Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Chroniques des activités scientif...Revue des livresComptes rendus et notices bibliog...Des dieux dans le four. Enquête a...

Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Des dieux dans le four. Enquête archéologique sur les pratiques religieuses du monde artisanal en Grèce ancienne

Hélène Collard
p. 276-278
Référence(s) :

Anne-Catherine Gillis, Des dieux dans le four. Enquête archéologique sur les pratiques religieuses du monde artisanal en Grèce ancienne, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2021. 1 vol. 20 × 27 cm, 342 p. 43 fig. (Collection Archaiologia). ISBN 978-2-7574-3364-5.

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier les deux colloques intitulés L’artisanat en Grèce ancienne, tenus respectivem (...)

1Cet ouvrage est la version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue à l’université de Lille en 2013. Sous ce titre accrocheur, l’A. propose une enquête sur une thématique encore peu explorée jusqu’ici, du moins dans sa globalité : celle des pratiques religieuses des artisans en Grèce ancienne. Longtemps resté dans l’ombre, l’artisan grec est aujourd’hui devenu objet d’étude à part entière1. Mais la difficile reconnaissance des phénomènes religieux d’un point de vue archéologique explique sans doute que personne ne s’était encore voué à une telle entreprise. C’est à présent chose faite, et l’on ne peut que s’en réjouir et espérer que d’autres prendront le relais afin d’affiner encore une problématique complexe, qui rejoint celle, plus vaste, de la communication que les Grecs espéraient établir avec leurs dieux au travers de diverses pratiques rituelles.

  • 2 Voir le compte rendu de Corinne Bonnet dans la BMCR 2022.09.28.

2Après une préface rédigée par Sandrine Huber, le livre s’ouvre sur une introduction dans laquelle Anne-Catherine Gillis circonscrit et précise son objet d’étude, ses particularités, ses contraintes et ses limites, aussi. Archéologue de formation, elle entend mener sur les pratiques religieuses des artisans une étude globale mais strictement archéologique, se fondant uniquement sur des indices matériels — contextes, structures et objets — et laissant ainsi de côté tout l’univers mythique, trop écarté d’après elle de la « réalité du quotidien » (p. 25). Si cette affirmation mérite certes d’être revue2, le choix de se limiter aux témoignages matériels pour cette étude ayant pour objet les pratiques religieuses semble fondé. Le terme artisanat englobe ici « toutes activités qui mènent à la production de biens matériels finis ou semi-finis et commercialisables » (p. 20). On est donc dans une définition assez large, qui va bien au-delà de la céramique, de la métallurgie et de la sculpture auxquelles on pense le plus souvent. Toutefois, le caractère périssable de nombreux matériaux comme les peaux, la laine, les fibres végétales ou le bois fait que la presque totalité des données matérielles qui nous sont parvenues sont liées au travail de l’argile, du métal et du marbre. Le matériel étudié se caractérise néanmoins par une grande diversité et une grande hétérogénéité, tant contextuelle que typologique (données épigraphiques, documents iconographiques, objets votifs de toute sorte). Le champ est lui aussi très vaste, tant d’un point de vue chronologique (l’enquête s’étend du viiie au iie siècle av. J.-C.) que spatial (l’ensemble du monde grec est pris en compte, hormis l’Égypte et Chypre, jugées trop spécifiques sur le plan religieux). L’A. justifie cet « éparpillement », qui pourrait sembler peu scientifique, par la nécessité, pour une étude portant sur un mobilier particulièrement épars et réparti géographiquement, chronologiquement et quantitativement de manière inégale, de rassembler un maximum de témoignages significatifs.

3Le volume s’organise ensuite en trois grandes parties, qui correspondent aux différents contextes dans lesquels prennent place les pratiques rituelles des artisans : le cadre de la cité (fêtes civiques, cultes officiels, pratiques votives et oraculaires), le cadre du travail (au sein de l’oikos ou des ateliers), et le cadre funéraire (nécropoles et tombes d’artisans). Il se referme sur une riche bibliographie et d’utiles index thématiques. Le choix d’intégrer le catalogue au texte, en continu, au lieu de le placer à part, en fin de volume, permet certes d’avoir sous les yeux toutes les informations concernant chaque objet, mais rend parfois la démonstration difficile à suivre et les renvois internes laborieux. On regrettera aussi, pour une étude fondée sur des données matérielles, le faible nombre de figures (43 seulement pour un corpus de plus de 200 objets).

