la nécropole de Panticapée, offrant par la même occasion une vue plus large des pratiques magiques dans l’Antiquité].

11Bérard Reine-Marie, « La politique du cadavre », Annales (HSS) 75–1 (2020), p. 1–38 [étudie le rôle des corps des soldats morts à la guerre dans la cohésion de la polis et appréhende la représentation de la mort dans les cités].

12Beriotto Maria Pia, « Argia, figlia di Adrasto e moglie di Polinice: gli antefatti della saga dei Sette », QUCC 127–1 (2020), p. 29–48 [étudie la figure d’Argeia dans la tradition littéraire relative au cycle thébain].

13Bernabé Alberto, « La théologie négative dans la pensée présocratique », RHR 237 (2020), p. 259–276 [passe en revue les principaux témoignages pour retracer les débuts d’une histoire de la théologie négative dans la pensée présocratique — sur la théologie négative, voir aussi infra Pinel Martínez (2020)].

14Biard Guillaume et al., « La statue de Fortuna au forum de Philippes et son écrin architectural », BCH 143–2 (2019), p. 713–766 [étudie la statue de Fortuna et la construction qui l’entourait sur le forum de Philippes].

15Bièvre‑Perrin Fabien, « Héraclès, le satyre et la sphinx. Une scène originale sur une hydrie d’Apollonia d’Illyrie (Albanie) », BCH 143–1 (2019), p. 125–138 [décrit et analyse un vase représentant un satyre faisant face à Héraclès agenouillé, tandis qu’une sphinge et des oiseaux observent la scène].

16Bilić Tomislav, « Calendric Aspects of Myths and Cults Involving Apollo’s Visit to Hyperborea », CJ 116–3 (2021), p. 257 [étudie les mythes et les cultes concernant les visites d’Apollon à Hyperborée. Il est possible d’en déduire que ces visites possédaient un caractère saisonnier et étaient liées aux mouvements du soleil].

17Blanco Chiara, « Heracles’ Itch. An Analysis of the First Case of Male Uterine Displacement in Greek Literature », CQ 70–1 (2020), p. 27–42 [approfondit la nature du νόσος d’Héraclès ainsi que sa féminisation décrite en termes médicaux dans les Trachiniennes de Sophocle. Deux types de νόσος sont distingués : la passion d’Héraclès pour Iole dans la première partie de la tragédie et les symptômes dont il souffre dans la seconde].

18Blumell Lincoln H., Hull Kerry, « An Inscribed Statue of Tyche in Kyoto, Japan (Tafel 1) », Tyche 34 (2020), p. 1–4 [publient une inscription présente au musée gréco-romain de Kyoto et originaire d’Asie Mineure. Il s’agit d’une dédicace de statue de Tychè érigée pour une colonie].

19Boehm Ryan, « Ritual and Revolution: Artemis Eukleia and the Union of Corinth and Argos Revisited », Historia 70–3 (2021), p. 315–350 [examine la question de l’unification politique de Corinthe et d’Argos lors de la guerre corinthienne. L’A. fonde son argumentation sur le cadre révolutionnaire imposé au festival des Eukleia à Corinthe ainsi qu’à l’arrière-plan général de l’expansionnisme argien].

20Bonnet Corinne, « “De l’inattendu le dieu a découvert la voie”. La polyonymie comme mode de connaissance des dieux », CRAI 2 (2019), p. 595–622 [envisage la multiplicité des noms donnés aux dieux dans l’Antiquité comme une stratégie pour explorer leur nature. Plusieurs logiques susceptibles de rendre compte de la polyonymie sont distinguées et analysées au moyen d’exemples. En contrepoint, la position du monothéisme chrétien est prise en considération].

21Brandwood Steven, « Paeanic Markers in Aeschylus, Choephoroi 150–63 », CQ 70–2 (2020), p. 524–528 [analyse le péan présenté sous une forme altérée dans un passage des Choéphores d’Eschyle].

22Bremmer Jan N., « How Do We Explain the Quiet Demise of Graeco-Roman Religion? An Essay », Numen 68–2/3 (2021), p. 230–271 [revient sur les facteurs qui ont conduit à la transition relativement paisible du polythéisme gréco-romain au christianisme].

23Caneva Stefano, « Ptolemy II, Son of Ptolemy Soter, and the Ideology of Salvation: From Civic Acclamation to Dynastic Title », ZPE 214 (2020), p. 133–150 [étudie le développement de la titulature royale des premiers lagides, en se concentrant essentiellement sur l’épithète Σωτήρ et les liens de cette appellation avec la sphère divine].

24Caneva Stefano, Lorenzon Luca, « Notes d’épigraphie séleucide : Aigai, Ilion, Iasos », EA 52 (2020), p. 45–58 [mise au point du texte de trois inscriptions d’Asie Mineure (SEG 59, 1406 ; IK Ilion 31 ; IK Iasos I 4) concernant l’établissement d’honneurs cultuels pour des membres de la dynastie séleucide].

25Cannavale Serena, « Motivi eziologici e propaganda filo-tolemaica nella poesia sul mito di Europa », A&R N.S. II 12–3/4 (2018), p. 538–550 [rassemble les témoignages hellénistiques de la figure d’Europe et approfondit son utilisation en termes politiques].

26Cappelletti Loredana, « Sull’amphipolos in IG XIV 574 da Centuripe », SCO 60 (2020), p. 133–142 [s’intéresse à une dédicace à Zeus Ourios de la part de l’amphipolos Artemiskos, lorsque Herakleios Aristonikos était le magistrat éponyme de Centuripe, en Sicile. L’A. avance l’hypothèse que cette charge éponyme était précisément celle d’amphipolos et que cette magistrature avait été introduite par Timoleon, en parallèle avec l’amphipolos éponyme de Zeus Olympien de Syracuse].

27Capuzza Bruna, « Gégeios, “antico”: tra filologia, lingua e mito », QUCC 127–3 (2020) [étudie les occurrences du terme γέγειος, essentiel dans la caractérisation du passé mythique chez Callimaque, et son assimilation au composé γηγενής. Pour ce faire, l’A. convoque le passage de l’Hécalè relatif au mythe de Géryon. La dernière partie est consacrée à l’attestation du terme γέγειος dans un oracle de Claros d’époque impériale concernant Hiérapolis de Phrygie].

