Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Chronique des activités scientifi...Chronique archéologiqueLa Chronique archéologique de la ...

Chronique des activités scientifiques
Chronique archéologique

La Chronique archéologique de la religion grecque passe au numérique : un nouvel outil au service des chercheurs

Alain Duplouy
p. 323-332

Texte intégral

  • 1 Kernos 13 (2000), p. 239–240 ; 14 (2001), p. 233–235.

1Depuis plus de 20 ans, la revue Kernos propose (presque) chaque année une Chronique archéologique de la religion grecque, qui synthétise les découvertes archéologiques liées aux pratiques cultuelles grecques. Annoncée en 2000, la Chronique paraît pour la première fois dans le volume 14 de 2001. Ses principes en sont alors fixés par Vinciane Pirenne-Delforge et Didier Viviers1. Il s’agit d’offrir aux chercheurs un outil de travail en matière d’archéologie des cultes, qui s’appuie sur les travaux de fouilles ou, plus largement, sur l’archéologie de terrain. L’iconographie et l’archéologie funéraire, autant que les études strictement architecturales, sont en revanche laissées de côté, sauf lorsqu’elles permettent l’identification d’une divinité ou la restitution d’un culte funéraire. L’objectif de la Chronique est de couvrir le champ chronologique et géographique du polythéisme antique, du premier âge du fer à l’Antiquité tardive, sur une aire géographique incluant la Grèce continentale, les îles de l’Égée (Cyclades, Sporades, Dodécanèse, Crète), la côte grecque de l’Asie Mineure, la Grande Grèce et la Sicile. Au fil des années, les collaborateurs qui ont accepté de se lancer dans l’aventure ont recensé de manière détaillée et critique des milliers d’opérations archéologiques à travers l’ensemble du monde grec. Cette équipe s’est renouvelée au fil du temps, avec des départs et des arrivées. Depuis quelques années déjà, ces chroniques sont accessibles en ligne sur OpenEdition, comme d’ailleurs l’ensemble de la revue Kernos (https://journals.openedition.org/​kernos/​).

  • 2 Voir par exemple A. Duplouy, « Chronique des fouilles en ligne — Archaeology in Greece Online », (...)
  • 3 Le projet a été porté par Alain Duplouy (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Vinciane Pirenn (...)

2Le progrès des technologies et la transformation des habitudes de recherche permettent aujourd’hui — sinon imposent — de proposer ce contenu sous la forme d’une base de données en ligne. À l’instar d’autres chroniques archéologiques2, l’outil proposé par la revue Kernos a donc lui aussi opéré sa mue numérique. Au cours des trois dernières années — et avec une certaine lenteur due à la pandémie —, nous avons mené un projet de transformation de la Chronique, avec un double objectif : d’une part, fournir un outil numérique moderne pour la production, l’organisation et la consultation des nouvelles livraisons de la Chronique et, d’autre part, récupérer dans celui-ci de manière rétrospective les notices produites depuis son lancement3. De la même manière que la mise en ligne de la revue, cette nouvelle étape dans la diffusion des connaissances patiemment rassemblées par l’équipe des collaborateurs au fil des ans s’imposait afin de conserver le crédit acquis auprès de nos lecteurs, mais aussi afin d’attirer une jeune génération d’historiens et d’archéologues vers l’étude du polythéisme antique.

3Pour l’heure, il a été décidé de maintenir la publication de la Chronique dans son format imprimé traditionnel, qui accompagnera donc — pendant quelques années au moins — la nouvelle version numérique enrichie, désormais disponible en ligne (http://kernos-chronarg.uliege.be).

Un nouvel outil : de l’organisation des données
à leur représentation spatiale

4Le projet de transformation numérique vise tout d’abord à proposer un outil en ligne de saisie et de consultation des informations réunies dans la Chronique archéologique de la religion grecque, tout en offrant un module de localisation géographique et en assurant son interopérabilité avec d’autres outils numériques.

