Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Structures de l’histoire dans la Comédie. Quelques observations sur le prophétisme de Dante

Strutture della storia nella Commedia. Alcune osservazioni sul profetismo di Dante
Structures of history in the Comedy. Some remarks on Dante’s prophetism
Isabelle Battesti

Résumés

Cet article propose quelques observations sur le régime d’historicité de la Comédie, et ses propriétés complexes. Passé, présent et futur sont en effet diffractés à travers plusieurs anthropologies, celle des damnés, des purgants, des bienheureux, et celle d’un personnage-narrateur vivant, et pris dans l’histoire. On examine entre autres l’option dantesque de la prophétie post factum. Cette dernière en effet n’est pas seulement un artifice auctorial, mais un dispositif qui projetant les événements en avant du récit, fait de la Comédie une « machine » à produire du futur. Sur ces bases on s’interroge sur la saisie des événements dans un monde fictionnel où la prophétie est le canal privilégié de la connaissance, alors que l’accès au contemporain – et sa définition même – sont problématiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier-Montaigne, 1980, (...)
  • 2 Voir R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Édit (...)
  • 3 « La modernité naît avec la séparation entre le passé et le présent », M. de Certeau, L’écriture d (...)
  • 4 H. Arendt, Penser l’événement, trad. sous la direction de C. Habib, Paris, Belin, 1989.

1Dans la chrétienté médiévale, cet « éternel présent » dont parle Jacques Le Goff, l’histoire humaine a été révélée une fois pour toutes dans sa structure téléologique : les événements qui la jalonnent et lui donnent sens (Création, Rédemption, Jugement dernier) sont affectés du même taux de certitude absolue. L’origine et la fin du monde étant connues, passé et avenir sont en principe isotopes : il en résulte qu’« [i]l n’y a pas de différence de nature entre histoire et prophétie [et] à rigoureusement parler, pour un historien chrétien du Moyen Âge, il n’y a bien qu’un seul temps »1. De ce temps unique, de ce continuum passé-futur, la catégorie du contemporain ne se dégage pas conceptuellement – l’histoire racontée par des théologiens ou des chroniqueurs ne connaît pas de séparation entre un passé et un présent. C’est au XVIe siècle que le récit historique entre dans la modernité, lorsqu’il commence à distinguer un « espace d’expérience » qui relie le temps présent à un passé révolu d’un « horizon d’attente » qui le projette vers le futur2. De cette séparation naît la catégorie du contemporain qui fait du passé proche, désormais distinct du passé révolu, un objet de connaissance3. C’est aussi dans ce cadre que peut exister la notion d’événement au sens que lui donne Hannah Arendt, d’une borne temporelle qui crée un « avant » et un « après », une coupure radicale du temps historique4.

  • 5 Dante Alighieri, Commedia, G. Inglese éd., Rome, Carocci, vol. I, Inferno, 2007, vol. II, Purgator (...)

2Dans la Comédie5, la structure providentielle de l’histoire humaine est vérifiée, authentifiée par un personnage-narrateur placé dans une posture d’énonciation inattaquable – au paradis, à la source même du Verbe. Le continuum passé-futur est célébré dans deux grands récits, deux diptyques historico-prophétiques : dans Par. VI, où l’empereur Justinien relate l’histoire de l’Empire, et dans Par. XV, XVI et XVII, où l’aïeul de Dante, Cacciaguida, évoque la Florence de l’an mil, puis prédit l’exil de son descendant. Théorisant les conditions de la prophétie paradisiaque (Par. XVII), Cacciaguida modélise l’histoire vue en Dieu comme une nappe temporelle dans laquelle passé, présent, futur ne sont pas catégorisés comme tels.

  • 6 Ainsi, Guglielmo Gorni voit la Comédie comme « un testo farcito di messaggi profetici, percorso da (...)

3Cependant, le poème est aussi un espace de problématisation et, dans sa technicité littéraire, un laboratoire dans lequel le régime d’historicité médiéval acquiert des propriétés complexes. On évoquera ici quelques aspects d’une question fondamentale : celle de la saisie des événements de l’histoire dans un monde fictionnel où la prophétie est le canal privilégié de la connaissance6, alors que l’accès au présent est problématique.

4Tout d’abord, l’histoire récente est neutralisée structurellement, au cœur du système d’information de la Comédie. Dans le poème, en effet, le temps est un artefact produit par une extraordinaire machine mémorielle – la prophétie post eventum, artifice énonciatif qui consiste à antidater le récit du voyage dans l’au-delà afin d’obtenir un décalage croissant entre le présent contracté du récit (la semaine sainte de l’année 1300) et le présent dilaté de l’écriture, de 1306-7 à 1320. Ainsi, au long de la rédaction, les données contemporaines, biographiquement et politiquement sensibles, sont constamment éjectées en avant du récit, les événements postérieurs à 1300 étant toujours à venir, prophétisés par les ombres rencontrées. Aussi peut-on définir la Comédie comme un dispositif dans lequel les événements du passé proche sont encodés dans une machine à fabriquer du futur. C’est dire que techniquement et conceptuellement, il n’y a pas de place dans le poème pour la catégorie du contemporain comme « espace d’expérience », et objet de connaissance.

