Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Un journal « mal conçu et mal rédigé » : le Corriere d’Italia (1807-1808), ou comment relire les pratiques politiques des exilés italiens dans le Paris napoléonien

Un giornale «mal concepito e mal redatto»: il Corriere d’Italia (1807-1808), o come rileggere le pratiche politiche degli esuli italiani nella Parigi napoleonica
A “poorly conceived and poorly drafted” newspaper: the Corriere d’Italia (1807-1808), or how to reread the political practices of Italian exiles in Napoleonic Paris
Paolo Conte

Résumés

Le 15 août 1807, un nouveau journal paraît à Paris : intitulé Corriere d’Italia, il est rédigé entièrement en italien et sortira tous les jours jusqu’au printemps suivant sous les presses de l’imprimeur Guitard. Sa ligne éditoriale lui vaut le soutien de l’Empereur, toujours intéressé à contrôler la diffusion des nouvelles au-delà des Alpes. C’est pourquoi il décrète un financement gouvernemental visant à permettre sa diffusion dans la Péninsule, et cela malgré l’opposition du vice-roi du royaume d’Italie Eugène de Beauharnais et du ministre des Affaires étrangères Ferdinando Marescalchi. Après une analyse des questions concernant la distribution du Corriere, cet article envisage d’enquêter sur sa ligne éditoriale, afin de comprendre les propos politiques qui soutiennent cette initiative. Par ce biais, nous nous proposons sinon de remettre en cause, du moins de nuancer, le clivage classique entre pratiques politiques et pratiques culturelles, ces dernières étant moins une simple alternative aux premiers qu’une façon de réarticuler, dans un autre contexte et sous d’autres formes, l’engagement des années précédentes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur l’exil italien pendant le Risorgimento, voir l’article classique de A. Galante Garrone, « L’em (...)
  • 2 A. M. Rao, Esuli: l’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992.
  • 3 M. Tatti, Le tempeste della vita: la letteratura degli esuli italiani in Francia nel 1799, Paris, (...)
  • 4 A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2011 ; M. Isabella, Risorgimento in (...)
  • 5 Une exception importante est M. Tatti, « Bohème letteraria italiana a Parigi all’inizio dell’Ottoc (...)

1Tout en étant de plus en plus développées, les études sur l’exil italien en France au XIXe siècle n’ont pas porté, jusqu’à présent, une attention majeure à la période napoléonienne1. D’un côté, la monumentale monographie d’Anna Maria Rao sur l’émigration politique en France s’arrête en 1802, année de la formation de la République italienne lors de la consulte de Lyon2, tandis que l’approche culturelle de Mariasilvia Tatti visant à enquêter sur la production intellectuelle de ces réfugiés ne se prolonge pas au-delà du retour français en Italie marqué par la bataille de Marengo en juin 18003. De l’autre côté, les travaux d’Agostino Bistarelli et de Maurizio Isabella sur l’exil italien pendant le Risorgimento, parus lors des célébrations des 150 ans de l’Unité, ne commencent leur analyse qu’à partir des flux migratoires de 1821, voire juste après la révolution constitutionnelle qui a lieu à Naples et à Turin4. Ainsi, tout en soulignant la valeur remarquable de ces recherches, nous ne pouvons pas nous abstenir de constater qu’un véritable vide historiographique s’est créé5.

  • 6 D’ailleurs, il manque toujours une étude systématique majeure sur l’émigration italienne en France (...)

2Néanmoins, en oubliant le rôle de l’exil à l’époque napoléonienne, l’on risquerait de ne pas comprendre la contribution apportée dans le processus de construction de l’identité nationale par cette phase si décisive pour l’histoire d’Italie. En outre, ce manque mènerait à sous-estimer, ou bien à nier complètement, tout lien entre le Risorgimento et la Révolution française6. En fait, dans la plupart des cas, les réfugiés italiens demeurant en France à cette époque n’ont commencé leur exil qu’à partir de la fin du « Triennio jacobin » : il s’agit donc de patriotes ayant combattu pour la cause française pendant la Révolution et se trouvant obligés de fuir la Péninsule en 1799, voire après la chute de ces « républiques sœurs » qu’ils avaient si fortement soutenues et animées.

3Une analyse systématique de l’exil italien à cette époque s’avère donc de plus en plus nécessaire afin d’approfondir les dynamiques de la continuation de ce séjour en France, ainsi que pour saisir les legs que cette mobilité du début du XIXe siècle a laissés aux périodes suivantes. De plus, en contextualisant les initiatives de ces réfugiés dans l’Europe de l’époque, cette attention portée à l’exil napoléonien pourrait permettre de mieux réfléchir sur les buts profonds animant le séjour en France de ces patriotes à l’étranger, dont les pratiques culturelles pendant la période impériale ont été trop souvent décrites comme de simples alternatives à un engagement politique que l’on pourrait désormais considérer comme conclu à la suite de l’échec républicain de 1799.

4Dans ce cadre, l’étude d’un journal rédigé à Paris et diffusé dans la Péninsule peut s’avérer fort intéressante, non seulement parce que l’activité journalistique est à cette époque l’un des métiers les plus répandus parmi les exilés, mais aussi et surtout parce que derrière chaque feuille se trouve une rédaction, voire une ligne éditoriale. En somme, un journal relève toujours d’un projet culturel majeur que l’on aurait tort de juger comme entièrement dépourvu de visées politiques et qui mérite donc une analyse approfondie. D’ailleurs, si nombre de travaux ont été consacrés à la presse italienne produite à l’étranger depuis les années 1830 jusqu’à l’Unité, l’on connaît beaucoup moins bien les premiers journaux rédigés au dehors de la Péninsule au début du siècle, alors que ces gazettes sont les véritables pionnières du journalisme italien en exil.

  • 7 M. Tatti, « Tra politica e letteratura: manifesti programmatici e linee editoriali dei giornali it (...)
  • 8 R. De Felice éd., I giornali giacobini italiani, Milan, Feltrinelli, 1962. Force est de constater (...)
  • 9 C. Capra, « Il giornalismo nell’età rivoluzionaria a napoleonica », dans V. Castronuovo, G. Ricupe (...)

5Même en Italie, les recherches sur la presse pendant la Révolution et l’Empire ont porté presque exclusivement sur les journaux rédigés dans la Péninsule : ainsi, à l’exception de quelques cas remarquables7, ces études ont consacré une attention mineure à la production journalistique menée à l’étranger8, qui d’ailleurs a été souvent présentée comme plutôt « insignificante »9.

6Nous nous proposons donc d’approfondir le cas de l’un de ces journaux rédigés dans le Paris napoléonien, cela afin de nous interroger, plus généralement, sur la valeur politique des différentes pratiques culturelles menées par les Italiens demeurant en France en ce début de siècle. De ce fait, nous analyserons dans un premier temps les caractéristiques politico-culturelles de cette feuille, ainsi que ses modalités de rédaction. Par la suite, nous nous concentrerons sur les enjeux liés à la distribution de ses exemplaires, voire sur les protections (ou oppositions) institutionnelles qui ont caractérisé sa circulation des deux côtés des Alpes. Finalement, en vue d’une meilleure compréhension des véritables visées de cette feuille, nous examinerons plus largement l’exil italien à Paris à l’époque napoléonienne, ce qui nous permettra de nous interroger davantage sur la nature militante de toute sorte d’engagement journalistique.

Pro-napoléonienne et anglophobe : une gazette italienne en plein cœur de Paris

  • 10 BNF, Il Corriere d’Italia, prospectus, coll. LC2-2772.

