Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Chronique des activités scientifi...Revue des LivresComptes rendus et notices bibliog...Greek and Egyptian Magical Formul...

Chronique des activités scientifiques
Revue des Livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Greek and Egyptian Magical Formularies: Text and Translation

Thomas Galoppin
p. 401-404
Référence(s) :

Christopher A. Faraone et Sofía Torallas Tovar (eds.), Greek and Egyptian Magical Formularies: Text and Translation, vol. 1, Berkeley, California Classical Studies, 2022. 1 vol. 21,50 × 28 cm, xxvi+531 p. (California Classical Studies, 9). ISBN : 978-1-939926-16-6.

Texte intégral

  • 1 K. Preisendanz, Papyri graecae magicae: Die griechischen Zauberpapyri, 2 vol., Leipzig, 1928–1931 (...)
  • 2 R.W. Daniel et F. Maltomini, Supplementum Magicum, 2 vol., Opladen, 1990–1992.
  • 3 H.D. Betz (dir.), The Greek Magical Papyrus in Translation, including the Demotic Spells, Chicago (...)

1Une très grande quantité d’études produites depuis plusieurs décennies sur les pratiques dites « magiques » de l’époque impériale romaine s’appuie sur les papyrus édités dans deux grands corpus par Karl Preisendanz (PGM)1, puis Robert Daniel et Franco Maltomini (SM ou Suppl. mag.)2. Ces corpus se limitent aux textes grecs et demeurent incomplets sans les parties démotiques éditées séparément. L’ensemble, textes grecs et démotiques inclus, a été traduit en anglais en 1986 sous la direction de Hans D. Betz (abrégé GMPT, mais donnant une numérotation continue sous les acronymes PGM et PDM)3. Ces outils sont d’une aide précieuse depuis lors pour aborder les prescriptions rituelles d’une grande complexité que conservent ces papyrus « magiques ». Leurs défauts et leurs limites sont connus des spécialistes, au-delà du seul éclatement des sources selon les langues qui les composent, et on peut globalement insister sur la nécessaire mise à jour des éditions et des traductions avec les avancées de la papyrologie et une compréhension plus fine du contenu et du contexte de ces papyrus.

  • 4 Voir les pages internet du projet (https://voices.uchicago.edu/magicalpapyri/) et du Neubauer Col (...)
  • 5 R.D. Kotansky, Greek Magical Amulets, vol. 1, Opladen, 1994, no 32.
  • 6 C.A. Faraone, « A Greek Magical Gemstone from the Black Sea: Amulet or Miniature Handbook? », Ker (...)

2La réédition de ceux qui sont connus globalement comme les PGM était donc fort attendue et le premier volume des Greek and Egyptian Magical Formularies (GEMF) répond à ce défi. Mais l’enjeu de l’édition est aussi de proposer une nouvelle approche de la documentation et ce n’est donc pas exactement une nouvelle mouture des PGM que signe l’équipe dirigée par Christopher A. Faraone et Sofía Torallas Tovar dans le cadre du projet Transmission of Magical Knowledge in Antiquity: The Papyrus Magical Handbooks in Context du Neubauer Collegium for Culture and Society de l’université de Chicago4. Le corpus n’est pas un ensemble indistinct de « papyrus magiques », mais un recueil des seuls formularies ou handbooks, c’est-à-dire les prescriptions rituelles à caractère « magique » que des sources primaires, datées entre le iie siècle avant notre ère et la fin de l’Antiquité, nous permettent de lire dans la langue grecque, en incluant des sources bilingues où le grec accompagne un état de la langue égyptienne. Les sources sont principalement des papyrus d’Égypte, mais le volume édite aussi une lamelle de cuivre trouvée en Sicile (GEMF 26)5 et une gemme des bords de la Mer Noire publiée auparavant dans cette même revue (GEMF 27)6, tandis que quatorze autres papyrus qui ne faisaient pas partie des PGM rejoignent le corpus. D’autres, auparavant divisés, ont été recomposés, comme les PGM VI et II qui seront désormais le seul GEMF 30.

  • 7 L’un de ces papyrus n’est rien qu’une prière adressée à un dieu — Hermès est restitué — pour sa p (...)