28Castiglioni Maria Paola, « Rencontre avec Maurizio Bettini (propos recueillis par Maria Paola Castiglioni) », Gaia 22/23 (2020), en ligne [discussion sur des sujets tels que le mythe, la réception de l’Antiquité et la place d’Homère et de la langue grecque dans le monde actuel].

29Cecconi Niccolò, « Il tempio e il culto della Tyche Poleos ad Atene », AA (2020), p. 271–299 [étudie le temple de Tychè Poleos construit vers 150 ap. J.-C. sur la colline Ardettos ainsi que le développement du culte de Tychè à Athènes et ses implications religieuses et socio-politiques].

30Chlup Radek, « Hera and the Dangers of Marriage », Eirene 56 (2020), p. 257–298.

31Clarysse Willy, « The Emergence of God(s) in Private Greek Papyrus Letters », Ancient Society 50 (2020), p. 129–151 [souligne la présence grandissante de la divinité dans les lettres privées du ive siècle ap. J.-C. conservées sur papyrus, notamment à travers des formules comme θεοῦ θέλοντος ou encore σὺν θεῷ].

32Clinton Kevin et al., « The Nike of Samothrace: Setting the Record Straight », AJA 124–4 (2020), p. 551–573 [discute des nouvelles hypothèses récentes concernant la Niké de Samothrace et de la relation de la statue avec l’édifice et le sanctuaire auxquels elle appartient].

33Cowan Robert, « Since Orpheus Was in Short Pants: Reassessing Oeagrus at Aristophanes, Wasps 579–80 », CQ 71–1 (2021), p. 89–94 [remet en question l’identification communément admise d’Oeagros comme un auteur tragique contemporain et préfère y voir une référence au père d’Orphée].

34Cross Nicholas D., « The Hearth as a Place of Refuge in Ancient Greece », Pallas 112 (2020), p. 107–123 [examine les différentes fonctions du foyer de la cité, en particulier celle de lieu de supplication et de refuge].

35Dale Alexander, « Gyges and Delphi: Herodotus 1.14 », CQ 70–2 (2020), p. 518–523 [revient sur le rôle de légitimation du règne de Gygès par l’oracle de Delphes et sur les dédicaces du roi Lydien au sanctuaire].

36Dance Caleb M.X., « Laughing with the Gods: The Tale of Ares and Aphrodite in Homer, Ovid, and Lucian », CW 113–4 (2020), p. 405–434 [soutient que le « rire homérique » était si fondamentalement lié au mythe d’Arès et d’Aphrodite que le rire des spectateurs s’effectuait par anticipation de la scène].

37De Cesare Monica, « Atteone in contesto. Il mito, l’acqua e riti di transizione femminili nella Sicilia greca », ASNP S. V 12–1 (2020), p. 101–129 [étudie les représentations en Sicile du mythe d’Actéon qu’il met en lien avec des pratiques liées à l’eau (les louteria de Sélinonte et d’Agrigente) et avec des rites de passage féminins (la lekanis d’Himère)].

38Delattre Charles, Hawes Greta, « Mythographical Topography, Textual Materiality and the
(Dis)ordering of Myth: the Case of Antoninus Liberalis », JHS 140 (2020), p. 106–119 [développe le cadre analytique de la « topographie mythographique », qui englobe à la fois l’aspect formel de l’organisation textuelle et les conséquences de cette dernière sur la perception de l’espace et du récit. L’approche est illustrée à l’aide des Métamorphoses d’Antoninus Liberalis].

39Di Marzio Marialuigia, « Il fr. 20B Maehl. di Bacchilide ad Alessandro I e i simposi ἐν εἰκάδεσσιν », QUCC 127–2 (2020), p. 105–128 [analyse l’enkomion à Alexandre I, roi de Macédoine durant les guerres médiques, et estime que le poème fut réalisé à l’occasion de la dédicace d’une statue en or à Delphes — voir infra Palmisciano (2020) sur ce même fragment de Bacchylide].

40Donato Marco, « Le divin Socrate. Autorité et “sacralisation” de Socrate dans le néoplatonisme tardif », RHR 238 (2021), p. 235–264 [explore les modes de représentation de Socrate dans les commentaires, entre réception littéraire et spéculation théologique, dans le but de répondre à cette question : peut-on parler d’une véritable « sacralisation » de Socrate dans le néoplatonisme tardif, que l’on pourrait comparer au culte de Socrate qui s’est pratiqué à Athènes ?].

41Ercoles Marco, « Invocazione al “signore dell’anima che sempre vive”: Melanipp. PMG 762 », Philologus 164–2 (2020), p. 197–207 [soutient que le dieu invoqué comme « le seigneur de l’âme qui vit à jamais » et traditionnellement associé à Dionysos Zagreus, devrait plutôt être identifié comme Zeus Orpheus].

42Faraone Christopher A., « Sulla’s Agalmation of Pythian Apollo: Protective Amulet or Miniature Oracle? », CPh 116–1 (2021), p. 45–60 [avance l’hypothèse que l’agalmation doré d’Apollon que Sylla portait avec lui dans la bataille était utilisé comme un oracle afin de prédire les événements et de guider ses troupes vers le succès militaire].

43Farrington Scott T., « What A Feeling! Painting and The Origin of “Nothing to do With Dionysus” », CPh 116–3 (2021), p. 412–424 [soutient que l’expression « rien à voir avec Dionysos » prend ses origines dans l’organisation des concours de peinture, plutôt que dans les représentations théâtrales].

44Fauconnier Bram, « CIG 3082: a Decree of the Ecumenical Synod of Artists around Dionysos », ZPE 214 (2020), p. 151–155 [propose de nouvelles restitutions pour les premières lignes de ce décret des technites dionysiaques. Contrairement au texte communément admis, qui avance l’hypothèse que le rassemblement concernait exclusivement les artistes d’Ionie et d’Hellespont, l’A. avance l’hypothèse qu’ils sont plutôt originaires de tout le monde grec].

45Filippi Fedora, « Una nuova testa di Ares dal Campo Marzio », AA (2020), p. 255–269 [revient sur la découverte en 2012 d’une tête de marbre probablement originaire du mausolée d’Hadrien et datée du iie siècle ap. J.-C. Malgré des similitudes avec certaines représentations d’Athéna Parthenos, il s’agirait d’une tête d’Arès, sans copie exacte connue à ce jour].

