Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Machiavel et les formes du conseil politique face à la catastrophe

Machiavelli e le forme del consiglio politico di fronte alla catastrofe
Machiavelli and the forms of political advice facing disaster
Corinne Manchio

Résumés

La question du statut des secrétaires dans la péninsule italienne pendant les guerres d’Italie est ici posée par le biais de celle du conseil politique dans la correspondance diplomatique et administrative de Machiavel (1498-1512). Il s’agit de mener une analyse sémantique des usages de « consiglio » par le biais de l’outil d’analyse textuelle Machiato. À partir des relevés d’occurrences, nous présentons nos résultats en trois temps : le problème du conseil face à l’inédit de la situation (omniprésence du danger et pratique chorale du conseil), l’affirmation d’un ancrage réaliste du conseil (nécessité et occasion) et enfin, la tension entre la vocation pratique et l’aspiration théorique du conseil (la règle).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D. E Queller, The Office of Ambassador in the Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, (...)
  • 2 G. Muto, « Prefazione », dans Essere uomini di «Lettere»: segretari e politica culturale nel Cinqu (...)
  • 3 Voir notamment A. C. Fiorato, « Grandeur et servitude du secrétaire : du savoir rhétorique à la co (...)
  • 4 R. Black, « Machiavelli, servant of the Florentine republic », dans Machiavelli and Republicanism, (...)
  • 5 J. M. Najemy, « The controversy surrounding Machiavelli’s service to the republic », dans Machiave (...)
  • 6 R. Ridolfi, Vita di Niccolò Machiavelli, Florence, Sansoni, 1969 [1954], p. 156 : « Ma perché in t (...)
  • 7 Voir J. M. Najemy, « Machiavelli in the chancery », dans The Cambridge Companion to Machiavelli, C (...)

1Au début du Cinquecento, on assiste à l’essor de la figure du secrétaire non plus associée à la personne des seigneurs, mais à l’administration des États1. Ce nouveau type de fonctionnaire, dont les contours sont encore mal dessinés, au sein de bureaucraties elles-mêmes en développement, semble s’enraciner dans une zone grise. En effet, ils ne sont pas nettement identifiables au vu de leurs origines sociales et de leur parcours (même s’il est clair qu’ils n’appartiennent pas à la grande noblesse, aux oligarques et autres patriciens) ; leur identification s’obscurcit encore par leur position d’intermédiaire, de prête-nom, de représentant de structures collégiales et de supérieurs hiérarchiques qui seuls peuvent signer de leur nom, ou au nom de leurs institutions. Toutefois, comme le souligne Giovanni Muto, dans la préface de l’ouvrage Essere uomini di «Lettere», la figure du secrétaire ne saurait être réduite à celle d’un scribe silencieux2. Partant de ce constat, de nombreux travaux ont interrogé ce statut émergent. Même si Machiavel se situe dans une période antérieure à celle que la critique a perçue comme le moment de l’essor des secrétaires et plus précisément des tentatives de réflexion théorique et normative sur leur statut3, la question de son autonomie vis-à-vis de la seconde chancellerie florentine a déjà été posée. Celle-ci s’est essentiellement déployée en suivant deux fils étroitement liés : d’un côté, les conditions concrètes d’exercice de celui qui, sans jamais avoir le titre d’ambassadeur, a toutefois effectué des missions importantes ; de l’autre, la question de la neutralité du secrétaire et de son lien avec le régime qui a favorisé son élection et qu’il a servi pendant quatorze ans. Dans son article intitulé « Machiavelli servant of the Florentine republic », Robert Black4 a posé l’image d’un Machiavel simple fonctionnaire, extérieur à toute prise de position politique, conformément aux traditions de la chancellerie florentine. On retrouve le même type de perspective dans le travail de John M. Najemy5 qui, tout en insistant sur le caractère déterminant de cette période, est resté prudent. Ce type de position est en définitive assez proche de la méfiance dont témoignait déjà Roberto Ridolfi6 : le statut de fonctionnaire, et donc de subalterne, associé à la longue tradition de la neutralité des chanceliers florentins, s’ajoute à la réticence à considérer, voire à attribuer, des textes jugés pauvres au niveau théorique, pour concourir à fragiliser l’intégration de ce matériel dans l’analyse de la production machiavélienne7. D’une certaine façon, les débats sur l’autonomie des secrétaires et la prudence des critiques sur cette question rendent compte de cette difficulté à appréhender non seulement la nature de leur statut, mais également la place et la nature de leurs écrits.

  • 8 N. Machiavel, Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli: Legazioni. Commissarie. Scrit (...)
  • 9 Voir la synthèse éclairante sur l’évolution de la lettre de chancellerie en Italie de F. Senatore, (...)
  • 10 Se reporter à E. Cutinelli-Rèndina, « Lettere diplomatiche », dans Machiavelli: enciclopedia machi (...)
  • 11 P. Villari, Niccolò Machiavelli e i suoi tempi, illustrati con nuovi documenti, Milan, Hoepli, 189 (...)
  • 12 G. Cadoni, « La formazione del pensiero politico di Machiavelli », Il Pensiero Politico, vol. XXXI (...)
  • 13 D. d’Errico « “Che si tenessi l’arco teso”. Conditions et fondements d’une science de l’action dan (...)

2La question du statut du conseil politique est ici posée au prisme de la correspondance diplomatique et administrative machiavélienne telle qu’elle a été publiée dans l’Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli: Legazioni. Commissarie. Scritti di governo8, qui a permis de synthétiser la diversité et la complexité de ce type de documents et d’offrir un panorama clair de la « machine » administrative et de l’activité de chancellerie. Le corpus se compose à 85 % de lettere d’ufficio9 (1891 lettres sur 2214), qui rendent compte de l’activité « par défaut » du Secrétaire florentin, interrompue par une cinquantaine de missions et par son implication dans la création d’une milice florentine (à partir de 1505). Les Commissarie (lettres rédigées à l’extérieur du palais de la Seigneurie mais dans le dominio) attestent de 27 missions sur le territoire florentin (ce qui ne signifie pas qu’il n’y en ait pas eu d’autres), missions dont on ne conserve souvent que la lettre patente ou la missive qui la décrit. Enfin, les lettres de légation10, sous-corpus le plus étudié notamment parce qu’il permet d’écarter, ou tout au moins d’atténuer, le problème de l’autonomie rédactionnelle11, rendent compte des 26 missions confiées à Machiavel en tant qu’assistant (qui rejoint un ambassadeur déjà présent) ou intérimaire (en attendant l’arrivée du diplomate), et parfois comme suppléant ou substitut (en cas de problème de santé dudit ambassadeur). Comme nous le verrons, la perspective machiavélienne des Legazioni. Commissarie. Scritti di governo (LCSG) est, avant toute chose, conditionnée par un moment de rupture. En tant que telle, elle impose de penser de nouvelles façons d’agir et des principes alternatifs d’ordonnancement et d’action du monde politique12. Comme le souligne Dora d’Errico à propos des consulte et des pratiche, il est nécessaire de discuter l’idée d’une « science de l’action » et de « s’interroger sur ce que pouvait bien signifier “agir”, en tant qu’impératif et en tant que champ de réflexion et d’analyse, pour des hommes simultanément placés aux premières loges des drames politiques du temps, et assignés à une fonction politique ambivalente, le conseil »13.

La catastrophe : le problème du conseil face à l’inédit

Lo esemplo dello anno passato e la qualità de’ tempi che corrono ci fanno dubitare d’ogni cosa e credere ogni relazione che ci è fatta dove si dimostri alcuno imminente periculo. (LCSG II 364)

  • 14 Voir F. Gilbert, Machiavelli e Guicciardini: pensiero politico e storiografia a Firenze nel Cinque (...)
  • 15 Dépouillement effectué avec l’outil d’analyse textuelle Machiato. Pour une présentation de cet out (...)