  • 7 E. Brilli montre que dans le poème la typologie des personnages est une typologie mémorielle – en (...)

5D’autre part, Elisa Brilli observe dans le récit dantesque de l’histoire comme une myopie du narrateur-personnage, un problème d’« accommodation » visuelle sur le contemporain. Alors que la vision des événements lointains passés ou à venir est précise, celle de l’histoire récente, dans laquelle en réalité se débat Dante acteur, est évasive et floue. La focale dantesque sur le passé-futur, nette aux limites du champ visuel, semble se brouiller au centre, aux abords du présent de l’écriture : « ...nitido ciò che è situato agli estremi del campo visivo, il passato e il futuro, ciò che è più prossimo al momento in cui è ambientata la narrazione risulta più difficile da mettere a fuoco »7.

6C’est en Enfer, dans l’interaction romanesque avec les damnés, que le présent se dégage comme enjeu de connaissance, et critère de différenciation existentielle.

  • 8 Voir J. Baschet, Corps et âmes. Une histoire de la personne au Moyen Âge, Paris, Flammarion, 2016, (...)

7En effet, dans l’invention dantesque, le régime médiéval de l’histoire est adossé à une double anthropologie, qui définit deux grands régimes de l’intelligence et deux saisies de l’histoire : ceux des vivants (représentés par Dante personnage) et ceux des ombres. Dans l’au-delà, la connaissance de l’avenir est une compétence libérée par la mort, une propriété émergente de l’âme séparée qui, débarrassée du corps, déploie sans obstacle sa puissance intellective8. C’est ainsi que les âmes rencontrées tout au long du parcours dantesque multiplient les crypto-prophéties concernant l’exil futur du voyageur. Aussi l’altérité ontologique de Dante, personnage de chair et d’os, s’exprime-t-elle dans l’impossible saisie de l’avenir, qui est sa différence de vivant parmi les morts. Cette désynchronisation de la vision sur l’histoire est une ressource dramatique et dialogique tout au long du poème. Dans l’Enfer, ce déphasage présente une singularité, car contrairement aux vivants les damnés connaissent l’avenir, mais non le présent. Au chant X, Dante interroge Farinata sur ce paradoxe :

«Deh, se riposi mai vostra semenza»
prega’ io lui, «solvetemi quel nodo
che qui ha inviluppata mia sentenza.
El par che voi veggiate, se ben odo,
dinanzi quel che ‘l tempo seco adduce,
e nel presente tenete altro modo.»
Enf. X, 94-99.

8Les âmes perdues, précise Farinata, voient clairement l’avenir lointain, mais perdent de vue l’événement au moment où il advient (« quando [le cose] s’appressano o son, tutto è vano / nostro intelletto »).

9Aussi connaissance du présent et connaissance du futur sont-elles un enjeu du dialogue, du conflit ou des transactions (échange de données) entre le voyageur et les ombres rencontrées. De façon symétrique, à l’interdit sur la prédiction qui frappe les vivants, répond la cécité des damnés sur le présent. De même que les faux devins sont punis (Enf. XX), la privation du présent est intégrée au système pénal général de l’Enfer. C’est donc autour de leurs lacunes respectives sur l’histoire – l’avenir pour l’un, le présent pour l’autre – que Dante personnage et Farinata s’affrontent dans le temps fictif du récit. Enfer X est ainsi le théâtre d’une joute politique entre deux intelligences inverses du temps, le vivant et l’ombre confrontant leur saisie des événements et leurs points aveugles. Dans ce face-à-face où l’antagoniste est détenteur d’une partie de l’information, chacun est en mesure d’assener à l’autre de terribles nouvelles – l’actualité révélée à Farinata (la déroute de sa faction), l’avenir prophétisé à Dante (la défaite prochaine de son parti, l’écroulement de ses espérances politiques).

  • 9 C’est ici l’unique occurrence dans le poème du substantif « presente » (v. 99), ailleurs employé c (...)

10C’est ainsi que dans l’expérience de la damnation la zone du contemporain se dégage négativement, en creux, comme une information manquante, une lacune visuelle sur le continuum passé-futur9. Le présent n’est que le nom d’une disjonction dans la saisie de l’histoire, au cœur de la condition infernale, ontologiquement sous le régime du manque et de la privation.

