Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Catherine de Sienne, prophétesse d’un renouveau spirituel

Caterina da Siena, profetessa di un rinnovamento spirituale
Catherine of Siena, prophetess of a spiritual renewal
André Vauchez

Résumés

Catherine de Sienne (1347-1380) est davantage considérée aujourd’hui comme une mystique que comme une prophétesse. Pourtant, elle a eu très tôt conscience d’avoir reçu de Dieu une investiture et une mission prophétiques : entraîner le pape, les clercs et le peuple chrétien dans un mouvement de réforme dont l’issue positive était certaine à ses yeux, malgré les difficultés du présent et les résistances des intéressés. La haute conscience qu’elle avait de son rôle prophétique se fondait sur la conformité existant entre la parole divine et la sienne propre, vérifiée dans la prière et reconnue par ses disciples, tant clercs que laïcs.

Haut de page

Texte intégral

1Les contemporains de Catherine, tout comme les historiens aujourd’hui, ont éprouvé une certaine difficulté à définir précisément son charisme : si tous – et même ses adversaires politiques – s’accordèrent de son vivant à voir en elle une sainte femme, la qualité de prophétesse lui a été parfois contestée de nos jours. En effet, si on la compare à d’autres figures féminines incontestablement prophétiques comme Brigitte de Suède, la sainte siennoise fait relativement pâle figure : elle n’est ni ouvertement contestataire ni apocalyptique, et elle s’efforce même dans ses lettres de détourner ses correspondants des discours qui, dans le climat tragique de l’Italie de la fin du XIVe siècle, interprétaient les malheurs des temps comme des signes annonciateurs de la catastrophe finale ou, au moins, de grandes convulsions collectives. Ainsi, elle écrivit à un certain Renaud de Capoue, « esprit distingué de Naples qui étudie les mystères de Dieu et de la Sainte Écriture » :

  • 1 Lettre CCCXLIII, dans Catherine de Sienne, Lettres aux laïcs, Paris, Cerf, 2010, vol. I, p. 220-22 (...)

Nombreux sont ceux qui, dénués de toute humilité et sans même s’être donné la peine de connaître leurs défauts, subtilisent leur intellect et, l’œil enténébré, prétendent comprendre la Sainte Écriture et pénétrer sa profondeur, en se flattant de l’expliquer et de l’interpréter à leur manière. Ils étudient l’Apocalypse, non pas avec humilité et éclairés par la lumière de la foi, mais avec orgueil et ils s’enchevêtrent dans leurs raisonnements en se heurtant à des difficultés qu’ils ne peuvent résoudre… Alors que leur esprit devrait être empli de Dieu, il se repaît de chimères et le fruit qu’ils en recueillent n’est que confusion et ténèbres.1

