Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2018Beppe Fenoglio, Il libro di Johnny

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2018

Beppe Fenoglio, Il libro di Johnny

Gabriele Pedullà éd., Turin, Einaudi, 2015, LXXXVII + 791 p., 28 €
Jean-Claude Zancarini
Référence(s) :

Beppe Fenoglio, Il libro di Johnny, Gabriele Pedullà éd., Turin, Einaudi, 2015, LXXXVII + 791 p., 28 €

Texte intégral

1Un autre livre de Fenoglio, « inventé » par Gabriele Pedullà, qui signe aussi une préface éclairante. Un nouveau Fenoglio, peut-être le plus beau de tous, même pour ceux qui ont lu tous les autres livres et qui les aiment, un livre à lire absolument ! Comment ce cadeau inespéré nous est-il arrivé ?

2Beppe Fenoglio avait en tête un libro grosso qui raconterait la vie d’un jeune homme surnommé Johnny, lycéen à Alba, antifasciste, amoureux de l’Angleterre et de sa littérature, appelé sous les armes en 1943 après avoir suivi un cours d’élève officier, surpris par l’armistice alors qu’il se trouvait près de Rome, rentrant chez lui après le 8 septembre 1943 et choisissant bien vite la résistance armée, d’abord dans les brigades Garibaldi, les rouges, puis chez les bleus, les badogliani. Cette épopée, qui ressemblait de près à sa propre histoire, il voulait l’appeler Primavera di bellezza (en reprenant ironiquement à son compte le deuxième vers de l’hymne fasciste Giovinezza). Quand il alla voir l’éditeur Garzanti avec le début de ce grand projet et proposa de le publier en deux volumes, il comprit assez vite que son idée ne convenait pas à l’éditeur, qui penchait en revanche pour qu’il fasse du début de son ouvrage un livre autonome. Fenoglio décida donc de faire un livre qui prendrait en compte la première partie du parcours de Johnny jusqu’à la proclamation de l’armistice par Badoglio le 8 septembre 1943. Il ajouta à ce qu’il avait déjà écrit trois chapitres qui mettaient en scène Johnny entrant dans la résistance et tombant lors du premier combat. Le livre parut chez Garzanti en 1959 sous le titre qui avait été pensé pour l’ensemble du cycle : Primavera di bellezza. Les matériaux pour la deuxième partie de l’épopée de Johnny restèrent dans les tiroirs de Fenoglio jusqu’à sa mort en 1963 et lui servirent pour d’autres textes, dont le formidable Una questione privata, publié l’année de la mort de l’auteur et dont les frères Taviani viennent de donner une adaptation cinématographique.

3Alors vit le jour Il partigiano Johnny, créé par divers éditeurs et philologues à partir des manuscrits conservés par Fenoglio. Ce matériel était dense et complexe : au moins trois versions, une en anglais et deux en italien. Comment faire de ces diverses versions un livre qui raconterait « la guerre sur les collines » (ce fut le titre donné à la traduction française de Gilles de Van, publiée par Gallimard en 1973) du partisan Johnny ? Chacune des trois solutions choisies était défendable, chacune avait ses qualités, mais on ne pouvait dire d’aucune d’entre elles que c’était la bonne, celle qu’aurait voulu voir publier Fenoglio. Lorenzo Mondo choisit de contaminer les deux versions italiennes en se souciant avant tout de procurer un texte lisible et le livre sortit en 1968 (une bonne année pour un texte sur la résistance !). La contamination des deux versions fit se dresser les cheveux sur la tête de l’une des grandes philologues de l’époque, Maria Corti, qui arriva à convaincre Einaudi de faire une édition strictement philologique et critique de l’ensemble de l’œuvre de Beppe Fenoglio : elle fut publiée en 1978 et on allait désormais pouvoir lire toutes les versions existantes de ce qu’on continue à nommer Il partigiano Johnny. On trouve également dans cette édition une version alternative de Primavera di bellezza, qui est très probablement celle que Fenoglio avait fait lire à Garzanti et qu’il a modifiée (en l’abrégeant et en y ajoutant les trois chapitres finaux). Il s’agit d’une remarquable édition critique, mais qui n’assure pas franchement un grand plaisir de lecture !

