Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Le « familialisme moral » des années 2000 : l’engagement politique des victimes des massacres, du terrorisme et de la mafia, entre procès, histoire et mémoire

Il «familismo morale» degli anni Duemila: l’impegno pubblico delle vittime di stragi, terrorismo e mafia tra processi, storia e memoria
The “moral familism” of the 2000s: the public commitment of the victims of massacres, terrorism and mafia between trials, history and memory
Benedetta Tobagi
Traduction de Jean-Claude Zancarini

Résumés

L’histoire de l’Italie républicaine a été marquée par une longue série de massacres terroristes, restés pour la plupart impunis, à cause des fausses pistes alimentées par certains secteurs de l’État. Les associations de proches de victimes des massacres néofascistes ont joué un rôle fondamental pour faire émerger la vérité sur cette période dramatique. Cette forme de militantisme a été aussi adoptée par les victimes du terrorisme de gauche et de la mafia. En partant de la définition du « familialisme moral », produite par la sociologue Gabriella Turnaturi, l’article pose avant tout un cadre théorique dans lequel s’insère l’évolution du concept de victime. Ensuite, à l’aune des nombreuses expériences concrètes et des modes d’action qui se sont développés depuis les années 2000, l’article montre que le « familialisme moral » ne s’est pas éteint, mais qu’il continue à se manifester aujourd’hui, malgré la conclusion judiciaire d’une bonne partie des affaires liées au terrorisme des années 1970. En effet, une partie fondamentale du travail effectué par les associations de proches de victimes concerne la sauvegarde et la mise à disposition du matériel documentaire et des archives concernant les massacres, apportant ainsi aux chercheurs et à la société une contribution inestimable à la construction du savoir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 M. Veneziani, Controinformazione, Rome, Castelvecchi, 2006, p. 12.
  • 2 Loc. cit.
  • 3 En renversant la catégorie sociologique du « familialisme amoral », introduite par Edward C. Banfi (...)

1L’histoire de l’Italie républicaine a été marquée par une série de massacres qui sont restés en partie impunis, entre autres du fait du brouillage des pistes mené sciemment par les appareils de l’État. Carlo Lucarelli, écrivain et auteur télé bien connu, a affirmé que « sans les parents et les victimes constitués en une sorte d’opinion publique organisée pour faire pression sur les institutions et maintenir éveillée l’attention des gens sur ces thèmes, des épisodes comme le massacre de Bologne ou celui d’Ustica, par exemple, seraient restés encore plus mystérieux qu’ils ne le sont »1. À partir des années 1980, en effet, ils se sont réunis en associations « pour faire par eux-mêmes, et mieux, quelque chose que d’autres auraient dû faire par devoir institutionnel »2. Cet engagement citoyen à partir d’expériences et d’affections privées a été défini par la sociologue Gabriella Turnaturi comme un « familialisme moral »3. Au fil du temps, ces formes d’action ont été reprises également par les victimes du terrorisme de gauche et de la mafia.

  • 4 Nous faisons en particulier référence aux ouvrages de G. De Luna, La Repubblica del dolore: le mem (...)

2Ces dernières années, certaines réflexions ont souligné le caractère régressif et les risques liés à une présence excessive des victimes sur la scène publique et l’extinction de cette forme d’engagement citoyen4. En va-t-il vraiment ainsi ?

3Je pense que non. Aujourd’hui, le « familialisme moral », malgré de nombreuses difficultés (et avec bien des limites), est encore vivant et il a pris des formes diverses, adaptées aux temps. Pour soutenir cette position, je tracerai d’abord un cadre théorique permettant de mettre en évidence l’évolution symbolique et psychologique qui a permis de passer du modèle archaïque de la victime assoiffée de vengeance à celui d’un sujet individuel ou collectif engagé dans la société (évolution qui n’est ni automatique ni nécessaire, mais qui est toujours possible) ; ensuite, à la lumière de nombreuses expériences concrètes et de modèles d’actions qui se sont développés durant les années 2000, je défendrai l’idée que le « familialisme moral » ne s’est pas éteint, mais se manifeste aujourd’hui avec des modalités nouvelles et diverses, au moment où presque toutes les affaires judiciaires liées à ce qu’on a coutume de nommer « les mystères de l’Italie » ont trouvé une conclusion.

  • 5 Dans Come mi batte forte il tuo cuore: storia di mio padre, Turin, Einaudi, 2009, je reconstruis l (...)

4Comme cette thématique est l’objet de débats et de controverses, je déclare d’emblée que je suis profondément impliquée dans la matière ici traitée : je suis une écrivaine et une chercheuse en histoire, mais je suis également la fille d’une victime du terrorisme de gauche5 et j’ai pris part à certaines des initiatives que je décris.

Le contexte. Le « roman des massacres » (et pas seulement), entre impunité et mystification

Les faits et les résultats des procédures judiciaires

5Entre 1969 et 1980, se sont déroulés en Italie de nombreux massacres d’origine terroriste : bombes placées dans des trains et des lieux publics pour alimenter un sentiment de terreur parmi les citoyens afin de faire naître la demande d’un tournant autoritaire ou bien d’une stabilisation du cadre politique avantageant le gouvernement. Les bombes de ce qu’on a nommé la « stratégie de la tension » ont tué en tout 135 personnes.

  • 6 C’est le titre donné par P. P. Pasolini, dans son recueil Scritti corsari, Milan, Garzanti, 1975 [(...)
  • 7 Une première et excellente reconstruction des fausses pistes qui furent lancées lors des diverses (...)
  • 8 Cette journée a été instituée par la loi no 56 du 4 mai 2007, « afin de rappeler toutes les victim (...)
  • 9 Le discours complet de Giorgio Napolitano est disponible à l’adresse :
    [http://presidenti.quirinale (...)

6Le « roman des massacres », comme le baptisa Pier Paolo Pasolini6, a connu un épilogue tout à fait insatisfaisant en termes judiciaires. Les procès ont suivi des chemins tortueux, avec de multiples instructions, des enquêtes et des débats très longs, des jugements prononcés des années, parfois des décennies, après les faits et qui ont souvent connu des issues différentes selon les juridictions. Dans un grand nombre de cas, il a été impossible de consolider des cadres probatoires suffisants pour désigner et condamner les responsables, surtout à cause des fausses pistes lancées par des personnes appartenant à la police judiciaire, aux forces de sûreté (bureaux politiques des préfectures de police, fonctionnaires de la Division des Affaires réservées du ministère de l’Intérieur et Carabiniers) et aux services secrets italiens, point qui fut reconnu dans les plus hautes instances de l’État7. En 2009, en effet, lors du 40e anniversaire du massacre de piazza Fontana, à l’occasion des célébrations au palais du Quirinal du Jour de la mémoire des victimes du terrorisme et des massacres provenant de cette matrice8, le président de la République Giorgio Napolitano mit en exergue « l’activité de brouillage des pistes d’une partie des appareils d’État (ainsi que l’a définie le rapport approuvé en 1994 par la Commission Massacres du Parlement) »9 et déclara qu’elle avait joué un grand rôle dans l’impunité de ces massacres. Il peut être utile de résumer le cadre bien maigre des condamnations judiciaires.

Les procès des massacres

12 décembre 1969. Massacre de piazza Fontana, Milan. Bombes dans une banque. 17 victimes. Trois procès (le dernier s’est terminé en 2005). Aucun condamné pour massacre. Ont été condamnés pour complicité et faux idéologique (pour avoir favorisé la fuite de néofascistes inculpés) deux officiers des services secrets de l’époque (Sid) Gianadelio Maletti et Antonio Labruna. Dans le troisième procès a été reconnue la responsabilité du repenti et collaborateur de justice Carlo Digilio, expert en armes de l’organisation d’extrême droite Ordine Nuovo, qui a bénéficié de la prescription de ce crime en vertu de circonstances atténuantes liées à sa collaboration avec la justice.
22 juillet 1970. Massacre près de la gare de Gioia Tauro (Reggio Calabria). Une bombe sur les voies fait dérailler un train. 6 victimes. Un procès, 23 ans plus tard. Aucun condamné. Les déclarations de collaborateurs de justice permettent de désigner trois responsables, déjà décédés, animateurs de la révolte pour que Reggio de Calabre soit désigné comme chef-lieu, et le rôle du groupe d’extrême droite Avanguardia Nazionale en lien avec la ‘ndrangheta.
31 mai 1972. Massacre à Peteano (Gorizia). Voiture piégée. 3 victimes. Deux procès (le second s’est terminé en 1993). Sont condamnés pour massacre Vincenzo Vinciguerra, membre d’Ordine Nuovo, qui a reconnu les faits, et Carlo Cicuttini, dirigeant du MSI du Frioul. Trois officiers des Carabiniers sont condamnés pour avoir brouillé les pistes (les victimes du massacre étaient des carabiniers attirés sur les lieux par un coup de téléphone).
Massacre dans la préfecture de police de Milan, 17 mai 1973. Grenade. 4 victimes. Deux procès. Le second a mis en lumière les liens de Gianfranco Bertoli – soi-disant anarchiste, arrêté en flagrant délit, ayant reconnu les faits et condamné pour massacre – avec Ordine Nuovo.
Massacre de piazza Loggia, Brescia, 28 mai 1974. Bombe contre un meeting antifasciste. 8 victimes. Trois procès. Le dernier, qui s’est terminé en 2017, a condamné pour massacre le dirigeant d’Ordine Nuovo Carlo Maria Maggi, comme organisateur de l’attentat, et le militant (par ailleurs informateur des services secrets – Sid) Maurizio Tramonte, pour complicité. Les exécuteurs matériels n’ont pas été identifiés. Aucune condamnation pour les fausses pistes, pourtant mises en évidence.
4 août 1974. Massacre de l’Italicus, San Benedetto Val di Sambro (Bologne). Bombe sur un train. 12 victimes. Deux procès. Aucun condamné.
2 août 1980. Massacre à la gare de Bologne. Bombe dans la salle d’attente de 2e classe. 85 victimes. Trois procès dont le dernier est actuellement en cours. Ont déjà été condamnés comme exécuteurs matériels du massacre Valerio Fioravanti, Francesca Mambro et Luigi Ciavardini des NAR (Nuclei Armati Rivoluzionari), organisation terroriste spontanéiste d’extrême droite. Condamnés pour avoir brouillé les pistes, le chef de la loge maçonnique P2 Licio Gelli, deux officiers des services secrets militaires (Sismi) Pietro Musumeci et Giuseppe Belmonte et Francesco Pazienza, homme de main et collaborateur des services secrets.
  • 10 Le massacre d’Ustica est régulièrement associé à des massacres terroristes, tant dans l’imaginaire (...)

7À cette liste nous pouvons ajouter le massacre d’Ustica, l’avion de ligne de l’Itavia qui s’est écrasé en mer avec ses 81 passagers dans la nuit du 27 juin 1980 ; il n’est pas de matrice terroriste mais a été causé par un missile, dans le cadre d’actions militaires non déclarées que l’on a recouvertes – comme pour les autres massacres – d’une chape de secrets et de fausses pistes10.

  • 11 « Libera. Associazioni, nomi e numeri contro le mafie est née le 25 mars 1995 dans l’intention d’i (...)
  • 12 « Foggia, in 40 mila alla marcia di Libera con don Ciotti: “Il 70% dei familiari delle vittime non (...)
  • 13 Ce mécanisme a été remarquablement mis en évidence par E. Deaglio, Il vile agguato: chi ha ucciso (...)
  • 14 J’ai rédigé une synthèse sur le brouillage des pistes lors des enquêtes sur le meurtre du journali (...)
  • 15 Le procès devant la Cour d’assises de Trapani s’est conclu en 2014 par la condamnation des mafieux (...)

8Impunité, oubli et enquêtes déviées marquent aussi l’expérience de nombreuses victimes de crimes mafieux. Selon les estimations fournies par l’association Libera11, environ 70 % des meurtres de victimes innocentes de la mafia sont impunis12. C’est une donnée déconcertante. En outre, comme dans le cas des massacres de matrice terroriste, la collusion entre les organisations criminelles et certains secteurs des appareils d’État s’est souvent traduite par des tentatives de brouillage des pistes qui ont rendu les enquêtes longues et tortueuses. Ainsi les pistes ont été brouillées de façon effarante lors des enquêtes sur le massacre de via d’Amelio dans lequel a trouvé la mort le magistrat Paolo Borsellino13. La façon dont se sont déroulées les enquêtes après la mort du journaliste Mauro Rostagno en 1988 est aussi exemplaire14 : les enquêtes sont allées de fausses pistes en fausses pistes pendant des années et il n’y a eu un procès avec des inculpés mafieux qu’en 201115.