2Le prophétisme de Catherine ne se laisse pas réduire à la « poursuite du millenium », pour reprendre le titre de l’ouvrage fameux de Norman Cohn, ni même aux appels publics à la conversion lancés par des prédicateurs ambulants comme l’ermite et tertiaire franciscain Tommasuccio de Foligno qui, dans les années 1370, aurait prêché à Sienne et dans la plupart des villes de Toscane en mettant l’accent sur la proximité de la fin des temps. Elle n’a pas une perception eschatologique de l’histoire et l’on ne trouve dans ses œuvres aucune évocation précise des étapes qui précéderont le Jugement dernier. Ce qui lui importe le plus est le destin de chaque individu et l’état dans lequel il se trouvera à l’instant de sa mort. Étrangère à toute forme de millénarisme, elle ne confie pas à l’avenir le soin de réaliser la plénitude de l’Église et l’avènement du Royaume. Mais si l’écoulement du temps lui est indifférent, l’attente d’un accomplissement messianique est au cœur de son désir. À la suite de Paul, dont elle s’efforce d’imiter les lettres et le zèle apostolique, elle ne cesse d’insister auprès de ses correspondants pour qu’ils sachent saisir le « moment opportun » ou favorable – c’est-à-dire le plus proche – pour se convertir et pour bien agir. Catherine est littéralement obsédée par l’urgence : « il n’y a plus de temps à perdre » – écrit-elle à plusieurs reprises au pape Grégoire XI qui tergiversait avant de rentrer à Rome et d’engager le combat contre les abus, car la crise que traverse l’Église est si profonde qu’elle mettra en cause son rôle même d’instrument du salut si l’on n’y remédie pas sans délai. La réforme qu’elle essaye de promouvoir de toutes ses forces ne se situe pas dans un futur plus ou moins éloigné et son horizon n’est pas la lutte contre un antéchrist à venir. Le seul qu’elle gratifia de ce titre était bien présent et actuel : c’est l’antipape Clément VII. Son attente s’apparente plutôt à une nostalgie qui appelle un retour aux lieux fondateurs du christianisme : Jérusalem et Rome. Il faudrait revenir au passé de l’Église, au temps où elle était arrosée par le sang du Christ et des martyrs et n’était pas encombrée de biens et de possessions. Sur la base de cette vision, largement mythique mais forte, des origines chrétiennes, Catherine aspire à reformuler en termes religieux le rapport entre extériorité et intériorité dans l’Église et elle invite ses responsables à s’affranchir des déterminations sociopolitiques qui pesaient sur eux, en particulier le goût du pouvoir temporel et l’influence excessive des liens familiaux.

3Plus largement, on peut désigner sous le nom de prophétisme toute tentative systématique d’interpréter les faits historiques à la lumière d’un dessein supérieur, ce qui est bien l’attitude de Catherine qui fait toujours le lien entre les évènements dont elle a été le témoin et le plan de Dieu. Non contente en effet de guider les chrétiens dans leur vie spirituelle, elle cherche aussi à les influencer dans leurs engagements temporels. On assiste là à un approfondissement constant de sa vocation, qui est d’abord d’ordre apostolique. Dans un premier temps, sa mission s’est exercée à Sienne et dans les environs vis-à-vis des personnes – dévotes de la bonne société ou moniales qui lui étaient envoyées par leurs confesseurs – et des familles au sein desquelles elle était appelée à jouer un rôle de médiation et de pacification. Mais, le 1er avril 1376, elle eut une vision décisive qu’elle a rapportée elle-même dans une lettre adressée à Raymond de Capoue, et, à travers lui, aux membres de sa « famiglia » qui se trouvaient alors à Avignon, et dont le texte mérite d’être cité in extenso :

  • 2 Lettre LXXXVII, dans R. Fawtier, L. Canet, La double expérience de Catherine Benincasa, Paris, Gal (...)

Réjouissez-vous et exultez parce que le temps est venu ! Car le premier d’avril dans la nuit, Dieu a dévoilé plus particulièrement ses secrets, manifestant ses merveilles, en sorte que mon âme semblait ne plus être dans mon corps, recevant tant de délices et de plénitude que la langue est insuffisante à le dire. Il expliquait et déclarait dans le détail la persécution qu’endure maintenant la sainte Église, sa rénovation, son exaltation qui aura lieu dans l’avenir, disant que le temps présent est permis pour lui rendre son état, citant deux paroles de son saint Évangile : « Il faut que le scandale arrive, mais malheur à celui par qui il arrive » (Mt 18,7), comme s’il disait : « Je vous permets ce temps de la persécution pour enlever les épines de mon épouse, laquelle en est toute couverte, mais je ne permets pas les mauvaises pensées des hommes. » Sais-tu comment je fais ? Je fais comme au temps où j’étais sur terre, quand je fis un fouet de cordes pour chasser ceux qui achetaient et vendaient, ne voulant pas que la maison de mon père se fît caverne de voleurs. Ainsi te dis-je que j’ai fait un fouet des créatures et que de ce fouet je chasse les marchands immondes, cupides et avares, gonflés de superbe, qui vendent et achètent les grâces des dons de l’Esprit-Saint. Ainsi, avec le fouet de la persécution des créatures, je les ai chassés, c’est-à-dire que, par la force des tribulations et de la persécution, j’ai fait disparaître la vie désordonnée et malhonnête. Le feu du saint désir croissant en moi, pleine d’admiration, je voyais dans le flanc du Christ crucifié entrer le peuple chrétien et l’infidèle ; et moi, par désir et effet d’amour, je passais au milieu d’eux, entrant avec eux en Christ, le doux Jésus, accompagné de mon père saint Dominique et de saint Jean le singulier. Alors il me mettait la croix au cou et l’olivier en main, comme s’il voulait, ainsi qu’il disait, que je les portasse à l’un et l’autre peuple (= les chrétiens et les « infidèles »)… Alors je jubilais et j’exultais, et j’étais tellement revêtue de certitude de l’avenir qu’il me semblait posséder et goûter celui-ci.2

