Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Messer Antonio Giordani da Venafro (1459-1530), juriste et secrétaire à la cour de Pandolfo Petrucci, seigneur de Sienne

Messer Antonio Giordani da Venafro (1459-1530), giurista e segretario alla corte di Pandolfo Petrucci, signore di Siena
Messer Antonio Giordani da Venafro (1459-1530), juriste and secretary at the court of Pandolfo Petrucci, prince of Siena
Giorgio Bottini

Résumés

Juge, professeur de droit civil au Studio de Sienne, puis de Naples, et conseiller particulier de Pandolfo Petrucci, Antonio Giordani da Venafro constitue peut-être l’un des cas d’études les plus emblématiques pour retracer la toute première définition des traits essentiels du secrétaire au moment même de l’affirmation historique de cette figure institutionnelle. Cette contribution entend fournir au lecteur un portrait à la fois fidèle et mobile du personnage de Venafro, qui se situe au carrefour entre les notices biographiques relatées par les chroniques, les souvenirs des contemporains qui l’ont connu et la constitution de la légende qui fait suite à la fin de sa carrière politique. Cet article a donc pour ambition de parcourir brièvement les trois étapes qui composent l’ensemble de la « trajectoire de Venafro » : de la vie à la mémoire ; de la mémoire au mythe. Dès lors, la narration proposée au lecteur passe des événements concrets qui marquèrent la vie matérielle menée par le secrétaire de Pandolfo Petrucci à l’identification de Venafro avec le type idéal du secrétaire rusé et astucieux dressé dans les lettres de l’épistolaire officiel de Nicolas Machiavel ou dans le récit du Voyage en Allemagne de Francesco Vettori, puis du modèle du secrétaire par excellence que Machiavel esquisse dans le vingt-deuxième chapitre du Prince à l’allure mythique du conseiller hors pair et sans scrupules que Lodovico Domenichi dépeint dans les Detti, et fatti di diversi Signori et persone private en 1562.

Haut de page

Texte intégral

1Qui fut Antonio Giordani da Venafro ? Lorsque nous rencontrons son nom, nous avons l’habitude de l’associer à celui de Pandolfo Petrucci, seigneur de Sienne pendant les premières décennies des guerres d’Italie, ou à celui de Nicolas Machiavel, qui l’évoque dans certaines lettres de sa correspondance et dans le XXIIe chapitre du Prince. Et bien que les témoignages qui permettent de reconstituer une partie de la vie et de la personnalité d’Antonio da Venafro soient relativement nombreux, c’est sans doute par ce XXIIe chapitre du Prince qu’il faut commencer pour saisir d’emblée l’importance et l’ampleur que la figure du secrétaire siennois revêtait aux yeux de ses contemporains.

  • 1 Pour une présentation systématique de la question, voir : A. H. Gilbert, Machiavelli’s Prince and (...)
  • 2 Je me sers ici et dans les pages suivantes de la traduction française établie par Jean-Louis Fourn (...)

21. On pourrait affirmer que les XXIIe et XXIIIe chapitres du Prince forment une sorte d’appendice au bloc que constituent les chapitres XV à XXI, qui sont consacrés aux qualités qu’un prince doit posséder du point de vue politique, ce qui pour Machiavel n’est pas toujours et forcément en accord avec la distinction des vices et des vertus selon la morale. Les spécialistes se sont souvent interrogés sur le statut qu’il faudrait attribuer à cette séquence de chapitres qui sont proches du modèle médiéval des specula ou regimines principis et qui constituent presque un traité à part par rapport au reste du livre. Ils s’accordent néanmoins sur un point : qu’il s’agisse du dernier héritier des traités médiévaux dédiés à l’éducation du prince ou bien d’un alter ego qui en formule l’antithèse, les traits du prince idéal y sont esquissés sur la base d’une opposition entre vices et vertus qui s’inscrit dans un cadre formel fort traditionnel, bien que les conclusions de Machiavel soient tout à fait inédites1. Quoi qu’il en soit, Machiavel choisit de faire suivre cet ensemble de chapitres d’un diptyque consacré à la définition de la figure des ministres employés par les princes. Dans le texte de Machiavel, à côté du portrait des seigneurs apparaît l’image des professionnels de la politique moderne auxquels il est le premier à réserver une place à part entière : celle de collaborateurs et de conseillers des princes dans la gestion des affaires d’État ou, selon les mots employés directement par Machiavel, celle du ministre « qui a l’État de quelqu’un dans ses mains »2.

  • 3 N. Machiavel, Il Principe, G. Inglese éd., Turin, Einaudi, 1995, chap. XXIII, p. 156.
  • 4 Ibid., p. 153

3Sur le modèle des pages précédentes, les deux chapitres en question définissent les qualités du ministre selon une opposition classique entre vice et vertu : le XXIIIe traite des ministres adulateurs que le prince devrait fuir (Quomodo adulatores sint fugiendi)3, tandis que le XXIIe dresse le portrait des ministres fidèles, sincères et dévoués auxquels il devrait se fier et que Machiavel désigne par l’expression « De his quos a secretis princeps habet »4, c’est-à-dire « ceux que le prince a à son service pour les affaires secrètes ». L’espace du secret et la figure de ceux qui en sont chargés, c’est-à-dire les secrétaires, sont donc au cœur de ce XXIIe chapitre, bien qu’ils ne soient évoqués de manière directe que dans le titre ; le corps du chapitre présente en effet les qualités des bons ministres que le prince garde à ses côtés pour qu’ils s’occupent de ses secrets :

  • 5 Ibid., p. 155.

Perché quello che ha lo stato di uno in mano, non debbe pensare mai a sé ma sempre al principe, e non gli ricordare mai cosa che non appartenga a lui.5

  • 6 Codex Justiniani, XII, 25, De castrensianis et ministerianis. Et dans la troisième préface au Code (...)

4Ministres ou secrétaires ? L’emploi du mot ministre pour définir les collaborateurs directs et particuliers d’un prince est attesté bien avant le Moyen Âge, dès l’époque romaine6, tandis que le secrétaire est une figure qui, à l’époque de Machiavel, n’a pas encore été nettement définie quant à son profil institutionnel et à ses compétences administratives. Cependant, son savoir-faire pratique – et la définition de la technique qui l’accompagne – est en train de s’affirmer dans le feu des guerres d’Italie. C’est en effet dans cette période de clivage entre le Moyen Âge et la Modernité et dans un contexte de guerre européenne sur les champs de bataille italiens que les secrétaires, employés par les seigneurs les plus divers (empereur, rois, pape, évêques, républiques, outre une myriade de seigneurs féodaux) et pour les fonctions les plus variées (secrétaires particuliers en tant que conseillers des princes, secrétaires d’ambassade adjoints aux ambassadeurs officiels ou chargés de missions officieuses, secrétaires d’offices proto-étatiques dont ils sont parfois de simples scribes, parfois des gestionnaires, parfois de vrais chanceliers), s’imposent comme des figures clés de la vie des États, à partir du fonctionnement ordinaire des affaires intérieures jusqu’à la conjoncture d’urgence des affaires extérieures.