3À l’inverse du corpus des PGM qui regroupe aussi bien des papyrus de magie, c’est-à-dire des prescriptions rituelles, que des papyrus à proprement parler magiques, car étant eux-mêmes des amulettes ou des malédictions (defixiones/katadesmoi), le groupe des GEMF est distingué de ces deux derniers ensembles — au sein desquels on peut questionner une partition entre amulettes sur papyrus, métaux ou supports glyptiques, comme entre les différents matériaux des malédictions, à l’ombre du plomb. Sensible à une typologie de textes plus que de supports, l’édition des GEMF laisse de côté ces artefacts produits et écrits dans le cadre d’un rituel pour se concentrer sur une catégorie a priori située en amont, celle des formulaires, des recettes, des prescriptions, des modèles, dont il faut désormais cerner les contours7. Le corpus choisi répond à un objectif, « comprendre comment le savoir technique préservé dans les formulaires d’Égypte de la fin de l’époque ptolémaïque et d’époque romaine était transmis d’une génération à une autre » (préface, p. xviii).

  • 8 The Greek and Demotic Magical Formularies: Libraries, Books and Recipes (à paraître).
  • 9 Pour voir apparaitre la couleur rouge, il faut utiliser la version en ligne de l’ouvrage : https: (...)
  • 10 GEMF 15, 182 = PGM XII, 133.
  • 11 GEMF 34/PGM LXII, 1.
  • 12 Voir le projet To-Zodion : www.to-zodion.net.
  • 13 Voir les P.Leid. I 384 (GEMF 15 = PGM/PDM XII) et le Papyrus de Londres et Leyde P.Leid. I 383 et (...)

4Il ne s’agit pas d’opposer diamétralement le savoir théorique des experts rituels et la pratique matérialisée de l’autre. Au contraire, le nouveau corpus approche l’écriture du savoir dans sa matérialité et, en même temps que les textes, édite bien les supports d’une transmission du savoir : une collection d’analyses sous cet angle est annoncée (p. xxi)8. Une des principales règles suivies dans l’édition des GEMF consiste à les restituer au plus près de la manière dont ils ont été construits dans le fond, mais aussi dans la forme. On accède alors à une certaine pragmatique de l’écriture religieuse dans l’Égypte gréco-romaine. Tout l’art des papyrologues nous donne à lire les formulaires avec leurs dispositions graphiques, leurs couleurs9, leurs annotations à la marge, leurs abréviations, caractères spéciaux et signes diacritiques, ou même encore leurs erreurs que l’édition évite de corriger. Je cite deux petits exemples pour montrer en quoi ce choix éditorial change l’apparence d’un texte et rend compte non seulement de ce qu’il dit, mais du geste accompli pour le dire. Pour un scribe, le « nom » (onoma) peut être noté  et « dieu » (theos) Ο/, et on le voit écrire très simplement « les trois noms divins » sous cette forme : «  γ¯ Ο/10 ». Un autre a dessiné une lampe au lieu d’écrire λύχνος : heureusement, l’édition ne fait pas l’inverse11. Ce sont bien des techniques graphiques, au sens large, qui sont ici rendues. Les changements de mains sont indiqués et la mise en page restituée en rendant, notamment, l’interaction entre écriture et dessin. C’est encore un atout, même si les images ne rendent sans doute pas aussi bien compte du tracé original que ne le feraient des photographies des papyrus, pour lesquelles les éditeurs renvoient aux publications en lignes si elles existent12. L’édition donne enfin la satisfaction de voir restituer les documents bilingues dans leur intégralité et donc d’observer l’articulation ou la continuité entre l’écriture du grec, du démotique et du copte, témoignant des progrès accomplis dans la connaissance du plurilinguisme de l’Égypte gréco-romaine13.

  • 14 Pour un exemple parmi d’autres, comparer GEMF 31, 222 (p. 400–401) et PGM I, 247 (GMPT, p. 9).

5Les textes sont soigneusement édités avec des apparats critiques et leur traduction anglaise, généralement en vis-à-vis, qu’enrichissent des commentaires en note de bas de page. Le vocabulaire des traductions est heureusement plus neutre que dans GMPT : on préfère ainsi lire des « procedures » plutôt que des « spells14 ». Les « noms barbares » sont écrits tout en majuscules en marquant les voyelles longues. Familiers ou non de ces textes et de chacune de leurs langues, les lecteurs disposent globalement d’un outil efficace pour découvrir le savoir rituel dans sa fabrique même et construire par la suite des analyses qui envisagent ces documents non seulement dans une histoire des religions, mais aussi dans une histoire des pratiques de l’écrit et de la transmission des savoirs.

