Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

« Ego non sum propheta » : figures et discours de la prophétie politique

«Ego non sum propheta»: figure e discorsi della profezia politica
“Ego non sum propheta”: figures and discourses of political prophecy
Laurent Baggioni, Manuela Bragagnolo et Stéphanie Lanfranchi

Texte intégral

  • 1 Nous pensons aux recherches de plusieurs membres du comité éditorial de la revue : les travaux de (...)

1Ce numéro de Laboratoire italien surprendra sans doute le lecteur, tant par l’ampleur de son sujet, et plus encore de sa délimitation chronologique, que par les absences qui, de ce fait, le caractérisent inévitablement. Aussi sera-t-il étonné de ne pas y trouver, par exemple, une contribution sur Savonarole, sur Campanella, ou sur la notion de « prophète désarmé », qu’il aurait pu attendre non seulement en raison de leur importance capitale dans l’histoire italienne des formes et des usages politiques de la prophétie, mais aussi parce qu’il existe déjà, sur ces auteurs et sur ces thèmes, une tradition solide de pensée et d’analyse au sein même de la revue Laboratoire italien1. Il nous faut avant tout assumer cet effet de surprise, mais surtout l’impossible exhaustivité d’un dossier thématique, dont l’objectif est justement de proposer une réflexion diachronique sur les prophéties politiques en Italie, et de le faire à partir d’une indétermination de la définition du prophète.

  • 2 Il s’agit de la réponse du prophète Amos au prêtre Amazias (Amos, VII, 14).
  • 3 La phrase est commentée par Savonarole dans les Prediche sopra Amos e Zaccaria, P. Ghiglieri éd., (...)
  • 4 Voir G. Garfagnini, « Savonarola e la profezia: tra mito e storia », Studi Medievali, IIIe série, (...)

2Les discours prophétiques qu’analysent les douze contributions de ce numéro sont délivrés par des hommes et des femmes qui ne se disent pas prophètes, mais qui néanmoins se pensent et s’imposent comme tels, dans un but éminemment politique, auprès de ceux qui les écoutent ou les lisent. Cette dénégation constante ou cette mise à distance du statut prophétique, résumée par la phrase biblique « Ego non sum propheta »2, appartient de plein droit à la prophétie et à son histoire et révèle, selon nous, son indétermination structurelle3. Au-delà de la transmission d’un motif, c’est la condition prophétique qu’elle révèle, sa « précarité »4, qui nous intéresse : parole en décalage avec les temps de la vie collective, elle vise à déplacer le regard et orienter l’action. De l’indétermination initiale de ce « Ego non sum propheta » découle la perspective adoptée dans ce numéro, où la prophétie n’est pas tant envisagée dans sa dimension religieuse comme révélation proclamée d’une parole divine, que dans son usage politique comme interprétation, dans la mesure même où elle propose une lecture singulière d’un contexte historique déterminé.

  • 5 A. Vauchez éd., L’attente des temps nouveaux : eschatologie, millénarismes et visions du futur, du (...)

3Notre démarche s’inscrit en cela dans une veine historiographique déjà bien établie. Les études sur les mouvements apocalyptiques et prophétiques inauguraient le nouveau millénaire avec un colloque organisé à Oslo et intitulé L’attente des temps nouveaux : eschatologie, millénarismes et visions du futur, du Moyen Âge au XXe siècle. André Vauchez y réaffirmait avec force, devant un public de chercheurs d’horizons disciplinaires et nationaux variés, l’exigence de considérer avant tout le contexte historique et social dans lequel apparaissent les prophéties et « la nécessité d’étudier chaque mouvement du courant de pensée eschatologique dans son contexte spécifique, en évitant de postuler des continuités a priori entre les époques anciennes et les phénomènes contemporains »5. Plus de quinze ans après sa formulation, cette mise en garde méthodologique a conservé pour nous toute sa prégnance. En effet, l’intérêt d’une perspective diachronique, et donc d’un dossier unique sur la prophétie politique en Italie du Moyen Âge au XXIe siècle, n’apparaît légitime que si chacune des contributions qui le composent est construite sur un travail précis de contextualisation des conditions dans lesquelles la prophétie est énoncée et reçue. Si le résultat final fait émerger plusieurs axes de réflexion commune sur ce que la prophétie veut dire et produit en politique – et sur ce qu’elle a signifié et signifie parfois encore pour un véritable « laboratoire italien » de la prophétie –, nous n’avons pas cherché à poser préalablement des définitions, ni même des éléments de continuité. Nous avons laissé ces derniers se dégager progressivement, au fil des pages de ce dossier, à travers l’analyse singulière des temps, des espaces et des discours de la prophétie politique en Italie.