9Ces événements ont alimenté une rhétorique de longue durée sur « l’Italie des mystères ». Rhétorique qui est, en partie, trompeuse. Malgré des résultats judiciaires décevants, des pas en avant significatifs ont pourtant été faits dans la connaissance des faits. Pour paraphraser Pasolini, aujourd’hui nous savons et nous avons beaucoup de preuves : dans les millions de pages des dossiers judiciaires se trouve une masse de preuves et d’indices qui, s’ils ne suffisent pas toujours pour prononcer des condamnations définitives, n’en dessinent pas moins un cadre clair des responsabilités historiques, politiques et morales. Et le rôle d’une partie des appareils de sûreté de l’État dans le brouillage des pistes a aussi été clairement établi.

10Dans le cas de piazza Fontana, le troisième et dernier procès, qui s’est conclu en 2005, a démontré avec de nouvelles preuves l’implication dans le massacre des terroristes d’extrême droite Franco Freda et Giovanni Ventura (les inculpés de ce nouveau procès ont en effet été jugés pour avoir agi avec ces derniers), liés à la cellule d’Ordine Nuovo en Vénétie. Mais comme ces deux hommes avaient été acquittés définitivement dans un procès précédent, ils n’étaient plus condamnables en vertu du principe juridique ne bis in idem16.

  • 17 Le journaliste Francesco Cancellato a rédigé pour le quotidien en ligne Linkiesta.it une reconstru (...)
  • 18 Commission parlementaire d’enquête sur la loge P2, rapport final de Tina Anselmi, disponible sur l (...)

11Quant à l’Italicus17, la commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, dans son rapport final de 1984, affirme que le groupe de pouvoir occulte dirigé par Licio Gelli, découvert en 1981 et lié à diverses affaires de terrorisme, criminalité et corruption, « a mené une œuvre d’incitation envers les acteurs de l’attentat et de financement des groupes de la droite extraparlementaire toscane » et est « donc lourdement impliqué dans le massacre de l’Italicus et peut même en être considéré comme responsable, en des termes qui ne sont pas judiciaires mais historiques et politiques, en tant que base arrière sur les plans économique, organisationnel et moral »18.

  • 19 Sentence du tribunal civil de Palerme, 10 septembre 2011, confirmée par la Cour de cassation le 28 (...)

12Pour les faits d’Ustica, les ministères des Transports et de la Défense ont été condamnés par le juge civil à indemniser les victimes, puisqu’il a été démontré que l’avion s’est écrasé non à cause d’une bombe ni des faiblesses structurelles parfois invoquées, mais parce qu’il avait été touché par un missile alors qu’il se trouvait impliqué dans une action de guerre non déclarée. Cette vérité a résisté aux nombreux recours de l’État19.

Les mystifications dans le discours public

  • 20 Voir par exemple le documentaire Nazirock de Claudio Lazzari (Feltrinelli, 2008) sur les liens ent (...)

13Toutefois, ces connaissances désormais acquises sur les principaux massacres sont souvent ignorées et parfois volontairement faussées ou occultées par les médias et dans le débat politique. En particulier après 1994, quand Silvio Berlusconi fit entrer au gouvernement les héritiers des formations politiques néofascistes qui étaient jusqu’alors confinées dans l’opposition : ils se sont employés activement à mettre en discussion, voire à contester, les vérités gênantes sur la responsabilité dans les massacres de la droite radicale qui compte divers « vieux amis » dans ce nouvel establishment national et local20.

  • 21 « E la sortita del leader di An ridá fiato alla pista palestinese », La Repubblica, 3 août 2008.
  • 22 Voir à ce propos V. Roghi, « 2 agosto 1980 », dans Calendario civile: per una memoria laica, popol (...)
  • 23 Ce procès a commencé le 21 mars 2018 et est toujours en cours devant la Cour d’assises de Bologne.

14Ainsi, en 2008, Gianfranco Fini, qui était alors président de la Chambre, la troisième charge de l’État, affirma dans un débat télévisé, à une heure de grande écoute, que « les massacres restent un mystère », et énonça des doutes sur la matrice « fasciste » de l’attentat à la gare de Bologne21. Il n’a d’ailleurs pas hésité à soutenir les campagnes en faveur de l’innocence de Mambro, Fioravanti et Ciavardini, campagnes qui ont depuis longtemps un effet sur l’opinion publique22 et qui ont été ravivées à l’occasion du procès contre l’ancien membre des NAR Gilberto Cavallini23, accusé d’être le quatrième exécuteur matériel de l’attentat.

  • 24 « Je me demande si le fait qu’on n’aboutisse à rien ne vient pas de la façon dont les enquêtes ont (...)

15Quant à piazza Fontana, à l’occasion du 40e anniversaire de l’attentat, le président du conseil provincial de Milan interrompt, au nom du respect de la chose jugée, la lecture d’une motion commémorative qui cite la sentence de la Cour de cassation de 2005 au moment où cette dernière évoque les responsabilités de Freda et Ventura. Après l’acquittement, en 2010, des inculpés du troisième procès pour le massacre de Brescia, la députée du Polo della Libertà Beccalossi, militante du MSI dans sa jeunesse, se demande – de façon purement rhétorique – si en enquêtant à droite on n’a pas toujours cherché du mauvais côté24.

  • 25 Ce phénomène est décrit et analysé dans A. Cento Bull, Italian Neofascism: The Strategy of Tension (...)
  • 26 « Strage Bologna, ex Nar : sono 86ma vittima », RaiNews.it, 9 mai 2018. Sa déclaration a eu un lar (...)

16La négation systématique de la moindre responsabilité de l’extrême droite dans les attentats est un phénomène enraciné de longue date, depuis les thèses en faveur de l’innocence des néofascistes qui ont vu le jour au lendemain même des massacres : qu’il suffise ici de rappeler que la droite radicale avait fait sien le mot d’ordre « la strage è di Stato » [c’est un massacre d’État] pour soutenir l’innocence de Freda, présenté comme un bouc émissaire des appareils de sûreté et d’espionnage25. Les néofascistes inculpés et condamnés se plaisent à se présenter comme persécutés par la justice (exemples types de « victimisation secondaire » à insérer dans des manuels de rhétorique !) : Delfo Zorzi, inculpé tant dans le troisième procès pour piazza Fontana que dans celui pour piazza Loggia – et acquitté de façon définitive dans les deux cas – qui refuse de quitter le Japon – où il a obtenu la nationalité japonaise sous le nom de Hagen Roy – parce qu’il n’a pas confiance dans les « juges rouges » ; Carlo Maria Maggi qui, en 2010, alors qu’est encore en cours à Brescia le procès dans lequel il est inculpé, fait paraître ses mémoires intitulés L’ultima vittima di piazza Fontana [La dernière victime de piazza Fontana] ; ou encore l’ancien membre des NAR Ciavardini, condamné de façon définitive pour la bombe de Bologne qui, en 2018, précisément le 9 mai, Jour de la mémoire des victimes du terrorisme, se présente à la presse comme « la 86e victime du massacre de Bologne »26.

17Pour contrer un mélange de désinformation volontaire, d’ignorance et de superficialité, la bataille de nombreux proches et parents des victimes contre les fausses pistes et les tentatives de faire échouer les enquêtes, pour l’établissement des faits et la reconnaissance de la vérité sur les attentats doit donc encore continuer – toujours sous le signe du « familialisme moral ».

Que faire des décombres ? De la douleur au « familialisme moral »

  • 27 Voir à ce sujet l’article du 5 juin 2018 paru dans Il Fatto Quotidiano.it. En ligne : [https://www (...)

18Dans le cadre du procès en cours pour le massacre du 2 août 1980 à Bologne, à la suite de la requête de nouvelles expertises, on a découvert que les décombres de l’explosion de la gare gisent, depuis septembre 1980, dans la cour d’une caserne de la ville, qui est ainsi devenue un dépôt à ciel ouvert27. Cette montagne de débris est la puissante métaphore involontaire de tout attentat ; un traumatisme qui déshumanise ses victimes et les écrase sous un fardeau de débris. Que faire, donc, des décombres, symboliques plus encore que réels ?

  • 28 L’enquête, initialement lancée sur une fausse piste, passa de Milan à Rome. Quand fut prise en com (...)
  • 29 G. Turnaturi, Associati per amore: l’etica degli affetti e delle relazioni quotidiane, Milan, Felt (...)

19Les survivants et les familles des victimes du massacre de Bologne ont su transformer le traumatisme en moteur d’engagement citoyen, au point de devenir un cas d’étude et de mettre en mouvement une chaîne d’émulation vertueuse. Les premiers contacts informels entre eux adviennent par l’intermédiaire du service communal chargé de coordonner les services pour les personnes atteintes par l’attentat. Le tournant est provoqué par l’émotion engendrée par la sentence d’appel du premier procès pour le massacre de piazza Fontana, qui s’était déroulé à Catanzaro28 : en mars 1981, soit 12 ans après l’attentat, les terroristes néofascistes Freda et Ventura et le collaborateur des services secrets Guido Giannettini sont acquittés. Tandis que l’instruction avance lentement et difficilement à Bologne, ce verdict est un signal d’alarme : « une culture de l’oubli était en train de gagner, la vérité […] allait s’éloigner, on allait l’occulter, […] il fallait s’engager directement »29.

  • 30 G. Turnaturi, Associati per amore, op. cit., p. 3.
  • 31 Ibid., p. 5.

20Dans le droit fil de ce sentiment, le 1er juin 1981 naît l’association des victimes du massacre, avec pour objectif de « chercher à atteindre la vérité et la justice car nous craignions qu’elles ne nous soient refusées comme elles l’avaient été pour les massacres qui avaient précédé celui de Bologne » raconte un des fondateurs, qui ajoute « sans recourir à la violence », précision qui a son poids pour ces années terribles, mais en agissant pour appuyer les enquêtes, en maintenant l’attention de l’opinion publique et en exerçant des formes de pression morale sur les institutions30. Par la suite, des associations naissent également entre les familles et les proches des victimes de piazza Fontana, piazza Loggia et de l’Italicus ; en 1983, elles décident de se fédérer dans l’Union des victimes de massacres « qui se propose de combattre le silence et l’oubli qui menacent jour après jour la recherche de vérité et de responsabilité de tous les massacres »31. En 1988 voit également le jour l’association des victimes d’Ustica.

  • 32 G. Turnaturi, « Familismo Morale », dans C. Donolo et F. Fichera éd., Le vie dell’innovazione, op. (...)
  • 33 Voir les deux premiers chapitres de G. Turnaturi, Associati per amore, op. cit.
  • 34 G. Turnaturi, « Familismo Morale », op. cit., p165.

21La première chercheuse à s’être occupée de ce phénomène a été la sociologue Gabriella Turnaturi. C’est précisément à partir de l’expérience de l’association du 2 août qu’elle élabore, dans un article de 1988 écrit avec Carlo Donolo, le concept de « familialisme moral » pour décrire cet ensemble de comportements32 : ces derniers sont d’ailleurs liés au mélange du public et du privé inauguré par les pratiques politiques de 1968 et du féminisme et ils concernent au premier chef les victimes des grands massacres de 1980, Ustica et Bologne, et une constellation d’autres sujets, des mères des toxicodépendants aux parents de malades mentaux ou de détenus politiques33. En quelques années en effet, des associations de ce type se multiplient et se comptent par centaines : leur plus grande solidité dans le centre et le nord du pays étant compensée par le militantisme vivace des réalités du Midi34.

  • 35 G. De Luna, La Repubblica del dolore: le memorie di un’Italia divisa, Milan, Feltrinelli, 2011, p. (...)
  • 36 G. Turnaturi, « Familismo Morale », op. cit., p164.
  • 37 Ibid., p. 165.