11D’autre part, précise Farinata, l’avenir se rétracte mécaniquement au fur et à mesure que la fin des temps approche. Dans cette perspective, la compétence prophétique en Enfer est donnée comme résiduelle – une fenêtre cognitive destinée à se réduire et se refermer après le Jugement dernier, une fois consommée la fin de l’histoire humaine. Dante programme ainsi la fermeture progressive de l’intelligence des damnés, indexée sur la dynamique même de l’histoire.

«Noi veggiam, come quei ch’ha mala luce,
le cose» disse «che ne son lontano;
cotanto ancor ne splende il sommo duce.
Quando s’appressano o son, tutto è vano
nostro intelletto; e s’altri non ci apporta,
nulla sapem di vostro stato umano.
Però comprender puoi che tutta morta
fia nostra conoscenza da quel punto
che del futuro fia chiusa la porta.»
Enf. X, 100-108.

  • 10 « ... ond’io, che son mortal, mi sento in questa / disagguaglianza... », Par. XV, 82-83.

12Dans le Paradis en revanche, la saisie de l’histoire est sous le signe de l’inégalité, de la disproportion cognitive entre Dante vivant et les bienheureux10. Ainsi Cacciaguida, s’apprêtant à révéler l’avenir à son descendant, modélise l’histoire vue par Dieu et les élus comme un continuum, qui déploie en extension la série des événements depuis la Création jusqu’au Jugement dernier.

La contingenza, che fuor del quaderno
della vostra matera non si stende,
tutta è dipinta nel cospetto eterno:
necessità però quindi non prende
se non come dal viso in che si specchia
nave che per corrente giù discende.
Par. XVII, 37-41.

  • 11 Cette question capitale est théorisée dans Purg. XVI par Marco Lombardo pour récuser tout détermin (...)

13Les péripéties passées, présentes et futures de l’humanité sont équidistantes dans l’esprit de Dieu qui les connaît, mais – donnée fondamentale – ne les cause pas, ménageant ainsi le libre arbitre humain et la responsabilité des acteurs. Avant toute chose, en effet, il importe d’établir l’abstention divine sur le cours des événements, condition ontologique de l’autonomie de l’histoire11.

14Dans cette imagerie paradisiaque, la structure de l’histoire est amorphe, et pour ainsi dire ondulatoire : le temps objectif d’un seul tenant, sans démarcation passé-futur, est comparé à un fleuve que descendent d’amont en aval les navires-événements, reflétés dans l’œil d’un Dieu purement contemplatif. De l’omniscience divine dérive (« da indi... ») celle de Cacciaguida, pour qui les faits se comportent comme une émission sonore, une nappe mélodique :

Da indi sì come vien ad orecchia
dolce armonia da organo, mi vene
a vista il tempo che ti s’apparecchia
Par. XVII, 42-45.

15La série des événements à venir, affirme-t-il, vient à lui (« mi vene a vista ») comme une douce musique aux oreilles d’un auditeur. Dans les deux cas, l’imagerie modélise la vision décentrée sur l’histoire d’un observateur paradisiaque – panoptique, immobile, équidistant par rapport à tous les points du passé et du futur.

  • 12 Par. XXVI.
  • 13 Henri VII comte de Luxembourg, élu empereur en 1308, descend en Italie en 1310 et, après avoir com (...)

16En réalité, l’isotopie passé-futur du régime d’historicité médiéval est dans la Comédie structurellement dissymétrique en raison des convictions millénaristes de Dante. L’histoire humaine commencée avec le péché d’Adam, 6 498 ans exactement avant le présent du récit12, va bientôt s’achever. La série des empereurs, interrompue après Charlemagne dans Paradis VI, est tardivement complétée dans Paradis XXX par la bouche de Béatrice – mais cette fois dans une perspective apocalyptique. Dans la Rose des Élus où peu de sièges restent à pourvoir, est montré au voyageur le trône vacant qui attend l’empereur Henri VII – mort en réalité en 1313, mais dont l’entreprise et l’échec sont encore à venir dans le temps de la fiction13.

E ’ n quel gran seggio a che tu li occhi tieni
per la corona che già v’è su posta,
prima che tu a queste nozze ceni,
sederà l’alma, che fie giù agosta,
dell’alto Arrigo, ch’a drizzare Italia
verrà in prima ch’ella sia disposta.
Par. XXX, 133-138.

  • 14 À la lumière de son échec, Henri VII est désormais, dans la fiction paradisiaque, une figure « int (...)

17Ce resserrement des échéances induit une asymétrie spectaculaire entre passé et futur de l’humanité, exprimée dans un clivage, qui est aussi littéraire, entre récit épique de l’histoire (Par. VI) et récit eschatologique de la prophétie (Par. XXX). À la série triomphale des porteurs de l’aigle impériale, représentés au chant VI dans l’action et la conquête, succède la figure spectrale d’un empereur toujours à venir, envisagé non plus comme acteur politique14, mais dans la perspective de la fin des temps. À la profondeur du champ historique ouvert dans le récit de Justinien (d’Énée à César, Auguste, Titus, Constantin, Justinien, Charlemagne...) s’oppose dans Par. XXX l’étranglement de la perspective vers l’avenir, et l’idée que le temps va bientôt manquer pour déployer une action politique.