5Or, en choisissant d’introduire le chapitre dédié aux bons ministres par un titre consacré aux secrétaires, Machiavel, qui a été pour sa part un secrétaire pendant une quinzaine d’années passées au service de la république de Florence (1498-1512) et qui a forgé ses outils de pensée au cours de son activité de secrétaire, extrait cette nouvelle figure de la politique du domaine de l’action pratique pour en faire un objet de réflexion intellectuelle. Puisqu’il nomme le secrétaire et puisqu’il le décrit selon sa qualité de collaborateur du prince et selon les vertus de fidélité, de sincérité et de dévotion qui lui sont propres, on peut affirmer qu’il est aussi le premier à penser le secrétaire comme un objet particulier et indépendant, pourvu d’une technique et d’une déontologie qui lui sont spécifiques. Il conçoit la fonction de secrétaire comme un métier à part entière et, en définissant l’art qui l’accompagne, il crée ainsi la possibilité conceptuelle de se représenter cette figure de manière institutionnelle. Concernant les raisons pratiques qui poussèrent Machiavel à inclure dans le Prince ces deux chapitres consacrés aux bons et aux mauvais ministres, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini ont fait remarquer que :

  • 7 N. Machiavel, De principatibus, Le Prince, op. cit., p. 322.

Ces deux chapitres qui traitent la question des ministres des princes et, plus que celle des adulateurs, celle de la façon de prendre conseil peuvent aussi être perçus comme une offre de service de Machiavel qui insistait dans sa lettre à Vettori sur son désir de servir et sur sa fidélité et sa bonté.7

6Bien sûr, l’envie (et même le besoin) de se voir recruter à nouveau en tant que secrétaire par ceux qui en 1512 venaient de reprendre le pouvoir à Florence fournit une explication vraisemblable et tout à fait convaincante du mobile qui poussa Machiavel à brosser le portrait le plus large et le plus neutre possible du bon ministre, sans prendre en compte les convictions politiques que chaque secrétaire pourrait intimement avoir. Mû par l’urgence des questions concrètes et contingentes, Machiavel entrevoit derrière la variété des fonctions, des histoires et des rôles le profil d’une seule profession et d’une seule technique qu’il désigne par l’expression « quos a secretis princeps habet ». Dès lors, que l’on soit républicain ou non, que l’on serve les intérêts d’une cité libre ou d’une seigneurie tyrannique, le métier et le savoir en jeu ne varient pas : il s’agit dans tous les cas d’un secrétaire qui doit exceller dans les affaires et témoigner d’un amour absolu pour son seigneur. Or, pour présenter le modèle du secrétaire capable et habile, Machiavel a recours à un exemple tiré d’une histoire tellement récente qu’elle coïncide presque avec l’actualité pour les lecteurs de son époque : celui d’Antonio da Venafro, « ministre », selon la lettre du texte, de Pandolfo Petrucci, seigneur de Sienne. Dans ce XXIIe chapitre, le couple Petrucci-Venafro apparaît comme le symbole de la relation parfaite de confiance, de franchise et d’estime réciproques qui s’établit entre un prince et son secrétaire :

  • 8 N. Machiavel, Il Principe, op. cit., chap. XXIII, p. 154.

Non era alcuno che conoscessi messer Antonio da Venafro per ministro di Pandolfo Petrucci, principe di Siena, che non iudicassi Pandolfo essere valentissimo uomo, avendo quello per ministro.8

7Les conséquences interprétatives que l’on peut tirer de ce passage machiavélien sont nombreuses. On peut affirmer qu’en choisissant de se référer à Venafro (seul secrétaire convoqué dans le Prince) comme modèle idéal de secrétaire dans le seul chapitre du livre explicitement consacré aux secrétaires, Machiavel finit fatalement par faire de cette figure un paradigme historique. Ainsi, c’est Machiavel, considéré à juste titre comme le secrétaire par excellence de la Renaissance, qui reconnaît la qualité exceptionnelle de l’un de ses collègues, dans un ouvrage considéré de manière unanime comme un texte fondateur de la politique moderne.

  • 9 « E perché e’ sono di tre generazione cervelli, – l’uno intende da sé, l’altro discerne quello che (...)

8Si cette reconnaissance pourrait déjà suffire à expliquer la fortune du mythe de Venafro tout au long du XVIe siècle, il faut rappeler que Machiavel renverse dans cet extrait la configuration habituelle du rapport entre le seigneur et son ministre en jugeant de la qualité du prince d’après celle de son secrétaire. Affirmer que la qualité du secrétaire témoigne de la qualité d’un prince équivaut à dire qu’il faut reconnaître à l’office de secrétaire un rôle de pilier pour le salut des États. En effet, c’est dans ce chapitre du Prince que la figure du secrétaire s’émancipe à la fois du profil du ministre médiéval et de l’image du seigneur, dont elle était jusqu’ici une simple émanation, pour se constituer en véritable métier. Un métier dont Machiavel esquisse les contours à partir de la définition proposée dans le titre, puis à travers le portrait de Venafro et in fine au moyen de la description de la nature du rapport qui liait ce dernier à son seigneur9.

9On pourrait alors se demander pourquoi Antonio da Venafro figure dans un lieu textuel du Prince d’une importance si capitale pour Machiavel. Si l’on se fie à l’interprétation de J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini concernant les raisons pratiques qui auraient poussé Machiavel à esquisser le profil du parfait secrétaire pour être à nouveau employé en tant que tel par les Médicis, pourquoi pense-t-il à proposer Antonio da Venafro comme seul et unique modèle dans un chapitre aussi crucial ? Était-il un exemple pertinent pour illustrer l’idée particulière que Machiavel voulait véhiculer auprès de nouveaux seigneurs de Florence ou plutôt l’exemple par excellence du secrétaire, dont la valeur était largement estimée et reconnue par les hommes politiques de l’époque, qu’ils fussent princes ou secrétaires ?

102. C’est à la lumière de ces questions et de la place que Machiavel lui réserve dans le Prince que nous aborderons, de manière peut-être un peu inhabituelle, le profil d’Antonio da Venafro. Nous le ferons à partir de la considération majeure et incontestable que Machiavel lui accorde dans son œuvre la plus célèbre, mais nous nous efforcerons tout de même de faire ressortir un intérêt propre à cette figure, au-delà de la fortune machiavélienne qui l’a toujours accompagnée et qui l’accompagne encore de nos jours. Si on le considère en tant que tel, le profil historique d’Antonio da Venafro apparaît comme intéressant à double titre.

