Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Actes du XVIe colloque internatio...Erōs en kairō — un bas-relief à B...

Actes du XVIe colloque international du CIERGA (partim)

Erōs en kairō — un bas-relief à Budapest

Árpád M. Nagy
p. 135-162

Résumés

Cet article entend examiner l’iconographie d’un bas-relief qui se trouve à Budapest et provient probablement de Naples. Il a été sculpté en lychnites de Paros vers la fin de l’époque hellénistique ou aux tout débuts de l’époque impériale. Il représente une scène unique : Éros se posant sur une roue en train de tourner. Cette scène n’est pas le cliché instantané d’un quelconque jeu d’équilibre, et il n’existe pas non plus de mythe auquel l’associer. Il faut donc l’interpréter de manière métaphorique, pour lui-même. Cette image d’Éros peut évoquer différents types de champs sémantiques, dénués de véritables rapports les uns avec les autres, voire se contredisant. Si l’on passe en revue les multiples significations des motifs composant l’image dans la culture gréco-romaine à partir de sources iconographiques, archéologiques et textuelles, il existe cinq thématiques différentes qui peuvent être rapprochées de la scène du relief. De plus, cet Éros représenté dans une situation d’équilibre précaire est lié au Kairos, le « Moment opportun ». L’objet, œuvre unique d’un sculptor doctus anonyme, montre donc les traits essentiels du dieu.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Gertrud Platz-Horster (1942–2019) et de François Lissarrague (1947–2021)

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2024.

Plan

Le bas-relief
Représentations similaires — de rares parallèles
Les significations des motifs iconographiques
Signification du syntagme « Éros se posant sur la roue »

Aperçu du texte

Le bas-relief

Le relief (Fig. 1) est conservé au musée des Beaux-Arts de Budapest. Il a été acheté en 1908 à Paul Arndt, qui, tout en étant l’un des plus fins connaisseurs parmi les archéologues de son temps, fut aussi marchand d’art — ces deux métiers pouvant encore être exercés par une seule et même personne à l’époque. D’après les notes d’Arndt, la pièce proviendrait de Naples (ce genre d’informations concernant les marbres de Budapest s’est toujours révélé authentique). Elle demeura inaperçue et seul Antal Hekler la mentionnait de manière laconique dans son catalogue de 1929 : « Éros en équilibre sur un disque. » Elle est de petite taille (26 × 18 × 6 cm) ; la partie droite est manquante tandis que les trois autres côtés sont pour l’essentiel intacts¸ même si en bas, le bord avec la partie inférieure du « disque » a disparu, et la tête d’Éros est plus haute que le bord supérieur du fond du bas-relief. Au-dessus de la tête d’Éros et sur le côté gauche du relief des mortaises ont é...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Árpád M. Nagy, « Erōs en kairō — un bas-relief à Budapest »Kernos, 35 | 2022, 135-162.

Référence électronique

Árpád M. Nagy, « Erōs en kairō — un bas-relief à Budapest »Kernos [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2024, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4215 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4215

Haut de page

Auteur

Árpád M. Nagy

Université de Pécs – The Palladion

amnagy8@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search