Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Introduction

Introduzione
Introduction
Giorgio Bottini et Fiona Lejosne

Texte intégral

  • 1 Sur l’apparition du terme et ses principales occurrences en littérature, voir Z. Tobia, « Campi se (...)

1L’instabilité politique, les incursions étrangères fréquentes et le renforcement des structures étatiques constituent le cadre dans lequel se fait sentir, dans l’Italie du premier âge moderne, le besoin d’un acteur politique qui soit compétent en matière d’écriture comme dans l’administration, et qui garantisse une certaine longévité à l’activité institutionnelle. Ceux qui, aux XVe et XVIe siècles, sont appelés « segretario » (et ses variantes, « secretario », « secretarius »1, etc.) émergent de manière contemporaine dans des entités politiques très diverses, mais toutes confrontées aux mêmes nécessités. Dans cette période cruciale où politique, art de la guerre et diplomatie sont tout à la fois vécus et pensés, le secrétaire lui-même est simultanément modelé par la pratique et par la théorie.

  • 2 A. C. Fiorato, « Grandeur et servitude du secrétaire : du savoir rhétorique à la collaboration pol (...)

2Dans l’historiographie sur les secrétaires, les bornes chronologiques choisies sont révélatrices de la perspective adoptée : suivant que l’on s’intéresse à la réalité de leurs fonctions ou bien à leur représentation, la focale se déplace du tournant des XVe et XVIe siècles à la seconde moitié du XVIe siècle. Ainsi, les études de cas tendent à porter sur le début de la période alors que les travaux aspirant à saisir le secrétaire selon l’image qu’il construit de lui dans la période de sa normalisation s’arrêtent sur des décennies plus tardives2.

  • 3 La bibliographie établie par R. Gorris Camos rassemble les références à ces sources éparses imprim (...)

3Cette distinction ne recoupe pas pour autant une division binaire entre pratique et théorie. Dès l’émergence du secrétaire au milieu du XVe siècle, le développement de ses habitudes et instruments propres se double d’efforts de régulation de la profession (de la part des chancelleries notamment, qui édictent par des règlements internes les modalités de recrutement des secrétaires et qui établissent leurs prérogatives) et s’accompagne de velléités d’autodéfinition qui transparaissent, de manière éparse, dans les écrits personnels et institutionnels des secrétaires ainsi que dans certaines œuvres publiées3.

4De même, la grande période de la trattatistica sur les secrétaires, inaugurée plus d’un siècle après leur émergence, propose tout aussi bien une théorisation de leurs fonctions qu’une aide pratique à l’exercice de leur profession. Le traité de Francesco Sansovino est représentatif de ce double objectif, qui transparaît dès le titre de la première édition (Venise, 1564) : Del secretario di m. Francesco Sansouino libri quattro. Ne quali con bell’ordine s’insegna altrui a scriuer lettere messiue & responsiue in tutti i generi, come nella tauola contrascritta si comprende. Con gli essempi delle lettere formate et poste a lorluoghi in diuerse materie con le parti segnate. Et con uarie lettere di Principi a più persone, scritte da diuersi secretarii in più occasioni, e in diuersi tempi.

  • 4 Les chancelleries italiennes, leur fonctionnement et leur personnel ont fait l’objet de plusieurs (...)
  • 5 Selon des séparations souvent fondées sur l’aire politico-géographique traitée. Toutefois, l’ouvra (...)
  • 6 G. Trebbi, « Il segretario veneziano », Archivio storico italiano, vol. CXLIV, no 1, 1986, p. 35-7 (...)
  • 7 G. B. Pigna, Il Principe di Gio. Battista Pigna, al Sereniss. Emanuele Filiberto Duca di Savoia. n (...)
  • 8 Voir, en particulier, A. C. Fiorato, art. cité. Ce décalage est au cœur d’un paradoxe mis en évide (...)

5Les recherches qui visent à identifier les fonctions effectives – la pratique – du secrétaire ont majoritairement recours aux documents d’archives. Le plus souvent, il s’agit d’études de cas qui s’intéressent aux tâches exécutées par un seul secrétaire ou par un groupe de secrétaires au sein d’une institution donnée4, dans des travaux relevant de champs distincts5. Au contraire, l’histoire des idées et l’histoire littéraire tentent de proposer une vue d’ensemble de la figure du secrétaire, mais il s’agit souvent d’analyses fondées sur la trattatistica, qui est largement postérieure à l’apparition des secrétaires dans les institutions italiennes. Il suffit de se référer au cas vénitien : alors que les premières utilisations du terme secrétaire pour qualifier des fonctionnaires en poste surviennent dans la décennie 14506, le premier traité évoquant les secrétaires est publié en 15617. Ce décalage a lui-même fait l’objet de travaux qui analysent la manière dont la construction tardive de l’image de cette profession révèle des stratégies d’autopromotion8, qui apparaissent d’ailleurs comme cruciales à un moment où les institutions italiennes connaissent une mutation vers une forme de pouvoir concentré entre les mains de quelques familles et majoritairement dominé par des puissances supranationales (empire Habsbourg et Église).

  • 9 Comme souligné dans A. Geremicca et H. Miesse éd., op. cit., p. 23.
  • 10 Les traités de Bartolomeo Zucchi (1595) et Benedetto Pucci (1608) sont représentatifs de cette pre (...)

