Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Actes du XVIe colloque internatio...Zeus, le tirage au sort et l’égal...

Actes du XVIe colloque international du CIERGA (partim)

Zeus, le tirage au sort et l’égalité des chances

Irad Malkin
p. 61-76

Résumés

Dans la société grecque antique, le tirage au sort était utilisé à des fins diverses, notamment pour la distribution (e.g. du butin), la sélection (e.g. des magistrats) et la procédure (e.g. l’établissement d’une alternance). Contrairement à l’inégalité des résultats attendue dans les jeux dits « de hasard » (par exemple, les jeux de dés), les Grecs anciens aspiraient souvent à l’égalité des résultats, par exemple, dans « l’héritage des parts par tirage au sort ». Les Grecs attendaient-ils des dieux qu’ils déterminent les résultats du tirage au sort ? Le tirage au sort était-il dès lors considéré comme une sorte de divination ? L’examen des mythes de tirage au sort parmi les dieux grecs, tels qu’ils apparaissent notamment chez Homère et Hésiode, conduit à la conclusion inverse : lorsque, par exemple, Zeus, Hadès et Poséidon se partageaient leurs provinces ou « honneurs » (la mer, les enfers, le ciel), à la fois en tant que frères héritiers et en tant que vainqueurs se répartissant un butin, ils ne se tournaient certainement pas vers un autre dieu pour déterminer la réponse. Le tirage au sort dépend de la souveraineté du groupe qui décide de recourir à cette procédure ; il définit les contours-mêmes de ce qui constitue un groupe légitime, c’est-à-dire ceux qui ont accès au partage ; il souligne l’égalité des chances pour tous les participants et tente d’assurer l’égalité et l’équité des résultats. Dans l’ensemble, à l’exception des oracles explicitement associés au tirage au sort, chez les Grecs anciens, ce dernier était une affaire humaine.

Haut de page

Texte intégral

Cet article discute certains points qui seront inclus dans un livre à paraître, From Egalitarianism to Democracy: Drawing Lots in Ancient Greece, qui est le résultat d’une recherche approfondie en collaboration avec Josine Blok. Il est soutenu par la subvention de la Israel Science Foundation no. 1033/17.

  • 1 En Grèce ancienne, les jeux fondés sur l’aléatoire ne s’ouvrent pas sur un tirage au sort, mais l (...)

1Les jeux de hasard reposent sur l’hypothèse d’une égalité des chances avant le tirage au sort, associée à l’attente de résultats inégaux : on lance les dés en s’attendant à un résultat inégal, par exemple un « six » ou un « un », qui devrait produire un avantage ou un inconvénient proportionnel. L’égalité se limite donc à ce qui se passe avant le tirage au sort et constitue la condition préalable à des résultats inégaux. Cependant, dans la Grèce archaïque et classique, l’état d’esprit et les pratiques associées au tirage au sort dans d’autres domaines dessinent une perspective inverse. Dans les tirages au sort grecs sélectifs, procéduraux et surtout distributifs, on note la volonté d’obtenir des résultats égaux : des portions égales de viande sacrificielle ; des parts égales d’héritage ; des klēroi égaux lors de la fondation d’une colonie, etc. Le tirage au sort dans les jeux aléatoires garantit l’équité entre les participants1, tandis que les tirages au sort à vocation distributive, tout en étant également équitables, garantissent l’équité ou l’égalité du résultat.

  • 2 Voir l’introduction dans Luijendijk — Klingshirn — Jenott (2019).
  • 3 Sintomer (2011).
  • 4 Manin (1997).

2L’association générale du tirage au sort avec le « hasard » et les « jeux de hasard », comme les jeux d’argent, a produit, au cours des siècles, une aversion générale, voire une animosité, pour le tirage au sort. En outre, les jeux de hasard et les jeux d’argent suscitaient une répugnance morale2. Les précédents antiques et médiévaux du tirage au sort dans le domaine politique semblaient suspects aux politiciens modernes3 : depuis les révolutions américaine et française, toutes les républiques modernes, craignant les forces démocratiques, évitent le tirage au sort au profit d’un gouvernement « représentatif » du haut vers le bas4. Dans l’ensemble, le tirage au sort a été marginalisé et même l’étude scientifique de la pratique en Grèce archaïque a généralement été négligée.

  • 5 Duxbury (1999), p. 16–23 ; Demont (2020), chap. 4.
  • 6 David (1962), p. 13–20 (en référence à la phrase ci-dessus).
  • 7 Thomas d’Aquin, Summa Theologiae II, ii, 95, 8.
  • 8 Voir l’excellente discussion détaillée de Demont (2020).
  • 9 Cité par Duxbury (1999), p. 21, à partir de Thomas Gataker (1627), p. 159. Pour une discussion ap (...)

3Les penseurs chrétiens ont souvent considéré toutes les loteries comme un type de divination5 ; puisque tout est dirigé par Dieu, le tirage au sort est un dispositif pour le faire parler6. C’est précisément pour cette raison qu’elle ne doit être employée qu’en dernier recours7, et les penseurs protestants se sont opposés à l’invocation fortuite de Dieu. Alors que nous pourrions soupçonner le tirage au sort de banaliser les choses, la pensée médiévale mettait en garde contre son utilisation pour des questions triviales. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les jeux de hasard étaient considérés comme blasphématoires. Allant à l’encontre de cette position, Thomas Gataker publie en 1619 son ouvrage On the Nature and the Use of Lots: A Treatise Historicall and Theologicall où il argumente contre l’idée que la volonté de Dieu serait exprimée par le tirage au sort et lui dénie donc toute dimension divinatoire8. Puisque le sort produit toujours des résultats inattendus ou même contraires, comment peut-on l’identifier à Dieu ? Selon Gataker, « […] it not frivolous, if not impious, therefore to say, that upon every second shaking or drawing God alters his sentence […] and so to charge him with contradiction or contrariety9 ».

  • 10 D’autres études se concentrent sur Athènes sous forme de chapitres ou d’articles de Fustel de Cou (...)
  • 11 Voir l’étude philologique de Borecký (1965).
  • 12 Je reprends ici les catégories présentées dans Malkin — Blok (à paraître).