3Cette première citation, tirée d’une missive rédigée par Machiavel en mai 1501 à l’intention du capitaine de Borgo San Sepolcro Piero Cambi, est emblématique de l’état d’esprit dans lequel semblent se trouver les émissaires florentins comme leurs interlocuteurs. La première phase des guerres d’Italie a déjà considérablement marqué les esprits et ainsi les façons d’agir. La conscience du periculo est simultanément perçue comme une routine et un horizon pour l’action ; elle est à la fois le résultat d’un passé relativement récent et inopérant, et l’attribut de temps présents inquiétants. Ses effets sur les façons d’envisager l’action sont donc inévitables : le cours des événements (souvent subi) et toute démarche active sont envisagés dans un climat de grande précarité où le doute et la crainte d’une nouvelle menace sont omniprésents14. Le dépouillement des 251 occurrences issues de la famille periculo15 permet de révéler une tension constante qui nous ramène aux spécificités de l’écriture machiavélienne : malgré la crainte du danger, il faut analyser l’évolution de chaque situation et coordonner l’action. Cette tension s’articule le plus souvent à partir de deux injonctions contradictoires : d’un côté, l’exhortation à prendre des risques et à faire passer la survie de la cité avant ces craintes et, de l’autre, le rappel constant de la dangerosité de chaque entreprise. Ainsi, la témérité est parfois vantée comme une qualité du citoyen modèle ou du chef militaire. En réalité, ces cas servent de pendant à un autre type de discours développé systématiquement en parallèle : si le Secrétaire rappelle que le danger est omniprésent, il insiste toutefois sur la nécessité d’éviter de plonger les hommes dans une peur paralysante et de leur donner suffisamment de courage pour agir. Or, si l’on observe l’ensemble des occurrences de periculo, une telle sollicitation peut sembler fort contradictoire dans la mesure où l’on n’encourage l’action qu’à condition que son succès soit garanti et sans risques… et donc très rarement. L’adjectivation renforce cette idée puisque, hormis dans les cas de senza periculo et meno pericolo (clairement minoritaires), tous les adjectifs accentuent le caractère dramatique et périlleux de l’action : le danger est ainsi continuo, estremo, grande, grandissimo, grave, imminente, maggiore, ou urgentissimo. Et si periculo est associé à un autre terme en binôme, ce dernier sera toujours négatif, alimentant ainsi l’idée d’une époque défavorable à toute action, à l’instar de danno, disagio, disordini, dubbio, fatica, preiudizio, ruina, spendio. Le danger apparaît ainsi comme le principe à partir duquel tous les conseils sont pensés puis dispensés. La dégradation de la parole donnée constitue un second topos qui met à mal le statut du conseil. La dichotomie entre les mots et les actes est monnaie courante : « in questi tempi si dice spesso una cosa e fassene un’altra » (III 81, SG envoyée le 17/06/1503 au capitaine de Cortone). Deux sources d’informations s’opposent nettement et sapent les efforts de compréhension et de prévision. Les actes, incontestables, s’opposent ainsi aux manœuvres diplomatiques et aux déclarations d’intention. En d’autres termes, les parole, le ragionare et les pratiche, du côté de la paix, se heurtent au réel, c’est-à-dire à l’agitation constante en coulisse visant à pouvoir agir en cas de conflit.

  • 16 Nous avons exclu les occurrences de consiglio lorsqu’il s’agit du nom d’un organe de gouvernement (...)

4Dans un tel contexte, que nous apprennent les occurrences de consiglio16 ? Si l’on s’attarde dans un premier temps sur les lettres de chancellerie (219 occurrences sur 291), on peut dégager trois éléments récurrents. Le conseil est une forme de pratique chorale de la politique : les usages grammaticaux nous en donnent déjà un indice dans la mesure où plus de 70 % des formes sont soit à la forme réfléchie (consigliarsi, consigliandosi, consigliarci, consigliarti), soit associées à un complément circonstanciel d’accompagnement (con, seco, insieme) ; dans ces cas, consigliarsi se rapproche sémantiquement du verbe s’entretenir (de fait, le verbe abboccarsi n’est jamais loin). En second lieu, le champ sémantique le plus fréquent dans le voisinage proche des occurrences est celui de la réflexion (confermare, consenso, considerare, deliberare, esaminare, giudicare-iudizio, ingegnarsi, intendere, pensare). Toutefois, ce dernier s’insère systématiquement dans des discours ancrés dans la pratique, à la fois entendue comme discours sur l’expérience (esperienza, maturità) et comme analyse concrète de la faisabilité de l’action (essere in sul fatto, fondare-fondarsi, frutto, governare-governarsi, impresa, in pratica, opera, particulare, pratico, procedere, riuscibile).

II 138 [16/09/1502] Farai, dunche, di essere prudente, come si richiede a chi si truova in un simile luogo, perché molte cose occorrono ogni dì, che non si potendo da noi intendere se non fatte che le sono, è necessario totalmente vi si adoperi el consiglio e la prudenzia di chi è in sul fatto.

V 446 [27/07/1506] E tutto quello che tu ne ritraessi ce lo scriverrai particularmente, acciò che più particularmente ci possiamo consigliare e dipoi a te commettere come te ne abbi a governare.

5Les deux citations précédentes, issues de missives adressées respectivement à Bartolomeo Tedaldi, à Livourne, et à Pier Francesco Tosinghi, à Modigliana, mettent en lumière le même type d’ancrage du conseil, à la fois empirique et propre à une situation précise. Par le biais de la prudence s’articule ainsi un « mécanisme du conseil », sorte de dispositif complexe qui tient compte d’une temporalité radicale (le conflit permanent) et lui oppose celle de l’immédiateté et du micro-événement dont la compréhension relève, d’une part, du recoupement de sources particulières en vue d’une analyse commune et, d’autre part, engage la valeur du conseil lui-même.

  • 17 Voir la lettre VI 250.
  • 18 Comme l’indique la lettre patente III 212 : « Noi mandiamo a stare costì fino alla elezione del nu (...)
  • 19 Sur cette légation, se reporter à P. Carta, « Niccolò Machiavelli e il giudizio politico: dalla le (...)

6Si l’on observe ensuite les occurrences issues des lettres de légation, on constate que celles des missives de France sont les plus riches (en nombre et en variété des formes). Toutes tournent autour de la figure des conseillers du roi et se conjuguent avec d’autres termes tels que avvisi et deliberazioni (et dans une moindre mesure ricordi). Dans certains cas, consigliare semble avoir un sens proche (et dépréciatif) du verbe influencer17, certainement à cause des conseillers français perçus négativement par les Florentins. Si, lors des deux missions romaines pendant lesquelles Machiavel « indirizzerà e consiglierà secondo il bisogno della città »18, les usages rappellent ceux des Scritti di governo (SG), à l’exception d’une tendance plus marquée à citer nommément des personnes de confiance (et non plus des anonymes au sein d’une masse), on constate que c’est pendant la première légation auprès de l’empereur19 que les occurrences (notamment leur voisinage proche), et ainsi le sens du conseil, se singularisent.

VI 84 [22/03/1508 à Innsbruck] e di nuovo dico che di tale cosa non credo posserne intendere nulla di certo sed non dopo il fatto [...] E prima iudicare non si può; farassi ora questa dieta con la deliberazione della quale io mi consiglierò, e con l’altre cose che giornalmente si udiranno e vedranno.

VI 94 [08/06/1508 à Trente] Però di nuovo dico a* vostre Signorie *che io non misurerò queste cose se non con l’occhio, e con quello vedrò mi consiglierò; perché avendosi a iudicare in arcata sta meglio* a vostre Signorie *che a me.

  • 20 Voir M. Martelli, « Prosa cancelleresca », dans Machiavelli senza i Medici (1498-1512): scrittura (...)

7Il semble que la grande confusion qui règne soit proportionnelle à la multiplication des conseils et des figures qui les incarnent (capitani, consigliere, oratore, secretario, vescovo), mais également à l’élaboration d’une prose plus réflexive, davantage du côté de la déduction analytique20. Le conseil devient ainsi le pendant des événements qui s’enchaînent. Comme l’écrit le Secrétaire durant sa seconde mission auprès de César Borgia : « non so ora quello seguirà, perché pare ragionevole in su questo nuovo accidente fare nuovo consiglio » (II 319, 20/12/1502). Le conseil n’est donc pas tant l’application d’une règle définitive pour l’action, mais semble plutôt se construire comme le résultat d’une synthèse pratique et provisoire.