46Fischer Jens, « Q. Fabius Pictor, das Orakel von Delphi und die sibyllinischen Bücher Roms », Gymnasium 127–6 (2020), p. 535–567 [à partir de la consultation simultanée de l’oracle de Delphes et des livres sibyllins après la défaire de Cannes, approfondit le rôle des oracles grecs à Rome].

47Follet Simone, Peppas Delmousou Dina, « Bienfaits de l’empereur Hadrien envers les cités de Sardes et Synnada (IG II2 1089, complétée, et IG II2 1075, complétée) », BCH 143–2 (2019), p. 767–783 [republient deux inscriptions concernant les bienfaits d’Hadrien envers les cités de Sardes et Synnada, avec l’ajout de nouveaux fragments et de nouvelles lectures].

48Fowler Robert L., « Some Possible Fragments of Early Mythography in Stephanus of Byzantium », CQ 69–2 (2019), p. 501–506 [met en évidence cinq citations anonymes présentes chez Étienne de Byzance. La première contient très probablement un fragment ancien de mythographe, tandis que les quatre autres sont peut-être plus tardives].

49Francisetti Brolin Sonia, « Il mondo antico con uno sguardo al femminile: un catalogo di eroine », QUCC 127–2 (2020), p. 199–207.

50Frankfurter David, « Religion in the Mirror of the Other: The Discursive Value of Cult-Atrocity Stories in Mediterranean Antiquity », History of Religions 60–3 (2021), p. 188–208 [étudie la conceptualisation au sein des cultures du monde méditerranéen des rites en imaginant leur perversion par d’autres. Cette idée d’altérité dangereuse est ensuite convoquée pour approfondir le concept de religion].

51Gallo Carlos Monzó, « Sobre el topónimo beocio Θεσπιαί », Minerva 32 (2019), p. 15–40 [bien que Pausanias lie le nom de Thespies à son fondateur Thespios ou à Thespia, fille d’Asopos, l’A. rapproche Θεσπιαί de θέσπις, « inspiré par les dieux »].

52Gasparini Valentino, « Religious Agency and Time Regimes in the Roman Empire: The Cult of Anubis as a Case Study », Numen 68–1 (2020), p. 39–76 [étudie le culte gréco-romain d’Anubis à partir de trois cas d’étude situés à différentes époques. L’A. convoque la documentation littéraire, épigraphique, archéologique et iconographique et met l’accent sur la dimension sociale de la pratique religieuse].

53Gatzke Andrea F., « Heracles, Alexander, and Hellenistic Coinage », AClass (2020), p. 1–26 [la présence d’Héraclès revêtu de la peau de lion sur les monnaies d’époque hellénistique est généralement interprétée comme une volonté de rappeler Alexandre le Grand. L’A. soutient plutôt qu’Héraclès était choisi pour ses propres attributions, notamment ses liens avec l’autorité royale ou son caractère largement diffus à travers les populations grecques et autochtones, particulièrement les mercenaires à la solde des rois].

54Giangiulio Maurizio, « Rituali per i fondatori. Callimaco (fr. 43 Pf. = 50 Mass.) e le norme rituali da Selinunte (CGRN 13 A 9–15) », Klio 103–1 (2021), p. 30–41 [étudie les rites destinés aux fondateurs à partir de Callimaque et de la norme rituelle de Sélinonte].

55Gibson Craig A., « Temple Prostitution at Aphaca. An Overlooked Source », CQ 69–2 (2019), p. 928–931 [remet en question, à l’aide d’un texte attribué de manière erronée à Libanios, la position de S. Budin selon laquelle les sources n’attestent pas l’existence d’une prostitution sacrée].

56González Irune Valderrábano, García Francisco Javier González, « Ares and Other “Mothers’ Sons” in Greek Mythology: A Structural Analysis », CW 114–2 (2021), p. 119–143 [étudient les relations qu’entretient Arès avec lesdits « fils à maman » au niveau mythologique. À travers cette analyse, les A. envisagent le rapport d’Arès avec l’élément féminin et avec la famille olympienne dans son ensemble].

57Gülşen F. Fatih, Durugönül Serra, « A Hygieia-Hypnos Statue from Anazarbos », AA (2020), p. 301–311 [analysent une statue d’Hygie-Hypnos mise au jour à Anazarbos en Cilicie et datée de la fin du iie siècle ap. J.-C. et reviennent sur l’évolution du culte d’Hygie durant l’époque impériale, apparentée à Anazarbos à la Salus Augusti].

58Hermary Antoine, « Une énigme délienne sans cesse renouvelée : le Colosse des Naxiens », RA 71–1 (2021), p. 9–67 [revient sur les débats concernant le Colosse des Naxiens et en propose une nouvelle restitution. Reprenant son hypothèse de 1993 ainsi que les recherches postérieures et les témoignages des voyageurs, l’A. attribue un torse et un bassin à une même statue colossale qui aurait remplacé la dédicace archaïque des Naxiens].

59Horn Fabian, « The Death of Achilles in the Iliad: Motif Transference and Poetic Technique », Mnemosyne 74–1 (2020), p. 1–28 [souligne l’importance de la mort d’Achille dans la composition de l’Iliade et pour comprendre la conception homérique de l’héroïsme].

60Huffman Carl, « Pythagoras and Isis », CQ 69–2 (2019), p. 880–886 [analyse une maxime de Pythagore conservée par Élien ; une fois corrigé, l’acusma en question, qui montre un lien avec l’Égypte, témoigne que Pythagore était expert en matières religieuses, en particulier celles relatives au destin et à l’au-delà].

61Karatas Aynur-Michele-Sara, « Greek Cults and Their Sacred Laws on Dress-code: The Laws of Greek Sanctuaries for Hairstyles, Jewelry, Make-up, Belts, and Shoes », CW 113–2 (2020), p. 147–170 [offre une analyse synthétique des lois régulant l’habillement des officiels de culte dans l’objectif de souligner les similitudes et les différences entre les différents sanctuaires du monde grec].

62Karatas Aynur-Michele-Sara, « Greek Cults and Their Sacred Laws on Dress-Codes: The Regulations of Greek Sanctuaries for Clothing, Colour, and Penalties against Misbehavior », REA 122–2 (2020), p. 445–488 [rassemble toute une série de sources épigraphiques sur les réglementations en matière de vêtements cultuels].

