Skip to navigation – Site map

HomeComplémentsLectures2019Michel Pretalli, Du champ de bata...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2019

Michel Pretalli, Du champ de bataille à la bibliothèque : le dialogue militaire italien au XVIe siècle

Paris, Classiques Garnier, 2017, 456 p., 48 €
Jean-Louis Fournel
Bibliographical reference

Michel Pretalli, Du champ de bataille à la bibliothèque : le dialogue militaire italien au XVIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2017, 456 p., 48 €

Full text

  • 1 C. Allmand, The De Re Militari of Vegetius: The Reception, Transmission and Legacy of a Roman Text (...)

1De la fin du XVe au milieu du XVIIe siècle, de la descente de Charles VIII vers Naples, en 1494, à la guerre de Trente Ans qui s’achève sur les traités de Westphalie en 1648, l’Europe vit un temps de guerres interminables. Les monarchies nationales s’affrontent pour l’hégémonie sur le continent et les fractures religieuses dégénèrent souvent en guerres civiles. De nouveaux États naissent, comme les Provinces-Unies, et d’autres disparaissent, comme le duché de Milan ou le royaume de Naples. Il aurait été parfaitement impensable que des bouleversements aussi profonds n’aient pas eu d’effets sur la façon de penser le monde en guerre, de penser ce que l’on peut appeler « l’état de guerre » ainsi que les façons de faire la guerre. Il en va d’autant plus ainsi que les contemporains prennent très vite la mesure de ce changement d’époque et saisissent la nouveauté de ces guerres plus rapides, plus violentes et aux conséquences plus lourdes sur la carte des territoires. En outre, le développement exponentiel de l’imprimerie, exactement à la même période, offre un débouché évident pour toutes les réflexions sur ces guerres difficiles à comprendre tant elles échappent au cadre d’analyse hérité des siècles précédents : Savonarole les qualifie d’« insolites » dans un de ses sermons sur les Psaumes ; Guicciardini quant à lui parle des « temps étranges de la guerre » dans la Consolatoria et, dans une lettre à son frère au moment du sac de Rome, il souligne qu’il ne dispose pas de mots qui soient à la hauteur de ce qu’il a en tête. Mais puisque la légitimité des textes se construit aussi de ce qu’ils se confrontent aux formes et aux genres constitués pour dire la vérité, ou tout au moins la discuter, il n’y a rien d’étonnant à voir se multiplier les dialogues, les discours et les traités consacrés à la chose militaire, dans un échange constant par-delà les siècles avec les veteres scriptores de re militari (Végèce au premier chef, mais aussi Frontin, Pseudo-Modestus, Élien, Polybe) connus de tous et diffusés abondamment dans toute l’Europe par les nouvelles presses (à ce propos, on s’étonnera de ne pas voir dans la bibliographie l’important ouvrage de Christopher Allmand1).

2Autant dire que consacrer un livre à des ouvrages traitant d’art militaire au XVIe siècle se justifie pleinement. Reste toutefois que le livre discuté ici fait un choix plus précis qui tient en trois points : traiter uniquement de dialogues (en postulant donc l’existence d’une catégorie autonome « dialogue militaire »), s’inscrire dans une chronologie restreinte (1550-1620) et, enfin, s’intéresser à des auteurs dont on considère qu’ils sont plutôt du côté de la pratique (et qu’ils entreprennent donc, dans l’écriture, un effort d’« intellectualisation » et d’« abstraction »).

3Je reviendrai plus loin sur le premier point, qui est évidemment le cœur du projet, mais commençons par les deux autres.

4Pour la chronologie restreinte – et même s’il serait illusoire, voire risqué, d’étendre indéfiniment le champ de l’étude –, on tiendra que les délimitations doivent d’abord répondre à des considérations d’ordre herméneutique et non à des bornes formelles (du type « la deuxième moitié du XVIe siècle »), parfois un peu extérieures à l’objet. Il n’est que de penser évidemment à l’Art de la guerre de Machiavel, publié en 1521 (puis réédité à diverses reprises pendant tout le siècle). Parce que ce dialogue a gagné très vite une place dans le canon des auteurs européens sur la chose militaire, autant que politique, et qu’il a été traduit dans les principales langues européennes, il est devenu non seulement un des foyers de diffusion de la pensée de Machiavel, comme l’ont montré depuis longtemps les travaux de Giuliano Procacci, mais aussi et surtout une référence obligée et vivante de tout texte du XVIe siècle sur les choses de la guerre. Machiavel ne nous intéresse donc pas ici comme une donnée érudite, mais parce qu’il est difficile pour tout auteur italien du temps – notamment pour la douzaine d’auteurs convoqués ici – de ne pas se confronter à lui, explicitement ou implicitement, a fortiori pour des écrivains de dialogue. On n’écrit pas après Machiavel comme avant lui et il convient d’en tenir compte. Bien sûr, une place lui est faite dans l’ouvrage, en passant, mais elle se fait beaucoup au nom de généralités un peu vagues (p. 156-157) et de lieux communs (le plus étonnant, au regard de l’évolution des études les plus récentes sur la question, étant que Machiavel « n’était pas un véritable spécialiste de la guerre » p. 150 !). En outre, cela se fait non sans quelque contradiction entre cette conviction d’une étrangeté de l’auteur à la guerre guerroyée et l’affirmation, par ailleurs, de son « apport décisif » et de son « influence » – sans dire en quoi cela a pu consister – sur ces praticiens qui sont au cœur du questionnement sur la guerre.

