Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2019Pierre Schill éd., Réveiller l’ar...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2019

Pierre Schill éd., Réveiller l’archive d’une guerre coloniale : photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912)

Grâne, Creaphis éditions, 2018, 480 p., 35 €
Jean-Louis Fournel
Référence(s) :

Pierre Schill éd., Réveiller l’archive d’une guerre coloniale : photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912), Grâne, Creaphis éditions, 2018, 480 p., 35 €

Texte intégral

  • 1 Voir surtout N. Labanca, Outre-mer : histoire de l’expansion coloniale italienne, Grenoble, ELLUG, (...)

1Ce gros ouvrage de 480 pages est singulier à plus d’un titre. D’abord parce qu’il propose un fonds d’archives photographiques « coloniales » qui n’a jamais été exploré, un fonds d’archives qui touche une question longtemps restée marginale dans l’historiographie des guerres coloniales (jusqu’à la fin du XXe siècle et aux travaux de Nicola Labanca1 entre autres), à savoir les violences des colonisateurs durant la conquête de la Libye sur les Ottomans par l’Italie en 1911-1912. Ensuite, parce qu’il nourrit des questions de méthode posées sur les usages de la photographie pour les historiens comme pour les artistes et les romanciers, en liaison avec une exposition de la FRAC Alsace et du Centre photographique d’Île-de-France en 2015 – d’où l’insertion dans l’ouvrage, et dans le présent compte rendu, de références aux travaux d’artistes et d’écrivains, à l’exemple de Jérôme Ferrari et Olivier Rohe, qui ont tiré de cette expérience un bref et dense recueil de réflexions intitulé À fendre le cœur le plus dur (Actes Sud, 2017). Enfin, parce que ce qui y est dit est évidemment susceptible de susciter des réactions analogues à celles que provoquent certains drames d’aujourd’hui. L’objet est donc hybride, né à la fois d’une recherche individuelle passionnée et d’un échange entre artistes, historiens et écrivains qui engage peu à peu la construction d’une approche protéiforme de l’objet.

2Reprenons donc les choses par le début. La découverte du matériel publié dans ce livre est le fruit du hasard : une boîte contenant une trentaine de clichés qui fut retrouvée par Pierre Schill, à l’occasion d’une recherche n’ayant rien à voir avec la question qui va devenir centrale (il enquêtait sur un ancien député de l’Hérault, Paul Vigné d’Octon, auteur au même moment d’un livre dénonçant la colonisation française intitulé Les crimes coloniaux de la Troisième République : la sueur du burnous [Éditions de la Guerre sociale, 1911]).

3À partir de là, il convenait aussi de trouver la bonne façon de faire « revivre » cette archive, de la « réveiller », en en respectant les particularités, sans en faire l’instrument d’un discours qui serait plaqué sur elle. En outre, une des particularités de cette archive est qu’elle ne dit pas un événement dont personne n’avait parlé (dès 1911-1912, on connaissait jusqu’aux noms des condamnés photographiés), mais un événement qui avait été « oublié », qui avait été en quelque sorte confiné dans un statut d’épisode et renvoyé implicitement à une pratique éphémère de journalistes. Commencer justement par l’auteur de ces photos, Gaston Chérau, s’imposait donc pour débobiner la pelote, pour comprendre ce qu’avait de spécifique cette trace retrouvée. Chérau était à la fois un romancier, jouissant d’une petite notoriété, et un journaliste au Matin, journal alors très pro-italien, qui, lorsqu’il est envoyé en Libye, vit sa première expérience de correspondant de guerre. La mission est largement encouragée par les autorités italiennes qui souhaitent la publication de photoreportages sur la façon dont ils appliquent des règles et des lois sans déroger au droit de la guerre et à l’humanité attendue de colonisateurs « civilisés ». J. Ferrari et O. Rohe écrivent ainsi (op. cit., p. 30) : « Les Italiens venaient d’apprendre la nécessité de la communication. Après le massacre de leurs soldats par des Arabes, ils avaient d’abord réagi par des représailles massives et fort peu civilisées dont les journalistes s’étaient fait l’écho et qui avaient provoqué en Europe une vive réprobation. Il leur fallait donc donner d’eux une image plus aimable en offrant au monde une exécution qui soit un modèle de légalité et de retenue avec procès, juges en uniforme, portraits du roi et traîtres châtiés ».

4Peu de traces de massacre, de sang, de torture dans ce reportage de Gaston Chérau : quelques cadavres mutilés (au début de son reportage), tous italiens bien sûr, afin de dénoncer les violences « barbares » des « rebelles », mais la force des images ne tient pas à la mise en scène de la cruauté manifeste, quel que soit le camp impliqué. Elle tient, d’une part, au mélange de visions quotidiennes, presque naturalistes, de la vie des soldats comme de celle des habitants des oasis de Tripolitaine et, d’autre part, au compte rendu neutre d’une pratique apparemment juridique ou qui, en tout cas, s’en donne les atours – et qui évidemment est propre aux seuls colonisateurs italiens. « Par ce simulacre d’une justice administrative et rendue, la violence originaire de la conquête se transforme magiquement en droit » (Ferrari et Rohe, op. cit., p. 64).

5Au milieu des dizaines de photos naturalistes sur la Tripolitaine et sur le quotidien de l’armée italienne, émergent donc ces photos de pendus accrochés puis décrochés des gibets (près d’une quarantaine de clichés au moins sur plus de deux cents au total), qui côtoient des photos d’anthropologie militaire ou de « cour de justice », ou celles de fringants officiers italiens ou de journalistes contents d’être là qui disent mieux que des mots cette justice nocturne comme si de rien n’était, comme si tout cela relevait d’une naturalité et d’une évidence indiscutables. Mise en scène des corps, donc, avant pendant et après les exécutions, corps de ceux qui vont mourir et de ceux qui les font mourir ou encore de ceux qui les regardent mourir, dans une succession de clichés, d’arrêts sur images qui racontent une histoire. Quelle histoire ? Ou plutôt quelles histoires, puisqu’il y a là au moins deux histoires : celle de ce qui est photographié et celle de celui qui photographie ?