22Dans le « familialisme moral » s’inscrivent des conduites dans lesquelles « ethos public et intérêts privés se présentent comme étroitement mêlés » ; il en découle « un élargissement d’ensemble de l’espace de citoyenneté »35. Les associations des familles et des proches « tendent à valoriser les liens affectifs ; ils en font une ressource en fonction d’une présence publiquement importante ». On parle de « parent – ou de proche – citoyen » précisément parce que ce sont les liens affectifs qui sont valorisés, et non la famille en tant que telle, car la fidélité aux logiques de cette dernière – parfois « tribales » – peut entrer en conflit avec la société et ses règles. La relation affective, au contraire, devient « significative pour la dimension éthique de l’arène publique »36 dans la mesure où « en agissant pour son propre cas personnel on donne une voix à des droits oubliés, on amplifie et on généralise des exigences qui appartiennent à beaucoup de gens, et qui sont même fondamentales pour le lien social […] pour mettre en évidence un point critique de la vie sociale contemporaine »37.

  • 38 M. Kundera, Le livre du rire et de l’oubli, F. Kérel trad., Paris, Gallimard, 1979.

23« Justice et vérité pour ne pas oublier » est le mot d’ordre de l’association des victimes du 2 août. Approfondir, préserver et diffuser la vérité sur les massacres est partie intégrante d’une bataille plus ample contre les abus et l’impunité du pouvoir dans cette « lutte de l’homme contre le pouvoir » qu’est « la lutte de la mémoire contre l’oubli », comme l’a écrit Milan Kundera38. Une lutte dont les présupposés s’enracinent profondément dans les vécus et les besoins des victimes, comme l’ont mis en lumière les réflexions criminologique, philosophique et psychologique à la fin du XXe et au début du XXIe siècle.

L’expérience des victimes, du désir de vengeance au besoin de justice. Un cadre théorique

  • 39 S. Vezzadini, La vittima di reato tra negazione e riconoscimento, Bologne, Clueb, 2006.

24La criminologue Susanna Vezzadini39 identifie deux besoins principaux liés à l’expérience des victimes ; dans le cas de massacres, terrorisme et mafia, ces besoins se déclinent en fonction de la frontière entre public et privé qui marque l’action des victimes.

  • 40 Pour une analyse des effets des expériences traumatiques, B. Cyrulnik, Autobiografia di uno spaven (...)
  • 41 P. Ricœur, Ricordare, perdonare, dimenticare: l’enigma del passato, N. Salomon trad., Bologne, Il  (...)

251. Le besoin de reconnaissance. Parmi les effets les plus profonds du traumatisme, il y a un sentiment de perte de sa propre dignité. À la diminution de sa propre valeur en tant qu’être humain s’ajoutent des sentiments profonds – quoique injustifiés – de culpabilité. Un autre effet de portée dramatique est une sorte de « perte de sens »40, et la possibilité de le retrouver, dans le cas de crimes impunis ou dont la nature n’a pas été reconnue, se relie organiquement à la demande de vérité. Les responsables du mal, le contenu de leurs actes, leurs effets sur les victimes doivent être connus : vérité et reconnaissance se mêlent de façon inextricable, comme le montre Paul Ricœur41.

26Pour ce qui concerne le cas spécifique des victimes de massacres, terrorisme et mafia, la reconnaissance du traumatisme subi par les survivants et les proches des victimes ne peut faire abstraction du fait que l’État retrouve et punisse les auteurs du crime et, lorsque la justice n’est pas rendue par les tribunaux, de l’attente que l’État assume la responsabilité de cette faillite.

  • 42 Directive 2012/29/UE du Parlement européen et du Conseil, 25 octobre 2012, point 16. La directive (...)
  • 43 M. Calabresi insiste sur cet aspect dans son livre Spingendo la notte più in là: storia della mia (...)
  • 44 Face à l’indignation de l’opinion publique, le gouvernement intervint et les prit à sa charge : «  (...)

27En 2012, le « besoin de reconnaissance » a été codifié du point de vue juridique : il a été inclus dans la directive de l’Union européenne sur les droits des victimes de la criminalité. « Les victimes du terrorisme – précise le document – ont subi des attaques dont le but est en définitive de porter atteinte à la société. Elles peuvent par conséquent avoir besoin d’une attention, d’un soutien et d’une protection spécifiques en raison de la nature particulière de l’acte criminel commis à leur égard. Les victimes du terrorisme peuvent être soumises à une surveillance publique importante et elles ont souvent besoin d’une reconnaissance sociale et d’un traitement respectueux de la part de la société. Les États membres devraient par conséquent tenir particulièrement compte des besoins des victimes du terrorisme et s’efforcer de protéger leur dignité et leur sécurité. »42 Il faut rappeler que, malheureusement, en Italie, les victimes ont souvent souffert non seulement de l’injustice qu’elles ont subie, mais aussi de l’oubli et de l’absence de reconnaissance de la part des institutions et de larges secteurs de la société (pour des motifs idéologiques liés aux lourds héritages des conflits des années 197043 ou encore du fait des agissements grotesques de la machinerie bureaucratique qui, par exemple, demande aux familles des victimes du massacre de piazza Fontana de payer les frais de justice44).

  • 45 Z. Bauman, Voglia di comunità, S. Minucci trad., Rome-Bari, Laterza, 2001 [Community: Seeking Safe (...)
  • 46 A. Ceretti, « Mediazione, una ricognizione filosofica », dans L. Picotti éd., La mediazione nel si (...)
  • 47 Ce thème est développé par S. Vezzadini, La vittima di reato…, op. cit., en particulier p. 117 et (...)
  • 48 R. F. Mollica, Le ferite invisibili: storie di speranza e guarigione in un mondo violento, C. Spin (...)
  • 49 Le survivant, comme Philoctète, est abandonné et mis en marge du corps social et il se retrouve « (...)
  • 50 Sur les liens entre regard et assomption de responsabilité, P. Ricœur, Percorsi del riconoscimento (...)
  • 51 Sur l’idée de prise en charge, outre l’œuvre de P. Ricœur, voir les réflexions de M. Calabresi dan (...)

282. Le besoin de communauté est un trait qui caractérise les sociétés postmodernes (comme l’a noté le sociologue Zygmunt Bauman45), dans lesquelles « communauté » signifie « un réseau étroit de rapports individuels marqué par de forts engagements culturels en faveur de la réciprocité des devoirs »46. Ce thème pend une intensité particulière dans le cas des victimes47, dont le destin est parfaitement symbolisé par la tragédie de Sophocle Philoctète, « métaphore du drame et de l’histoire d’un survivant » qui « met en scène le destin qui attend chaque personne traumatisée »48, en particulier les effets de la victimisation secondaire subie par le souffrant. Non seulement une partie de soi cesse d’exister, mais souvent, à la douleur de la blessure, s’ajoute la perte de son propre monde49. L’éloignement de celui ou de celle qui subit l’injustice ou la maladie est motivé par le fait que prêter attention à son cri de douleur – ou même seulement poser son regard sur lui ou sur elle – implique une assomption de responsabilité50 de la part du prochain ou de la communauté, qui est amenée d’une part à se charger de ses exigences, matérielles ou psychologiques51, et d’autre part, en particulier dans le cas des victimes du terrorisme et de la mafia, à prendre parti nettement contre ces phénomènes et leurs collusions au sein du corps social (des sympathisants du terrorisme à la « bourgeoisie mafieuse »).

  • 52 J. Butler, Precarious Life: The Powers of Mourning and Violence, Londres-New York, Verso, 2004 [Vi (...)
  • 53 Avec l’action militaire contre l’Afghanistan et l’adoption du Patriot Act (Providing Appropriate T (...)
  • 54 D. Garland, Culture of Control: Crime and Social Order in Contemporary Society, Oxford, Oxford Uni (...)

29L’associationnisme des victimes et leur engagement dans le sillon du « familialisme moral », tel que nous l’avons défini, répondent tant au besoin de reconnaissance qu’à celui de communauté. Mais ce n’est en rien une évidence. Expérimenter de façon traumatique sa propre vulnérabilité – comme l’a expliqué Judith Butler dans son essai Vie précaire52, au lendemain du 11 septembre – engendre peur, honte, méfiance, colère : ces sentiments peuvent déclencher une spirale de réactions négatives qui vont d’attitudes autodestructrices et de renfermement à des sentiments d’agressivité et de haine envers « l’ennemi » – réel ou présumé – qui a causé cette souffrance. Ces émotions peuvent aisément alimenter des désirs de vengeance. En examinant le cas des États-Unis après la chute des tours, J. Butler analyse la façon dont de tels sentiments peuvent être instrumentalisés à des fins politiques, pour soutenir des actions de représailles militaires ou l’adoption de mesures répressives ou autoritaires en politique intérieure (comme ce fut le cas sous l’administration Bush au lendemain de l’attaque contre les tours jumelles53). Avant elle, le grand criminologue David Garland avait bien mis en évidence les ambivalences et les risques liés au retour de la victime au centre de l’attention des politiques de justice pénale, phénomène qu’il voyait déjà se manifester à partir des années 197054.

  • 55 J. Butler, Vie précaire, op. cit., chap. « Violence, deuil et politique ».
  • 56 Ibid.
  • 57 J. L. Herman, Guarire dal trauma, op. cit., p. 174 et suiv.
  • 58 Ibid., p. 267-268.

30Quand, au contraire, la découverte de sa propre fragilité débouche sur la reconnaissance de la vulnérabilité d’autrui, le traumatisme est un prélude possible à la recherche de réponses politiques et non-violentes pour que la violence ne se répète pas et même pour s’opposer aux causes qui la font naître55. « Transformer la douleur de cri de guerre en action politique »56 : ainsi J. Butler synthétise-t-elle la voie positive qui s’ouvre aux victimes du terrorisme, celui d’Al-Quaïda, mais pas seulement. C’est là une évolution positive et constructive qui peut être favorisée dès lors qu’on offre aux victimes une assistance matérielle et psychologique adéquate. Dans un tel parcours, le dépassement individuel du traumatisme se combine avec un phénomène de plus ample portée : la transformation du rôle symbolique de la victime dans la société. De sujet qui fait peur, qu’il faut neutraliser parce qu’il est potentiellement porteur d’instances de vengeance, la victime devient un agent promoteur d’empathie et de vérité, d’abord judiciaire puis historique, et s’insère dans le discours public comme porteur de connaissances et de valeurs utiles pour améliorer le tissu civique de la communauté. Cela souvent en opposition à l’usage instrumental – dans un sens conservateur, répressif ou alarmiste – que les gouvernements ou les partis politiques veulent faire de son vécu. Un tel passage est également bénéfique pour les individus. La guérison du traumatisme passe en effet par la reconstruction et la transformation de la mémoire traumatique et par une reconstitution des liens avec autrui57. Un semblable parcours peut s’exprimer de façon féconde quand les survivants « découvrent qu’ils peuvent transformer le sens de leur tragédie en en faisant le fondement d’une action sociale », c’est-à-dire, pour le dire en termes métaphoriques, quand ils découvrent qu’ils peuvent utiliser leurs propres décombres pour édifier quelque chose de nouveau et d’utile pour la vie collective. En effet, « si rien ne peut compenser une atrocité, il existe une façon de la transcender et de la transformer en don pour les autres. Le traumatisme […] devient l’origine d’une mission. […] L’action sociale des survivants peut prendre de nombreuses formes, de l’engagement concret avec des individus particuliers à des objectifs plus abstraits de type intellectuel »58.

  • 59 G. Turnaturi, « Familismo morale », op. cit., p. 183.

