Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2018

Sabrina Minuzzi, L’invenzione dell’autore. Privilegi di stampa nella Venezia del Rinascimento

Venise, Marsilio, 2016, 112 p., 12 €
Fiona Lejosne
Référence(s) :

Sabrina Minuzzi, L’invenzione dell’autore. Privilegi di stampa nella Venezia del Rinascimento, Venise, Marsilio, 2016, 112 p., 12 €

Texte intégral

1La contribution de Sabrina Minuzzi, avec le volume L’invenzione dell’autore paru dans la collection de l’éditeur Marsilio « Documenti per la storia dell’editoria a Venezia », est double : non seulement elle permet d’exhumer l’une des premières étapes de la fabrication d’un imprimé – la demande de privilège –, mais elle apporte aussi les preuves irréfutables de l’interaction fondamentale entre savoir-faire professionnels et production éditoriale dans l’Italie de la première modernité. Le volume de S. Minuzzi regroupe la retranscription de vingt-quatre demandes de privilèges qui furent adressées aux institutions de la Sérénissime entre 1529 et 1609. L’introduction générale (p. 9-22), complétée par une brève introduction bio-bibliographique pour chaque demande de privilège retranscrite, souligne le caractère pionnier des institutions et du monde éditorial de Venise en matière de reconnaissance des droits d’auteur. À la différence du copyright anglais du XVIIIe siècle, érigé par l’historiographie comme modèle de la reconnaissance de la propriété intellectuelle, les suppliques rassemblées ici montrent que l’attribution de ces droits à Venise se faisait au cas par cas, et non sur la base d’un principe général et systématique. L’organisation de cet ouvrage en dix sections, fondée sur la distinction entre les différentes professions concernées, offre un panorama varié – bien qu’incomplet – des domaines concernés par la publication de livres à Venise au cours du XVIe siècle.

2La supplique pour obtenir un privilège d’impression, dont les premiers exemples vénitiens sont d’ailleurs antérieurs de plusieurs décennies à ceux rassemblés ici par S. Minuzzi, connaît au cours du XVIe siècle une formalisation croissante. Ainsi, on remarque que, de supplique en supplique, les mêmes expressions reviennent. Pour autant, le genre n’est pas totalement figé dans un formulaire dépourvu de sens et cet ouvrage démontre qu’il est pertinent d’étudier le contenu de ces textes que l’on adressait le plus souvent au Sénat. En effet, cette étape trop souvent méconnue d’un projet éditorial nous informe sur les motifs pour lesquels un livre était destiné à l’impression, sur les acteurs qui prenaient part à sa publication et sur le lectorat auquel il était promis. Dans ces requêtes, les considérations intellectuelles sont systématiquement mêlées à des enjeux économiques. Il s’agit d’ailleurs là d’un aspect partiellement négligé par S. Minuzzi dans ses introductions. La motivation financière est pourtant omniprésente et elle entre tout à fait dans la lecture proposée, qui est celle de l’émergence d’une conscience de soi de l’auteur. Comme le démontrent toutes les suppliques recueillies, l’auteur – à travers la revendication de ses droits à une exclusivité sur la publication de son ouvrage – insère son activité dans un cadre qui revêt toutes les caractéristiques d’une profession. Il indique généralement que son ouvrage est le résultat d’une formation intellectuelle ou pratique (les « studii ») souvent longue et qui a nécessité de sa part des investissements, voire des sacrifices. L’insistance sur les efforts fournis est presque systématique et l’auteur souligne les « fatiche » ou « vigilie » qu’il a endurées pour produire l’ouvrage soumis à la demande de privilège. À cette rhétorique sacrificielle, qui est d’ailleurs transposée à l’identique dans les paratextes des imprimés, s’ajoute la revendication d’une rétribution méritée. Le privilège constitue en effet la garantie d’un revenu qui apporte la juste récompense du labeur fourni (Leonardo Fioravanti, « ogni fatica dessidera il suo honesto premio », p. 36), afin que le fruit de son travail ne soit pas dérobé à l’auteur. La menace des copies pirates (« usurpate ») plane toujours et est très fréquemment explicitée dans les privilèges.

3Certes, rares sont les auteurs qui semblent vivre principalement ou exclusivement des gains tirés de leurs publications, car leur métier ne consiste généralement pas à faire des livres. On peut toutefois penser aux exceptions que constituent les figures de polygraphes qui émergent à cette époque et dont l’un des principaux représentants vénitiens, Francesco Sansovino, apparaît dans la neuvième section de cet ouvrage (p. 97-106). Néanmoins, plusieurs suppliques citent, parmi les arguments évoqués pour justifier la demande de privilège, la nécessité économique de l’auteur et de sa famille. Francesco Franco, après avoir décrit sa situation familiale difficile (il dit être « carico di numerosa fameglia con moglie e quattro figliuole femine alle spalle », p. 41), évoque le « sostentamento di queste povere figliuole » (loc. cit.) comme principal motif de sa requête. La double signification de l’« utile », à la fois bénéfice que l’auteur pourra tirer de la protection de son ouvrage et intérêt pour les institutions vénitiennes à le protéger, met le doigt sur cette convergence entre le profit et l’honneur dans le cas des publications de la première modernité. Le système d’attribution des privilèges fonctionne à double sens puisque la garantie des gains que l’auteur pourra tirer d’une publication permet aussi à l’institution accordant le privilège de s’assurer de la qualité de cette publication, sur laquelle son nom apparaît comme figure tutélaire.