4La grande difficulté qui ressort de cette étude (et qui s’est présentée à l’A., qui conclut, p. 289, que « le monde artisanal grec antique est caractérisé par sa discrétion ») est celle d’identifier les artisans au travers des objets mis au jour : en effet, comment reconnaître avec certitude une offrande d’artisan, ou une tombe d’artisan, en l’absence d’inscription venant préciser le métier du dédicant ou du défunt ? Si l’on peut parfois procéder par déduction, en fonction du contexte de trouvaille ou par comparaison avec d’autres objets dont l’identification est assurée, bon nombre d’interprétations restent hypothétiques, et il faudra utiliser les données recensées dans l’ouvrage avec prudence (c’est notamment le cas pour les « données iconographiques » analysées dans la première partie, dont bon nombre d’interprétations doivent, à mon sens, être nuancées). À cela s’ajoute une seconde difficulté, liée au fait que l’artisan grec est avant tout, au même titre que n’importe quel autre acteur de la cité, un homme — ou une femme — avec des préoccupations quotidiennes, indépendantes de son statut particulier : santé, famille, amour, subsistance, réussite sociale… Il n’est donc pas toujours aisé de saisir, dans sa pratique religieuse, s’il agit en tant qu’artisan, ou simplement en tant que citoyen, père, époux, fils, etc. C’est aussi ce qui ressort du dossier funéraire étudié dans la troisième partie : il est intéressant de constater qu’à Athènes, les tombes d’artisans athéniens sont quasiment invisibles — pas parce qu’elles n’existent pas, mais parce que le défunt n’est pas représenté comme tel —, contrairement aux artisans étrangers, pour qui la mention du métier prend toute son importance, car elle devient un vecteur d’intégration au sein de la cité.

5De même, il sera parfois compliqué, voire hasardeux, de tirer des conclusions sur la divinité honorée et sur le possible lien particulier qu’elle entretiendrait avec telle ou telle catégorie d’artisans : est-ce parce que l’offrande a été faite par un artisan qu’il faut nécessairement chercher chez la divinité destinataire une fonction liée au monde artisanal ? à l’inverse, est-ce parce que la divinité destinataire est connue pour ses fonctions liées au monde artisanal — le meilleur exemple étant celui d’Athéna Erganè — que l’on peut déduire que l’offrande a été faite par un artisan ? C’est évidemment par la négative qu’il faut répondre dans les deux cas, et le lecteur de Kernos qui espérerait trouver dans le livre d’A.-C. G. des réponses à des questions telles que : quelles figures divines sont mobilisées par les artisans et par quels champs d’action interviennent-elles ? certaines sont-elles tout spécialement privilégiées et pourquoi ? peut-on, au sein du monde artisanal, établir des liens entre dédicant, type d’offrande et divinité destinataire ? pourrait rester sur sa faim. C’est bien des artisans, plus que des dieux, dont il est question ici. Pour qui s’intéresse à ces problématiques, il conviendra plutôt d’utiliser ce livre comme un outil de travail rassemblant un matériel foisonnant — l’A. a accompli un travail de recensement remarquable —, où l’on pourra aller piocher des données désormais facilement accessibles et bien documentées, mais qui nécessitent encore d’être étudiées de façon plus approfondie et en regard de ce que l’on connaît par ailleurs du fonctionnement du système polythéiste grec.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier les deux colloques intitulés L’artisanat en Grèce ancienne, tenus respectivement à Lille en 1997 et à Lyon en 1998, dont les actes ont été publiés sous la direction de F. Blondé et A. Muller (1998 et 2000).

2 Voir le compte rendu de Corinne Bonnet dans la BMCR 2022.09.28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Collard, « Des dieux dans le four. Enquête archéologique sur les pratiques religieuses du monde artisanal en Grèce ancienne »Kernos, 36 | 2023, 276-278.

Référence électronique

Hélène Collard, « Des dieux dans le four. Enquête archéologique sur les pratiques religieuses du monde artisanal en Grèce ancienne »Kernos [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4718

Haut de page

Auteur

Hélène Collard

Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search