Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2024Laurie Nussdorfer, City of Men. S...

2024

Laurie Nussdorfer, City of Men. Service and Servants in Baroque Rome

Rome, Viella, 2023, 219 p., 35 €
Pierre Nevejans

Texte intégral

1Laurie Nussdorfer, professeure émérite à l’université de Wesleyan, offre avec City of Men une étude pensée avec finesse et érudition, englobant le problème de la domesticité de cour dans son ensemble, loin de l’idée que celle-ci s’arrêterait à la domesticité d’élite. Il s’agit d’un portrait complet de ce qu’est une maison aristocratique à Rome au XVIIe siècle.

2City of Men tisse une histoire des domesticités nobiliaires romaines de l’époque moderne, écrite à l’aune d’une analyse des rapports sociaux et de genre entre les domestiques des grandes maisons. La maison est ainsi analysée dans toute sa diversité sociale, au-delà d’un point commun entre tous ses habitants : ils sont serviteurs. Ils et non elles, dans la mesure où l’autrice étudie ces domesticités dans un contexte particulier, celui de Rome au xviie siècle : une ville dont les deux tiers des habitants sont des hommes ; des maisons dont les patrons sont des ecclésiastiques et où la présence des femmes est rare, si ce n’est prohibée. Les grandes maisons – c’est-à-dire celles dont le personnel compte au moins une dizaine de membres – sont propices à cette étude, parce que les tâches y sont davantage divisées entre les domestiques ; parce que les enjeux de représentation y sont, a fortiori dans une ville de cour comme l’est Rome, bien plus forts.

3Au xviie siècle, Rome connait une situation économique favorable, accélérée par les effets de la réforme tridentine : on y construit beaucoup ; la présence de la cour pontificale – à laquelle s’ajoute une multitude de cours tenues par les cardinaux, les évêques et les nobles – nourrit le marché de la consommation de biens artisanaux. Enfin, le nombre de cardinaux a été multiplié par deux, ce qui ouvre l’embauche de domestiques dans les maisons. Par ailleurs, le xviie siècle est une période de récession économique, de guerres et d’épidémies (dont la peste de 1630, qui ne touche cependant pas Rome). Ainsi, Rome attire des individus de toute l’Italie, et au-delà, parce que le marché de l’emploi y est plus florissant qu’ailleurs. Par conséquent, la croissance démographique romaine est liée à un solde migratoire positif, résultant des arrivées d’hommes jeunes, entre 20 et 30 ans. Les femmes arrivantes sont plus rares et plus âgées : entre 35 et 45 ans, lorsqu’elles rejoignent un mari déjà sur place avec leurs enfants. Les recensements de population permettent de détailler ces éléments à l’échelle des maisons : seulement 40 % des foyers romains sont des familles nucléaires ; le reste est constitué de célibataires ou d’ensembles composites, c’est-à-dire de maisons où vivent plusieurs domestiques. Dans les maisons nobles, où les uns et les autres peuvent faire embaucher leur conjoint, on trouve 167 hommes pour 100 femmes ; dans les maisons cardinalices, on ne trouve parfois aucune femme, ou alors parce que la maison est divisée entre celle du cardinal ou de l’évêque (entièrement masculine) et celle de l’un de ses proches laïcs (mixte). L. Nussdorfer ajoute à ces chiffres une considération majeure pour l’étude du travail domestique : alors que 22 termes différents désignent les postes détenus par des hommes dans les maisons, seulement 4 termes (serva, balia, cameriera et damiscella) s’y trouvent pour les femmes (p. 65). Le travail féminin est plus rare ; il est également plus polyvalent.

  • 1 Travaux dont le bilan a récemment été produit en français par la sociologue Alizée Delpierre, Domes (...)

