Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Chronique des activités scientifi...Revue des LivresComptes rendus et notices bibliog...Animals in Ancient Greek Religion

Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Animals in Ancient Greek Religion

Zoé Pitz
p. 380-382
Référence(s) :

Julia Kindt, Animals in Ancient Greek Religion, Oxford/New York, Routledge, 2021. 1 vol. 16 × 24,2 cm, 324 p. (Routledge Monographs in Classical Studies). ISBN : 978-1138388888.

Texte intégral

  • 1 Il convient néanmoins de mentionner l’ouvrage déjà ancien de Liliane Bodson, Ἱερἁ ζῷα. Contribut (...)

1En dépit du développement croissant des études « hommes – animaux » observé ces dernières années, l’intérêt pour le rôle des animaux dans la religion grecque ancienne a généralement été subordonné à d’autres questions de recherche, en premier lieu celle du sacrifice sanglant. Ainsi, à ce jour, on ne compte aucune analyse globale de la valeur symbolique des animaux dans d’autres contextes que celui du sacrifice1. Animals in Ancient Greek Religion vise à combler ce manque, en proposant la première étude systématique du rôle, de la place et de la signification des animaux dans les différents domaines de la religion grecque ancienne. Le volume, qui s’ouvre sur une introduction de J. Kindt, se divise en treize chapitres, articulés en trois parties : 1) Perspectives ; 2) Représentations ; 3) Croyances et pratiques.

2La partie « Perspectives » comprend trois chapitres qui examinent de façon plus générale que les chapitres suivants la manière dont les animaux apparaissent dans la religion grecque ancienne. Tout d’abord, J. McInerney développe la notion d’entanglement, au cœur même de l’ouvrage, et examine les différentes formes que cet entanglement peut prendre dans le monde grec. Ce chapitre expose en fait la ligne méthodologique et conceptuelle adoptée par l’ensemble des contributeurs du volume ainsi que les nouvelles questions qui émergent dès que l’on inclut l’animal dans la perspective des relations « humains – dieux ». Le concept d’entanglement est utile pour analyser la triade « humain – animal – divin » dans la religion grecque ancienne, dans la mesure où il permet de montrer que ces trois catégories ne sont pas fixes — les animaux se situant au bas de l’échelle —, mais bien perméables et en interaction constante. — Dans un second temps, I.S. Gilhus présente les différentes catégories de sources disponibles pour l’étude du rôle des animaux dans la religion grecque ancienne et met en évidence les bénéfices d’une approche multi-sources dès lors que l’on souhaite interpréter les relations « divin – humain – animal ». — Enfin, E. Kearns retrace l’historique des plus importantes tendances dans l’étude de la religion grecque ancienne et montre que les sciences cognitives s’avèrent un outil utile dans la compréhension du rôle religieux des animaux.

3Dans le premier chapitre de la section « Représentations », H. Willey explore les différentes manières dont les animaux aident à délimiter non seulement la condition humaine en général, mais aussi la spécificité des individus « exceptionnels » (les héros) et des individus à certains moments « exceptionnels ». — Après un rapide examen des travaux consacrés au thériomorphisme aux xxe et xxie siècles, J. Bremmer étudie plus spécifiquement les formes équines et bovines adoptées par certains grands dieux, les chevaux et les taureaux étant les animaux les plus fréquemment associés aux manifestations thériomorphes des dieux « majeurs ». — J. Kindt envisage la manière dont les Grecs concevaient le zoomorphisme complet ou partiel des divinités égyptiennes, en examinant trois cas d’étude où le zoomorphisme divin apparait dans un contexte comparatif : les Histoires d’Hérodote, Sur Isis et Osiris de Plutarque, et la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate. — J.H. Collins II s’intéresse aux diverses manières dont les philosophes retravaillent les rôles et natures des animaux dans les cadres religieux conventionnels afin de suggérer des ordres cosmiques alternatifs.

4La contribution de F. Graf ouvre la partie du volume consacrée aux croyances et pratiques. L’A. y aborde la question du sacrifice animal, en faisant notamment le point sur l’histoire de la recherche en ce domaine. — J. Kindt analyse quant à elle le rôle des animaux dans différentes formes d’oracles, de prédictions et de présages. Ce chapitre montre comment les animaux se trouvent au cœur d’un système symbolique tripartite — aux côtés des dieux et des humains — qui éclaire la manière dont les Grecs anciens cherchaient à atteindre une meilleure compréhension des évènements passés, présents et futurs. — M. Gaifman s’intéresse à l’imagerie zoologique des dédicaces, celle-ci constituant une manifestation matérielle des relations triangulaires conceptuelles entre dieux, humains et animaux. L’A. traite plus spécifiquement les sources du sanctuaire central d’Olympie (viiie s. av. J.-C.) comme fondement d’une discussion générale sur les significations religieuses des offrandes votives représentant des espèces animales. — Afin de mettre en évidence les relations triangulaires entre les sphères divine, animale et humaine dans le cadre de la médecine asclépieienne, F. Steger et F. Ursin présentent et analysent de façon systématique les diverses sources — datées entre la période classique et la période impériale — attestant l’importance des animaux dans le mythe et le culte d’Asclépios. — Enfin, K. Dosoo explore trois pratiques magiques qui permettent de réfléchir sur la frontière entre animaux, humains et non-humains dans le système symbolique de la religion grecque : les métamorphoses d’humains en animaux, les tablettes de défixion et le sacrifice magique.

5Comme le chapitre conclusif de J. Kindt le résume, les diverses études proposées dans cet ouvrage illustrent que la religion grecque ancienne plaçait fréquemment l’animal comme troisième point de référence aux côtés des dieux et des humains. Une telle conception se vérifie donc pour le sacrifice sanglant, déjà largement étudié, mais aussi pour d’autres pratiques religieuses où la présence des animaux a reçu moins d’attention jusqu’alors. La tripartition symbolique mise en évidence dans les différents domaines de la religion grecque ne doit toutefois pas être considérée comme un système unique et figé, c’est-à-dire une simple hiérarchie « dieux – humains – animaux », mais bien comme une triade flexible et dynamique.

Haut de page

Notes

1 Il convient néanmoins de mentionner l’ouvrage déjà ancien de Liliane Bodson, Ἱερἁ ζῷα. Contribution à l’étude de la place de l’animal dans la religion grecque ancienne, Bruxelles, 1978 (Académie royale de Belgique. Mémoires de la Classe des Lettres in-8°, 2e série, 68.2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoé Pitz, « Animals in Ancient Greek Religion »Kernos, 35 | 2022, 380-382.

Référence électronique

Zoé Pitz, « Animals in Ancient Greek Religion »Kernos [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4419 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4419

Haut de page

Auteur

Zoé Pitz

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search