31Le terrain est toujours glissant. L’expérience du traumatisme met en branle, quoi qu’il en soit, des dynamiques internes complexes et délicates qui peuvent compromettre ou contredire ou simplement troubler les motivations qui sont à l’origine de l’action publique des victimes – même quand cette dernière paraît porter des valeurs positives pour la société. Le besoin de reconnaissance peut ainsi dégénérer en excès de narcissisme. Il faut tenir compte de ce que nombre de personnes traumatisées ressentent « le sentiment de culpabilité du survivant » : le militantisme et l’engagement peuvent être recherchés pour « justifier » le fait d’être encore vivant. Il ne faut pas céder aux faciles idéalisations ou négliger la dimension psychologique des vécus traumatiques. Gabriella Turnaturi, dès son texte de 1988, met en évidence les limites et le caractère parfois critique du « familialisme moral » : des dimensions circonscrites et fragmentaires du phénomène aux risques inhérents à la « spectacularisation de la douleur » induite par la médiatisation. Avec le recul, on ressent, derrière la revendication de diversité et de séparation « vis-à-vis du politique, conçu comme étranger et rapace », une tendance antipolitique (mais pas anti-institutionnelle, car les associations des victimes des massacres ont toujours cherché à établir des rapports avec les institutions, pour les inciter à faire pleinement leur devoir). G. Turnaturi incitait « à interpréter [le familialisme moral] avec délicatesse […] et, quoi qu’il en soit, à ne pas croire que l’utiliser soit une opération aisée »59. C’est un avertissement qui demeure valable.

  • 60 J. Butler, Precarious Life, op. cit., p. 120.

32Avec toutes ces limites et ces précautions, cependant, et précisément en fonction de leur urgence de reconnaissance, de ce besoin de vérité et de justice face à la société tout entière, les victimes peuvent remplir – et ont souvent accompli historiquement, comme cela est advenu en Italie – une fonction sociale objective. Cette fonction a pu se déployer avec une efficacité particulière dans le cas de crimes à finalité terroriste et mafieuse, parce que les victimes ont été frappées par des ennemis de la légalité démocratique. « Pour redonner vie à l’idéal commun que le crime a violé », elles se font donc « porteuses, non de vengeance, mais d’instances de justice qui ont une profonde connotation altruiste, en rapport avec la sauvegarde des valeurs démocratiques »60.

Le « familialisme moral » est-il mort ? Non, seulement occulté

  • 61 G. De Luna, La Repubblica del dolore, op. cit., p. 92-96.

33Dans son essai La Repubblica del dolore [La République de la douleur]61, l’historien Giovanni De Luna regrette que la force propulsive du « familialisme moral » des années 1980 se soit éteinte depuis longtemps. Avec la fin de l’époque des grandes passions politiques et de la « religion civile », le discours public sur la mémoire est devenu aujourd’hui l’apanage de groupes, souvent en concurrence entre eux, qui la cultivent essentiellement à des fins privées ou instrumentales. La dimension historique et celle de l’engagement citoyen seraient en outre pénalisées par rapport à la dimension purement émotive, liée à l’expérience vécue, du souvenir.

  • 62 Ibid. G. De Luna évoque la télévision dans trois chapitres de son livre : « Télévision et histoire (...)

34L’analyse de Giovanni De Luna a certainement le mérite de mettre en lumière la diffusion de certains phénomènes régressifs (évidents dans les programmes télévisuels qui ont pour objet des événements et des personnages de l’histoire récente62), et en particulier :

  • une « obsession mémorielle » qui privilégie les vécus qui peuvent devenir des témoignages directs, absolus, authentiques, et prendre la place du discours historique63 ;
  • une vision « privée » de l’histoire ;
  • les formes de « compétition entre victimes ».
  • 64 C. Eliacheff et D. Soulez Larivière, Le temps des victimes, Paris, Albin Michel, 2007 (traduit en (...)

35Daniele Giglioli, dans son livre Critica della vittima [Critique de la victime, 2014], développe des argumentations semblables. Ces thèmes étaient amplement développés dans un ouvrage antérieur, Le temps des victimes, écrit à quatre mains par la psychanalyste Caroline Eliacheff et l’avocat Daniel Soulez Larivière (également auteur d’une critique au vitriol sur le « cirque médiatico-judiciaire »)64. Ils reprenaient et développaient des thèmes déjà traités par J. Butler, comme le risque que la centralité croissante des victimes sur la scène publique se prête à des instrumentalisations et puisse interférer lourdement avec la politique et alimenter des positions populistes et autoritaires comme la requête d’alourdissement des peines et des politiques répressives ou bien des actions agressives en politique extérieure, etc.

36Tout en présentant de nombreux points intéressants et en soulevant bien des problèmes réels, ce « paradigme victimaire » sur la société, si on l’examine attentivement, apparaît comme trop schématique et il est mis en discussion par de nombreux phénomènes qui dessinent un panorama plus complexe et plus nuancé.

  • 65 A. Cento Bull et H. Lauge Hansen, « On agonistic memory », Memory Studies, vol. IX, no 4, 2016, p. (...)
  • 66 La mise en production de certaines des œuvres les plus critiquées, comme les trois mini-séries de (...)
  • 67 Des productions comme celles qu’analyse V. Roghi dans l’article cité ci-dessus ont reçu le soutien (...)

37Les poussées vers un usage « antagonique » de la mémoire65 sont très fortes dans la société, dans toute l’Europe et pas seulement en Italie (on présente des « victimes », sans prendre en compte les données de la réalité) ; on peut cependant noter qu’en même temps le mécanisme qui est au fondement du « familialisme moral » – c’est-à-dire s’appuyer sur une affaire personnelle en partant d’un fort lien affectif qui a été brisé pour imposer à l’agenda politique des thèmes ayant une importance sociale – est encore très présent. En particulier, il est essentiel de distinguer l’utilisation médiatique des victimes, notamment à la télévision (qui répond souvent à des logiques et à des indications politiques, surtout en ce qui concerne la télévision d’État66), et les initiatives assumées directement ou du moins appuyées par les victimes, qui semblent bien plus diversifiées67.

  • 68 Il me semble réducteur d’assimiler leur action à une simple compétition avec l’association des « V (...)
  • 69 On peut voir cet entretien avec Sandro Ruotolo sur fanpage.it. En ligne : [https://youmedia.fanpag (...)
  • 70 F. Borsellino, « Troppi depistaggi sulla morte di mio padre », La Repubblica, 17 juillet 2018.

38En Italie, les proches et les parents des victimes continuent bien souvent à agir et à aiguillonner les institutions dans le sillage de la tradition du « familialisme moral » : nous pouvons citer le combat d’Ilaria Cucchi pour son frère Stefano et celui de la mère de Federico Adovrandi pour son fils contre les abus et les violences des forces de l’ordre68, le rôle des parents de Giulio Regeni afin de maintenir vive l’attention pour un cas diplomatiquement délicat, l’assassinat de leur fils Giulio en Égypte, rôle très semblable à celui de la bataille de toute une vie menée par les parents de la journaliste Ilaria Alpi, dont la mère, Luciana, est morte récemment après avoir cherché pendant 24 ans la vérité sur le meurtre de sa fille. Une grande émotion a été suscitée par l’entretien donné par Fiammetta Borsellino, la plus jeune des filles du magistrat assassiné à Palerme le 19 juillet 199269 : en refusant la facile rhétorique des commémorations institutionnelles, elle dénonçait, avec une grande fermeté, les graves zones d’ombre et les collusions maçonniques, y compris parmi les juges, qui ont marqué le meurtre de son père, les fausses pistes au cours de l’enquête judiciaire, en posant publiquement à ce propos treize questions sur le rôle de la magistrature et de la police judiciaire70. Le leitmotiv de ces actions me paraît être la nécessité de maintenir vive l’attention de l’opinion publique et de réclamer une clarté que l’État, du fait de ses propres responsabilités et omissions, n’a pas du tout envie de faire.

  • 71 Voir le décret-loi du 27 septembre 1999, no 330, qui prévoit des dispositions urgentes sur la duré (...)

39Et ce même discours vaut également pour les proches et parents des victimes de massacres : il suffit d’observer le militantisme citoyen des victimes là où les procès se sont poursuivis pendant des décennies. Dans le cas de l’attentat de Brescia, par exemple, l’association des familles a œuvré pour que diverses interventions législatives permettent d’allonger les délais de durée de l’instruction71, ce qui rendu possible l’ouverture d’un troisième procès en 2009. Pendant les années du berlusconisme, Manlio Milani, président de l’association des parents des victimes de piazza Loggia, les a ironiquement baptisées mesures ad stragem, en paraphrasant les tristement célèbres lois ad personam. Les proches des victimes de la gare de Bologne se relaient au procès de Cavallini qui s’est ouvert en 2018 et leur association est comme toujours très active pour réfuter les allégations de ceux qui méconnaissent les condamnations et les contenus des sentences qui ont déjà été émises.

  • 72 Comme ce fut le cas de la déposition devant la Cour du « monstre du Circeo », Angelo Izzo, condamn (...)
  • 73 La presse et les médias nationaux ont mis en évidence la nouvelle de l’acquittement de tous les in (...)
  • 74 M. Rostagno et A. Gentile, Il suono di una sola mano: storia di mio padre Mauro Rostagno, Milan, I (...)

40Du fait de la durée anormale de procès dont le cours a été marqué, dès les origines, par le brouillage des pistes, le « familialisme moral » survit, dans ses formes premières. Mais on le voit beaucoup moins, parce que, après tant d’années, il a perdu son attrait et donc sa place sur la scène médiatique nationale. Les procès pour massacre ou pour mafia qui se déroulent des décennies après les faits ne font pas les gros titres, ils sont souvent difficiles à comprendre et à expliquer, ils requièrent une bonne connaissance d’événements complexes du passé ; ils sont donc condamnés à une sorte d’invisibilité. Les chroniques judiciaires sont confinées dans les pages locales, tandis que les médias nationaux ignorent le déroulement et les données qui émergent des audiences, ou bien ne s’en occupent que lorsque se font jour des circonstances spectaculaires qui peuvent être mises en exergue72, ou au moment de verdicts éclatants, en particulier quand il s’agit d’acquittements73. « Le vrai secret d’État, aujourd’hui, c’est le silence », a dit à ce propos Manlio Milani, le président de l’association pour piazza Loggia à Brescia. Maddalena Rostagno, fille du journaliste tué par la mafia, en parlant du livre qu’elle a dédié à son père74, a plus d’une fois déclaré publiquement, sans ambages, que cet ouvrage était né avant tout de l’exigence d’attirer l’attention sur un procès qui risquait d’être oublié.

41Contre le silence des médias et en s’adaptant aux nouveaux moyens de communication, pour le procès du massacre de Brescia et celui du meurtre de Rostagno, victimes, journalistes et simples citoyens ont donné vie à une intéressante expérience de journalisme citoyen en utilisant Facebook. Deux groupes ont été créés, « Procès de Brescia pour le massacre du 28 mai 1974 »75 et « Procès pour le meurtre de Mauro Rostagno – Trapani, salle Falcone »76, pour faire connaître les débats des audiences (enregistrées et mises en ligne par Radio Radicale), le calendrier des séances, des commentaires, des liens sur des thèmes voisins. Dans le cas du procès Rostagno, le chroniqueur judiciaire Rino Giacalone intervient bénévolement en publiant des comptes rendus détaillés des séances.

42Mais le « familialisme moral » ne se limite pas à réagir aux procès. Dans les années 2000, d’autres initiatives ont pris forme et consistance : elles tendent à employer à nouveau frais les « décombres de la douleur » au bénéfice de la société.

Au-delà des procès, à travers la mémoire, vers l’histoire. Nouveaux modèles d’action du « familialisme moral » dans les années 2000

43Avec la fin des procès, les associations des proches et des parents des victimes des massacres, aux côtés de nombreuses autres personnes frappées par le terrorisme de gauche et par les mafias, et avec des institutions, ont pris diverses initiatives : il s’agit d’aller au-delà des témoignages et de la dimension mémorielle pour consolider et approfondir la compréhension historique de ces phénomènes criminels qui ont marqué en profondeur l’histoire de l’Italie. Voici certains exemples de ces activités que l’on peut relier au « familialisme moral ».

Maisons de la mémoire et centres de documentation

  • 77 S. Pivato, Vuoti di memoria: usi e abusi della storia nella vita pubblica italiana, Rome-Bari, Lat (...)
  • 78 G. Moro, Anni Settanta, Turin, Einaudi, 2008, p. 21.
  • 79 S. Vezzadini, La vittima di reato…, op. cit., p. 120.