4La démonstration, parfaitement conduite par la sélection que nous propose ce volume, est celle d’une continuité totale entre la formation technique et la mise par écrit de ce savoir-faire. Le choix de S. Minuzzi consiste à mettre en avant les demandes de privilèges portant sur des ouvrages issus des arti meccaniche ou sur des publications à vocation pratique. Même si une sélection incluant des demandes de privilège pour des œuvres littéraires aurait certainement permis une comparaison fructueuse entre ces différents types de publications, la préférence affirmée pour les privilèges relatifs à des ouvrages souvent considérés comme moins nobles – et généralement moins présents dans l’historiographie – permet de comprendre les raisons qui conduisaient leurs auteurs à vouloir les publier sous la protection des institutions. Chez Leonardo Fioravanti, c’est la volonté de partager avec le plus grand nombre le fruit d’un long travail et d’une longue expérience qui est évoquée pour expliquer la genèse de son œuvre : « Havendo io Leonardo Fioravanati fisico et cirugico, sempre durato grandissima fatica, sì nel studio, come anco nella pratica delle mie profesioni per giovare al mondo, et massime a questa felicissima Republica, che Iddio la conservi per sempre, ho al presente scritti dui libri » (p. 36).

5En ce sens, cet ouvrage révèle les opportunités offertes par le développement de l’imprimerie et, comme S. Minuzzi en fait l’hypothèse, les privilèges illustrent ce qui constitue peut-être l’une des véritables évolutions liées à l’émergence de cette nouvelle technologie : « l’accesso al privilegio trasformò molti individui che esercitavano un mestiere in autori capaci di tesaurizzare nei testi l’esperienza accumulata in anni di lavoro » (p. 79).

6Le cas des inventions (au sens moderne de nouveauté technologique ou scientifique) est plus ambigu. Le fait d’obtenir un privilège apparaissait soit comme la seule opportunité de faire reconnaître l’exclusivité des droits de l’inventeur sur son invention, soit comme la garantie que la méthode ou la recette créée ne serait pas corrompue par son utilisation non contrôlée. Dans les deux premières sections de L’invenzione dell’autore (p. 27-48), les exemples des astrologues et des apothicaires mettent en évidence le fait que le résultat de l’invention (qu’il s’agisse d’une méthode, d’une recette, d’un objet, d’un outil, etc.) n’était pas dissocié de sa description textuelle : les suppliques sollicitent en même temps et par la même rhétorique la protection de ces deux éléments, démontrant ainsi qu’histoire intellectuelle et histoire matérielle doivent fonctionner de concert.

7En ce sens, le titre de l’ouvrage est bien choisi : au début de l’âge moderne, l’auteur se pense comme un inventeur et réciproquement. D’ailleurs, dans cette acception, l’« autore » n’est pas toujours auteur du livre au sens où il en aurait rédigé le contenu. Les demandes de privilèges recueillies par S. Minuzzi sont signées par des personnes aux statuts différents : éditeurs, traducteurs, écrivains ou encore typographes. Pour autant, ils ont tous en commun d’avoir à cœur que leur soit reconnue la paternité de l’ouvrage imprimé (qu’ils en aient eux-mêmes rédigé le contenu ou non) et qu’ils obtiennent une juste rémunération au vu de leur investissement initial, fût-il intellectuel ou matériel.

8À plusieurs reprises, les demandes de privilèges retranscrites permettent également de garder la trace d’ouvrages perdus. Puisque les livres dont il est question ici étaient généralement destinés à une fonction pratique, leur usage répété sur le terrain a souvent nui à leur conservation. Dans certains cas, le livre ne subsiste que virtuellement, dans les catalogues d’imprimeurs et dans la description que leur demande de privilège nous en fournit, à l’instar de la Tariffa del valore della terra de Rizzo Gentilino. À l’inverse, les suppliques donnent aussi à voir des projets éditoriaux qui n’aboutirent jamais. Ainsi, les huit livres de musique de Lorenzo Alessandri annoncés par une demande de 1609 ne virent pas le jour.

9Par la mise en commun de sources d’archives (les demandes de privilèges ainsi que, dans quelques cas, la réponse apportée par les institutions vénitiennes) et de sources imprimées (notamment la reproduction des frontispices ou des privilèges transcrits sur les livres imprimés), L’invenzione dell’autore documente les enjeux intellectuels et économiques qui se jouent dans les projets éditoriaux vénitiens au début de l’âge moderne. S. Minuzzi nous rappelle ainsi que l’objet-livre naît toujours d’un projet et que son auteur (quel que soit son degré d’auctorialité) trouve un intérêt, dès les débuts de l’imprimé, à en revendiquer la paternité. La matérialité du livre est illustrée par certaines des suppliques retranscrites : ainsi, celles de Girolamo Dalla Casa, qui déposa successivement trois requêtes auprès du Sénat en 1584, évoquent les enjeux liés à l’impression de partitions de musique. Le processus typographique y est très précisément décrit puisque c’est sa complexité même qui justifie la demande de reconduction du privilège vénitien, Dalla Casa expliquant que les délais rencontrés s’expliquent par les difficultés « per formar le stampe » (p. 52).

10Le recueil de ces vingt-quatre suppliques ouvre ainsi la voie à une série de considérations et d’analyses possibles dans le domaine de l’histoire du livre, de l’histoire intellectuelle et de l’histoire de Venise, sans nul doute en cohérence avec l’optique de cette collection qui se donne pour objectif de « documenter » l’histoire éditoriale vénitienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiona Lejosne, « Sabrina Minuzzi, L’invenzione dell’autore. Privilegi di stampa nella Venezia del Rinascimento », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1693

Haut de page

Auteur

Fiona Lejosne

Laboratoire Triangle (UMR 5206)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page