Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Chronique des activités scientifi...Revue des LivresComptes rendus et notices bibliog...Dionysus and Politics. Constructi...

Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Dionysus and Politics. Constructing Authority in the Graeco-Roman World

Francesco Massa
p. 370-372
Référence(s) :

Filip Doroszewski et Dariusz Karlowicz, Dionysus and Politics. Constructing Authority in the Graeco-Roman World, Londres/New York, Routledge, 2021. 1 vol. 16 × 24 cm, 232 p. (Routledge Monographs in Classical Studies). ISBN : 978-0-367-48036-3.

Texte intégral

1Le présent volume sur Dionysos est issu d’un colloque qui a eu lieu à l’université de Varsovie en janvier 2019, dans le cadre du National Programme for the Development of Humanities financé par le ministère polonais de la Science et de l’Éducation supérieure. Il se concentre sur un aspect spécifique du dieu grec, celui de son rapport avec la politique et l’autorité. Dans une brève introduction (p. 1–5), Filip Doroszewski et Dariusz Karlowicz rappellent que, par-delà l’imaginaire nietzschéen du dieu du chaos et de la folie, Dionysos a joué un rôle fondamental dans le maintien et le rétablissement de l’ordre social au sein de la cité antique. Une telle fonction civilisatrice et de restauration politique s’exprimerait d’après les éditeurs dans plusieurs récits mythiques où Dionysos intervenait pour résoudre des conflits entre d’autres puissances divines (par exemple lors de la guerre des dieux contre les Géants ou lors du retour d’Héphaïstos sur l’Olympe) et par les bienfaits dispensés aux êtres humains. Les éditeurs soulignent ensuite que la dimension politique du dieu se développe autour de l’imitatio Dionysii mise en place notamment à la suite des campagnes militaires d’Alexandre, reprise par les rois hellénistiques comme un modèle de souveraineté et transmise au monde romain à partir du Principat. Ils relèvent enfin l’absence d’études sur le rôle de Dionysos dans la « political practice » grecque et romaine ; c’est pour cette raison que l’enjeu principal du volume est d’éclairer « a still underrated aspect of Greek and Roman theological reflection on politics » (p. 3). L’objectif de l’ouvrage est ambitieux et il aurait été sans doute intéressant de développer davantage le contexte d’application des notions de « political practice » et de « theological reflection on politics » en lien avec le dieu Dionysos.

2Les onze contributions sont organisées en trois parties, chacune abordant une période de l’Antiquité : la Grèce classique et hellénistique, le monde romain et l’Antiquité tardive. Dans la première partie « Dionysus and the polis », Cornelia Isler-Kerényi rappelle à juste titre l’importance de la lecture de Jean-Pierre Vernant qui dans les années 1985 avait déjà souligné l’appartenance de Dionysos au « système » de la polis, malgré l’imaginaire d’altérité et de rupture sociale véhiculé par les récits mythiques. Elle reprend ensuite les résultats de ses travaux précédents sur les modalités de représentation de Dionysos en se concentrant sur le rôle du dieu comme gigantomachos dans les images d’époques archaïque, classique et hellénistique. L’irruption de Dionysos dans la vie de la cité est analysée par Richard Seaford en se penchant sur le texte dionysiaque par excellence, les Bacchantes d’Euripide qui mettent en scène le retour du dieu à Thèbes et les conséquences de son conflit avec l’autorité de Penthée. À travers une analyse serrée de la tragédie, l’A. considère que Penthée n’incarne pas les valeurs de la cité et que le culte de Dionysos n’est pas en contradiction avec le système civique. Il insiste également sur l’importance du contexte historique où Euripide a écrit la pièce, un aspect d’après lui « almost universally ignored by its interpreters » (p. 23). La dimension mythique évoquée dans l’introduction est explorée plus particulièrement par l’un des éditeurs du volume, Dariusz Karłowicz, qui se concentre sur le rôle de Dionysos dans le conflit entre Héra et Héphaïstos, en croisant textes littéraires et sources iconographiques. D’après l’A., ce récit confirmerait le rôle du dieu dans la résolution des conflits et dans la création d’un nouvel ordre divin et, par conséquent, humain. La première section du volume se clôt avec une réflexion d’un spécialiste de la figure d’Alexandre et de sa réception, Richard Stoneman, sur l’utilisation du modèle exemplaire de Dionysos par le roi macédonien et ses successeurs.