63Kerschbaum Saskia, « Eine Heimstatt für die Sibylle von Erythrai: eine Neulesung von IK Erythrai II 225 », ZPE 213 (2020), p. 158–170.

64Kondylaki Vasiliki, « Les paysages sonores des funérailles d’Achille : à propos des Néréides et des Muses dans l’Odyssée et dans les Posthomériques de Quintus de Smyrne », Gaia 22/23 (2020), en ligne [compare le vocabulaire et la musicalité de deux passages relatifs aux funérailles d’Achille, qui témoignent de deux conceptions distinctes du deuil].

65Konstantinou Ariadne, « Ares and the Danaids in Aeschylus’ Suppliants », CW 114–1 (2020), p. 25–38 [examine les références à Arès dans les Suppliantes d’Eschyle et soutient que le dieu aurait pu apparaître sur scène dans d’autres parties de la trilogie].

66Kooi Stefan et al., « Two Sanctuaries, Two Horos Inscriptions and a Procession Road of the Classical Period. Detection, Reconstruction and Interpretation in Southern Euboia », BABesch 95 (2020), p. 1–46 [reconstruit le paysage religieux entre les sanctuaires de Plakari et de Karababa, reliés par une voie processionnelle à l’époque classique, et étudie deux bornes d’un sanctuaire qui pourrait avoir été dédié à Déméter].

67Krämer Benedikt, « „Alles ist in Gott“—Überlegungen zur bestimmenden theologischen Denkform des Corpus Hermeticum », Philologus 165–1 (2021), p. 37–57 [étudie les formes prédominantes de la pensée théologique dans le Corpus Hermeticum. L’A. soutient que cette forme de théologie peut être définie comme un panthéisme].

68Lajoye Patrice, « La conception du héros par ingestion », Nouvelle Mythologie Comparée 5 (2019–2020), en ligne [examine le cas fréquent de conception après une ingestion et propose une typologie pour les mythes d’Eurasie].

69Lamaze Jérémy, « Nourrir les dieux par inhalation. La fumée sacrificielle en Grèce ancienne comme mode de communication entre les hommes et les puissances divines », ASAA (2020), p. 164–189 [examine la valeur symbolique de la fumée sacrificielle dans une perspective diachronique, depuis Homère jusque Lucien tout en convoquant la documentation archéologique et iconographique].

70Lambrinoudakis Vassilis K., Prignitz Sebastian, « Neue Bayinschriften aus Epidauros », ZPE 213 (2020), p. 117–137 [réédition et commentaires des anciens décomptes de construction du sanctuaire d’Asclépios à Épidaure entre 400 et 300 av. J.-C.].

71Lambrou Ioannis L., « Achilles and Helen and Homer’s Telling Silence », Mnemosyne 73–5 (2020), p. 705–728 [étudie la rencontre entre Achille et Hélène attestée uniquement dans un résumé de Proclus du poème Cypria et envisage les divergences ainsi que les points communs avec Homère].

72Lamont Jessica, « Cold and Worthless: The Role of Lead in Curse Tablets », TAPA 151–1 (2021), p. 35–68 [étudie le rôle du plomb dans les tablettes de malédiction et explique l’utilisation de ce métal par son utilisation et ses propriétés physiques davantage que par une question de coût ou d’accessibilité].

73Lamont Jessica, « Crafting Curses in Classical Athens. A New Cache of Hexametric Katadesmoi », ClAnt 40–1 (2021), p. 76–117 [édite et commente cinq tablettes de malédiction, dont quatre sont inédites, mises au jour dans une tombe à l’extérieur des Longs Murs. Parmi les particularités de ces inscriptions d’époque classique figurent la mention d’une πρώτη πενθετηρίς et la présence d’un hexamètre dactylique. L’A. suggère une circulation orale préalable de ces textes].

74Lanzara Giganto, « Nicandro e il mito. Divagazioni sui Theriaka », PP 73–1 (2018), p. 29–38 [aborde la composante mythique dans les Theriaka, un poème de Nicandre traitant des blessures causées par des animaux venimeux et de leur traitement — sur Nicandre, voir infra Nelson (2020)].

75Lapini Walter, « Zeus e il tutto: P. Derveni XIX 2 », SCO 66 (2020), p. 167–172 [commentaires sur le texte de P. Derveni XIX 2].

76Liveri Angeliki, « Percussion Music in Athenian Religious Rituals and Festivals », Pallas 115 (2021), p. 67–92 [étudie la présence et le rôle des instruments de percussion dans les rites et durant les fêtes à Athènes].

77Lombardi Michela, « Soffrendo lo stolto impara: Sofferenza meritata ed immeritata nel mito di Prometeo e delle età dell’uomo », Helveticum 77–1 (2020), p. 13–23.

78Lorenzo Kristian, « Early Hellenistic Royal Ideology and the Marine Thiasos of the Monument of the Bulls on Delos », CW 113–4 (2020), p. 435–463 [lie le monument aux taureaux de Délos à la construction de la figure royale de Démétrios Poliorcète, notamment à travers la création d’un lien avec Poséidon et Dionysos].

79Lorenzon Luca, « Le rôle des individus dans la construction de la figure religieuse des souverains séleucides : le cas de la dédicace de Bostan esh-Sheikh », ZPE 216 (2020), p. 107–119 [s’intéresse à une dédicace votive à Antiochos III et à sa famille découverte dans le temple de la divinité phénicienne Eshmun à Sidon. Met en lumière l’implication de deux membres de l’élite locale de Sidon dans un programme complexe de construction de la figure religieuse des souverains séleucides].

80Mahoney Kyle W., « The New Arcadian Festival Calendar and Iliad 7 on Lykourgos and Areithoos », ZPE 213 (2020), p. 85–97 [explique la présence du toponyme Κορυνίτιον dans un calendrier arcadien du vie ou ve siècle av. J.-C. L’A. soutient qu’il s’agit d’une référence à un passage du livre VII de l’Iliade, dans lequel Nestor raconte le combat opposant Areithoos Κορυνήτης à Lycourgos d’Arcadie].

81Mancilla Cristian, « The Gift of Aphrodite in Iliad 24.30 », Antichthon 54 (2020), p. 18–31 [se penche sur les versions alternatives du récit concernant le don d’Aphrodite à Pâris. L’A. soutient que ces variations, que l’on retrouve tant dans la littérature postérieure que dans les représentations, se fondent sur des épisodes transmis essentiellement oralement].