  • 3 Raymond de Capoue, Legenda maior, sive Legenda admirabilis virginis Catherine de Senis, S. Nocenti (...)

4Après cette investiture prophétique, le doute n’était plus permis. Catherine est désormais convaincue que Dieu l’a chargée d’une mission : entraîner le pape, les clercs et le peuple chrétien dans un mouvement de réforme dont l’issue positive est certaine, malgré les difficultés du présent, puisque Dieu l’avait assurée du triomphe final de l’Église. La haute conscience qu’elle avait de son magistère d’épouse du Christ se fonde sur la conformité entre la parole divine et la sienne propre, vérifiée dans la prière et reconnue par ses pères et ses fils spirituels. Dès lors s’ouvrit une autre période de son existence où, avec l’aide de ses disciples, tant clercs que laïcs, elle commença à adresser des lettres d’exhortation ou de rappel à l’ordre à des personnalités de plus en plus importantes : membres de gouvernements communaux, « seigneurs » de certaines cités italiennes, juristes et bientôt souverains de toute la chrétienté. Un peu embarrassé par ce comportement qui pouvait paraître prétentieux ou téméraire de la part d’une simple laïque, son premier biographe, Raymond de Capoue, le justifie en mettant en avant le fait que, dans la situation particulière de déchéance où se trouvaient l’Église et la chrétienté, Dieu avait choisi de s’appuyer sur une femme inculte, vase fragile mais rempli de vertus, pour confondre les hommes orgueilleux qui méprisaient sa grâce3. Ce disant, il se situait dans la ligne de Thomas d’Aquin qui s’était référé dans sa Somme théologique (IIa, IIIae, 5, q. 171 et 175) à une figure de l’Ancien Testament : la prophétesse Hulda qui résidait à Jérusalem sous le règne de Josias, que le grand prêtre et le roi avaient reconnue comme une envoyée de Dieu. Sollicitée par eux, elle rendit un oracle par lequel elle menaça d’un châtiment sévère le peuple de Juda qui, oublieux de la Loi, s’était tourné vers d’autres dieux que celui d’Israël, tout en leur annonçant qu’un sursis leur était laissé pour qu’ils se convertissent. (2 Rois, 22,12-20). De même, aux yeux de Raymond de Capoue, les sages, qui sont devenus des sots, seront humiliés et les superbes seront abaissés, tandis que des honneurs seront rendus aux humbles qui n’ont pas perdu confiance dans la Parole de Dieu, en particulier à Catherine qui a été de son vivant le canal de l’amour divin pour l’humanité.

5Le fait qu’elle ait commencé à se comporter en prophétesse en intervenant dans le domaine public lui valut les sarcasmes des uns et les avertissements des autres. Bianco de Sienne ou de Città di Castello, un ancien compagnon de Giovanni Colombini, lui adressa une lauda en vers où il s’inquiète de son succès, craignant qu’il ne lui tourne la tête :

Garde-toi, ma sœur / de tomber en grande ruine
Si tu as la grâce divine, / fais en sorte de la garder… […]
Prends garde que la tentation / du discours prophétique
Ne te mette en prison, / car tôt ou tard il t’aura quittée !

