Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Chroniques des activités scientif...Revue des livresComptes rendus et notices bibliog...Religion and Education in the Anc...

Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Religion and Education in the Ancient Greek World

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 268-270
Référence(s) :

Irene Salvo, Tanja S. Scheer (éd.), Religion and Education in the Ancient Greek World, Tübingen, Mohr Siebeck, 2021. 1 vol. 16 × 23,8 cm, 294 p. ISBN : 978-3-16-159881-4.

Texte intégral

1L’ouvrage soigneusement édité par I. Salvo et T.S. Scheer se penche sur les diverses manières dont religion et éducation entrent en interaction dans la Méditerranée hellénophone. Il propose les actes d’un colloque organisé à Göttingen en 2017, dans le cadre d’un projet financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft.

  • 1 W. Jaeger, Paideia. Die Formung des griechischen Menschen, Berlin, 1934–1947 ; H.-I. Marrou, Hist (...)
  • 2 J. Rudhardt, « Mnémosyne et les Muses », in Ph. Borgeaud (dir.), La Mémoire des religions, Genève (...)

2Comme il est souvent répété dans les introductions sur le thème, la religion grecque antique ne connaît ni clergé, ni autorité centralisée, ni révélation traduite en un référentiel dogmatique et sacralisé pour structurer les pratiques et commander aux croyances. Dès lors, comment les acteurs des cultes — prêtres, prêtresses, magistrats, simples particuliers, etc. — savaient-ils ce qu’ils avaient à faire pour bien faire ? Par quels vecteurs la « compétence religieuse » était-elle acquise ? Cette question, quiconque s’est un jour penché sur le polythéisme grec se l’est posée. En revanche, ce n’est pas elle qui s’impose dans les travaux généralement consacrés à la paideia grecque, comme les travaux classiques de Werner Jaeger et d’Henri-Irénée Marrou. Le récent Blackwell Companion to Ancient Education ne fait pas davantage apparaître une telle interrogation1. Seuls certains travaux sur la mémoire et la transmission de la tradition lui ont fait droit, notamment sous la plume de Jean Rudhardt, ou bien des travaux qui mettent en perspective l’importance des rituels dans la formation des jeunes gens, comme Les Chœurs de jeunes filles de Claude Calame2.

3Structuré en cinq parties qui regroupent douze contributions, l’ouvrage compte deux introductions (qui forment la première partie). L’introduction des deux éditrices présente le volume et ses enjeux, tandis que la deuxième, due à J. Blok, la keynote speaker du colloque, propose une réflexion globale sur l’éducation dans les cités, mettant en relief l’idée de réciprocité et d’obligations mutuelles entre les citoyens et dans leurs relations à leurs dieux. L’A. remarque à juste titre que la religion est en général la grande oubliée des compétences civiques attendues dans les travaux des modernes alors que son embeddedness dans tous les aspects de la cité est généralement reconnue. Or, citoyenneté et religion sont indissociables et les compétences en ces matières pouvaient être délibérément enseignées (pensons à la formation sous-jacente à la performance des Chœurs de jeunes filles) ou bien se développaient par la pratique au sein de la vie multiforme de la cité.

4La deuxième partie (« Actors and Models ») regroupe trois études qui s’intéressent respectivement à la fonction pédagogique des associations cultuelles à la fin de la période classique à Athènes (I. Salvo), aux modèles de comportement féminin tels que les évoquent les normes rituelles de la période hellénistique (E. Stavrianopoulou), et au rôle de référence de comportement qui peut échoir au « personnel sacré » après la période classique (M. Horster). Dans ces études, la notion d’imitation en matière de socialisation religieuse est essentielle, que ce soit au sein des petits groupes constitués en associations, ou en regard des honneurs accordés aux prêtres et prêtresses qui ont dûment accompli les devoirs de leur charge. Quant aux normes rituelles qui touchent aux questions de pureté, elles permettent notamment de saisir les efforts consentis pour restreindre la visibilité des femmes dans l’espace public (dont font partie les sanctuaires) en établissant des modèles féminins de retenue et de réserve. — La troisième partie (« Performing Knowledge ») rassemble deux articles centrés sur Athènes, l’un de S. Gödde sur l’importance du théâtre dans la réflexion sur le thème du volume, et l’autre de S.M. Bocksberger sur les ourses de Brauron. La scène théâtrale, incluse dans la célébration des Grandes Dionysies, ne délivrait pas de « leçons » en matière de mythes et de rituels, mais offrait un espace de dialogue avec la tradition religieuse de l’auditoire. Le rituel de l’arkteia, quant à lui, devait permettre de discipliner la sauvagerie de l’enfance par l’intégration de gestes et de mouvements en contexte musical et dansé.