82Margulies Zachary, « Like Golden Aphrodite: Grieving Women in the Homeric Epics and Aphrodite’s Lament for Adonis », CQ 70–2 (2020), p. 485–498 [étudie la comparaison entre une femme en deuil et Aphrodite dans l’épopée homérique et voit derrière ce rapprochement une allusion au mythe d’Aphrodite et d’Adonis, avec comme conséquence un nouveau terminus ante quem pour la transmission du mythe d’Adonis].

83Marsh Loren D., « The Structure of Mythological Old Comedy », Philologus 164–1 (2020), p. 14–38 [soutient que la structure de comédies à sujet mythologique s’apparente davantage à celle du drame satyrique qu’à celle des comédies d’Aristophane, comme cela a souvent été soutenu].

84McClay Mark F., « Becoming Κλεινός in Crete and Magna Graecia: Dionysiac Mysteries and Maturation Rituals Revisited », CQ 71–1 (2021), p. 108–118 [suggère une influence des rites de transition sur les cultes à mystères en raison de leur vocabulaire commun et de leurs fonctions similaires, tout en estimant qu’ils diffèrent en termes de prestige et de visibilité].

85McInerney Jeremy, « Lemnos, Cimon, and the Hephaisteion », ClAnt 40–1 (2021), p. 151–193 [explique les raisons de l’emplacement de l’Héphaïsteion d’Athènes sur le Kolonos Agoraios : l’endroit aurait été identifié comme le lieu de la poursuite d’Athéna par Héphaïstos qui mena à la naissance d’Erichthonios ; le lieu offrait un contrepoint visuel au temple d’Athéna sur l’Acropole ; la colline était liée par le culte d’Eurysakes à la famille philaïde, renommée notamment pour ses succès à Lemnos, l’île d’Héphaïstos].

86McInerney Jeremy, « Salmakis and the Priests of Halikarnassos », Klio 103–1 (2021), p. 59–89 [réexamine l’inscription de Salmakis qui contient différentes versions du mythe et de l’histoire d’Halicarnasse ; ces alternatives reflètent les rivalités existant entre différents groupes locaux ainsi que leur réconciliation].

87Melfi Milena, Martens Brian, « A Colossal Cult Statue Group from Dobër, Albania: Visual Narratives of East and West in the Countryside of Butrint », AJA 124–4 (2020), p. 575–606 [réévaluent les caractéristiques techniques et iconographiques des statues mises au jour dans les environs de Butrint et les interprètent comme la Mère des dieux accompagnée d’Attis ou d’une figure du cycle troyen ainsi que d’une figure masculine non-identifiée. Ce groupe refléterait les liens existants entre la côte de Butrint et la terre troyenne ainsi que la place privilégiée occupée auprès de Rome].

88Mermoz Julien, « La Cosmogonie de Phérécyde de Syros », Nouvelle Mythologie Comparée 5 (2019–2020), en ligne [présente la cosmogonie de Phérécyde comme l’héritière de motifs cosmogoniques méditerranéens et de cultes agraires du monde égéen].

89Meulder Marcel A.J., « Des similitudes entre le mythe argien de Phorôneus et la Saga des Gotlandais », Nouvelle Mythologie Comparée 5 (2019–2020), en ligne [voit derrière les premières lignes des deux récits une origine indo-européenne commune, caractérisée par une inondation suivie de l’installation d’une divinité guerrière et d’un premier homme qui possède le feu].

90Michailidou Eugenia, « The Lekythos of Myrrhine: Funerary and Honorific Commemoration of Priestesses in Ancient Athens », Hesperia 89–3 (2020), p. 551–579 [soutient que la stèle de la tombe de Myrrhine, première prêtresse d’Athéna Nike sur l’Acropole, appartient à la même Myrrhine que celle représentée sur le marbre conservé dans le Musée archéologique d’Athènes].

91Moignard Katherine, « Life-Change and ‘Conversion’ in Antiquity. An Analysis of the Testimonies of Dion of Prousa and Aelius Aristeides », Antichthon 54 (2020), p. 164–184 [s’intéresse aux récits de changement de vie sous l’impulsion d’un dieu transmis par Dion de Pruse et par Aelius Aristide].

92Müller Christel, « Le concours des Ptoia à l’époque hellénistique : une affaire civique, pambéotienne, fédérale ou panhellénique ? », REG 133 (2020), p. 57–88 [revient sur la classification généralement opérée en sanctuaires locaux et fédéraux dans le cas de la Béotie. L’A. montre les limites d’une classification trop rigide avec l’exemple du sanctuaire d’Apollon Ptoios qui relève de plusieurs niveaux simultanément. La fête des Ptoia est ensuite examinée dans une perspective diachronique et l’idée de concours hippiques, qui provient d’une mention erronée de cavaliers dans un décret (SEG 32, 456), est réfutée].

93Nelson Thomas J., « Nicander’s Hymn to Attalus: Pergamene Panegyric », CCJ 66 (2020), p. 182–202 [offre une étude détaillée de l’ouverture de l’Hymne à Attale de Nicandre, notamment en comparaison avec Théocrite et Callimaque — sur Nicandre, voir aussi supra Lanzara (2018)].

94O’Sullivan Lara, « Reinventing Proskynesis: Callisthenes and the Peripatetic School », Historia 69–3 (2020), p. 260 [explore les origines potentielles de la proskynesis d’Alexandre et revient sur les débats chez Arrien et Quinte-Curce].

95Oikonomedes Alcibiades N., « ΆΛIA NYMΦH: The City-Goddess of the Port of Oropos, and the Athletic Games Commemorating Its First Settlers », AncW 50–1 (2019), p. 3–5.

96Padovani Francesco, « Valore e simbologia del termine ‘traccia’ (ἴχνος) nel lessico teologico di Plutarco », SCO 67–1 (2021), p. 289–309 [fournit une analyse approfondie du champ sémantique du terme ἴχνος dans la théologie de Plutarque].

97Pagès Joan, « La mitografía como exégesis homérica: estudio de algunos ejemplos del Mythographus Homericus y los escolios menores a Homero », Emerita 89–1 (2021), p. 1–26 [propose une approche de la méthode exégétique du Mythographus Homericus à partir de l’analyse d’exemples de papyrus et de quelques scholies].