6À la suite de quoi, il lui adressa un certain nombre d’avertissements, sur un ton à la fois amical et menaçant, que l’on peut résumer en quelques phrases :

  • 4 T. Bindi éd., Laudi spirituali del Bianco di Siena povero Gesuato del secolo XIV, codice inedito, (...)

Prends bien garde de ne pas tenir de vains discours… Déjà on te considère comme une sainte inspirée par le Saint-Esprit ; si tu es en réalité l’épouse du Christ, fuis la louange des hommes qui est un poison pour l’âme. Si tu tombes, plusieurs perdront la foi ; prends donc bien garde, pauvre femme de ne pas entraîner les autres dans ta chute et tâche de faire preuve d’humilité !4

7Raymond de Capoue refusa de lire ces vers à Catherine, mais celle-ci en eut connaissance et, loin de lui en vouloir, elle en remercia l’auteur en ces termes fort respectueux, mais non dépourvus d’un certain humour :

  • 5 Lettre CCCV, dans R. Fawtier, L. Canet, op. cit., p. 103.

Quant à moi, très cher Père dans le Christ, le doux Jésus, je vous remercie cordialement du saint zèle et de la sollicitude que vous avez pour mon âme, en ce qu’il me semble vous voir rempli de doutes sur ce que vous entendez dire de ma vie. Je suis assurée que rien d’autre ne vous pousse, sauf le désir de l’honneur de Dieu et de mon salut, dans la crainte où vous êtes pour moi de l’assaut et de l’illusion du démon, et je ne suis nullement étonnée que vous pensiez ainsi car cela m’arrive souvent à moi-même, et alors je tremble d’effroi. Mais je m’appuie sur la miséricorde de Dieu et me défie de moi-même, sachant bien que je n’en puis rien attendre de bon.5

  • 6 Voir A. Vauchez, Saints, prophètes et visionnaires. Le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Paris, Alb (...)

8Il est bien question de certaines prophétesses dans la Bible, en particulier dans les Actes des apôtres (Ac 2, 17) où est citée la prophétie de Joël : « Alors leurs fils et leurs filles prophétiseront… et moi sur mes serviteurs et mes servantes je répandrai de mon Esprit. » Mais celles qui s’affirmaient comme telles s’exposaient à des critiques fondées sur l’interdiction faite aux femmes de prendre la parole en public dans l’Église qui figure dans la 1re épître de Paul à Timothée (1 Ti, 11-13). Aussi Catherine a-t-elle été attentive à ne pas revendiquer explicitement une fonction prophétique. À la différence d’une Brigitte de Suède qui affirmait tenir ses révélations de Marie, mère de Dieu, elle ne se présente pas comme l’instrument d’une révélation continue. Elle ne prétend pas connaître l’avenir dans le détail, ni être dépositaire de secrets divins relatifs à l’histoire, en dehors de l’Écriture sainte qu’elle utilise avec prudence en évitant de se référer à des textes apocryphes. De ses maîtres dominicains, elle avait appris à garder bien clair et lucide l’œil de l’intellect. Du reste, Thomas d’Aquin lui-même avait admis dans sa Somme théologique la possibilité d’un prophétisme non doctoral, donc ouvert le cas échéant aux femmes, dont le critère d’authenticité était à ses yeux son utilité pour le salut commun6. Catherine justifie ses interventions en disant que, si elle prend la parole dans l’Église comme elle le fait, c’est pour obéir à un mandat très précis qui lui a été donné par Dieu. Cela lui confère le droit de transcender la hiérarchie ecclésiastique normale – il n’est presque jamais question d’évêques dans ses lettres et encore moins de simples prêtres, sauf pour certains d’entre eux qui appartenaient à l’entourage du pape –, car elle avait une fonction à remplir, comme une mère pour ses fils : faire entrer l’humanité dans la plaie ouverte du côté du Christ pour la conduire au salut. Et son discours fut d’autant mieux reçu qu’elle se déclarait toujours prête à prendre sur elle la responsabilité des fautes qui avaient été commises par les hommes, qu’il s’agisse de la guerre ou du schisme. Ainsi, après le massacre commis à Césène par les troupes pontificales en 1377, elle écrit à Grégoire XI :

  • 7 Lettre CCLXX, dans Catherine de Sienne, Lettres aux papes Grégoire XI et Urbain VI, aux cardinaux (...)