4En 1992, Einaudi sortit une troisième édition, confiée à un autre grand philologue italien, Dante Isella. Il s’agissait cette fois d’éviter les contaminations tout en procurant un texte lisible par un public large. Le choix de Dante Isella était simple et efficace. Il suivait la première version italienne, à partir du retour de Johnny à Alba quelques jours après le 8 septembre, puis récupérait la seconde version à partir du moment où le manuscrit était complet, ce qui correspondait aux événements qui vont du 10 octobre 1944 (occupation d’Alba par les partisans) au 25 février 1945 (combat entre partisans et fascistes à Valdivilla au cours duquel Johnny est tué). Isella indiquait la césure entre les deux manuscrits qu’il utilisait (en signalant qu’il y avait une première et une deuxième partie). On peut lire ce troisième Il partigiano Johnny en sachant qu’il correspond à deux moments d’écriture, mais ces deux moments sont accolés l’un à l’autre et ne se contaminent pas l’un l’autre.

5Mais – et c’est dans ce mais que réside l’audace de Gabriele Pedullà – qu’on lise Il partigiano Johnny dans une quelconque de ces trois versions, on ne lit pas un livre que Beppe Fenoglio avait prévu d’écrire ! Dès lors, la question que se posait Pedullà devenait : peut-on rendre une idée de ce que Fenoglio avait en tête avec son libro grosso sur Johnny ? Parce que c’est bien cette épopée que Fenoglio avait en tête pendant un temps, et la tentative de Pedullà consiste à faire lire à la suite les textes qui correspondent à ce moment : la première version de Primavera di bellezza (plus longue que celle qui fut réellement publiée, elle s’arrête au moment du retour à Alba de Johnny en septembre 1943) ; la deuxième partie de l’ouvrage suit le manuscrit de la première version italienne (qui est le seul qui soit complet). Bon. On voit que philologiquement « ça se discute », que d’autres solutions étaient possibles (Pedullà en cite d’ailleurs dans sa préface). C’est un cas typique de la difficulté, voire de l’impossibilité, qu’il y a à dire avec certitude quel est le texte final, original, voulu par l’auteur quand il n’a pas été publié de son vivant (et parfois dans ce cas également !). C’était donc en fait un coup de dés… mais le résultat est une vraie réussite, l’épopée l’emporte de loin sur les doutes philologiques ! On suit avec enthousiasme les aventures de Johnny, on espère à tout moment qu’il va échapper aux embuches et rester vivant, porteur de l’espoir d’une génération qui a accepté de risquer sa vie pour faire face au fascisme. Et on lit avec émotion les dernières phrases de Fenoglio décrivant la déambulation de Johnny et de son camarade Pierre, après le combat d’Altavilla, symbole de la résurrection des brigades de la résistance et annonce de la victoire finale :

Poi Pierre gridò per l’adunata e partenza. Johnny s’alzò, spallò a sinistra il suo sten vuoto e prese a tracolla il bren affamato e stette sull’attenti davanti al distratto, altrimenti concentrato Pierre; poi Pierre lo guardò e gli sorrise, tristemente ma a cuore pieno. E nell’inizio della marcia gli venne a fianco e a fianco gli marciò, e Johnny si sentì bene come non più da secoli, e la gioia era doppia per sapere che anche Pierre stava bene come non più da secoli. Ma, più avanti, Pierre s’aggrottò e disse a Johnny che era stato un pasticcio. – Ma andava fatto, – disse Johnny, guardando il cupo, ma non ostile cielo.

6Partisans, pour l’éternité !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Zancarini, « Beppe Fenoglio, Il libro di Johnny », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 21 juin 2018, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/2426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.2426

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Zancarini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search