6Le sigle GEMF est en passe de se substituer à celui des PGM pour une bonne partie de ces derniers, mais tout n’est pas encore publié. Le volume 1 comptabilise un total de 54 sources rangées par ordre chronologique qui s’arrête à cheval entre le iiie et le ive siècle, et on attend encore un grand nombre de documents, dont certains des plus grands papyrus de formulaires magiques : le « papyrus Mimaut » ou PGM III est à venir en tant que GEMF 55, tandis que le « grand papyrus magique de Paris » ou PGM IV, un codex qui comprend le plus long manuscrit de ce genre, est attendu comme GEMF 57. Cela promet un volume 2 tout aussi conséquent que le premier. Une liste de concordances sera peut-être utile pour naviguer entre les différents corpus et le résultat d’ensemble appelle sans doute un jour un index — à l’instar de celui, inédit, de Karl Preisendanz.

  • 15 Bulletin de l’Association Guillaume Budé, Suppl. 4 (1932), p. 154.

7Lors de la publication des PGM, il y a maintenant un siècle ou presque, un compte-rendu en français, par ailleurs tout à fait élogieux, s’achevait ainsi : « Tous les profanes sauront gré à [K. Preisendanz] et à ses collaborateurs d’avoir rendu accessible à leur curiosité ce fatras souvent obscur ; bien plus encore les initiés sauront le prix de ce formidable et parfois rebutant labeur15. » Les spécialistes mesurent bien le chemin qui a été parcouru depuis lors. Même si l’édition des GEMF n’est pas à proprement parler une réédition des PGM, « profanes et initiés » peuvent remercier les 24 contributrices et contributeurs de ce remarquable travail, car ils nous permettent de (re)lire une partie importante du savoir religieux antique sous une nouvelle lumière.

Haut de page

Notes

1 K. Preisendanz, Papyri graecae magicae: Die griechischen Zauberpapyri, 2 vol., Leipzig, 1928–1931, éd. revue par A. Henrichs, Stuttgart, 1973–1974.

2 R.W. Daniel et F. Maltomini, Supplementum Magicum, 2 vol., Opladen, 1990–1992.

3 H.D. Betz (dir.), The Greek Magical Papyrus in Translation, including the Demotic Spells, Chicago/Londres, 1992 [1986].

4 Voir les pages internet du projet (https://voices.uchicago.edu/magicalpapyri/) et du Neubauer Collegium (https://neubauercollegium.uchicago.edu/research/transmission-of-magical-knowledge-in-antiquity-the-papyrus-magical-handbooks-in-context-part-ii#).

5 R.D. Kotansky, Greek Magical Amulets, vol. 1, Opladen, 1994, no 32.

6 C.A. Faraone, « A Greek Magical Gemstone from the Black Sea: Amulet or Miniature Handbook? », Kernos 23 (2010), p. 91–144.

7 L’un de ces papyrus n’est rien qu’une prière adressée à un dieu — Hermès est restitué — pour sa puissance divinatoire : GEMF 19/PGM XVIIb.

8 The Greek and Demotic Magical Formularies: Libraries, Books and Recipes (à paraître).

9 Pour voir apparaitre la couleur rouge, il faut utiliser la version en ligne de l’ouvrage : https://escholarship.org/uc/item/9650x69r#main

10 GEMF 15, 182 = PGM XII, 133.

11 GEMF 34/PGM LXII, 1.

12 Voir le projet To-Zodion : www.to-zodion.net.

13 Voir les P.Leid. I 384 (GEMF 15 = PGM/PDM XII) et le Papyrus de Londres et Leyde P.Leid. I 383 et P.BM EA 10070 (GEMF 16 = PGM/PDM XIV), tous deux du iie siècle de notre ère.

14 Pour un exemple parmi d’autres, comparer GEMF 31, 222 (p. 400–401) et PGM I, 247 (GMPT, p. 9).

15 Bulletin de l’Association Guillaume Budé, Suppl. 4 (1932), p. 154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Galoppin, « Greek and Egyptian Magical Formularies: Text and Translation »Kernos, 35 | 2022, 401-404.

Référence électronique

Thomas Galoppin, « Greek and Egyptian Magical Formularies: Text and Translation »Kernos [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4476 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4476

Haut de page

Auteur

Thomas Galoppin

Université Toulouse II Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search