L’heureuse situation de Paris entre les Capitales des autres États, l’étendue de cette immense Métropole, la réunion qui s’y trouve de tous les arts et les sciences dont elle semble être l’asile, le séjour d’un Souverain qui tient dans ses mains les destinées de tant d’autres États, font de cette ville le foyer de toutes les nouvelles. C’est à Paris que se rend, comme dans un centre commun, tout ce qui peut intéresser les Rois étrangers et leurs peuples, contribuer au progrès des arts, des sciences et de l’industrie ; enfin tout ce qui est digne de fixer l’attention des grandes sociétés comme des individus.
L’idée de publier à Paris un Journal destiné aux Italiens, écrit dans leur langue et tendant à leur transmettre le récit de tous les événements qui arrivent dans cette Capitale et de ceux dont les autres pays sont le théâtre est donc une idée raisonnable.10

  • 11 Les numéros que nous avons pu consulter sont conservés à la Boston Athenæum, aux États-Unis : ils (...)
  • 12 P. Conte, « Un periodico italiano nella Parigi napoleonica: il caso de La Domenica, fra classicism (...)

7Par ces mots, un manifeste paru à Paris durant l’été 1807 annonce la publication d’un nouveau journal, destiné à sortir tous les jours jusqu’au printemps suivant et dont le titre est Il Corriere d’Italia11. Commençant à paraître le 15 août, ce quotidien est entièrement rédigé en italien (sauf le prospectus initial, écrit également en français) et a un coût d’abonnement de 60 francs par an. Il ne s’agit pas du premier journal italien rédigé dans le Paris napoléonien, car quelques années auparavant, à partir de l’été 1803, un hebdomadaire littéraire intitulé La Domenica, giornale letterario-politico, était déjà paru dans la capitale pendant un an12.

  • 13 E. H. de Grouchy, « La presse sous le Premier Empire », Bulletin du bibliophile, 1896, p. 74-84. D (...)
  • 14 Sur G. A. Galignani et sur le rôle de sa librairie, voir : G. Barber, Galignani’s and the Publicat (...)
  • 15 Sur S. Scrofani, voir G. Giarrizzo, « Introduzione », dans S. Scrofani, Memorie inedite, Palerme, (...)
  • 16 Biblioteca del Seminario Vescovile di Padova, cod. 773, t. II. Je tiens à remercier M. Claudio Chi (...)

8L’éditeur du Corriere d’Italia est le Français Auguste Guitard, dont l’imprimerie siège rue du Bac, tandis que sur l’autre rive de la Seine, rue Vivienne, se trouve son principal lieu de vente, la librairie du patriote italien Giovanni Antonio Galignani. Ainsi, l’on comprend bien qu’il s’agit d’une entreprise animée par une convergence d’intérêts multiples, tant français qu’italiens. Guitard est à cette époque un imprimeur assez proche du monde de l’émigration étrangère en France qui avait déjà essayé de proposer, bien que sans succès, la parution d’un journal en espagnol13. Galignani, quant à lui, a fui Londres pour Paris en 1799 et y a fondé une librairie consacrée notamment à la diffusion de traductions d’ouvrages anglais et qui est vite devenue l’un des principaux centres d’agrégation des exilés italiens dans la capitale14. Quant au directeur de ce journal, l’on pourrait soutenir qu’il s’agit de Saverio Scrofani, un abbé sicilien s’étant réfugié en France en 1799 et dont les talents lui ont vite donné accès aux plus prestigieuses académies parisiennes15. En février 1808, il écrit à son ami Melchiorre Cesarotti pour l’informer que grâce au soutien de Napoléon on a réussi à « stabilire in Parigi un giornale Italiano, che camminando su le traccie di quelli di Francia, nel comunicare le nuove utili, possa anche istruire giornalmente i lettori » et dont il se dit le « compilatore »16.

  • 17 Les articles permettant d’identifier ces deux hommes sont : pour A. Cagnoli, Il Corriere d’Italia, (...)

9Cette convergence franco-italienne est d’autant plus évidente, en ce qui concerne la distribution du Corriere, que ses exemplaires sont destinés aux territoires tant de l’Hexagone que de la Péninsule et qu’il est également vendu dans les bureaux de poste. Même discours à propos de ses auteurs, qui, tout en étant pour la plupart des réfugiés italiens demeurant à Paris, se trouvent aussi à l’intérieur du royaume d’Italie, d’où ils participent à la rédaction du journal en envoyant en France leurs contributions. Les articles n’étant pas signés, nous n’avons pu repérer que le nom de deux hommes ayant participé à ce projet : l’un, Antonio Cagnoli, demeure à Modène, où il est le président de la Société italienne des sciences, tandis que l’autre, Giunio Poggi, vit à Paris depuis plusieurs années, ayant été obligé de fuir en France en 1799 et s’étant par la suite refusé à rentrer en Italie, même après le retour des armées républicaines dans la Péninsule suite à la victoire de Marengo17. Cela montre donc que les Italiens se réfugiant en France ne se sont pas détachés du contexte de leur patrie et qu’ils ont maintenu des rapports avec leurs amis. Ce que confirme d’ailleurs le fait que Scrofani, en tant que « compilatore » du Corriere, n’hésite pas à solliciter son ami Cesarotti, demeurant alors à Padoue, pour qu’il lui envoie tout genre d’article qu’il pourrait juger intéressant pour être publié dans ce journal :

  • 18 Biblioteca del Seminario Vescovile di Padova, cod. 773, t. II.

[...] le do questa nuova, acciocché, se avesse ella qualche articolo da voler fare inserire, non avrà che a farmelo giungere alla mia nuova casa, di cui troverà qui sotto l’indirizzo, che sarà sub.o pubblicato, e diviso in due, o tre giorni se occorre: quanto le dico per lei sia anche per i suoi amici, vogliano o no apporre alla fine il loro nome. Qualunque sia la materia, scienze, letteratura, arti belle, o meccaniche etc. tutto sarà bene.18

  • 19 Sur A. Cagnoli, voir l’article de U. Baldini dans Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Isti (...)

10En outre, force est de constater que les Italiens qui participent à ce projet, bien qu’ils aient des parcours différents, ont un passé politique plutôt homogène, ayant tous les quatre (Galignani et Scrofani, comme Cagnoli et Poggi) soutenu la cause républicaine pendant la Révolution19.

  • 20 Ce journal aurait dû s’appeler l’Indicatore generale della letteratura francese et son but aurait (...)
  • 21 BNF, manuscrits italiens, fonds Custodi, carton 1559, f. 192.

11À ce propos, il nous semble intéressant d’analyser ici le profil de l’un de ces rédacteurs demeurant à Paris : Giunio Poggi, chirurgien natif de Plaisance, a été pendant le Triennio l’un des patriotes les plus actifs en Italie, et prolongera son séjour en France jusqu’à sa mort en 1842. Avant d’être nommé au Corps législatif en tant que député de son département, une fois achevée son expérience à la rédaction du Corriere d’Italia, il a été, en 1803, l’un des principaux animateurs de La Domenica, l’autre journal italien rédigé à Paris en ce début de siècle. Cela atteste d’un côté la longévité de sa carrière politique tout au long de l’époque napoléonienne et montre de l’autre la profondeur des initiatives éditoriales menées par ces exilés italiens à Paris. Il n’est d’ailleurs pas anodin que Poggi, même auparavant, dès 1802, voire juste quelques semaines après la naissance de la République italienne, ait proposé à ses amis milanais de travailler ensemble en vue de la parution d’un autre journal italien qui devait s’écrire à Paris et s’imprimer à Milan, mais qui finalement n’a pas vu le jour20. Selon ses correspondances privées, ce journal aurait dû s’accompagner d’une autre feuille, dont l’identité des rédacteurs devait rester cachée et qui aurait dû se faire porteur de « notizie di opere che possono qui uscire in materie di politica e di culto, scritte con istorica libertà »21. Donc, dès la période consulaire, des propos politiques majeurs se dissimulent autour de la rédaction d’un journal dans le Paris napoléonien.

12Étant donné la participation au Corriere d’Italia d’un imprimeur français comme Guitard et d’un homme demeurant en Italie comme Cagnoli, il nous semble que la fondation de ce journal ne doit pas être perçue comme une initiative menée exclusivement par les exilés, bien qu’ils y aient joué un rôle majeur. Elle s’articule en fait au croisement de plusieurs intérêts, elle implique des protagonistes de natures différentes et surtout elle s’adresse à un public vaste et distribué en plusieurs villes.