98Palmisciano Riccardo, « La “dolce costrizione” nel simposio greco (a proposito di Bacchilide fr. 20B Maehl.) », QUCC127–2 (2020), [approfondit l’oxymore présent dans le poème de Bacchylide γλυκεῖα ἀνάγκα et lie cette contrainte à la puissance d’Aphrodite mentionnée aux lignes 9–10, à l’image de l’idée véhiculée sur la Coupe de Nestor — voir supra Di Marzio (2020) sur ce même fragment de Bacchylide].

99Pascual José, « Piedad, impiedad y justicia en la polis (a propósito del Eutifrón de Platón) », Emerita 88–1 (2020), p. 73–100 [analyse dans quelle mesure la piété socratique et ses idées religieuses, dans un contexte historique hostile au philosophe, s’opposaient à la piété populaire et aux croyances religieuses de la cité].

100Pasquali Luciano, « La Theoxenia Eleusina di Fasti 4.503‒62: Alcune considerazioni sulle fonti e sui caratteri distintivi del testo ovidiano », Philologus 165–1 (2021), p. 90–113 [analyse dans ce passage l’usage du terme narratif de la θεοξενία par Ovide, avec une attention particulière portée au lexique et à l’intertextualité].

101Perez Lambas Fernando, « Rasgos cultuales y presencia de Zeus en Traquinias de Sófocles », AC 89 (2020), p. 33–51 [soutient que dans Les Trachiniennes de Sophocle, Zeus n’apparaît pas seulement en tant que force de la nature sous-jacente ou comme père d’Héraclès, mais également comme un dieu local destinataire de culte].

102Petrocheilos Nikolaos, Rousset Denis, « Contribution à l’histoire et à l’épigraphie de Panopeus en Phocide », BCH 143–2 (2019), p. 795–815 [améliorent notre connaissance de la cité phocidienne de Phanoteus/Panopeus à l’époque hellénistique grâce à deux nouvelles inscriptions, dont une dédicace à Héraclès].

103Phillips Richard L., « Invisibility, Belief and Narrative », CJ 116–3 (2021), p. 306–330 [s’intéresse aux mentions de formules d’invisibilité dans les papyrus magiques de la fin de l’époque impériale dans l’objectif de répondre à la question suivante : les Grecs pensaient-ils sincèrement pouvoir atteindre l’invisibilité ?].

104Philonenko Mark, « La Révélation d’Hermès Trismégiste et la mystique de la Merkaba (du Poimandrès à la Korè Kosmou) », CRAI 1 (2019), p. 205–213 [lie les écrits hermétiques aux écrits mystiques juifs et particulièrement à la Merkaba].

105Pilipovič Sanja, Milanovič Ljubomir, « I Dioscuri nell’arte funeraria: insolito frammento della stele da Viminacium », Eirene 56 (2020), p. 299–324 [réexaminent l’iconographie d’une stèle funéraire romaine fragmentaire, vraisemblablement originaire du site de Viminacium, capitale de la province de Mésie supérieure. Les cavaliers sur les acrotères sont identifiés aux Dioscures, considérés comme des symboles d’immortalité et en tant que compagnons du défunt].

106Pinel Martínez Pablo, « Negative Theology and its Interpretation as an Atheistic Attitude in 5th Century Athens », RHR 237 (2020), p. 277–290 [montre qu’il existait probablement un lien entre la montée des idées athées à la fin du ve siècle av. J.-C. et l’existence antérieure d’une tradition de théologie négative — sur la théologie négative, voir aussi supra Bernabé (2020)].

107Pirart Éric, « Narcisse en Inde et en Iran », Nouvelle Mythologie Comparée 6 (2021), en ligne [rapproche le mythe védique de Yama et le mythe zoroastrien de Yima du mythe béotien de Narcisse].

108Pisano Carmine, « I klutà érga di Hermes: un tentativo di analisi epidemiologica », SIFC 18–2 (2020), p. 133–148 [questionne l’utilisation du modèle du stemma codicum pour étudier les différentes versions d’un mythe en raison du contexte oral de performance, en prenant comme cas d’étude les kluta erga d’Hermès. Le mode de transmission s’explique plus aisément en tenant compte des facteurs environnementaux spécifiques].

109Prodi Enrico E., « Da Apollo a Batillo (e da Batillo ad Apollo): Anacreont. 17 West », RFIC 146–2 (2018), p. 285–294 [propose une autre traduction du passage (“take down this Apollo and turn it into Bathyllus”) et revient sur les différentes interprétations dans la recherche moderne].

110Ranno Alessio, « Pindaro e la ‘poetica della trascendenza’: poesia, religione e iconografia nella Nemea 7 per Sogene di Egina (Nem. 7, 33–50) », QUCC 127–2 (2020), [propose une nouvelle lecture du récit de la mort de Néoptolème dans le passage de Pindare, pour qui ce passage est l’occasion de réfléchir au rôle commémoratif du rite et du culte. Pour ce faire, des parallèles concernant le mythe de Néoptolème sont pris en compte, notamment les peintures de Polygnote dans la Leschè des Cnidiens].

111Rigsby K.J., « Dionysiaka », ZPE 213 (2020), p. 53–61 [propose l’édition et le commentaire d’une série d’inscriptions de provenances et d’époques variées concernant Dionysos].

112Rogers Dylan K., « Sensing Water in Roman Greece: The Villa of Herodes Atticus at Eva-Loukou and the Sanctuary of Demeter and Kore at Eleusis », AJA 125–1 (2021), p. 91–122 [examine l’expérience sensorielle procurée par les structures d’eau dans la villa d’Hérode Atticus à Eva-Loukou et au sanctuaire d’Éleusis et réfléchit aux motivations derrière le programme de construction de fontaines à l’époque impériale].

113Rönnberg Maximilian F., « Überlegungen zu Eleusis in geometrischer und früharchaischer Zeit. Mit einem Anhang zu eleusinischen ‘Stempelidolen’ in Tübingen », BABesch 95 (2020), p. 47–68 [approfondit le rôle de la communauté locale éleusinienne au début de l’époque archaïque en fournissant un aperçu des fouilles sur le site au-delà du sanctuaire].