18Dans cette asymétrie, quelle est la place de la séquence contemporaine ? Elle est à la fois, comme on le verra, un impensé et une hantise.

19Tout d’abord, le modèle d’une histoire-fleuve sans couture ni rupture se problématise et se disloque dans le récit politique. Dès lors qu’on descend de l’imagerie à la chronologie, du modèle « ondulatoire » à la consécution des événements et leur causalité, sont mis en tension passé, présent et avenir.

  • 15 Dante Alighieri, Monarchia, P. Shaw éd., Florence, Le Lettere (Le opere di Dante Alighieri), 2009.
  • 16 Il y a en effet une généalogie (essentielle dans l’argumentaire pro-impérial du De Monarchia et de (...)
  • 17 Sur la vocation supra-historique de l’Empire dans la doctrine politique dantesque, Sergio Cristald (...)

20La chronologie, en effet, n’est pas seulement un outil de repérage et de périodisation de l’histoire, mais aussi, dans le Monarchia15 comme dans la Comédie, un dispositif probatoire et militant. Il s’agit pour Dante de démontrer la vocation supra-historique de l’Empire et son autonomie juridique à l’égard de l’Église, au moyen de la preuve par l’histoire. Dans cette perspective, l’ordre des événements est un enjeu majeur, ainsi que leurs raccords, soudures, omissions. La célébration épique de l’histoire du monde par la bouche de l’empereur Justinien déploie en extension la chronologie, pour y rendre visible un ordre des événements voulu par Dieu : l’antériorité de l’Empire par rapport à l’Église. Le passé-futur, intensément politisé, se dédouble alors en deux macro-récits parallèles mais non synchrones, l’Empire précédant la papauté dans un dispositif providentiel en deux temps16. Il importe de dégager une généalogie séparée de l’Empire, d’où l’ancrage mythique du catalogue des empereurs très en amont de l’histoire sainte, dans la geste du héros virgilien Énée, proto-fondateur de Rome. En aval, le macro-récit prend en charge la question controversée de la translatio imperii – le passage de relais entre l’Empire romain et le Saint Empire germanique institué par Charlemagne. Contre la thèse adverse d’une rupture historique et juridique entre ces deux moments, Dante s’attache à « lisser » la chronologie pour nier toute solution de continuité et affirmer l’unité providentielle de la séquence impériale, depuis Énée jusqu’à l’empereur contemporain, Charles VII17.

21Dans le champ ainsi ouvert vers un lointain passé préchrétien, le récit de l’histoire est, polémiquement, un récit-fleuve. Son étendue même possède une fonction probatoire : donner à voir l’ancienneté, la durée, la continuité de l’idée impériale à travers les âges – en dépit des victoires guelfes contemporaines. L’étendue du récit est rhétoriquement et matériellement nécessaire, car elle offre l’espace où déplier la liste épique, qui est aussi preuve par l’accumulation (des héros, des victoires, des hauts faits, de la vertu des acteurs…) – et déployer la force probatoire du quantitatif (« vedi quanta virtù l’ha fatto [l’impero] degno di reverenza »). Contre l’adversité contemporaine, Dante mobilise ainsi la durée et le « poids » de l’histoire, en jouant de la disproportion des masses textuelles – le temps long de l’Empire, déployé des vers 1 à 96, écrasant et débordant le présent contracté (vers 97-111) où triomphe provisoirement l’adversaire.

22À la célébration de l’Empire et de sa continuité providentielle, succède une invective qui disqualifie tout le champ du contemporain. La faillite des espérances pro-impériales de Dante, les victoires guelfes et les ambitions du roi de Naples Charles II, la basse politique des gibelins sont traitées comme des non-événements, déconnectés du macro-récit.

Omai puoi giudicar di quei cotali
ch’i’ accusai di sopra e di lor falli,
che son cagion di tutti vostri mali.
L’uno al pubblico segno i gigli gialli
oppone, e l’altro appropria quello a parte,
sì ch’è forte a veder chi più si falli.
Faccian li Ghibellin, faccian lor arte
sott’altro segno; chè mal segue quello
sempre chi la giustizia e lui diparte;
e non l’abbatta esto Carlo novello
coi Guelfi suoi; ma tema delli artigli
ch’a più alto leon trasser lo vello.
Molte fïate già pianser li figli
per la colpa del padre, e non si creda
che Dio trasmuti l’arme per suoi gigli!
Par. VI, 100-111.

