Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Chronique des activités scientifi...Revue des LivresComptes rendus et notices bibliog...The Gods of the Greeks

Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

The Gods of the Greeks

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 379-380
Référence(s) :

Erika Simon, The Gods of the Greeks, Madison, The University of Wisconsin Press, 2021. 1 vol. 20,8 × 26,1 cm, xxiv+440 p. ISBN : 978-0-299-32940-2.

Texte intégral

1Ce fort volume est la traduction anglaise du livre Die Götter des Griechen publié en 1969 par Erika Simon. La savante, décédée en 2019 à l’âge de 91 ans, laisse une œuvre abondante qui fait droit à l’importance des objets, des monuments, et de leur mise en contexte pour appréhender la culture grecque. Ce n’est pas encore le material turn qui s’est fait jour depuis lors, car la démarche reste sous-tendue par la notion d’« œuvres d’art ». Il n’en reste pas moins que la chercheuse allemande a marqué son temps par cette exigence d’aborder la culture grecque aussi dans sa matérialité, dans son langage visuel, même sans être archéologue de terrain.

2En lisant la préface de l’éditeur du volume, Alan Shapiro, on apprend que ce projet de traduction remonte aux années 1990 et avait reçu l’aval d’Erika Simon. Le projet, pourtant bien engagé dès ce moment, a été retardé. En 1998, la 4e édition du livre a été publiée et il a fallu intégrer les mises à jour de la publication en allemand. Finalement, plus de 50 ans séparent l’original allemand de la traduction anglaise, et le présent ouvrage, même dans cette nouvelle mouture, relève davantage de l’historiographie de la religion grecque que de son actualité. C’est en ce sens que s’inscrit le Forword du livre dû à la plume de Fritz Graf, un savant particulièrement bien placé pour assumer la tâche d’introduire au travail d’Erika Simon : il est de formation germanique, remarquable connaisseur de la religion grecque, et il a mené une bonne partie de sa carrière universitaire aux États-Unis. Il faut espérer que tous les lecteurs anglophones de l’ouvrage ainsi traduit prendront la peine de lire attentivement la mise en contexte opérée par Fritz Graf en ouverture de ces Dieux des Grecs. Avec beaucoup d’érudition et de doigté, il souligne le tribut d’Erika Simon à la solide tradition allemande qui l’a formée, ainsi que son apport scientifique, en un temps qui n’est plus le nôtre, même si certaines de ses questions continuent de nous tarauder ; c’est par exemple le cas des relations entre les dieux et les paysages où s’inscrivent leurs sanctuaires. Fritz Graf évoque aussi les paradigmes interprétatifs dont Erika Simon restait tributaire, comme la grille de lecture des dieux et des rites en termes de « fertilité » héritée de Frazer et de ses épigones. On peut également mentionner un intérêt marqué pour des origines lointaines et archaïques, la conviction que la religion grecque s’est formée « in the second millenium B.C., not at the beginning of the first » (p. 9), ou encore l’idée d’une « great reorientation in Greek religious belief » dont témoignerait un Euripide (p. 6).

  • 1 S. Georgoudi, « Les Douze dieux des Grecs : variations sur un thème », in S. Georgoudi et J.‑P. V (...)

3La structure de l’ouvrage est classique : douze divinités grecques sont présentées tour à tour, en autant de chapitres abondamment illustrés. Les dieux étudiés sont au nombre de douze car le chiffre « canonique » de ce panthéon condensé des Grecs reste irrésistible. Mais le choix est d’emblée trompeur : depuis les excellents travaux de Stella Georgoudi1, nous sommes davantage conscients que ce groupement n’a rien de canonique et que l’identification des divinités qui le composent n’a rien d’obligatoire. En outre, quand l’identification est opérée, elle est tout sauf stable et systématique. Quoi qu’il en soit de ce point, les douze divinités ont été choisies en tant que « grands Olympiens », même si l’appellation est elle aussi sujette à caution. Sont ainsi successivement convoqués : Zeus, Héra, Poséidon, Déméter, Hestia, Apollon, Artémis, Athéna, Héphaistos, Aphrodite, Arès, Dionysos et Hermès. Chaque divinité est en quelque sorte mise en boîte, dans une logique de petites monographies successives où l’A. rend compte — et c’est sa force — de différents types de sources pour circonscrire ces figures divines (avec le bémol d’une absence presque totale de l’épigraphie). Faire dialoguer les textes et les images n’allait pas de soi à la fin des années 1960, et l’intérêt du travail d’Erika Simon tient assurément à son aisance dans la mise en regard des composantes de ces grands ensembles documentaires. Cependant, quand on passe à l’analyse, les cinq décennies qui nous séparent du livre original deviennent un gouffre d’où l’on voit resurgir bien des fantômes interprétatifs que l’on espérait s’être évaporés ou voir cantonnés aux seules enquêtes historiographiques.

4De ce point de vue, l’ouvrage a beaucoup vieilli et risque d’être une source de grande confusion pour les lecteurs non avertis, qu’ils soient étudiants ou simples curieux intéressés par le thème. Il reste à espérer qu’il trouvera la place qui est la sienne sur les rayonnages de nos bibliothèques universitaires : juste à côté de l’édition de 1969 et loin des « nouveautés ». Non que le neuf soit forcément meilleur que l’ancien. Mais, dans le cas des dieux grecs, trop d’efforts pour mieux saisir le polythéisme grec ont été déployés ces trois dernières décennies pour se laisser rattraper par un Zeus « dieu suprême » (p. 33), une Héra « grande déesse de la population pélasgique » (p. 51, 66), une Déméter au large pouvoir « avant l’arrivée de Zeus en Hellade » (p. 95), une Artémis qui « supervise à la fois la purification et le fait d’arracher la vie » (p. 179), ou bien une Aphrodite « déesse de l’amour », dont les épiclèses Ourania et Pandémos, interprétées en opposition par Platon, attesteraient « la dissolution de la religion traditionnelle à la fin du ve siècle » (p. 277, 280). Il n’est sans doute pas très sympathique de s’en tenir à ce type de considérations caricaturales prélevées ci et là dans le livre. Mais démonter l’ensemble prendrait un temps considérable, qu’il vaut peut-être mieux consacrer à affermir les méthodes actuelles d’approche et d’analyse des dieux grecs.

Haut de page

Notes

1 S. Georgoudi, « Les Douze dieux des Grecs : variations sur un thème », in S. Georgoudi et J.‑P. Vernant (dir.), Mythes grecs au figuré de l’Antiquité au baroque, Paris, 1996, p. 43–80 ; « Les Douze dieux et les autres dans l’espace cultuel grec », Kernos 11 (1998), p. 73–83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Pirenne-Delforge, « The Gods of the Greeks »Kernos, 35 | 2022, 379-380.

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « The Gods of the Greeks »Kernos [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4410 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4410

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

Collège de France / ULiège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search