Le conseil politique : un réalisme radical (necessità et occasione)

  • 21 I. Lazzarini, Communication and Conflict: Italian Diplomacy in the Early Renaissance, 1350-1520, O (...)
  • 22 A. Fontana, « Fortune et décision chez Machiavel », Archives de Philosophie, vol. LXII, no 2, 1999 (...)
  • 23 Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, La grammaire de la République : langages de la politique ch (...)
  • 24 C. Vivanti (dans N. Machiavel, Ritratti e rapporti diplomatici, C. Vivanti éd., Rome, Editori Riun (...)
  • 25 A. Guidi, Un segretario militante: politica, diplomazia e armi nel Cancelliere Machiavelli, Bologn (...)

8Au sein des LCSG, l’expérience quotidienne devient alors la condition du perfectionnement d’un savoir-faire et la matière première nécessaire pour disposer d’une vue d’ensemble de la situation. À partir de la description minutieuse du concret, du tangible, le conseil s’apparente alors à une tentative de simplification21 et se conjugue paradoxalement au présent, consolidant une perspective réaliste qui vise à assurer la faisabilité et l’efficacité de l’action. En effet, il ne se fonde que rarement sur des références passées et semble plutôt s’enraciner dans le présent (ou passé récent) et tendre vers la prise de décision22. En effet, l’idée d’une fixation des conditions de l’action paraît impossible : il faut penser chaque situation comme inédite et progresser par conjectures successives23. L’événement est la matière première des missives, chaque épisode, chaque accident y est méticuleusement rapporté et replacé dans le maillage dense du cours de l’histoire. Or, la sélection des informations à transmettre et la réécriture des événements constituent déjà en elles-mêmes une interprétation politique des événements24 et de leurs possibles causes et conséquences ; ces interventions représentent donc déjà une forme de suggestion25, si ce n’est, parfois, d’avertissement.

  • 26 Necessità apparaît 21 fois et necessario 40.
  • 27 Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, La grammaire de la République, op. cit., chap. X, p. 263-27 (...)

9Dans certaines circonstances (situation bloquée, absence de réaction, occasion inattendue), les missives revêtent doublement leur fonction d’écriture performative : elles ne font pas que transmettre des ordres, mais tentent de bousculer l’inertie causée par la peur du danger. Le conseil est alors exprimé au moyen de différents expédients rhétoriques, à commencer par celui de la nécessité : « la necessità mostra quello si debba fare ». Cette citation de Lorenzo Lenzi, issue du procès-verbal d’une consultation du 26 juin 1499, introduit une idée récurrente au sein de notre corpus, à savoir celle de la nécessité26, qui s’exprime à travers 782 occurrences. Il s’agit d’un argument performatif dans la mesure où il détermine, au sein de la missive, ce qu’il est bon de faire, comment et dans quel but27. Au désir d’un légat, Tommaso Capponi, qui se trouve à Lucques et qui souhaiterait quitter le lieu de sa mission pour rentrer à Florence, on oppose la nécessité de s’y maintenir jusqu’à la fin de celle-ci. Aucun autre argument n’est mobilisé. Toutefois, la necessità renvoie dans la majorité des cas à un besoin indispensable qui relève de contraintes logistiques, replaçant ainsi au centre la dimension technique et matérielle de l’action, primordiale pour mener à bien une entreprise : « a venire a la espugnazione di cotesti nostri rebelli, ci pare dovere preparare quanto si può le cose necessarie a tale espugnazione, fra le quali sono gabbioni e graticci » (I 237). Dans cette missive du 6 juin 1500, il est question du besoin de clayons et de gabionnages : les occurrences de necessità sont, de fait, souvent associées à un lexique technique, qui traduit tous les moyens matériels permettant d’assurer la sécurité d’un lieu, mais également au champ lexical du bien-être des soldats. À titre d’exemple, deux lettres issues de la mission sur le front pisan datées du 10 et du 23 juin 1500 montrent comment les provisions de vin et les vivres rentrent pleinement dans une nécessité stratégique : négligées, elles pourraient conduire à la défaite. Cette nécessité est alors à mettre en lien avec le conseil entendu comme capacité de s’adapter à une situation : on « juge » de ce qui est nécessaire, on en donne une appréciation.

  • 28 I 177 : « tale tardezza la aveva generata la necessità ».
  • 29 IV 173 : « E avendoti a levare, ti leverai con manco tumulto, più ordinatamente e con più onore po (...)
  • 30 A. Matucci, « Le parole del personaggio. Il discorso diretto nelle legazioni di Machiavelli », dan (...)
  • 31 I 275 : « Pure ad ogni modo stimiamo li oratori, comunche si venghino, essere necessarii e per gio (...)
  • 32 S. Bertelli, « Machiavelli e la politica estera fiorentina », dans Studies on Machiavelli, M. P. G (...)

10La nécessité comme contrainte est souvent étroitement liée à la question des temporalités de l’action, à cette nécessité des temps, parfois utilisée comme prétexte (« un tel retard, c’est la nécessité qui l’avait fait naître »28) et qui se traduit par l’emploi immodéré de termes tels que celerità et diligenzia, subito et presto. Si certaines occurrences associent la nécessité à un temps de réflexion, on constate que les usages des formes du substantif la relient à la contrainte. La nécessité se fait alors l’indice d’une mauvaise stratégie politique et s’oppose à l’elezione, à la volontà et même à la raison29. En somme, le bon politique est celui qui choisit et le bon conseil permet au décisionnaire de choisir ou de donner l’impression qu’il est en mesure de le faire (et donc qu’il n’est contraint ni par ses ennemis, ni par les événements). Peu à peu, on constate que Machiavel ose à de nombreuses reprises enjoindre à ses supérieurs de suivre son point de vue par le biais du syntagme « è necessario che » : la nécessité comme contrainte et comme urgence bouscule même le respect de la hiérarchie. Elle s’impose comme une donnée centrale des raisonnements, une conséquence tirée de l’observation, qui permet d’adapter sa stratégie. Selon les mots de Piero Popoleschi, que Machiavel fait le choix de retranscrire30 au cours d’une assemblée consultative, « la necessità insegna » (IV 432, 27/05/1505). Mais, si l’on refuse de considérer cet enseignement, les stratégies sont alors aveugles : au terme de dizaines de demandes concernant la venue des ambassadeurs en France31, Machiavel conclut « mi pare tanta necessaria la loro venuta, che io non mi curo per ogni fante che si spaccia infastidire vostre Eccelse Signorie di questa medesima materia » (I 288, 08/10/1500). On constate le même type de stratégie lors de la troisième légation en France, au moment où le Secrétaire doit manœuvrer entre le souverain qui exige un engagement militaire de Florence et l’immobilisme, voire le mutisme, de la Seigneurie, qui repousse l’arrivée des ambassadeurs32.

VI 263 [09/08/1510 à Blois] conviene vi risolviate presto; e perché io non basto a cominciare e’ ragionamenti di sí grave faccenda, bisognerebbe che all’Imbasciadore per il cammino ne facessi dare commessione; e sollecitatelo perché sappia quello abbia a ragionare di queste pratiche, acciò che non giunga qua al buio senza saperne l’animo vostro; e che egli possa dire sí e no presto, perché le non aspettano tempo.

VI 264 [09/08/1510 à Blois] Né io ho fatto per altro questo discorso a vostre Signorie sed non perché voi ’ntendiate tutto quello si iudica per questi che sono qua: acciò che trovandoci cosa a proposito per la città vostra possiate instruirne presto lo Imbasciadore, acciò possa con la autorità vostra e sua entrare in quelli meriti che vostre Signorie iudicheranno a proposito per la loro libertà.

VI 277 [24/08/1510 à Blois] E però ci si corre per vostre Signorie pericolo in piú modi: sí che sollecitate lo ’mbasciadore.

11Le crescendo du ton employé par Machiavel dans ces trois lettres est saisissant : alors qu’il respecte les limites imposées par sa position de subalterne dans le premier exemple, son propos est plus affirmé dans le second et s’apparente à un conseil. Le dernier exemple contraste radicalement avec les précédents : plus de fioritures mais une demande sèche qui s’apparente davantage à une injonction (avec l’utilisation de l’impératif). En ce sens, il n’est pas anodin de constater que dans cette écriture où l’hypothèse est reine, ce qui se traduit notamment par la surreprésentation du conditionnel et du subjonctif, les occurrences de necessità sont davantage commandées par des verbes au présent de l’indicatif. La nécessité permet dès lors de fournir un dispositif contraignant au conseil en s’imposant comme un repère pour exprimer la certitude quant à la conduite à adopter.

