Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Chronique des activités scientifi...Revue des LivresComptes rendus et notices bibliog...Isis in a Global Empire: Greek Id...

Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Isis in a Global Empire: Greek Identity through Egyptian Religion in Roman Greece

Laurent Bricault
p. 372-374
Référence(s) :

Lindsay A. Mazurek, Isis in a Global Empire: Greek Identity through Egyptian Religion in Roman Greece, Cambridge, Cambridge University Press, 2022. 1 vol. 18 × 24 cm, xiii+278 p. ISBN : 978-1-316-51701-7.

Texte intégral

  • 1 Le chapitre 5 est une version révisée et augmentée de « Gender and Alterity in Provincial Portrai (...)

1Cet ouvrage de L.M. trouve son origine dans une dissertation intitulée Globalizing the Sculptural Landscapes of the Sarapis and Isis Cults in Hellenistic and Roman Greece soutenue en 2016 à Duke University. Reprenant le corps de certains articles publiés depuis cette date1, l’A. se propose d’explorer les concepts de groupness, self-understanding, self-fashioning et self-location afin de mieux comprendre « how Isiac communities redefined Greek ethnicity for themselves ». Le propos, qui s’inscrit dans un courant historique particulièrement à la mode dans le monde académique actuel étatsunien est intéressant et ambitieux sur la forme même si, sur le fond, il n’est pas réellement novateur.

2L’ouvrage, structuré autour des concepts énoncés ci-dessus, se décompose en sept chapitres très équilibrés d’environ trente pages chacun : 1. « Egyptian religion and the problem of Greekness » ; 2. « Building groupness: Isis’ devotees and their communities » ; 3. « Deterritorializing theology? Bringing the Egyptian gods to Greece » ; 4. « Self-understanding: Visualizing Isis in stone » ; 5. « Self-fashioning: Dressing devotees of Isis in Athenian portraits » ; 6. « Self-location: Isiac sanctuaries and Nilotic fictions » ; 7. « Conclusion: Graecia Capta, Aegypta Capta ». Il est riche de 68 illustrations en N&B et 14 photographies en couleurs, pour la plupart de grande qualité. Le texte proprement dit est complété par un appendice listant 45 sculptures conservées pour la majorité d’entre elles au musée archéologique de Thessalonique et associées au sanctuaire isiaque local. On peut toutefois se demander pourquoi avoir choisi précisément ce dossier-là, déjà fort bien publié par nos collègues grecs. Réunir la documentation amphipolitaine, en bonne partie inédite malgré la belle étude pionnière de R. Veymiers, aurait été plus intéressant et original. Viennent ensuite les notes (p. 201–243), une bibliographie (p. 245–274) et un index pratique (p. 275–278).

  • 2 En fait, on retrouve ces mêmes erreurs dans les articles sus-cités.
  • 3 Y. Doğan, « Sezgin Köksal Koleksiyonu’ndan Apameia Myrleia’ya (Mudanya) Ait Yeni Yazıtlar », in B (...)

3Parcourir la bibliographie révèle d’emblée ce qui va s’avérer être un souci majeur pour le lecteur. La littérature non anglophone est quasiment ignorée, alors qu’elle est fondamentale sur un tel sujet. Vouloir la compléter prendrait des pages et des pages. Qui plus est, lorsque la bibliographie « européenne » est citée, s’impose la lancinante question de savoir si l’A. a réellement eu entre les mains ces travaux, tant il y a d’erreurs dans les références et, notamment, dans l’orthographe des noms des savants. Citons, au hasard des pages : Götte, H.R. 2003 (corr. Goette) ; Guimer-Sorbets, A.-M. 1992 (corr. Guimier) ; Nielson, I. 2002 (corr. Nielsen) ; Podvin, J.C. 2008 (corr. J.-L.) ; Leclant, G. 1986. (corr. J.) ; Pingiatolglu, S. 2010 (corr. Pingiatoglou) ; Van Andriga, W. 2012 (corr. Van Andringa), et la liste n’est pas exhaustive. Les titres ont droit au même traitement : Dunand, F. 1967. Sur une inscription isiaque de Mégalapolis (corr. Mégalopolis) ; Graindor, P. 1930. Un milliardaire antique : Herode (corr. Hérode) ; Athenes (corr. Athènes) ; Les Monuments funéraires de Rhénée : Délos 30 (corr. Exploration Archéologique de Délos, 30) ; Stambaugh, J.E. 1972. Sarapis under the Ptolemies (corr. early Ptolemies) ; Vandebeek, G. 1946. De interpretatio graeca van de Isisfigur (corr. Figuur). Et le lecteur de se demander s’il a affaire à un manuscrit non corrigé ou bien à des références de seconde main non vérifiées, puisées chez des auteurs anglophones2. Ces coquilles peuvent parfois prêter à sourire. On repère ainsi 9 Sarapis débout (sic), p. viii, 90, 91, 95, 109, 196, 221, 271 (titre fautif d’un livre de Tran tam Tinh) et 278, mais aucun simplement debout. Beaucoup plus problématiques sont les approximations lexicales qui concernent directement les sources mises à contribution. Ainsi, p. 38, l’auteur parle de « stoliasts and hypostoliasts » (corr. « stolists and hypostolists ») et, à la page précédente, d’« enatists and dekaists (sic, pour dekadists !), whose function is unclear ». Elle n’est pas si unclear que cela, pour peu qu’on élargisse son champ de lectures. Signalons à ce propos la publication relativement récente (2016) d’une inscription d’Apamea Myrlea mentionnant des dodécatistes qui se rassemblent dans l’Eisideon au tournant de l’ère chrétienne3. On doit dès lors se demander si l’A. a lu les inscriptions auxquelles elle fait référence.