  • 6 S. Piron, « La parole prophétique », dans N. Bériou, J.-P. Boudet et I. Rosier-Catach éd., Le pouv (...)
  • 7 Ibid., p. 255.

4Seule une reconstruction du contexte rend intelligibles les individualités prophétiques italiennes et permet d’en retracer l’histoire, mais elle doit être accompagnée – c’est notre parti pris méthodologique – d’une étude approfondie de la langue et de ses instruments propres. Aussi avons-nous demandé aux contributeurs de mettre à profit leurs compétences linguistiques et littéraires pour proposer non seulement une contextualisation historique, mais aussi une interprétation du discours, dans laquelle l’analyse de la forme entend rendre compte de la valeur heuristique de la parole prophétique. « La parole prophétique », c’est précisément le titre que Sylvain Piron a récemment donné à un texte dans lequel il examine la spécificité de la prophétie médiévale comme « modalité d’énonciation efficace » propre à son temps, mais qu’il n’hésite pas à comparer ensuite aux théories économiques contemporaines, dans leur « même capacité de résistance à l’échec »6. Sans proposer ce genre de comparaison à l’intérieur de chaque contribution, la perspective diachronique de notre numéro permet néanmoins d’interroger plus généralement l’évolution et la définition de la prophétie dans ses modalités de discours, d’interroger son potentiel rhétorique, persuasif, voire performatif. Plus précisément, la lecture de ce numéro donne à voir le discours prophétique comme un objet linguistique et historique, reposant sur un équilibre qui change au gré des siècles et des hommes dans son rapport particulier à la vérité, à la croyance et au savoir, et qui interroge du même coup son statut dans l’action politique. L’efficacité ou la faiblesse de la prophétie se mesure à l’aune de sa capacité à engendrer chez ceux qui l’écoutent des passions – telles que la crainte et l’espoir –, une attente nouvelle, construite sur une tension temporelle très vive entre les images du passé, du présent et du futur, et enfin une action : « Qu’elle soit de l’ordre de l’espoir ou de la crainte, cette attente, c’est-à-dire la tension créée entre une situation présente et un état futur attendu, est susceptible de provoquer une modification, parfois radicale, des comportements »7.

  • 8 « Sentinelle de l’imminence » est le titre donné par P. Ricœur au chapitre consacré au prophète Ez (...)

5Étudier la portée politique de la prophétie dans l’histoire et le laboratoire italiens, c’est donc comprendre, pour reprendre la célèbre définition de Ricœur8, comment le prophète ou celui qui prend en charge le discours prophétique a su se faire interprète et historien du temps présent et de l’imminence – davantage que devin du temps futur. C’est également comprendre comment il a su s’approprier les ressources propres au langage prophétique pour définir une conjoncture et inciter ses contemporains à l’action. Si cette définition ne saurait s’appliquer à tous les temps et à tous les lieux, elle procède néanmoins du cadre politique de notre enquête et émerge ainsi dans des contextes pourtant très éloignés, d’un bout à l’autre de notre numéro, autant dans le portrait qu’André Vauchez dresse d’une Catherine de Sienne « littéralement obsédée par l’urgence » que dans la lecture que Carla Benedetti propose, à travers le parallèle avec Pasolini et la nouvelle de Günther Anders, d’un Noé actuel, cherchant la stratégie rhétorique opportune pour que les hommes non seulement écoutent, non seulement croient à l’imminence de sa prophétie, mais se déterminent à agir enfin et tout de suite. C’est dans la perspective apocalyptique d’un état d’urgence que se dessine, après 1945, la nouvelle fonction sociale et politique du poète-prophète, qui exploite les ressorts de la littérature, de l’art et de la fiction pour faire réagir et agir (comme le décrivent Marie Fabre et Amélie Aubert-Noël à partir de corpus pourtant très différents). En somme, l’état d’urgence apparaît comme une matrice récurrente du discours prophétique et de son emploi politique à travers les siècles et jusqu’à nos jours.

