Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2018

Serenella Iovino, Enrico Cesaretti, Elena Past, Italy and the Environmental Humanities: Landscapes, Natures, Ecologies

Charlottesville, Londres, University of Virginia Press (Under the Sign of Nature: Explorations in Ecocriticism), 2018, 278 p., 29,98 €
Amélie Aubert-Noël
Référence(s) :

Serenella Iovino, Enrico Cesaretti, Elena Past, Italy and the Environmental Humanities: Landscapes, Natures, Ecologies, Charlottesville, Londres, University of Virginia Press (Under the Sign of Nature: Explorations in Ecocriticism), 2018, 278 p., 29,98 €

Texte intégral

1Serenella Iovino, professeure de littérature comparée à Turin et promotrice de « l’écocritique » sur la scène internationale, est sans conteste celle qui a introduit dans le champ des études italiennes les méthodologies de cette spécialité, née dans les années soixante-dix dans le milieu anglo-saxon, et qui consiste à analyser les objets littéraires et esthétiques selon une perspective écologique. Ses ouvrages Ecologia letteraria: una strategia di sopravvivenza (2007) et Ecocriticism and Italy (2016) sont les principales références en la matière. Le volume Italy and the Environmental Humanities, dirigé en collaboration avec Enrico Cesaretti et Elena Past et paru en 2018, élargit encore les horizons de la recherche en italianistica : il s’ouvre en effet à des contributions d’auteurs qui, si beaucoup enseignent les études italiennes aux États-Unis, sont affiliés à des disciplines aussi différentes que l’analyse littéraire ou cinématographique, l’histoire et la sociologie environnementales ou encore la « dendrosophie », néologisme forgé par Tiziano Fratus, auteur de l’essai Walking Roots, désignant un nouveau champ de savoir dans lequel s’inscrit d’ailleurs son texte consacré aux arbres notables des paysages italiens (p. 238).

2L’ouvrage est construit autour de l’idée de transdisciplinarité qui est au fondement des « humanités environnementales », catégorie émergée dans les années quatre-vingt-dix et qui subsume l’écocritique, puisqu’elle renvoie précisément à la convergence d’intérêts (épistémologiques et éthiques) reliant entre eux des domaines de recherche toujours plus nombreux, tous également animés par des considérations d’ordre écologique. Il ne s’agit pas simplement de prendre les questions environnementales ou animales comme des filtres thématiques, mais d’un véritable changement de paradigme, impliquant le dépassement de l’opposition séculaire entre nature et culture et d’une vision du monde anthropocentriste. Les éléments non humains (animaux, végétaux ou même inertes) ne sont plus considérés comme de simples objets, mais comme les sujets d’une agency et de relations complexes et permanentes avec le monde humain : « we believe that the focus of academic inquiry sould shift from being exclusively (and hubristically) centered on human life and sujectivity » (p. 4).

3Les travaux relevant de cette approche fleurissent depuis deux décennies dans le monde anglo-saxon, et plus récemment en France comme dans d’autres pays européens, mais restaient rares et surtout épars dans le domaine italien. Italy and the Environmental Humanities devrait donc faire date, en ce qu’il fournit ce qui manquait jusqu’à présent : un cadre d’expression à la fois varié et organique, réunissant des travaux sur des phénomènes divers et permettant de mettre en évidence les spécificités culturelles, géographiques et sociales des rapports entre acteurs humains et non humains en Italie.

4Les articles sont regroupés dans cinq grandes sections, selon des critères thématiques plutôt que disciplinaires.

5Dans la première, « Voices and Nature », des analyses des « voix » non humaines présentes dans la poésie de Gianni Celati, d’Andrea Zanzotto et d’Ivano Ferrari côtoient la description par Almo Farina, professeur d’écologie à l’université d’Urbino, d’un vaste programme de recherche portant sur les chants d’oiseaux, et sur tout ce qu’ils ont à nous apprendre sur la biodiversité ainsi que sur l’impact de l’activité humaine sur l’environnement, dans la Lunigiana, sous-région de la Toscane particulièrement riche en la matière.

6« Places and Landscapes » fait également la part belle à la littérature, avec des textes sur Italo Calvino, Carmine Abate et Dino Buzzati. S’y ajoutent une étude sur les rapports entre le sous-mouvement futuriste appelé aeropittura et les paysages italiens, ainsi qu’un bref article plus lyrique que théorique sur l’importance de regarder à nouveau, et différemment, chaque recoin d’une Italie riche d’une diversité qui en fait « the Mecca of the gaze » (p. 110), article rédigé par le poète, photographe et réalisateur de films documentaires campanien Franco Arminio.