6Une certaine attention a déjà été accordée au contexte intellectuel et idéologique dans lequel s’inscrit l’émergence de cette figure et à la façon dont elle est pensée au fur et à mesure de son affirmation. Le secrétaire provient initialement d’une tradition à la fois humaniste et juridique9 et répond ainsi aux exigences des institutions étatiques au sein desquelles il officie. Cette formation fait aussi écho à celle des élites politiques avec qui le secrétaire collabore quotidiennement. Il y a néanmoins une nette évolution au cours de la période. Ainsi, Stefano Iucci souligne que, dans la Rome de la Contre-Réforme, une formation humaniste n’est plus souhaitable pour un secrétaire dont on attend soit des compétences d’écriture, soit une attitude de dissimulation comparable à celle du courtisan10.

  • 11 Cette activité est placée au cœur des premiers traités, qui se présentent en partie comme des manu (...)
  • 12 Par exemple dans le dossier « The Social History of the Archive: Record-Keeping in Early Modern Eur (...)

7Les approches adoptées par l’historiographie récente, que ce soit en histoire des idées ou en histoire des institutions, ne conduisent pas à l’élaboration d’un discours de synthèse sur le secrétaire italien. Toutefois, les conclusions de ces études font émerger certaines tendances de fond. Il semble indéniable que cette figure, apparue au milieu du XVe siècle dans le contexte italien, connaît une professionnalisation rapide (quoique non homogène). Les secrétaires bénéficient souvent d’une voie d’apprentissage propre (comme à Venise avec la Scuola di San Marco) et ils se dotent d’instruments de travail adaptés à l’exécution de leurs tâches. Le constat que l’écriture est l’activité principale du secrétaire est largement partagé11. En prolongement de cette activité de scribe, et dans le cadre d’un regain d’intérêt pour les archives comme objet d’études, l’historiographie anglo-saxonne s’est récemment intéressée à l’expertise développée par les secrétaires dans le « record-keeping », l’activité d’archivage d’informations qui incombe aux chancelleries publiques comme aux administrations privées12.

  • 13 Notamment dans le traité d’Ingegneri, voir D. Fedele, Naissance de la diplomatie moderne (XIIIe-XV (...)

8La tendance à la professionnalisation de la fonction n’a jamais conduit à un corporatisme à proprement parler : en Italie, les secrétaires ne se constituent pas en arte. En se définissant comme « professione », le secrétariat acquiert surtout un caractère éthique et civil et rejoint ainsi la catégorie des fonctions exécutées dans le souci du bien commun13. Son statut socioprofessionnel est cependant fluctuant d’une société à l’autre. Ce peut être une fonction exécutée à titre individuel, parfois de manière temporaire, ou au contraire une carrière construite tout au long d’une vie, au sein d’un corps de fonctionnaires dont les règles d’accès sont très codifiées.

  • 14 A. C. Fiorato, art. cité, p. 134.

9Le recours important à la trattatistica à partir de la seconde moitié du XVIe siècle est significatif de l’importance qu’avait acquise la figure du secrétaire à ce moment-là. Adelin Charles Fiorato souligne que la profession a alors « atteint une expansion et une importance suffisante pour que se développe une réflexion théorique, qui exprime une conscience aiguë des problèmes concernant la catégorie des secrétaires considérée comme un ensemble spécifique »14. Toutefois, le recours fréquent aux études de cas dans l’historiographie démontre combien il est difficile d’élaborer une synthèse sur ces figures constituant, certes, un « ensemble spécifique », mais évoluant dans des cadres institutionnels et sociaux extrêmement variés. Plutôt que d’écarter ces différences pour partir à la recherche du plus petit dénominateur commun, il s’agit de les analyser pour en comprendre les motifs. La variété de ce qu’était un secrétaire au début de l’âge moderne ne remet pas en cause la possibilité de le prendre pour objet et de le penser comme catégorie en soi.

  • 15 Comme le souligne Stefano Iucci, la fin du règne des secrétaires est marquée par la publication du (...)
  • 16 R. Gorris Camos éd., op. cit. Il est qualifié d’ange, ce qui a donné son titre à l’ouvrage, mais a (...)

10Par des analyses relevant de l’histoire intellectuelle et à travers des études de cas traitant de différentes entités politico-territoriales italiennes (Florence, Sienne, Naples et Venise), ce dossier propose de croiser les approches afin d’identifier à la fois les logiques et les incohérences dans les différentes façons de penser le secrétaire ainsi que dans la réalité de ses fonctions au début de l’âge moderne. Pour comprendre l’émergence simultanée de cette figure dans des réalités politiques et institutionnelles d’une grande diversité et pour rendre compte des raisons de sa pérennité (la permanence dans le temps de cette figure fera du secrétaire un acteur clé de la vie politique italienne jusqu’à la fin du XVIIe siècle au moins15), il convient d’identifier les compétences que l’on exigeait du secrétaire et, en creux, les besoins qu’il venait ainsi combler. Les nombreuses métaphores servant à qualifier le secrétaire, dont l’ouvrage collectif dirigé par Rosanna Gorris Camos se fait l’écho16, sont révélatrices du caractère protéiforme de cet acteur. La difficulté à le figer en une image unique démontre que le secrétaire doit constamment s’adapter et se mouler aux besoins de l’institution servie.