  • 22 BNF, Il Corriere d’Italia, prospectus.
  • 23 ANF, AF/IV/1710/B, rapport de Marescalchi à Napoléon (Fontainebleau, novembre 1807).

13De ce point de vue, les paroles mêmes du prospectus s’avèrent fort emblématiques : les rédacteurs y expliquent que le but du journal est, d’un côté, d’informer les réfugiés en dispensant « les Italiens qui ne sauraient qu’imparfaitement les langues étrangères de se faire expliquer ou de lire péniblement les journaux écrits dans ces idiomes » mais aussi, de l’autre, de propager ces informations européennes dans la Péninsule afin de « régler la lenteur des communications, resserrer les liens qui unissent ces peuples à la France et transmettre avec rapidité les nouvelles intéressantes dans tous les genres »22. D’ailleurs, même Napoléon, toujours intéressé par les entreprises éditoriales qui se font dans son Empire, reconnaît vite la mission double que ce journal peut avoir et, en ordonnant à la mi-septembre de prendre des mesures pour le perfectionner, souligne toute l’utilité qu’il peut avoir « non seulement en Italie, mais même à Paris »23.

  • 24 Il Corriere d’Italia, no 44, 28 septembre 1807, p. 4.

14La grande attention que porte Napoléon à la diffusion du Corriere d’Italia s’explique notamment par la fidélité totale de ce quotidien envers la politique impériale. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette feuille commence à paraître le jour même de l’anniversaire de Napoléon. Se divisant en trois parties (la première consacrée aux nouvelles politiques, la seconde traitant de l’agriculture et du commerce et la troisième concernant les sciences et les belles-lettres), le journal ne manque pas les occasions de soutenir les choix de l’Empereur. Il prend ainsi, dans presque tous ses numéros, un caractère manifestement anglophobe, notamment lorsqu’il s’agit de répliquer aux critiques avancées par les journaux britanniques contre la politique française, ou bien de dénoncer l’occupation anglaise de Copenhague et les violences commises en Irlande. Les rédacteurs insistent beaucoup sur la situation irlandaise, et cela en vue de mettre en valeur la politique napoléonienne en Italie, car, à leur avis, si les Irlandais sont obligés de subir tous les jours une « rivoltante umiliazione », les peuples des territoires rattachés à l’Empire, au contraire, « sono perfettamente nostri fratelli, e senza restrizione di sorte, senza la menoma differenza, son divenuti come figli di questa grande famiglia, dividendo ben anche con essi loro senza invidia la gloria del nome francese »24.

  • 25 Sur le rôle de la librairie dans la diffusion à Paris de ce journal anglais, voir D. Cooper-Richet (...)
  • 26 Il Corriere d’Italia, no 18, 2 septembre 1807, p. 3-4.

15Néanmoins, l’attention portée par ce journal à la situation anglaise ne s’explique pas simplement par le contexte international opposant le gouvernement parisien au cabinet de Saint James, mais répond aussi à des exigences concrètes. L’une de ses principales sources d’information concernant le contexte d’outre-Manche est en fait le Monthly Repertory, journal littéraire anglais que l’on vend à Paris dans la librairie Galignani, laquelle, comme nous l’avons dit, est le principal lieu de distribution du quotidien et aussi le centre de rencontre de ses rédacteurs25. De plus, ne se bornant pas à la vente de livres, mais jouant un rôle majeur dans la circulation littéraire entre Paris et l’Angleterre, cette même maison se charge de traduire en français plusieurs ouvrages anglais, qui d’ailleurs font l’objet de comptes rendus publiés dans le Corriere d’Italia. C’est le cas, par exemple, de la biographie anonyme consacrée à l’un des ennemis les plus acharnés de la politique de William Pitt en Angleterre, Charles-James Fox, qui, selon les auteurs du journal, a « molta rassomiglianza » avec Mirabeau26, biographie dont la traduction française paraît justement en 1807 avec une préface de Galignani lui-même. Dans cette préface, Galignani consacre à Fox, qu’il avait pu connaître personnellement lors de son séjour en Angleterre, un éloge appuyé dans lequel il glorifie ses qualités :

  • 27 Vie politique, littéraire et privée de Charles-James Fox…, Paris, Parsons, Galignani et Cie, 1807, (...)

Pour nous qui avons connu ce grand homme, dont l’âme fut toujours ouverte aux idées libérales, à la candeur, à la bienveillance, à la générosité, nous nous plaisons à payer un juste tribut d’éloges et d’admiration à sa mémoire ; et quoique nés au milieu d’une nation ennemie et rivale, nous nous empresserons de rendre hommage à ses talens, à son patriotisme et à ses vues politiques, que des préjugés nationaux empêchent d’apprécier à leur juste valeur.27

16D’autre part, l’éditeur ne cache pas l’influence politique que cette traduction peut avoir dans la France de l’époque :

  • 28 Ibid., p. V.

Quant aux hommes qui recherchent l’instruction, aux politiques et aux moralistes, ils pourront méditer sur les plans et les principes de M. Fox, sur les fureurs des élections, les menées parlementaires, et sur toutes les intrigues des partis opposés. Ils admireront encore le génie profond de ce grand homme, dans l’opinion qu’il a manifestée sur le héros qui fait aujourd’hui les destinées de l’Europe et l’orgueil de la France.28

17Cela témoigne donc d’une étroite collaboration entre les rédacteurs de la feuille et le propriétaire de la librairie : une entente qui va bien au-delà de la vente d’exemplaires, car si les premiers profitent des liens tissés par Galignani avec l’Angleterre afin d’être constamment mis au courant des événements britanniques, le second jouit de la publicité que les pages du Corriere font à ses activités éditoriales.

  • 29 Il Corriere d’Italia, no 19, 19 janvier 1808, p. 4.

18Par ailleurs, au-delà de la constante polémique politico-militaire contre l’Angleterre, le journal mérite également d’être signalé pour l’étendue de la section consacrée aux chroniques étrangères et pour la profondeur de ses discussions littéraires et scientifiques. Profitant de sa permanence parisienne, la rédaction vise en fait à décrire la vie institutionnelle et culturelle de la capitale et à recueillir et traduire les principales nouvelles paraissant dans le Moniteur ou dans d’autres journaux étrangers d’importance. Du reste, comme nous l’avons vu dans le prospectus, Paris est perçu comme le véritable centre politico-culturel européen, comme l’épicentre d’un monde en mutation, comme un lieu cosmopolite où la coexistence de savoirs différents active des influences croisées venues des horizons les plus divers. Même dans les pages intérieures, cette centralité parisienne dans les destinées internationales est entièrement confirmée : par exemple, dans une note expliquant l’impossibilité de publier des contributions polémiques venant d’Italie, les rédacteurs confirment que, bien loin de vouloir alimenter « qualsiasi contesa letteraria o di gazzettiere », leur « solo scopo è lo accrescere e consolidare le relazioni tra la francese e l’italiana nazione, e far conoscere a quest’ultima nella propria sua lingua, primieramente, le nuove politiche quali pubblicansi in Parigi, oggi mai centro non che di questi due governi, ma quasi che del mondo intero »29.

  • 30 Il Corriere d’Italia, no 37, 6 février 1808, p. 3.

19L’objectif du journal est donc de diffuser une information à l’échelle européenne qui puisse permettre à nombre d’Italiens – qu’ils demeurent dans les différents États de la Péninsule ou bien qu’ils soient réfugiés au-delà des frontières – d’apprécier les changements apportés par la politique napoléonienne et de participer en pleine conscience à la vie scientifique et culturelle de l’époque. Par exemple, dans les pages du Corriere, l’exaltation du Code civil et de ses innovations sociales s’accompagne de la description d’un nouveau type de charrue permettant une meilleure exploitation de la surface agricole ; les louanges à la Légion d’honneur (décrite comme permettant d’empêcher le retour à tout type de privilège féodal) sont suivies par la chronique constante des spectacles théâtraux qui se font à Paris ; ou, encore, la défense du prestige de l’industrie nationale française se mêle à l’appréciation de la teinture des tissus, dont la description est jugée comme nécessaire pour dévoiler que « il miglior mezzo di far conoscere l’utilità delle scienze chimiche è quello di mostrarne l’applicazione alle arti utili ed ai bisogni della società »30.