12L’usage que fait Machiavel des 162 occurrences d’occasione est à cet égard intéressant : on constate de façon claire et sans surprise que l’occasion est étroitement liée à la question de l’action, mais c’est l’utilisation du motif de l’occasion comme moyen de pression pour inciter ses supérieurs à agir qui semble particulièrement intéressante.

I 244 [29/06/1500 sur le front pisan] il che mi pesa tanto più quanto più importa, veggendo uno periculo e una ruina da non ci potere rimediare sanza presta e galiarda provisione. E però alle Signorie vostre piaccia subito subito provedere, acciò che questo mancamento nostro non dia loro occasione e scusa contro al bisogno nostro.

II 184 [04/07/1502, SG] nello scrivere e attendere risposta potresti perdere qualche volta occasioni da non le riacquistare poi […].

  • 33 III 26 : « ci danno più speranza e desiderio di non perdere l’occasione [...] » ; III 329 : « mole (...)
  • 34 V 35 : « non perdere alcuna occasione in su questa vittoria fresca » ; V 38 : « è bene non lasciar (...)
  • 35 J. Barthas, L’argent n’est pas le nerf de la guerre : essai sur une prétendue erreur de Machiavel, (...)
  • 36 C. Vivanti, « L’apprentissage de l’art politique », dans A. Fontana éd., Langues et écritures de l (...)

13Après avoir mentionné qu’il a déjà envoyé une missive seulement deux heures auparavant, Machiavel (qui écrit en tant que secrétaire du commissaire général Lucantonio degli Albizzi et peut-être même sous sa dictée) multiplie le vocabulaire de l’urgence (presto, presta, per staffetta, celerità, prestezza) associé à celui de l’instabilité (pas moins de trois occurrences de « disordini multiplicati » en quelques lignes, ruina et periculo). Dans ce cas, il s’agit de ne pas fournir une occasion aux ennemis, mais il en est de même dans le second exemple : l’articulation des thèmes de la fortune et de l’occasion tend ici à valoriser la rapidité de réaction comme condition du succès par le biais de deux métaphores (ne pas laisser refroidir la situation et ne pas laisser respirer l’ennemi). À l’impossibilité de trouver des conditions idéales pour l’action, le Secrétaire oppose une autre forme de conseil, sorte de sagesse des temps troublés, ces temps qui « courent » et imposent des réactions rapides et efficaces. C’est ce qu’illustrent les nombreuses injonctions à ne pas manquer l’occasion qui se présente, à ne pas prendre le risque du regret : « non ci profitterà el dire: “Noi potavamo fare” » (I 58, 12/10/1498, SG). Pour ce faire, Machiavel a recours à des témoignages directs, d’anonymes ou de personnages connus. L’association entre occasione et des termes positifs tels que speranza33 et vittoria34 témoigne de cette dualité de l’occasion qui, bien qu’elle soit le produit de la précarité des pratiques et des temps, offre une fenêtre d’action. L’occasion apparaît alors comme un nouvel expédient (nouveau dans son usage mais usuel dans le vocabulaire florentin) pour transposer autrement le paradigme du conseil : dans la mesure où l’épaisseur du réel déborde sa forme traditionnelle, l’occasion devient un prétexte qui permet d’introduire le conseil dans un contexte connu (le motif de l’occasion pour induire à agir). En cela, le lien étroit entre écriture et pouvoir est déterminant dans l’apprentissage politique de Machiavel. Il fait l’expérience d’une langue politique inefficace, à renouveler, afin qu’elle puisse s’adapter à cette réalité inédite et instable dont il n’existe pas d’interprétation univoque et où les solutions à apporter ne sont pas automatiques (en l’absence de modèle, et d’une expérience passée applicable à l’identique). Ces tendances de l’écriture se construisent et se développent au fur et à mesure de son expérience et permettent de placer le conseil dans une perspective ancrée dans l’efficacité35 et la rigoureuse, immédiate et systématique prise en compte du réel. L’écriture est à chaud, la pratique politique en train de se faire36 : au sein des LCSG, il n’est donc pas question de métadiscours sur ces pratiques (les mots prassi et teoria sont par ailleurs absents), mais de pratiche dont les multiples sens, liés à l’action et à la contrainte, expriment l’hétérogénéité de l’action politique, comme conseils, mises en garde, ordres et analyses. À la place du conseil politique, entendu comme règle valable de tout temps, on trouve des considérations sur la spécificité de chaque situation, sur leurs conditions « exceptionnelles » : la répétition se situe ainsi non dans le contenu en lui-même, mais dans l’exercice même de ces récapitulatifs minutieux.

  • 37 G. Sasso, Machiavelli e gli antichi e altri saggi, Milan, R. Ricciardi, 1987-1997, t. IV, p. 391 : (...)
  • 38 F. Chabod, Scritti sul Rinascimento, Turin, Einaudi, 1967.
  • 39 E. Cutinelli-Rèndina, J.-J. Marchand et M. Melera-Morettini, Dalla storia alla politica nella Tosc (...)
  • 40 G. Inglese, Per Machiavelli: l’arte dello stato, la cognizione delle storie, Rome, Carocci, 2006, (...)
  • 41 A. E. Baldini, « Tempi della guerra e tempi della politica tra Quattro e Cinquecento. Alle origini (...)

14L’articulation singulière entre les considérations pratiques, ancrées dans la conjoncture, et les formulations plus théoriques modifie inévitablement le rapport au conseil politique : à partir de l’observation rigoureuse des faits (cette volonté de « jeter le discrédit sur chaque enquête qui n’a pas pour objectif de comprendre et d’interpréter »37) et de la variabilité des événements émergent toutefois quelques références à la règle38. Cette tendance normative n’est pas le seul fait du Secrétaire : on la retrouve dans de nombreux traités du Cinquecento39. Mais c’est bien dans la figure du Secrétaire que se consolide l’émergence d’une forme innovante d’écriture diplomatique étroitement liée à deux questions interdépendantes : celle de la théorie40 et celle de l’autonomie de la politique41. La pensée de Machiavel se construit pendant une période de profonds changements qui conduisent à poser différemment la question de l’action politique. Progressivement, les fondements ontologiques et téléologiques sont mis de côté au profit d’une perspective pratique requérant des solutions techniques. La dimension politique est réduite à sa plus simple expression : la tension, le rapport de force.

Le conseil et les règles

  • 42 Voir les conclusions de F. Raimondi dans « “Necessità” nel Principe e nei Discorsi di Machiavelli  (...)
  • 43 J.-P. Genet, « Conclusion : la littérature au miroir du prince », dans Le prince au miroir de la l (...)
  • 44 Voir R. Fubini, « Politica e morale in Machiavelli: una questione esaurita? », dans Cultura e scri (...)
  • 45 Voir F. Chiappelli, Nuovi studi sul linguaggio di Machiavelli, Florence, Le Monnier, 1971 et F. Ch (...)

15L’un des points communs entre les LCSG et le Prince est d’être conçus dans une perspective unique, pratique et historique. Ainsi, cet enracinement, marqué du sceau de la contingence, altère la dimension absolue ou reproductible à l’infini du conseil42. Dans l’opuscule, Machiavel propose une casuistique illustrant chaque affirmation en la limitant à un contexte précis : la valeur d’une amitié, comme les possibilités de conserver son pouvoir, dépend des fondements sur lesquels elles reposent. Par fondement, on serait tenté de comprendre circonstance. Ces dichotomies contribuent à renforcer l’idée selon laquelle le Prince rompt avec la tradition médiévale des specula principis43 : la perspective du Florentin ne consiste pas à identifier un comportement bon mais une pratique efficace. En élevant la question de l’efficacité comme mesure de l’action, il semble déplacer son regard : ce n’est pas tant le comportement en soi qui est au centre que ses effets. L’abondance de travaux récents sur la question de la relation entre politique et morale dans la pensée machiavélienne traduit combien cette question n’est toujours pas esaurita44. Sans entrer dans les détails de tous les enjeux que recouvre cette question (dont celui de la légitimité de l’usage de la violence), nous nous limiterons à quelques observations relatives à la structure discursive et à ses implications quant au statut du conseil45. L’organisation de la matière discursive en considérations binaires tend à fournir une vision manichéenne du monde politique. Il ne s’agit donc pas d’évacuer la question morale dans l’absolu, mais d’opérer un glissement sur ce qui est sujet de moralité : il apparaît que la moralité, dans les LCSG comme dans le Prince, est celle d’un idéal de conduite dont le critère unique n’est pas la morale mais la réussite de l’action.