11Toutes les contributions présentées dans ce volume ont pour but d’apporter des éléments à la définition de la figure institutionnelle du secrétaire des XVe et XVIe siècles. Malgré la variété des approches méthodologiques et des objets d’étude, une considération commune émerge de l’ensemble des articles : dans cette phase embryonnaire de l’histoire du secrétaire (et avant que son rôle ne soit rigoureusement décrit par le biais de la trattatistica), les secrétaires sont des agents politiques. Au-delà de la tâche spécifique pour laquelle ils sont employés, ils excellent tous dans la maîtrise d’une langue pratique et performative ; au-delà de la nature propre de l’État qui les engage, ils exercent tous une activité qui se déploie dans un espace voilé, voire caché : celui du secret, qui leur donne leur nom, et du silence qui l’accompagne nécessairement. Dans une lettre adressée depuis Rome à Machiavel le 4 janvier 1500, Roberto Acciaiuoli écrit :

  • 17 N. Machiavel, Opere di Niccolò Machiavelli, vol. III : Lettere familiari, F. Gaeta éd., Turin, UTE (...)

L’excusatione vostre della rarità dello scrivermi le admetto et per le occupation’ vostre et per l’officio del silentio, del quale non potete essere laudato sufficientemente, ché così si richiede al bon secretario.17

12L’« office du silence » est donc une attitude qui doit figurer de manière incontournable parmi les qualités du bon secrétaire ; mais, pour qu’il ait des prérogatives bien établies, il faut que le secrétaire ait déjà connu un important processus de professionnalisation et que ses compétences soient clairement reconnaissables. Cependant, il n’est pas toujours aisé d’identifier les traits distinctifs du secrétaire par rapport à un certain nombre d’autres figures institutionnelles qui agissent dans l’Italie de la première modernité et dont les tâches professionnelles parfois recoupent assez étroitement celles du secrétaire, parfois s’y superposent de manière si nette que l’on peine à les démêler. Scribes, scripteurs et chanceliers ; ministres et conseillers ; serviteurs, émissaires, mandataires et orateurs : quand bien même aucune de ces professions, considérées séparément, ne saurait rendre compte tout à fait de ce qu’est le métier de secrétaire, lorsqu’on les regarde toutes à la fois et sous l’angle des compétences auxquelles elles font appel, on entrevoit une constellation d’activités qui dessine le profil du secrétaire : celui qui écrit ; celui qui conseille ; celui qui représente.

13Dès lors, nous proposons de renverser radicalement la question : au lieu de chercher une définition formelle du secrétaire, qui serait prématurée pour l’époque étudiée ici, demandons-nous d’abord en quoi consiste concrètement son travail, quelles sont les exigences politiques auxquelles il répond et les qualités qu’il mobilise pour ce faire. Nous découvrirons ainsi que le secrétaire, sans forcément jouer tous les rôles susdits à la fois, n’est rien d’autre que celui qui, dans la conjoncture de l’urgence et de l’extraordinaire, en serait capable, bien que cette exigence historique ne s’impose qu’à un nombre très limité de secrétaires, parmi lesquels figurent sans doute Machiavel, modèle du secrétaire par excellence. Et, bien que les secrétaires soient des factotums de la politique moderne qui œuvrent au tout début de sa constitution étatique, on pourrait néanmoins tenter d’introduire une distinction au sein de cette classe, à première vue si compacte, en fonction des tâches que le pouvoir tour à tour leur délègue, des services et des missions qu’il leur confie, des savoirs qu’il leur demande.

14La première distinction qu’on peut établir au sujet des secrétaires découle de la nature du pouvoir qu’ils servent. Il y a des secrétaires qui travaillent au service de Républiques, comme Nicolas Machiavel pour la république de Florence ou Giovanni Battista Ramusio pour la république de Venise, et des secrétaires qui travaillent au service de principautés, comme Antonio Loschi pour le duché de Milan ou les nombreux secrétaires de la cour aragonaise du royaume de Naples. Cependant, on trouve aussi des profils plus nuancés qui se situent au croisement de la sphère privée et de la sphère publique, à une époque où l’idée même de pouvoir public connaît sa toute première formulation pratique et théorique. On peut s’en tenir à quelques portraits de secrétaires présentés dans ce volume : Goro Gheri fut à la fois le secrétaire personnel des trois membres les plus importants de la famille Médicis œuvrant à Florence dans les années 1510 (Jules, Julien, Laurent) et le secrétaire particulier des papes Léon X et Clément VII, ce qui fait ressortir l’image d’un véritable « secrétaire de famille », tandis qu’Antonio Giordani da Venafro revêtit les rôles de ministre, de conseiller et d’ambassadeur pour Pandolfo Petrucci tout au long de son gouvernement à la tête de la république de Sienne, sans pour autant se voir confier des mandats ou des missions officiels de la part de l’État.

15Néanmoins, la distinction établie à partir de la nature du pouvoir qui emploie les secrétaires n’est ni la seule ni la plus fondamentale. Nous proposons de répartir en trois catégories les tâches qu’ils sont appelés à remplir : il s’agit de fonctions qui leur sont propres dans la mesure où un même secrétaire se retrouve souvent à accomplir deux ou trois d’entre elles à la fois ou à intervalles rapprochés. À chacun de ces trois groupes de tâches correspond un aspect du travail de secrétaire qui est mis en avant en fonction de la conjoncture dans laquelle il est censé opérer ; à chacun de ces trois aspects du profil de secrétaire correspondent fatalement des activités auxquelles il se livre, des lieux dans lesquels il doit agir, un savoir dont il doit faire preuve, des valeurs dont il doit être pourvu et bien sûr un espace du secret dont il est chargé.