5La quatrième partie (« Skills and Media ») offre trois analyses qui se penchent respectivement sur les images, sur les mots et sur les nombres comme moyens de diffusion d’une connaissance en matière de religion. T.S. Scheer considère que l’usage des milliers de vases imagés produits à Athènes dépassait le cadre du banquet et pouvait stimuler la discussion sur la représentation des dieux et des héros, ainsi que sur les rituels. A. Wolicki analyse les traces du rapport des femmes à l’écrit dans la documentation épigraphique où apparaissent les prêtresses. La question qui sous-tend cette étude est celle du degré d’autonomie dont pouvaient bénéficier ces femmes dans l’exercice de leur charge, ainsi que leur capacité à lire et écrire. S. Cuomo se penche quant à elle sur le rapport aux nombres au sein des sanctuaires, tant sur le plan concret de l’économie que d’un point de vue symbolique, par exemple quand les dieux sont les garants de transactions liées à des mesures. — La cinquième et dernière partie (« Astrology, Philosophy, and Religion ») rassemble deux contributions qui abordent des périodes plus récentes que le reste du livre. I. Bultrighini traite de la dimension astrologique du rapport au monde des dieux dans l’empire gréco-romain, et l’accès aux connaissances spécifiques que cela impliquait, tandis qu’I. Tanaseanu-Döbler offre une très longue analyse du traité Sur les statues de Porphyre, où le philosophe opère une analogie entre les statues et les livres, concevant ainsi les premières comme les dépôts d’un savoir religieux en une approche très élitiste qui restera globalement isolée.

6Dans l’ensemble, chaque auteur a respecté les questionnements de départ et fait au mieux pour les appliquer à son matériel. Le résultat est variable selon les cas et la grille de lecture « éducation et religion » ne permet pas toujours de faire émerger des résultats vraiment neufs sur des dossiers qui auraient pu être envisagés presque tels quels sous d’autres regards. Il reste en outre une ambiguïté dans l’association des termes « éducation » et « religion ». L’ambition affichée par les éditrices (p. 6–7) est de se saisir du concept de « religious education » pour déceler comment les individus incorporaient, de manière formelle ou informelle, le savoir leur permettant de participer adéquatement aux rituels de leur communauté. La plupart des contributions vont dans ce sens. Mais les termes « religion » et « éducation » pensés ensemble permettent également d’envisager la religion comme vecteur de formation et d’éducation, au-delà de cette participation attendue : par exemple, la retenue des femmes induite par les normes rituelles, l’exemplarité du personnel de culte, la literacy des prêtresses, la numeracy en contexte sacré ou la montée en puissance de l’astrologie ne posent pas la question d’une « religious education » de la même manière que la fonction pédagogique des associations, du théâtre, de l’arkteia ou de l’imagerie des vases en matière de mythes et de rites. Quoi qu’il en soit, le fait qu’il donne l’opportunité de réfléchir à cette distinction montre en soi toute la richesse et tout l’intérêt de ce volume.

Haut de page

Notes

1 W. Jaeger, Paideia. Die Formung des griechischen Menschen, Berlin, 1934–1947 ; H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’antiquité, Paris, 1948 ; W.M. Bloomer (dir.), A Companion to Ancient Education, Malden/Oxford, 2015.

2 J. Rudhardt, « Mnémosyne et les Muses », in Ph. Borgeaud (dir.), La Mémoire des religions, Genève, 1988, p. 37–62 ; C. Calame, Les Chœurs de jeunes filles en Grèce antique. Morphologie, fonction religieuse et sociale, Paris, 20192 [1977].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Pirenne-Delforge, « Religion and Education in the Ancient Greek World »Kernos, 36 | 2023, 268-270.

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Religion and Education in the Ancient Greek World »Kernos [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4772

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

Collège de France
Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search