5D’un point de vue technique, nous avons opté pour l’utilisation d’Omeka S, un système de gestion de contenu (Content management system ou CMS) développé par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’université américaine George Mason, auquel on doit également le logiciel de référencement et de gestion bibliographique Zotero. Logiciel libre, Omeka se situe à l’intersection des systèmes de gestion de contenu web, des systèmes de gestion d’archives et des systèmes de gestion de musées. Fondé sur des formats et des standards internationalement reconnus de diffusion et d’échange de ressources (tels le Dublin Core ou le protocole OAI-PMH), Omeka offre un ensemble de services permettant de faciliter la gestion et le moissonnage des données, assurant l’interopérabilité de l’outil ainsi développé selon les principes du web sémantique (ou web 3.0). Notre objectif est en effet à la fois de bénéficier de données existantes, notamment en matière de cartographie, mais aussi de rendre accessible le contenu de la Chronique via d’autres applications en ligne qui souhaiteraient s’y connecter.

  • 4 Nous avons par conséquent abandonné l’ancienne numérotation en usage dans la version imprimée sou (...)

6Grâce à Omeka, un modèle de données relationnelles cohérent et fidèle à l’esprit de la Chronique a donc été défini. Le cœur de l’information est constitué par les notices rédigées par les collaborateurs. Dans la mesure où l’histoire des découvertes fait partie de l’esprit même d’une chronique, chaque notice restera associée à une année de publication de la Chronique. Elle est bien entendu signée et dispose d’un permalien (par exemple http://kernos-chronarg.uliege.be/​notices/​48740) permettant un référencement interne et externe. Celui-ci repose sur un numéro unique (ici 48740), qui constitue le nouvel identifiant de la notice4. Enfin, comme dans la version imprimée, les notices de la Chronique sont organisées de manière géographique ; la version numérique tire profit pour cela de toutes les possibilités offertes par l’outil de cartographie qu’elle intègre en son cœur.

  • 5 J. Scheid et Fr. de Polignac, « Qu’est-ce qu’un ‘paysage religieux’ ? Représentations cultuelles (...)
  • 6 Kernos 14 (2001), p. 234.
  • 7 Par exemple, le site de Calaurie sur l’île de Poros a été traité, selon les années, dans le cadre (...)

7Comme le rappelaient John Scheid et François de Polignac, « le culte et les rites n’existent qu’en tant qu’ils sont ancrés dans l’espace, que ce soit de manière stable ou provisoire. Les temples, les sanctuaires, forment l’armature religieuse d’un territoire5. » L’espace est donc un élément essentiel de toute réflexion en matière de polythéisme antique. Malgré une organisation géographique des données, adoptées dès l’origine, la dimension cartographique de la Chronique demeurait inaboutie dans sa version imprimée. Aucune carte de localisation des notices n’accompagnait celle-ci ; aucune définition des régions traitées n’était même proposée, les éditeurs et les contributeurs s’en tenant à une esquisse convenue des régions antiques et à une organisation géographique des notices fondées sur le « sens de la périégèse générale6 ». Dans la pratique et au fil des ans, ces principes ne furent d’ailleurs pas simples à maintenir. Certaines régions furent traitées partiellement, des sites changèrent de régions7, tandis qu’un ordre alphabétique remplaça parfois le cheminement géographique (ainsi pour les îles de l’Égée). Bien sûr, les index ont permis de pallier ces difficultés. Le passage au numérique imposait toutefois une nouvelle réflexion sur le classement géographique des notices, autant qu’il autorisait de nouvelles possibilités de représentation cartographique. Nous avons tout d’abord défini une nouvelle organisation spatiale à travers trois entités strictement hiérarchiques : le site, la région et la macro-région (Fig. 1).

Fig. 1. Organisation géographique de la base de données.

  • 8 Une notice peut également être rattachée directement à une région ou à une macro-région, lorsque (...)
  • 9 De nouvelles macro-régions et régions pourront être ajoutées à l’avenir, en particulier l’Asie Mi (...)