44La première Maison de la mémoire a été fondée à Brescia en 2000 à l’initiative de l’association des victimes du massacre du 28 mai 1974, avec la participation des institutions locales, au-delà des différences partisanes. De façon significative, elle naît d’une blessure reçue par la cité sur une place qui est historiquement le lieu où se tiennent les rassemblements et la vie populaire, parfois les protestations. En résulte la création d’un centre qui entend transmettre le sens du passé d’une communauté77, parce que la mémoire, comme l’a écrit le sociologue Giovanni Moro, « est la capacité de donner une place au souvenir et, de la sorte, de le faire devenir une partie de l’identité »78. Face à une déchirure subie par la société tout entière, et pas seulement par les victimes, ce centre propose comme remède « une mémoire publique, vive et actuelle, indispensable pour les nouvelles générations en tant que miroir du degré de civilisation d’un peuple, en tant que lien d’identité pour tous ceux qui s’y reconnaissent »79. Centré sur la mémoire, il maintient une relation avec les centres de recherche et les universités, promeut initiatives culturelles, débats, colloques, présentation d’ouvrages. Il s’engage à divulguer les récentes acquisitions de l’historiographie pour contribuer à l’enrichissement du « sens commun historiographique ». Née de l’événement singulier de l’attentat de piazza Loggia, l’activité tend désormais à prendre en compte toute la « mémoire inquiète » du XXe siècle.

  • 80 Centre fondé en collaboration avec l’Institut Parri afin d’« assurer au patrimoine historique, mor (...)

45La Maison de la mémoire se définit en particulier comme un centre de recueil de documents provenant, en premier lieu, de fonds de documentation privés (magistrats, avocats, chercheurs, militants politiques, etc.) et de copies des dossiers d’instruction relatifs aux principales affaires de massacre, numérisées afin de pouvoir créer des bases de données interrogeables. Cette fonction d’archive au service du travail des historiens poursuit une initiative de l’association du 2 août qui, en 1996, avait donné vie à un Centre de documentation sur les massacres (Cedost)80 qui avait dû fermer par manque de fonds (les archives ont été transférées à l’association, mais ne sont pas consultables pour le moment faute d’un lieu approprié).

  • 81 En 2018, la Maison a proposé au public un cycle de conférences intitulé « Un an après le verdict » (...)

46La Maison de la mémoire, comme le Cedost auparavant, vise à dépasser la dimension commémorative et mène une activité pédagogique : elle organise des cours de formation pour les enseignants et des rencontres d’approfondissement avec les lycéens et les citoyens où interviennent souvent, aux côtés d’historiens et de chercheurs, des témoins des événements81.

  • 82 Sur le concours et le projet, voir l’article de P. D’Amico paru le 12 mai 2011 dans le Corriere de (...)

47Après une longue gestation, une Maison de la mémoire est également née à Milan. Le parcours a été très différent et beaucoup plus complexe qu’à Brescia. Dès l’origine, il a fallu se confronter aux blessures d’une ville qui a été un épicentre des massacres, du terrorisme de gauche et de la violence politique, donc à la nécessité de surmonter une opposition de longue date et souvent de mauvaise foi entre victimes de droite ou de gauche – De Luna dirait « compétition » ; opposition souvent liée à des interférences politiques, sans compter les sensibilités diverses de certains des individus concernés. Le projet définitif a été approuvé par la municipalité en 2010. Après un concours, le projet d’un édifice a été confié à un cabinet de jeunes architectes qui l’ont présenté aux citoyens en décembre 201282. L’édifice a été inauguré en 2015, au moment de l’Expo et du 70e anniversaire de la Libération. Le bâtiment accueille les bureaux et les archives de la section milanaise de l’association des résistants (Anpi), de l’association des anciens déportés (Aned), de l’association des victimes du terrorisme (Aiviter) et de l’association pour piazza Fontana. Ici aussi le lien entre mémoire et histoire est important : la présence, au sein même de la Maison, de l’Institut national pour l’histoire du mouvement de libération en Italie (Insmli) tend à le souligner.

Réseau des archives pour ne pas oublier

  • 83 Voir les articles de P. Craveri et B. Tobagi, Il Sole 24 Ore, 27 avril 2008.
  • 84 I. Moroni et C. Venturoli, « Archivi in rete per non dimenticare », Storia e Futuro, no 13, 2007.
  • 85 Le centre de documentation Archives Flamigni conserve et rend accessible la vaste documentation du (...)

48Outre la mise en place de nouveaux centres de documentation sur les massacres, le terrorisme et d’autres aspects criminels de l’histoire de l’Italie républicaine, on a ressenti la nécessité de donner une visibilité aux archives déjà existantes, en s’affranchissant des limites imposées par les règles institutionnelles. En parcourant les inventaires des Archives centrales de l’État, on remarque en effet des lacunes et des retards importants dans le versement des fonds de diverses administrations83 ; il est aussi difficile d’accéder à une partie des fonds des archives historiques de la Chambre et du Sénat. Pour faire face à ces problèmes et chercher à combler les lacunes est né le « Réseau des archives pour ne pas oublier », à l’occasion d’un colloque à Rome, le 19 décembre 2006, qui réunissait les représentants des principales associations de victimes des terrorismes, de certaines associations de victimes de massacres mafieux et de nombreux centres de documentation publics et privés (possédant des fonds imprimés, audio, audiovisuels, etc.) dédiés aux mouvements politiques et syndicaux, au terrorisme, aux massacres, à la subversion, à la criminalité organisée dans l’Italie républicaine84. L’initiative est partie des Archives Flamigni, qui en sont encore l’âme et le coordonnateur85. À ce réseau a également adhéré Libera.

49Le réseau des archives est un simple regroupement d’associations, il n’a pas de personnalité juridique et se présente comme une association de fait, partageant le même objectif. Parmi ses principales activités, on relève :

  • le recensement et la diffusion d’informations sur les archives disséminées sur le territoire ;
  • la coordination de projets de formation pour les enseignants et les lycéens86 ;
  • le recensement et la numérisation des actes judiciaires des procès ayant une importance historique et sociale, pour garantir leur conservation et faciliter leur consultation ;
  • la volonté de faire pression sur les institutions pour une plus grande transparence dans la politique concernant les archives, en valorisant à cet effet le poids moral et la résonance médiatique des proches et des familles des victimes, par exemple pour demander la régularité des versements et la déclassification des documents de l’État dès la fin des délais légaux ou bien pour garantir le libre accès aux archives des commissions parlementaires de la Chambre et du Sénat.

50Afin de poursuivre avec une plus grande efficacité ses objectifs, le réseau, qui vient d’en bas, a établi aussitôt un dialogue avec les institutions, en particulier avec la direction des Archives du ministère de la Culture (Ministero dei Beni e delle Attività culturali, Mibac). Il a progressivement intégré les sièges locaux des Archives de l’État, afin de repérer et de valoriser la documentation relative aux terrorismes et aux mafias. En 2009, la direction des Archives du ministère de la Culture (Mibac) a dégagé des crédits qui ont permis la création d’un portail web87 où l’on trouve des matériaux, des nouvelles et des liens avec les différents pôles du réseau ; il a été inauguré par le président de la République au cours d’une cérémonie au Quirinal, à l’occasion du « Jour de la mémoire des victimes du terrorisme et des massacres de cette matrice », le 9 mai 201088. En 2012, on a ouvert la section Fontitaliarepubblicana.it, où sont librement accessibles les verdicts relatifs aux massacres et autres faits criminels (du meurtre de Rostagno à l’assassinat de Pecorelli) et les actes des commissions parlementaires sur l’affaire Moro et la loge P2. Le partenariat avec le ministère de la Culture a été renouvelé et le protocole d’accord est valable jusqu’en 2019.

Archives numériques des procès

  • 89 Voir l’entretien avec Paolo Bolognesi, président de l’association du 2 août, dans le documentaire (...)
  • 90 Pour approfondir cet aspect, voir B. Tobagi, « Le fonti giudiziarie », dans I. Moroni éd., Rete de (...)
  • 91 « C’est un procès dont il faut espérer qu’il se tiendra, parce qu’il bénéficiera d’un patrimoine i (...)

51Comme nous l’avons vu, la première forme d’engagement citoyen des victimes s’est déployée au cours des procès. Dans un premier temps, les associations de victimes fournirent une aide importante en contribuant à la gestion d’une masse énorme de documents : en 1982-1983, déjà, l’association du 2 août soutint la création, à l’initiative des juges d’instruction, du système « Informix », un logiciel permettant d’organiser et de croiser plus aisément les informations sur les groupes terroristes, les armes, etc.89. Après la fin des procès, en particulier en l’absence de condamnations, l’engagement s’est maintenu pour faire connaître les résultats produits par les enquêtes et les acquisitions historiques issues des recherches menées par les juges instructeurs. En effet, s’il est tout à fait erroné de réduire la complexité de la vérité historique à la vérité judiciaire, les documents et les témoignages qui ont été acquis au cours des procédures pénales n’en sont pas moins des sources indispensables pour la reconstruction historique de ces phénomènes90. Les procès sont de remarquables « constructeurs d’archives ». Au cours des dernières années, les familles des victimes qui se sont constituées partie civile ont toujours insisté, au cours de leurs interventions publiques, sur l’importance de mener le parcours judiciaire à son terme, non seulement au nom d’une demande de justice, mais aussi pour accumuler des matériaux précieux pour la recherche historique, comme l’a répété récemment l’avocat Andrea Speranzoni, qui représente plus de 60 parents des victimes de la gare de Bologne dans le procès en cours91.

  • 92 L’opération de numérisation et des entretiens avec certains des détenus sont présentés dans le doc (...)
  • 93 Ainsi, en janvier 2013, l’Italie a été condamnée par la Cour pour les droits humains du Conseil de (...)
  • 94 À peine 20 % des détenus travaillent, d’après le rapport que le département de l’administration pé (...)
  • 95 Parmi ces procès, il y a ceux pour l’attentat à la préfecture de police de Milan, pour piazza Font (...)
  • 96 Elle est l’auteure de L’inferno sono gli altri: cercando mio padre, vittima delle Br, nella memori (...)

52Afin de préserver les masses de documents des procès ayant une importance historique et sociale, qui risquent d’être détruits ou dispersés, et aussi pour en faciliter l’accès et la consultation de la part de journalistes, chercheurs et simples citoyens, un travail de numérisation est en cours depuis plusieurs années : les documents sont scannés et transformés en fichiers PDF indexés. L’expérience pilote a été menée auprès du tribunal de Brescia pour rendre plus aisée la gestion des documents relatifs au dernier procès pour l’attentat de piazza della Loggia. Grâce, encore une fois, au militantisme de l’association des familles des victimes, et en particulier de son président Manlio Milani, les subventions nécessaires pour mener à bien ce travail ont été obtenues auprès d’institutions locales. La numérisation des documents a été matériellement exécutée par des détenus de la prison de Cremona, régulièrement employés et rétribués pour le travail effectué par l’intermédiaire d’une coopérative sans but lucratif : l’opération a ainsi acquis une double signification d’utilité sociale92, dans un pays où la crise des prisons est un problème constant93 et où seul un faible pourcentage de détenus peut apprendre un métier et exercer une quelconque activité rémunérée94. Vu le succès de cette initiative, le travail s’est poursuivi. De 2009 à 2012, grâce à la synergie entre le tribunal de Milan, la Maison de la mémoire de Brescia et la coopérative Labor de Cremona, toujours en employant des détenus, formés et rétribués à cet effet, a été menée à bien la numérisation des pièces d’un grand nombre de procès pour terrorisme, massacres et autres graves crimes qui s’étaient tenus auprès du tribunal de Milan95, tandis que les dossiers matériels étaient versés de façon anticipée aux Archives d’État de Milan, où les copies numérisées sont accessibles aux chercheurs. À Padoue, en 2013 et 2014, un projet semblable a été mené avec les détenus de la prison Due Palazzi par l’intermédiaire de la coopérative Granello di senape et de la revue Ristretti Orizzonti : il s’est agi de numériser les actes des procès pour terrorisme qui se trouvaient dans les archives de la ville. Parmi les promoteurs les plus actifs de l’initiative menée à Padoue, on trouve Silvia Giralucci, journaliste, écrivaine et documentariste96, qui intervient bénévolement depuis des années dans la prison Due Palazzi et qui est la fille du militant du MSI Graziano Giralucci, tué à Padoue par les Brigades rouges lors de leur première action meurtrière, le 17 juin 1974.