20Le Corriere se révèle donc être un journal gouvernemental d’un point de vue institutionnel et un quotidien novateur sur le plan des découvertes scientifiques. En somme, fidèle à la politique étrangère de l’Empire et attentif à tout ce qui concerne les plus récentes propositions artistiques et culturelles européennes : voilà la ligne éditoriale de cette feuille italienne que l’on rédige sur les rives de la Seine au début du XIXe siècle.

Au centre de plusieurs objectifs institutionnels entrecroisés

21Étant donné le caractère fortement pro-napoléonien du Corriere d’Italia, il n’y a rien d’étonnant à ce que l’Empereur lui-même, dès la fin du mois d’août 1807, en ordonnant au ministre de la Police Joseph Fouché un rapport sur son compte, souligne la nécessité de lui donner une vaste diffusion dans la Péninsule :

  • 31 Napoléon Ier, Correspondance de Napoléon Ier, publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Paris, (...)

Il s’imprime à Paris un journal italien intitulé Il Corriere d’Italia. […] Il mérite d’être encouragé et il faut lui donner la meilleure direction. Gênes, le Piémont, la Corse et même le Royaume de Naples, d’Italie, d’Étrurie, Rome peuvent en tirer un grand parti. Il y a peu d’entreprises littéraires plus importantes. Il faudrait le répandre avec profusion et même par les estafettes qui vont tous les jours à Milan et à Naples.31

  • 32 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de Napoléon (Fontainebleau, 24 septembre 1807). D’après l’Empereur, « to (...)
  • 33 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de F. Marescalchi à Eugène de Beauharnais (Paris, 23 septembre 1807).

22Bien loin d’être aléatoire, l’attention que l’Empereur consacre à ce journal perdure encore longtemps et s’avère décisive pour la continuation de ses publications. En effet, un mois plus tard, en soulignant à nouveau que « même à Paris un journal Italien ne peut que produire du bien »32, Napoléon commande un payement de 1000 exemplaires dont l’envoi doit se concentrer « particulièrement du côté du Frioul et de la Romagne »33. Il s’agit d’une demande qui s’inscrit dans un plus vaste projet de circulation des informations à l’intérieur des possessions impériales et qui vise à la création d’une opinion publique francophile dans les territoires les plus périphériques du royaume d’Italie. En particulier, le département du Passariano, qui occupe une grande partie du Frioul, justement à l’automne 1807 – c’est-à-dire pendant les semaines mêmes de la sortie du journal – voit ses territoires s’agrandir grâce à la convention de Fontainebleau, qui, imposant la rivière Isonzo comme ligne de frontière entre le royaume d’Italie et les possessions autrichiennes, lui permet de s’étendre à tous les territoires de la rive gauche, parmi lesquels le canton de Gradisca. Dans un contexte diplomatique se caractérisant par un remodelage continu des frontières, même un petit journal rédigé à Paris peut donc s’avérer utile pour la politique impériale, car il permet d’atteindre les nouvelles acquisitions territoriales en y transmettant des informations dont la production parisienne assure le contrôle des contenus.

  • 34 Ibid.

23Fort de l’intérêt de l’Empereur, Guitard décide alors de n’éditer à Paris qu’une partie des exemplaires de ce journal et d’envoyer le texte de la partie destinée à la Péninsule directement chez une imprimerie italienne, laquelle, de son côté, doit se charger de faire paraître les autres copies et de les diffuser dans les territoires voisins. Ainsi, même si au départ l’éditeur français se propose de faire réimprimer le journal à Milan, par la suite, sous la poussée des ordres de Napoléon, il établit une collaboration avec une imprimerie de Venise, dont la position permet une meilleure distribution du journal tant dans la Romagne que dans les départements vénitiens et frioulans34.

  • 35 ANF, AF/IV/1710/B, lettre d’Eugène de Beauharnais à F. Marescalchi (Milan, 29 septembre 1807).
  • 36 ANF, AF/IV/1710/B, lettre d’Eugène de Beauharnais à F. Marescalchi (Milan, 29 septembre 1807).

24Néanmoins, en dépit de la protection impériale dont jouit le Corriere d’Italia, sa diffusion en Italie ne se révèle pas très simple, car il se heurte à une forte opposition de la part d’autres hommes politiques importants de l’époque. Le premier est le vice-roi du royaume d’Italie Eugène de Beauharnais, lequel, à Milan, n’appréciant pas la circulation d’un journal qui se rédige loin de ses yeux, se déclare « contre la possibilité qu’un journal fait par des particuliers se trouve en concurrence avec le Journal Officiel suivi par le Gouvernement même »35. Il énonce ainsi plusieurs problèmes empêchant la bonne réussite de cette entreprise. D’abord, le « nouveau journal Italien » publierait toujours ses nouvelles avec retard par rapport aux autres feuilles de Milan, puisque à son avis son transport en Italie ne peut se faire que par la poste ordinaire. En outre, Eugène de Beauharnais souligne que, même « dans la supposition que le nouveau Journal Italien serait imprimé à Milan et recevrait les nouvelles, comme les autres journaux de Milan, par l’estafette », ce journal serait forcé de publier ses nouvelles au moins « un jour plus tard que les journaux de Milan » : ainsi, il « ne dira ni plus, ni mieux, ni aussi vite » que les principales gazettes milanaises, à savoir le Journal officiel et le Courrier milanais. De plus, d’après le vice-roi, les abonnements des journaux qui s’impriment déjà en Italie étant beaucoup moins chers que celui du Corriere d’Italia, il existe une « grande différence dans le prix » qui ne permettrait pas à ce dernier de « soutenir son commerce ». C’est pour ces raisons que le vice-roi conclut que « si Sa Majesté pense qu’il importe de multiplier les journaux, […] l’on pourrait à beaucoup moins de frais donner à quelques journaux qui s’imprime déjà à Milan le double des lecteurs qu’ils ont déjà »36.

  • 37 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de F. Marescalchi à Eugène de Beauharnais (Paris, 23 septembre 1807).
  • 38 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de F. Marescalchi à Eugène de Beauharnais (Fontainebleau, 5 octobre 1807 (...)

25L’autre fervent opposant à ce projet est, cette fois-ci, un Italien demeurant à Paris : le ministre des Affaires étrangères du royaume d’Italie Ferdinando Marescalchi, dont les critiques contre ce journal portent plus sur sa rédaction que sur sa distribution. D’après lui, les articles du Corriere sont en fait « si incorrects, si peu soignés, si faibles de rédaction » que même à Paris « tout le monde avait trouvé qu’il était impossible qu’il eût la moindre influence en Italie »37. De plus, ses remarques ne se bornent pas à la forme du texte, mais concernent également le fond, puisque dans un autre rapport il définit ces numéros comme étant « si remplis d’insinuations et si peu intéressants ». Marescalchi peut donc conclure qu’« il est d’une urgente nécessité que le Corriere soit fait de tout autre manière », car à son avis ce quotidien est tellement « mal conçu et mal rédigé » qu’il est dans « l’impossibilité […] de justifier par son utilité la dépense qu’entrainerait son abonnement »38.