7« Ecologies and Environments » présente deux études de cas : l’une sur les rapports entre l’importante présence historique de la malaria en Sardaigne et les spécificités actuelles de l’île, parmi lesquelles la longévité exceptionnelle de ses habitants ; l’autre sur le militantisme écologique dans la vallée piémontaise de Suse, notamment sur le No TAV, vaste mouvement d’opposition au fameux projet de ligne de train à grande vitesse. Viennent ensuite un chapitre sur les « pétrocultures » dans le cinéma de Paolo Sorrentino et un entretien avec Carlo Petrini, fondateur de Slow Food, cette vaste association aujourd’hui présente dans cent soixante pays qui chapeaute de très nombreux projets en lien avec les traditions gastronomiques locales, les communautés alimentaires et le développement durable (p. 152).

8« Bodies and Pollutions » rassemble des analyses d’ordre littéraire, sociologique ou historique portant sur différents désastres environnementaux et sociétaux ainsi que sur les initiatives parfois remarquables par lesquelles y répondent les habitants des zones concernées, comme dans le cas du tremblement de terre de 2012 en Émilie-Romagne. Les différents auteurs (parmi lesquels Marco Moro, directeur de la maison d’édition Edizioni Ambiente, spécialisée dans les sujets environnementaux) insistent sur l’importance des narrations alternatives, c’est-à-dire émanant des populations victimes de phénomènes tragiques comme l’intoxication de masse à la dioxine des habitants de Tarente due à la proximité de l’aciérie Ilva (la plus grande usine sidérurgique d’Europe), pour faire connaître leur réalité et contrer les discours officiels, ces derniers faisant trop souvent montre d’une cécité volontaire quant à l’ampleur de problèmes sanitaires, au profit d’intérêts politiques et surtout économiques.

9On trouve enfin dans la dernière section au titre évocateur, « Imaginations and (Re)visions », des ouvertures sur de nouvelles manières de se confronter à l’environnement, passant par l’art, par la marche solitaire ou par une profonde révision du regard que nous portons sur la Méditerranée : « As such, aside from being the meeting point of habitats and elements, human and nonhuman presences, geopolitical realities, alliances and contrasts, the mare also provides points of encounter for a potentially intimate dialogue of cultures » (Pasquale Verdicchio, p. 206). La mer, loin d’être simplement l’espace à exploiter et à dominer qu’en ont fait les puissances européennes, entrelace étroitement son essence et son destin à ceux de toutes les personnes qui la traversent, voire qui y trouvent la mort ; les enjeux environnementaux rejoignent donc ici, comme bien souvent et comme le suggère l’expression même d’« humanités environnementales », des problèmes sociétaux et politiques fondamentaux de notre époque.

10La section se clôt – et avec elle l’ouvrage entier – sur une postface de Rosi Braidotti, l’une des voix les plus emblématiques de la philosophie continentale pour ce qui est des gender studies ainsi que de la pensée post-structuraliste et post-humaniste. Le titre de cette postface, « The Proper Study of the Humanities is No Longer “Man” » (p. 242), se passe de commentaires et synthétise à merveille tout ce qui précède.

11La diversité formelle, générique et thématique des articles ici rassemblés offre un très bel aperçu de la situation italienne dans sa complexité : situation par bien des aspects inquiétante – forte dégradation environnementale, phénomènes spécifiques comme l’éco-mafia et l’afflux de migrants au cours des dernières années… –, mais qui comporte de nombreuses pratiques de résistance et démonstrations de créativité. L’ouvrage permet notamment de comprendre que, comme l’affirme l’introduction, la grande tradition humaniste de l’Italie n’est aucunement incompatible avec le fait qu’elle ait pu devenir dans une époque récente le berceau d’une pensée anti-anthropocentriste investissant des disciplines diverses et désireuse de reconsidérer le monde et tout ce qui est non humain, mais aussi de nombreuses initiatives écologiques et contributions au développement d’un savoir élargi à toutes les formes de vie. Des formes d’engagement qui se retrouvent dans l’art et la littérature italiens contemporains, comme le montre l’échantillon réduit mais représentatif des auteurs et artistes mentionnés au fil des chapitres.

12Il est cependant significatif qu’un tel ouvrage soit rédigé en anglais, alors même qu’il porte intégralement sur la réalité italienne : les travaux relevant de l’écocritique ou des humanités environnementales et s’appliquant à l’Italie fleurissent pour l’instant essentiellement au sein de l’italianistica anglo-saxonne, et ces domaines de recherche pourtant d’une actualité brûlante sont loin d’avoir trouvé une véritable implantation dans le milieu académique italien, peut-être en partie à cause de la tradition humaniste évoquée plus haut et d’un esprit encore largement conservateur. Mais l’on sait désormais que le bel paese regorge de phénomènes passionnants à étudier, et l’on ne peut qu’espérer que cette anthologie annonce un essor prochain de ce champ disciplinaire aussi engagé que polymorphe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Aubert-Noël, « Serenella Iovino, Enrico Cesaretti, Elena Past, Italy and the Environmental Humanities: Landscapes, Natures, Ecologies », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 07 novembre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/2451

Haut de page

Auteur

Amélie Aubert-Noël

Doctorante, CRIX, université Paris-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page