4Quoi qu’il en soit, hormis une monographie sur le rôle du tirage au sort dans la politique athénienne publiée en 1891, et quelques chapitres de livres (principalement sur la politique), personne n’a jamais tenté une histoire et une évaluation générales du tirage au sort dans la Grèce archaïque et classique10. Lorsque la démocratie fondée sur le tirage au sort est arrivée à Athènes, les Grecs avaient déjà derrière eux au moins trois siècles d’une pratique courante et viable du tirage au sort, appliquée à de nombreux domaines de la vie et de la mort (parts d’héritage par tirage au sort). Ces pratiques étaient principalement fondées sur des notions d’égalité et d’équité, exprimées dans l’idée que les individus se superposent avec leurs « parts » individuelles et séparées (moirai)11. Voici les différents types de tirages au sort que j’ai articulés, en dehors des jeux « de hasard12 » :

– Distributifs : ils définissent les contours du groupe (ou de la communauté) concerné, qui est également souverain pour décider que l’on va procéder à un tirage au sort. Ils expriment une vision horizontale de la société, à l’inverse d’une vision verticale, de haut en bas, de l’autorité. Ce type de tirage au sort était utilisé pour distribuer l’héritage, la viande sacrificielle, les terres coloniales, le butin et les fonctions officielles ; le cosmos lui-même, ainsi que les champs d’intervention divine étaient censés avoir été distribués par tirage au sort par et entre les dieux grecs.

– Sélectifs : ils impliquent les contours d’un certain groupe, lorsqu’il s’agit de choisir des soldats pour les campagnes militaires, des colons pour les nouvelles colonies, des guerriers pour des tâches spéciales, et même, à un moment donné, de désigner ceux qui devaient être vénérés comme héros ancestraux des tribus à Athènes.

– Procéduraux : ils étaient particulièrement utiles pour les rotations et les tours, comme les tours de garde, les stations sur un parcours de course, l’attribution des affaires judiciaires et les jours de rotation de la présidence de la boulē athénienne. Au ve siècle, même des théâtres de guerre entiers pouvaient être attribués aux généraux par tirage au sort.

– De mélange : ils étaient utilisés pour « homogénéiser » les cités-mères au moment de la fondation de nouvelles colonies et de la création de nouvelles cités.

  • 13 Malkin (2021).

– Divination par le sort : il s’agit d’une catégorie de divination visant à sonder l’intention des dieux pour des questions ad hoc, une procédure particulièrement en faveur auprès des oracles de Delphes et de Dodone13.

  • 14 Hérodote, III, 57, 2 : ἑκάστῳ χρήματα διενέμοντο. Cf. VII, 144.

5Après la découverte d’un nouveau filon d’argent dans les mines du Laurion, une proposition est soumise à l’assemblée athénienne : distribuer dix drachmes à chaque citoyen athénien. La proposition échoue, ce qui n’est pas le cas à Siphnos, où les citoyens reçoivent des parts égales de ce que produisent ses mines d’or14. Ces distributions égales illustrent à la fois un état d’esprit et une pratique : une communauté distribue des portions égales à ses membres. Toutefois, dans la plupart des cas, des sommes aussi précises (« dix drachmes ») sont impossibles à définir, d’où l’utilisation omniprésente du tirage au sort pour la distribution. Le tirage au sort n’exprime jamais une valeur en tant que telle ; les valeurs sont plutôt implicites dans la distribution dont le tirage au sort est souvent le moyen, l’instrument qui exprime la préférence grecque pour l’égalité et l’équité (isos kai homoios). Dans le cas d’un butin ou d’une prise non quantifiable ou non mesurable, le tirage au sort peut accorder des portions de valeur inégale, tout en conservant le caractère égalitaire de la démarche aléatoire. Par exemple, à un moment donné, Ulysse répartit le butin de chèvres sauvages entre ses compagnons, soit neuf chèvres par navire :

  • 15 Homère, Odyssée IX, 159–160 (trad. V. Bérard, modifiée).

Les navires qui me suivaient étaient au nombre de douze, et à chacun d’eux, neuf chèvres furent attribuées au sort (ἐς δὲ ἑκάστην ἐννέα λάγχανον αἶγες)15.

6Si chaque navire recevait le même nombre de chèvres, pourquoi organiser un tirage au sort ? Parce que, contrairement à l’or siphnien, facilement mesurable, les chèvres, tout en étant semblables les unes aux autres (homoios), n’étaient pas identiques (isos). La distribution d’un nombre égal de chèvres par tirage au sort implique l’équité et l’absence de ressentiment : un marin pouvait être déçu de recevoir une vieille chèvre malade au lieu d’un délicieux chevreau, mais il ne pouvait en blâmer personne.

7Hormis la catégorie des oracles par tirage au sort, dont le but explicite est de révéler l’intention ou la volonté d’une divinité, toutes les autres catégories que je viens de mentionner ne me semblent pas avoir été divinatoires. Si les tirages au sort étaient effectivement organisés sous les auspices des dieux, les Grecs n’attendaient pas de ces derniers qu’ ils interviennent. Les cas sont nombreux, mais je limite ici la discussion à quelques points concernant la « société des dieux » comme contexte utile pour poser la question suivante : les Grecs se sont-ils tournés vers le tirage au sort parce qu’ils faisaient confiance aux dieux pour décider des résultats ? Si l’on admet que la société des dieux est elle aussi une projection humaine, que s’est-il passé lorsque les dieux ont eux aussi tiré au sort ? Les Grecs croyaient-ils que ces dieux attendaient des réponses d’autres dieux encore ?

  • 16 West (1966), ad Theog. 520. Au ve, dasmos a changé de sens pour devenir le « tribut », inversant (...)

8La réponse à cette question est négative. Mais la question concerne aussi l’égalité : si, disons, Athéna intervient dans le choix de chacun des 500 membres de la boulē athénienne (sélectionnés par tirage au sort), cela signifie qu’elle reconnaît des mérites individuels inégaux pour le poste. En d’autres termes, un dieu serait susceptible de reconnaître l’inégalité qui se dissimule dans les êtres humains. En revanche, si elle ne le fait pas, cela implique la reconnaissance de l’égalité et de l’interchangeabilité de tous les participants. Notons, par exemple, que le verbe — et les noms dérivés — le plus utilisé pour exprimer la distribution dans la poésie archaïque est dateomai (avec dasmos) qui apparaît le plus souvent au pluriel, à la voix moyenne : un groupe qui se distribue à lui-même16. Cela implique une vision horizontale de la société, au lieu d’une représentation qui va de haut en bas. Observons maintenant quelques exemples tirés de la poésie grecque archaïque et suggérons quelques approfondissements.

9Dans la Théogonie, Hésiode interroge les Muses :

  • 17 Hés., Théog., 108 et 111 (trad. A. Bonnafé). Voir la discussion de Leclerc (1998).

Dites comment […] ils [les dieux] se partagèrent la richesse du monde, comment ils se répartirent les honneurs revenant à chacun (ὥς τ ἄφενος δάσσαντο καὶ ὡς τιμὰς διέλοντο)17.