23Après la mort d’Henri VII et les victoires guelfes, l’urgence pour Dante (et enjeu majeur de Par. VI) est d’extraire l’idée impériale des turbulences contemporaines pour en affirmer, envers et contre tout, la permanence et l’actualité. D’où un travail indissociablement idéologique et littéraire de déconstruction, reconstruction, mise en récit. Il importe de dissocier, abstraire l’histoire de l’Empire des antagonismes contemporains et des péripéties militaires récentes, afin d’affirmer que les victoires guelfes du moment ne signifient rien au sens propre du terme, c’est-à-dire ne sont en aucun cas des signa Dei – des signes de la faveur divine. La séquence contemporaine adverse est le lieu d’un décrochement des événements par rapport au macro-récit providentiel, le lieu de leur emballement erratique. Frappée d’insignifiance, elle est une séquence illisible. Il en résulte que dans la Comédie la structure scalaire de l’histoire est discontinue. Dans la macro-histoire tout est connu et pour ainsi dire « déjà-là » dans l’esprit de Dieu, mais à l’échelle locale dans laquelle les acteurs sont pris, la saisie des événements est problématique. Aux yeux de Dante, la sphère du contemporain est marquée par ce décrochement entre macro-histoire intelligible et micro-histoire illisible. Les événements sont prévisibles à l’échelle providentielle, chaotiques à l’échelle biographique d’une vie d’homme.

24Le désordre contemporain n’en est pas moins pris dans un système de causalité, ressaisi dans une étiologie de la crise.

  • 18 La donation de Constantin Ier (converti au christianisme peu avant sa mort en 337) au pape Sylvest (...)
  • 19 Voir Purg. XVI, 106-108.
  • 20 Voir H. Arendt, Penser l’événement, op. cit.
  • 21 La formule est empruntée à Alain Boureau, dans A. Boureau, L’événement sans fin. Récit et christia (...)
  • 22 Voir E. Brilli, Firenze e il profeta, op. cit., p. 35.

25Le passé-futur de l’histoire humaine est travaillé par une erreur politique aux conséquences incalculables : la donation de l’empereur Constantin18 au pape Sylvestre Ier, principe historique de catastrophe dont l’onde de choc, se propageant à travers les siècles, vient frapper l’époque contemporaine, dans laquelle se débat Dante acteur. Pour ce dernier, la donation qui fait du pape un prince temporel est une clef de lecture de l’histoire, un principe d’explication des échecs et vicissitudes de Florence, l’Italie, la chrétienté, et de la faillite morale collective. Beaucoup plus qu’une faute politique, la donation est un principe de destruction à l’œuvre dans l’histoire, et dont les effets ravageurs semblent s’accroître et s’accélérer dans le temps avec pour épicentre l’Italie, jusqu’à l’époque contemporaine minée moralement et politiquement par la confusion des pouvoirs spirituel et temporel19. Dans ce modèle de causalité historique, développé dans le Monarchia et transposé dans la Comédie, la donation n’est en aucun cas un événement au sens moderne de cette notion – une rupture, un fait nouveau qui créerait un commencement, un « avant » et un « après »20. Bien au contraire, elle a le statut d’un « événement sans fin »21 dont l’onde de choc enraye la dynamique providentielle de l’histoire, « plisse » le continuum passé-futur du régime d’historicité médiéval. À cet égard, dans la Comédie, l’étiologie de la crise n’est pas très éloignée des théories modernes du chaos. Aux yeux de Dante, en effet, deux événements possèdent le statut de catastrophes, causes toujours agissantes d’un désordre entropique : dans le temps long à l’échelle de la chrétienté, la donation de Constantin, et dans le temps court municipal, l’assassinat de Buondelmonte en 1216, déclencheur de la guerre civile entre Blancs et Noirs22. Cette dynamique perverse des causes venues du passé vient frapper de plein fouet Dante lui-même, son exil étant en dernière analyse la conséquence de ces événements.

  • 23 Sur la prophétie dans la Comédie, la réflexion théorique de Bruno Nardi demeure incontournable, en (...)

26C’est ainsi que le récit de l’histoire vient aboutir au chant XVII – chant central du Paradis – à la révélation par son aïeul Cacciaguida du destin individuel de Dante. C’est le moment où culmine et se résout la tension accumulée par les allusions obscures des ombres concernant l’avenir du voyageur. La prédiction de Par. XVII est atypique dans son contexte, ses modalités, ses enjeux23. Comme le revendique Cacciaguida lui-même, ce n’est pas une crypto-prophétie, mais un récit clair et factuel. Situation sans précédent dans le poème, elle implique un demandeur en la personne de Dante personnage, et intègre son point de vue. Surtout, il ne s’agit pas d’une prophétie eschatologique mais biographique, à très courte portée – c’est-à-dire à l’échelle la plus petite de l’histoire, celle d’une vie humaine. Elle découpe dans la vision du futur une séquence critique, proche du présent du récit et le recoupant presque. D’où une dramaturgie de l’attente et de l’imminence, et une modélisation de la dynamique de l’histoire, en marche vers sa victime.

