Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36ÉtudesBetter Late Than Never!

Études

Better Late Than Never!

Asklepios’ Arrival(s) in Athens
Ioannis Mylonopoulos
p. 23-59

Résumés

S’appuyant sur des sources écrites anciennes, le célèbre monument de Télémaque, et des données de fouilles, l’article propose une nouvelle reconstruction de l’arrivée du culte d’Asclépios à Athènes. Deux fondations simultanées de cultes à l’Asclépios épidaurien à Athènes sont reconstituées, qui remontent selon toute vraisemblance à la même initiative dans le dernier quart du ve siècle avant notre ère. Un tout nouveau sanctuaire pour le dieu d’Épidaure est créé sur le versant sud de l’Acropole (Télémachos), tandis qu’un ancien sanctuaire athénien, celui d’Amynos, ouvre ses portes pour accueillir Asclépios (Sophocle). En ce qui concerne les trois fêtes d’Asclépios à Athènes, l’article propose que la plus ancienne, les Épidauria, soit liée au culte d’Asclépios dans le sanctuaire d’Amynos. Les Asklepieia apparaissent dans les sources épigraphiques bien plus tard et faisaient peut-être partie du programme de Lykourgos ; ils doivent être associés à l’Asklepieion en asty. La troisième fête, les Heroa, fut la dernière à être créée dans la seconde moitié du iie siècle avant notre ère. L’article propose deux hypothèses alternatives, la traditionnelle qui voit dans les Héroa une célébration en l’honneur du héros Asclépios et une nouvelle qui traite les Héroa comme une fête en l’honneur de Sophocle héroïsé (probablement avec Asclépios).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en janvier 2026.

Plan

The epigraphic evidence
The visual evidence
The archaeological evidence
The Aristophanic Ploutos
Problems
Attempting a new reconstruction of Aklepios’ arrival in Athens

Aperçu du texte

In Aelius Aristeides’ Sacred Tales, the perhaps most hypochondriac piece in all ancient Greek literature, we read a passage so full of passion for descriptive details that would have made Molière’s Le Malade imaginaire seem even more unconvincing:

I happened to be staying in Hadrianoi because the god had sent me there. Then I also had many frequent difficulties. I could neither take nourishment nor retain what I had tasted, but it immediately caused a blockage and there was much burning and it tore at my throat and cut off my breathing, and fiery spasms arose to my head. My attempts to vomit had no result, but even a drop caused a tempest, because the stuff was held within and choked me. I would hardly be free of it with much noise and utter desperation, nor bloodlessly, but the whole passage was torn anew and returned to normal only so that another wound might form. My exhaustion and the general weakness of my body and its deterioration were consistent with these circumstances.

At th...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ioannis Mylonopoulos, « Better Late Than Never! »Kernos, 36 | 2023, 23-59.

Référence électronique

Ioannis Mylonopoulos, « Better Late Than Never! »Kernos [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4552 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4552

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search