53Un financement du ministère de la Justice a permis la numérisation des actes des procès de Catanzaro pour le massacre de piazza Fontana, actes qui couraient un fort risque de destruction ou de dispersion : pour une fois, cette action a eu un certain retentissement médiatique97. Au cours de ces dernières années, le réseau des archives a maintenu ce type d’intervention parmi ses priorités. Un protocole d’accord est en cours de finalisation entre les membres du réseau, le ministère de la Culture, le ministère de la Justice et le Conseil supérieur de la magistrature pour le recensement et la dématérialisation des actes98. Pour garantir les ressources nécessaires, entre 2013 et 2015, les Archives Flamigni et la Maison de la mémoire de Brescia ont été partenaires du projet « Terrorisme et mafias : une histoire encore à écrire », financé par la Fondazione Cariplo, la Fondazione con il Sud et la Fondazione Comunità di Messina ; ce projet a commencé un recensement dans les archives des tribunaux du Sud qui souffrent d’une situation d’intense délabrement.

Activités de lobbying pour la déclassification des documents

54Une des batailles importantes de l’Union des victimes de massacres a consisté, dans les années 1980, à exiger une loi contre le secret d’État. Bien qu’en théorie, aux termes de la loi de réforme des services secrets no 801 du 24 octobre 1977, on ne puisse plus en faire état en cas de massacres ou d’actions subversives contre l’ordre démocratique, toutefois, en pratique, le secret d’État continua à représenter un obstacle dans le déroulement des procès des années 1980. Au fil des ans, on a fini par prendre conscience qu’aucune loi ne pourrait être efficace sans une attitude de collaboration de la part des services secrets (il fallut attendre les années 1990 pour assister à une certaine inversion de tendance, au moins pour les attentats de matrice terroriste) et que demeurait une sorte de secret d’État « rampant » qui se marquait par la difficulté à obtenir les documents qui restaient inaccessibles du fait de la mauvaise volonté ou de la désorganisation (voulue ?) des archives des services secrets99. La bataille, parallèlement, s’est déplacée sur la demande de versement aux Archives de l’État et sur la déclassification des documents relatifs aux années du terrorisme et des massacres. Le mot d’ordre « ouvrir les armoires » a pris la place de la demande d’abolition du secret d’État. À l’occasion du 40e anniversaire du massacre de piazza Fontana, le réseau des archives, avec les associations des familles de victimes, lança un appel100, repris un an plus tard à l’occasion de l’acquittement lors du troisième procès pour l’attentat de piazza Loggia, appel que signèrent également de nombreux intellectuels et certains députés membres de la commission parlementaire de vigilance sur les services secrets (Copasir)101.

55Quand ce qui été nommé « la directive Renzi » a lancé un processus de versement aux Archives centrales de l’État et aux archives locales de documents relatifs à la saison des massacres, il faut souligner le fait que les associations des parents de victimes, celles de Bologne et Ustica les premières, ainsi que le réseau des archives ont aussitôt dénoncé les limites de l’opération, qui sont bien vite apparues. Ils ont obtenu une reconnaissance importante en 2016 avec la création d’un comité institutionnel pour surveiller la mise en œuvre de la directive qui intégrait, aux côtés d’historiens et d’archivistes, des représentants des principales associations et la directrice des Archives Flamigni, en qualité de coordonnatrice du « Réseau des archives pour ne pas oublier ».

Autres expériences significatives : littérature postmémorielle et justice réparatrice

56Il faut signaler ici des expériences qui, tout en n’étant pas assimilables à l’engagement citoyen mené sous le signe du « familialisme moral », contribuent cependant à remettre en question le cadre présenté par ceux qui critiquent le prétendu « paradigme victimaire ».

  • 102 Voir S. Gastaldi et D. Ward éd., Era mio padre: Italian Terrorism of the Anni di Piombo in the Pos (...)
  • 103 R. F. Mollica, op. cit., p. 109 et suiv. ; G. Forti et M. Bertolino éd., La televisione del crimin (...)
  • 104 A. Cento Bull et H. Lauge Hansen, « On agonistic memory », art. cité.

57Récemment, on a étudié (essentiellement dans le monde anglo-américain) ce qui a été nommé la « littérature postmémorielle », c’est-à-dire les textes écrits par les enfants des victimes du terrorisme et des mafias102. Ce sont souvent des textes qui se présentent comme des narrations « mûres », élaborées par des sujets qui sont parvenus à dépasser la fixation et la « congélation » sur l’événement traumatique. Ils se caractérisent par une complexité, une richesse de tonalités qui les différencient de l’exhibition mortifère de la douleur et de la violence dans leurs aspects les plus sanglants et les plus spectaculaires, tels ceux qui marquent le plus souvent le langage des médias103. De cette façon, la personne qui a subi une violence peut échapper à son rôle de victime contrainte au silence ou, au contraire, instrumentalisée face au public ; elle peut se transformer en témoin qui élabore des idées et des instruments pour participer activement au débat public et promouvoir des valeurs comme l’empathie et des principes démocratiques, au lieu d’exprimer sentiment de vengeance et ressentiment. Une autre étude récente, menée par Anna Cento Bull et Hans Lauge Hansen, a repéré dans ces voix postmémorielles des exemples de « mémoire agoniste », qui s’oppose à la « mémoire antagoniste », typique des groupes nationalistes ou xénophobes104.

  • 105 G. Bertagna, A. Ceretti et C. Mazzucato éd., Il libro dell’incontro: vittime e responsabili della (...)
  • 106 Sur certaines de ces critiques, voir D. Pulitanò, « Sul libro di un incontro tra vittime e respons (...)

58Une expérience inspirée par la justice réparatrice a eu une véritable résonance médiatique : il s’agit de la création d’un groupe géré par trois médiateurs (un criminologue, une juriste et un jésuite) dans lequel se sont rencontrés à plusieurs reprises des victimes et d’anciens terroristes, qui pour la plupart avaient appartenu aux Brigades rouges. Ont également participé à ce groupe certaines victimes et certains survivants de massacres bien qu’il n’y ait pas eu, face à eux, de terroristes « noirs » auxquels se confronter. Tous les participants l’ont fait à titre personnel et ne représentaient aucune association. L’expérience a donné lieu à la parution d’un livre collectif, Il libro dell’incontro [Le livre de la rencontre]105. Les critiques n’ont pas manqué, sur l’initiative elle-même et sur le livre, de la tonalité religieuse au poids tout relatif accordé à la vérité historique, en particulier en ce qui concerne les lacunes et les incohérences des récits de certains des anciens terroristes106. Cependant, il me paraît clair que l’inspiration d’ensemble de cette initiative se démarque nettement des lectures qui insistent sur le rôle que jouerait en Italie un « paradigme victimaire » régressif et vindicatif. Les directeurs de l’ouvrage et certains des participants sont intervenus à différentes reprises en faveur de la justice réparatrice, en participant par exemple aux tables rondes du ministère de la Justice pour la promotion de mesures alternatives à la peine.

Conclusions

59Les initiatives que j’ai décrites ont des dimensions circonscrites, elles ne sont pas exemptes de limites et de défauts, ni même de désaccords entre les acteurs qui les mènent ; elles souffrent de la difficulté permanente à trouver les financements nécessaires (ce qui d’ailleurs ne leur est pas spécifique, mais touche également tous les secteurs de la culture et de la recherche). Mais elles n’en existent pas moins et il me semble qu’elles s’inscrivent de façon cohérente dans la lignée du « familialisme moral » tel qu’il a été identifié et théorisé depuis les années 1980. Avec une évolution significative durant les quinze dernières années : la bataille pour « la vérité et la justice » s’est déclinée dans des activités visant à permettre que les documents, gouvernementaux et judiciaires, soient disponibles et accessibles afin de promouvoir la recherche historique sur ces événements.

60Certes, il faudra des réflexions encore plus poussées afin de pouvoir critiquer et remettre en cause certaines expériences qui paraissent intouchables parce qu’elles impliquent les familles des victimes ; il faudra aussi prendre garde aux instrumentalisations idéologiques. Mais il me semble qu’en ce domaine nous pouvons pratiquer ce que le sociologue Giovanni Moro (qui est aussi le fils d’Aldo Moro, enlevé et tué par les Brigades rouges) nomme « la vertu civique et morale qui consiste à distinguer ».

61Dans un moment de crise intense et de défiance envers la politique et les institutions, le fait que de nombreux fragments de ce segment particulier de la société civile composé de victimes – de personnes qui ont subi directement les effets du visage obscène du pouvoir – défendent encore les valeurs fondatrices de la démocratie me paraît être un signal particulièrement précieux : un appel à la conscience de tous les citoyens, un appel à s’impliquer activement, à donner un sens nouveau aux idées de lutte pour la vérité et de participation démocratique.

Haut de page

Notes

1 M. Veneziani, Controinformazione, Rome, Castelvecchi, 2006, p. 12.

2 Loc. cit.

3 En renversant la catégorie sociologique du « familialisme amoral », introduite par Edward C. Banfield à la fin des années 1950 : G. Turnaturi, « Familismo Morale », dans C. Donolo et F. Fichera éd., Le vie dell’innovazione: forme e limiti della razionalità politica, Milan, Feltrinelli, 1988.

4 Nous faisons en particulier référence aux ouvrages de G. De Luna, La Repubblica del dolore: le memorie di un’Italia divisa, Milan, Feltrinelli, 2011 et de D. Giglioli, Critica della vittima, Milan, Nottetempo, 2014, et aux discussions qu’ils ont suscitées.

5 Dans Come mi batte forte il tuo cuore: storia di mio padre, Turin, Einaudi, 2009, je reconstruis la vie et l’assassinat de mon père, Walter Tobagi, journaliste, historien et syndicaliste assassiné le 28 mai 1980 par la « Brigata XXVIII marzo », un groupe terroriste d’extrême gauche.

6 C’est le titre donné par P. P. Pasolini, dans son recueil Scritti corsari, Milan, Garzanti, 1975 [Écrits corsaires, P. Guilhon trad., Paris, Flammarion, 2009] à l’article « Che cos’è questo golpe ? » [Qu’est-ce que ce coup d’État ?] précédemment paru dans le quotidien Corriere della Sera du 14 novembre 1974.

7 Une première et excellente reconstruction des fausses pistes qui furent lancées lors des diverses enquêtes sur les bombes néofascistes de 1969 à 1980 se trouve dans le volume collectif dirigé par V. Borraccetti, Le stragi: i fatti e l’intervento giudiziario, Milan, FrancoAngeli, 1986 [Les massacres : les faits et l’intervention judiciaire, non traduit]. Une analyse des mécanismes des fausses pistes, à partir du cas du massacre de piazza Loggia, à Brescia, se trouve dans le chapitre « Anatomie de la fausse piste », dans B. Tobagi, Una stella incoronata di buio: storia di una strage impunita, Turin, Einaudi, 2013 [Une sombre étoile : histoire d’un massacre impuni, non traduit].

8 Cette journée a été instituée par la loi no 56 du 4 mai 2007, « afin de rappeler toutes les victimes du terrorisme, intérieur et international, et des massacres provenant de cette matrice ». Sur les critiques contre les journées de la mémoire et leur caractère superflu, je renvoie à G. De Luna, La Repubblica del dolore, op. cit.

9 Le discours complet de Giorgio Napolitano est disponible à l’adresse :
[http://presidenti.quirinale.it/elementi/Continua.aspx?tipo=Discorso&Key=1526] (consulté le 11/01/2019).

10 Le massacre d’Ustica est régulièrement associé à des massacres terroristes, tant dans l’imaginaire collectif (je cite Giorgio Gaber, Qualcuno era comunista : « ...perché piazza Fontana, Brescia, la stazione di Bologna, l’Italicus, Ustica etcetera etcetera etcetera ») que dans des instances institutionnelles, depuis les travaux de la commission parlementaire d’enquête sur le terrorisme en Italie et les causes de la non-identification des auteurs des massacres, jusqu’à la directive Renzi (directive du président du Conseil des ministres du 22 avril 2014, Gazzetta Ufficiale no 100 du 2 mai 2014), qui prévoyait le début de la « déclassification de la documentation relative aux événements très graves qui ont eu lieu depuis trente ans », en énumérant ensuite les grands massacres terroristes et Ustica.