16La première est la catégorie des secrétaires-scripteurs. Selon le contexte dans lequel il est employé, ce secrétaire agit pour le compte direct d’un prince ou des offices de son administration, d’une institution républicaine, d’un individu ou d’une famille particulièrement influents. Il travaille avec les mots, dont il maîtrise la capacité de persuasion rhétorique et la mise en forme écrite. Sa formation (ou du moins ses compétences) relève d’un savoir littéraire et il n’est pas rare que les secrétaires-scripteurs soient des écrivains tout court, dans le domaine de la littérature, de la politique ou plus largement de l’érudition. Le secrétaire-scripteur opère le plus souvent dans l’espace clos du palais, public ou familial, coude à coude avec le prince, l’institution ou le personnage influent qu’il représente. Il en est la main et, par le biais de ses lettres, de ses dépêches et de ses missives, la voix du seigneur s’envole du palais pour rejoindre ses interlocuteurs. Si leur tâche la plus importante consiste à donner une allure d’oralité à leurs missives, ils assument aussi une fonction auxiliaire pratique par rapport au seigneur qu’ils accompagnent dans l’activité d’administration quotidienne ainsi qu’une fonction de dépositaires de la mémoire d’une cité, d’une famille ou d’une dynastie, selon le profil de l’entité qui les emploie. Ils travaillent parfois seuls dans leurs bureaux, plus souvent en équipe, au sein de l’espace à la fois collégial et hiérarchique des chancelleries, des archives et des différents offices proto-étatiques. L’autonomie d’action et de jugement qui leur est accordée est peut-être la plus faible et la plus limitée parmi les diverses déclinaisons du travail de secrétaire ; et pourtant ils sont le trait d’union indispensable qui relie les périphéries au centre du pouvoir et celui-ci aux autres pouvoirs internationaux. Ils sont les dépositaires d’un double secret : non seulement le secret des affaires courantes dont ils sont constamment informés, mais aussi le secret du fonctionnement interne des institutions et de l’histoire cachée de l’État.

17La deuxième catégorie est celle des secrétaires-collaborateurs. Qu’ils fassent figure de ministres accrédités ou de conseillers particuliers, ces secrétaires sont directement impliqués dans les affaires d’une République, d’une principauté ou d’une famille. Régulièrement consultés, ils exercent leur influence de façon indirecte à travers le conseil ; expressément chargés d’un dicastère ou de l’ensemble du gouvernement, ils participent de façon directe à la gestion de l’État à travers leurs mots, leurs gestes et leurs actions. Leur rôle est parfois reconnu de manière officielle et formelle ; plus souvent, parfois même lorsqu’il jouit d’une reconnaissance officielle, sa définition est très vague et subit une extension extraordinaire en fonction des exigences imposées par la conjoncture politique et par les besoins du seigneur. Parfois, leur formation est essentiellement pratique et empirique, notamment dans le contexte républicain ; plus fréquemment, ils ont suivi un parcours d’études universitaires en utriusque ius et ce sont des juristes de profession. Dans la plupart des cas, il s’agit de praticiens (docteurs, avocats, juges), spécialistes de la parole normative et de la subtile frontière entre la légalité juridique et la légitimité politique.

18Leur profil est parfois celui de véritables éminences grises, un profil obscur dans ses contours et caché aux yeux indiscrets des sujets et des autres États. Mais, le plus souvent, leur présence aux côtés des princes, des institutions et des membres d’éminentes familles pour lesquels ils travaillent est si évidente, si constante, si assumée qu’ils en deviennent presque le symbole. Il n’est pas rare que le secrétaire-collaborateur soit montré, exhibé, mis en scène dans le spectacle du pouvoir. En effet, il y joue le rôle de personnalité à la fois publique et privée, ce qui fait que son destin se lie fatalement à celui du seigneur dont il est l’image, l’emblème, l’effigie. Son existence professionnelle se déploie pourtant à la fois dans l’obscurité des couloirs et des pièces méconnues du palais et dans la lumière des processions et des rites propres à la liturgie politique de la première modernité, pendant lesquels il incarne à la fois le corps privé du favori et le corps public du pouvoir qui s’expose et s’impose aux yeux de la foule, des alliés et des ennemis. Peu importe qu’il travaille seul ou en équipe : il a sa place dans le cœur du seigneur, il est son bras droit, son homme de confiance. C’est pourquoi l’autonomie de décision et d’action qui lui est accordée est sans doute plus grande que celle du secrétaire-scripteur, mais peut-être plus réduite que celle dont il bénéficie dans la troisième catégorie de fonctions.