6Un autre élément remarquable qui se dégage à la lecture des contributions est la tension entre la dimension individuelle de la parole du prophète et l’entité collective de la figure prophétique reconnue comme telle. Parce qu’ils se construisent sur des modèles antérieurs communs qu’ils imitent ou dont ils se distinguent, les discours prophétiques portent en creux une caractérisation de celui qui les prononce au présent, et l’inscrivent de ce fait dans une tradition. Comprendre comment le prophète envisage, du point de vue politique, la prophétie des autres est un moment essentiel de cette réflexion, tant dans les pages de Laurent Baggioni sur Palmieri que dans l’article de Laura Fournier et Jean-Yves Frétigné sur Giuseppe Mazzini, ou encore dans la critique des faux prophètes que Stéphanie Lanfranchi et Élise Varcin ont mise en évidence tout au long de l’œuvre de Mussolini. Tous ces propos procèdent d’une mise en scène de la puissance du prophète ou de son impuissance, de sa volonté ou de son impossibilité d’exercer une emprise sur l’histoire, sur le temps. C’est pourquoi le discours prophétique, paradoxalement, se tourne sans cesse vers le passé, vers son passé, pour imposer la nouveauté.

7Les figures prophétiques scandent l’histoire italienne, y compris dans la mesure où elles accompagnent ou informent l’écriture d’autres penseurs. C’est notamment le cas de Dante (dont le statut de prophète dans la Comédie est examiné en ouverture du numéro par Isabelle Battesti) qui devient une indispensable référence des usages civiques de la prophétie chez Palmieri et chez les écrivains ou penseurs du Risorgimento (ce que décrivent l’étude sur Mazzini aussi bien que celle qu’Enza Perdichizzi consacre au poeta-vate), ou encore de Savonarole. Ce dernier apparaît en toile de fond de la pratique littéraire de la prophétie chez Léonard de Vinci, dans la très stimulante hypothèse que développe Marco Versiero dans sa contribution, selon laquelle la rencontre des deux hommes, à Florence, en 1495, aurait été déterminante dans l’évolution et l’élaboration d’une conception éthico-politique de l’écriture prophétique léonardienne.

  • 9 G. Ernst, « Profezia », dans Enciclopedia Bruniana & Campanelliana, G. Ernst et E. Canone éd., Pis (...)
  • 10 R. Descendre, L’État du monde. Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, Droz, (...)

8Enfin, de la réflexion diachronique que suscite la lecture de ces pages émerge également la question de la prophétie comme savoir, et de la distinction qu’elle suppose entre le connaissable et l’inconnaissable. De même qu’elle invite à un déplacement du regard sur le temps collectif, la prophétie permet d’ajuster la perspective dans le champ de la connaissance, en particulier dans le domaine des pratiques conjecturales, divinatoires ou magiques qui prétendent combler le vide des incertitudes politiques. Théorisée comme parole absolument certaine, d’inspiration divine, et distinguée d’autres formes de discours sur le futur ou d’autres types d’interprétations, elle aide à tracer les limites de certains savoirs, pour les fonder ou les contrôler9. À la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, comme le rappellent les articles de Michela Del Savio et de Marco Versiero, la prophétie est fortement liée à l’astrologie. Or, la puissance donnée par Savonarole au statut théologico-politique de la prophétie, historiquement liée à la descente de Charles VIII en Italie, s’exprime dans une intense polémique anti-astrologique qui permet de donner une actualité nouvelle au refus d’une perspective purement divinatoire du futur. Il s’agit alors de distinguer la vraie prophétie de la fausse ; mais aussi de dessiner la frontière entre la connaissance, les savoirs et les croyances, de fixer, au moyen de la prophétie, la valeur de ce qui n’est pas prophétique. On observe alors, sur le terrain juridique, une entreprise de redéfinition des savoirs contemporaine de celle qui a été décrite sur le plan des pensées de l’État10. Manuela Bragagnolo fait ainsi apparaître, sur le terrain juridique, un usage épistémologique du discours sur la prophétie, lequel se lie au statut de la physiognomonie comme savoir politique, à la fois pour la circonscrire et la consolider.