  • 46 J.-J. Marchand, Niccolò Machiavelli, i primi scritti politici (1499-1512): nascita di un pensiero (...)
  • 47 Voir également M. Pozzi, « Beneficio del tempo e alter espressioni sull’uso del tempo nel linguagg (...)
  • 48 N. Machiavel, De principatibus, Le Prince, J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini éd. et trad., texte it (...)

16Quelles sont les règles qui seraient au fondement des conseils prodigués dans les LCSG puis dans Le Prince ? Jean-Jacques Marchand identifie, dès les Parole da dirle sopra la provisione del danaio, facto un poco di proemio et di scusa (mars 1503), une « ricerca della legge universale »46, forme d’extrapolation du cas singulier à un problème imputable à toutes les époques et à tous les régimes. Le même constat s’applique aux LCSG : la loi universelle n’est jamais une généralisation du particulier et se construit sur des exemples précis47. Or, la forme que prennent ces formulations n’est homogène ni dans les LCSG ni dans le Prince, l’un des obstacles majeurs à l’élaboration d’une théorie demeurant le caractère inédit des événements qui bouleversent l’Italie. À première vue, les LCSG et cet extrait du Prince semblent corroborer la thèse d’un refus de la règle : « E puosselo guadagnare el principe in molti modi: e quali perché variano secondo el subiecto, non se ne può dare certa regula, e però si lasceranno indrieto »48. Or, on trouve six occurrences de regola dans les 2214 missives, toujours au singulier, dont une occurrence de regola generale sur le danger de demeurer à découvert pendant une expédition militaire. Dans les autres cas, il s’agit d’injonctions à pigliare regola buona pour mener un accord ou une action militaire. Une seule occurrence correspond à un principe, ou du moins à une règle de conduite propre au métier de l’État : « la regola di chi tiene stato e di chi lo vuole mantenere è fare ogni cosa per non destare alcuno umore che lo potessi offendere, né muovere alcuna cosa che, mossa, non la possa poi correggere a sua posta » (SG III 167 du 07/09/1503). Est-ce à dire qu’il n’y a pas de règles dans les LCSG ? Non, car l’absence de règles absolues ne signifie pas qu’il n’y ait pas de tentatives de réglementation de l’agir politique. Nous avons relevé une série de termes, tels que universale, ogni uomo ou errore (89 occurences), derrière lesquels se trouve, en filigrane, l’expression d’une règle, à savoir des modèles d’action à reproduire dans des situations spécifiques. Ces formulations découlent toujours d’une situation concrète et visent à maximiser l’efficacité de l’action. Il s’agit en quelque sorte d’avertissements, de mises en garde qui naissent de l’observation et de l’expérience. En outre, il est parfois possible de discerner des maximes, proches de ce que nous pourrions appeler une sagesse politique, se fondant sur la pratique ou, plus rarement, sur des modèles vertueux :

I 125 [26/01/1499, SG] E nessuna cosa ha fatto e gli antichi e e’ moderni capitani eccellenti se non la celerità, perché l'importa assai, anzi importa el tutto el non lasciare assicurare el nimico […].

I 191 [13/09/1499, SG] Ma perché egli è necessario provedere più tosto al futuro. che avere rispetto alle cose passate, non vi sendo alcuno rimedio, v'imponiamo [...] di tenere a mente dove tale naufragio seguissi, acciò che, possendo fare impresa di ripescarle, si sappia el luogo appunto dove sono rimaste […].

II 380 [10/04/1503, SG] in questi tempi e’ peccati veniali sono mortali, e che egli è bene tôrre animo ad ogni uomo di errare etiam nelle minime cose […].

IV 161 [05/10/1504, SG] gli errori che nascessino da alcuno de’ tuoi saranno imputati a te.

IV 368 [11/04/1505, Cortone] li òmini debbono fare ogni cosa per non si avere mai ad iustificare perché la iustificazione presuppone errore o opinione d’esso […].

17Les deux premières citations montrent une ambiguïté constitutive des LCSG : même si les capitaines élevés au rang de modèles sont bien les modernes et les anciens, il n’en demeure pas moins que la majorité des conseils prodigués marquent une rupture vis-à-vis d’un passé perçu comme inopérant. Et c’est ce qu’affirme le second extrait issu d’une lettre adressée aux commissaires du campement contre Pise, à la suite du fâcheux « épisode » du naufrage des munitions : en l’absence de « remède », « il est nécessaire de veiller au futur plutôt que de considérer les choses passées ». Et c’est cette même projection vers le futur que l’on perçoit dans les trois derniers exemples : il ne faut jamais laisser grandir les indices d’un désordre à venir.

  • 49 I 57 : « conforteremovi ad abbondare in diligenzia del tenere spie doppie in detti campi per poter (...)
  • 50 I 223 : « stare vigilanti e fare buone guardie, come si richiede ne’ tempi di guerra ».
  • 51 I 103 : « Tu sai quanto in queste occorrenzie e qualità di tempi importi farsi amare da’ sudditi n (...)
  • 52 Voir J.-J. Marchand, « Ambiguïté du discours du pouvoir dans les premiers écrits de Machiavel », d (...)
  • 53 G. Bàrberi Squarotti, Machiavelli o la scelta della letteratura, Rome, Bulzoni editore, 1987, p. 2 (...)
  • 54 G. Bàrberi Squarotti évoque « una visione progettuale e teorica della politica » (ibid., p. 32) ; (...)
  • 55 Voir D. Fachard, « Machiavel et Vettori en Todescheria », Cahiers de la Méditerranée, no 78, 2009, (...)
  • 56 R. Ridolfi, Vita di Niccolò Machiavelli, Florence, Sansoni, 1978, p. 6 : « Il passaggio dall’esper (...)

18Au-delà des occurrences de regula, les règles transparaissent par le biais de couples antithétiques tels que passato / presente, particularmente / universalmente, privato / pubblico, in sul fatto / discosto. Ces derniers replacent chaque affirmation, chaque situation dans le faisceau des conditionnements qui les détermine. Le champ sémantique de la nécessité (necessario e utile49, richiedere50, importare51) apparaît comme la source unique des règles qui s’appliquent systématiquement soit aux conditions matérielles d’efficacité de l’action, soit à la nature humaine alimentant une méfiance constante vis-à-vis des hommes et une ambivalence constitutive du pouvoir52. Comme le souligne Giorgio Bàrberi Squarotti dans son analyse de la légation du Secrétaire en France, il s’agit donc de proposer une « carte des devoirs et des comportements » et non d’abandonner toute dimension morale53. Car, en dernière analyse, la question du conseil, y compris par le truchement de celle de la règle, implique de penser la place de la théorie mais également celle de l’éthique : on conseille ce qu’il est « bon » de faire. Or, sans abandonner la question de la théorie politique54, sans jamais nier le statut de laboratoire de la pensée machiavélienne des LCSG55 (de nombreux travaux en ont souligné la dimension déjà théorique), il semblerait que le centre de gravité se soit déplacé du « bon » au « faire » dans l’expression des leçons de l’expérience de chancellerie, par le biais de constructions syntaxiques, mais également de maximes et de sentences générales que l’on retrouvera dans l’opuscule56.

Conclusion

  • 57 J.-L. Fournel, « Temps de l’écriture et temps de l’histoire dans les écrits de gouvernement de Mac (...)
  • 58 IV 295 : « E perché in questi tempi è bene intendere le qualità di chiunque va attorno, t’imponiam (...)
  • 59 C. Ginzburg, « Machiavelli, l’eccezione e la regola: linee di una ricerca in corso », Quaderni sto (...)