3La deuxième partie, « Dionysos in Rome », introduit la question de l’imaginaire dionysiaque du pouvoir dans le monde romain. Elle est ouverte par un article de Jean-Marie Pailler qui reprend ses réflexions autour de l’affaire des bacchanales de 186 avant notre ère, en travaillant plus particulièrement sur la question du « pouvoir » entendu non seulement comme la puissance du dieu Dionysos, mais aussi comme le pouvoir politique des institutions romaines qui interviennent dans les pratiques bachiques. Fiachra Mac Góráin montre ensuite comment dans la « revue des héros » (Heldenschau) du livre VI de l’Énéide, Virgile présente Auguste comme un Dionysos triomphant dans le sillage de la tradition des souverains hellénistiques. À travers le modèle dionysiaque, la nouvelle propagande augustéenne insistait notamment sur les qualités de civilisation et d’ordre incarnées par le princeps et le dieu. Toujours dans un contexte littéraire, Filip Doroszewski analyse les motifs dionysiaques dans la construction des Vies de Plutarque et notamment dans les portraits de Crassus, Antoine et César. L’analyse de ces textes permet de relever que les thèmes bachiques sont mobilisés par Plutarque pour définir trois types différents de leadership. Les stratégies de légitimation du pouvoir impériale sont aussi au cœur de l’article de Sławomir Poloczek qui travaille sur les figures de Caligula, Domitien et Hadrien afin de relever les quelques éléments dionysiaques appliqués par les sources de leur époque. En quittant la dimension purement littéraire, Małgorzata Krawczyk analyse le rôle du dieu Liber à l’époque du principat de Septime Sévère et de ses fils en se penchant sur les dossiers épigraphique et numismatique.

4La troisième partie du volume, « Late-Antique Reflection on Dionysus », ouvre l’analyse à une époque plus tardive. Marek Job aborde la représentation du règne de Dionysos dans les fragments de la théologie orphique des Discours sacrés en 24 rhapsodies, en insistant également sur le rapport du dieu avec la souveraineté de Zeus. Le volume se clôt avec un large panorama de la figure de Dionysos dans la littérature et la philosophie tardo-antiques par David Hernández de la Fuente qui souligne comment l’évolution de l’imaginaire de la divinité s’inscrit dans les transformations et les interactions religieuses de cette époque.

5Réunissant les articles de plusieurs spécialistes du dieu Dionysos, l’ouvrage constitue un point de repère important pour les futures recherches sur le rapport entre l’imaginaire bachique et la représentation du pouvoir. Le choix d’une chronologie large guide le public dans l’évolution de l’imaginaire dionysiaque et de son lien avec les processus de construction de l’autorité politique dans les mondes grec et romain. La lecture des diverses contributions permet également d’envisager d’autres pistes de recherche qui pourraient être explorées en lien avec la thématique du volume. D’abord, sauf quelques exceptions, les articles travaillent notamment sur la matière littéraire et sur les représentations du dieu, sans interroger le rôle que Dionysos a joué dans l’espace de la religion civique. Si dans les récits mythiques Dionysos est une divinité qui intervient pour maintenir et/ou rétablir l’ordre social, il serait intéressant de comprendre comment les pratiques rituelles civiques intègrent cette dimension. Ensuite, dans un volume qui prend en compte l’ensemble de la chronologie antique et la diffusion du modèle bachique dans la Méditerranée romaine, il eût été intéressant de comprendre les différences qui existaient entre le Dionysos grec et le Liber romain dans les stratégies de représentation du pouvoir et de l’autorité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Massa, « Dionysus and Politics. Constructing Authority in the Graeco-Roman World »Kernos, 35 | 2022, 370-372.

Référence électronique

Francesco Massa, « Dionysus and Politics. Constructing Authority in the Graeco-Roman World »Kernos [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4374

Haut de page

Auteur

Francesco Massa

Université de Turin, Université de Fribourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search