11Parce qu’il est le conseiller particulier du chef de l’une des puissances italiennes les plus importantes entre le XVe et le XVIe siècle, sa biographie représente d’une part un cas d’étude particulièrement approprié pour retracer l’évolution de la charge de secrétaire au moment de sa première constitution pratique. Il apparaît d’autre part comme un personnage important dans la mesure où il s’impose assez tôt (à partir des années 1510 environ) comme une icône du secrétaire rusé et intrigant dans la conscience de ses contemporains. La genèse et la fortune de cette renommée peuvent contribuer à éclairer la nature des qualités et des prérogatives qui, au cours des décennies, s’attachent progressivement à la figure du secrétaire, avant que cette dernière ne soit explicitement théorisée dans les traités de la fin du XVIe siècle.

12C’est pourquoi nous convoquerons, dans une première partie, le peu d’éléments documentaires dont nous disposons pour esquisser une biographie essentielle d’Antonio da Venafro. Ensuite, nous nous concentrerons, dans la deuxième partie, sur les témoignages que nous ont laissés certains de ses contemporains (Machiavel, bien sûr, mais aussi Vettori et Guicciardini) – ceux qui ont fabriqué dans leurs récits l’image d’un Venafro comme conseiller frauduleux. Cela nous amènera, dans une troisième et dernière partie, à considérer l’ampleur prise par cette construction mythique vers le milieu du XVIe siècle, lorsque certains écrivains se réfèrent à Venafro pour en faire le portrait du secrétaire par définition. Il s’agit d’un parcours qui a une double ambition. D’abord, il devrait contribuer à enrichir les connaissances actuelles sur le personnage historique d’Antonio da Venafro, en se fondant, faute de sources de première main, sur les impressions qu’en avaient gardées ceux qui l’ont côtoyé. Par ailleurs, il vise à interroger ces mêmes impressions pour expliquer comment et pourquoi, une cinquantaine d’années après la fin de son activité politique siennoise et une trentaine d’années après sa mort, Antonio da Venafro devient un symbole de la nouvelle figure de secrétaire.

  • 10 La date exacte de l’installation d’Antonio da Venafro à Sienne fait, encore de nos jours, l’objet (...)
  • 11 Sur la date de sa nomination à la cour des Appellagioni, il n’y a pas non plus d’accord unanime en (...)
  • 12 L’épisode de l’arrestation est relaté selon au moins deux versions : dans les Memorie de Giovan An (...)

133. Comme son nom l’indique, Antonio Giordani naît à Venafro, en 1459, mais entre la fin des années 1470 et le début des années 1480, il s’installe à Sienne pour y faire des études de droit (en suivant, probablement, Alphonse duc de Calabre qui, à cette même époque, cherche à s’emparer de la ville)10. Comme nous l’avons déjà évoqué, les informations de première main concernant sa vie sont très fragmentaires. On sait qu’en 1491 (ou bien en 1493) il est nommé juge des Appellagioni (cour d’appel de la république de Sienne)11, alors qu’en 1494, à l’occasion du passage de l’armée du roi de France, Charles VIII, sur le territoire siennois, il est arrêté pendant cinq jours (du 22 au 27 novembre), car on l’accuse d’être un sympathisant des Aragonais12. Par la suite, sa fortune se lie étroitement à l’ascension de Pandolfo Petrucci, qui devient un personnage incontournable dans la vie publique de la cité siennoise.

  • 13 Pour tous les détails concernant l’ascension au pouvoir de Pandolfo Petrucci, voir : C. Shaw, L’as (...)
  • 14 C. De Frede, op. cit., p. 3807.
  • 15 Pour avoir une vision d’ensemble de la ligne politique adoptée par Pandolfo Petrucci (et par son c (...)
  • 16 G. A. Pecci, op. cit., p. 264-265.

14En 1497, à la suite du décès de son frère aîné Iacopo, Pandolfo se retrouve chef de file de la famille et de la faction nobiliaire13. Au cours de cette même année, Pandolfo est élu membre de la Balìa (commission formellement extraordinaire qui dirigeait cependant toutes les affaires politiques de la République) et, le 14 décembre, Venafro reçoit tout d’un coup la citoyenneté siennoise, une place dans le Conseil du peuple et un poste comme professeur de droit civil dans le Studio14. À partir de ce moment-là, son influence sur la vie publique de la cité siennoise et, plus largement, sur l’échiquier politique de la Péninsule ne fera que grandir, accompagnant ainsi toutes les vicissitudes que connaît Pandolfo jusqu’à sa mort, en 151215. Dans son testament politique, Pandolfo mentionne Venafro comme « conseiller et secrétaire » de son fils, Borghese, auquel il lègue le pouvoir sur la république de Sienne16.

  • 17 « Alla morte di Pandolfo Petrucci, nel maggio 1512, il Venafro fu consigliere del figlio e success (...)
  • 18 C’est V. Buonsignori qui relate le souvenir de ce mot d’esprit, à la fois péremptoire et prémonito (...)
  • 19 « Dal 1519 al 1526 il G. compare come lettore di diritto civile nei ruoli dello Studio di Napoli. (...)
  • 20 C. De Frede, op. cit., p. 3815.
  • 21 C. Celano, Notizie del bello, dell’antico e del curioso della città di Napoli, G. B. Chiarini éd., (...)

15Borghese ne fera pas preuve des mêmes qualités politiques que son père et, en mars 1516, un autre membre de la famille Petrucci, Raffaele, évêque de Grosseto, s’emparera de la ville ; mais Venafro sera alors déjà loin, à l’abri des aléas de la fortune. Il avait suivi son instinct et quitté Sienne en décembre 151517, adressant à Borghese les mots suivants : « Vado a Napoli a prepararvi alloggio, poiché colà v’attendo »18. Après avoir vécu trente-cinq ans à Sienne et y avoir connu honneurs et gloire, Venafro commence en 1514 une deuxième vie dans la ville de Naples qui était redevenue, entre temps, espagnole. Pourtant, même dans une ville qu’il avait quittée longtemps auparavant, il ne devait pas tarder à mettre à profit ses qualités de juriste et d’homme politique. En 1519, il est nommé professeur de droit civil au Studio de Naples et, en 1527, membre du Consiglio collaterale, commission qui gouvernait le vice-royaume en l’absence de Charles de Lannoy, lieutenant de Charles Quint19. En janvier 1528, il rejoint le Conseil du peuple20 et c’est la dernière information, le dernier point de repère que l’on possède sur sa vie, outre l’épitaphe que lui consacrera son petit-fils Fabio, juriste à son tour, qui l’appelle : « Principe dei giureconsulti del suo tempo, chiarissimo in patria e fuori »21.

16À la suite de cette brève notice biographique, il ne me semble pas inutile de noter que tous les récits directs dont nous disposons, concernant la vie et la personnalité d’Antonio da Venafro, datent de la première décennie du XVIe siècle, tandis que pour tout ce qui précède et suit cette période il faut se référer à des sources essentiellement administratives. C’est comme si les soixante-dix ans de carrière judiciaire et académique de Venafro se réduisaient, dans les témoignages de ses contemporains, aux quinze denses et aventureuses années qu’il a passées comme secrétaire, conseiller et ambassadeur auprès de Pandolfo Petrucci, auquel sa renommée demeura indissociablement liée dans l’imaginaire des décennies suivantes, et ce jusqu’à nos jours.

