Navigazione – Mappa del sito

HomeComplémentsLectures2019Juan Carlos d’Amico, Jean-Louis F...

2019

Juan Carlos d’Amico, Jean-Louis Fournel éd., François Ier et l’espace politique italien : États, domaines et territoires

Rome, École française de Rome, 2018, 506 p., 33 €
Pierre Nevejans
Notizia bibliografica:

Juan Carlos d’Amico, Jean-Louis Fournel éd., François Ier et l’espace politique italien : États, domaines et territoires, Rome, École française de Rome, 2018, 506 p., 33 €

Testo integrale

1Ce livre dirigé par Juan Carlos d’Amico et Jean-Louis Fournel est issu d’un colloque de 2015 organisé à l’occasion du 500e anniversaire de la bataille de Marignan. Il vient compléter une série d’ouvrages renouvelant l’histoire de François Ier (les lecteurs désireux d’une synthèse générale sur son règne se tourneront vers la biographie chronologique de Didier Le Fur, parue en 2015, et la biographie thématique de Cédric Michon, parue en 2018). Parmi ces ouvrages, et en plus de celui dont il est question ici, deux s’attardent plus précisément sur la question italienne : un ouvrage d’histoire politique et culturelle dirigé par Jean-Marie Le Gall et Chiara Lastraioli (François Ier et l’Italie / L’Italia e Francesco I, Turnhout, Brepols, 2018) et un autre d’histoire culturelle et artistique dirigé par Luisa Capodieci et Gaylord Brouhot (Il sogno d’arte di François Ier. L’Italie à la cour de France, Rome, L’Erma di Brestchneider, 2019).

2L’ouvrage de J.-C. d’Amico et J.-L. Fournel, éminemment politique, se distingue de celui de J.-M. Le Gall et C. Lastraioli par son prisme spatial : il s’agit bien de traiter des relations entre François Ier et l’espace politique italien. L’axe spatial, très fertile, permet de mettre en exergue la grande diversité des politiques italiennes de François Ier. L’introduction revient très clairement sur les intentions de François Ier à propos de cet espace politique morcelé. L’Italie est la priorité absolue du roi de France, pour laquelle il aurait certainement été prêt, comme ses deux prédécesseurs, à sacrifier une partie de ses domaines de ce côté-ci des Alpes. Les éditeurs prennent le parti d’avancer que la politique italienne de François Ier n’est pas destinée à limiter l’encerclement habsbourgeois, mais bien à détourner l’Empereur de la péninsule : « si obsession il y a, c’est sans doute moins celle de l’encerclement que celle d’une territorialisation italienne de la stratégie royale » (p. 4). L’objectif du livre est également d’aller au-delà de l’idée que les guerres d’Italie seraient marquées par l’importation de la Renaissance italienne en France. Les guerres d’Italie enclencheraient également un processus d’hybridation entre deux espaces aussi proches qu’éloignés du fait de traditions politiques et juridiques très différentes.

3Comprendre cette hybridation est d’autant plus un défi que cet « espace politique italien » est lui-même composé de multiples espaces, tous en pleine mutation entre 1515 et 1547. C’est pourquoi la structure de l’ouvrage est divisée en grands ensembles territoriaux : Gênes et Milan, cœur des prétentions territoriales du roi de France et au cœur des tensions militaires du fait de leur position de marches du royaume de France autant que de l’Empire ; Florence, Venise et le Piémont, dont l’indépendance territoriale permettrait le développement de choix politiques hybrides ; Rome et Naples, à la fois plus éloignées spatialement du roi de France et points névralgiques de sa politique italienne, dans la mesure où ces deux espaces représentent le cœur de cible de l’Empereur pour l’obtention d’une position hégémonique en Italie. À ces trois parties « régionales » s’ajoute une quatrième, bâtie autour des discours et des imaginaires autour de la politique italienne de François Ier.