19Il s’agit de la catégorie des secrétaires-ambassadeurs, pourrait-on dire, soit (avec un petit anachronisme qu’on nous pardonnera et avec une tautologie qui n’est pas dépourvue d’intérêt) celle des secrétaires-agents secrets. À une époque où il n’est pas encore question d’un corps diplomatique régulier composé de fonctionnaires de carrière formés aux besognes des relations internationales, le secrétaire-ambassadeur répond à la nécessité qu’ont les États de se servir d’un personnel administratif capable et entreprenant. À une époque où l’usage d’affecter des ambassadeurs résidents auprès des cours étrangères est loin de s’imposer comme une coutume sur l’échiquier diplomatique, la classe des secrétaires-ambassadeurs met à disposition des États un réservoir d’agents à mobiliser en situation d’urgence et à envoyer de manière rapide et informelle là où il y en a besoin. À une époque où les ambassadeurs formellement nommés coïncident dans la plupart des cas avec les membres issus des familles les plus riches et les plus influentes d’une République ou d’une principauté, les secrétaires-ambassadeurs fournissent aux gouvernants une classe d’employés qui est moins soumise à la contrainte de considérations de gain économique et de prestige social. Leur origine de classe, souvent plus modeste en comparaison de celle des ambassadeurs officiels, les rend plus fiables aux yeux du pouvoir. Bien qu’ils soient parfois investis du rôle d’ambassadeur dans le respect des critères prescrits par la procédure officielle, la large majorité des secrétaires est au contraire nommée de manière officieuse, ce qui est justifié par le recours à la notion politique d’urgence et masqué derrière l’emploi de personnes juridiques mineures et à première vue sans grande importance au sein de la hiérarchie des charges proto-étatiques, comme l’étaient les figures du mandataire, de l’orateur, de l’émissaire ou même du simple serviteur.

20Ces secrétaires-ambassadeurs sont chargés des missions les plus variées. Ils peuvent être employés en tant qu’assistants et scripteurs de l’ambassadeur officiel, comme le fut Jacopo Guidi aux côtés de Bernardo de’ Medici lors de la légation florentine auprès de François Ier en1544-1545. Lorsqu’ils occupent cette position ancillaire par rapport à l’ambassadeur officiel, ils sont parfois chargés d’en surveiller la conduite en légation pour le compte du pouvoir central ou bien ils se comportent parfois de manière à ce que leur action diplomatique se superpose dans les faits au travail de l’ambassadeur officiel. En effet, il n’est pas rare que les princes et les chefs de Républiques nomment directement leurs hommes de confiance pour œuvrer sur place, malgré la présence d’un ambassadeur officiel. Ces secrétaires qui dépendent directement des chefs d’État n’ont que peu de comptes à rendre au personnel officiel, travaillent de manière indépendante et jouissent d’une vaste autonomie d’action, comme le montrent par exemple certaines légations de Nicolas Machiavel ou d’Antonio da Venafro. Parfois, la tâche qu’ils sont appelés à accomplir se résout en une simple exécution des attentes et des consignes reçues au moment du départ ; plus souvent et en amont des prétextes formels qui justifient leur déplacement, ils sont censés agir en tant que véritables agents de renseignements. En fonction de la nature des rapports que le seigneur entretient avec le pays dans lequel ils partent en mission (alliance, inimitié, neutralité) et en fonction du contexte dans lequel ils se retrouvent à opérer (représentation, négociation, conflit), les tâches qu’ils doivent remplir changent sensiblement et s’étendent sur un éventail de compétences qui vont du simple renseignement sur les conditions politiques et militaires d’un pays jusqu’aux négociations parallèles et à la récolte d’informations sensibles, obtenues grâce au dialogue et à la proximité avec les autres secrétaires.

21Alors que le secrétaire-scripteur travaille exclusivement dans l’intimité du palais et que le secrétaire-collaborateur agit dans le palais, tout en se laissant entrevoir à l’extérieur, le secrétaire-ambassadeur opère par définition de manière lointaine et détachée du palais. Son espace est ailleurs, ne se conçoit qu’ailleurs par rapport au centre du pouvoir, ne surgit que lorsqu’on s’éloigne de ce centre. À distance, le secrétaire-ambassadeur est l’œil, les mains, mais avant tout le nez de son propre seigneur. Il doit être capable d’agir dans des situations d’urgence et malgré une éventuelle défaillance des systèmes de communication, ce qui arrive assez souvent à cause des dépêches interceptées, perdues ou plus simplement trop lentes à parvenir à destination. Par conséquent, avant d’être chargé d’une mission, il doit avoir déjà largement et suffisamment fait preuve de discrétion et de sang-froid, d’une large autonomie d’action et de jugement, mais surtout d’une capacité remarquable à agir dans le contexte périlleux et glissant de la diplomatie. Or, cette attitude, cette bravoure, ce véritable savoir-faire ne peut découler que d’une longue pratique des affaires internationales. C’est-à-dire qu’il n’y a pas un cursus de formation privilégié (comme c’était le cas des études littéraires pour le secrétaire-scripteur ou des études juridiques pour le secrétaire-collaborateur) auquel se référer pour se voir considérer comme un bon secrétaire-ambassadeur, digne d’être envoyé en mission. Seules l’expérience mûrie en ambassade et la fidélité démontrée dans ce contexte envers le seigneur rendent le secrétaire apte à être chargé par la suite d’une nouvelle mission. L’expérience appelle l’expérience, c’est pourquoi une véritable classe de secrétaires-ambassadeurs s’affirme au cours des guerres d’Italie.

22Nicolas Machiavel est sans aucun doute l’un des rares secrétaires à avoir exercé chacune des trois fonctions identifiées ci-dessus. Tour à tour ambassadeur, scripteur et conseiller, il développe ses propres outils, au gré des nécessités et en fonction de ses compétences : des outils intellectuels pour penser l’action politique par la lecture des histoires anciennes, selon une pratique partiellement en rupture avec l’humanisme de stricte tradition littéraire, comme l’illustre Andrea Salvo Rossi en comparant la lecture de Tite-Live par Ange Politien et celle que livrent successivement Coluccio Salutati, Bartolomeo Scala et Machiavel, et des outils rhétoriques pour agir ou faire agir, dans un usage nouveau de la langue écrite que Corinne Manchio analyse par le prisme de la formulation de conseils.