19Les formes du conseil s’insèrent ainsi dans une écriture qui ne repose pas sur une perspective théorique mais sur des expériences pratiques et collectives. Le lien entre l’écriture et l’action politique se fonde et se construit pendant cette période où Machiavel constate quotidiennement que « les mots sont devenus des faits »57. La langue est ainsi conditionnée par un double rapport au réel : elle est performative, car les mots ont pour but ou pour ambition de modifier les événements ; mais elle est aussi malléable, car elle enregistre la variabilité des conditions de l’action. La singularité du statut du conseil se joue alors peut-être dans l’articulation (ou la tension) entre considérations historiques et perspectives théoriques et se resserre autour de la question de la nécessité et de la contingence de l’action. En outre, le truchement nécessaire de la question de la règle permet de mettre au jour un double mouvement qui va soit de la pratique à la règle (certaines affirmations exprimant ce qu’il est bon de faire sans condition de temps ou in ogni tempo58), soit de la règle à la pratique, faisant osciller cette dernière du statut de prémisse à celui de déduction. En d’autres termes, la pratique, du côté de l’inédit, de l’exception, devient une forme de règle et, comme le soulignait déjà Carlo Ginzburg, « la riflessione politica di Machiavelli verte tanto sull'eccezione quanto sulla regola: ma soprattutto verte sulla tensione tra questi poli »59. Comme pour la règle, on pourrait ainsi voir dans les différentes expressions du conseil que dessinent les LCSG un mouvement non linéaire, à la fois radical dans ce qu’il exclut et parfois tâtonnant dans ce qu’il exploite, centré autour d’un effort commun de synthèse de ce que l’on voit, entend et comprend d’une situation en vue de l’action. Une opération profondément pragmatique dans laquelle le conseil joue un rôle à la fois prescriptif (énoncer ce qu’il est bon de faire) et normatif (dégager des lois et des principes permettant de « juger » les comportements politiques).

Haut de page

Notes

1 D. E Queller, The Office of Ambassador in the Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 1967, p. 26-59 ; G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, New York, Dover Publications, 1988 [1955].

2 G. Muto, « Prefazione », dans Essere uomini di «Lettere»: segretari e politica culturale nel Cinquecento, A. Geremicca et H. Miesse éd., Florence, Franco Cesati, 2016, p. 21: « In questo apparente declinare della grande stagione segretariale, non sembra del tutto convincente la riduzione di tale figura a quella del servitore con la consegna del silenzio che scrive esclusivamente sotto dettatura ».

3 Voir notamment A. C. Fiorato, « Grandeur et servitude du secrétaire : du savoir rhétorique à la collaboration politique », dans Culture et professions en Italie (fin XVe-début XVIIe siècles), A. C. Fiorato éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 133-184 et «Il segretario è come un angelo»: trattati, raccolte epistolari, vite paradigmatiche, ovvero come essere un buon segretario nel Rinascimento, R. Gorris Camos éd., Fasano, Schena Editore, 2008.

4 R. Black, « Machiavelli, servant of the Florentine republic », dans Machiavelli and Republicanism, G. Bock, Q. Skinner et M. Viroli éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 71-100.

5 J. M. Najemy, « The controversy surrounding Machiavelli’s service to the republic », dans Machiavelli and Republicanism, op. cit., p. 101-118.

6 R. Ridolfi, Vita di Niccolò Machiavelli, Florence, Sansoni, 1969 [1954], p. 156 : « Ma perché in tale collaborazione non è possibile discernere quanto a ciascuno dei due si appartenga, questa legazione in sè ha mediocre importanza per chi scrive del Machiavelli ».

7 Voir J. M. Najemy, « Machiavelli in the chancery », dans The Cambridge Companion to Machiavelli, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 39 : « By their very nature, however, Machiavelli’s dispatches offered limited scope for prolonged reflection: intensely involved as he was in the nitty-gritty of diplomatic negotiations and military maneuvers, he had little time to indulge in lengthy theoretical or historical digressions, nor did his political superiors expect such lesson from him ».

8 N. Machiavel, Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli: Legazioni. Commissarie. Scritti di governo, Rome, Salerno Editrice : t. I (1498-1500), J.-J. Marchand éd., 2002 ; t. II (1501-1503), D. Fachard et E. Cutinelli-Rèndina éd., 2003 ; t. III (1503-1504), J.-J. Marchand et M. Melera-Morettini éd., 2005 ; t. IV (1504-1505), D. Fachard et E. Cutinelli-Rèndina éd., 2006 ; t. V (1505-1507), J.-J. Marchand, A. Guidi et M. Melera-Morettini éd., 2009 ; t. VI (1507-1510), D. Fachard et E. Cutinelli-Rèndina éd., 2011 ; t. VII (1510-1527), J.-J. Marchand, A. Guidi et M. Melera-Morettini éd., 2012. Abrégés en LCSG. Il est important de rappeler que les sept volumes de notre édition de référence dévoilent un tiers des lettres dont nous disposons effectivement dans les différentes archives. Les lettres « choisies » l’ont été en vertu du respect des proportions de l’activité du Secrétaire, qui se trouvait donc essentiellement a palazzo, malgré un grand nombre de déplacements. Comme le souligne F. Senatore dans l’article « Filologia e buon senso nelle edizioni di corrispondenze diplomatiche italiane quattrocentesche », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano e Archivio Muratoriano, vol. CX, n2, 2008, p. 94-95, la publication complète de ce type de corpus est irréalisable.

9 Voir la synthèse éclairante sur l’évolution de la lettre de chancellerie en Italie de F. Senatore, « Ai confini del “mundo de carta”. Origine e diffusione della lettera cancelleresca italiana (XIII-XVI secolo) », Reti Medievali Rivista, vol. X, 2009. En ligne : [http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/article/view/4970/5550] (consulté le 27/03/2019).

10 Se reporter à E. Cutinelli-Rèndina, « Lettere diplomatiche », dans Machiavelli: enciclopedia machiavelliana, G. Sasso et G. Inglese éd., Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 2014, vol. II, p. 74-81.

11 P. Villari, Niccolò Machiavelli e i suoi tempi, illustrati con nuovi documenti, Milan, Hoepli, 1895-1897, édition corrigée, [1877-1882] : « uno dei documenti più importanti a conoscere la vita del Machiavelli sono di certo le legazioni, trovandosi in esse non solo la storia fedele di tutte le sue ambascerie, ma anche i primi germi delle sue dottrine politiche. Nondimeno esse restarono sempre assai poco lette, perché debbono necessariamente ripetere spesso le medesime cose [...] ».

12 G. Cadoni, « La formazione del pensiero politico di Machiavelli », Il Pensiero Politico, vol. XXXIX, no 2, 2006, p. 179-210.

13 D. d’Errico « “Che si tenessi l’arco teso”. Conditions et fondements d’une science de l’action dans les Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina », dans Catégories et mots de la politique à la Renaissance italienne, Categorie e termini della politica nel Rinascimento italiano, J.-L. Fournel, H. Miesse, P. Moreno et J.-C. Zancarini éd., Bruxelles, Berne, Berlin, Peter Lang, 2014, p. 118.

14 Voir F. Gilbert, Machiavelli e Guicciardini: pensiero politico e storiografia a Firenze nel Cinquecento, préface de G. Pedullà, F. Salvatorelli trad., Turin, Einaudi, 2012 [Princeton, 1965], notamment les chapitres « La crisi delle premesse del pensiero politico » et « Machiavelli ».

15 Dépouillement effectué avec l’outil d’analyse textuelle Machiato. Pour une présentation de cet outil, voir M. Lasson et C. Manchio, « Measuring the words: Digital approach to the official correspondence of Machiavelli », dans Humanities and Their Methods in the Digital Ecosystem, F. Tomasi, R. Rosselli Del Turco et A. M. Tammaro éd., New York, ACM, 2015. En ligne :
[http://dl.acm.org/citation.cfm?id=2802643&CFID=540401360&CFTOKEN=89446539ACM] (consulté le 27/03/2019).

16 Nous avons exclu les occurrences de consiglio lorsqu’il s’agit du nom d’un organe de gouvernement (on trouve surtout des occurrences de Consiglio degli Ottanta et une occurrence de Consiglio degli Anziani di Pisa, de Consiglio maggiore et de Consiglio de’ Genovesi).

