Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour quiconque s’intéresse à l’Italie en tant que laboratoire politique. Postuler un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu de réalisations et de réflexions politiques spécifiques qui ont pu avoir quelque importance au-delà des frontières de la péninsule. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan de la méthode, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts. Il ne s’agit donc pas seulement de faire dialoguer les auteurs mais de les inscrire dans l’histoire brûlante de leur cité et, tout à la fois, dans les traditions textuelles – juridique, littéraire, philosophique, etc. – qu’ils modifient ou enrichissent, de donner de la vie à leurs mots et de les replacer dans le champ des objectifs qu’ils servent et des enjeux qu’ils dévoilent.

Chaque numéro de Laboratoire italien comporte un dossier monographique, des articles de varia, des publications de textes et documents inédits et des lectures d’ouvrages récemment publiés.
Laboratoire italien est une revue publiée par ENS Éditions et qui bénéficie du soutien de l’UMR 5206 Triangle (ENS de Lyon / Université de Lyon) et du Dipartimento di scienze giuridiche de l’Université de Trente et de l'université Paris 8, Laboratoire d'études romanes, et de l'IUF.

La rubrique Lectures, qui contient les comptes rendus désormais publiés au fil de l'eau, figure dans l'onglet Compléments, à gauche de l'écran, sous la liste des numéros disponibles.

Dernier numéro en ligne
31 | 2023
Gênes 2001

Histoires, mémoires et futurs d’un événement politique
Genova 2001. Storie, memorie e futuri di un evento politico
Genoa 2001. Narratives, memories and perspectives of a political event
Sous la direction de Maxime Boidy, Marie Fabre et Alice Leroy

Le sommet du G8 qui s’est tenu à Gênes les 19, 20 et 21 juillet 2001 constitue l’un des faits politiques qui ont inauguré le XXIe siècle. La mobilisation globale dont la ville italienne fut le théâtre, six semaines avant les attentats du 11 septembre 2001 à New York, marque à la fois l’apogée et le début d’un déclin du mouvement altermondialiste apparu sur la scène internationale quelques années auparavant. Les manifestations organisées en marge de la réunion des chefs d’État ont fait l’objet d’une répression policière sans équivalent en Europe et dans le monde occidental depuis les années 1970. Elles ont été endeuillées par la mort de Carlo Giuliani, jeune manifestant abattu de deux balles de pistolet par un carabinier sous l’objectif des photographes. Moment fondateur ou tournant, ces journées de contestation constituent, pour toutes ces raisons, un repère mémoriel majeur : l’événement « Gênes 2001 ». À l’occasion de son vingtième anniversaire a été organisé à l’ENS de Lyon un colloque sur ce thème, à l’intersection des arts, des sciences sociales et de la science politique, dont un certain nombre de communications sont ici rassemblées parallèlement à des contributions inédites. Ce numéro invite en somme à relire « Gênes 2001 » dans la longue durée, à travers ses ramifications présentes et passées.

Actualités

Lectures

Laboratoire Triangle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search