6Voilà pourquoi le dossier constitué par l’historien Pierre Schill adjoint aux premières photos retrouvées par hasard toutes celles que le nom du photographe identifié dans un second temps permettait de dénicher à la BnF, ainsi que ses articles (et les photos) publiés dans Le Matin, les lettres à sa femme et, enfin, le texte qu’il écrit a posteriori sur ces faits. L’ensemble de ces documents permet à Pierre Schill de construire à partir de l’archive un sens pluriel de ce qui est donné à voir. Mais, ce qui est assez étonnant pour un lettré comme Chérau, engagé avant tout pour sa plume, c’est qu’au début il y a quand même la photographie, un instrument dont l’envoyé spécial comprend vite toutes les possibilités, y compris en termes financiers et de droits d’auteur. Certains clichés sont ainsi clairement conçus comme spectaculaires, pensés pour les attentes et les curiosités supposées du public des lecteurs potentiels de l’autre côté de la Méditerranée. D’ailleurs, dans le Matin du 26 décembre 1911, la première page propose quatre photos de pendaisons sans l’ombre d’un texte accompagnant les images, mais avec un titre significatif « Ce qu’on voit en Tripolitaine » (voir p. 274-275 – c’est moi qui souligne).

7La lecture des textes des articles envoyés avec les photos n’en est pas moins utile pour comprendre l’état d’esprit du reporter, même si les impératifs de la censure militaire italienne jouent certainement leur rôle dans la nature des textes transmis au journal et le choix de leur lexique dominant (« rebelles », « traîtres », « fanatiques », etc.). Ces textes aident à saisir combien le journaliste-photographe semble comprendre peu de ce qui se passe vraiment, mais subit une forme de fascination face à des expressions de visages dont il n’arrive pas toujours à décrypter les signes et le sens, suivant le stéréotype de l’« Arabe » insaisissable ayant « une résistance au sentiment qui tient du prodige », comme Chérau l’écrit dans une de ses lettres (p. 309). À cet égard, il est aussi intéressant de comparer les articles publiés avec sa correspondance privée, dans laquelle il se montre bien moins italophile : le 6 décembre 1911, dans une longue et belle lettre à sa femme traitant de la première pendaison collective (14 prisonniers), il tient à dire que « la mort de ces malheureux a été admirable » et que les condamnés ont « une force d’âme, un courage, que nous, les races du nord, nous ne pouvons avoir » (p. 308-310) ; le 14 décembre, surtout, il évoque à propos des pendaisons « ces inutiles tueries que l’envahisseur paiera tôt ou tard et bien qu’on pense le contraire » (p. 319) ; dans une lettre du 9 janvier 1912, peu avant son départ, en parlant de la Tripolitaine, il évoque « ce sol où la moindre dissonance est baptisée “trahison”, où on veut, à tout prix, que tout soit bien même si tout est mal, et que tout soit charmant quand presque tout est terrible » (p. 337) ; dans sa dernière lettre, il évoque « les exagérations de ces Italiens guerriers d’opérette mais terribles bourreaux » (p. 339). Ces lignes aident à préciser ce que peuvent vouloir dire les photographies, comme questions, comme sentiments, en dehors de tout discours structuré, au moment où les mots « privés » du mari peuvent passer le barrage de la censure qui contraignait le journaliste, mais aussi en un moment où celui qui voit et qui écrit s’interroge sur le sens de ce dont il est témoin.

8Du coup, l’ensemble de ce matériel rassemblé ouvre une réflexion sur l’obscénité des photos d’exactions. Les mots de Ferrari et Rohe à ce propos sont terribles et sans concession (et sans doute un peu injustes quant à l’inutilité des processus mémoriels) : « Peu importe que son [c.-à-d. celui de Chérau] projet ait été purement esthétique ou qu’il ait voulu se révolter ou témoigner ou participer par son œuvre à une de ces entreprises mémorielles dont on sait avec certitude que, dans l’histoire des hommes, elles ne servent littéralement à rien, à rien du tout si ce n’est à communier, une fois de plus dans la bonne conscience – seul compte ce qu’il a effectivement écrit. Écrire sur la guerre ou la torture, c’est donc prendre chaque fois le risque de l’obscénité » (J. Ferrari et O. Rohe, op. cit., p. 85). D’où l’utilité d’un dispositif complexe composant perceptions et réflexions de natures différentes telles que ce livre à plusieurs têtes et plusieurs mains en rend compte. Reste donc maintenant à lire, dépouiller et penser encore et encore cette archive réveillée. Bonne lecture !

Haut de page

Notes

1 Voir surtout N. Labanca, Outre-mer : histoire de l’expansion coloniale italienne, Grenoble, ELLUG, 2014 (édition originale italienne, Oltremare: storia dell’espansione cononiale italiana, Bologne, Il Mulino, 2002 – sur cet ouvrage, voir le compte rendu dans Laboratoire italien, no 5, 2005.
En ligne : [https://journals.openedition.org/laboratoireitalien/459]). Voir aussi le travail collectif Un nodo: immagini e documenti sulla repressione coloniale italiana in Libia, N. Labanca éd., Manduria, Piero Lacaita editore, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Fournel, « Pierre Schill éd., Réveiller l’archive d’une guerre coloniale : photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912) », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 11 octobre 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.3260

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fournel

Université Paris 8, laboratoire Triangle (UMR 5206)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search