26Or, si l’opposition au Corriere d’Italia de la part du « Milanais » Eugène de Beauharnais s’explique par le fait qu’il perçoit la diffusion en Italie d’un journal rédigé à Paris comme une attaque à son contrôle sur la gestion des informations circulant dans le royaume (et donc comme un affaiblissement potentiel du pouvoir qu’il exerce sur les territoires qu’il est chargé d’administrer), l’acharnement du « Parisien » Marescalchi est plutôt dû au conflit se déroulant au sein des institutions italiennes actives auprès de Napoléon. L’un des principaux protecteurs de l’entreprise de M. Guitard est en fait Antonio Aldini, homme de loi natif de Bologne et demeurant dans la capitale française, qui, en 1805, a été nommé secrétaire d’État du royaume d’Italie : ainsi, pour le ministre Marescalchi, empêcher la parution d’un journal soutenu par l’homme qui est devenu son principal rival dans les secrétariats parisiens signifie surtout relancer son autorité auprès de Napoléon, et donc s’imposer à Paris comme la référence principale pour les décisions de politique étrangère concernant l’Italie. De ce fait, autour (et même au-dessus) de ce journal, des enjeux institutionnels considérables se jouent entre la capitale de l’Empire et celle du royaume d’Italie.

  • 39 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de F. Marescalchi à Eugène de Beauharnais (Fontainebleau, 5 octobre 1807 (...)

27En tout état de cause, pendant les semaines suivantes, Marescalchi se dit de plus en plus sceptique quant à la réussite de ses remarques visant à arrêter la publication du Corriere. Ainsi, en octobre, non sans amertume il se voit obligé d’avouer à son « allié », le vice-roi Eugène de Beauharnais, qu’il a désormais acquis « la certitude que le Gouvernement protège l’entreprise de M. Guitard et y prend un vif intérêt »39.

28D’ailleurs, en dépit de ces nombreuses critiques, Napoléon ne se laisse pas influencer et, en novembre, il confirme son soutien à ce journal en décrétant officiellement de prendre sur les fonds de réserve du ministre du Trésor français une somme de 60 000 francs afin de permettre le payement de l’abonnement de 1000 exemplaires « pour le compte du gouvernement du Royaume d’Italie ». Bref, la circulation de cette feuille en deçà et surtout au-delà des Alpes est notamment le fait de la volonté de l’Empereur.

29Néanmoins, tout en tenant compte de la nature pro-napoléonienne de ce journal, ainsi que de l’importance du soutien de l’Empereur pour sa circulation, il convient de ne pas sous-estimer les buts politiques qui ont poussé les rédacteurs à proposer cette publication. En transmettant à un grand nombre d’Italiens les nouvelles provenant de France et du reste du continent, ils visent en fait à mettre leurs concitoyens en état de prendre part aux changements apportés par l’Empire et dont toute l’Europe est le théâtre. Ils contribuent ainsi, dès l’Empire, à l’internationalisation des débats, à la création d’un flux communicationnel mené à l’échelle transnationale, ce qui nous semble tout à fait remarquable.

Un combat pour la défense de l’identité nationale dans l’Europe napoléonienne

  • 40 A. De Francesco, Rivoluzione e costituzioni: saggi sul democratismo politico nell’Italia napoleoni (...)
  • 41 U. Carpi, Patrioti e napoleonici: alle origini dell’identità nazionale, Pise, Edizioni della Norma (...)

30À ce stade, un discours portant plus largement sur l’exil italien à Paris sous Napoléon s’avère nécessaire afin de réfléchir, de façon plus générale, à l’engagement politique mené à cette époque par nombre de patriotes italiens qui s’étaient engagés pour la cause républicaine à partir du Triennio. Nous partageons l’hypothèse d’Antonino De Francesco refusant la lecture qui présente l’activité de ces patriotes après 1799 comme se caractérisant par un simple et brusque « rejet de la politique »40. Nous nous associons également aux réflexions d’Umberto Carpi dévoilant la nature double de l’activité menée sous l’Empire par ces hommes, dont la fidélité aux institutions napoléoniennes n’exclut pas forcément d’autres formes d’engagement politique, notamment de nature culturelle41.

31Un discours semblable vaut surtout pour l’exil, car la décision d’un grand nombre d’Italiens expatriés de prolonger leur séjour à Paris ne peut pas être lue simplement comme l’abandon de tout intérêt vis-à-vis de la situation italienne. Ce choix de continuer à demeurer en France n’est pas dépourvu de motivations politiques, car la capitale française est souvent perçue comme le seul lieu capable – grâce à sa proximité avec le centre du pouvoir, grâce à ses offres culturelles et à ses possibilités professionnelles – de permettre de réarticuler sous d’autres formes l’engagement des années de la Révolution. Bref, nous sommes face à un exil particulier, parce que sa continuation tout au long des deux premières décennies du XIXe siècle est moins prescrite que voulue. Imposé initialement par la chute des « républiques sœurs » en 1799, ce séjour se prolonge pendant l’époque napoléonienne par un libre choix de ses protagonistes : initialement politique, il se réarticule sur un plan notamment culturel. Ainsi, bien qu’exigeant une fidélité institutionnelle majeure et une circonspection supplémentaire, cette continuation de l’« exil » parisien permet à ces protagonistes de demeurer au contact direct avec les plus importants lieux décisionnels de l’Empire, ainsi que d’être tenus informés des nouvelles de l’époque et de participer en première ligne à toutes sortes d’innovations.

  • 42 C. Botta, Storia della guerra dell’indipendenza degli Stati Uniti d’America, Paris, Colas, 1809. À (...)
  • 43 Malheureusement, nonobstant l’importance de son rôle culturel à cette époque, une biographie majeu (...)
  • 44 V. Mirra, Un’impresa culturale e commerciale: la Calcografia Piranesi da Roma a Parigi (1799-1810)(...)
  • 45 Sur la nécessité d’analyser l’exil sous l’angle d’une vision pluridimensionnelle qui tient égaleme (...)

32Dans ce contexte du Paris napoléonien, dans ce milieu d’une émigration d’abord contrainte par la nécessité puis devenue le résultat d’un choix individuel, le clivage entre pratiques politiques et pratiques culturelles doit être nuancé, ces dernières étant moins une simple alternative aux premiers qu’une façon de réarticuler, dans un autre contexte et sous d’autres formes, l’engagement des années précédentes. Écrire en italien un ouvrage sur la guerre d’indépendance américaine comme le fait Carlo Botta en 180942, diriger la section du musée du Louvre consacrée aux antiquités comme le fait Ennio Quirino Visconti dès le Consulat43, ériger une chalcographie aux portes de Paris comme le font les frères Piranesi44 sont des choix qui visent à intervenir à part entière dans le contexte d’accueil. Ils permettent à ces exilés d’apporter leurs compétences dans le nouveau pays, tout en profitant de la richesse culturelle que ce contexte peut leur offrir. En même temps, parvenant à se structurer à Paris sans jamais se couper du contexte italien, ces exilés profitent de leur présence dans le centre européen pour transmettre en Italie les informations les plus à la pointe sur la vie politique et culturelle de l’époque et, par ce biais, ils contribuent, même de l’étranger, à l’articulation du débat italien de ce début du siècle45.

  • 46 Il Corriere d’Italia, no 23, 7 septembre 1807, p. 4.
  • 47 Il Corriere d’Italia, no 3, 18 août 1807, p. 3-4.
  • 48 Il Corriere d’Italia, no 9, 24 août 1807, p. 3.

33C’est donc dans ce cadre que doit s’inscrire l’idée de fonder à Paris un journal italien et de le diffuser particulièrement dans les territoires de la Péninsule. Si la diffusion du Corriere est très fortement encouragée par l’Empereur, ses rédacteurs profitent de cet intérêt pour concevoir une entreprise éditoriale leur permettant de défendre les changements apportés par la politique napoléonienne et visant, en même temps, à contribuer à la formation de l’opinion publique des deux côtés des Alpes. De ce point de vue, il nous semble important de souligner que cette circulation de nouvelles est bien loin d’être unidirectionnelle : si, d’un côté, le Corriere se propose de transmettre dans la Péninsule la description des événements de la politique française, ainsi que les informations provenant de différents pays d’Europe, de l’autre, les numéros du journal comportent une section finale consacrée à des comptes rendus d’ouvrages littéraires ou scientifiques qui sont, pour beaucoup d’entre eux, directement produits en Italie (c’est le cas des Voyages de Platon rédigé par Vincenzo Cuoco46), ou bien qui portent sur la situation de la Péninsule (comme le célèbre Corinne ou l’Italie de Madame de Staël, paru dans les mêmes mois que les premiers numéros du journal47). Mais surtout, dans cette dernière section – c’est-à-dire dans la partie du journal consacrée aux belles-lettres, où l’on peut lire la plupart des commentaires des rédacteurs, qui pour le reste se limitent essentiellement à saisir et traduire des informations étrangères – les auteurs du journal insistent beaucoup sur la contribution que l’Italie a apportée, par son histoire, au progrès européen. Par exemple, ils soulignent à plusieurs reprises la « riconoscenza dovuta all’Italia per le leggi Romane onde ora gode l’Europa intera »48.