23Avant Machiavel, les secrétaires du règne aragonais à Naples avaient connu cette nécessité de répondre aux exigences de gestion des affaires de l’État. La structuration de l’administration conférait au primo segretario un rôle qui allait bien au-delà des fonctions de scribe. Quelques grands noms portèrent ce titre, dont Antonello Petrucci et Giovanni Pontano. Alessio Russo démontre toutefois que les seules compétences ne suffisaient pas et, dans bien des cas, la proximité avec le roi était déterminante pour être promu primo segretario, notamment parce que les prérogatives du « premier secrétaire » prenaient parfois le pas sur l’autorité royale.

24Antonio da Venafro auprès de Pandolfo Petrucci agit en juriste, en ministre et, au besoin, en ambassadeur, dans une période cruciale pour la république de Sienne et pour la seigneurie que Pandolfo y exerce. Comme Giorgio Bottini le signale en retraçant son parcours, les qualités dont il fait preuve au cours de son activité politique lui ont valu la réputation de modèle du secrétaire compétent et intrigant auprès de ses contemporains. Cette même proximité avec le pouvoir – en l’occurrence celui des Médicis des décennies 1510-1520 – fit du secrétaire Goro Gheri à la fois un scripteur et un collaborateur à tel point lié à la famille florentine que, comme le souligne Hélène Miesse en étudiant sa correspondance, le brouillage entre missions publiques et privées reflète le passage qui s’opère alors à Florence de la république au principat.

25Une plongée dans l’activité quotidienne des secrétaires permet de faire émerger le potentiel politique de leurs fonctions, à différents moments et dans différents lieux de la péninsule italienne. Il s’agit pour eux de participer à la production quotidienne de la chancellerie au cœur d’un système d’archivage en plein essor, à l’instar de Giovanni Battista Ramusio à Venise qui exécute ses fonctions dans le clair-obscur d’un anonymat de façade, comme le prouve la reconstitution de son parcours réalisée par Fiona Lejosne. Il peut s’agir aussi d’allier écriture et relations internationales en se faisant la plume d’un ambassadeur, à l’instar de Jacopo Guidi qui seconde le Florentin Bernardo de’ Medici tout au long de sa légation en France (1544-1545), au point d’écrire à sa place, comme le démontre Pierre Nevejans par une analyse de la matérialité des missives témoignant de cette mission.

26Gheri et Venafro furent parmi les premières figures de secrétaires à entrer dans la littérature – de traité ou fictionnelle – comme personnages représentatifs de leur profession : instrument de la domination médicéenne pour le premier, rusé et sans scrupules pour le second. Ils façonnèrent donc certainement, peut-être à leur corps défendant, la diffusion et la fixation d’une représentation du secrétaire. Ce processus de fixation se prolongea dans une littérature spécifiquement consacrée à la description de la figure du secrétaire. L’analyse de la trattatistica qui prospère au cours de la seconde moitié du XVIe siècle apporte la preuve que le secrétaire est alors mis sur un pied d’égalité avec d’autres acteurs politiques du premier âge moderne, au sens où il est inscrit dans une tradition de longue date : dans l’élaboration théorique de son rôle et de sa formation que livre la trattatistica, il est rattaché à la pensée politique grecque. Grace Allen postule ainsi que la nouveauté éditoriale des traités sur les secrétaires consiste en partie en la récupération de figures classiques bien établies dans le domaine de la pensée politique.

27Cette classe qui émerge au tournant des XVe et XVIe siècles, c’est une classe de secrétaires qui se connaissent réciproquement, qui se côtoient fréquemment dans les différents lieux de conflit et de paix et qui sont contraints d’agir seuls, au milieu d’autres secrétaires qui agissent également seuls. Les secrétaires échangent sans cesse entre eux : la force et la fortune que connut ce mot, secrétaire, sont peut-être le résultat de l’usage massif et conscient que ces mêmes agents diplomatiques font de l’expression pour s’identifier et se reconnaître mutuellement en tant qu’experts et protagonistes de la politique internationale. Une indication dans ce sens viendrait d’une lettre rédigée par Machiavel lors de la deuxième légation auprès de César Borgia. Dans la missive du 13 octobre 1502, expédiée depuis Imola au bureau des Dieci di Libertà dont il est le secrétaire, Machiavel relate une audience quelque peu décevante auprès du Valentinois en compagnie du secrétaire du duc de Ferrare, audience à la suite de laquelle, et pour y voir plus clair, il s’entretient longtemps avec le premier secrétaire particulier de Borgia, messer Agapito. Si l’on se fie à Machiavel, le dialogue entre les deux fut long, franc et mené en vue de l’intérêt commun, comme ce doit être le cas entre deux secrétaires :

  • 18 N. Machiavel, Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli: Legazioni. Commissarie. Scrit (...)