8Le site est, en général, l’unité de rattachement par défaut d’une notice ; il est lui-même associé par emboîtement à une région, puis à une macro-région.8 En retour, chaque macro-région contient — en principe — plusieurs régions, elles-mêmes composées de multiples sites, dont chacun peut rassembler plusieurs notices, qui renvoient en général à des années différentes, sinon à des opérations distinctes. Pour l’heure, 9 macro-régions (Fig. 2) et 29 régions (Fig. 3) ont été définies et précisément cartographiées en tenant compte — tant que faire se peut — à la fois de la géographie ancienne et des limites administratives modernes. Le résultat peut bien évidemment faire l’objet de multiples critiques. Il est clair qu’aucun système cartographique unique ne saurait s’appliquer à l’arc chronologique de la Chronique, qui couvre plus d’un millénaire et demi, tout en tenant compte des aires de compétence des Surintendances et Éphories actuelles — dont la définition varia elle-même au cours des décennies. En dernier ressort, ces entités géographiques doivent donc être tenues pour de simples conventions permettant l’organisation des notices, autant d’ailleurs — d’un point de vue éditorial — que la répartition du travail entre collaborateurs. Voici la liste des macro-régions et des régions qui leur sont associées actuellement couvertes dans la Chronique en ligne9 :

– Occident grec : Sicile (1), Grande Grèce (2)

– Grèce septentrionale : Illyrie méridionale (3), Macédoine (4), Thrace (5), Épire (6), Thessalie (7)

– Iles ioniennes : Iles ioniennes (8)

– Grèce centrale : Acarnanie (9), Étolie (10), Locride (11), Phocide (12), Béotie (13), Eubée (14)

– Attique et Mégaride : Athènes, Attique (15), Golfe Saronique (16), Mégaride (17)

– Péloponnèse : Corinthie (18), Argolide (19), Laconie (20), Messénie (21), Arcadie (22), Élide (23), Achaïe (24)

– Îles de l’Égée : Cyclades (25), Dodécanèse (26)

– Crète : Crète (27)

– Chypre : Chypre (28)

9Le tracé exact de ces entités, tel qu’il a été convenu, a été reporté dans l’outil de cartographie de la Chronique, de telle sorte qu’il ne devrait plus y avoir de fluctuation dans le rattachement d’une notice.

Fig. 2. Carte des macro-régions.

Fig. 3. Carte des régions (les numéros sont donnés dans la liste ci-dessus, auxquels il faut ajouter la ville d’Athènes, conçue dans ses limites antérieures à Hadrien).

10La localisation de sites antiques pose des problèmes auxquels de nombreux projets d’humanités numériques ont été confrontés au cours des deux décennies passées. La solution se trouve aujourd’hui dans les principes du web sémantique et dans l’interconnexion avec des répertoires qui font autorité en la matière. La Chronique n’ayant pas pour objectif principal de localiser les sites archéologiques dont elle traite, la tâche doit être déléguée à d’autres outils, dont les données peuvent être mises à profit. En l’occurrence, la localisation des sites répertoriés dans la Chronique repose avant tout sur les coordonnées géographiques fournies par Pleiades (https://pleiades.stoa.org). L’association de nos sites à une entrée de ce répertoire des lieux de l’Antiquité doit faciliter le travail de cartographie, tout en bénéficiant des dernières avancées en la matière — la communauté active sur Pleiades affine en effet en permanence la localisation des sites répertoriés. Bien sûr, toutes les informations traitées dans la Chronique ne pourront pas être associées à l’un des lieux répertoriés dans Pleiades. Même si cette base de références géographiques est en constante expansion, elle ne couvrira jamais l’ensemble des sites concernés par les innombrables opérations archéologiques menées chaque année à travers la Méditerranée antique. En l’occurrence, les contributeurs associeront prioritairement chaque nouvelle notice à un site déjà répertorié dans la Chronique (cf. infra) ou bien dans Pleiades ; à défaut, ils tâcheront de fournir eux-mêmes les coordonnées du site avec autant de précision que possible (notamment au moyen d’une adresse, des photographies aériennes ou des cartes fournies par Google Maps et OpenStreetMap). L’interface cartographique du site permet en effet, tant pour l’insertion des données que pour leur consultation, de zoomer dans les cartes et dans les images satellitaires disponibles. L’utilisateur pourra lui-même vérifier cette localisation et proposer, le cas échéant, d’améliorer celle-ci en communiquant aux éditeurs des renseignements nouveaux. Embrassant les principes de la science citoyenne (ou participative), nous encourageons en effet toute contribution utile en la matière : l’interface est pourvue d’un bouton « Commenter la position », qui permet l’envoi aux éditeurs d’un courrier électronique. Celui-ci donnera lieu à une vérification et, au besoin, à une modification du référencement géographique.