4Ce contexte démographique et social pousse l’autrice à donner à son livre une tonalité d’histoire du genre. Si elle s’ancre en cela dans la continuité des travaux les plus récents sur les domesticités1, elle analyse aussi un cas qui la place à contre-courant : si ailleurs les domestiques sont majoritairement des femmes, L. Nussdorfer s’interroge sur l’impact de cette société masculine sur le comportement et la position de ces hommes : qu’est-ce qu’être un homme dans ces espaces où la masculinité ne peut pas se construire en opposition avec la féminité ? Se fondant sur des travaux désormais classiques en histoire du genre (notamment Judith Butler), l’autrice explique que la catégorie « homme » n’est pas tant déterminée par le sexe à l’époque moderne que par la position sociale : seraient « hommes » celles et ceux qui ne seraient pas dans une position de sujétion (p. 18). La chose explique que le genre ne soit pas tant déterminé par le sexe au sein des maisons (tous sont des hommes) que la position sociale, elle-même influencée par l’âge, la situation économique, l’origine sociale et géographique ou encore le curriculum. Ainsi, les domestiques les plus aisés sont souvent plus âgés que les travailleurs de basse condition ; ils sont issus de la société nobiliaire, ont été recommandés par un proche. À l’opposé, les travailleurs de basse condition sont jeunes et misérables. Dans les maisons ecclésiastiques, l’autrice note, outre l’absence de femmes, le refus d’embaucher de jeunes garçons, qui pourraient faire office de femmes dans un monde d’hommes où la sexualité est en partie prohibée (p. 92). C’est sur la base de ces différences que se jouent les rapports de « genre » dans ces grandes maisons romaines du xviie siècle. En revanche, des rapports de genre plus attendus se montrent dès que les domestiques sont en dehors des murs de la maison, à la ville, là où les femmes sont présentes. À la taverne, les domestiques jouent la compétition en entonnant des chansons de leur pays d’origine ou en s’adonnant à des jeux d’argent (p. 129) ; les bagarres sont fréquentes, et, lorsque la justice cherche un témoin pour se renseigner sur la réputation de deux servants, c’est vers deux prostituées qu’elle se tourne (1638, p. 141). En somme, les rapports avec l’autre sexe ne se voient pas tant dans la maison qu’à l’extérieur (p. 191).

5Avant d’être un livre d’histoire du genre toutefois, City of Men est d’abord l’aboutissement d’une série d’études récentes – dont les travaux d’Elena Canepari – sur la société aristocratique romaine et les domesticités qui s’y croisent. Le corpus établi lui permet de voir ces domesticités sous tous les angles : à la trattistica prescriptive, écrite par les maîtres d’hôtel, s’ajoutent les comptes et les états de maisons ou encore des sources judiciaires. Ces différents points de vue expliquent la structure du livre en six chapitres thématiques : sur la gestion de la domesticité d’après les manuels des maîtres de maison (1) ; le marché de l’emploi dans lequel s’insèrent ces hommes, les différences d’âge, d’origines sociales et géographiques entre eux (2) ; la composition de la maison au fil d’une typologie multiscalaire (3) ; les formes de rémunération (4) ; les groupes spécifiques des hommes de pied (staffieri) (5) et des gentilshommes-courtisans (6).

6Les traités sur la gestion des domestiques au sein d’une maison cardinalice montrent que la cohabitation n’y est pas évidente. Ces livres ont un certain succès : ils sont plusieurs fois réédités au xviie siècle, à l’instar du dialogue de Cesare Evitascandalo. Ils insistent sur les hiérarchies au sein de la maison et la centralité des courtisans. Ils posent d’abord une distinction entre deux parties de la maison, l’une noble et civilisée, l’autre « sauvage et délinquante » (p. 30). L’autrice les sépare non pas sur la base des tâches effectuées, mais sur l’appartenance à la classe des gentilshommes. La division des tâches importe aussi, mais c’est surtout celle des espaces et conditions de vie qui est marquante : ceux-là ne mangent pas forcément au palais, partagent la couche et dorment dans les écuries ou sur leur lieu de travail.

7Ces traités complexifient ensuite les différentes catégories de serviteurs. Ainsi, une maison se décompose en trois catégories : les gentilshommes ; les « non-elite officials » (des subalternes administrateurs) ; les serviteurs de basse condition. Cette typologie, construite à partir des manuels des maîtres d’hôtel et de témoignages glanés dans les archives judiciaires, correspond aux réalités vécues et affirmées par les domestiques eux-mêmes. L’autrice s’essaie à un classement des métiers croisés dans les états de maisons qui permettra aux spécialistes du champ de mieux saisir les places de chacun. Si on s’étonne de prime abord que deux versions de ce classement soient présentes dans le livre (p. 79 et p. 193), c’est parce qu’il existe des porosités entre les groupes et les hiérarchies : les cas de transfuges de classe sont rares mais existent.