Né bastandomi questo, io presi occasione di esser oggi a lungo con messer Agapito suo primo segretario, e parlando di queste cose l’uno e l’altro di noi, come da noi segretari, dicendo voler dire quello che ognuno giudicasse a benefizio comune, e ragionando a lungo, mi disse: «Guarda come stanno bene insieme le amicizie di queste due potenze: quelli che sono amici dei tuoi Signori, sono amicissimi del mio Duca; quelli che sono inimici al mio Duca, sono inimicissimi a’ tuoi Signori».18

28Entre secrétaires et dans le contexte spécifique de l’ambassade, une parole à la fois prudemment libérée et hautement technique éclot, prospère, s’impose. Loin d’être la dernière et la plus accidentelle des déclinaisons du travail de secrétaire, la présence à l’échelle internationale d’une classe homogène et reconnaissable de secrétaires-agents dans la conjoncture brûlante qui est celle des guerres d’Italie fait apparaître de manière limpide l’origine et l’essence de cette figure institutionnelle inédite dans l’histoire de la politique, avant qu’elle ne soit figée et réduite au modèle du bon courtisan dans certains traités de la deuxième moitié du XVIsiècle. Pour l’époque que nous considérons dans ce volume, le secrétaire est avant tout un expert de la parole politique tournée vers les affaires étrangères dans un moment où le salut des États dépend entièrement de la situation militaire internationale. Il est tout à la fois vestige du Moyen Âge, factotum de la politique moderne, modèle et fondement du fonctionnaire proto-étatique, et étoile filante dans le ciel tempétueux des guerres d’Italie. Le secrétaire tient le second rôle, il est l’acteur deutéragoniste de l’Italie de la première modernité, dont l’art est éminemment verbal, dont la scène est fatalement internationale et dont l’office se joue dans les arcanes du pouvoir qui définissent le secret au cœur de son métier.

Haut de page

Notes

1 Sur l’apparition du terme et ses principales occurrences en littérature, voir Z. Tobia, « Campi semantici e usi letterari del termine segretario: dalle origini al primo Barocco », dans «Il segretario è come un angelo»: trattati, raccolte epistolari, vite paradigmatiche, ovvero come essere un buon segretario nel Rinascimento, R. Gorris Camos éd., Fasano, Schena Editore, 2008, p. 31-44.

2 A. C. Fiorato, « Grandeur et servitude du secrétaire : du savoir rhétorique à la collaboration politique », dans Id., Culture et professions en Italie (fin XVe-début XVIIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 133-184 ; S. Nigro, « Il segretario », dans L’uomo barocco, R. Villari éd., Rome-Bari, Laterza, 1991, p. 91-108 ; S. Iucci, « La trattatistica sul segretario tra la fine del Cinquecento e il primo ventennio del Seicento », Roma moderna e contemporanea, a. III, no 1, 1995, p. 81-96 ; D. G. Biow, Doctors, Ambassadors, Secretaries: Humanism and Professions in Renaissance Italy, Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 2002 ; R. Gorris Camos éd., op. cit. A. C. Fiorato, S. Nigro, S. Iucci et R. Gorris Camos se situent explicitement du côté de l’analyse de la construction de la figure par la trattatistica. S. Nigro et D. G. Biow abordent la représentation du secrétaire par des sources de nature variée : les traités, mais aussi la peinture et la littérature.

3 La bibliographie établie par R. Gorris Camos rassemble les références à ces sources éparses imprimées et à la trattatistica, mieux connue et déjà bien identifiée. Voir R. Gorris Camos éd., op. cit., p. 24-26.

4 Les chancelleries italiennes, leur fonctionnement et leur personnel ont fait l’objet de plusieurs études récentes portant sur des ensembles régionaux : sur la structuration de la diplomatie milanaise sous les Sforza, voir F. Senatore, «Uno mundo de carta»: forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, Liguori, 1998 ; sur l’administration du Molise, I. Lazzarini, A. Miranda et F. Senatore, Istituzioni, scritture, contabilità: il caso molisano nell’Italia tardomedievale, Rome, Viella, 2017 ; sur la bureaucratie sicilienne du XVe siècle, voir A. Silvestri, L’amministrazione del regno di Sicilia: cancelleria, apparati finanziari e strumenti di governo nel tardo medioevo, Rome, Viella, 2018. Voir aussi les exemples cités dans des contributions à ce dossier : F. Lejosne pour l’aire vénitienne et P. Nevejans pour l’aire florentine. Machiavel secrétaire constitue un cas d’étude à lui seul, voir à ce propos C. Manchio et G. Bottini.

5 Selon des séparations souvent fondées sur l’aire politico-géographique traitée. Toutefois, l’ouvrage collectif dirigé par Isabella Lazzarini adopte, dans sa troisième partie, une approche comparatiste (les cas de différentes entités italiennes sont mis en regard de la situation du Molise, analysée initialement). Ainsi, un discours plus global, portant principalement sur le XVe siècle, est élaboré. Voir aussi I. Lazzarini, « Records, politics and diplomacy: secretaries and chanceries in Renaissance Italy (1350-1520 ca.) », dans Secretaries and Statecraft in the Early Modern World, P. M. Dover éd., Édimbourg, Edinburgh University Press, 2016, p. 16-36.

6 G. Trebbi, « Il segretario veneziano », Archivio storico italiano, vol. CXLIV, no 1, 1986, p. 35-73.

7 G. B. Pigna, Il Principe di Gio. Battista Pigna, al Sereniss. Emanuele Filiberto Duca di Savoia. nel quale si descrive come debba essere il Principe Heroico, sotto il cui governo un felice popolo, possa tranquilla et beatamente vivere, Venise, F. Sansovino, 1561.