27Tout d’abord est dévoilée la fabrique de l’événement : la cour pontificale « où le Christ est vendu tous les jours », et où déjà l’ennemi (Boniface VIII, véritable figure de l’Antéchrist dans la Comédie) médite et organise dans le présent du récit l’exil imminent de Dante :

Questo si vuole e questo già si cerca,
e tosto verrà fatto a chi ciò pensa
là dove Cristo tutto dì si merca.
Par. XVII, 49-51.

28Puis Cacciaguida, annonçant à Dante son malheur à venir, précise que l’événement est proche, mais encore dissimulé « derrière » quelques révolutions solaires (quelques années) :

Poi giunse: «Figlio, queste son le chiose
di quel che ti fu detto; ecco le insidie
che dietro a pochi giri son nascose»
Par. XVII, 94-96.

29Vue en Dieu, l’histoire dans sa linéarité révèle la série totale des événements et leur consécution. Du point de vue de Dante, elle est une structure spiralée qui cache des embûches (« insidie ») « derrière » les trajectoires elliptiques du soleil, lequel dans le cosmos dantesque tourne autour de la terre. Le temps ainsi modélisé n’est plus une ligne déployée, mais un dispositif hélicoïdal, qui dissimule l’information derrière ses spires.

30Quelques vers plus loin, une fois la prophétie formulée et l’avenir révélé, Dante s’autoreprésente dans une image saisissante où la catastrophe imminente de son exil, tel un cavalier au galop, charge le sujet immobile pour le frapper de sa lance :

Ben veggio, padre mio, sì come sprona
lo tempo verso me, per colpo darmi
tal ch’è più grave a chi più s’abbandona
Par. XVII, 106-108.

31Dans les deux cas, l’imagerie configure le temps du point de vue du sujet historique et de son souci, selon deux moments successifs – l’attente sans contenu d’un futur indécis, puis la tension face à l’échéance annoncée. Dans la première image, où l’avenir n’est pas encore dit, l’événement, dont la distance au présent est évaluée en années solaires, « louvoie » lentement vers Dante en décrivant des courbes. Dans l’image suivante, l’échéance proche ayant été révélée, le temps déplié donne à voir (« veggio ben… ») la catastrophe en marche : la charge frontale de l’événement imminent vers sa cible immobile.

  • 24 Cette relativité du temps éprouvé dans l’attente trouve sa formule générale dans Par. XXII, où les (...)

32Le dialogue entre Cacciaguida et son descendant oppose ainsi deux points de vue sur l’histoire, théocentrique et anthropocentrique, deux types de saisie des événements. Au surplomb paradisiaque sur le continuum passé-futur, s’oppose la vision lacunaire et tragique de Dante vivant, pris dans l’histoire et comme tel réduit à des hypothèses et des calculs probabilistes concernant son avenir. D’où le déploiement d’une imagerie relativiste du temps, et aussi une représentation de la « cinétique » de l’événement à venir, c’est-à-dire sa vitesse pressentie – dans l’espoir ou la crainte24.

  • 25 Dante Alighieri, Convivio, F. Ageno éd., Florence, Le Lettere, 1995, 2 vol.

33Tout se passe comme si l’histoire contemporaine, ni catégorisée ni clairement périodisée, n’était saisissable et représentable qu’à l’échelle biographique, comme histoire soufferte. Dès le Convivio25, du reste, la séquence contemporaine est, de façon inaugurale, associée à la souffrance politique du sujet. Plus encore, le récit rapproché de l’histoire se construit à partir du traumatisme de l’exil. C’est autour de cette violence subie que surgit et se découpe la séquence contemporaine, négative et dystopique. Cette dernière émerge du choc politico-biographique de l’exil, à partir duquel elle est périodisée.

Poi che fu piacere de li cittadini de la bellissima e famosissima figlia di Roma, Fiorenza, di gittarmi fuori del suo dolce seno – nel quale nato e nutrito fui in fino al colmo de la vita mia, e nel quale, con buona pace di quella, desidero con tutto lo cuore di riposare l’animo stancato e terminare lo tempo che m’è dato – per le parti quasi tutte a le quali questa lingua si stende, peregrino, quasi mendicando, sono andato, mostrando contra mia voglia la piaga de la Fortuna...
Conv. I, iii, 4.

34Aussi depuis le Convivio jusqu’au Paradis, le découpage du présent n’est-il pas un découpage catégoriel, mais traumatique : c’est là une donnée fondamentale pour la représentation de l’histoire chez Dante.

Haut de page

Notes

1 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier-Montaigne, 1980, p. 20-21.

2 Voir R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990 et L’expérience de l’histoire, Paris, EHESS-Gallimard-Seuil, 1997.