10Le tirage au sort est souvent la réponse à la question d’Hésiode aux Muses sur la façon dont les dieux se partagent et se distribuent les parts. Que ce soit entre les membres d’une communauté humaine ou celle que l’on image pour les dieux, le tirage au sort implique un statut égal pour tous les participants, qui sont interchangeables et sont égaux devant le sort. Les tirages au sort définissent les contours exclusifs d’un groupe donné (par exemple, les dieux, les colons, les frères héritiers) dont les membres sont constitués d’ayants droit.

  • 18 Hés., Théog., 881–885
  • 19 Asheri (1963) ; Lane Fox (1985) ; Berman (2007). Platon semble penser le partage du monde entre l (...)
  • 20 Cf. Xénophane, fr. 13 et 14 Diels-Kranz.

11Reflétant probablement une variété de traditions, les mythes grecs sur les dieux oscillent entre l’accentuation du pouvoir suprême de Zeus et la vision de ce dernier comme premier parmi ses pairs. Zeus a peut-être obtenu le Ciel par le biais d’un tirage au sort, mais pour la fonction royale, il a été choisi par les dieux18. Tous les Grecs auraient convenu que les dieux de l’Olympe étaient des divinités de troisième génération. Cronos et les Titans avaient déposé Ouranos, et Zeus et les Olympiens l’avaient emporté lors de leur révolution contre les Titans. La source de l’autorité (pour répartir les royaumes du monde) reposait, horizontalement, sur les participants, dont Zeus faisait partie. Plus précisément, selon les termes d’Homère, le cercle ne comprenait que les trois frères (voir ci-dessous) : leur droit de vainqueurs se superposait à leur situation familiale, se répartissant les parts d’héritage selon le tirage au sort, ce qui était une pratique grecque courante19. Les trois dieux n’étaient soumis à aucune autorité extérieure. C’est tout le contraire d’une approche de haut en bas qui aurait été naturelle pour un roi assyrien ou égyptien. Le tirage au sort pour répartir les timai entre les dieux atteste clairement que la distribution par tirage au sort n’est pas conçue comme transcendante, venant « d’en haut », mais qu’elle émane de l’intérieur du groupe concerné. Les humains créent leurs dieux à leur propre image20 et, dans une certaine mesure, les conventions humaines se retrouvaient sur l’Olympe : l’image horizontale de la société des dieux, où l’autorité émane du groupe de participants, était un reflet des attitudes et des pratiques courantes dans la société grecque.

  • 21 Notons qu’Hésiode parle des « dieux qui font la répartition entre eux ». Cependant, lorsqu’il s’a (...)

12Homère est notre source la plus ancienne, mais Hésiode, quand il parle d’Aphrodite et d’Hécate, laisse entendre qu’une distribution antérieure par tirage au sort des pouvoirs divins a eu lieu avant la distribution olympienne, et selon les mêmes principes21. Aphrodite pourrait être une exception, dans la mesure où elle oscille entre son image de déesse primordiale, qui précède les Olympiens eux-mêmes, et celle d’une Olympienne, plus jeune. Cette tension s’exprime dans l’expression d’Hésiode selon laquelle sa timē remonte « au commencement » (ex archēs) et qu’il s’agit de « la part (moira) qui lui est attribuée au sort (lanchanō) parmi les hommes et les dieux immortels » (v. 203–204 : ταύτην δ᾽ ἐξ ἀρχῆς τιμὴν ἔχει ἠδὲ λέλογχε | μοῖραν ἐν ἀνθρώποισι καὶ ἀθανάτοισι θεοῖσι).

  • 22 Leclerc (1998), p. 94, souligne la concentration exceptionnelle de termes liés à la distribution (...)
  • 23 Cf. Hés., Théog., 390–396. Leclerc (1998), p. 91–92.

13Le tirage au sort semble sous-entendu ou exprimé dans l’aisa d’Hécate (v. 414–425), distincte dans le degré d’honneur lorsqu’elle est comparées aux parts de timē que d’autres ont « gagnées par le sort » (lanchanō). Lorsque les Olympiens ont pris le contrôle du cosmos, certains Titans autrefois au pouvoir, comme la menaçante Hécate, sont restés en place. « Même du Ciel étoilé, elle a reçu ses honneurs propres », chante Hésiode (v. 414). « Recevoir ses honneurs » est exprimé par emmore timēs, renvoyant à la « portion (moira) de timē ». Ce n’est évidemment qu’une portion parmi d’autres : le poète poursuit en employant les termes significatifs du tirage au sort, du partage et de l’attribution (lanchanō, timē, moira et son équivalent aisa)22. Hécate possède sa propre part, son aisa, distincte de ce que les autres enfants de la Terre et du Ciel ont reçu par le sort (timēn lanchanō). L’expression est formulaire mais, prise littéralement, implique que même les Titans, la deuxième génération de dieux, celle qui précède les Olympiens, avaient autrefois procédé à une distribution (dasmos), apparemment par le sort23.

  • 24 Les Grecs pouvaient être incohérents sur ce point. Il est le plus jeune chez Hésiode (Théog., 137 (...)

14Pour en revenir à Homère, à un moment de la guerre de Troie, Zeus ordonne aux dieux et aux déesses de se retirer. Son frère Poséidon, plus têtu que les autres, a besoin d’une attention particulière, et Zeus envoie la déesse Iris lui porter un message menaçant24. Poséidon n’apprécie guère et insiste auprès d’Iris sur le fait qu’il est l’égal de son frère :

  • 25 Littéralement, une « part » de ce que les dieux devraient avoir, à savoir la puissance divine. Su (...)
  • 26 Hom., Il. XV, 185–210 (trad. P. Mazon).

Ah ! pour brave qu’il soit, il a prononcé là un mot bien arrogant. Il prétend donc me réduire par la force et malgré moi, moi qui suis son égal. Nous sommes trois frères, issus de Cronos, enfanté par Rhéa : Zeus et moi, et, en troisième, Hadès, le monarque des morts. Le monde a été partagé (dateomai) en trois ; chacun a eu son apanage (v. 189 : τριχθὰ δὲ πάντα δέδασται, ἕκαστος δ’ ἔμμορε τιμῆς). J’ai obtenu pour moi, après tirage au sort (pallō), j’ai tiré (lanchanō) d’habiter la blanche mer à jamais ; Hadès a eu pour lot l’ombre brumeuse, Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages. La terre pour nous trois est en bien commun (γαῖα δ’ ἔτι ξυνὴ πάντων), ainsi que le haut Olympe. Je n’entends pas dès lors vivre au gré de Zeus. Il a beau être fort : qu’il demeure tranquille dans son lot (moira), le troisième ; … [v. 208] Mais un atroce chagrin m’entre aussi dans l’âme et le cœur, lorsque, moi, son égal (isomoron) voué à une part (portion/destin, aisa)25 égale à la sienne, Zeus prétend me prendre à parti avec des mots irrités26.