5Pour ce qui concerne la définition du corpus (environ douze œuvres d’hommes présentés comme des hommes de métier), elle permet un encadrement clair et l’identification très féconde d’une véritable question, consubstantielle au sujet, à savoir le lien entre pratique, élaboration d’un savoir (théorisation) et transmission de ce savoir. L’auteur parle à ce propos d’« intellectualisation » d’un art. La partition pratique/théorie y est légitime, à condition toutefois d’insister sur le fait qu’elle est remise largement en cause par maints auteurs de ce moment historique, à commencer par Machiavel justement, suivi par tous ceux qui ont compris sa leçon. En outre, cette opposition pratique/théorie fait bon marché parfois d’une définition plus précise de ce que l’on doit entendre par « pratique » : les mathématiciens (sur lesquels les travaux de Pascal Brioist auraient pu être utilisés) et les ingénieurs – tel le très important Pietro Cataneo – sont autant du côté de la pratique que de la théorie et leur rapport à l’« abstraction » précède et nourrit largement les processus d’écriture dans lesquels ils s’engagent. Et cela ne peut pas ne pas avoir d’effets, en retour, sur la conception de leur pratique.

6Venons-en maintenant au cœur du sujet, à savoir la concentration de la réflexion sur le genre du dialogue. L’approche privilégiée dans l’étude est celle de l’analyse des « stratégies » d’écriture d’auteurs pour lesquels la rédaction de livres semble constitutive d’un double objectif de promotion sociale et d’un « effort littéraire » (effort « d’autant plus remarquable lorsqu’il est le fait de techniciens ou de praticiens qui, comme c’est fréquemment le cas, n’avaient pas reçu la formation humaniste censée permettre la bonne maîtrise de la langue écrite et des techniques rhétoriques et stylistiques », p. 26-27). Cette double indication est cruciale dans la mesure où elle pose avec force le heurt, ou au moins le frottement, d’une forme littéraire constituée – le dialogue humaniste – et d’un savoir pratique, qui d’ordinaire lui est pour l’essentiel étranger. L’approche induit la composition d’une vision « interne » des textes (souvent précise et originale), d’une mobilisation des cadres de l’histoire littéraire de l’humanisme (bien faite mais plus attendue) et d’une analyse sociologique de surplomb des auteurs considérés, à partir notamment de catégories complexes comme celle de « culture de cour » (à laquelle, soit dit en passant, nombre de nos auteurs sont parfaitement étrangers et qui dans le livre est mobilisée de façon trop générique). Cette construction est sans doute dépendante, évidemment, de l’objet « thèse de doctorat » qui est à l’origine de ce livre et qui parfois se fait un peu trop sentir, notamment dans l’enchaînement de parties déséquilibrées, les titres qui ne dédaignent pas le jargon comme certaines expressions trop récurrentes, telle celle de princeps sermonis, employée des dizaines de fois pour désigner le devisant principal d’un dialogue. L’avantage de cette organisation du livre est de permettre une attention à la lettre des dialogues étudiés et, parfois, de jeter des ponts intéressants avec certains ouvrages techniques (il n’est que de voir les remarques importantes consacrées aux « livres d’abaque »). L’inconvénient de ladite construction tient en revanche, dans certains cas, au placage de « causalités » et d’« argumentations » tirées de l’histoire littéraire et de la critique rhétorique sur des pratiques d’écriture qui parfois, voire souvent, leur sont quelque peu étrangères, notamment parce que les auteurs étudiés ont une formation rhétorique limitée. Il est ainsi assez peu probable que les auteurs en question aient été familiers de Sigonio, du Tasse ou de Speroni (et pas seulement pour des raisons de chronologie) et il ne faut pas oublier que le fait même de considérer le dialogue comme un genre constitué est l’objet d’un débat. L’intérêt de travaux comme celui que nous discutons ici est néanmoins d’abord de montrer comment l’écriture de dialogues représente une pratique appropriée à des stratégies d’analyse dont certaines sont parfaitement identifiées dans l’ouvrage de Pretalli (je pense notamment à l’articulation entre secret et transmission du savoir, qui aurait pu être structurante pour toute l’architecture du livre).