11Le format originel de la Chronique, dans sa version papier, reposait sur une organisation géographique des notices, complétée par deux index, l’un géographique l’autre thématique, permettant de parcourir autrement le contenu d’une livraison annuelle. L’informatique permet aujourd’hui bien d’autres possibilités. Outre une recherche plein texte dans le corps de toutes les notices — qui n’est limitée par aucun thésaurus —, nous avons souhaité proposer aux utilisateurs deux nouveaux modes de consultation : à travers une « Liste des notices » et à travers une « Carte des sites ».

12La liste complète des notices est présentée sous la forme d’un tableau reprenant, par colonne, l’identifiant unique de chaque notice, le site concerné, son association à une région et à une macro-région, son année de publication dans la Chronique, ainsi que le nom du (ou des) rédacteur(s). Chacune de ces colonnes peut être « filtrée » au moyen de menus déroulants. Il est ainsi possible de restreindre l’affichage aux seules notices correspondant à un site, une région, une macro-région, un millésime de Chronique, un contributeur, voire de consulter directement une notice par son identifiant unique. Le résultat s’affiche sous forme de liste, par série de 5 à 100 items par page (selon le choix d’affichage). Chaque colonne peut du reste être classée en ordre ascendant (alphabétique ou numérique) ou descendant. Dans un souci de science ouverte, l’ensemble des résultats peut également être exporté par l’utilisateur selon deux formats : un tableur Excel comprenant les coordonnées de chaque site — permettant notamment leur cartographie dans un logiciel de SIG — et un fichier Word reprenant l’intégralité du texte des notices — facilitant ainsi une consultation en dehors de l’interface proposée. En ligne, l’accès à chaque notice se fait à travers le symbole ⋮ situé en fin de chaque rangée du tableau des résultats. S’ouvre alors la fiche de la notice, avec son identifiant unique. Sur la gauche de l’écran, le site lié à la notice est localisé sur une carte dont l’emprise peut être ajustée au moyen des outils de zoom. Cette portion de carte peut également être exportée sous la forme d’une image (.png), tandis que les données géospatiales sont téléchargeables sous la forme d’un fichier GeoJSON. Sur la droite de l’écran, on trouvera tout d’abord la fiche synthétique de la notice, en particulier son association à un site et le rattachement de celui-ci à une région et à une macro-région. Viennent ensuite le texte de la notice, les références bibliographiques, le nom du (ou des) rédacteur(s) et un permalien, qui servira de référence pérenne à la page de chaque notice. Le cas échéant, les notices associées — en général relatives au même site — sont mentionnées, permettant de naviguer d’une année à l’autre dans la Chronique. Chaque notice peut aussi être exportée individuellement sous la forme d’un fichier Word.