114Rosamilia Emilio, « Un caso di appalto a Locri Epizefiri », Rivista di Filologia Classica 146 (2018), p. 381–395 [étudie les procédures relatives à la construction sur fonds publics du temple de Zeus Olympien à Lokri Epizephyri en Grande Grèce à l’aide de parallèles de Delphes, d’Épidaure et de Délos].

115Roskam Geert, « Providential Gods and Social Justice: An Ancient Controversy on Theonomous Ethics », HSCPh 110 (2020), p. 311–340 [grâce à de nouvelles découvertes relatives au philosophe épicurien Diogène d’Oenanda, étudie la vision épicurienne de Diogène sur les dieux, sur le problème afférent de la justice sociale ainsi que sa critique de la providence divine stoïcienne].

116Rüpke Jörg, « What Comes to an End When a “Religion” Comes to an “End”? Reflections on a Historiographical Trope and Ancient Mediterranean History of Religion », Numen 68–2/3 (2021), p. 204–229 [réfléchit aux raisons de l’absence de récits sur la fin des traditions religieuses et propose une grille d’analyse pour aborder la question du changement et de l’abandon des différentes dimensions de la « religion », en appliquant cette grille d’analyse à la question de la « fin du paganisme »].

117Ruta Alessio, « Ancient Mythographers in the Paroemiographical Tradition: Some Remarks on Herodorus and Hellanicus », WS 133 (2020), p. 49–64 [s’intéresse à certains proverbes de nature mythologique dans l’Epitome de Zenobius. L’A. soutient que certains d’entre eux trouvent leur origine dans des mythographes tels que Hellanicus de Lesbos ou Hérodorus d’Héraclée].

118Sansone Di Campobianco Luca, « ΙΧΩΡ: the ‘Blood’ of the Homeric Gods. Notes on Eustathius’ Commentary to Iliad 5.339–340 », RSA 50 (2020), p. 65–82 [analyse la différence sémantique que revêt l’ichor chez Homère (sang des dieux) et dans la littérature technique hippocratique (« écoulement séreux ») en prenant en compte le commentaire d’Eustathe, qui semble fonder son interprétation sur Aristote plutôt que sur Hippocrate. L’interprétation d’Eustathe pourrait être le signe de l’existence d’une enquête sur la physiologie divine dans un cadre philosophique et/ou technique au ive siècle av. J.-C.].

119Santini Flavio, « New Light on Artemis’ Epiphany. The ‘I.Magnesia’ 65a+75 and 65b+76 Dilemma Revisited », ASNP ser. V, 12–1 (2020), p. 61–100 [étudie deux inscriptions de Magnésie du Méandre concernant des contacts diplomatiques avec Gortyne et Cnossos et les lie au programme diplomatique relatif à la figure d’Artémis Leukophryene et à la rivalité intense entre Magnésie et sa voisine Milet à cette époque].

120Schiebe Marianne Wifstrand, « Prodikos zur Entstehung des Götterglaubens », Mnemosyne 74–2 (2020), p. 238–258 [examine la théorie de Prodicos sur l’émergence de la religion : selon le sophiste, les hommes en vinrent à vénérer et à considérer comme des dieux les choses utiles à la vie — voir infra Sider (2019) sur Prodicos de Céos].

121Schmitzer Ulrich, « Pygmalions Traum — oder: Ovid schafft einen neuen Mythos », Gymnasium 127–5 (2020), p. 441–464 [analyse la version ovidienne du récit de Pygmalion].

122Serino Marco, « Alla ricerca di ‘case sacre’ tra Sicilia e Magna Grecia. Per una nuova prospettiva sull’esperienza religiosa nell’Occidente greco, tra ipotesi di lavoro e riflessioni di carattere metodologico », Thiasos 10–1 (2021), p. 37–77 [étudie les particularités de certaines pratiques religieuses liées aux associations civiques en Grande Grèce et en Sicile, dont les hierai oikiai, et souligne la nécessité de reconsidérer les notions d’« espace sacré » et d’activités rituelles domestiques].

123Shevchenko Tetiana, « Thymiateria and the Cult of Aphrodite in Olbia Pontica », ABSA 115 (2020), p. 379–399 [publie des thymiateria d’Olbia du Pont représentant des bustes d’Aphrodite avec Éros sur ses genoux et les met en relation avec le sanctuaire et le culte d’Aphrodite à Olbia].

124Sider David, « Voice’s Secret: Prodicus and the Choice of Heracles », CQ 69–2 (2019), p. 896–898 [analyse le récit attribué par Xénophon au sophiste Prodicos mettant en scène la rencontre d’Héraclès et de deux femmes décrites comme la Vertu et le Vice — voir supra Schiebe (2020) sur Prodicos de Céos].

125Siewert Peter, « Bruchstück eines Kultgesetzes von Olympia aus der 1. Hälfte des 6. Jh. v. Ch. (BrU 9) », Tyche 34 (2019), p. 193–199 [s’intéresse à une inscription du vie siècle en style boustrophédon retrouvée à Olympie. La mention de Zeus et d’une φράτρα laisse supposer que le texte reflétait une loi cultuelle].

126Sippel Benjamin, « Agathe Tyche, Kerdon, Hermes, Aphrodite: Ein Ausbildungsnetzwerk unter Landgutverwaltern des Kaiserzitlichen Fayum? », ZPE 213 (2020), p. 213–220 [la formule « Agathe Tyche, Kerdon, Hermès, Aphrodite » se retrouve dans plusieurs exercices d’écriture et textes d’usage de l’environnement des gestionnaires fonciers du Fayoum lors de l’époque impériale. Plusieurs indices suggèrent que la formule faisait partie d’un enseignement ou d’une formation pour les gestionnaires fonciers, en réseau à travers les localités du Fayoum].

127Skempis Marios, « The Genealogy of Dionysus: Bacchylides 19 and Eumelus’ Europia », Gaia 22‑23 (2020), en ligne [argumente que la généalogie de Dionysos clôturant le récit sur la libération d’Io d’Argos et sur l’union de Zeus avec le Nil reprend l’Europia d’Eumélos. L’A. analyse comment le thème para-dionysiaque fonctionne dans le dithyrambe de Bacchylide].