  • 27 Cf. [Apollodore], Bibl. I, 2, 1 ; Callimaque (Hymne 1, 60–63) fait référence à l’égalité de ce ti (...)
  • 28 En construction : https://kleros.org.il/ un site internet dédié au vocabulaire du tirage au sort  (...)
  • 29 Pind., Ol. VII, 55.

15Après avoir protesté avec véhémence, Poséidon bat en retraite et abandonne le terrain27. Le vocabulaire de cette distribution fondée sur le tirage au sort est cohérent, tant pour les dieux que pour les humains28. Un terme clé est dasmos, « division/distribution », et les mots apparentés (utilisés une fois par Hésiode dans le passage cité plus haut). « Tout a été divisé entre nous de trois façons », dit Poséidon, et Pindare chante l’époque « où Zeus et les immortels se partageaient (dateomai) la terre entre eux29 ». Le poète de l’Hymne homérique à Déméter mentionne lui aussi le tirage au sort primordial. Il encourage la déesse qui se lamente sur le sort de sa fille Perséphone enlevée par Hadès, seigneur des morts, et maintenant contrainte de l’épouser :

  • 30 Hymne homérique à Démeter 82–87 (trad. Jean Humbert).

Mets un terme à tes grandes lamentations ! Il ne faut pas garder ainsi une vaine et farouche colère : ce n’est pas un gendre indigne de toi, parmi les Immortels, que le Maître de tant d’êtres, Aidoneus, […]. En fait de privilèges (timē), il a reçu son lot (lanchanō) lorsque, à l’origine, se fit le partage à trois (diatricha) : il habite avec ceux dont le sort l’a fait roi30.

  • 31 Pind., Ol. VII, 54–71.
  • 32 Fr. 65 Page.
  • 33 Suppliantes, 360 : Zeus (d’Argos) Klarios, « […] le juste, Zeus le Répartiteur, qui entend les su (...)
  • 34 La recherche du lemme dateomai a été effectuée via la bibliothèque numérique Thesaurus Linguae Gr (...)
  • 35 Voir Hés., Théog., 885 ; Hom., Od. VI, 11. Cf. Hom., Il. IX, 333, où Agamemnon distribue égalemen (...)

16Le partage implique un « tout » distribué ainsi qu’un groupe prédéfini dont les membres méritent les parts. Le rôle de Zeus, tel que je le conçois, est de présider le processus de tirage au sort et de distribution, et non de décider ce que chaque divinité doit recevoir spécifiquement. C’est ce qui ressort le plus clairement de l’histoire de Pindare, qui raconte comment Hélios avait manqué la première distribution par le sort parmi les dieux ; Zeus a suggéré un rappel et un nouveau tirage au sort (c’est-à-dire qu’il ne s’agissait pas d’un cadeau de sa part à Hélios) ; au lieu de cela, Hélios a choisi la nouvelle île de Rhodes, jusque-là recouverte par les eaux31. Le point concernant la présidence de Zeus est significatif car il explique les paroles d’Alcman, qui dit : « Il (Zeus) lui-même (hoiethen) a tiré au sort et distribué (dateomai) les daimones » (vraisemblablement les parts des dieux, ici appelées daimones, le terme daimōn étant également lié à dateomai)32. Eschyle l’appelle expressément Zeus « le Répartiteur », Klarios33. Pourtant, comme nous l’avons noté, le verbe dateomai est généralement utilisé avec un sujet pluriel, signifiant la distribution par (ou au nom d’) un groupe, et pour le groupe. Dans la poésie d’Homère et d’Hésiode, seules quatre occurrences (à la voix active) sur quarante-deux sont au singulier34. De telles exceptions sont des cas où la communauté donne à quelqu’un le droit (ou le devoir) de partager quelque chose en son sein35.

  • 36 Finkelberg (1988), p. 48, et 15 n. 16. Pour une étude détaillée du vocabulaire grec de la réparti (...)

17Ce tirage au sort divin implique une vision égalitaire. Le monologue de Poséidon contient quelques termes clés, véhiculant l’idée d’obtenir une « part » ou une « portion » (meros, moira). Ἔμμορε τιμῆς est une expression qui combine la notion de « part » (meros) et celle d’« honneur » (timē au sens de domaine d’autorité). C’est une expression récurrente chez Homère, appliquée aussi bien à la sphère divine qu’à la sphère humaine. Timē exprime une valeur distributive36. De manière caractéristique, la seule formule homérique dans laquelle le mot timē apparaît est précisément ἔμμορε τιμῆς, « il/elle s’est vu attribuer une timē ». Les formules homériques, ces ensembles de mots qui sont souvent répétés également pour des raisons métriques, témoignent encore de conventions partagées.

18Le tirage au sort divin, distributif, cosmique, avec sa répartition de lieux et de timai spécifiques, était apparemment encore présent dans l’imaginaire grec des siècles après Homère. Platon y fait référence en employant un terme athénien contemporain (klērouchoi) pour désigner les colons occupant de nouveaux klēroi :

  • 37 Platon, Critias, 109b–d.

À mesure qu’ils recevaient ce qui leur revenait naturellement dans l’attribution de la justice (δίκης δὴ κλήροις), ils commençaient à coloniser leurs terres. […] dans le cas d’Héphaistos et d’Athéna, […] ils ont tous deux reçu cette terre comme leur part dans un seul lot (μίαν ἄμφω λῆξιν τήνδε τὴν χώραν εἰλήχατον, avec une forme de lanchanō) […]37.

  • 38 Bonnet (2017).

19La « société des dieux » n’est cependant pas un reflet absolument exact de la société humaine, et nous devons évaluer ce jeu de miroir dans son contexte. Dans l’Iliade et l’Odyssée, les dieux et les humains apparaissent comme des collectifs déterminés qui non seulement partagent les fruits de la victoire par tirage au sort, mais tiennent aussi expressément des assemblées : les dieux dans l’Olympe, les armées grecques et troyennes sur le terrain, le peuple d’Ithaque, l’île d’Ulysse, ainsi que les fabuleux Phéaciens38. La façon dont les Grecs ont perçu la création du monde et la répartition des domaines de pouvoir et de responsabilité entre les dieux qui s’en est suivie reflète une vision générale et un état d’esprit. Les notions de « justice et d’égalité », perçues en termes d’égalité des chances et de résultats approximativement égaux, occupent un prisme constitutif dans cette perspective. Certaines des habitudes, des normes et des conventions de la société humaine étaient projetées sur ce que les hommes attendaient des dieux, mais dans les termes supra-humains de l’éternité et des attributs divins qui les distinguaient des êtres humains.

  • 39 Vergados (2012), ad 550b–551.