4Cette inquiétude méthodologique s’accroît à la lecture des différents chapitres. Au fil des pages se succèdent affirmations gratuites et non discutées, qui s’appuient dans le meilleur des cas sur un échantillon documentaire dûment sélectionné. La répétition d’expressions telles que « I argue » ou « my idea of » ne constitue pas un argumentaire en soi. Il en va ainsi dès la page 1, quand l’A. affirme que c’est Isis qui personnifie l’Égypte sur une mosaïque de Thysdrus (en Afrique proconsulaire) d’époque romaine : « Egypt is Isis » écrit-elle. Mais la seule présence d’un sistre et de cheveux bouclés ne saurait suffire à identifier la déesse. Sur les monnaies impériales dites « des voyages d’Hadrien », la représentation iconographique de l’Égypte tient également un sistre (e.g. RIC III, 838), et il ne s’agit en aucun cas d’une image d’Isis. N’oublions pas non plus que le sistre est lié au Nil et à l’inondation depuis des siècles, avant même qu’Isis s’en (em)pare. Pourquoi cette image ne pourrait-elle s’inspirer, par exemple, d’Euthénia ? Il est d’ailleurs à noter que la documentation numismatique, qui appartient pourtant à la culture matérielle, est totalement absente de cet ouvrage. De fait, nombre de remarques présentées comme personnelles se lisent déjà dans la littérature francophone, italophone, voire germanophone, parfois depuis des décennies, ainsi sur les précautions méthodologiques fondamentales pour utiliser le livre XI des Métamorphoses d’Apulée en histoire des religions.

5Un peu plus loin (p. 6), l’A. écrit que « most examples date to the 1st century through the late 2nd century CE, when the cults were at their height ». Quels éléments permettent d’énoncer d’emblée une telle affirmation ? La documentation d’époque hellénistique issue du sol grec est au moins aussi riche — en quantité comme en qualité — et son influence sur la société, tant dans le domaine public que privé, est tout aussi signifiante, même si les contextes sont bien différents de ceux de l’époque flavio-antonine. Mais pour évaluer son impact, il faudrait analyser finement et avec pondération l’ensemble de la documentation. Un problème récurrent dans ce livre est d’ailleurs révélé par l’utilisation répétée, dès l’introduction, de la formule « defined broadly », qui s’applique à la Grèce (continentale et accessoirement insulaire) comme aux notions d’égyptianisation ou encore de globalisation. Notons toutefois que ni l’Égypte ni l’« Egyptian religion » qui se cache sournoisement et opaquement derrière le culte d’Isis et de Sarapis tel qu’il se présenterait en Grèce romaine n’ont droit à une quelconque définition, même « au sens large ».

6Les concepts en vogue mobilisés par l’A. sont en eux-mêmes intéressants, à des degrés divers. Il en va notamment ainsi de celui, venu de la sociologie et résolument transdisciplinaire, d’intersectionalité. Si, en théorie, il vise à mieux appréhender la complexité des identités et des différences sociales, son application à l’Antiquité est pour le moins délicate, comme l’A. le reconnaît d’ailleurs elle-même.

7Au final, que retenir de cet ouvrage ? Le lecteur point trop regardant trouvera dans ce livre, assurément, de séduisantes et suggestives interrogations, approches et perspectives pour tenter de mieux comprendre comment et pourquoi le culte d’Isis et des divinités de son cercle connut un vaste succès dans le monde gréco-romain. Il se rappellera aussi qu’il a déjà éprouvé, dans la littérature savante non anglophone de ces dernières années, nombre de réponses aux questions ici soulevées, nourries par des démonstrations et des argumentaires bien plus solidement étayés. Et il regrettera que l’A. n’ait pas lu ces mêmes études.

Haut de page

Notes

1 Le chapitre 5 est une version révisée et augmentée de « Gender and Alterity in Provincial Portraiture: Reconsidering the Isiac Grave Reliefs of Roman Athens », Hesperia 90–3 (2021), p. 605–640 et le chapitre 6 de « The Middle Platonic Isis: Text and Image in the Sanctuary of the Egyptian Gods at Herodes Atticus’ Marathon Villa », AJA 122–4 (2018), p. 611–644.

2 En fait, on retrouve ces mêmes erreurs dans les articles sus-cités.

3 Y. Doğan, « Sezgin Köksal Koleksiyonu’ndan Apameia Myrleia’ya (Mudanya) Ait Yeni Yazıtlar », in B. Takmer, E.N. Akdoğu Arca et N. Gökalp Özdil (dir.), Vir doctus Anatolicus. Sencer Şahin Anısına Yazılar, Istanbul, 2016 (Philia, Suppl. 1), p. 269–273, no 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bricault, « Isis in a Global Empire: Greek Identity through Egyptian Religion in Roman Greece »Kernos, 35 | 2022, 372-374.

Référence électronique

Laurent Bricault, « Isis in a Global Empire: Greek Identity through Egyptian Religion in Roman Greece »Kernos [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4385 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4385

Haut de page

Auteur

Laurent Bricault

Université Toulouse II Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search