17 Voir la lettre VI 250.

18 Comme l’indique la lettre patente III 212 : « Noi mandiamo a stare costì fino alla elezione del nuovo Pontefice Niccolò Machiavegli cittadino e Secretario nostro, [...] li abbiamo ordinato che parli e faccia costì, in che quella lo indirizzerà e consiglierà secondo il bisogno della città ».

19 Sur cette légation, se reporter à P. Carta, « Niccolò Machiavelli e il giudizio politico: dalla legazione di Germania al “Principe” », Il Pensiero Politico, vol. XLI, no 3, 2008, p. 314-337.

20 Voir M. Martelli, « Prosa cancelleresca », dans Machiavelli senza i Medici (1498-1512): scrittura del potere, potere della scrittura, J.-J. Marchand éd., Rome, Salerno Editrice, 2006, p. 24 : « Di solito i commentatori del Principe tendono a sorvolare su questi caratteri negativi: scordanze, cambiamenti di costruzione, sommarsi e confondersi di strutture sintattiche inconciliabili […] amano dire che Machiavelli guarda più alle cose che alle parole […] sicché tutto questo non è delle Istorie, non è dell’Arte, non è, neppure, dei Discorsi […] È, questo, invece, il modo del Principe e delle LCSG ».

21 I. Lazzarini, Communication and Conflict: Italian Diplomacy in the Early Renaissance, 1350-1520, Oxford, Oxford University Press, 2015, chap. III « Diplomacy as a practice ».

22 A. Fontana, « Fortune et décision chez Machiavel », Archives de Philosophie, vol. LXII, no 2, 1999, p. 255-267.

23 Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, La grammaire de la République : langages de la politique chez Francesco Guicciardini (1483-1540), Genève, Droz, 2009 : « Dans un cheminement non linéaire et non progressif, où existent les va-et-vient, les zigzags et les mouvements en spirale, l’ambassadeur conjugue ainsi faits, analyses et hypothèses – avvisi, ritratti et conietture – pour transformer l’information en conseil politique pouvant ensuite servir le moment venu la nouvelle rationalisation à l’œuvre dans l’historiographie » ; et J.-L. Fournel, « Au-delà de l’expérience, la conjecture et l’opinion », dans Catégories et mots de la politique..., op. cit., p. 227-242. Voir également M. Gaille-Nikodimov, P. Girard et O. Remaud, « Présentation », Laboratoire italien, no 6, 2006, p. 4 : « La signification de ce qui est perçu comme nouveau ne réside pas a priori dans la langue ordinaire et disponible. Celui qui en fait l’expérience se voit souvent contraint d’inventer une autre langue, de forger des catégories analytiques, de créer des institutions et d’imaginer des modes de l’action afin de décrypter la situation et de caractériser l’urgence du moment. La description du nouveau est prise dans le langage que l’on choisit d’employer et le système de valeurs qui lui est propre ».

24 C. Vivanti (dans N. Machiavel, Ritratti e rapporti diplomatici, C. Vivanti éd., Rome, Editori Riuniti, 2000) propose de comparer certaines missives du Secrétaire et celles de Vincenzo Quirini (ambassadeur vénitien en Allemagne au même moment que Francesco Vettori et Machiavel). Selon lui, si Quirini produit des descriptions plus détaillées, l’on n’y décèle pourtant aucun « giudizio di immediato valore politico » (p. 30-31).

25 A. Guidi, Un segretario militante: politica, diplomazia e armi nel Cancelliere Machiavelli, Bologne, Il Mulino, 2009, p. 150-151 et p. 153 : « in realtà proprio di questo si trattava: un “suggerimento” su come condurre la trattativa e su quali provvedimenti adottare […] Machiavelli dimostrava una autonomia di giudizio e una capacità analitica che andava ben oltre gli schemi generali ».

26 Necessità apparaît 21 fois et necessario 40.

27 Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, La grammaire de la République, op. cit., chap. X, p. 263-272. Il faut néanmoins nuancer les différents sens de ce mot qui relèvent parfois d’usages idiomatiques ou rhétoriques et, en fonction des cas, renvoient à des nécessités bien différentes.

28 I 177 : « tale tardezza la aveva generata la necessità ».

29 IV 173 : « E avendoti a levare, ti leverai con manco tumulto, più ordinatamente e con più onore potrai, acciò che la paia tale levata elezione e non necessità » ; V 498 : « e la necessità e non la volontà li aveva fatti confermare » ; I 165 : « Lorenzo Morelli: è nella opinione di messer Domenico; e mandisi uno o dua al Conte e vedessi di unirli per più securo partito e di manco spesa; e non si unendo si facessi per necessità quello che la ragione niega ».

30 A. Matucci, « Le parole del personaggio. Il discorso diretto nelle legazioni di Machiavelli », dans Machiavelli senza i Medici, op. cit., p. 169-182.

31 I 275 : « Pure ad ogni modo stimiamo li oratori, comunche si venghino, essere necessarii e per giovare in qualche parte » ; I 278 :« poter dirgli che li oratori fussino partiti per qui: il che è necessario » ; I 279 : « in ogni deliberazione loro è necessario che li oratori venghino » ; I 281 :« questa venuta degli ambasciadori è necessariissima » ; I 285 : « quanto sia necessario avere espediti li ambasciadori » ; I 289 : « sarebbe necessario, in questo caso, fare volare li oratori per migliorarla in qualche parte se fussi possibile ».

32 S. Bertelli, « Machiavelli e la politica estera fiorentina », dans Studies on Machiavelli, M. P. Gilmore éd., Florence, Sansoni, 1972, p. 29-72 et R. Descendre, « Francia », dans Machiavelli: enciclopedia machiavelliana, op. cit., vol. I, p. 580-583.

33 III 26 : « ci danno più speranza e desiderio di non perdere l’occasione [...] » ; III 329 : « molestare e’ Pisani per non mancare alla patria nostra di alcuna occasione per la quale si possa sperare che la si rientegri delle cose sua [...] ».

34 V 35 : « non perdere alcuna occasione in su questa vittoria fresca » ; V 38 : « è bene non lasciare perdere questa fortuna e questa occasione di riacquistare Pisa, e vendicarsi di qualche iniuria ricevuta da’ vicini nostri ».

35 J. Barthas, L’argent n’est pas le nerf de la guerre : essai sur une prétendue erreur de Machiavel, Rome, École française de Rome, 2011, p. 11 : « il est sûr qu’au cours de ces quatorze années près la chancellerie, Machiavel se rompit à l’écriture, du rapport bureaucratique à l’instruction administrative en passant par le discours politique, le conseil et le texte de loi, apprenant à manier tous les outils de l’éloquence et de la rhétorique, du paradoxe à la concession, de l’ironie à la réversion, de la métalepse à l’anacoluthe, en passant par toutes les formes sophistiques, de l’amphibologie à l’induction défectueuse ».

36 C. Vivanti, « L’apprentissage de l’art politique », dans A. Fontana éd., Langues et écritures de la République et de la guerre : études sur Machiavel, Genève, Name, 2004, p. 399-415.

37 G. Sasso, Machiavelli e gli antichi e altri saggi, Milan, R. Ricciardi, 1987-1997, t. IV, p. 391 : « volontà di mettere tra parentesi il pensiero; di gettare il discredito su ogni indagine che non si chiuda al compito di capire e di interpretare ».

38 F. Chabod, Scritti sul Rinascimento, Turin, Einaudi, 1967.

39 E. Cutinelli-Rèndina, J.-J. Marchand et M. Melera-Morettini, Dalla storia alla politica nella Toscana del Rinascimento, Rome, Salerno Editrice, 2005 ; J.-J. Marchand, « Componenti formali del discorso politico nella storiografia toscana minore del primo Cinquecento », dans Storiografia repubblicana fiorentina: 1494-1570, J.-C. Zancarini et J.-J. Marchand éd., Florence, Franco Cesati, 2003, p. 175-185.

40 G. Inglese, Per Machiavelli: l’arte dello stato, la cognizione delle storie, Rome, Carocci, 2006, p. 12 : « [...] analisi politico-diplomatica, caratterizzata in modo via via più netto dal riferimento a una dimensione teorica della politica ».