7D’ailleurs, la perspective choisie porte en elle la nécessité d’un travail prosopographique certes difficile (la conclusion semble regretter qu’il n’ait pu être mené ; on peut ainsi se demander si des auteurs comme Camillo Agrippa et Girolamo Marzieri sont des « techniciens » ou des lettrés), mais qui pourrait être le socle d’une historicisation de ces parcours de vie singuliers. De tels parcours ne peuvent évidemment pas être illustrés uniquement par l’examen des ouvrages pris en considération et il convient de prendre en compte l’ensemble des conditions de production de chacun de ces écrits. Quand on parle de « dialogues militaires » et de praticiens, il est quand même problématique que, au fil du raisonnement, ne soit réservée qu’une place très limitée à ces guerres, dans et hors de la Péninsule, alors même qu’elles furent pour ces auteurs l’espace de formation de leur pratique et de son « intellectualisation » et qu’elles induisirent des formes nouvelles de mise en récit des conflits – bref, une « littérature de la guerre » inédite. Dans le livre de Pretalli, la logique textuelle revendiquée, la nature des instruments d’analyse et, enfin, l’horizon d’abord littéraire du propos permettent un examen souvent fin de la douzaine de dialogues du corpus, mais ils font courir parfois le risque d’une agrégation de fiches singulières qui peuvent perdre de vue la problématisation générale et conduire à des développements trop descriptifs, fût-ce au nom d’un légitime souci d’illustration diversifiée du propos.

8Une dernière chose, ou presque, mais qui peut permettre une remarque d’ordre général : le livre pointe très justement (p. 62 et suivantes) l’importance, dans cette affaire, du choix de la langue vulgaire et de la conscience douloureuse des lacunes et des insuffisances du lexique militaire transmis par la tradition des Anciens, dès lors que l’on compare la langue vulgaire au latin des veteres scriptores de re militari (eux-mêmes lus d’ailleurs, pour certains, dans des traductions du grec au latin). Il est nécessaire toutefois de ne pas adopter à cet égard une logique trop binaire et antinomique, ancrée dans une chronologie vieillie de la « question de la langue » : vulgaire et latin se mêlent, et parfois s’entrecroisent dans les mêmes écrits, au fil des textes qui traitent de questions militaires et politiques depuis le XIVe siècle, et ce en Italie comme dans toute l’Europe ; la question des lacunes lexicales, rappelée plus haut, revient certes de façon récurrente – surtout d’ailleurs quand on traite de traduction –, mais elle finit par devenir aussi un lieu commun et un levier pour la construction d’une autre langue militaire, dans le cadre de ce que j’appellerais un véritable « système des langues » qui n’est pas « bilatéral » (latin/vulgaire) mais « multilatéral », en intégrant donc les parlers locaux de la Péninsule (certaines remarques utiles figurent d’ailleurs dans ce livre à ce propos), mais aussi les autres langues vulgaires européennes, parties prenantes de l’expression militaire au sein d’armées que les pratiques dominantes du mercenariat rend transnationales. Quelques études – peu nombreuses mais existantes – ont pu le montrer depuis vingt ans (pensons notamment aux travaux de Piero del Negro ou de Marie-Madeleine Fontaine).

9Au bout du compte, la question des façons de dire la guerre – par les dialogues mais aussi par de multiples autres formes d’écriture (discours, théâtre, historiographie, traités, etc.) – est bien, au XVIe siècle, cruciale, mais il ne faut jamais négliger son aspect polyédrique et mobile, sauf à la réduire de façon drastique. Les passages y sont constants et la porosité permanente entre les langues possibles, entre pratique(s) et théorie(s), entre histoire et politique, entre la constitution d’un savoir et sa transmission, entre des savoirs de nature différente. Il est ainsi bien difficile d’identifier un objet « dialogue militaire du second XVIe siècle » qui aurait une autonomie, une cohérence et une unité, et qui serait susceptible d’illustrer un discours singulier sur la guerre, quel que puisse être par ailleurs l’intérêt formel qu’il peut y avoir à déconstruire un tel discours dialogué. Et c’est bien là tout le problème : la « forme littéraire » choisie – le dialogue – n’est pas nécessairement ici la bonne solution, à elle seule, pour déboucher sur un propos spécifique quant à cette « intellectualisation de l’art de la guerre ».

Top of page

Notes

1 C. Allmand, The De Re Militari of Vegetius: The Reception, Transmission and Legacy of a Roman Text in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Michel Pretalli, Du champ de bataille à la bibliothèque : le dialogue militaire italien au XVIe siècle », Laboratoire italien [Online], Lectures, Online since 11 October 2019, connection on 27 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.3280

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search