13Les sites traités dans la Chronique peuvent également être affichés — et faire l’objet de tris — au moyen d’une interface cartographique. La « Carte des sites » est une tout nouvelle possibilité offerte pour consulter la Chronique, qui reflète sa dimension désormais pleinement spatiale. Il est ainsi possible de naviguer à travers le monde grec antique au moyen des outils proposés : zoom, déplacement, affichage de couches distinctes (satellite ou plan), superposition des limites des régions ou des macro-régions. Des « filtres » accessibles au moyen de menus déroulants permettent de restreindre la couverture de la carte à une macro-région, à une région ou bien de cibler directement un site. L’interface cartographique propose une exportation de la portion de carte affichée au format image (.png), ainsi que la liste des sites affichés sous la forme de fichiers GeoJSON, Word ou Excel, dont le contenu pourra ainsi être utilisé dans d’autres applications. En ligne, les sites documentés dans la Chronique — le cas échéant, restreints par un « filtre » — apparaissent sous la forme d’épingles rouges sur le fond de carte choisi, éventuellement groupées en halos (marker clusterer) selon l’échelle d’affichage de la carte. Un clic sur une épingle donne accès, dans la partie droite, à une brève fiche d’identité du site et à la liste des notices qui lui sont rattachées, classées par millésime de la Chronique. Cette liste donne accès, dans une nouvelle page, au texte complet des notices liées, qui peuvent être exportées de manière globale sous la forme d’un fichier Word.

14Les deux modes de consultation de la Chronique sont complémentaires. Ils aboutissent bien entendu l’un et l’autre à l’affichage des notices, mais le cheminement est différent. Chaque utilisateur, selon ses intérêts et ses habitudes, y trouvera les instruments nécessaires à l’interrogation et à la consultation de la masse d’informations collectées.

20 années de Chronique rassemblées dans un nouvel outil

  • 10 Une entreprise similaire a été entamée dans le cadre du projet Chronika, qui vise à intégrer les (...)

15Toute base de données ne commence à livrer son plein potentiel heuristique que lorsqu’elle contient un volume significatif d’informations. Si les nouvelles notices de la Chronique seront directement saisies par les collaborateurs dans l’interface en ligne, nous avons également souhaité « récupérer » le travail effectué depuis 20 ans en intégrant les notices produites jusqu’à présent10.

16L’opération n’a pas été simple et n’est d’ailleurs pas encore totalement aboutie, de multiples contrôles et corrections restant nécessaires. Nous avons du reste décidé d’exclure de cette mise en ligne — au moins dans un premier temps — les régions qui ne bénéficiaient pas d’une couverture annuelle complète, en particulier certaines îles de l’Égée (Samos, Chios) et toutes les régions d’Asie Mineure, qui n’ont plus été traitées depuis 2009. Ce sont néanmoins près de 2 250 notices qui ont été récupérées par un processus automatisé à partir des fichiers déposés sur OpenEdition, qui avaient déjà été retravaillés en matière de formatage pour leur mise en ligne. Le texte des plus anciennes livraisons de la Chronique (de 2001 à 2004), qui n’était disponible qu’en format image, n’a toutefois pas pu être intégré automatiquement ; les notices relatives à ces millésimes ont malgré tout été créées sous forme de « coquilles vides » et la rédaction de la Chronique pourra, avec le temps, compléter celles-ci manuellement en reprenant le texte original. Mais surtout, les anciennes notices ont été réélaborées avec une attention portée à l’orthographe des toponymes et à l’enrichissement du référencement géographique.

  • 11 Malgré les indications fournies dans Kernos 14 (2001), p. 234–235, il était inévitable que de mul (...)
  • 12 Les multiples listes d’autorité fournies sur Wikimedia Commons sont également d’une grande utilit (...)
  • 13 Voir Kernos 14 (2001), p. 235 et n. 2. Pour les toponymes grecs se terminant en η, nous avons opt (...)