  • 22 N. Machiavel, Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli: Legazioni. Commissarie. Scrit (...)

174. Nicolas Machiavel est le premier à dépeindre Antonio da Venafro sous les traits d’un conseiller rusé et astucieux. En 1502, lorsqu’il est en ambassade à Imola chez César Borgia pour signer avec le Valentinois une condotta qui empêcherait le duc de s’en prendre à la république de Florence, Machiavel informe ses seigneurs que dans la nuit du 20 octobre « venne qui messer Antonio di Venafro, uomo di Pandolfo Petrucci e mandato dagli Orsini, e dipoi partito questo dì. Non so quello si abbia trattato: userò diligenza d’intenderlo, e ne avviserò le S.V. »22. Le lendemain, en audience auprès du duc, Machiavel peut apprendre directement de la bouche de César Borgia les raisons qui ont amené Venafro à Imola :

  • 23 Ibid., p. 391.

Tu sai che ci è stato ser Antonio da Venafro da parte di quelli Orsini e, fra molte altre sue novelle che mi ha dette, mi metteva partito avanti di mutare stato in Firenze; a che io li risposi che lo stato di Firenze era amico del Re di Francia del quale io ero servitore, e che tale stato non mi aveva mai offeso, anzi, che era meglio, che io ero tuttavolta per capitulare seco. A che lui disse: «Non capitulare a nessuno modo; lasciami andare e tornare e fareno qualcosa di buono.»23

  • 24 « Qui non si vede grandi travagliamenti. Messer Antonio da Venafro, che è el cuore suo e è el caff (...)
  • 25 Désuet de nos jours, dans le vulgaire toscan de l’époque le mot caffo signifiait « impair » et, pa (...)

18Venafro, représentant de Pandolfo Petrucci et de ses associés les Orsini dans les négociations, propose au Valentinois de les rejoindre dans une alliance visant à « changer l’état de Florence » (c’est-à-dire à remettre les Médicis à Florence, mettant ainsi fin à l’expérience républicaine). Lors des années passées au service de la République florentine, Machiavel croisera à nouveau Venafro sur son chemin, d’abord lors de sa légation à Sienne en juillet 1505. Machiavel y est envoyé pour comprendre quelle est la position de Pandolfo Petrucci par rapport à la campagne militaire que Bartolomeo d’Alviano s’apprête à organiser, avec le soutien mal dissimulé de Giampaolo Baglioni et l’intendance soupçonnée de l’Espagne, pour porter secours à la ville de Pise. Les Pisans s’étaient rebellés contre les Florentins en 1494 et, dix ans après, ceux-ci n’avaient toujours pas réussi à récupérer la ville. Si l’on se fie au récit machiavélien, les deux secrétaires passent toute la journée du 18 juillet ensemble, ils discutent, bien entendu, de l’ordre politique du jour, mais ils apprennent aussi – ce n’est pas difficile à imaginer –à se connaître. Dans la lettre qu’il écrit le lendemain à ses seigneurs, Machiavel définit alors Antonio da Venafro comme « el cuore suo e el caffo delli altri uomini »24, la référence au cœur indiquant la place privilégiée qu’il a auprès de Pandolfo et celle au caffo la position hors pair qu’il occupe au sein de la cour siennoise par rapport aux autres conseillers du seigneur25.

  • 26 Faute de la lettre du 18 novembre, qui ne nous est pas parvenue et qui renferme les instructions d (...)

19Le débat entre les deux secrétaires doit certes avoir été vif à cette occasion (comme peut-être dans d’autres dont nous n’avons pas de trace), mais il se fondait aussi sans doute sur une estime réciproque qui allait se transformer au fur et à mesure en une sorte d’amitié. Comment expliquer sinon que Machiavel, en novembre 1509, demande à Venafro de rédiger un avis juridique en sa faveur pour le défendre lors d’un procès civil qui l’oppose à la famille des Pitti26 ? Si cette demande témoigne déjà d’un lien qui s’est tissé au fil des années entre les deux secrétaires, il me semble encore plus important de mentionner que le consilium de Venafro ne met même pas une semaine à parvenir, plus vite encore que l’avis rédigé par Giovan Vettorio Soderini, le frère du gonfalonier. Le 9 décembre, Francesco del Nero, chargé par Machiavel de cette affaire, écrit :

  • 27 Ibid., p. 324.

E delle cose nostre arete inteso come e Sei furono giudicati giudici competenti, ma e Pitti perciò non ànno seguitato altro alla marcatanzia: credo diffidino delle poche ragioni loro. Messer Antonio Strozzi e messer Antonio da Venafro scrissono, e molto elegantemente; e messer Giovannetto m’à promesso di soscrivere, né l’à per ancora fatto.27

20Machiavel n’était certainement pas le seul personnage public de la République florentine avec lequel Antonio da Venafro s’était lié d’amitié. Lors de son ambassade itinérante auprès de l’empereur Maximilien, Francesco Vettori passe tout son voyage en compagnie de l’émissaire siennois et l’on n’aura pas de mal à croire que cette complicité n’était pas le fruit du hasard, mais relevait plutôt d’une élection réciproque. D’après ce que Vettori raconte dans son Voyage en Allemagne, les deux ambassadeurs toscans se rencontrent pour la première fois en septembre 1507 au château d’Innsbruck, où ils sont logés dans deux chambres voisines, et à partir de ce moment-là ils ne se quitteront plus avant janvier 1508. Dans le portrait de Venafro qu’il offre au lecteur, Vettori fait l’éloge de ses compétences techniques de juriste et d’homme politique, mais il ne manque pas non plus de mettre l’accent sur ses talents rhétoriques. Point en commun entre sa formation juridique et son activité politique, la maîtrise de la langue, de l’art du discours et de la capacité de persuasion est une qualité requise aussi bien pour le juriste que pour le secrétaire et les pages que Vettori consacre à Venafro visent à démontrer l’excellence de ce dernier dans ce domaine. Vettori forge ainsi l’image du secrétaire habile dans le jeu politique et en même temps affable dans les relations sociales, et c’est cette image qui accompagnera la représentation emblématique de Venafro tout au long du XVIe siècle :

  • 28 F. Vettori, Viaggio in Alamagna, dans Scritti storici e politici, E. Niccolini éd., Bari, Laterza, (...)

E’ Sanesi, ancora vi avessino Domenico Placidi, di nuovo vi mandorono Messer Antonio da Venafro, iureconsulto eccellente e nelle cose delli stati molto esperto e di lingua tanto atto a persuadere, che pochi credo ne abbi pari. Io alloggiai in una stanzetta nel borgo di qua verso Italia, vicina a quella aveva Messer Antonio. E perché esso era uomo affabile e faceto, presi grandissima familiarità seco; e perché non eravammo occupati in molte faccende, passavammo il tempo con dare a intendere qualcosa estravagante a un suo cancelliere molto semplice, o col farli qualche piacevole giarda.28

  • 29 « Chiamavasi costui Deifrido da Piombino, et avea qualche lettera, ma se li sarebbe dato a intende (...)
  • 30 Loc. cit.
  • 31 « Un’altra volta el detto Salimbene, dormendo in una medesima camera con Deifrido, apostò a punto (...)