20La description du tirage au sort cosmique par Poséidon exprime les termes courants de cette pratique grecque : les lots (klēroi), secouer les lots (pallō), tirer un lot et obtenir son résultat (lanchanō), distribuer et partager entre eux (dateomai, et les termes associés tels que dasmos), et portion (aisa ; moira est plus courant). De même, le ou les poètes des hymnes homériques ont recours à des formules pour les timai, ces domaines de pouvoir, qui contiennent également les principaux termes que nous venons d’observer. Dans l’Hymne homérique à Hermès, le jeune dieu est appelé une fois daimōn, généralement compris comme une forme de divinité ; mais daimōn dérive lui aussi de dateomai, d’où le sens de daimōn comme « dispensateur divin39 ». Hermès lui-même chante les parts des dieux après avoir inventé la lyre :

  • 40 Hymne homérique à Hermès, 423–430 (trad. J. Humbert, modifiée).

Tout en jouant délicieusement de la lyre, le fils de Maia, […] célébra les Dieux immortels ainsi que la Terre ténébreuse : il disait ce qu’ils furent au commencement, et quelle part (moira) chacun d’eux reçut par tirage au sort (ὡς λάχε μοῖραν ἕκαστος)40.

  • 41 Cf. Pirenne-DelforgePironti (2011).

21Moira, dans son sens concret, est peut-être plus familier en tant que « destin » ou « lot d’une personne sur cette terre », à savoir la portion (moira) de vie que l’on peut avoir. Souvent, la moira se rapporte à la mesure ou à la durée de la vie d’une personne, et pas nécessairement à ce qui s’y passera, bien qu’elle puisse parfois recouvrir aussi le contenu de la vie (dans le sens de « destin »). Le recoupement entre le concret et le métaphorique qui appartient à la même gamme sémantique révèle un état d’esprit commun aux Grecs avec le tirage au sort comme procédure pour déterminer la part de chacun.41

  • 42 Hymne homérique à Poséidon, 4–5 (trad. J. Humbert).

22L’Hymne homérique à Poséidon, qui fait probablement suite à l’Iliade, chante certains des pouvoirs spécifiques de Poséidon (timai) comme résultat d’un tirage au sort à visée distributive. Les sujets des hymnes concernent des timai spécifiques, et non la division « territoriale » du monde, que nous venons d’observer. Ces hymnes n’étaient pas de simples créations littéraires mais étaient interprétés en public. Ainsi, ils évoquaient des traditions concernant les tirages au sort divins qui étaient bien connues d’un large public. Dans cet hymne, la distribution est effectuée par les dieux en tant que groupe distinct auquel ils participent tous. Le lot est impliqué par le verbe dateomai, car un moyen spécifique de distribution devait être évident pour le public et aucune autre manière de distribution collective n’est mentionnée dans nos sources42 :

διχθά τοι Ἐννοσίγαιε θεοὶ τιμὴν ἐδάσαντο
ἵππων τε δμητῆρ’ ἔμεναι σωτῆρά τε νηῶν.

Les dieux t’ont attribué (dateomai), Ébranleur de la Terre, le double privilège (timē) d’être dompteur des chevaux et sauveur de navires !

23L’Hymne homérique à Poséidon, comme les autres hymnes homériques, est consacré au particulier : les lieux spécifiques du pouvoir (timai) du dieu — il est « ébranleur de la terre » et dieu des chevaux et des navires. En revanche, la division par tirage au sort du monde en trois parties et l’attribution par la suite de pouvoirs spécifiques est un récit cosmique de la distribution par tirage au sort. L’égalité est un trait saillant des tirages au sort de distribution et lorsque Poséidon mentionne le fait d’avoir une « statut égal » (littéralement, « une part égale », isomoron), il revendique une égalité de mérite, ou une éligibilité égale pour obtenir une part, mais pas nécessairement une part égale en termes de résultat. Cependant, Poséidon élude la question en affirmant être «… de statut égal » (isomoron) et doté d’un « destin (aisa, qui signifie aussi une part) comme celui de Zeus » (ὁμῇ πεπρωμένον αἴσῃ). Mais Poséidon renonce précisément parce que son aisa, le résultat du tirage au sort, est en fait inégal : Zeus détient le ciel, par tirage au sort, mais il est aussi le roi, une position qu’il n’a pas obtenue par tirage au sort, mais parce que les dieux l’ont élu à cette fonction :

  • 43 Hés., Théog., 811–885 (trad. A. Bonnafé). Cf. Most (2006), ad loc. Au vers 189, l’Hymne homérique (...)

Mais quand les dieux bienheureux eurent achevé leur temps de peine et tranché par la force, face aux Titans, le litige des honneurs revenant à chacun, voilà qu’ils pressaient d’être roi, maître et seigneur des immortels (sur les sages conseils de la Terre) l’Olympien, Zeus, au vaste regard. C’est lui qui répartit (diadateomai) entre eux de bonne façon les honneurs revenant à chacun43.

  • 44 Hés., Théog., 73–75.
  • 45 Cf. Leclerc (1998), p. 92.

24Zeus préside à leur répartition mais ne les décide pas. « Il répartit » pourrait sembler trop actif dans la traduction, comme si Zeus décidait aussi de ce que chaque divinité devait recevoir. En tant que responsable de la distribution, « Zeus distribua/ordonna (diatassō) équitablement (homōs) aux immortels leurs parts et déclara leurs privilèges (timai)44 ». Le mot-clé est « équitablement », homōs. Sinon, le grec utilise des mots comme « ordonner » (diatassō, également à la ligne 885) et « signaler, faire connaître, indiquer » (epi-phrazō)45 ; ces mots sont compatibles avec le fait de présider à une procédure, et non de décider de son contenu. De même, quand Ulysse distribue du butin (une prise de chèvres sauvages), il procède à un tirage au sort et veille ensuite à ce que la distribution soit équitable :

  • 46 Hom., Od. IX, 548–552 (trad. V. Bérard). Cf. Od. IX, 159–160.

On tire de la cale les moutons du Cyclope ; j’en fait si bien les lots (dateomai) que personne en partant n’a pour moi de reproches (au sens propre : « afin que personne ne soit privé d’une part égale », epi isēs). Seul, je suis mieux traité : à mon lot de moutons, les compagnons guêtrés ajoutent un agneau […]46.

25Hésiode, lorsqu’il chante la distribution divine des timai, ignore Zeus en faveur des « dieux » comme entité plurielle : comme on l’a vu plus haut, le poète exhorte la Muse de chanter comment les dieux « se partagèrent la richesse du monde, comment ils se répartirent les honneurs revenant à chacun » (v. 112 : ὥς τ’ ἄφενος δάσσαντο καὶ ὡς τιμὰς διέλοντο).