4L’un des points forts de l’ouvrage est de montrer que les recompositions politiques de l’espace italien sont paradoxalement une chance pour une partie des Italiens, dans la mesure où les guerres ouvrent un espace de liberté « dans un contexte où la possibilité des changements d’alliances […] nourrit une marge de manœuvre relative » (p. 5). Après 1515, François Ier se serait mis à croire à l’établissement d’une suzeraineté à forte tonalité impériale sur le nord de l’Italie, sans déposer les princes italiens en place, mais en les obligeant à reconnaître son autorité : manière s’il en est de réaliser un dessein impérial et de prévenir les prétentions habsbourgeoises en Italie septentrionale. Ces conceptions sont bien perçues par les Milanais, qui, en retour, développent des stratégies anti-hégémoniques (p. 53). Dans le Milanais, poursuivant les pratiques de Louis XII, François Ier utilise des relations de clientèles entre les Français installés sur place et les familles milanaises. Il fait notamment élire aux fonctions importantes des gens issus de familles liées aux lieutenants et gouverneurs installés à Milan. Cette politique a pour objectif de limiter les effets d’une rébellion, ou, plus exactement, de rendre ces effets de rébellion plus contrôlables. Dans le Piémont, les grands conseillers de François Ier installent leurs clientèles par des politiques matrimoniales. Ainsi Anne de Montmorency et Claude d’Annebault se sont mariés ou ont marié des filles à des Piémontais. Les liens se renforcent également avec la noblesse du Dauphiné, région qui joue dans les années 1540 un rôle de tampon et de refuge pour les Piémontais en cas de difficultés. À Milan, comme le montre Massimo Carlo Giannini, les clientèles françaises les plus durables sont ecclésiastiques. Comme dans le royaume, les charges ecclésiastiques sont des récompenses à destination de personnages fidèles ; en Italie, elles deviennent aussi un moyen de quadriller le territoire de ces mêmes personnages. Dans les années 1500-1510, en accord avec le Pape, le roi de France fait nommer des évêques italiens francophiles (p. 106). C’est ainsi le cas des Trivulzio aux évêchés de Côme et Plaisance, de l’archevêché de Milan aux mains d’Ippolito d’Este ou de l’abbaye de Chiaravalle, d’une valeur de 10 000 ducats annuels, tenue par Giulio de’ Medici, futur Clément VII, et alors encore largement favorable aux Français (p. 108). Cette carte ecclésiastique milanaise se recompose lentement après le passage sous tutelle impériale. Cette gestion de la carte des évêchés explique en partie l’existence d’évêques honoraires ou bien d’évêques « en attente », qui portent le titre mais attendent la mort de leur prédécesseur pour exercer leurs fonctions. Cette modalité d’installation des clientèles françaises marque durablement le territoire milanais : il faut attendre la mort de Cesare Trivulzio en 1548 pour que le haut-clergé soit dépouillé de l’ensemble de ses membres francophiles (p. 127).

5Plus encore que le Milanais, la position géographique exceptionnelle du Piémont en fait un passage militaire idéal pour les troupes françaises et, après Pavie, un moyen de fragiliser les communications entre les pôles impériaux de Gênes et Milan. De plus, la conquête du Piémont anéantit le duc de Savoie territorialement et stérilise un puissant allié de l’Empereur (p. 216). En 1535 pour le Milanais impérial et en 1536 pour le Piémont français s’installent pour plusieurs années, face à face, deux camps occupant militairement le terrain, mais incapables de repousser l’autre outre-monts (p. 214-215). L’occupation du Piémont à partir de 1536 compense la perte de Milan en tant que nœud de gestion du territoire italien. Le Piémont central devient une province à part entière du royaume, et particulièrement militarisée du fait de sa position de frontière (p. 222-223). La contribution de Michele M. Rabà prolonge intelligemment le propos jusqu’aux premières années du règne d’Henri II, montrant que l’importance de la province ne fait que s’accentuer avec le temps et combien l’installation française s’y veut durable et totale.

