Navigation – Plan du site

Accueil

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

 Appel du comité de rédaction de Laboratoire italien en lutte

Le comité de rédaction de la revue Laboratoire italien. Politique et société s’oppose aux « réformes » actuelles qui concourent à détruire l’ensemble du système de protection sociale et des services publics en France. Outre la « réforme » des retraites, il dénonce en particulier les logiques à l’oeuvre dans le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) tel qu’elles apparaissent dans les trois rapports préparatoires rendus publics en novembre dernier. Rappelons que le président du CNRS a revendiqué le caractère « darwinien et inégalitaire » de ce projet de loi. 

Le comité de rédaction juge également indignes les situations d’emplois précaires dans lesquelles se trouvent de nombreux collègues, en raison de la réduction drastique des emplois pérennes dans l’enseignement supérieur et la recherche, aussi bien s'agissant des fonctions d’enseignement et de recherche que des fonctions d’administration et d’accompagnement, notamment dans le domaine de l’édition et des revues scientifiques. Il s’élève contre les logiques managériales qui, au nom de l’évaluation des carrières, dénaturent la fonction des revues scientifiques – qui est de produire et diffuser une recherche de qualité fondée sur la coopération, l'échange et la mise en commun des résultats de la recherche.

Le comité de rédaction de la revue Laboratoire italien s’associe donc à la mobilisation des universités, laboratoires et revues en lutte contre la destruction du régime général des retraites et du service public de l’enseignement et de la recherche. Il invite ses lecteurs et ses auteurs à s’informer et à participer aux actions collectives initiées ou relayées sur les sites de SLU (http://www.sauvonsluniversite.com/)  ou de RogueESR (http://rogueesr.fr/).  Il appelle également à participer à la solidarité financière grâce aux caisses de grève, par exemple sur le site https://www.lepotsolidaire.fr/pot/solidarite-financiere.


Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour quiconque s’intéresse à l’Italie en tant que laboratoire politique. Postuler un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu de réalisations et de réflexions politiques spécifiques qui ont pu avoir quelque importance au-delà des frontières de la péninsule. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan de la méthode, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts. Il ne s’agit donc pas seulement de faire dialoguer les auteurs mais de les inscrire dans l’histoire brûlante de leur cité et, tout à la fois, dans les traditions textuelles – juridique, littéraire, philosophique, etc. – qu’ils modifient ou enrichissent, de donner de la vie à leurs mots et de les replacer dans le champ des objectifs qu’ils servent et des enjeux qu’ils dévoilent.
Chaque numéro de Laboratoire italien comporte un dossier monographique, des articles de varia, des publications de textes et documents inédits et des lectures d’ouvrages récemment publiés.
Laboratoire italien est une revue publiée par ENS Éditions et qui bénéficie du soutien de l’UMR 5206 Triangle (ENS de Lyon / Université de Lyon) et du Dipartimento di scienze giuridiche de l’Université de Trente et de l'université Paris 8, Laboratoire d'études romanes, et de l'IUF.

Nouvel emplacement de la rubrique « Lectures »

La rubrique Lectures, qui contient les comptes rendus désormais publiés au fil de l'eau, figure dans l'onglet Compléments, à gauche de l'écran, sous la liste des numéros disponibles.

 

Dernier numéro en ligne
24/2020
Écritures de la déportation

Scritture della deportazione
Deportation literature
Sous la direction de Enrico Mattioda

Au-delà du succès tardif de Primo Levi, le témoignage littéraire en Italie de l’expérience de la Shoah ou de la déportation a été apporté par un nombre significatif d’hommes et de femmes. Ces témoignages apparurent dès 1945 et, parmi ceux-ci, certains sont dus à des femmes étrangères qui choisirent la langue italienne pour narrer l’expérience des Lager et qui insistèrent sur les aspects de la déformation du corps, de la nourriture, du rapport à la mère et du refus de la maternité. Ne manquent pas non plus les récits d’enfants cachés afin d’échapper à la capture et à la mort ; ou des expériences uniques comme celle de Luce d’Eramo, qui voulut expérimenter volontairement la vie des Lager ou, comme Helga Schneider, qui découvrit être la fille d’une criminelle nazie. Mais outre les déportés juifs, les déportés politiques firent eux aussi entendre leurs voix, au moyen de différents genres littéraires, allant de l’autobiographie à la fiction ; les reportages sur le ghetto de Varsovie ou les romans sur la rafle du ghetto de Rome ont eux aussi contribué à insérer la Shoah dans la mémoire culturelle italienne. Il nous semble important de revenir sur ces thèmes aujourd’hui, au moment où la vérité historique est mise en doute par le racisme et par les artifices rhétoriques de la « post-vérité ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search