34Cette attention pour la production littéraire et juridique de l’histoire de la Péninsule s’inscrit dans un projet collectif plus vaste visant à sauvegarder, même depuis Paris, l’identité culturelle italienne par le biais d’une redécouverte des domaines d’excellence de la Péninsule. Prenant conscience de toute l’importance de Napoléon pour la destinée politique de la Péninsule, les rédacteurs du Corriere – et plus généralement les réfugiés italiens à Paris – s’engagent en fait dans une activité culturelle consacrée à une défense convaincue du classicisme. Et cela n’est pas sans intention politique, car en faisant découvrir en France la littérature, les arts et les sciences produites en Italie tout au long de son histoire, ils essaient de défendre le prestige d’une culture italienne pluriséculaire et, par ce biais, de sauvegarder un sentiment national. Ainsi, en plaçant des projets culturels au service d’objectifs patriotiques, ils mènent également la lutte politique par le biais d’une approche littéraire et scientifique.

  • 49 L. Pio, Lettere italiane di più distinti scrittori, Paris, Fayolle, 1807 ; Id., Scelta di alcune c (...)
  • 50 G. Biagioli, Tacito volgarizzato da Bernardo Davanzati, riveduto e corretto, Paris, Fayolle, 1804  (...)
  • 51 Le texte est édité, toujours à Paris, d’abord en version italienne chez Chanson en 1817, puis trad (...)
  • 52 A. Buttura éd., Biblioteca poetica italiana, scelta e publicata da A. Buttura, Paris, Lefevre, 182 (...)

35C’est à cette époque, par exemple, que Luigi Pio, diplomate napolitain très proche de Robespierre en 1793, fait paraître chez Fayolle une anthologie des plus célèbres écrivains italiens, puis un recueil des comédies de Goldoni49. En 1805, Nicolò Biagioli rédige – toujours à Paris et toujours chez l’éditeur Fayolle, véritable référence pour la littérature italienne en France à cette époque – une relecture des ouvrages de Tacite, ainsi qu’un manuel de grammaire visant à expliquer sa langue maternelle (manuel qui sera grandement loué, y compris dans les pages du Corriere)50. Encore au début de la Restauration, cette redécouverte historico-littéraire de la culture italienne en France se poursuit grâce à l’activité des exilés de la « génération jacobine », comme Francesco Saverio Salfi, auteur d’un Discours sur l’histoire de la Grèce51, ou comme Antonio Buttura, directeur des volumes consacrés à la Bibliothèque des proses et poésies italiennes52.

  • 53 Il Corriere d’Italia, no 25, 25 janvier 1808, p. 4 ; no 63, 3 mars 1808, p. 4 ; no 75, 15 mars 180 (...)

36Quant au Corriere, ce n’est pas un hasard si dans ses pages l’Italie est décrite comme la « madre in ogni tempo delle belle arti in tutti i paesi d’Europa », ou si, en traitant de l’histoire de la botanique, l’on souligne que la Péninsule « ebbe la gloria di mostrarne l’esempio col primo orto botanico, piantato in Padova nel 1533 ». Par ailleurs, les auteurs tiennent à préciser, dans leurs commentaires, que ce prestige italien, bien que pluriséculaire, demeure encore très vivant à l’époque contemporaine : par exemple, ils remarquent que « la nostra Italia non ha mancato, né mancherà mai d’ingegni perché in essa si conservi il gusto per le arti e per le scienze anche in mezzo alle più funeste calamità, come l’istoria di tutti i tempi ne ha costantemente provato »53. Cette référence évidente au choc apporté par la Révolution sert à défendre la longévité de cette identité culturelle italienne qui, s’étant justement avérée capable de résister aux bouleversements récents, a démontré toute sa profondeur. En somme, si du point de vue de l’actualité politique ces patriotes en exil soutiennent la ligne impériale afin de contribuer à stabiliser en Italie les conquêtes issues de la Révolution, d’un autre point de vue, celui de la recherche des prérogatives identitaires de la Péninsule, c’est justement la durée des réussites culturelles développées par l’Italie tout au long de son histoire qui autorise ces rédacteurs-réfugiés à envisager l’intérêt italien pour la littérature, les arts et les sciences comme un véritable pilier sur lequel fonder un nouveau discours national. Ainsi, en ce début de siècle marqué par les bouleversements militaires et par la nécessité d’une stabilisation sociale, la chronique géopolitique s’entrecroise avec la réflexion scientifique et littéraire afin de relancer, et non de renier, la bataille unitaire.

  • 54 Il Corriere d’Italia, no 17, 17 janvier 1808, p. 4.

37D’ailleurs, bien que très forte sur le plan politique, la francophilie du Corriere d’Italia ne se réduit pas à une simple xénophilie, mais se conjugue toujours avec une attention majeure au déroulement que la vie culturelle italienne prend à l’intérieur du contexte national. Ne se bornant point à proposer la diffusion à l’étranger des réussites italiennes, les rédacteurs soulignent également toute l’importance de la mise en scène des spectacles théâtraux et musicaux joués en Italie, qui, à leur avis, peut déclencher un processus d’acculturation nationale pour tout le peuple. Il n’est donc pas anodin que, tout en appréciant les spectacles italiens donnés au théâtre de l’Opéra de Paris, ces rédacteurs demeurant volontairement en France critiquent durement « quei maestri di musica (gli Italiani) i quali vorranno stabilire la loro reputazione col successo ottenuto su questo solo teatro »54. D’après eux, donc, la scène nationale ne doit pas être négligée au profit de la production internationale.

  • 55 Il Corriere d’Italia, no 18, 18 janvier 1808, p. 3-4.

38Si les interventions des rédacteurs, s’ajoutant aux traductions des articles étrangers, visent notamment à faire valoir le prestige culturel de l’Italie et son héritage à l’échelle continentale, l’histoire culturelle de la Péninsule n’est pas toujours louée. Les pages du journal contiennent par exemple une traduction d’un discours de Pierre-Louis Ginguené qui critique la tragédie romaine. Visant notamment à souligner la valeur nationale de toute forme d’ouvrages littéraires, cette critique porte non pas tant sur des questions stylistiques, mais sur le manque d’attention envers le contexte social qui caractérise la production romaine. D’après le savant français, si la tragédie des Grecs a été « non solo un’arte indigena, ma una grande istituzione politica e morale », chez les Romains cette production de tragédies n’a eu « nulla di nazionale, nulla di proprio ai costumi, né alle istituzioni del popolo », mais s’est bornée à offrir « uno spettacolo destinato al suo solo piacere, e le cui passeggiere impressioni non ebbero alcun altro scopo »55. Finalement, pour Ginguené (comme pour les auteurs du Corriere), la véritable littérature doit nécessairement être imprégnée de messages sociaux et jouer pleinement son rôle militant, de façon plus ou moins masquée.

  • 56 L. Fournier-Finocchiaro, art. cité, p. 122, 143.