11 « Libera. Associazioni, nomi e numeri contro le mafie est née le 25 mars 1995 dans l’intention d’inciter la société civile à mener la lutte contre les mafias et de promouvoir légalité et justice. Actuellement, Libera coordonne plus de 1500 associations, groupes, écoles, réalités de base, engagées sur les territoires pour construire des synergies politico-culturelles et organisatrices capables de diffuser la culture de la légalité. La loi sur l’usage social des biens confisqués aux mafias, l’éducation à la légalité démocratique, l’engagement contre la corruption, les camps de formation antimafia, les projets sur le travail et le développement, les activités contre l’usure, sont quelques-uns des engagements concrets de Libera » (extrait du site www.libera.it).

12 « Foggia, in 40 mila alla marcia di Libera con don Ciotti: “Il 70% dei familiari delle vittime non conosce verità: non è possibile” », Il Fatto Quotidiano, 21 mars 2018.

13 Ce mécanisme a été remarquablement mis en évidence par E. Deaglio, Il vile agguato: chi ha ucciso Paolo Borsellino. Una storia di orrore e menzogna, Milan, Feltrinelli, 2013 [Le lâche attentat : qui a tué Paolo Borsellino. Une histoire d’horreur et de mensonge, non traduit]. On peut lire une synthèse écrite par l’auteur à l’adresse suivante :
[https://www.ilpost.it/2017/07/13/depistaggio-scarantino-via-damelio/] (consulté le 11/01/2019).

14 J’ai rédigé une synthèse sur le brouillage des pistes lors des enquêtes sur le meurtre du journaliste Mauro Rostagno, tué à Trapani le 26 septembre 1988 ; on peut la lire en ligne :
[https://www.articolo21.org/2013/09/lombra-dei-depistaggi-sul-processo-rostagno/] (consulté le 11/01/2019).

15 Le procès devant la Cour d’assises de Trapani s’est conclu en 2014 par la condamnation des mafieux Vito Mazzara (exécuteur) et Vincenzo Virgo (mandant). Seule la condamnation de ce dernier a été confirmée en appel, devant la Cour de Palerme en 2018. On trouve un résumé du parcours judiciaire sur le site WikiMafia, à l’entrée « Mauro Rostagno ».

16 Voir la sentence de la Cour de cassation, p. 37-38 :
[http://www.fontitaliarepubblicana.it/documents/402-processo-milano-corte-di-cassazione-n-470-3.html] (consulté le 11/01/2019).

17 Le journaliste Francesco Cancellato a rédigé pour le quotidien en ligne Linkiesta.it une reconstruction synthétique et précise de l’attentat (que l’on peut vraisemblablement attribuer au groupe Ordine Nero – émanation d’Ordine Nuovo –, qui l’avait d’ailleurs revendiqué le lendemain du massacre). En ligne :
[http://www.linkiesta.it/it/article/2014/08/04/italicus-storia-di-un-mistero-italiano-in-dieci-punti/22461/] (consulté le 11/01/2019).

18 Commission parlementaire d’enquête sur la loge P2, rapport final de Tina Anselmi, disponible sur le site Fonti Italia repubblicana, p. 93. En ligne :
[http://www.fontitaliarepubblicana.it/documents/121-000-relazione-anselmi.html] (consulté le 11/01/2019).

19 Sentence du tribunal civil de Palerme, 10 septembre 2011, confirmée par la Cour de cassation le 28 janvier 2013 ; la Cour d’appel de Palerme a rejeté un autre recours le 28 juin 2017.

20 Voir par exemple le documentaire Nazirock de Claudio Lazzari (Feltrinelli, 2008) sur les liens entre anciens et nouveaux néofascistes, et en particulier le cas de Mario Vattani, consul au Japon à Osaka, ou ceux d’anciens militants de l’extrême droite que le maire de Rome, Gianni Alemanno, a intégrés dans le système de gouvernement de la ville. Une image récente du renouveau de la droite extrême est donnée par P. Berizzi dans NazItalia: viaggio in un paese che si è riscoperto fascista, Milan, Baldini & Castoldi, 2018.

21 « E la sortita del leader di An ridá fiato alla pista palestinese », La Repubblica, 3 août 2008.

22 Voir à ce propos V. Roghi, « 2 agosto 1980 », dans Calendario civile: per una memoria laica, popolare e democratica degli italiani, A. Portelli éd., Rome, Donzelli, 2017.

23 Ce procès a commencé le 21 mars 2018 et est toujours en cours devant la Cour d’assises de Bologne.

24 « Je me demande si le fait qu’on n’aboutisse à rien ne vient pas de la façon dont les enquêtes ont été menées. Peut-être parce qu’on a cherché dans une seule direction qui, à l’évidence, n’était pas la bonne puisqu’elle a toujours eu pour résultat l’acquittement des inculpés », dans « Rispetto i caduti. Una generazione però merita scuse», Bresciaoggi, 20 novembre 2010.

25 Ce phénomène est décrit et analysé dans A. Cento Bull, Italian Neofascism: The Strategy of Tension and the Politics of Nonreconciliation, New York-Oxford, Berghahn Books, 2007.

26 « Strage Bologna, ex Nar : sono 86ma vittima », RaiNews.it, 9 mai 2018. Sa déclaration a eu un large retentissement dans les médias nationaux.

27 Voir à ce sujet l’article du 5 juin 2018 paru dans Il Fatto Quotidiano.it. En ligne : [https://www.ilfattoquotidiano.it/2018/06/05/strage-di-bologna-giudici-dispongono-perizia-ma-detriti-e-macerie-della-stazione-sono-custoditi-alle-intemperie/4405964/] (consulté le 11/01/2019).

28 L’enquête, initialement lancée sur une fausse piste, passa de Milan à Rome. Quand fut prise en compte la piste de l’extrême droite, qui se révéla la bonne, elle déboucha, avec les autres instructions, sur un procès monstre qui se déroula, sous prétexte de préserver l’ordre public, à Catanzaro, à plus de 1000 km de l’endroit où s’étaient déroulés les faits, ce qui rendit la présence aux débats difficile et onéreuse pour les parties civiles.

29 G. Turnaturi, Associati per amore: l’etica degli affetti e delle relazioni quotidiane, Milan, Feltrinelli, 1991, p. 3. Le verdict de 1981 a également un fort impact à Brescia où doit débuter un second cycle de procès ; un pamphlet est alors publié par l’ancien magistrat et député du PCI Luciano Violante : L. Violante, Che Brescia non diventi una seconda Catanzaro, Rome, Partito comunista italiano, Commissione giustizia e problemi dello Stato, 1981.

30 G. Turnaturi, Associati per amore, op. cit., p. 3.

31 Ibid., p. 5.

32 G. Turnaturi, « Familismo Morale », dans C. Donolo et F. Fichera éd., Le vie dell’innovazione, op. cit.

33 Voir les deux premiers chapitres de G. Turnaturi, Associati per amore, op. cit.

34 G. Turnaturi, « Familismo Morale », op. cit., p165.

35 G. De Luna, La Repubblica del dolore: le memorie di un’Italia divisa, Milan, Feltrinelli, 2011, p. 93.

36 G. Turnaturi, « Familismo Morale », op. cit., p164.

37 Ibid., p. 165.

38 M. Kundera, Le livre du rire et de l’oubli, F. Kérel trad., Paris, Gallimard, 1979.

39 S. Vezzadini, La vittima di reato tra negazione e riconoscimento, Bologne, Clueb, 2006.

40 Pour une analyse des effets des expériences traumatiques, B. Cyrulnik, Autobiografia di uno spaventapasseri: strategie per superare le esperienze traumatiche, F. Del Corno et M. I. Pigoni trad., Milan, Raffaello Cortina editore, 2009 [Autobiographie d’un épouvantail, Paris, Odile Jacob, 2008], et J. L. Herman, Guarire dal trauma: affrontare le conseguenze domestiche della violenza, dall’abuso domestico al terrorismo, R. Russo trad., Rome, Magi, 2005.

41 P. Ricœur, Ricordare, perdonare, dimenticare: l’enigma del passato, N. Salomon trad., Bologne, Il Mulino, 2004.

42 Directive 2012/29/UE du Parlement européen et du Conseil, 25 octobre 2012, point 16. La directive institue des normes minimales en matière de droits, d’assistance et de protection des victimes de la criminalité.

43 M. Calabresi insiste sur cet aspect dans son livre Spingendo la notte più in là: storia della mia famiglia e di altre vittime del terrorismo, Milan, Mondadori, 2007. Le sentiment de solitude et d’abandon éprouvé par de nombreuses victimes est rapporté, par exemple, par Antonella Sibio, veuve d’un policier, dans un récit recueilli par l’historien Alessandro Portelli, dans Calendario civile, op. cit., p. 105, mais aussi par de multiples et émouvantes déclarations de victimes des massacres.

44 Face à l’indignation de l’opinion publique, le gouvernement intervint et les prit à sa charge : « Piazza Fontana, il Governo paga le spese. I parenti delle vittime: “Accettiamo” », La Repubblica, 6 mai 2005.

45 Z. Bauman, Voglia di comunità, S. Minucci trad., Rome-Bari, Laterza, 2001 [Community: Seeking Safety in an Insecure World, Cambridge, Polity, 2001].

46 A. Ceretti, « Mediazione, una ricognizione filosofica », dans L. Picotti éd., La mediazione nel sistema penale minorile, Padoue, Cedam, 1998, p. 47.

47 Ce thème est développé par S. Vezzadini, La vittima di reato…, op. cit., en particulier p. 117 et suiv. et p. 145.

48 R. F. Mollica, Le ferite invisibili: storie di speranza e guarigione in un mondo violento, C. Spinoglio trad., Milan, Il Saggiatore, 2007, p. 42 et suiv.

49 Le survivant, comme Philoctète, est abandonné et mis en marge du corps social et il se retrouve « monon, seul, àfilon, sans affection, èremon, loin de tout, àpolin, sans appartenance », S. Castellano, Pensare narrando: storie vere e storie inventate nell’attività di cura, Turin, Centro Scientifico Editore, 2008, p. 27.

50 Sur les liens entre regard et assomption de responsabilité, P. Ricœur, Percorsi del riconoscimento: tre studi, F. Polidori éd., Milan, Raffaello Cortina Editore, 2005 [Parcours de la reconnaissance : trois études, Paris, Stock, 2004].

51 Sur l’idée de prise en charge, outre l’œuvre de P. Ricœur, voir les réflexions de M. Calabresi dans Spingendo la notte più in là, op. cit.

52 J. Butler, Precarious Life: The Powers of Mourning and Violence, Londres-New York, Verso, 2004 [Vie précaire : les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001, J. Rosanvallon et J. Vidal trad., Paris, Éditions Amsterdam, 2005].

53 Avec l’action militaire contre l’Afghanistan et l’adoption du Patriot Act (Providing Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism) qui introduisait de fortes limitations à la liberté personnelle, en octobre 2001.

54 D. Garland, Culture of Control: Crime and Social Order in Contemporary Society, Oxford, Oxford University Press, 2001.

55 J. Butler, Vie précaire, op. cit., chap. « Violence, deuil et politique ».

56 Ibid.

57 J. L. Herman, Guarire dal trauma, op. cit., p. 174 et suiv.

58 Ibid., p. 267-268.

59 G. Turnaturi, « Familismo morale », op. cit., p. 183.

60 J. Butler, Precarious Life, op. cit., p. 120.

61 G. De Luna, La Repubblica del dolore, op. cit., p. 92-96.

62 Ibid. G. De Luna évoque la télévision dans trois chapitres de son livre : « Télévision et histoire », « Télévision et mémoire », « Télévision, victimes et politique ». Pour une lecture critique des émissions dédiées au terrorisme et centrées sur la figure des victimes, voir aussi V. Roghi, Serve una giornata delle vittime per raccontare il terrorismo ?, billet publié le 9 mai 2014 sur le blog Minima&Moralia. En ligne : [http://www.minimaetmoralia.it/wp/ma-lo-raccontiamo-il-terrorismo/] (consulté le 11/01/2019).