8 Voir, en particulier, A. C. Fiorato, art. cité. Ce décalage est au cœur d’un paradoxe mis en évidence par Marcello Simonetta, qui émet l’hypothèse que « l’influenza pratica dei segretari sia inversamente proporzionale alla loro coscienza teorica », M. Simonetta, « “Segretarii cavalcanti e ziferali”: da Paolo Giovio a Gian Battista Leoni », dans Essere uomini di «Lettere»: segretari e politica culturale nel Cinquecento, A. Geremicca et H. Miesse éd., Florence, Franco Cesati, 2016, p. 39-50 (p. 39).

9 Comme souligné dans A. Geremicca et H. Miesse éd., op. cit., p. 23.

10 Les traités de Bartolomeo Zucchi (1595) et Benedetto Pucci (1608) sont représentatifs de cette première tendance : ils illustrent, selon Stefano Iucci, la réduction de la fonction rhétorique qui perd alors pour les secrétaires sa composante d’inventio au profit d’un usage exclusif de l’elocutio. Ces secrétaires auraient fait le constat, à ce moment-là, que le savoir humaniste était « difficilmente spendibile nelle necessità di una corte moderna » (S. Iucci, art. cité, p. 83). À cette première catégorie, les « trattati manieristi », s’ajoute selon Stefano Iucci celle des traités qui érigent le secrétaire en courtisan (il cite en exemple ceux de Panfilo Persico [1620] et de Vincenzo Gramigna [1628]). À la fin du siècle, seul Angelo Ingegneri (1594) aurait tenté de défendre la figure humaniste du secrétaire. Il est ainsi significatif que son traité ne présente aucune partie à visée pratique.

11 Cette activité est placée au cœur des premiers traités, qui se présentent en partie comme des manuels d’apprentissage de l’écriture épistolaire, à l’image du traité de Sansovino déjà cité.

12 Par exemple dans le dossier « The Social History of the Archive: Record-Keeping in Early Modern Europe », Past & Present, vol. CCXXX, supplément 11, 2016. Voir aussi I. Lazzarini, art. cité.

13 Notamment dans le traité d’Ingegneri, voir D. Fedele, Naissance de la diplomatie moderne (XIIIe-XVIIe siècles) : l’ambassadeur au croisement du droit, de l’éthique et de la politique, Baden-Baden, Nomos, 2017, p. 115.

14 A. C. Fiorato, art. cité, p. 134.

15 Comme le souligne Stefano Iucci, la fin du règne des secrétaires est marquée par la publication du dernier traité les concernant (Michele Benvenga, Proteo segretario, 1689), mais aussi, paradoxalement, par la création en 1698 de l’Accademia dei Segretari. Voir S. Iucci, art. cité.

16 R. Gorris Camos éd., op. cit. Il est qualifié d’ange, ce qui a donné son titre à l’ouvrage, mais aussi de colombe, de poulpe, de caméléon, de Janus à deux têtes et de bien d’autres métaphores encore.

17 N. Machiavel, Opere di Niccolò Machiavelli, vol. III : Lettere familiari, F. Gaeta éd., Turin, UTET, 1984, p. 86.

18 N. Machiavel, Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli: Legazioni. Commissarie. Scritti di governo, vol. II (1501-1503), D. Fachard et E. Cutinelli-Rèndina éd., Rome, Salerno Editrice, 2003, p. 357.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giorgio Bottini et Fiona Lejosne, « Introduction », Laboratoire italien [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 24 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3342

Haut de page

Auteurs

Giorgio Bottini

Université Paris 2 Panthéon-Assas, Institut Michel Villey • Docteur en philosophie, Giorgio Bottini a soutenu en novembre 2017 une thèse consacrée à l’influence du droit romain et du droit canon sur la pensée politique de Nicolas Machiavel. Ce travail de thèse a pour titre Mœurs et coutume chez Machiavel et a été élaboré en cotutelle entre le département de philosophie du droit de l’université de Naples Frédéric II et le laboratoire Triangle de l’ENS de Lyon (UMR 5206). Actuellement, il est ATER en philosophie du droit au sein de l’université Paris 2 Panthéon-Assas et membre de l’Institut Michel Villey. Il a consacré différents travaux à la relation entre la tradition juridique médiévale et la pensée politique moderne : « Entre mœurs et corruption. Machiavel, la langue du droit et la politique de la force », dans Entre nature et histoire : mœurs et coutumes dans la philosophie moderne (Classiques Garnier, 2017) et « “La coniettura dell’animo e delle cose”. Il modo machiavelliano della prova e del giudizio in condizioni d’incertezza », Quaderni materialisti, no 16, 2018.

Articles du même auteur

Fiona Lejosne

Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle • Fiona Lejosne, agrégée d’italien et docteure en études italiennes, est maîtresse de conférences à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2016 auprès de l’École normale supérieure de Lyon au sein du laboratoire Triangle (UMR 5206), porte sur le géographe et secrétaire vénitien Giovanni Battista Ramusio (1485-1557) et sera prochainement publiée dans une monographie aux éditions Droz (Genève). Ses travaux les plus récents continuent à explorer les rapports entre publications géographiques et enjeux politico-économiques dans la péninsule italienne, tout en traitant des figures d’acteurs intermédiaires du monde politique italien de la première modernité (« “Negotiare, servire, et tener secrete le cose negotiate, et scritte”. Le memoriale de Giovanni Carlo Scaramelli (1550-1608), secrétaire d’ambassade vénitien », dans Ambassades et ambassadeurs en Europe (XVe-XVIIe siècles), J.-L. Fournel et M. Residori éd., Droz, 2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page