39En conséquence, si comme l’a dit à juste titre Laura Fournier-Finocchiaro, « il manque encore une étude d’ensemble du rôle des exilés italiens du Risorgimento dans la diffusion de la culture littéraire italienne en Europe » et si, comme le souligne toujours cette dernière, « un renouvellement méthodologique semble donc nécessaire afin de définir de nouvelles approches capables de restituer à la littérature sa présence militante et concrète dans la construction de la nation italienne », nous croyons que c’est notamment à partir de l’analyse de la production culturelle de ces réfugiés dans le Paris napoléonien que cette nouvelle étude, que ce renouvellement méthodologique doivent se faire56. Nous pensons donc que l’orientation pro-napoléonienne du Corriere d’Italia ne réduit en rien l’intérêt de cette entreprise, car, comme le démontre l’opposition à sa diffusion menée par des hommes politiques du royaume d’Italie, ce journal se situe au carrefour d’enjeux majeurs concernant tant la circulation de nouvelles dans les espaces impériaux, que la transmission d’une réflexion littéraire visant à défendre l’identité nationale italienne.

Haut de page

Notes

1 Sur l’exil italien pendant le Risorgimento, voir l’article classique de A. Galante Garrone, « L’emigrazione politica italiana del Risorgimento », Rassegna storica del Risorgimento, vol. XLI, no 2-3, 1954, p. 223-242. Voir aussi des travaux plus récents : C. Brice, « Les exilés du Risorgimento : des acteurs politiques à part entière ? », Società e storia, no 141, 2013, p. 545-553 ; M. Tatti, « Esuli e letterati: per una storia culturale dell’esilio risorgimentale », dans Q. Marini et al. éd., L’officina letteraria e culturale dell’età mazziniana (1815-1870), Novi Ligure, Città del Silenzio, 2013, p. 89-100 ; L. Fournier-Finocchiaro, « Les exilés politiques italiens, vecteurs et médiateurs de la langue et de la littérature italienne en France au XIXe siècle », dans L. Fournier-Finocchiaro et C. Climaco éd., Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle : questions et perspectives, Paris, L’Harmattan, 2017, p. 121-144.

2 A. M. Rao, Esuli: l’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992.

3 M. Tatti, Le tempeste della vita: la letteratura degli esuli italiani in Francia nel 1799, Paris, Honoré Champion, 1999.

4 A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2011 ; M. Isabella, Risorgimento in esilio: l’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni, Rome, Laterza, 2011.

5 Une exception importante est M. Tatti, « Bohème letteraria italiana a Parigi all’inizio dell’Ottocento », dans M. Tatti éd., Italia e Italie: immagini tra Rivoluzione e Restaurazione, Rome, Bulzoni, 1999, p. 139-160.

6 D’ailleurs, il manque toujours une étude systématique majeure sur l’émigration italienne en France de 1789 à 1870, voire de la Révolution française à l’achèvement de l’Unité italienne marqué par la prise de Rome.

7 M. Tatti, « Tra politica e letteratura: manifesti programmatici e linee editoriali dei giornali italiani a Parigi tra triennio e impero », Franco-Italica, no 11, 1997, p. 143-168.

8 R. De Felice éd., I giornali giacobini italiani, Milan, Feltrinelli, 1962. Force est de constater que cet ouvrage consacre une partie importante aux « journaux de l’exil », mais que cette partie porte presque entièrement sur les feuilles rédigées au début de la Révolution (il s’agit du Giornale patriottico di Corsica dirigé par Filippo Buonarroti en 1790, ou bien du Monitore italiano écrit à Nice par Giovanni Ranza en 1793), alors que très peu de pages sont consacrées aux journaux du Triennio 1796-1799, et aucune page ne porte sur les gazettes de la période napoléonienne. Cela montre donc que l’historiographie italienne de l’après-guerre s’est beaucoup concentrée sur l’analyse de la production du « moment héroïque » (c’est-à-dire de la période robespierriste) sans donner autant d’importance aux enquêtes sur la continuation de la lutte politique au début du nouveau siècle.

9 C. Capra, « Il giornalismo nell’età rivoluzionaria a napoleonica », dans V. Castronuovo, G. Ricuperati et C. Capra éd., Storia della stampa italiana, vol. I, La stampa italiana dal Cinquecento all’Ottocento, Rome, Laterza, 1976, p. 373-537 (la citation est à la p. 510).

10 BNF, Il Corriere d’Italia, prospectus, coll. LC2-2772.

11 Les numéros que nous avons pu consulter sont conservés à la Boston Athenæum, aux États-Unis : ils concernent une période comprise du 15 août 1807 au 26 mars 1808.

12 P. Conte, « Un periodico italiano nella Parigi napoleonica: il caso de La Domenica, fra classicismo letterario e rinnovamento politico », Rivista storica italiana, no 130, 2018, p. 409-436 ; A. Arisi Rota, « La Domenica: un giornale italiano nella Parigi tardo consolare », Rassegna storica del Risorgimento, vol. LXXXIII, no 1, 1996, p. 17-28. D’autres informations sur ce journal, bien que plus datées, se trouvent dans : P. Hazard, La Révolution française et les lettres italiennes, Paris, Hachette, 1910, p. 280-283 ; P. Desfeuilles, « Le goût français à la fin du Consulat et les Italiens d’après La Domenica », Nouvelle Revue d’Italie, 1920, p. 318-323.

13 E. H. de Grouchy, « La presse sous le Premier Empire », Bulletin du bibliophile, 1896, p. 74-84. D’autres informations sur son compte se trouvent aux Archives nationales de France (dorénavant ANF), 381AP/27, f. 379-380.

14 Sur G. A. Galignani et sur le rôle de sa librairie, voir : G. Barber, Galignani’s and the Publication of English Books in France, from 1800 to 1852, Londres, Bibliographical Society, 1961 ; D. Cooper-Richet, Galignani, Paris, Galignani, 1999 ; Id., « Presse en anglais et littérature, à Paris, dans la première moitié du XIXe siècle », dans M.-È. Thérenty et A. Vaillant éd., Presse et plumes : journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. 153-168 ; Id., « Les Galignani – libraires-éditeurs-hommes de presse à Paris – artisans d’une “Entente cordiale” culturelle », dans D. Cooper-Richet et M. Rapoport éd., L’Entente cordiale : cent ans de relations culturelles franco-britanniques, Grâne, Créaphis, 2006, p. 39-51.

15 Sur S. Scrofani, voir G. Giarrizzo, « Introduzione », dans S. Scrofani, Memorie inedite, Palerme, Edizioni della Regione siciliana, 1970, p. 7-36 ; sur les causes de son exil, A. De Francesco, Storie dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica (1796-1814), Milan, Mondadori, 2016, p. 141-159.

16 Biblioteca del Seminario Vescovile di Padova, cod. 773, t. II. Je tiens à remercier M. Claudio Chiancone de m’avoir gentiment signalé ce document.

17 Les articles permettant d’identifier ces deux hommes sont : pour A. Cagnoli, Il Corriere d’Italia, no 15, 30 août 1807, p. 3-4 ; et pour G. Poggi, Il Corriere d’Italia, no 11, 11 janvier 1808, p. 2-4. D’autres historiens ont avancé l’hypothèse de la participation à la rédaction de ce journal du Vénitien Francesco Pezzi, voir C. Chiancone, Francesco Pezzi: un giornalista veneziano nella Milano di Stendhal, Vérone, QuiEdit, 2014, p. 23-31.

18 Biblioteca del Seminario Vescovile di Padova, cod. 773, t. II.

19 Sur A. Cagnoli, voir l’article de U. Baldini dans Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1973, vol. XVI. En ligne : [http://www.treccani.it/enciclopedia/antonio-cagnoli_%28Dizionario-Biografico%29/] (consulté le 24/01/2019). A. Cagnoli entretient à l’époque des rapports très étroits avec le monde culturel parisien, ce que démontre le fait que, justement en 1807, il édite en français son Catalogue de 501 étoiles, suivi des tables relatives d’aberration et de nutation (Modène, Société typographique, 1807). Quant à G. Poggi et à son engagement républicain, voir C. Tosi, « Un patriota gradualista: Giuseppe Bruto Giunio Poggi nel Triennio giacobino (1796-1799) », dans C. Capra éd., Giacobini e pubblica opinione nel ducato di Piacenza, Plaisance, Tip.Le.Co., 1998, p. 191-253.