9Par les multiples ressorts discursifs et épistémologiques mis en jeu, les contributions rassemblées dans ce dossier donnent à voir que le recours au discours prophétique n’est ni constant ni monolithique : il apparaît bien plus comme un ensemble de motifs que comme un lieu textuel aisément identifiable. Comme le montrent la plupart des articles, il est souvent inséré dans un dispositif rhétorique et herméneutique plus large, en lien avec des formes littéraires, des visions de l’histoire, des conceptions politiques qui le façonnent. Prophétie et non-prophétie sont indissociables, et sans doute indémêlables. La prophétie comme affirmation apodictique pure est rare, et lorsqu’elle survient, comme chez Mussolini à la fin de sa vie, elle équivaut à un aveu d’impuissance. La prophétie politique ne se formule pas seulement lorsque les repères sont bouleversés, mais aussi lorsque le cours des choses semble inéluctable. L’interprétation des temps et le déploiement discursif qui lui est lié relèvent alors – comme c’est le cas chez Palmieri ou chez Pasolini – d’une parole politique qui s’énonce en dépit d’une résistance des événements, des hommes, des processus à l’œuvre dans l’histoire. Loin de vouloir réduire la prophétie politique à un unique schéma, ou à un processus linéaire, nous avons considéré qu’il existait au contraire, dans cette tension, voire dans cette contradiction, entre efficacité et impuissance, une histoire à écrire, à laquelle ce dossier se propose de contribuer.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons aux recherches de plusieurs membres du comité éditorial de la revue : les travaux de Jean-Louis Fournel et de Jean-Claude Zancarini sur Savonarole, de Jean-Louis Fournel sur Campanella et ceux de Paolo Carta sur le prophète désarmé. Voir J. Savonarole, Sermons, écrits politiques et pièces du procès, J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini éd. et trad., Paris, Seuil, 1992 ; J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, La politique de l’expérience : Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2002 ; J.-L. Fournel, La cité du soleil et les territoires des hommes : le savoir du monde chez Campanella, Paris, Albin Michel, 2012 ; P. Carta, « “Armato” e “disarmato”. Niccolò Machiavelli sui “segni” e le “armi” », Il pensiero politico, vol. L, no 3, 2017, p. 392-398.

2 Il s’agit de la réponse du prophète Amos au prêtre Amazias (Amos, VII, 14).

3 La phrase est commentée par Savonarole dans les Prediche sopra Amos e Zaccaria, P. Ghiglieri éd., Rome, A. Belardetti (Edizione nazionale delle opere di Girolamo Savonarola), vol. II, 1971, p. 157 : « Orsù, ego non sum propheta neque filius prophetae ; io ti dico ancora io come diceva Amos: io non son profeta né figliuolo di profeta: intendila come ti piace ». Elle est également citée par Campanella dans la lettre du 12 avril 1607 au pape Paul V et aux cardinaux de Rome : T. Campanella, Lettere, G. Ernst et L. Firpo éd., Florence, Olschki, 2010, p. 75-91, p. 82 : « Ego non sum propheta nec sapiens, sed vermis mortuus, Christianus tamen ».

4 Voir G. Garfagnini, « Savonarola e la profezia: tra mito e storia », Studi Medievali, IIIe série, vol. XXIX, fasc. 1, 1988, p. 173-201, qui parle de « precarietà della condizione profetica ».

5 A. Vauchez éd., L’attente des temps nouveaux : eschatologie, millénarismes et visions du futur, du Moyen Âge au XXe siècle, Turnhout, Brepols, 2002, p. 143. Voir plus récemment A. Vauchez éd., Prophètes et prophétisme, Paris, Seuil, 2012.

6 S. Piron, « La parole prophétique », dans N. Bériou, J.-P. Boudet et I. Rosier-Catach éd., Le pouvoir des mots au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2014, p. 255-286.

