Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Chroniques des activités scientif...Revue des livresComptes rendus et notices bibliog...Who Saved the Parthenon? A New Hi...

Chroniques des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Who Saved the Parthenon? A New History of the Acropolis Before, During and After the Greek Revolution

J.Z. van Rookhuijzen
p. 283-285
Référence(s) :

William St Clair, Who Saved the Parthenon? A New History of the Acropolis Before, During and After the Greek Revolution, with a preface by Roderick Beaton, Cambridge, Open Book Publishers, 2022. 1 vol. 22 × 15 cm, xviii+876 p. ISBN : 978-1-78374-461-9.

Texte intégral

1La longue histoire de l’Acropole d’Athènes est une vitrine fascinante de la façon dont un patrimoine ancien peut être transformé, d’un sanctuaire païen à un sanctuaire chrétien, à une forteresse islamique, à l’autel symbolique de la Grèce moderne. De plus, ce site a suscité l’admiration presque religieuse des chercheurs et, comme dans le cas des marbres d’Elgin, a été contesté à de nombreux égards. L’auteur du volume analysé, William St Clair, un spécialiste des marbres d’Elgin et de divers autres sujets, est décédé en 2021, alors que ce long manuscrit sur l’Acropole était inachevé. Heureusement, deux éditeurs (David St Clair et Lucy Barnes) ont décidé de le peaufiner et de le publier sous forme de PDF en libre accès, de livre électronique et d’une version imprimée à la demande. Les chapitres concernant l’ancienne Acropole ont été regroupés dans un volume distinct intitulé The Classical Parthenon: Recovering the Strangeness of the Ancient World (2022 ; un discours annoté assez étrange, long de plusieurs centaines de pages, écrit par St Clair lui-même du point de vue d’un collègue hypothétique de Thucydide, aux commissaires du Parthénon).

2La communauté scientifique peut s’estimer heureuse que l’ouvrage en question ait été publié. Il s’agit d’un trésor de connaissances scientifiques sur l’histoire et le discours autour de l’Acropole surtout aux xviiie, xixe et xxe siècles, fort de 25 chapitres et de 6 annexes qui présentent des sources rarement vues. Le livre comprend près de 200 illustrations éclairantes, dont beaucoup n’ont été que rarement, voire jamais, reprises dans des ouvrages scientifiques jusqu’ici. Il s’agit de l’une des plus longues histoires écrites sur ces siècles d’histoire de l’Acropole, fruit de décennies de recherche sur le sujet et de collecte de documents. Comme le conclut l’ouvrage (p. 659), il propose de considérer « the Parthenon as a uniquely full and well-documented store of experience ». Le livre en effet dévoile ce « dépôt d’expériences ».

3La question posée dans le titre, « Qui a sauvé le Parthénon ? », semble étrange, car le Parthénon, dans son état actuel de ruine, ne semble pas avoir été sauvé du tout, ayant été détruit par des bombes vénitiennes en 1687. La question fait plutôt référence au fait que la ruine n’a pas été complètement consommée pendant la guerre d’indépendance grecque, lorsque l’Acropole a été possédée et assiégée alternativement par les Grecs et les Turcs entre 1821 et 1833. Pendant longtemps, affirme St Clair, les partisans du maintien des marbres d’Elgin à Londres ont fait valoir qu’ils considéraient l’action d’Elgin comme une mission de sauvetage et la prise de possession britannique comme un cas justifié de conservation. Lord Elgin aurait notamment retiré à juste titre de nombreuses sculptures du Parthénon pour les préserver de la dégradation et de la destruction par les Turcs et les Grecs. En effet, des documents révèlent le projet du grand vizir Moustapha Réchid Pacha, qui s’était rendu compte que l’Acropole était devenue le fétiche d’un philhellénisme essentiellement étranger, de détruire complètement les monuments afin de freiner l’intérêt pour Athènes. Cependant, St Clair montre que le Grand Vizir a finalement été persuadé de la valeur inhérente de ce patrimoine et que les monuments de l’Acropole ont été sauvés de l’anéantissement par les Turcs — et non par les Occidentaux. En préservant les monuments, les autorités ottomanes ont montré à « l’Europe » qu’elles méritaient d’être traitées comme une puissance européenne (p. 390–393).

4Mais il ne s’agit pas d’une histoire militaire aride. Dans la belle prose de St Clair, l’Acropole prend vie. Il retrace l’obsession des Occidentaux pour la citadelle, depuis ses débuts, stimulés par la redécouverte de l’œuvre de Pausanias, en passant par l’arrivée de l’étude empirique, jusqu’à la « touristification » du site et ses environs au xxie siècle. Le récit est entrecoupé de nombreuses citations de visiteurs et d’érudits. Le chapitre 4, « The Encounter », en particulier, fournit de nombreux exemples de l’expérience mystique, presque corporelle, vécue par les voyageurs lorsqu’ils voient l’Acropole pour la première fois. La perspective orientale (ottomane) — ou plutôt les différentes perspectives changeantes — se voit heureusement accorder autant d’espace que possible. L’A. garde un œil sur les stéréotypes et les erreurs d’attribution orientalisantes de la part des Grecs et des Européens. Ainsi, nous apprenons que même les dommages causés par Morosini aux bâtiments de l’Acropole en 1687 ont été attribués à tort aux Turcs au xixe siècle (p. 434). D’autres thèmes qui intéressent les chercheurs modernes, tels que le féminisme et l’esclavage, sont également abordés dans le récit.