41 A. E. Baldini, « Tempi della guerra e tempi della politica tra Quattro e Cinquecento. Alle origini del “realismo politico” di Machiavelli e Guicciardini », dans La «riscoperta» di Guicciardini, A. E. Baldini et M. Guglielminetti éd., Genève, Name, 2006, p. 79 : « il pensiero politico occidentale è stato segnato da un pensatore inequivocabilmente “nuovo” come il Machiavelli, il quale irrompe con la sua veemenza popolana e con il suo crudo realismo in schemi stantii e repetitivi, teorizzando una politica autonoma dai princìpi della religione e della morale ».

42 Voir les conclusions de F. Raimondi dans « “Necessità” nel Principe e nei Discorsi di Machiavelli », Scienza & Politica, vol. XXI, no 40, 2009, p. 49 : « visto che l’incertezza regna sovrana e nessuno strumento è sicuro per ottenere ciò che si vuole, nessuna politica è possibile, è più che prematuro, sbagliato, dato che Machiavelli non ha mai promesso delle regole infallibili. Inoltre, è proprio l’assenza di determinismo nell’azione politica ciò che consente l’esercizio politico. Se tutto fosse già determinato gli uomini non potrebbero esercitare la loro libertà. L’incertezza non solo non preclude la politica, anzi è l’unico terreno su cui può crescere ».

43 J.-P. Genet, « Conclusion : la littérature au miroir du prince », dans Le prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, F. Lachaud et L. Scordia éd., Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2007, p. 405-423.

44 Voir R. Fubini, « Politica e morale in Machiavelli: una questione esaurita? », dans Cultura e scrittura di Machiavelli: atti del Convegno di Firenze-Pisa, 27-30 ottobre 1997, Rome, Salerno Editrice, 1998, p. 117-144 ; G. M. Barbuto, « Machiavelli e il bene comune: una politica ossimorica », Filosofia politica, vol. XVII, no 2, 2003, p. 223-246 ; G. Cadoni, « Machiavelli, il Bene, il Male e la politica », La Cultura, no 2, 2010, p. 221-262.

45 Voir F. Chiappelli, Nuovi studi sul linguaggio di Machiavelli, Florence, Le Monnier, 1971 et F. Chabod, « La genesi del Principe e l’esperienza delle cose d’Italia », dans La crisi degli ordinamenti comunali e le origini dello Stato del Rinascimento, G. Chittolini éd, Bologne, Il Mulino, 1979, p. 323-342.

46 J.-J. Marchand, Niccolò Machiavelli, i primi scritti politici (1499-1512): nascita di un pensiero e di uno stile, Padoue, Antenore, 1975, p. 60-61.

47 Voir également M. Pozzi, « Beneficio del tempo e alter espressioni sull’uso del tempo nel linguaggio politico fiorentino fra Quattro e Cinquecento », dans Catégories et mots de la politique…, op. cit., p. 246-247 : « le regole per lui non hanno valore assoluto a vanno confrontate con la “qualità dei tempi”, per cui un comportamento può ben essere valido in un momento ma non in un altro ».

48 N. Machiavel, De principatibus, Le Prince, J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini éd. et trad., texte italien établi par G. Inglese, Paris, PUF, 2000, chap. XXIV [7].

49 I 57 : « conforteremovi ad abbondare in diligenzia del tenere spie doppie in detti campi per potere intendere li animi, andamenti loro: il che è sempre necessario e utile nelle guerre ».

50 I 223 : « stare vigilanti e fare buone guardie, come si richiede ne’ tempi di guerra ».

51 I 103 : « Tu sai quanto in queste occorrenzie e qualità di tempi importi farsi amare da’ sudditi nostri, però che se tu esaminerai tutte le guerre che sono state dal novantaquattro in qua, vedrai quelle essere procedute dalla mala contentezza e disposizione di quelli ».

52 Voir J.-J. Marchand, « Ambiguïté du discours du pouvoir dans les premiers écrits de Machiavel », dans Le pouvoir et la plume : incitation, contrôle et répression dans l’Italie du XVIe siècle, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1982, p. 51-62. Il soutient, d’une part, qu’il est possible d’identifier différents degrés de « travestissement » du discours politique et, d’autre part, que l’on décèle une ambiguïté du discours machiavélien lui permettant de faire entrer ses propres réflexions dans ses textes de chancellerie.

53 G. Bàrberi Squarotti, Machiavelli o la scelta della letteratura, Rome, Bulzoni editore, 1987, p. 24, à propos de la lettre du 27 août 1500 : « La sentenza, quindi, appare più morale che politica, secondo quel continuo impegno del Machiavelli a disegnare una nuova e realistica mappa dei doveri e dei comportamenti nell'ambito della politica da contrappore alla tradizionale gerarchia etica ».

54 G. Bàrberi Squarotti évoque « una visione progettuale e teorica della politica » (ibid., p. 32) ; F. Gaeta, quant à lui, mentionne « i fondamenti e i lineamenti di una filosofia della politica in termini di un’organica e ormai tecnicamente e intrinsecamente matura “teoria” » (Machiavel, Opere di Niccolò Machiavelli. Volume terzo, Lettere, F. Gaeta éd., Turin, UTET, 1984, p. 20-21).

55 Voir D. Fachard, « Machiavel et Vettori en Todescheria », Cahiers de la Méditerranée, no 78, 2009, p. 245 : « déceler dans les petites choses un archétype ou un paradigme pour comprendre les grandes » ; E. Cutinelli-Rèndina identifie une forme de sublimation de son expérience : « mirava a fare della propria esperienza diplomatica i termini di una nascente scienza politica » (Introduzione a Machiavelli, Bari, Laterza, 1999, p. 14) ; G. Ferroni, « Dalla pratica quotidiana alla scena della teoria », dans Machiavelli senza i Medici, op. cit., p. 41 : « i grandi scritti del Machiavelli “post res perditas” offrano in realtà una proiezione della pratica quotidiana di una “scena” di scrittura e di teoria, entro un pensiero che chiama in causa l'intero orizzonte del comportamento umano, verificato e messo alla prova sul terreno della politica ».

56 R. Ridolfi, Vita di Niccolò Machiavelli, Florence, Sansoni, 1978, p. 6 : « Il passaggio dall’esperienza alla riflessione teorica è segnato da un ricorso a massime e sentenze, che individuano delle costanti dell’agire umano come avviene nei proverbi elaborati dalla sapienza popolare ».

57 J.-L. Fournel, « Temps de l’écriture et temps de l’histoire dans les écrits de gouvernement de Machiavel », dans Machiavelli senza i Medici, op. cit., p. 95.

58 IV 295 : « E perché in questi tempi è bene intendere le qualità di chiunque va attorno, t’imponiamo usi diligenzia in osservare questa strada » ; II 358 : « in ogni tempo, nonché in questi, si debbe desiderare la pace e l’unione co’ propinqui e vicini suoi ».

59 C. Ginzburg, « Machiavelli, l’eccezione e la regola: linee di una ricerca in corso », Quaderni storici, vol. XXXVIII, no 112, 2003, p. 201. Article récemment repris dans C. Ginzburg, Nondimanco: Machiavelli, Pascal, Milan, Adelphi, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Manchio, « Machiavel et les formes du conseil politique face à la catastrophe », Laboratoire italien [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 24 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3490 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.3490

Haut de page

Auteur

Corinne Manchio

Université Paris 8 • Corinne Manchio est PRCE à l’université Paris 8 (Laboratoire d’études romanes et Triangle, ENS de Lyon). Elle a soutenu sa thèse sur la langue de chancellerie de Machiavel (1498-1512) en 2016. Elle est coresponsable scientifique de l’outil d’analyse textuelle Machiato avec M. Lasson. Ses recherches portent sur la pensée politique italienne de la première modernité et sur le développement des méthodes computationnelles en histoire. Elle a récemment publié « Intertextuality between The Prince and the Legazioni e Commissarie: the foundations of the experience », dans Machiavelli’s Prince: Traditions, Text and Translations, N. Gardini et M. McLaughlin éd., Rome, Viella, 2017, p. 95-106 et « Les Legazioni e Commissarie de Machiavel : comprendre les vices des hommes pour garantir la santé de l’État », dans La pathologie du pouvoir : vices, délits et crimes des gouvernants (Antiquité, Moyen Âge, époque moderne), P. Gilli éd., Leyde, Brill, 2015, p. 431-449.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page