Navigation – Plan du site

Accueil

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

 Appel du comité de rédaction de Laboratoire italien en lutte

Le comité de rédaction de la revue Laboratoire italien. Politique et société s’oppose aux « réformes » actuelles qui concourent à détruire l’ensemble du système de protection sociale et des services publics en France. Outre la « réforme » des retraites, il dénonce en particulier les logiques à l’oeuvre dans le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) telles qu’elles apparaissent dans les trois rapports préparatoires rendus publics en novembre dernier. Rappelons que le président du CNRS a revendiqué le caractère « darwinien et inégalitaire » de ce projet de loi. 

Le comité de rédaction juge également indignes les situations d’emplois précaires dans lesquelles se trouvent de nombreux collègues, en raison de la réduction drastique des emplois pérennes dans l’enseignement supérieur et la recherche, aussi bien s'agissant des fonctions d’enseignement et de recherche que des fonctions d’administration et d’accompagnement, notamment dans le domaine de l’édition et des revues scientifiques. Il s’élève contre les logiques managériales qui, au nom de l’évaluation des carrières, dénaturent la fonction des revues scientifiques – qui est de produire et diffuser une recherche de qualité fondée sur la coopération, l'échange et la mise en commun des résultats de la recherche.

Le comité de rédaction de la revue Laboratoire italien s’associe donc à la mobilisation des universités, laboratoires et revues en lutte contre la destruction du régime général des retraites et du service public de l’enseignement et de la recherche. Il invite ses lecteurs et ses auteurs à s’informer et à participer aux actions collectives initiées ou relayées sur les sites de SLU (http://www.sauvonsluniversite.com/)  ou de RogueESR (http://rogueesr.fr/).  Il appelle également à participer à la solidarité financière grâce aux caisses de grève, par exemple sur le site https://www.lepotsolidaire.fr/pot/solidarite-financiere.


Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour quiconque s’intéresse à l’Italie en tant que laboratoire politique. Postuler un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu de réalisations et de réflexions politiques spécifiques qui ont pu avoir quelque importance au-delà des frontières de la péninsule. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan de la méthode, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts. Il ne s’agit donc pas seulement de faire dialoguer les auteurs mais de les inscrire dans l’histoire brûlante de leur cité et, tout à la fois, dans les traditions textuelles – juridique, littéraire, philosophique, etc. – qu’ils modifient ou enrichissent, de donner de la vie à leurs mots et de les replacer dans le champ des objectifs qu’ils servent et des enjeux qu’ils dévoilent.
Chaque numéro de Laboratoire italien comporte un dossier monographique, des articles de varia, des publications de textes et documents inédits et des lectures d’ouvrages récemment publiés.
Laboratoire italien est une revue publiée par ENS Éditions et qui bénéficie du soutien de l’UMR 5206 Triangle (ENS de Lyon / Université de Lyon) et du Dipartimento di scienze giuridiche de l’Université de Trente et de l'université Paris 8, Laboratoire d'études romanes, et de l'IUF.

Nouvel emplacement de la rubrique « Lectures »

La rubrique Lectures, qui contient les comptes rendus désormais publiés au fil de l'eau, figure dans l'onglet Compléments, à gauche de l'écran, sous la liste des numéros disponibles.

 

Dernier numéro en ligne
25/2020
Mots et gestes dans l’Italie de la Renaissance

Parole e gesti nell’Italia del Rinascimento
Words and Gestures in Early Modern Italy
Sous la direction de Jean-Louis Fournel et Corinne Lucas Fiorato

La première modernité pose de multiples manières la question de la diversité du langage non verbal : naturel, non contrôlé, ou construit et codifié. Selon quels paramètres, avec quels objectifs s’interroge-t-on sur ce mode de déchiffrement du monde qui, à travers des signes non verbaux directs, ou indirects, est perçu comme un moyen de communication universel, ou est patiemment appris dans la perspective d’une maîtrise technique (du dessinateur au chirurgien, du courtisan au comédien, du prédicateur au juriste ou diplomate) ? Dans le vaste remaniement des codes, suscité par des savoirs naissants (archéologie, philologie) et par les bouleversements politico-religieux, les interactions entre le mot et l’image introduisent des formes inédites de perception de ce qui est vu et de ce qui est dit ou écrit, selon des articulations nouvelles. La fixité de l’écrit et du dessin, plus affirmée et étendue à un plus vaste public (grâce à l’imprimerie et à la gravure), et la labilité inhérente à la gestualité, parfois fugitive, souvent temporaire, donnent le jour à des frottements des paroles contre les gestes, à un jeu des apparences et des signes, de la surface et de la profondeur, avec de nouveaux statuts de l’image (la dévotion se conjuguant avec l’illustration) et des agencements multiples de mots, de gestes et de voix dans l’inventivité du théâtre profane, ou dans les pratiques diplomatiques et juridiques, nourris par la diversité foisonnante et tâtonnante des mots pour dire les nuances de la gestualité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search