63 G. De Luna, La Repubblica del dolore, op. cit., p. 97.

64 C. Eliacheff et D. Soulez Larivière, Le temps des victimes, Paris, Albin Michel, 2007 (traduit en italien en 2008) ; D. Soulez Larivière, Du cirque médiatico-judiciaire et des moyens d’en sortir, Paris, Seuil, 1993 (traduit en italien en 1994).

65 A. Cento Bull et H. Lauge Hansen, « On agonistic memory », Memory Studies, vol. IX, no 4, 2016, p. 390-404.

66 La mise en production de certaines des œuvres les plus critiquées, comme les trois mini-séries de fiction du cycle Gli anni spezzati [Les années brisées], a été décidée au moment où le conseil d’administration était contrôlé par une majorité de centre-droit ; à propos de Gli anni spezzati, V. Roghi a noté que « la fiction était faible d’un point de vue historiographique et filmique » (V. Roghi, « Gli anni Settanta e la tv degli ultimi dieci anni », Novecento.org, 7 mars 2014).

67 Des productions comme celles qu’analyse V. Roghi dans l’article cité ci-dessus ont reçu le soutien d’Aiviter (association italienne des victimes du terrorisme), une association qui, bien que forte numériquement, ne représente pas l’ensemble des positions existantes.

68 Il me semble réducteur d’assimiler leur action à une simple compétition avec l’association des « Victimes du devoir », comme le fait G. De Luna, La Repubblica del dolore, op. cit., p. 96. Je crois plutôt qu’elles travaillent pour maintenir l’attention sur des faits politiquement sensibles que l’État – qui y est impliqué, comme dans le cas des brouillages de pistes – préférerait qu’on oublie : c’est en ce sens qu’il me paraît possible d’établir un lien avec le « familialisme moral ».

69 On peut voir cet entretien avec Sandro Ruotolo sur fanpage.it. En ligne : [https://youmedia.fanpage.it/video/aa/WUkTleSwhqSZc6EL] (consulté le 11/01/2019).

70 F. Borsellino, « Troppi depistaggi sulla morte di mio padre », La Repubblica, 17 juillet 2018.

71 Voir le décret-loi du 27 septembre 1999, no 330, qui prévoit des dispositions urgentes sur la durée maximum des enquêtes préliminaires concernant les crimes de massacres (sur laquelle portaient les articles 285 et 422 du Code pénal) commis avant 1989.

72 Comme ce fut le cas de la déposition devant la Cour du « monstre du Circeo », Angelo Izzo, condamné pour viol et actes de barbarie sur deux jeunes femmes (dont l’une fut assassinée) puis collaborateur de justice dans le cadre d’enquêtes sur le terrorisme néofasciste. L’audience à laquelle il a participé a attiré l’attention des médias nationaux parce que le « monstre », en liberté conditionnelle, venait de se marier la veille.

73 La presse et les médias nationaux ont mis en évidence la nouvelle de l’acquittement de tous les inculpés pour le massacre de Brescia ; mais il n’y eut aucune attention pour le contenu des attendus des verdicts, publiés, comme de droit, 90 jours plus tard.

74 M. Rostagno et A. Gentile, Il suono di una sola mano: storia di mio padre Mauro Rostagno, Milan, Il Saggiatore, 2011.

75 Groupe « Procès de Brescia » sur Facebook. En ligne :
[http://www.facebook.com/groups/355283011491/?fref=ts] (consulté le 11/01/2019).

76 Groupe « Procès Rostagno » sur Facebook. En ligne :
[http://www.facebook.com/groups/169068116473254/?fref=ts]
(consulté le 11/01/2019).

77 S. Pivato, Vuoti di memoria: usi e abusi della storia nella vita pubblica italiana, Rome-Bari, Laterza, 2007, p. 63.

78 G. Moro, Anni Settanta, Turin, Einaudi, 2008, p. 21.

79 S. Vezzadini, La vittima di reato…, op. cit., p. 120.

80 Centre fondé en collaboration avec l’Institut Parri afin d’« assurer au patrimoine historique, moral et civique de la collectivité nationale le recueil, la conservation et l’approfondissement de la documentation concernant le phénomène des massacres et les organisations terroristes et subversives qui y ont eu recours avec de graves conséquences sur le déroulement ordonné de la vie démocratique ». C. Venturoli, Stragi tra memoria e storia. Piazza Fontana, piazza della loggia, la stazione di Bologna: dal discorso pubblico all’elaborazione didattica, thèse de doctorat en histoire et informatique, université de Bologne, 2007, p. 82. En ligne :
[http://amsdottorato.unibo.it/622/1/Tesi_Venturoli_Cinzia.pdf] (consulté le 11/01/2019).

81 En 2018, la Maison a proposé au public un cycle de conférences intitulé « Un an après le verdict » pour faire connaître et répandre les contenus des importants attendus du verdict condamnant, pour piazza Loggia, l’ancien leader d’Ordine Nuovo Carlo Maria Maggi et le collaborateur des services secrets Maurizio Tramonte.

82 Sur le concours et le projet, voir l’article de P. D’Amico paru le 12 mai 2011 dans le Corriere della Sera. En ligne :
[http://casamemoriamilano.eu/wp/wp-content/uploads/2014/11/Articolo-Casa-della-Memoria-7.pdf] (consulté le 11/01/2019).

83 Voir les articles de P. Craveri et B. Tobagi, Il Sole 24 Ore, 27 avril 2008.

84 I. Moroni et C. Venturoli, « Archivi in rete per non dimenticare », Storia e Futuro, no 13, 2007.

85 Le centre de documentation Archives Flamigni conserve et rend accessible la vaste documentation du sénateur du PCI Sergio Flamigni, à partir des années 1940, au cours de son activité politique, de parlementaire et d’historien : la documentation concernant le terrorisme de gauche est particulièrement importante. En outre, le centre a reçu de la famille d’Aldo Moro une partie importante des archives personnelles de l’homme d’État. Voir le site : [http://www.archivioflamigni.org/] (consulté le 11/01/2019).

86 I. Moroni éd., Rete degli archivi per non dimenticare: guida alle fonti di una storia ancora da scrivere, Rome, Icpal, 2010.

87 Voir le portail en ligne : [http://www.memoria.san.beniculturali.it/] (consulté le 11/01/2019).

88 Le Jour de la mémoire a été institué par la loi no 56 du 4 mai 2007.

89 Voir l’entretien avec Paolo Bolognesi, président de l’association du 2 août, dans le documentaire Liberiamo la memoria, visible sur la chaîne YouTube des Archives Flamigni.

90 Pour approfondir cet aspect, voir B. Tobagi, « Le fonti giudiziarie », dans I. Moroni éd., Rete degli archivi per non dimenticare, op. cit., p. 21-28.

91 « C’est un procès dont il faut espérer qu’il se tiendra, parce qu’il bénéficiera d’un patrimoine important de connaissances qui n’existait pas dans les années 1990 et qui porte sur le rôle qu’a joué l’organisation néofasciste et néonazie Ordine Nuovo […] et sur les rapports qui ont eu lieu en 1980 entre ON et les NAR » a déclaré A. Speranzoni, « Strage di Bologna, Cavallini a processo, in aula i parenti delle vittime », La Repubblica.it, 6 octobre 2017.

92 L’opération de numérisation et des entretiens avec certains des détenus sont présentés dans le documentaire produit et réalisé par B. Tobagi, Liberiamo la memoria (2008).

93 Ainsi, en janvier 2013, l’Italie a été condamnée par la Cour pour les droits humains du Conseil de l’Europe de Strasbourg à cause de la surpopulation carcérale, à la suite d’un recours de sept personnes détenues dans les prisons de Busto Arsizio et de Piacenza.

94 À peine 20 % des détenus travaillent, d’après le rapport que le département de l’administration pénitentiaire du ministère de la Justice a envoyé au Parlement (source : Ansa, 8 janvier 2013).

95 Parmi ces procès, il y a ceux pour l’attentat à la préfecture de police de Milan, pour piazza Fontana, pour le meurtre de W. Tobagi, contre les Proletari armati per il comunismo (PAC, dont Cesare Battisti), pour les meurtres de Bruno Caccia et de Luigi Calabresi, sur la faillite du Banco Ambrosiano. Les actes numérisés sont consultables après autorisation du tribunal de Milan. Pour la liste complète et les modalités d’accès, on peut s’adresser aux Archives d’État de Milan.

96 Elle est l’auteure de L’inferno sono gli altri: cercando mio padre, vittima delle Br, nella memoria divisa degli anni Settanta, Milan, Mondadori, 2011, et du documentaire Sfiorando il muro, présenté à la Mostra de Venise en 2012.

97 Voir par exemple La Repubblica du 12 décembre 2011. En ligne :
[http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2011/12/12/piazza-fontana-il-processo-in-trenta-dvd.html] (consulté le 11/01/2019).

98 On trouve le texte du protocole à cette adresse :
[http://memoria.san.beniculturali.it/web/memoria/news/dettaglio-news?p_p_id=56_INSTANCE_nK42&articleId=247853] (consulté le 11/01/2019).

99 Sur ce secret d’État « rampant », voir les réflexions de M. Gotor, « Il segreto di Stato che non c’è: il caso Moro », dans Archivi memoria di tutti: le fonti per la storia delle stragi e del terrorismo, T. M. Bolis et M. L. Xerri éd., Rome, Ministère de la Culture (Mibac), Direction générale des Archives, 2014, p. 54. En ligne :
[http://www.memoria.san.beniculturali.it/c/document_library/get_file?uuid=75deb5f6-b9f9-476c-81ff-4c28e5f0e336&groupId=11601] (consulté le 11/01/2019).

100 Appel disponible en ligne :
[http://www.memoria.san.beniculturali.it/c/document_library/get_file?uuid=11953835-d2e2-4339-ae04-7f89eec40ede&groupId=11601] (consulté le 11/01/2019).

101 « Aprire gli archivi sulle stragi. Firmano in migliaia: basta segreti », La Repubblica, 26 novembre 2010.

102 Voir S. Gastaldi et D. Ward éd., Era mio padre: Italian Terrorism of the Anni di Piombo in the Postmemorials of Victims’ Relatives, Oxford, Peter Lang, 2018 ; en particulier A. Montalbano, « La memoria privata degli anni di piombo », p. 207-230, qui utilise pour étudier ces textes un cadre théorique fondé sur les écrits des philosophes Judith Butler, Avishai Margalit et Adriana Cavarero.

103 R. F. Mollica, op. cit., p. 109 et suiv. ; G. Forti et M. Bertolino éd., La televisione del crimine, Milan, Vita e Pensiero, 2005.

104 A. Cento Bull et H. Lauge Hansen, « On agonistic memory », art. cité.

105 G. Bertagna, A. Ceretti et C. Mazzucato éd., Il libro dell’incontro: vittime e responsabili della lotta armata a confronto, Milan, Il Saggiatore, 2015.

106 Sur certaines de ces critiques, voir D. Pulitanò, « Sul libro di un incontro tra vittime e responsabili della lotta armata », Diritto penale contemporaneo, 18 janvier 2016 ; la contribution de L. Tarentelli dans l’ouvrage Era mio padre, op. cit., p. 251-254 ; l’article « Se i giudici a scuola trovano la Faranda », La Repubblica, 3 février 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benedetta Tobagi, « Le « familialisme moral » des années 2000 : l’engagement politique des victimes des massacres, du terrorisme et de la mafia, entre procès, histoire et mémoire », Laboratoire italien [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 14 février 2019, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.3033

Haut de page

Auteur

Benedetta Tobagi

Benedetta Tobagi, née à Milan en 1977, est docteure en histoire italienne contemporaine à l’université de Bristol, chercheuse à l’université de Pavie, membre du comité de direction de l’Archivio Flamigni et du comité scientifique de la « Rete degli archivi per non dimenticare ». Elle collabore avec La Repubblica depuis 2009. Elle a publié : Come mi batte forte il tuo cuore: storia di mio padre (Einaudi, 2009), Una stella incoronata dal buio: storia di una strage impunita (Einaudi, 2013) sur le massacre de Brescia et La scuola salvata dai bambini: viaggio nelle classi senza confini (Rizzoli, 2016). Son prochain ouvrage, Piazza Fontana: processo impossibile, sortira au printemps 2019.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page