8La typologie ne s’arrête pas à ces grandes catégories : si les domestiques s’y reconnaissent, il existe aussi de fortes disparités au sein de chaque groupe, a fortiori pour les travailleurs de basse condition (cochers, garçons d’étable, aides de cuisine, muletiers, porteurs et portiers), qui composent les deux tiers des maisons. Ainsi, les staffieri – c’est-à-dire les gardes du corps qui accompagnent le maître dans ses déplacements – y tiennent la place la plus visible. Ils disposent d’une livrée, ce qui permet de les reconnaître dans les rues. Ils sont armés et recrutés pour être à même de se battre. Ils sont ainsi des hommes robustes, parfois anciens soldats, sélectionnés pour faire peur (p. 130-131). Ils ont une capacité de nuisance reconnue de leurs interlocuteurs, qui savent l’importance de leur donner des pourboires et de ne pas les froisser. Les staffieri sont aussi organisés collectivement, organisation permise par les nombreux temps d’attente qu’impliquent leurs fonctions. L’attente n’est ainsi pas que la cause de rixes entre eux, comme lorsque deux gardes se battent, épée dégainée, dans l’escalier qui mène à la chapelle du pape (p. 139). À partir de la fin du Moyen Âge, les staffieri de Rome sont regroupés en une confrérie pieuse à Sant’Anna dei Palafrenieri, où ne peuvent entrer que ceux parrainés par l’un de leurs collègues déjà membre. L. Nussdorfer estime qu’environ 400 hommes pouvaient prétendre à y entrer dans les années 1630-1640, soit un staffiere sur six. Ceux qui auraient exercé auparavant des fonctions « viles » (jusqu’aux cochers, qui sont pourtant les mieux lotis sur le plan financier) sont exclus. Il s’agit pour eux de défendre leurs intérêts collectifs et de s’assurer de retrouver une place ailleurs en cas de licenciement plutôt que de faire « réseau », comme le font les gentilshommes avec leur propre congrégation (la Congregazione urbana), fondée en 1624 (chap. 6).

  • 2 Nicolas Schapira, Maîtres et secrétaires (xvie-xviiie siècles). L’exercice du pouvoir dans la Franc (...)

9S’assurer contre les aléas du marché de l’emploi domestique est d’autant plus nécessaire à Rome que les cardinaux sont souvent âgés : la place est bonne mais n’est pas durable. De plus, puisque cardinaux et ecclésiastiques n’ont pas d’enfants, il est souvent difficile pour les gens de basse condition de trouver une place dans la même famille : leur turn-over est bien plus important que celui des gentilshommes et des subalternes encadrants (chap. 3), aussi parce que la forte inertie socio-professionnelle dans les maisons les pousse à chercher une meilleure place ailleurs plutôt qu’à espérer une promotion. Ce que peut être une « meilleure place » témoigne d’ailleurs des conditions de vie inégales et relativement difficiles de ces domestiques. La rémunération est hybride, dont les gages ne sont que la partie visible sur les états de maison : un domestique est logé et nourri pour partie, au moins sous la forme de distributions de pain et de vin : à eux d’acheter quoi ajouter à cette base alimentaire. Dans certaines maisons, il est admis de manger dans les cuisines, ce qui doit constituer un privilège important. La plupart du temps, domestique n’est pas une bonne situation : les gentilshommes vivent à perte pour entretenir les apparences ; les gens de basse condition ont parfois à peine de quoi se nourrir, ce qui explique les cas de vol. Seuls les subalternes, la middle class des maisons, semble ainsi faire carrière dans la domesticité, ce que confirment des travaux récents sur les secrétaires2.

10Dans l’ensemble, City of Men apporte un éclairage neuf, appuyé sur une documentation primaire et secondaire abondante, qui permet à l’autrice de décrire ces maisons domestiques dans toute leur complexité. Ne s’arrêtant pas à l’une ou l’autre des catégories sociales qui les composent, L. Nussdorfer permet d’établir un nouveau pont, particulièrement solide, entre l’histoire des domesticités et l’histoire des cours italiennes. Un classique en devenir ?

Haut de page

Notes

1 Travaux dont le bilan a récemment été produit en français par la sociologue Alizée Delpierre, Domesticités, Paris, La Découverte, 2023.

2 Nicolas Schapira, Maîtres et secrétaires (xvie-xviiie siècles). L’exercice du pouvoir dans la France d’Ancien Régime, Paris, Albin Michel, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Nevejans, « Laurie Nussdorfer, City of Men. Service and Servants in Baroque Rome »Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 15 mai 2024, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/11472 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p8i

Haut de page

Auteur

Pierre Nevejans

Université de Lyon, LARHRA (UMR 5190)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search