Hélas, mon papa [sic], mon âme se désole de voir que mes iniquités sont la cause de tant de malheurs ! Il semble que le démon a pris possession du monde et c’est nous qui le lui avons donné, car de lui-même il ne peut rien. De quelque côté que je me tourne, je vois que, sous l’empire de sa volonté corrompue, chacun lui apporte les clés de son libre arbitre ; je vois les séculiers, les religieux et les clercs se ruer avec orgueil vers les délices, les honneurs et les richesses du monde. Mais par-dessus tout, je vois que ce qui afflige le plus Dieu, ce sont ces fleurs plantées dans le corps mystique de la sainte Église et qui devraient être des fleurs odoriférantes. Or ceux-là mêmes dont la vie devrait être un miroir des vertus, ceux qui devraient priser et aimer l’amour de Dieu et le salut des âmes, répandent au contraire l’odeur infecte du péché !7

9Ce texte plutôt rude à l’égard du clergé prend une portée encore plus grande encore quand on sait que, chez Catherine, l’expression « corps mystique de la sainte Église » renvoie à la papauté et à la hiérarchie ecclésiastique !

10Sa vocation prophétique ne se traduisit pas seulement par de vigoureuses dénonciations des abus et des fautes. Elle se manifesta surtout dans son souci permanent de dégager la signification spirituelle des évènements. Pour elle, l’origine des graves difficultés que traversait la société de son temps se situait dans le domaine moral et religieux, ce qui fut à l’origine de nombreux malentendus et d’échecs dans son action : ainsi, elle explique la crise du système communal, dont elle constatait les effets catastrophiques autour d’elle, par l’exaltation de l’amour-propre qui rendait impossible la recherche du bien commun, et celle de l’Église par la mauvaise conduite des clercs. Typique à cet égard est l’analyse qu’elle fait du comportement des prélats dans une lettre qu’elle adressa au pape Grégoire XI en 1376 :

  • 8 Lettre CLXXXV, ibid., p. 44-45.

Celui qui s’aime nourrit en lui un orgueil pervers, source et principe de tout mal, quelle que soit sa condition, prélat ou sujet. S’il ne s’aime que lui-même, c’est-à-dire pour lui-même et non pour Dieu, il se conduit mal et toute vertu est morte en lui. Il est comme la femme qui accouche d’un enfant mort-né. Il ne peut en être autrement : s’il n’a pas reçu la vie de la charité, il n’aspire qu’aux louanges et à sa propre gloire, et non à celle de Dieu. C’est pourquoi je dis : si cet homme est un prélat, il se conduit mal car cet amour de soi qui le pousse à ne pas vouloir déplaire aux créatures et auquel il est lié par plaisir et amour-propre étouffe en lui la sainte justice. Aussi, lorsqu’il prend ses sujets en défaut et les voit commettre des péchés, il fait comme si de rien n’était et ne les amende point ; ou s’il les amende, c’est avec une telle froideur et tiédeur de cœur qu’il n’en ressort aucun effet ; qui pis est, craignant sans cesse de déplaire et de s’attirer des ennemis, il encourage le vice.8