21Le malheureux scribe de Venafro, Deifrido da Piombino29, n’est pas la seule victime des plaisanteries, des intrigues et des mauvais tours que lui jouent les ambassadeurs pour se divertir pendant les mois passés ensemble aux quatre coins de l’Autriche. Le journal intime de Vettori nous offre une variété d’épisodes comiques dignes du Décameron de Boccace, dans lesquels le couple de dignitaires, avec la complicité de Salimbene – chevalier siennois au service de Venafro, que Vettori n’hésite pas à définir comme « astuto quanto el diavolo »30 –, s’amuse à trouver des cibles à chaque fois différentes afin que le pouvoir d’une raison audacieuse et laïque triomphe, par la boutade et par la moquerie, de la médiocrité humaine31.

  • 32 La rencontre avec l’ambassadeur du roi d’Espagne est particulièrement brillante et mérite d’être r (...)
  • 33 Ibid., p. 93-95.
  • 34 Ibid., p. 127-128.
  • 35 Ibid., p. 99-100.
  • 36 « Seguitammo, a dì 6 di gennaio, il cammino con freddo grande e neve e, volendo cavalcare il giorn (...)

22Dans le récit de Vettori, les dialogues impertinents dans lesquels le couple piège d’autres émissaires rencontrés à la taverne32 s’enchaînent avec des histoires de faux fantômes33, d’incendies provoqués de manière maladroite34 et, bien sûr, de sexe35. Mais le témoignage le plus intéressant que nous offrent les souvenirs de Vettori pour éclairer la personnalité et les idées d’Antonio da Venafro est sans doute le récit de la conversation qui a lieu la nuit du 6 janvier 1508 dans une auberge de Kitzbühel (autrefois, Sterzing) entre l’émissaire siennois et le pieux Antimaco de Mantoue, ancien secrétaire du marquis. Dans ce village du Tyrol, les trois émissaires n’avaient pas trouvé de gîte digne de leur rang si bien que, exténués et transis, ils s’étaient finalement résolus à partager la même chambre, en compagnie des serviteurs. Alors que ces derniers commencent à jouer aux cartes, Antimaco et Venafro se livrent à une discussion concernant la probité du jeu. C’est d’ailleurs sur cette scène, présentée sous la forme classique du dialogue, que Vettori décide de terminer son récit de voyage, en rendant ainsi un dernier hommage à l’intelligence de son cher ami et en confiant à son discours la clé de lecture pour interpréter les événements relatés dans l’ensemble du journal36.

  • 37 « Et io credo in molte cose ingannarmi, ma in questo voglio parlare audacemente et affermare che i (...)
  • 38 « Io fo presupposto che tutto quello che li uomini fanno in questo mondo, lo faccino a fine di con (...)
  • 39 « Stante questo fondamento, se è stato trovato un modo che dà piacere quasi a ciascuno, non so con (...)
  • 40 « […] e se bene è causa di molti errori, dicono e’ medici che nessuna medicina è di tanto giovamen (...)
  • 41 « E perché tu di’ che occupa il tempo, questo non si può negare. Ma chi è quello a chi non avanzi (...)

23Intéressons-nous de plus près à ce dialogue. Tandis qu’Antimaco rappelle les effets nocifs du jeu pour les gens de tout âge et de tout niveau social, des « poveri artefici » jusqu’aux princes, et conclut son propos en assimilant le jeu au pire des vices et à la source de tous les désordres37, Venafro renverse la question, et attire l’attention de ses interlocuteurs sur le plaisir que recherchent tous les hommes, sans distinction38. Étant donné que la vie des hommes n’est qu’une quête du plaisir, le jeu est le loisir qui convient à tout le monde, au-delà des différences de classe et de profession39. Comme pour tous les autres plaisirs offerts par la vie (il cite, notamment, le vin, la table et le sexe), il s’agit de le maîtriser, d’en user prudemment pour qu’il ne nous asservisse pas au lieu de nous rendre heureux40. La grande qualité du jeu serait, par conséquent, d’occuper l’homme, qui cherche sans arrêt à se divertir, en pratiquant une activité amusante et inoffensive41. Ainsi, l’homme ne cherche plus à satisfaire son désir de fuir le quotidien en se livrant à des occupations bien plus dangereuses, telles que les guerres qui plaisent tant aux princes, auxquels Venafro adresse un appel, conclusion même de l’ouvrage :

  • 42 Loc. cit.

Et Iddio volessi che i principi, quello tempo che distribuiscono in pensare alle guerre et inquietare e’ popoli e mettere nuove angarie e non li lasciare vivere, lo distribuissino più presto in giucare! Perché qual cosa è più contraria alla religione nostra che la guerra? Et il Salvatore Nostro non ci essorta a altro che alla pace, nondimeno è tanto la ignoranzia delli uomini che è laudato un principe inquieto, crudele e bellicoso et uno quieto, pio e che attende alli piaceri suoi è dannato…42

245. Comme nous l’avons brièvement vu dans notre notice biographique, les années 1510 constituent un tournant dans la vie de Venafro. Après la mort de Pandolfo Petrucci, en 1512, et à la défaite de son fils Borghese, en 1515, Venafro quitte la Toscane à jamais pour endosser le rôle de juriste au sein du Studio napolitain. L’achèvement de l’expérience siennoise marque aussi la fin de sa carrière politique en tant que conseiller particulier et ambassadeur. Et c’est malgré ce brusque virage – ou, plus précisément, à cause de cette reconversion forcée – que l’image de Venafro, modèle du secrétaire tout-puissant, commence à prendre le pas sur la vie ordinaire de juriste qu’il mène désormais à Naples et à se figer dans le mythe des quinze ans de service auprès de Petrucci. Dans l’un de ses Ricordi, Francesco Guicciardini met en valeur l’attitude sceptique et ironique de Venafro dont nous avons déjà souligné les traits principaux :

  • 43 F. Guicciardini, Ricordi, E. Pasquini éd., Milan, Garzanti, 1975, ricordo no 112, p. 138.

Diceva messer Antonio da Venafra, e diceva bene: – Metti sei o otto savî insieme, diventano tanti pazzi –; perché, non si accordando, mettono le cose più presto in disputa che in ordine.43

25Il n’échappera pas au lecteur que la répétition du verbe dire à l’imparfait, choisie pour introduire la devise de Venafro, situe le récit dans une temporalité désormais achevée. Mais parmi les cas qui permettent de prendre conscience de la fortune croissante du mythe de Venafro au cours du XVIe siècle, le plus important est sans aucun doute le témoignage offert par Lodovico Domenichi. Dans son ouvrage Detti, et fatti di diversi Signori et persone private, qui est publié pour la première fois en 1562 à Florence et qui connaît un grand succès éditorial jusqu’à la fin du siècle, Domenichi consacre à Venafro quatre récits. Deux se déroulent à Sienne, les deux autres à Rome. On retrouve chez le Venafro mis en scène par Domenichi la même bipartition que nous avons relevée dans la description de Vettori : d’une part, Venafro est présenté sous les traits d’un secrétaire astucieux et rusé ; de l’autre, comme un homme affable et causeur. Le portrait que Domenichi dresse de Venafro est désormais figé dans l’image forgée au début du siècle sous la plume de Vettori et de Machiavel qu’il s’approprie :

  • 44 L. Domenichi, Detti, et fatti di diversi Signori et persone private, Florence, Torrentino, 1562, p (...)