7 Ibid., p. 255.

8 « Sentinelle de l’imminence » est le titre donné par P. Ricœur au chapitre consacré au prophète Ezéchiel dans A. Lacocque et P. Ricœur, Penser la Bible, A. Patte trad., Paris, Seuil, 2003, p. 224-245.

9 G. Ernst, « Profezia », dans Enciclopedia Bruniana & Campanelliana, G. Ernst et E. Canone éd., Pise-Rome, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2006, vol. I, p. 303-317.

10 R. Descendre, L’État du monde. Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, Droz, 2009, voir p. 339. Voir également, sur les rapports entre savoirs et politique, le dossier « Géographie et politique au début de l’âge moderne », P. Carta et R. Descendre éd., Laboratoire italien, no 8, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Baggioni, Manuela Bragagnolo et Stéphanie Lanfranchi, « « Ego non sum propheta » : figures et discours de la prophétie politique », Laboratoire italien [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1728

Haut de page

Auteurs

Laurent Baggioni

Université Jean Moulin Lyon 3, laboratoire Triangle (UMR 5206) • Laurent Baggioni est maître de conférences en littérature et civilisation italiennes à l’université Jean Moulin Lyon 3. Il est également membre du laboratoire « Triangle : action, discours, pensée politique et économique » (UMR 5206). Ses travaux concernent l’histoire de la pensée politique italienne de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, en particulier les liens entre l’humanisme et la tradition républicaine florentine. Il est l’auteur d’une monographie intitulée La forteresse de la raison : lectures de l’humanisme politique florentin d’après l’œuvre de Coluccio Salutati, Genève, Droz, 2015.

Articles du même auteur

Manuela Bragagnolo

MPIeR, Francfort • Manuela Bragagnolo est chercheuse au Max-Planck-Institut für Europäische Rechtsgeschichte de Francfort. Elle a été Associate Research Scholar à Columbia University, membre de l’équipe de l’Institut d’histoire de la Réformation (IHR) de Genève, boursière postdoctorale auprès du LabEx COMOD, université de Lyon, et membre du laboratoire « Triangle : action, discours, pensée politique et économique » (UMR 5206). Ses travaux portent sur l’histoire de la pensée politique et juridique européenne aux XVIe et XVIIIsiècles, sur le rapport entre droit, politique et physiognomonie à l’époque moderne et sur l’histoire de la théologie morale. Elle a travaillé particulièrement sur la pensée de Lodovico Antonio Muratori, auquel elle a consacré une monographie, Lodovico Antonio Muratori e l’eredità del Cinquecento nell’Europa del XVIII secolo, Florence, Olschki, 2017.

Articles du même auteur

Stéphanie Lanfranchi

ENS de Lyon • Stéphanie Lanfranchi est maître de conférences en études italiennes à l’ENS de Lyon et membre du laboratoire Triangle (UMR 5206) ainsi que du LabEx COMOD. Ses recherches ont d’abord porté sur la critique littéraire dans l’Italie fasciste et elle s’est déjà intéressée, dans ce cadre, à la question de la prophétie politique (S. Lanfranchi, « “Verrà un dì l’Italia vera…”: poesia e profezia dell’Italia futura nel giudizio fascista », California Italian Studies, vol. II, no 1, 2011). Elle mène avec Élise Varcin, depuis 2014, plusieurs projets de recherche sur Mussolini : la traduction collective d’une anthologie de ses textes portant sur la littérature et la religion (dont le premier volume est à paraître chez ENS Éditions en 2018) et l’analyse, avec l’aide du mathématicien Antonin Guilloux, du corpus complet de l’Opera Omnia en s’appuyant notamment sur des instruments textométriques et statistiques, qu’elles ont présentés à l’occasion de plusieurs communications et dans deux publications à paraître en 2018 (« Mussolini et les mots de la race », dans La pensée de la « race » en Italie. De l’âge romantique au fascisme, A. Aramini et E. Bovo éd., Presses universitaires de Franche-Comté ; « Il Trauma di Caporetto nei testi di Mussolini: propaganda e performatività », dans Historia Magistra, FrancoAngeli).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page