17Nous avons tout d’abord normalisé les variantes orthographiques utilisées pour un même site au fil des années11. Une orthographe française a été invariablement préférée, lorsque celle-ci est d’usage, quitte à changer le lemme original. Par exemple, Soloi a été changé en Soles, tandis qu’Acharnai a été invariablement francisé en Acharnes, alors que les deux variantes avaient été utilisées dans la Chronique au fil des années. De ce point de vue, lorsqu’un doute existait, nous avons choisi d’utiliser la forme retenue par l’encyclopédie en ligne Wikipedia qui fournit, à travers ses différentes versions, des correspondances intéressantes entre les variantes linguistiques12. Ainsi, en dépit de l’existant, on a choisi Calydon au lieu de Kalydon et Cnossos au lieu de Knossos, mais nous avons gardé Kos, qui est la forme usuelle en français. De ce point de vue, dans notre révision générale, les formes d’usage l’ont toujours emporté sur une application stricte des normes de transcription du grec en français, qui n’ont été retenues que pour la transcription des toponymes pour lesquels il n’existe pas de forme française courante13. Le choix de l’italique pour la graphie des cités antiques ne pouvant être maintenu pour distinguer celles-ci d’un toponyme moderne, les deux ont été repris dans le nom du site lorsqu’il y avait une différence notable, par exemple : Vergina (Aigai), Kéa (Céos), Kouklia (Palaepaphos), Marion (Arsinoé), Pantelleria (Cossyra). On a par ailleurs tâché de réunir sous un même lemme les sites connus dans l’Antiquité sous divers noms, par exemple : Épidamne-Dyrrhachion, Élée-Vélia, Poseidonia-Paestum, Siris-Héraclée. Enfin, nous avons distingué les cités homonymes comme les deux Sanè de Chalcidique, les deux Orchomène (Béotie et Arcadie), les deux Salamine (Chypre et Attique), les diverses Héraclée, etc.

18Les quelque 700 sites correspondant aux notices importées ont ensuite été localisés en établissant un lien avec Pleiades, afin de récupérer automatiquement les coordonnées géographiques. À défaut, nous avons procédé à un géoréférencement « manuel », qui pourra éventuellement être revu et précisé à l’avenir. En retour, nous envisageons de développer un partenariat avec Pleiades afin que la Chronique y soit référencée à la fois comme fournisseur des formes françaises — qui n’y sont pas encore répertoriées — et comme producteur de contenu, ce qui pourra drainer vers elle de nouveaux utilisateurs. Des interconnexions avec la Chronique des fouilles en Grèce – Archaeology in Greece Online de l’École française d’Athènes et de la British School at Athens (https://chronique.efa.gr/​) ou avec l’univers numérique du Deutsches Archäologisches Institut (https://idai.world) sont également envisageables. En matière d’humanités numériques, les possibilités de développement sont nombreuses.

19En définitive, les quelque 2 250 notices récupérées constituent un ensemble significatif, qui représente plus de 20 années de travail de la petite équipe de contributeurs engagés dans la compilation de la Chronique archéologique de la religion grecque. Il y a là un matériau abondant qui montre combien le polythéisme antique ne peut être étudié sans prendre en considération la documentation archéologique, dont la dimension spatiale est par ailleurs fondamentale. Nous espérons que les possibilités nouvelles offertes par une base de données en ligne démontreront tout le potentiel heuristique de ce nouvel outil et offriront aux chercheurs l’occasion de belles découvertes et de recoupements originaux, permettant à la Chronique de demeurer un instrument utile à la communauté intéressée par le polythéisme antique.

Haut de page

Notes

1 Kernos 13 (2000), p. 239–240 ; 14 (2001), p. 233–235.

2 Voir par exemple A. Duplouy, « Chronique des fouilles en ligne — Archaeology in Greece Online », Kernos 23 (2010), p. 330–331 à propos de la transformation numérique des chroniques archéologiques publiées de longue date par l’École française d’Athènes et la British School at Athens (https://chroniques.efa.gr).

3 Le projet a été porté par Alain Duplouy (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Vinciane Pirenne-Delforge (Collège de France et Université de Liège), avec l’aide d’Émilie Blotière (dans le cadre d’un master de l’École nationale des Chartes soutenu en 2019) et d’Olivier Lapointe (développeur indépendant).