3 « La modernité naît avec la séparation entre le passé et le présent », M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 70.

4 H. Arendt, Penser l’événement, trad. sous la direction de C. Habib, Paris, Belin, 1989.

5 Dante Alighieri, Commedia, G. Inglese éd., Rome, Carocci, vol. I, Inferno, 2007, vol. II, Purgatorio, 2011, vol. III, Paradiso, 2016.

6 Ainsi, Guglielmo Gorni voit la Comédie comme « un testo farcito di messaggi profetici, percorso da voci oscure di ammonimento e di presagio; un racconto straordinario, e come sospeso, dall’intrusione di una memoria del futuro ». G. Gorni, « Spirito profetico duecentesco e Dante », dans M. Corti éd., Letture classensi. Volume tredicesimo, Ravenne, Longo editore (Letture classensi, vol. XIII), 1984, p. 50.

7 E. Brilli montre que dans le poème la typologie des personnages est une typologie mémorielle – en d’autres termes que leur exemplarité est indexée sur la strate mémorielle à laquelle ils appartiennent. Les personnages antérieurs aux années 1280 font l’objet d’un traitement littéraire qualifiant, alors que les figures contemporaines demeurent le plus souvent anecdotiques. E. Brilli, Firenze e il profeta. Dante fra teologia e politica, Rome, Carocci, 2012, p. 89-96.

8 Voir J. Baschet, Corps et âmes. Une histoire de la personne au Moyen Âge, Paris, Flammarion, 2016, p. 21-60.

9 C’est ici l’unique occurrence dans le poème du substantif « presente » (v. 99), ailleurs employé comme adjectif (Purg. XXIII, 117 ; Par. IX, 43 ; XVII, 93, XXVIII, 1).

10 « ... ond’io, che son mortal, mi sento in questa / disagguaglianza... », Par. XV, 82-83.

11 Cette question capitale est théorisée dans Purg. XVI par Marco Lombardo pour récuser tout déterminisme historique, à travers l’affirmation véhémente du libre arbitre individuel et de la responsabilité des acteurs : « Voi che vivete ogne cagion / recate pur suso al cielo, pur come se tutto / movesse seco di necessitate. / Se così fosse, in voi fora distrutto / libero arbitrio, e non fora giustizia / per ben letizia, e per male aver lutto. (…) / però, se ‘l mondo presente disvia, / in voi è la ragione, in voi si cheggia. », Purg. XVI, 67-83.

12 Par. XXVI.

13 Henri VII comte de Luxembourg, élu empereur en 1308, descend en Italie en 1310 et, après avoir combattu en vain les guelfes menés par Florence, meurt à Buonconvento en 1313. Voir les Épîtres V, VI, VII (D. Alighieri, Epistole, A. Frugoni et G. Brugnoli éd., dans D. Alighieri, Opere minori, Milan-Naples, Ricciardi, 1979, t. II) qui témoignent de l’espoir et l’enthousiasme dantesques entre 1310 et 1313.

14 À la lumière de son échec, Henri VII est désormais, dans la fiction paradisiaque, une figure « intempestive » qui arrivera trop tôt (ou trop tard : voir Purg. VII, 96). À un autre niveau de causalité, c’est le moment critique où l’écart, la divergence entre histoire humaine et volonté divine sont à leur maximum. Si l’échec d’Henri VII reçoit une explication politique (la trahison du pape Clément V, l’opposition à la cause impériale ou son instrumentalisation [Par. VI, 96 et suiv.]), cet échec est ici ressaisi à un autre niveau de causalité, dans un système d’explication totalisant qui met en jeu le notion aristotélicienne de « disposition » du sujet (l’Italie) à son agent (l’empereur), et postule le déphasage, la désynchronisation entre le politique et les astres, entre les dispositions collectives et l’action impériale mandatée par Dieu.

15 Dante Alighieri, Monarchia, P. Shaw éd., Florence, Le Lettere (Le opere di Dante Alighieri), 2009.

16 Il y a en effet une généalogie (essentielle dans l’argumentaire pro-impérial du De Monarchia et de Par. VI et VII) du dispositif providentiel destiné à hisser l’humanité pécheresse vers Dieu, et la restaurer dans ses prérogatives originelles. Dieu institue dans l’ordre temporel un premier rédempteur qui n’est autre que l’empereur, lequel prépare la venue du second rédempteur, le Christ, lequel à son tour fonde l’Église dont la vocation est de guider les hommes vers leurs fins surnaturelles. Cet argument de l’antériorité de l’Empire par rapport à l’Église est formulé dans Mon. III, 2. Voir aussi Mon. I, 16.