Messer Antonio da Venafro fu huomo molto savio, et gran favorito di Pandolfo Petrucci, che era a’ suoi tempi come signor di Siena, et esso Messer Antonio era quel, che governava, et faceva il tutto.44

  • 45 « Mariano Pecci cittadino Sanese, al tempo che Pandolfo Petrucci reggeva quello stato, era uno de’ (...)
  • 46 « Haveva Pandolfo, come è costume de’ grandi, tuttavia intorno di molti adulatori, et fra gli altr (...)
  • 47 « Havendo Papa Giulio secondo interdetti i Sanesi, Messer Antonio da Venafro segretario di Pandolf (...)

26La description de Venafro comme « celui qui gouvernait et faisait tout » à l’époque où Pandolfo Petrucci dirigeait la république de Sienne fait écho à celle que Machiavel avait employée dans le XXIIe chapitre du Prince pour désigner le ministre comme « celui qui a l’État de quelqu’un entre ses mains ». On serait tenté d’y voir un signe : cinquante ans après la rédaction du Prince, le propos scandaleux tenu par Machiavel sur la considération à accorder aux secrétaires au sein des États et dans leur relation aux seigneurs est désormais devenu un lieu commun de la pensée politique, ce qui témoigne à son tour de l’ascension historique des secrétaires dans la vie intérieure des États et sur l’échiquier international de la diplomatie. Dans les deux extraits siennois, Venafro est présenté comme « huomo assai libero di natura », quelqu’un qui se rit des faiblesses humaines et dirige ses dards malicieux contre ses cibles, qu’il s’agisse d’un noble prétentieux traité de « pecorone »45 ou bien d’un adulateur dont il démasque l’imposture lors d’une audience auprès de Pandolfo46. Dans les deux extraits romains, il est montré dans le rôle du secrétaire habile qui arrive à tenir tête même aux papes. En audience auprès de Jules II et d’Alexandre VI, Venafro se fait remarquer pour sa maîtrise d’un art de la parole libre et persuasive. Il convainc ainsi Jules II de l’opportunité de révoquer l’interdit contre Sienne avant que ses concitoyens ne s’habituent au plaisir de vivre sans religion47 et il montre à Alexandre VI que c’est le mensonge qui permet de gouverner les Républiques :

  • 48 Ibid., p. 147.

Messer Antonio da Venafro dottore di legge, huomo astutissimo, e appresso a Pandolfo Petrucci intra i primi, il primo, essendo in Roma domandato da Papa Alessandro Sesto; in che modo governasse i Sanesi, gli rispose con le bugie, Santo Padre.48

27Et à la suite de cette réponse nette et tranchante (faite, soit dit en passant, par le champion de l’art du mensonge parmi les secrétaires au champion universellement reconnu du même art parmi les princes), Domenichi note en guise de commentaire édifiant et lapidaire :

  • 49 Loc. cit.

Ma questa maniera di governo non riesce a tutti.49

  • 50 « […] E per questa cosa [le Prince], quando la fussi letta, si vedrebbe che quindici anni che io s (...)

28Et, en effet, ceux qui peuvent réussir dans « cette manière de gouverner » fondée sur le mensonge et sur les autres outils de la nouvelle technique politique sont ces secrétaires qui ont appris à s’en servir lorsqu’ils étaient, comme l’écrit Machiavel à Vettori, « a studio all'arte dello stato »50. Un art dont Machiavel et Venafro partageaient les secrets et dont ils ont fait l’apprentissage pendant les mêmes années, mais qui les a aussi amenés, après 1512, à emprunter deux chemins différents. Les deux survivent à leur défaite dans leurs propres vies actives : ainsi Venafro, excellent juriste, retrouve sans problèmes sa place de professeur parmi d’autres au sein de l’académie napolitaine, alors que Machiavel, contraint par l’inactivité et soutenu par une force d’esprit peu commune, voire extraordinaire, trouve la voie qui l’amènera à devenir Machiavel.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation systématique de la question, voir : A. H. Gilbert, Machiavelli’s Prince and its Forerunners: The Prince as a Typical Book de Regimine Principum, Durham, Duke University Press, 1938.

2 Je me sers ici et dans les pages suivantes de la traduction française établie par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini dans : N. Machiavel, De principatibus, Le Prince, J.-L. Fournel et J-C. Zancarini trad., G. Inglese éd., Paris, PUF, 2000, p. 249.

3 N. Machiavel, Il Principe, G. Inglese éd., Turin, Einaudi, 1995, chap. XXIII, p. 156.

4 Ibid., p. 153

5 Ibid., p. 155.

6 Codex Justiniani, XII, 25, De castrensianis et ministerianis. Et dans la troisième préface au Code de l’empereur Justinien, Tribonien qui dirige l’équipe de juristes travaillant à sa rédaction y est désigné en tant qu’homme excellent, ex-questeur et ex-consul, mais surtout « legitimum operis nostris ministrum », soit le ministre légitimement autorisé par l’empereur à diriger cette affaire (Codex Justiniani, praefatio tertia, § 2).

7 N. Machiavel, De principatibus, Le Prince, op. cit., p. 322.

8 N. Machiavel, Il Principe, op. cit., chap. XXIII, p. 154.

9 « E perché e’ sono di tre generazione cervelli, – l’uno intende da sé, l’altro discerne quello che altri intende, el terzo non intende né sé né altri: quel primo è eccellentissimo, el secondo eccellente, el terzo inutile, – conveniva pertanto di necessità che, se Pandolfo non era nel primo grado, che fussi nel secondo » (loc. cit.).

10 La date exacte de l’installation d’Antonio da Venafro à Sienne fait, encore de nos jours, l’objet d’un vif débat entre les spécialistes. Selon Mario De Gregorio, qui a rédigé l’entrée du Dizionario biografico degli italiani, il faudrait la situer en 1482 (M. De Gregorio, DBI, vol. LV, 2001, ad vocem), tandis que Carlo De Frede affirmait : « Non si conoscono i motivi e le vicende della sua partenza dal regno di Napoli; ma in via di ipotesi, considerando che essa poté avvenire tra il 1478 e l’80, crediamo che fosse occasionata dalla guerra tra Napoli e Firenze e dalla successiva presenza di Alfonso duca di Calabria in Siena allo scopo – che fallì – di insignorirsi di quella repubblica ». (C. De Frede, Un docente di diritto civile nel Rinascimento: Antonio Giordano da Venafro, dans Sodalitas: scritti in onore di Antonio Guarino, V. Giuffrè éd., vol. VIII, Naples, Jovene, 1984, p. 3805-3806).