6Du côté de Venise, la stabilité et la neutralité diplomatique de la République poussent le roi de France à inventer d’autres modalités de présence. Comme à Rome, où les Français perdent une partie de leurs clientèles dans les années 1520, le roi de France compense en projetant de puissants réseaux diplomatiques (voir aussi G. Alonge, Ambasciatori: diplomazia e politica nella Venezia del Rinascimento, Rome, Donzelli Editore, 2019). La place vénitienne lui est indispensable pour des questions d’acquisition de l’information, de soutien de sa politique culturelle et d’envoi de ses agents vers l’espace ottoman. Les autorités vénitiennes, conscientes de cela, surveillent de près les agents français et francophiles. C’est leur volonté de conserver une forte indépendance vis-à-vis des Valois et des Habsbourg qui explique les proportions que prend l’affaire du démantèlement des réseaux d’espionnage français en 1542 : lorsque les Dix découvrent que l’ambassadeur de François Ier, Guillaume Pellicier, entretient plusieurs espions au sein même de la chancellerie et du Sénat, ils assiègent le palais qui sert d’ambassade française à Venise et exécutent les espions découverts (p. 189-190). À l’aide d’une impressionnante exploitation croisée des sources diplomatiques françaises et vénitiennes, Florence Alazard montre que Venise devient pour les Français un terrain diplomatique glissant justement parce que la course à l’information et le verrouillage de cet espace politique amènent François Ier à employer des pratiques hétérodoxes (p. 193).

7L’enjeu romain se lit de différentes manières et à différentes échelles au cours du long règne de François Ier. Au début du règne, le roi essaie de s’assurer un passage sûr vers le royaume de Naples en rencontrant Léon X à Bologne. Le Pape quant à lui cherche essentiellement à protéger Florence, Parme et Plaisance d’une éventuelle attaque française (p. 230-231). Il n’est pas étonnant que cette rencontre suscite des critiques des auteurs italiens à l’égard des Français : la familiarité française est un lieu commun de la littérature italienne du début du XVIe siècle. J.-C. d’Amico, en mesurant l’ingérence française dans les troubles siciliens des années 1516-1523, montre que le roi de France favorise au début du règne l’action diplomatique et juridique, se servant notamment du traité de Noyon pour s’assurer le sud de la péninsule sur le moyen terme. L’arrivée au pouvoir de Charles Quint, sa mainmise de fait sur le royaume de Naples et les tensions croissantes avec le roi de France justifient de fait le recours à la force. En 1521, la constitution d’une coalition anti-française pousse François Ier à encourager une large conjuration à Rome contre Giulio de’ Medici et en Sicile contre le vice-roi Pignatelli. Le récit de la conjuration de 1523 montre que l’ingérence française en Sicile a un double objectif : il s’agit de mettre un pied sur un territoire convoité pour des raisons dynastiques autant que de déstabiliser à plus large échelle Charles Quint et faciliter une entreprise militaire dans le nord de la péninsule italienne. Il faut noter que les révoltes siciliennes sont influencées depuis Saragosse et Rome par des agents diplomatiques et des clientèles italiennes. Ce mode d’action révèle l’incapacité de projection des Français au plus profond de la péninsule, et ce dès la première partie du règne de François Ier (p. 274).