17 Sur la vocation supra-historique de l’Empire dans la doctrine politique dantesque, Sergio Cristaldi affirme que « Dante esclud[e] […] ogni risoluzione della storia mondana e del suo proprio dinamismo in una storia religiosa tendente a profilarsi come la storia tout court. […]. L’opposizione ghibellina di Dante contribuisce a inibire in lui ogni idea di precoce assunzione delle realtà immanenti entro la realtà del corpo mistico ». S. Cristaldi, « Dante, il profetismo gioachimita e la donazione di Costantino », dans N. Mineo éd., Costruzione narrativa e coscienza profetistica nella Divina Commedia, Ravenne, Longo editore (Letture classensi, vol. XXIX), 2000, p. 53.

18 La donation de Constantin Ier (converti au christianisme peu avant sa mort en 337) au pape Sylvestre Ier (314-335) était considérée par Dante et ses contemporains comme un fait historique. L’empereur Constantin récemment baptisé est censé avoir donné l’Occident au pape (« il primo ricco patre », Enf. XIX, 117) et avoir partagé son pouvoir avec lui par la remise des insignes impériaux. Il s’agit en réalité d’un faux probablement élaboré au VIIIe siècle dans les milieux pontificaux. C’est en s’appuyant sur ce texte que le pape Adrien Ier obtint de Charlemagne un patrimoine important et la reconnaissance de sa position éminente. Bien que suspectée dès le début du XIIe siècle, la donation fut constamment citée et utilisée dans l’entourage de la papauté. Les canonistes s’en prévalurent pour affirmer le droit du pape à assumer, en cas de vacance de l’Empire, les missions impériales. Dans la Comédie, le personnage de Constantin fait l’objet d’un traitement complexe, car il est à la fois innocent dans l’intention (d’où le paradoxe de la salvation de Constantin, placé au paradis parmi les rois justes) et criminel dans les faits – objectivement, il est à l’origine de la faillite morale de l’Église et de la chrétienté. Voir S. Cristaldi, Dante, il profetismo gioachimita e la donazione di Costantino, op. cit., p. 33-53.

19 Voir Purg. XVI, 106-108.

20 Voir H. Arendt, Penser l’événement, op. cit.

21 La formule est empruntée à Alain Boureau, dans A. Boureau, L’événement sans fin. Récit et christianisme au Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1993.

22 Voir E. Brilli, Firenze e il profeta, op. cit., p. 35.

23 Sur la prophétie dans la Comédie, la réflexion théorique de Bruno Nardi demeure incontournable, en particulier l’essai sur Dante profeta, dans B. Nardi, Dante e la cultura medievale, Rome-Bari, Laterza, 1990 [1942].
Voir aussi M. Palma Di Cesnola, Semiotica dantesca. Profetismo e diacronia, Ravenne, Longo editore, 1995 ; R. Osculati, « La profezia nel pensiero di Dante », dans A. Ghisalberti éd., Il pensiero filosofico e teologico di Dante Alighieri, Milan, Vita e Pensiero, 2001.

24 Cette relativité du temps éprouvé dans l’attente trouve sa formule générale dans Par. XXII, où les âmes contemplatives clament leur indignation contre le luxe des hommes d’Église. À Dante terrifié, Béatrice annonce la vengeance imminente de Dieu contre les riches prélats, précisant que la justice divine n’est ni lente ni rapide, mais paraît telle selon qu’on l’espère ou la craint. « La spada di qua su non taglia in fretta / né tardo, ma ch’al parer di colui / che disïando o temendo l’aspetta. », Par. XXII, 16-18. À cette distorsion du temps perçu dans l’attente eschatologique, fait écho de très loin et parodiquement, au chant XIX de l’Enfer, l’erreur de voyance du pape simoniaque Nicolas III, qui, aveuglé par la haine et l’impatience, anticipe la damnation de son successeur Boniface VIII (mort en réalité en 1303), Inf. XIX, 52-66.

25 Dante Alighieri, Convivio, F. Ageno éd., Florence, Le Lettere, 1995, 2 vol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Battesti, « Structures de l’histoire dans la Comédie. Quelques observations sur le prophétisme de Dante », Laboratoire italien [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1783 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1783

Haut de page

Auteur

Isabelle Battesti

Université de Poitiers • Isabelle Battesti est maîtresse de conférences à l’université de Poitiers, où elle enseigne, et chercheuse en littérature médiévale italienne à l’université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, au sein de l’équipe du CERLIM (EA 3417). Elle a travaillé ces dernières années sur la typologie des compétences et la fonction de la diversité dans la vision politique de Dante (« “Vivere diversamente per diversi offici”. La cité dans les chants VIII et XVI du Paradis de Dante », Revue des études italiennes, juillet-décembre 2014). Ses recherches actuelles sur la Comédie portent d’une part sur le régime d’historicité du poème, d’autre part sur la représentation du corps de Dante personnage. Elle a également publié plusieurs travaux sur l’articulation entre éthique et érotique dans la poésie lyrique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page