11 Sur la date de sa nomination à la cour des Appellagioni, il n’y a pas non plus d’accord unanime entre les spécialistes. Selon M. De Gregorio : « Dal novembre 1493 il Giordani era stato nominato giudice delle Appellagioni, carica in cui fu riconfermato nel febbraio 1494 e nel gennaio 1495 » (M. De Gregorio, DBI, op. cit.), alors que, selon C. De Frede : « Sia come sia, a Siena, una volta addottorato, egli si impegnò nella vita pubblica, tanto che nel 1491 rivestiva la carica di “giudice delle Appellagioni” e assolveva anche compiti di ambasciatore ». (C. De Frede, op. cit., p. 3806).

12 L’épisode de l’arrestation est relaté selon au moins deux versions : dans les Memorie de Giovan Antonio Pecci et dans la Storia de Vincenzo Buonsignori. En guise d’introduction aux événements, G. A. Pecci esquisse aussi un portrait rapide, mais fort significatif de la figure historique d’Antonio da Venafro : « Messer Antonio da Venafro, Lettore del publico Studio, Giudice delle Riformagioni, che poi con i suoi consigli, e destrezza, ajutò Pandolfo ad arrivare al sommo grado nella Republica, di natali poco conosciuti, ma d’ingegno penetrante, e di gran valore, già dichiarato Cittadino Sanese, fù da alcuni Gentiluomini Francesi in Palazzo arrestato, e condotto a Gilberto, il quale, nè alle preghiere, nè a certi donativi della Balìa volle restituire, ma a 22. di Novembre da Siena, seco il condusse nel Patrimonio, ma per gli ordini del suo Rè, al quali i Sanesi, per mezzo di loro Ambasciadori, aveano fatte le maggiori premure, con tutte le di lui robe, lo rimandò, onorevolmente accompagnato, nel publico Palazzo il 27. del suddetto mese di Novembre » (G. A. Pecci, Memorie storico-critiche della città di Siena che servono alla vita civile di Pandolfo Petrucci dal 1480 al 1512, vol. I, Sienne, Agostino Bindi, 1755, p. 93-94). La reconstruction des faits qui mèneront à l’arrestation, puis à la libération d’Antonio da Venafro est plus précise et plus riche en détails chez V. Buonsignori : « Intanto che questi fatti si compivano, l’antiguardia dell’esercito francese composta di 10.000 persone comandata da Monsignor di Mont Pensier arrivava in Siena il 19 Novembre 1494. Per fatalità alcuni di Colle ed altri di Casole avevano uccisi alcuni soldati francesi che marciavano isolati, per cui il Mont Pensier sdegnato temette che esistessero in Siena dei fautori del Re di Napoli, e la di lui collera si scagliò contro il Dottor Antonio da Venafro, lo fece arrestare, e lo ritenne prigione; […]. Il Lettore della Università dei studi, Antonio da Venafro, fu per ordine reale reso alla libertà, mentre la di lui innocenza fu asserita » (V. Buonsignori, Storia della Repubblica di Siena, Bologne, Forni, 1976, p. 117-118).

13 Pour tous les détails concernant l’ascension au pouvoir de Pandolfo Petrucci, voir : C. Shaw, L’ascesa al potere di Pandolfo Petrucci il magnifico, signore di Siena (1487-1500), D. Solfaroli Camillocci trad., Monteriggioni, Il Leccio, 2001.

14 C. De Frede, op. cit., p. 3807.

15 Pour avoir une vision d’ensemble de la ligne politique adoptée par Pandolfo Petrucci (et par son conseiller, Antonio da Venafro) vis-à-vis des autres puissances italiennes et étrangères dans la première phase des guerres d’Italie, voir : M. Gattoni da Camogli, Pandolfo Petrucci e la politica estera della Repubblica di Siena (1487-1512), Sienne, Cantagalli, 1997.

16 G. A. Pecci, op. cit., p. 264-265.

17 « Alla morte di Pandolfo Petrucci, nel maggio 1512, il Venafro fu consigliere del figlio e successore Borghese. Tre anni dopo questi, su pressioni di Leone X, lo costrinse ad abbandonare Siena. Il 7 dicembre 1515 il Venafro usciva dalla città per imbarcarsi a Porto Venere e fare ritorno a Venafro » (M. De Gregorio, DBI, op. cit.).

18 C’est V. Buonsignori qui relate le souvenir de ce mot d’esprit, à la fois péremptoire et prémonitoire. Il témoignerait, encore une dernière fois, de la lucidité politique et de l’astuce personnelle dont Venafro faisait habituellement preuve : « [Léon X] conoscendo la debolezza di Borghese incominciò a favorire l’ambizione di Raffaello Petrucci Vescovo di Grosseto e Castellano di S. Angelo, cugino di Borghese che mirava al dominio della Repubblica. […] Senza farsi scrupolo del diritto lo fece partire da Roma alla volta di Siena con 2000 fanti e 200 cavalli comandati da Vitello Vitelli: già un partito gli aveva quivi preparato la via alla usurpazione. Borghese conosciuto il pericolo avrebbe voluto prepararsi alla difesa, ma era troppo tardi: tutto occupato dai piaceri non aveva fatto alcun conto dei consigli del Venafro, il quale volle prevenire ogni personal pericolo partendo da Siena, e quando si congedò dal suo Signore a lui disse con ironia: Vado a Napoli a prepararvi alloggio, poiché presto colà vi attendo; né fu possibile rimuoverlo dalla sua determinazione » (V. Buonsignori, op. cit., p. 156).

19 « Dal 1519 al 1526 il G. compare come lettore di diritto civile nei ruoli dello Studio di Napoli. Era un incarico di prestigio, […] ma che non impedì al G. una ripresa dell’attività politica. Nel 1527 era infatti membro del Consiglio collaterale, dove svolse un ruolo di primo piano nella difficile situazione aperta dalla spedizione del conte di Vaudemont » (M. De Gregorio, DBI, op. cit.).

20 C. De Frede, op. cit., p. 3815.

21 C. Celano, Notizie del bello, dell’antico e del curioso della città di Napoli, G. B. Chiarini éd., Naples, Stamperia Floriana, 1858, vol. III, t. II, p. 725-726.

22 N. Machiavel, Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli: Legazioni. Commissarie. Scritti di governo, vol. II (1501-1503), D. Fachard et E. Cutinelli-Rèndina éd., Rome, Salerno Editrice, 2003, p. 381.