11Aussi dénonce-t-elle avec une virulence particulière la trahison des valeurs évangéliques par les clercs, qui étaient chargés de les transmettre, et leur mépris pour les réalités spirituelles. Catherine n’hésite pas à proférer des jugements sévères et même des condamnations contre des hommes d’Église indignes, comme les mauvais recteurs de l’État pontifical qu’elle qualifie de « démons incarnés », ou les cardinaux qui avaient élu Clément VII en 1378, qu’elle traite respectivement de suppôts de Satan et d’antéchrists. Mais elle garde toujours une attitude de réserve et de dévotion vis-à-vis des prêtres en tant que ministres du sacrement de l’autel. Chez elle, la critique des dérives du clergé est équilibrée par un respect inconditionnel de la hiérarchie ecclésiastique et de ses prérogatives, ce qui la situe sur ce plan dans la même ligne qu’Hildegarde de Bingen († 1179). Son attitude n’a rien à voir avec celle d’un Pétrarque qui accusait Avignon d’être « une Babylone fausse et riche » et elle n’a jamais fait sienne l’idée, alors très répandue en Italie, que les papes aient été « en captivité » sur les bords du Rhône. Pour elle, les maux dont souffre l’Église ne sont pas à rechercher à l’extérieur de celle-ci mais en son sein même. La portée collective de son message orienté vers la réforme de la chrétienté la situe dans la ligne du prophétisme biblique, qui vise à l’amélioration de l’homme par un retour à la centralité de la loi divine dans l’existence individuelle et collective. Cependant, les causes immédiates des abus qu’elle dénonce, qui procédaient dans une large mesure des dérèglements du système bénéficial et des excès de la centralisation romaine, lui échappent complètement, car sa tendance à projeter les actes humains sur le plan de l’histoire du salut lui fait perdre de vue l’influence des structures sur les comportements. De plus, à une époque où les États, qu’ils fussent monarchiques ou communaux, revendiquaient une autonomie accrue par rapport à l’Église sur le plan temporel, l’aspiration de Catherine à réunir la société chrétienne autour d’un projet de croisade et à faire de l’Italie « le jardin de l’Église » allait à contre-courant de l’évolution historique et était voué à l’échec. Quant à son désir de faire de la papauté la clé de voute de l’unité du monde chrétien, il peut paraître bien dérisoire à la veille du Grand Schisme !

12Catherine se différencie cependant d’une Brigitte de Suède ou d’un Vincent Ferrier, qui eux aussi dénoncèrent les vices et les insuffisances du clergé de leur temps, car elle met moins l’accent sur la colère de Dieu que sur sa miséricorde et accorde une grande importance à la prière des vrais serviteurs de Dieu. Ceux-ci, dans la discrétion de leur retraite, étaient pour elle les colonnes portantes de l’Église, à même d’infléchir la volonté divine par leurs oraisons continuelles. Indéniablement elle se comptait parmi ces derniers puisque, dans une de ses lettres, elle se compare à Moïse qui priait les bras levés, tandis que son peuple combattait et remportait la victoire. Dans ses écrits, elle se présente à la fois comme une humble créature pécheresse et comme le relais d’une autorité supérieure : le Saint-Esprit qui l’avait chargée de « veiller sur une multitude d’âmes » vis-à-vis desquelles elle déployait dans ses lettres des trésors de persuasion pour les conduire sur la voie du salut. Ce prophétisme épistolaire si original, qui à la fin de sa vie remplaça les rencontres devenues difficiles ou impossibles, était la manifestation concrète de la mission dont elle se sentait investie par Dieu et qu’elle avait acceptée, entrant ainsi de façon profonde et durable en rapport de communion avec l’amour crucifié qui cherchait à racheter le monde.

  • 9 Raymond de Capoue, Legenda maior, éd. citée, p. 324-325.
  • 10 Jean Gerson, De examinatione doctrinarum, I, 16, dans Œuvres complètes, P. Glorieux éd., vol. IX, (...)

