Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Chroniques des activités scientif...Revue des livresComptes rendus et notices bibliog...Olympia. A Cultural History

Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Olympia. A Cultural History

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 272-273
Référence(s) :

Judith M. Barringer, Olympia. A Cultural History, Princeton, Princeton University Press, 2021. 1 vol. 17,8 × 25,4 cm, 281 p. ISBN : 9780691210476.

Texte intégral

1Olympie est assurément l’un des sites majeurs pour quiconque s’intéresse à la religion des anciens Grecs et Judith Barringer a déjà livré nombre de travaux qui attestent son expertise en cette matière. On se réjouit de voir arriver une monographie sous sa plume, un livre dont la qualité d’écriture s’ajoute à celle de l’analyse, de ses riches fondements documentaires (dûment problématisés en regard de l’importance du texte de Pausanias pour la lecture du site) et d’une bibliographie multilingue remarquablement maîtrisée au vu de son ampleur potentielle sur un tel sujet.

2L’objectif de l’ouvrage est clarifié d’emblée : il s’agit de comprendre comment et pourquoi le site d’Olympie s’est développé comme il l’a fait pendant près d’un millénaire, en étudiant les interactions entre les différents monuments — immobilier et mobilier —, dans la perspective de leurs commanditaires et sous l’œil des spectateurs qui les interprétaient. L’appréhension du site se veut « holistic » (p. 5), avec l’ambition de comprendre pourquoi les constructions et objets furent placés là où ils le sont et quels étaient les effets attendus et produits par les diverses composantes du sanctuaire aux différentes étapes de son existence. En cela, c’est bien une « histoire culturelle » que le livre a l’ambition de produire, au-delà d’une histoire architecturale ou archéologique. La structure de l’ouvrage est limpide : après l’introduction et un prologue qui esquisse les éléments constitutifs des premiers temps du sanctuaire, sa relation à la guerre et aux concours, et les relations avec Élis, le premier chapitre cherche à déterminer les limites de l’Altis et ses diverses composantes (« shape and logistics »), tandis que les quatre suivants (2–5) analysent le site au fil de son histoire, de la période archaïque à la période romaine. Le chapitre final (6), joliment intitulé « The Last Olympiad », offre un bref aperçu des derniers temps du sanctuaire, jusqu’à l’abandon du site au ixe siècle. La bibliographie et de très bons index referment l’ensemble, qui compte un grand nombre de figures dans le texte et sur des planches séparées. Ces dernières présentent une grande qualité de reproduction sur papier glacé, tandis que le papier choisi pour le corps du texte n’autorise guère une bonne lisibilité des photographies et c’est dommage.

3La masse des données à analyser était considérable, et je ne doute pas que des archéologues de terrain, rompus aux difficultés du site, trouveront à redire sur certains des choix qui ont été effectués et sur certaines des interprétations privilégiées. Je pense notamment à l’intéressante proposition d’une nouvelle délimitation de l’Altis, plus ample que celle qui est généralement proposée puisque l’A. y englobe, au nord, le Kronion et le sanctuaire d’Ilithyie, récemment mis au jour, et, à l’est, le stade et le sanctuaire de Déméter Chamynè (ces limites sont figurées sur une carte satellite, pl. 8). Ne disposant pas de cette expertise spécifique du site, je soulignerai l’importance de cette étude pour ceux qui étudient Olympie par les textes littéraires et épigraphiques. Cet ouvrage leur donne l’occasion de saisir en un seul volume toute la complexité du lieu, les différentes interprétations qu’a suscitées son étude et des clés de lecture qui ne minimisent jamais la dimension religieuse du site et des actes qui y étaient accomplis, depuis les sacrifices — pour lesquels c’est évident — jusqu’aux dédicaces publiques qui ne sont pas réductibles à la dimension ostentatoire que leur offre le caractère panhellénique du sanctuaire. Le seul bémol pour ce même lecteur est la part congrue qui est dévolue à la question des concours (reléguée dans le prologue qui évoque la question complexe du moment de leur institution). Une « histoire culturelle » d’Olympie aurait pu leur réserver une place plus importante que celle de sous-texte de toute une série de monuments analysés, dont les Zanes, ces fameuses statues de Zeus qui gardaient le souvenir des fraudes mises au jour lors des épreuves. Mais une monographie impose des choix et Olympie est un thème tentaculaire que ce livre maîtrise avec une grande élégance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Pirenne-Delforge, « Olympia. A Cultural History »Kernos, 36 | 2023, 272-273.

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Olympia. A Cultural History »Kernos [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4621 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4621

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

Collège de France
Université de Liège)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search