8À Rome, maîtriser les clientèles italiennes est une manière de s’assurer une assise territoriale et des piliers militaires dans le centre et le sud de la péninsule. Les Italiens ont conscience de cette situation et cherchent à en tirer parti. Ainsi Prospero Colonna refuse catégoriquement les avances dûment monnayées de Charles Quint en 1519, mais finit par aider l’Empereur à la condition que celui-ci applique en Italie une politique à laquelle Colonna était favorable (p. 291). François Ier perd le bénéfice de ces clientèles après la mort de Gian Giordano Orsini. Comme à Venise, il compense cette perte par l’installation de puissants réseaux diplomatiques, comme le montre l’exemple de Gian Pietro Carafa développé par Andrea Vanni. Ces réseaux ne lui permettent malheureusement pas de tisser des relations stables et durables avec Paul III (1536-1549), ni de tirer pleinement avantage de leur hostilité commune à l’Empereur. En revanche, les agents du roi de France à Venise et à Rome parviennent après l’assassinat d’Antonio Rincón et de Cesare Fregoso (1541) à déployer un argumentaire puissant et à retourner la situation au profit du roi de France. Les agents français redoublent d’éloquence pour dénoncer la cruauté des Impériaux dans la péninsule lorsqu’ils assassinent des agents diplomatiques sans motif, ainsi que leur hypocrisie lorsqu’ils critiquent l’alliance franco-impériale tout en monnayant avec le sultan le contrôle de la Hongrie. L’événement permet au roi de France de relancer le discours de la libertà si propre aux territoires italiens. Il lui permet aussi de mettre au jour son accord avec le sultan pour protéger les territoires pontificaux des raids barbaresques, et ainsi de se poser en défenseur de la Chrétienté. Maria José Rogriguez Salgado nuance l’idée d’une critique universelle de l’alliance franco-ottomane en montrant que le parti français en Italie, dans la première moitié des années 1540, développe un argumentaire extrêmement astucieux qui lui permet de justifier l’alliance avec les Ottomans au profit de la Chrétienté. Comme le montre également la contribution d’Alexandra Merle sur la politique italienne du roi de France à travers les chroniques espagnoles, les guerres d’Italie se jouent aussi sur le papier, dans la construction de rhétoriques politiques à l’instant T de l’action politique ou a posteriori dans les chroniques.

9La ligne politique italienne de François Ier est claire et fermement établie du début à la fin du règne. L’ouvrage de J.-C. d’Amico et J.-L. Fournel permet de rendre compte de la complexité des modes d’action politique visant à appliquer cette ligne. En Italie, le roi de France tire profit de la diversité des États italiens et des intérêts des acteurs de ces États (p. 465). Cette adaptation à la conjoncture ainsi que la longue durée du règne de François Ier obligent à l’inventivité : les modalités de la présence française dans les territoires italiens sont très différentes selon les temps et les espaces. L’Italie se présente à ce titre comme un laboratoire politique divers, un lieu d’expérimentation s’insérant dans un cadre plus large, européen et méditerranéen.

10L’ouvrage dirigé par J.-C. d’Amico et de J.-L. Fournel répond utilement à un besoin de mise à jour de l’historiographie. Il permet de s’attarder sur les questions italiennes avec beaucoup de précision. La multitude de cas d’études apporte de la complexité et de la diversité à un sujet souvent appréhendé de façon manichéenne et absolue. Les contributions montrent l’extrême adaptabilité de la politique française en Italie et permettent de mettre à bas l’idée d’une politique italienne en seule réponse à l’encerclement impérial. L’ouvrage voit s’alterner les publications de synthèse et des cas d’études plus novateurs, ce qui sera particulièrement apprécié des plus spécialistes, qui trouveront là des fondations indispensables à de futures recherches sur les relations franco-italiennes.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica digitale

Pierre Nevejans, «Juan Carlos d’Amico, Jean-Louis Fournel éd., François Ier et l’espace politique italien : États, domaines et territoires»Laboratoire italien [Online], Lectures, online dal 07 juin 2019, consultato il 22 juillet 2024. URL: http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3216; DOI: https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.3216

Torna su

Autore

Pierre Nevejans

École normale supérieure de Lyon, laboratoire Triangle (UMR 5206)

Articoli dello stesso autore

Torna su

Diritti d’autore

CC-BY-NC-ND-4.0

Solamente il testo è utilizzabile con licenza CC BY-NC-ND 4.0. Salvo diversa indicazione, per tutti agli altri elementi (illustrazioni, allegati importati) la copia non è autorizzata ("Tutti i diritti riservati").

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search