Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Chroniques des activités scientif...Revue des livresComptes rendus et notices bibliog...Donne e dee nel Mediterraneo antico

Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Donne e dee nel Mediterraneo antico

G. Benedetti
p. 261-262
Référence(s) :

Paola Angeli Bernardini, Donne e dee nel Mediterraneo antico, Bologne, Il Mulino, 2022. 1 vol. 12,5 × 20,4 cm, 206 p. ISBN : 978-88-15-29534-7.

Texte intégral

  • 1 Voici quelques exceptions : A. Serghidou, « La mer et les femmes dans l’imaginaire tragique », (...)

1Dans l’Antiquité, affronter la vaste étendue de la mer symbolisait l’inconnu des dangers de la vie mortelle. C’était une tâche ardue pour les hommes, et tout simplement inconcevable pour les femmes. C’est peut-être pour cette raison que les études sur la condition féminine dans les sociétés antiques, notamment en Grèce, qui, depuis les années 1970, éclairent la position sociopolitique, familiale, juridique et religieuse des femmes au sein de la communauté urbaine, négligent leur rapport avec la mer1. Ce désintérêt nourrit l’idée que l’horizon marin leur était interdit. C’est cette idée reçue que le livre ici recensé se propose de dissiper. En effet, ce n’est pas un hasard si les anciens ont souvent joué sur les analogies entre l’élément féminin et la mer, décrit comme également peu fiable, inconstant, changeant. Ainsi, sur la toile de fond du Mare Nostrum, le livre nous guide, par son écriture agréable et fluide, à travers les circulations de femmes ordinaires et d’héroïnes, de prostituées et de déesses qui, dans les récits mythologiques et la réalité historique des Grecs, ont parcouru la Méditerranée dans toutes les directions et de toutes les manières possibles. Viennent s’y ajouter des considérations exprimées tout au long de l’ouvrage sur l’utilisation linguistique de similitudes, d’images et de métaphores nautiques, se référant aux sphères amoureuse, érotique, politique, guerrière et sportive.

  • 2 Sur cette figure, voir désormais le livre de V. Sebillotte Cuchet, Artémise, une femme capitaine (...)

2Les trois premiers chapitres du livre sont consacrés aux monstres côtiers, comme les Sirènes, Charybde et Scylla, aux déesses, comme les Néréides, qui habitaient les abysses côtoyant des pouvoirs masculins et à celles qui, comme Isis et Astarté, se déplaçaient le long des routes méditerranéennes, favorisant les croisements et les partages entre divinités issues de cultures différentes. Les histoires de la magicienne Circé et de la nymphe Calypso, à la fois maîtresses des îles d’Ééa et d’Ogygie, et fines connaisseuses des secrets de la navigation, sont ensuite retracées. Les chapitres quatre à onze traitent des vicissitudes sur mer des femmes des récits mythiques, qui reflètent principalement le statut subordonné de celles-ci au sein de la société grecque : victimes de la violence d’un dieu ou d’un déplacement forcé — individuel ou collectif — de leur patrie, jetées vivantes à la mer dans un coffre ou poussées au suicide dans ses flots, protagonistes de passions le plus souvent malheureuses. Les femmes « errantes » suivies dans les vagues de la Méditerranée connaissent toutefois — même si c’est au prix de leur propre vie — un destin insigne, qui les voit tantôt génitrices de descendants illustres, tantôt fondatrices de cultes, de sites ou de traditions locales significatives. Les héroïnes des mythes sont souvent projetées, volontairement ou non, dans un paysage marin, mais qu’en est-il dans la réalité historique ? Dans les quatre derniers chapitres, l’A. présente un aperçu concis et évocateur de la vie de femmes réelles, de toutes sortes et de toutes conditions, qui ont probablement quitté les limites du foyer pour affronter les périls de la mer. Nous voyons ainsi se déployer un panorama historique et archéologique complexe et varié, où nourrices et esclaves, colons et prêtresses, prostituées et marchandes fréquentaient les ports et s’embarquaient pour chercher fortune. Dès l’époque hellénistique, les artistes empruntaient également la voie maritime, comme la harpiste de la ville éolienne de Cumes qui, vers 130 av. J.-C., participa aux Pythia de Delphes et fut récompensée par un millier de drachmes. Sans doute ces développements sur les temps historiques auraient-ils gagné à être approfondis. Ces cas semblent rares et généralement limités à des personnages excentriques ou de haut rang : ainsi la reine Artémise, qui a même commandé une flotte entière, alliée aux Perses dans l’expédition contre la Grèce2. Pour le reste, pace l’A., lorsque les anciens parlent de voyageuses, il est souvent difficile de distinguer la réalité de la légende. Naviguant entre mythe et histoire, l’essai de P.A.B., qui s’adresse à un large public, constitue en définitive une contribution utile pour, sinon démonter, du moins redimensionner l’idée préconçue de l’exclusion des femmes grecques du domaine de la navigation et de la mer. On peut espérer qu’il suscitera des études plus riches, y compris comparatives, qui permettront de porter un regard nouveau sur la participation des femmes à la construction de l’espace maritime des anciens.

Haut de page

Notes

1 Voici quelques exceptions : A. Serghidou, « La mer et les femmes dans l’imaginaire tragique », Mètis 6 (1991), p. 63–88 ; A. Konstantinou, Female Mobility and Gendered Space in Ancient Greek Myth, Londres/New York, 2018 ; M.C. Beaulieu, The Sea in the Greek Imagination, Philadelphia, 2016, p. 90–119, 145–167.

2 Sur cette figure, voir désormais le livre de V. Sebillotte Cuchet, Artémise, une femme capitaine de vaisseaux dans l’Antiquité grecque, Paris, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Benedetti, « Donne e dee nel Mediterraneo antico »Kernos, 36 | 2023, 261-262.

Référence électronique

G. Benedetti, « Donne e dee nel Mediterraneo antico »Kernos [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4628 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4628

Haut de page

Auteur

G. Benedetti

Université de Sienne

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search