13En dernière analyse, ce qui fait de Catherine de Sienne une prophétesse n’est pas sa capacité de prédire l’avenir – encore que, selon Raymond de Capoue, elle aurait annoncé l’imminence d’un schisme lorsqu’elle apprit la mort de Grégoire XI9 – mais l’autorité et la liberté de ton avec lesquelles elle s’est adressée à ses interlocuteurs, si haut placés fussent-ils dans la hiérarchie laïque ou ecclésiastique. Elle a écrit quinze lettres à Grégoire XI entre 1370 et 1378 – dont quatorze nous sont parvenues – et au moins huit lettres à Urbain VI entre le printemps de 1378 et celui de 1380, avec le même mélange d’humilité et d’assurance qui atteste sa conviction d’avoir été choisie par Dieu pour rappeler à ses contemporains la nécessité et l’urgence d’une réforme de l’Église. Après son retour en Italie, Grégoire XI entretint avec elle des rapports plus distants, comme s’il lui en voulait de l’avoir poussé à quitter Avignon et la rendait responsable des difficultés politiques qu’il rencontra après son retour à Rome. D’après Jean Gerson, peu avant sa mort, il aurait invité les dignitaires ecclésiastiques qui l’entouraient « à se méfier des hommes ou des femmes qui, sous prétexte de religion, rapportent des visions qu’ils ont eues dans leur tête », et il aurait ajouté que « lui-même, abusé par des personnes de cette espèce, s’était laissé entraîner et avait entraîné l’Église avec lui jusque dans la crise du schisme qui était imminent »10. Même si elle n’est pas nommée, Catherine de Sienne est évidemment visée, car qui plus qu’elle avait exercé sur lui une pression constante pour qu’il revienne à Rome ? Comme le témoignage de Gerson est tardif et émane d’un adversaire de l’obédience romaine, il n’y a peut-être pas lieu d’en exagérer la portée. Mais il contient sans doute une part de vérité, car Catherine elle-même écrivit à Grégoire XI en 1377 pour lui dire qu’elle se sentait personnellement responsable de la perte de respect envers l’Église et le pape qui se manifestait en Italie, et lors du procès vénitien de 1411-1416, quelques témoins cherchèrent à la disculper du reproche qui lui était fait dans certains secteurs de l’opinion d’avoir été à l’origine du schisme de 1378 en poussant la papauté à revenir à Rome. Elle continua cependant à défendre son action en disant que, si on la rejetait, elle se réfugierait « dans la plaie du côté du Christ » d’où elle continuerait son combat, car, pour elle, l’autorité de ses paroles était garantie par l’expérience spirituelle qu’elle avait vécue. Quand elle cherche à justifier son rôle, elle se réfère souvent à Jean l’évangéliste dont les écrits – en particulier ses lettres et l’Apocalypse dont on lui attribuait la rédaction – constituaient pour elle un modèle de vision prophétique, et elle n’hésite pas à se présenter comme une « servante de Dieu parlant avec la voix de Dieu et appelée pour cela à subir d’injustes attaques ».

  • 11 T. Caffarini, Libellus de supplemento : legende prolixe virginis beate Catherine de Senis, I. Cava (...)

14Lors du procès de Venise de 1411-1416, qui eut pour objectif essentiel de lever les doutes qui pouvaient subsister au sujet de la sainteté de Catherine, une place importante fut consacrée à son charisme prophétique. Mais les promoteurs de sa cause étaient bien conscients du fait que l’authenticité de ses visions et de ses révélations pouvait être discutée, dans la mesure où il n’y avait pas de preuve décisive dans ce domaine. Aussi mirent-ils plutôt l’accent sur la fécondité qu’elles avaient conférée à son action apostolique. Les témoins soulignèrent le rôle qu’elle avait joué dans la conversion de nombreux religieux et le fait que la plupart des membres laïcs de sa « famiglia » étaient entrés dans des ordres monastiques après sa mort. Ils s’efforcèrent également de montrer qu’il n’y avait pas eu de conflit entre son charisme prophétique et le ministère institutionnel de l’Église, dans la mesure où, la seule fois où elle prêcha en public, ce fut devant les cardinaux et après y avoir été invitée par le pape Urbain VI. Enfin, ils ne manquèrent pas de relever l’heureuse influence que Catherine continuait à exercer dans l’Église par ses écrits : à travers eux, elle était appelée à remplir une fonction de salut jusqu’à la fin du monde. Cet accent mis sur les œuvres et sur la doctrine est typique d’une Église où les universitaires jouaient un rôle prépondérant. À leurs yeux, elle avait acquis la véritable sagesse fondée sur une connaissance expérimentale de Dieu, qui lui avait permis de comprendre ce qu’il y a de caché et de plus profond dans l’Écriture sainte, et Thomas Caffarini n’hésita pas à dire à cette occasion qu’elle devrait être honorée comme un docteur à l’instar d’Hugues et Richard de Saint-Victor qui, bien que non canonisés, étaient des lumières pour les chrétiens11. Dans cette ligne, au lieu de mettre l’accent sur ses interventions prophétiques historiquement connotées et sur sa lutte pour la paix et la réforme de l’Église, la tradition ultérieure s’emploiera à détacher les révélations dont elle avait bénéficié du contexte précis auquel elles étaient liées et à faire de Catherine un auteur spirituel intemporel.