128Spelman Henry L., « The View from Olympus: The Muses’ Song in the Homeric Hymn to Apollo », CQ 70–1 (2020), p. 1–9 [analyse le passage de l’Hymne homérique à Apollon relatant son voyage de Delphes vers l’Olympe (v. 186–193) ; le chant des Muses y exprime la perception divine de la condition humaine].

129Stauth Georg, « Mikro-Axialität : der Taucher von Paestum », Das Altertum 65–3 (2020), p. 161 184.

130Steinmann Lisa, « Finds from Miletus XXXII. Clay Rings from the Sanctuary of Dionysos in Miletus », AA (2020), p. 93–119 [revient sur les anneaux plats mis au jour dans les années 1970 au Dionysion de Milet en les comparant à des découvertes provenant d’autres lieux de la Méditerranée. Il pourrait s’agir d’anneaux d’empilage utilisés dans les ateliers de poterie].

131Strasser Jean-Yves, « Le mariage éphémère d’Hélios et de Koré à Sardes », Revue Numismatique 177 (2020), p. 127–164.

132Sumler Alan, « Myth Rationalization in the Tragedies of Euripides », CW 114–2 (2021), p. 145–170 [analyse les passages d’Euripide où les personnages rationnalisent le mythe, tout en mettant ces textes en relation avec le climat intellectuel de l’époque].

133Tomasso Vincent, « The Immortality Theme in the Odyssey and the Telegony », CJ 116–2 (2020), p. 129–151 [examine les différentes manières qu’ont l’Odyssée et la Télégonie de traiter le thème de l’immortalité].

134Van der Mije Sebastiaan, « Taking Leave of the Phaeacians: On Odyssey, XIII,125–187 », Eirene 56 (2020), p. 13–52 [revient sur le débat concernant la conversation entre Zeus et Poséidon sur le retour des Phéaciens dans le livre XIII de l’Odyssée et s’oppose aux interprétations « théologiques » et non-contextuelles].

135Van der Plas Maaike, « Corpse Mutilation in the Iliad », CQ 70–2 (2020), p. 459–472 [examine les mentions fréquentes de mutilations corporelles dans l’Iliade. Ces actes représentent un écart vis-à-vis de la norme en termes de rites funéraires et ont des conséquences sur les proches du défunt et sur le destin de ce dernier après la mort].

136Van Schoor David, « ΚΑΙ ΚΑΤΑΨΕΥΔΟΥ ΚΑΛΩΣ: Wagering on Divinity in Euripides’ Bacchae », AClass (2021), p. 1–26 [dans les dernières œuvres d’Euripide, un contraste est établi entre la croyance dans la divinité établie sur une implication émotive sincère et celle fondée sur le raisonnement. L’article étudie cette dichotomie dans les Bacchantes, essentiellement en rapport avec la figure de Dionysos, tout en considérant attentivement l’accroissement de la notion d’individualisme dans la société athénienne du ve siècle].

137Vanhaegendoren Koen, « Zeus, Héra et Héphaïstos (République, II, 378d3–5). Les versions contradictoires du mythe au service de la critique platonicienne », LEC 88 (2020), p. 375–382 [interprète l’incohérence de Platon concernant le récit mythique portant sur des affrontements de Zeus, Héra et Héphaïstos. L’A. formule l’hypothèse qu’il s’agit là d’un procédé délibéré par lequel Platon suggère l’aspect aléatoire de la tradition mythologique des Grecs qu’il cherche à discréditer].

138Vicente Sanchez Ana C., « The adjectives “ὅσιος” and “ἀνόσιος” referring to divinities in Euripides », Euphrosyne 47 (2019), p. 273–278.

139Vítek Tomáš, « Greek Necromancy: Reality or Myth? », AAnt 60–1 (2021), p. 27–51 [examine dans quelle mesure la nécromancie s’insérait dans le cadre plus large de la religion grecque antique, depuis Homère jusqu’à l’époque classique].

140Wuk Michael, « Provincial Negotiation of Religious Tensions: Late Antique Oath-Formulae in the Greek Documentary Papyri », ZPE 215 (2020), p. 237–256 [retrace le développement des formules des serments liés à l’administration dans l’Égypte du iiie au vie siècle ap. J.-C.]

141Yu Kenneth W., « The Politics of Dance: Eunomia and the Exception of Dionysus in Plato’s Laws », CQ 70–2 (2020), p. 605–619 [examine un passage du livre VII des Lois où Platon traite des danses bachiques, séparées de celles « sans controverse » (815b7–d4), et examine la place que le philosophe réserve à Dionysos au sein de la cité].

142Zellmann-Rohrer Michael W., « Notes on Magical Handbooks », ZPE 215 (2020), p. 27–50.

143Zellmann-Rohrer Michael W., Martínez-Chico David, « A Sicilian Amulet in Madrid and Its Tradition », GRBS 61 (2021), p. 62–72 [les images apotropaïques et les textes de cette amulette indiqueraient que cet artefact appartient à un petit groupe d’amulettes provenant de Sicile et datées de la fin de l’époque romaine].

144Zerhoch Sebastian, « Die „Libation des Gottes“ und die Blendung des Kyklopen—Überlegungen zu Euripides’ Kyklops 469–471 », Philologus 164–1 (2020), p. 39–65 [tente d’éclairer la signification de l’expression ὥσπερ ἐκ σπονδῆς θεοῦ que l’on trouve dans le Cyclope d’Euripide au vers 469. L’A. soutient qu’il n’y a aucun problème de transmission du texte et que le passage fait bel et bien référence à une libation, et non pas à l’utilisation rituelle de l’eau pour le lavage des mains lors du sacrifice comme cela a été soutenu par le passé].

145Zerhoch Sebastian, « The Politics of Religion: Libation and Truce in Euripides’ Bacchae », CQ 70–1 (2020), p. 51–67 [analyse l’usage de la libation comme motif dramatique lié à la question du conflit entre Dionysos et Penthée dans les Bacchantes d’Euripide].

Haut de page

Notes

1 Les dossiers thématiques publiés dans des revues sont désormais repris comme tels sous le deuxième paragraphe de la Revue des livres, supra. C’est le cas cette année pour les revues Archimède, Arys, Greece & Rome, História, Mètis, Mythos, Pallas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luca Lorenzon et Elie Piette, « Revue des revues »Kernos, 34 | 2021, 335-347.

Référence électronique

Luca Lorenzon et Elie Piette, « Revue des revues »Kernos [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4098

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search