  • 47 Voir supra, p. 69.

26Le fait que Zeus préside aux tirages au sort qui aboutissent à une « répartition » peut sembler suffisamment implicite dans ce que nous avons vu jusqu’à présent, mais il peut y avoir plus : comme nous l’avons noté ci-dessus, Alcman faisait de Zeus un dieu « répartiteur » (Klarios) et Eschyle, dans Les Suppliantes, qualifiait de la même façon Zeus à Argos, « le juste répartiteur qui entend les suppliants » (v. 360)47. Ce titre de Zeus trouve une actualisation dans un autre récit, celui qui raconte l’histoire d’une répartition primordiale de terres en Arcadie, pas très loin d’Argos. C’est du héros Arkas que la région tire son nom. Et quand Pausanias visite la ville arcadienne de Tégée, il y voit « ce qu’ils appellent »

  • 48 Pausanias, VIII, 53, 9–10 (trad. M. Jost).

le « Foyer commun des Arcadiens ». Là se trouve une statue d’Héraclès […]. L’endroit le plus élevé sur lequel sont la plupart des autels de Tégée est dit de Zeus Klarios ; il est évident que l’épiclèse a été donnée au dieu à cause du tirage au sort entre les fils d’Arkas. Les Tégéates célèbrent à cet endroit une fête annuelle […]48.

  • 49 Pausanias, IV, 4, 3.
  • 50 Cf. [Apollodore], III, 9. La signification de Klarios peut donner lieu à d’autres interprétations (...)

27L’histoire fait allusion à l’héritage des fils d’Arkas et à la répartition des espaces qui s’ensuivit, un processus quelque peu parallèle à la division du Péloponnèse par le sort entre les descendants d’Héraclès49. Il faut souligner que le titre de Klarios et le récit sont ancrés dans la réalité sociale : la fête publique annuelle implique une participation communautaire au rituel, et pas seulement les traditions locales que rapporte Pausanias. Il ne s’agit pas seulement d’un « mythe », mais d’un culte actif et public50.

28En résumé, nous avons vu les frères Olympiens comme groupe souverain ou « communauté », prenant la décision d’organiser le tirage au sort cosmique et de se conformer à son résultat. Le groupe est exclusif et se compose de « partageurs ». Les trois dieux organisent le tirage au sort, mais pas « pour découvrir la volonté des dieux », ce qui serait absurde. De même, dans les hymnes homériques, « les dieux » en tant que groupe partagent entre eux des timai spécifiques, sans se soumettre à une autorité supérieure. Le tirage au sort était l’expression de décisions rationnelles de recourir à des dispositifs aléatoires. Dans les sociétés humaines, il était souvent effectué sous les auspices des dieux, qui peuvent être invoqués comme garants du processus (ainsi fonctionne, par exemple, l’interjection theoi dans le préambule des décisions de l’assemblée d’Athènes), mais ne sont pas censés déterminer le résultat. Les tirages au sort à des fins distributives, sélectives et procédurales se situaient donc du côté « séculier » du spectre. À titre d’illustration, à l’autre bout du spectre, la divination par tirage au sort visait précisément à deviner l’intention ou la volonté des dieux.

29Le mythe révèle un état d’esprit égalitaire qui démontre l’aspect horizontal du tirage au sort, sans aucune allusion à l’utilisation de ce type de processus pour invoquer une autorité divine externe, de haut en bas. L’égalité est importante, qu’il s’agisse de l’égalité des chances avant le tirage au sort ou, quand c’est possible, de l’égalité des résultats. Les jeux dits « de hasard » sont similaires parce que les gens ne s’attendent pas à ce que les dieux interviennent ; « dame chance » n’est qu’un vœu pieux. Cependant, ces jeux sont aussi nettement différents parce qu’ils ne portent pas sur les types d’égalité et d’équité qui sont apparents dans les tirages au sort de type sélectif, procédural et surtout distributif. Dans le cas des jeux, l’équité consiste principalement en l’égalité des chances.

30La décision d’organiser un tirage au sort et de se conformer à son résultat émane des participants qui, en ce sens, sont souverains. Les Grecs n’avaient pas de Dieu transcendant, sujet pour lequel le monde était un objet, avec une autorité suprême venue d’en haut. Les Olympiens (divinités de troisième génération) n’ont pas créé le monde ; ils y sont nés et ont conquis leur suprématie par une révolution violente, puis ont distribué le butin (qui recoupe leur « héritage ») par tirage au sort. L’état d’esprit et la pratique des trois divinités olympiennes consistaient à organiser un tirage au sort, non pas pour « révéler la volonté des dieux », mais pour mettre en œuvre une distribution acceptable, juste et égale pour chacun.

Haut de page

Bibliographie

D. Asheri, « Laws of Inheritance, Distribution of Land and Political Constitutions in Ancient Greece », Historia 12 (1963), p. 1–21.

D.W. Berman, Myth and Culture in Aeschylus’ Seven Against Thebes, Rome, 2007 (Filologia e Critica, 95).

U. Bianchi, DIOS AISA. Destino, uomini e divinità nel Epos, nelle Teogonie e nel culto dei Greci, Rome, 1953.

J. Blok, Citizenship in Ancient Athens, Cambridge, 2017.

C. Bonnet, « Les dieux en assemblée », in G. Pironti et C. Bonnet (éd.), Les dieux d’Homère. Polythéisme et poésie en Grèce ancienne, Liège, 2017 (Kernos, suppl. 31), p. 87–112.

B. Borecký, Survivals of Some Tribal Ideas in Classical Greek: The Use and the Meaning of lagchanō, dateomai, and the Origin of ison echein, ison nemein, and Related Idioms, Prague, 1965 (Acta Universitatis Carolinae, Philosophica et historica).

A. Bowen, Aeschylus, Suppliant Women, Oxford, 2013.

H. Buchstein, Demokratie und Lotterie. Das Los als politisches Entscheidungsinstrument von der Antike bis zu EU, Francfort, 2009.

R. Caillois, Les Jeux et les Hommes (Le masque et le vertige), Paris, 1958.

A.B. Cook, Zeus: A Study in Ancient Religion, New York, 1964 [1903].

V. Dasen, « Achille et Ajax : quand l’agôn s’allie à l’alea », Revue du Mauss 46 (2015), p. 81–98.

F.N. David, Games, Gods and Gambling: The Origins and History of Probability and Statistical Ideas from the earliest Times to the Newtonian Era, London, 1962.