4 Nous avons par conséquent abandonné l’ancienne numérotation en usage dans la version imprimée sous la forme « année – no de région – no de notice » (p. ex. ChronARG [2006] 06.02). Le référencement se fera désormais exclusivement au moyen de ce numéro d’identification unique, tant pour les anciennes que pour les nouvelles notices.

5 J. Scheid et Fr. de Polignac, « Qu’est-ce qu’un ‘paysage religieux’ ? Représentations cultuelles de l’espace dans les sociétés anciennes », RHR 227 (2010), p. 427–434 (citation, p. 431).

6 Kernos 14 (2001), p. 234.

7 Par exemple, le site de Calaurie sur l’île de Poros a été traité, selon les années, dans le cadre de l’Attique (son rattachement administratif contemporain) ou du Péloponnèse (par proximité géographique) ; Thasos fut rattachée tantôt à la Macédoine, tantôt à la Thrace, tantôt aux îles de l’Égée. Des erreurs ont également été commises : ainsi, Tolophon (ChronARG [2013] 04.12) n’est pas situé en Locride, mais en Phocide, tandis qu’Élatée de Phocide a parfois été traitée au sein de la Phtiotide-Thessalie (ChronARG [2011] 06.03) ; Lousoi fut longtemps classée en Achaïe, alors qu’elle relève plutôt de l’Arcadie, etc.

8 Une notice peut également être rattachée directement à une région ou à une macro-région, lorsque l’information n’est pas spécifiquement liée à un site mais concerne un territoire plus étendu. C’est ce que nous appelions les « Généralités » dans la version imprimée.

9 De nouvelles macro-régions et régions pourront être ajoutées à l’avenir, en particulier l’Asie Mineure.

10 Une entreprise similaire a été entamée dans le cadre du projet Chronika, qui vise à intégrer les articles de la Chronique des fouilles en Grèce issus du BCH (soit l’ensemble des opérations archéologiques en Grèce depuis 1920) à la Chronique des fouilles en ligne de l’École française d’Athènes et de la British School at Athens ; cf. https://chronique.efa.gr/?
kroute=collex_persee et https://www.collexpersee.eu/projet/chronika/

11 Malgré les indications fournies dans Kernos 14 (2001), p. 234–235, il était inévitable que de multiples variantes orthographiques se glissent, d’une année à l’autre, d’un collaborateur à l’autre, dans la formulation des lemmes. À l’avenir, l’utilisation d’une liste d’autorité des sites devrait réduire ce phénomène.

12 Les multiples listes d’autorité fournies sur Wikimedia Commons sont également d’une grande utilité (p. ex., https://fr.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Subdivision_en_Grèce).

13 Voir Kernos 14 (2001), p. 235 et n. 2. Pour les toponymes grecs se terminant en η, nous avons opté pour une finale en « è », en dépit des usages fluctuant en français (bien représentés à travers Wikipedia, parfois sur la même page). Ainsi, on écrira Toronè, Asinè, Aianè, etc. En revanche, lorsque seul le toponyme grec est d’usage, on gardera la graphie finale en « i », comme pour Agia Irini.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Organisation géographique de la base de données.
URL http://journals.openedition.org/kernos/docannexe/image/4270/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Légende Fig. 2. Carte des macro-régions.
URL http://journals.openedition.org/kernos/docannexe/image/4270/img-2.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende Fig. 3. Carte des régions (les numéros sont donnés dans la liste ci-dessus, auxquels il faut ajouter la ville d’Athènes, conçue dans ses limites antérieures à Hadrien).
URL http://journals.openedition.org/kernos/docannexe/image/4270/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Duplouy, « La Chronique archéologique de la religion grecque passe au numérique : un nouvel outil au service des chercheurs »Kernos, 35 | 2022, 323-332.

Référence électronique

Alain Duplouy, « La Chronique archéologique de la religion grecque passe au numérique : un nouvel outil au service des chercheurs »Kernos [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4270

Haut de page

Auteur

Alain Duplouy

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Alain.Duplouy@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search