Haut de page

Notes

1 Lettre CCCXLIII, dans Catherine de Sienne, Lettres aux laïcs, Paris, Cerf, 2010, vol. I, p. 220-221.

2 Lettre LXXXVII, dans R. Fawtier, L. Canet, La double expérience de Catherine Benincasa, Paris, Gallimard, 1948, p. 136-138.

3 Raymond de Capoue, Legenda maior, sive Legenda admirabilis virginis Catherine de Senis, S. Nocentini éd., Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2013, p. 122, et II, 10, 15-17, p. 325.

4 T. Bindi éd., Laudi spirituali del Bianco di Siena povero Gesuato del secolo XIV, codice inedito, Lucques, G. Giusti, 1851, strophe LXXII, p. 325.

5 Lettre CCCV, dans R. Fawtier, L. Canet, op. cit., p. 103.

6 Voir A. Vauchez, Saints, prophètes et visionnaires. Le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 1999, p. 199-207, et A. Vauchez éd., Prophètes et prophétisme, Paris, Seuil, 2012, p. 61-125.

7 Lettre CCLXX, dans Catherine de Sienne, Lettres aux papes Grégoire XI et Urbain VI, aux cardinaux et aux évêques, U. Meattini éd., Paris, Cerf, 2008, p. 84.

8 Lettre CLXXXV, ibid., p. 44-45.

9 Raymond de Capoue, Legenda maior, éd. citée, p. 324-325.

10 Jean Gerson, De examinatione doctrinarum, I, 16, dans Œuvres complètes, P. Glorieux éd., vol. IX, L’œuvre doctrinale, Paris, Desclée & Cie, 1973, p. 469-470.

11 T. Caffarini, Libellus de supplemento : legende prolixe virginis beate Catherine de Senis, I. Cavallini, I. Foralosso éd., Rome, Edizioni Cateriniane, 1974, vol. IV, p. 344.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Vauchez, « Catherine de Sienne, prophétesse d’un renouveau spirituel », Laboratoire italien [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1842 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1842

Haut de page

Auteur

André Vauchez

André Vauchez est historien. Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire et membre de l’École française de Rome, il est spécialiste de l’histoire de la sainteté et de la spiritualité médiévales. André Vauchez a été directeur des études pour le Moyen Âge à l’École française de Rome (1972-1979) puis maître de recherches au CNRS, avant d’être nommé professeur d’histoire médiévale à l’université de Rouen (1980-1982) et à l’université Paris-Nanterre (1983-1995). Membre de l’Institut universitaire de France, il a dirigé l’École française de Rome de 1995 à 2003. André Vauchez est membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, depuis 1998, de l’Accademia nazionale dei Lincei (Rome), de la Pontificia Accademia romana di Archeologia (Vatican) et de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique. Directeur de la Revue Mabillon, André Vauchez est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont, notamment, La spiritualité du Moyen Âge occidental VIIIe-XIIIe siècle (PUF, 1975), La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge (1198-1431) (École française de Rome, 1981), Saints, prophètes et visionnaires : le pouvoir du surnaturel au Moyen Âge (Albin Michel, 1999), Rome, l’idée et le mythe : du Moyen Âge à nos jours (Fayard, 2000), Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses (Cerf, 2e éd., 2007), Catherine de Sienne. Vie et passions (Cerf, 2015). Il a également dirigé l’Histoire du christianisme, tomes IV, V et VI (Desclée, 1990-1993) et le Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, tomes I et II (Cerf, 1997-1998).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page