P. Demont, « Allotment and Democracy in Ancient Greece », Books and Ideas. Collège de France 13 December 2010 : https://booksandideas.net/Allotment-and-Democracy-in-Ancient.html

P. Demont, « Selection by Lot in Ancient Athens: From Religion to Politics », in Sintomer — Rabatel (2020), chap. 4.

N. Duxbury, Random Justice: On Lotteries and Legal Decision-Making, Oxford, 1999.

V. Ehrenberg, « Losung », in RE XIII.2 (1927), col. 1451–1504.

L.R. Farnell, The Cults of the Greek States, Chicago, 1971 [1921].

M. Finkelberg, « Timê and aretê in Homer », CQ 48 (1988), p. 14–28.

N.D. Fustel de Coulanges, Recherches sur le tirage au sort appliqué à la nomination des archontes athéniens. Nouvelles recherches sur quelques problèmes d’histoire, révisé avec des notes par Camille Jullian, Paris, 1891.

Th. Gataker (1627), in C. Boyle (éd.), Thomas Gataker, On The Nature and Uses of Lotteries: A Historical and Theological Treatise, electronic modernized version of Gataker (1627), Exeter, 2013.

G. Glotz, « Sortitio », in C. Daremberg, E. Saglio et E. Pottier (dir.) Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines IV, Paris, 1907, p. 1401–1417.

R. Hamayon, Jouer. Une autre façon d’agir. Étude anthropologique à partir d’exemples sibériens, Lormont, 2021.

M.H. Hansen, The Athenian Democracy in the Age of Demosthenes, Londres, Duckworth/Bristol Classical Press, 19992.

R. Lane Fox, « Aspects of inheritance in the Greek world », in P. Cartledge et D. Harvey, (éd.), Crux: Essays presented to G.E.M. de Ste-Croix on his 75th birthday, Exeter, 1985, p. 208–232 [= History of Political Thought, vol. 6–1/2 (Summer 1985)].

M.-C. Leclerc, « Le partage des lots. Récit et paradigme dans la Théogonie d’Hésiode », Pallas 48 (1998), p. 89–104.

C. López-Ruiz, When the Gods Were Born: Greek Cosmogonies and the Near East, Cambridge MA, 2010.

A. Luijendijk, W.E. Klingshirn et L. Jenott (éd.), My Lots Are in Thy Hands: Sortilege and Its Practitioners in Late Antiquity, Leyde/Boston, 2019.

I. Malkin, « Oracles and Networks: Sharing Divine and Human knowledge », in Y. Suto (éd.). Transmission and Organization of Knowledge in the Ancient Mediterranean World, Vienne, 2021, p. 211–224.

I. Malkin et J. Blok, From Egalitarianism to Democracy: Drawing Lots in Ancient Greece, Oxford University Press, à paraître.

B. Manin, The Principles of Representative Government, Cambridge, 1997.

G. Most, Hesiod: Theogony, Works and Days, Testimonia, Cambridge, MA, 2006.

V. Pirenne-Delforge et G. Pironti, « Les moires entre la naissance et la mort : de la représentation au culte », in M. Hennard Dutheil de la Rochère et V. Dasen (dir.), Des Fata aux fées : regards croisés de l’Antiquité à nos jours. Études de Lettres (2011), p. 15–34.

Y. Sintomer, Petite histoire de l’expérimentation démocratique. Tirage au sort et politique d’Athènes à nos jours, Paris, 2011.

Y. Sintomer et L. Lopez-Rabatel (éd.), Sortition and Democracy, Kindle Edition, 2020 (Sortition and Public Policy).

A. Vergados, The « Homeric Hymn to Hermes ». Introduction, Text and Commentary, Berlin, 2012.

M.L. West (éd.), Hesiod: Theogony, Oxford, 1966.

Haut de page

Notes

1 En Grèce ancienne, les jeux fondés sur l’aléatoire ne s’ouvrent pas sur un tirage au sort, mais le principe d’égalité des chances des joueurs y est essentiel, comme dans tout agōn. Au sujet des rapports entre agōn et alea, cf. Caillois (1958), p. 215 et p. 222 : « Ils apportent des solutions inverses, mais complémentaires, à un problème unique : celui de l’égalité de tous au départ », « Alea et agôn sont ainsi contradictoires, mais solidaires. Un conflit permanent les oppose, une alliance essentielle les unit. » Sur cette dimension idéologique d’égalité entre pairs pour les jeux de plateau et de pions en Grèce, Dasen (2015). Sur les « jeux » de redistribution des parts qui constituent des formes de tirage au sort comme instrument de hiérarchisation, comme le jeu d’Ozieri en Sardaigne, Hamayon (2021), chap. 15 (« Les répercussions sociales et politiques, redistribution et hiérarchisation »), spéc. p. 259–260.

2 Voir l’introduction dans Luijendijk — Klingshirn — Jenott (2019).

3 Sintomer (2011).

4 Manin (1997).

5 Duxbury (1999), p. 16–23 ; Demont (2020), chap. 4.

6 David (1962), p. 13–20 (en référence à la phrase ci-dessus).

7 Thomas d’Aquin, Summa Theologiae II, ii, 95, 8.

8 Voir l’excellente discussion détaillée de Demont (2020).

9 Cité par Duxbury (1999), p. 21, à partir de Thomas Gataker (1627), p. 159. Pour une discussion approfondie de Gataker et de sa pertinence dans le contexte de la Grèce antique, voir Demont (2020).

10 D’autres études se concentrent sur Athènes sous forme de chapitres ou d’articles de Fustel de Coulanges (1891) ; Hansen (1999) ; Manin (1997) ; ou dans des articles généraux d’encyclopédies : Glotz (1907) ; Ehrenberg (1927) ; cf. Demont (2010) ; Buchstein (2009) ; Blok (2017) ; Sintomer (2020).

11 Voir l’étude philologique de Borecký (1965).

12 Je reprends ici les catégories présentées dans Malkin — Blok (à paraître).

13 Malkin (2021).

14 Hérodote, III, 57, 2 : ἑκάστῳ χρήματα διενέμοντο. Cf. VII, 144.

15 Homère, Odyssée IX, 159–160 (trad. V. Bérard, modifiée).

16 West (1966), ad Theog. 520. Au ve, dasmos a changé de sens pour devenir le « tribut », inversant ainsi l’ordre de répartition pour le groupe. Voir, par exemple, Hérodote, III, 97, 1 ; V, 106, 6 ; VI, 48, 2 ; VI, 95, 1 ; VII, 51, 1 ; VII, 108, 1 ; Eschyle, Perses, 586–590 ; Sophocle, Œdipe-roi, 35–39 ; cf. Soph., Œdipe à Colone, 634–635.