20 Ce journal aurait dû s’appeler l’Indicatore generale della letteratura francese et son but aurait dû être de contribuer au « bien universel de la Péninsule » : pour plus d’informations sur ce projet, voir M. Tatti, « Tra politica e letteratura… », art. cité, p. 157-160.

21 BNF, manuscrits italiens, fonds Custodi, carton 1559, f. 192.

22 BNF, Il Corriere d’Italia, prospectus.

23 ANF, AF/IV/1710/B, rapport de Marescalchi à Napoléon (Fontainebleau, novembre 1807).

24 Il Corriere d’Italia, no 44, 28 septembre 1807, p. 4.

25 Sur le rôle de la librairie dans la diffusion à Paris de ce journal anglais, voir D. Cooper-Richet, « Les Galignani – libraires-éditeurs-hommes de presse à Paris… », art. cité.

26 Il Corriere d’Italia, no 18, 2 septembre 1807, p. 3-4.

27 Vie politique, littéraire et privée de Charles-James Fox…, Paris, Parsons, Galignani et Cie, 1807, p. III-IV.

28 Ibid., p. V.

29 Il Corriere d’Italia, no 19, 19 janvier 1808, p. 4.

30 Il Corriere d’Italia, no 37, 6 février 1808, p. 3.

31 Napoléon Ier, Correspondance de Napoléon Ier, publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Paris, Bibliothèque des Introuvables, 2006, vol. XV, p. 557.

32 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de Napoléon (Fontainebleau, 24 septembre 1807). D’après l’Empereur, « toute la question est de savoir si ce journal est bien rédigé et écrit en bon Italien, car, du moment qu’il est écrit en bon Italien, il peut être fort utile ».

33 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de F. Marescalchi à Eugène de Beauharnais (Paris, 23 septembre 1807).

34 Ibid.

35 ANF, AF/IV/1710/B, lettre d’Eugène de Beauharnais à F. Marescalchi (Milan, 29 septembre 1807).

36 ANF, AF/IV/1710/B, lettre d’Eugène de Beauharnais à F. Marescalchi (Milan, 29 septembre 1807).

37 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de F. Marescalchi à Eugène de Beauharnais (Paris, 23 septembre 1807).

38 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de F. Marescalchi à Eugène de Beauharnais (Fontainebleau, 5 octobre 1807) ; lettre de F. Marescalchi à Napoléon (Milan, 18 décembre 1807).

39 ANF, AF/IV/1710/B, lettre de F. Marescalchi à Eugène de Beauharnais (Fontainebleau, 5 octobre 1807).

40 A. De Francesco, Rivoluzione e costituzioni: saggi sul democratismo politico nell’Italia napoleonica 1796-1821, Naples, Edizioni Scientifiche Italiani, 1996 ; Id., Storie dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica (1796-1814), op. cit.

41 U. Carpi, Patrioti e napoleonici: alle origini dell’identità nazionale, Pise, Edizioni della Normale, 2013.

42 C. Botta, Storia della guerra dell’indipendenza degli Stati Uniti d’America, Paris, Colas, 1809. À ce propos, voir aussi A. De Francesco, Tra Washington e Napoleone: quattro saggi sulla Storia della guerra americana di Carlo Botta, Milan, Guerini, 2014.

43 Malheureusement, nonobstant l’importance de son rôle culturel à cette époque, une biographie majeure sur E. Q. Visconti manque encore. Nous nous bornons à citer ici la notice rédigée par Daniela Gallo pour l’INHA. En ligne :
[https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/visconti-ennio-quirino.html] (consulté le 24/01/2019).

44 V. Mirra, Un’impresa culturale e commerciale: la Calcografia Piranesi da Roma a Parigi (1799-1810), thèse de doctorat sous la direction de L. Barroero et O. Rossi Pinelli, Université Rome 3, 2011.

45 Sur la nécessité d’analyser l’exil sous l’angle d’une vision pluridimensionnelle qui tient également compte de l’interaction du réfugié avec la nouvelle communauté d’accueil, nous renvoyons aux réflexions remarquables de S. Aprile, Le siècle des exilés : bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 7-14.

46 Il Corriere d’Italia, no 23, 7 septembre 1807, p. 4.

47 Il Corriere d’Italia, no 3, 18 août 1807, p. 3-4.

48 Il Corriere d’Italia, no 9, 24 août 1807, p. 3.

49 L. Pio, Lettere italiane di più distinti scrittori, Paris, Fayolle, 1807 ; Id., Scelta di alcune commedie del Goldoni, per uso de’ dilettanti della lingua italiana, Paris, Fayolle, 1810. Sur les rapports de Luigi Pio avec Maximilien Robespierre pendant la Révolution, voir A. Mathiez, « La Révolution et les étrangers. Le chevalier Pio », Annales révolutionnaires, t. XI, no 1, 1919, p. 94-104.

50 G. Biagioli, Tacito volgarizzato da Bernardo Davanzati, riveduto e corretto, Paris, Fayolle, 1804 ; Id., Grammaire italienne élémentaire et raisonnée, suivie d’un traité de la poésie italienne, Paris, Fayolle, 1805. Sur l’engagement culturel de G. Biagioli à Paris, voir F. Timo, « Un Italiano della letteratura all’estero: Niccolò Giosafatte Biagioli e il suo impegno per l’affermazione delle lettere italiane nella Parigi del primo Ottocento », dans C. Allasia, M. Masoero et L. Nay éd., La letteratura degli Italiani. 3, Gli Italiani della letteratura, Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 2012.

51 Le texte est édité, toujours à Paris, d’abord en version italienne chez Chanson en 1817, puis traduit en français chez Renard en 1822.

52 A. Buttura éd., Biblioteca poetica italiana, scelta e publicata da A. Buttura, Paris, Lefevre, 1820-1829 ; Id., Biblioteca di prose italiane scelta e pubblicata da A. Buttura, Paris, Bossange, 1825. Pour une biographie de A. Buttura, voir M. Galante, Antonio Buttura e la cultura francese, Vérone, QuiEdit, 2004.

53 Il Corriere d’Italia, no 25, 25 janvier 1808, p. 4 ; no 63, 3 mars 1808, p. 4 ; no 75, 15 mars 1808, p. 3.

54 Il Corriere d’Italia, no 17, 17 janvier 1808, p. 4.

55 Il Corriere d’Italia, no 18, 18 janvier 1808, p. 3-4.

56 L. Fournier-Finocchiaro, art. cité, p. 122, 143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paolo Conte, « Un journal « mal conçu et mal rédigé » : le Corriere d’Italia (1807-1808), ou comment relire les pratiques politiques des exilés italiens dans le Paris napoléonien », Laboratoire italien [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 14 février 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3109 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.3109

Haut de page

Auteur

Paolo Conte

Université de la République de San Marino ; IHRF-IHMC, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne • Paolo Conte travaille notamment sur les conséquences de la Révolution française dans le processus unitaire en Italie. Il a obtenu son doctorat en 2013 à l’université de la Basilicate (Italie) avec une thèse intitulée Cesare Paribelli: un giacobino d’Italia (1763-1847), qui a été publiée par l’éditeur Guerini. En 2014, il a bénéficié d’une bourse postdoctorale Fernand Braudel de la FMSH-IFER. Dans ce cadre, il a analysé, au sein du labex TransferS, la première période de présence militaire française dans la Péninsule lors de la Révolution : ce travail a abouti à la publication d’un article dans les Annales historiques de la Révolution française (no 388, 2017). En 2016, il a été boursier de la fondation Primoli et de l’ambassade de France en Italie. Il est actuellement en postdoctorat à l’université de San Marino et rattaché à l’IHRF-IHMC, où il travaille sur un projet portant sur les Italiens en France à l’époque napoléonienne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page