5Un autre message du livre est que les sculptures de l’Acropole ne peuvent (et ne doivent) pas être appréciées seulement en tant qu’œuvres d’art, par exemple dans leur logement isolé au British Museum. St Clair propose une approche holistique dans le temps et l’espace. À plusieurs reprises, St Clair parle de l’Acropole comme d’un écosystème, littéralement (avec sa flore et sa faune qui ont été brutalement détruites lors du nettoyage de l’Acropole au xixe siècle) ou métaphoriquement (avec des idées étrangères qui s’installent ici comme des espèces exotiques ou des étrangers qui créent une communauté imaginaire à Athènes). Le lieu est souvent décrit de manière macabre, mais nécessaire, comme un paysage de mort et de défaite, avec de nombreux détails sur les corps en putréfaction au milieu des bâtiments classiques et glorifiés.

6L’A. a trouvé de nombreuses informations précieuses, voire surprenantes. En voici une brève sélection : l’appel lancé par les Grecs à la fin du xviiie siècle à l’impératrice russe Catherine la Grande pour obtenir une aide militaire, considéré comme le premier cas d’invocation des ruines comme levier politique (p. 50) ; la reconnaissance du philologue du xviiie siècle Johannes van Meurs (Meursius) comme le fondateur des études sur l’Acropole (p. 83–88) ; l’anatomiste Robert Knox reconnaissant des visages russes dans les centaures des métopes du Parthénon (p. 352) ; les musulmans déplorant la disparition des cigognes d’Athènes sur les minarets, car elles étaient considérées comme des pèlerins de la Mecque (p. 356) ; la suggestion, fondée sur une ancienne photographie, qu’il y avait d’anciens murs créant un chemin entre la fondation Dörpfeld et le Parthénon, qui ont été enlevés depuis (p. 455) ; l’identification possible d’un petit morceau d’ivoire aujourd’hui perdu comme un doigt de la statue d’Athéna au Parthénon (p. 486–488) ; la fierté des érudits français du xixe siècle pour la soi-disant « tour franque » dans les Propylées, qui a finalement été démolie (p. 494) ; la découverte que les débris des fouilles de l’Acropole du xixe siècle ont été entassés sur le côté sud de l’Acropole, là où se trouve aujourd’hui un hôtel (p. 500–501) ; et une microhistoire fascinante de la « prison de Socrate » en tant que site touristique chrétien, auquel des barreaux ont été ajoutés pour un effet dramatique (p. 547–550).

7Malgré la richesse de ses informations, le livre souffre d’un problème d’une autre nature : la quantité et la gestion de ces informations. Cela se manifeste par une structure étrange, où l’ordre thématique et l’ordre chronologique se disputent la prééminence, et par un style digressif. Le titre et le sous-titre promettent une histoire de l’Acropole, mais dans de nombreux chapitres, nous avons droit à un contexte dans lequel l’Acropole elle-même est perdue de vue. Le contexte de l’Acropole est évidemment nécessaire, mais dans ce cas, il s’écarte trop souvent et trop longtemps de l’argument principal. L’histoire culturelle très longue de l’Aréopage en tant que colline en opposition à l’Acropole en est un bon exemple (p. 513–583). De même, toutes les notes de bas de page n’ont pas la même utilité (un cas notable étant une note de bas de page avec une liste de noms extrêmement longue à la p. 518, note 16). Il est donc difficile de s’y retrouver dans ce volume déjà lourd, dont les 25 chapitres varient considérablement en longueur. La matière aurait pu faire l’objet de plusieurs livres distincts. Il est certain que, dans des circonstances normales, des coupes rigoureuses auraient été effectuées. Parmi les autres exemples de dérapages éditoriaux, citons le fait que certaines légendes de figures apparaissent sous les mauvaises images (par exemple, à partir de la p. 473), des problèmes de rendu du texte grec (par exemple, p. 464) et des répétitions inutiles (par exemple, les mêmes informations sur Newton apparaissent à la p. 221 et à la p. 368).

8En résumé, bien qu’il soit difficile d’assimiler le livre d’un bout à l’autre en raison de son manque de concentration, les différents chapitres sont magnifiquement rendus et constituent des histoires très intéressantes de certains aspects de l’Acropole et d’ailleurs. Le livre offre de nombreuses perspectives et de nouveaux points de vue fascinants. Tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Acropole et d’Athènes, ainsi que les spécialistes de l’archéologie classique, de l’histoire grecque et turque, et du patrimoine culturel en général, devraient prendre note de l’existence de ce magnum opus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J.Z. van Rookhuijzen, « Who Saved the Parthenon? A New History of the Acropolis Before, During and After the Greek Revolution »Kernos, 36 | 2023, 283-285.

Référence électronique

J.Z. van Rookhuijzen, « Who Saved the Parthenon? A New History of the Acropolis Before, During and After the Greek Revolution »Kernos [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/kernos/4811 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kernos.4811

Haut de page

Auteur

J.Z. van Rookhuijzen

Radboud Universiteit, Nijmegen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search