17 Hés., Théog., 108 et 111 (trad. A. Bonnafé). Voir la discussion de Leclerc (1998).

18 Hés., Théog., 881–885

19 Asheri (1963) ; Lane Fox (1985) ; Berman (2007). Platon semble penser le partage du monde entre les dieux en termes d’héritage dans Gorgias, 523a : « Selon le récit d’Homère, Zeus, Poséidon et Hadès se sont partagé la souveraineté entre eux lorsqu’ils l’ont reprise de leur père. »

20 Cf. Xénophane, fr. 13 et 14 Diels-Kranz.

21 Notons qu’Hésiode parle des « dieux qui font la répartition entre eux ». Cependant, lorsqu’il s’agit d’honneurs spécifiques, c’est généralement Zeus, dont Hésiode prend soin de souligner la position de chef suprême, qui fait la répartition. Cf. Leclerc (1998). Il semble extrêmement improbable qu’Hésiode n’ait pas eu connaissance du récit du tirage au sort chez Homère. Il ne le nie jamais et recourt à ce type de lexique, ainsi qu’à celui de la distribution. D’autre part, il n’est jamais explicite et met plutôt l’accent sur la royauté de Zeus. Lorsque des honneurs spécifiques sont attribués, Zeus est présenté comme celui qui donne effectivement, mettant en œuvre le résultat. Il a pu exister diverses versions contemporaines de ce qui s’est passé après la victoire des Olympiens ; le fait que la plus ancienne et la plus importante (Homère) raconte l’histoire du tirage au sort entre les dieux et de la distribution du cosmos suffit à notre argumentation ; les Grecs ne suivaient aucun dogme. Pourtant, à chaque fois qu’Hésiode raconte la distribution effectuée par Zeus, celui-ci peut être compris comme ayant présidé à un tirage au sort et à ses conséquences, ne décidant pas lui-même quelle timē devait aller à tel dieu ou telle déesse. C’est plus clair chez Pindare (Ol. VII, 54–71) : voir infra.

22 Leclerc (1998), p. 94, souligne la concentration exceptionnelle de termes liés à la distribution aux vers 400–450 environ : geras (2) ; lanchanō (2) ; meiromai (2) ; moira (1) ; timē (5) ; timaō (3) ; tiō (2).

23 Cf. Hés., Théog., 390–396. Leclerc (1998), p. 91–92.

24 Les Grecs pouvaient être incohérents sur ce point. Il est le plus jeune chez Hésiode (Théog., 137).

25 Littéralement, une « part » de ce que les dieux devraient avoir, à savoir la puissance divine. Sur aisa, voir Bianchi (1953).

26 Hom., Il. XV, 185–210 (trad. P. Mazon).

27 Cf. [Apollodore], Bibl. I, 2, 1 ; Callimaque (Hymne 1, 60–63) fait référence à l’égalité de ce tirage au sort (ἐπ’ ἰσαίῃ γὰρ ἔοικε πήλασθαι) entre les participants. Cf. Platon, Critias, 109b : « Il était une fois les dieux qui partageaient par tirage au sort la terre entière par régions, et non selon les résultats d’un conflit. […] Ainsi, par de justes attributions, ils reçurent chacun la sienne, et ils établirent leurs régions. […] » Cf. infra.

28 En construction : https://kleros.org.il/ un site internet dédié au vocabulaire du tirage au sort : A Lexicographical survey: Lottery practices in the Archaic and Classical periods, par Elena Iaffe.

29 Pind., Ol. VII, 55.

30 Hymne homérique à Démeter 82–87 (trad. Jean Humbert).

31 Pind., Ol. VII, 54–71.

32 Fr. 65 Page.

33 Suppliantes, 360 : Zeus (d’Argos) Klarios, « […] le juste, Zeus le Répartiteur, qui entend les suppliants ».

34 La recherche du lemme dateomai a été effectuée via la bibliothèque numérique Thesaurus Linguae Graecae (éd. Maria C. Pantelia, Université de Californie, Irvine ; http://stephanus.tlg.uci.edu [consulté le 29 juin 2020]). Par exemple : Hés., Théog., 517–520 (trad. A. Bonnafé) : « Atlas, lui, soutient le vaste ciel, pliant sous la puissante contrainte, aux confins de la terre […] : c’est le lot (moira) que lui a imparti Zeus maître de l’idée » (ταύτην γάρ οἱ μοῖραν ἐδάσσατο μητίετα Ζεύς). Hésiode semble faire allusion au tirage au sort.

35 Voir Hés., Théog., 885 ; Hom., Od. VI, 11. Cf. Hom., Il. IX, 333, où Agamemnon distribue également du butin.

36 Finkelberg (1988), p. 48, et 15 n. 16. Pour une étude détaillée du vocabulaire grec de la répartition et de la conception de l’égalité comme « égalité des parts », voir Borecký (1965).

37 Platon, Critias, 109b–d.

38 Bonnet (2017).

39 Vergados (2012), ad 550b–551.

40 Hymne homérique à Hermès, 423–430 (trad. J. Humbert, modifiée).

41 Cf. Pirenne-DelforgePironti (2011).

42 Hymne homérique à Poséidon, 4–5 (trad. J. Humbert).

43 Hés., Théog., 811–885 (trad. A. Bonnafé). Cf. Most (2006), ad loc. Au vers 189, l’Hymne homérique à Aphrodite fait une distinction entre Zeus en tant qu’il est « le plus grand » et « celui qui a reçu la plus grande part d’honneur » : ὅστε μέγιστός τ᾽ ἐστὶ μεγίστης τ᾽ ἔμμορε τιμῆς.

44 Hés., Théog., 73–75.

45 Cf. Leclerc (1998), p. 92.

46 Hom., Od. IX, 548–552 (trad. V. Bérard). Cf. Od. IX, 159–160.

47 Voir supra, p. 69.

48 Pausanias, VIII, 53, 9–10 (trad. M. Jost).

49 Pausanias, IV, 4, 3.

50 Cf. [Apollodore], III, 9. La signification de Klarios peut donner lieu à d’autres interprétations, puisqu’il s’agit aussi d’un titre d’Apollon, faisant parfois référence à la ville de Claros en Asie Mineure. Nous n’avons pas beaucoup avancé sur ce point depuis le commentaire de Pausanias par Sir James Frazer (1908, ad loc) et les travaux de Farnell (1921 [1971]) vol. 1, p. 56 ; cf. Cook (1903 [1964]), vol. 2, p. 874. Cf. l’affirmation non étayée selon laquelle Pausanias ne ferait que « deviner » : Bowen (2013), dans son commentaire au vers 360 des Suppliantes d’Eschyle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irad Malkin, « Zeus, le tirage au sort et l’égalité des chances »Kernos, 35 | 2022, 61-76.

Référence électronique

Irad Malkin, « Zeus, le tirage au sort et l’égalité des chances »Kernos [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4190

Haut de page

Auteur

Irad Malkin

Université de Tel Aviv

malkin.irad@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search