23 Ibid., p. 391.

24 « Qui non si vede grandi travagliamenti. Messer Antonio da Venafro, che è el cuore suo e è el caffo delli altri uomini, con el quale io parlai ieri tutto dì, non batte altro, se non che questo accordo si dovessi fare per rimedio comune, mostrando che qualunque fondamento li avessi, si potrebbe dissolvere. E uno de primi rimedii che lui adduceva era che si disarmassi Bartolomeo, ma che prima si facessi l’accordo » (ibid., vol. IV (1504-1505), 2006, p. 599).

25 Désuet de nos jours, dans le vulgaire toscan de l’époque le mot caffo signifiait « impair » et, par extension, il était couramment utilisé pour indiquer « le premier, le meilleur, celui qui est hors pair » à l’intérieur d’un groupe ou d’une série. D’étymologie fort incertaine, il dérive probablement d’une évolution médiévale du latin caput ou bien de l’hébreux kaf, littéralement « paume de la main ». Pour ne citer qu’un seul exemple, on le retrouve employé dans ce même sens large de « premier et hors pair » dans les mots que Margutte adresse à Morgante : « Io non fu’ appena uscito fuor dell’uova / ch’i’ ero il caffo degli sciagurati, / anzi la schiuma di tutti i ribaldi; e tu credevi io tenessi i pie’ saldi! » (L. Pulci, Il Morgante, G. Fatini éd., Turin, UTET, 1984, chant XIX, stance 99, p. 36).

26 Faute de la lettre du 18 novembre, qui ne nous est pas parvenue et qui renferme les instructions données par Machiavel aux amis et aux collaborateurs qui sont chargés de l’affaire à Florence, on se référera à la lettre rédigée par Francesco del Nero le 22 novembre qui contient des précieuses informations concernant cet épisode : « Nicolò carissimo. Io ò la vostra de’ dì XVIII, e per quella intendo quanto dite, che tutto si farà nel modo scrivete. A Totto Machiavelli scrissi apunto nel modo avisate. Messer Giovanvettorio non si risolveva, però ho fatto scrivere a messer Antonio circa alla causa principale; et in la incompetenzia scrisse ancora messer Antonio e messer Giovanvettorio m’à promesso di soscrivere. Oggi ò avere da messer Giovanvettorio soscritta la incompetenzia e da messer Antonio la causa principale; e subito la farò soscrivere a li altri avocati vostri, e manderolle a posta a messer Antonio, come ne ordinasti » (N. Machiavel, Opere di Niccolò Machiavelli, vol. III : Lettere familiari, F. Gaeta éd., Turin, UTET, 1984, p. 317).

27 Ibid., p. 324.

28 F. Vettori, Viaggio in Alamagna, dans Scritti storici e politici, E. Niccolini éd., Bari, Laterza, 1972, p. 75.

29 « Chiamavasi costui Deifrido da Piombino, et avea qualche lettera, ma se li sarebbe dato a intendere ogni gran cosa. Era, oltre a questo, fuor di misura voglioso e, sendo di settembre, si ricordava dell’uve e de’ fichi d’Italia e mai domandava se non se ne potessi avere » (loc. cit).

30 Loc. cit.

31 « Un’altra volta el detto Salimbene, dormendo in una medesima camera con Deifrido, apostò a punto il luogo dove lui dormiva. E, fatto nel palco di sopra una buca e messovi una conca piena d’acqua e turatola bene, appiccò una cordella al turacciolo; et in su la mezzanotte, quando Deifrido era profondato nel sonno, tirò detta cordella. La conca si sturò e l’acqua cominciò a venire a dosso a Deifrido di qualità che, dalla moltitudine d’essa svegliato, si ritrovò tutto molle. E Salimbene i fe’ credere che la notte fussi piovuto forte e che quelli tetti non resistono all’acqua come li nostri » (ibid., p. 76).

32 La rencontre avec l’ambassadeur du roi d’Espagne est particulièrement brillante et mérite d’être rappelée ici parce qu’elle offre un témoignage important du caractère de Venafro, de sa verve rhétorique ainsi que de la complicité qui le liait à l’ami Vettori : « Alloggiammo in una osteria, dove la sera si ridussono assai forestieri e, tra gli altri, un vescovo che era oratore all’Imperatore per il re Ferrando di Spagna. Costui, d’un ragionamento in uno altro, saltò in sul lodare il suo Re da tutte le parte e massime diceva che era eccellentissimo capitano nella guerra et iustissimo e laborioso nella pace. Il Venafro, che volentieri s’opponeva perché gli pareva in quel modo dimostrare meglio la sua eloquenzia et aveva odio particulare col re Ferrando, perché aveva lasciato perdere lo stato al re Federigo e toltone una parte per sé, gli rispose che non sapeva che nell’arme lui avessi fatto cosa alcuna eccellente e, se aveva vinto in molti luoghi, erono suti li suoi capitani e non lui, ma che molto più aveva ottenuto con fraude che con virtù; […] e che nell’azione della pace non sapeva vedere, non sapeva discernere tanta sua iustizia e bontà, perché vedeva lasciava governare assai alla Regina e lui attendeva a darsi piacere, quando con altre donne, quando a giuco, quando a caccia » (ibid., p. 125-126). La réponse de l’évêque espagnol, irrité par les mots du Siennois, ne se fait pas attendre et la discussion risque vite de déraper, étant donné l’amour inconditionnel de Venafro pour la dispute. Il reviendra donc à Vettori de sortir les deux de cette situation compliquée : « Il Venafro aveva ordito di risponderli, ma, essendo già l’ora tarda e dubitando io che da queste parole modeste non si precedessi a altre non convenienti, m’ingegnai di rompere il ragionamento e che ciascuno s’andassi a riposare per potersi levare per tempo la mattina » (ibid., p. 127).

33 Ibid., p. 93-95.

34 Ibid., p. 127-128.

35 Ibid., p. 99-100.

36 « Seguitammo, a dì 6 di gennaio, il cammino con freddo grande e neve e, volendo cavalcare il giorno dopo, fummo condotti dalla guida a Sterzing, che è distante da Ispruc miglia sette tedesche. Giugnemmo a notte. Tutte le case erano piene di fanti in modo avemmo fatica d’avere una sola camera dove ci riducemmo il Venafro et Antimaco et io con li nostri servitori. E perché la notte non era possibile dormire per lo strepito che si sentiva in quella casa, qualcuno de’ nostri servitori cominciò a giucare con carte. Antimaco, che faceva il religioso e forse l’ipocrito, vedendoli giucare si turbò e gli riprese. Il Venafro, ch’era poco religioso e troppo largo, gli difendeva e disse a Antimaco che, poiché la notte non era possibile dormire in quello loggiamento, che bisognava trapassarla con qualche ragionamento e per questo, se lui voleva pigliare l’assunto di dannare il giuco, lui voleva pigliarlo difenderlo e rispondere a tutto quello diceva. E così convenuti, passorono gran parte della notte. E perché il ragionamento fu lungo e piacevole e forse non inutile, lo riferirò per modo di dialogo » (ibid., p. 130).

37 « Et io credo in molte cose ingannarmi, ma in questo voglio parlare audacemente et affermare che il giuoco, in ogni qualità di persona, è vizio tanto pernizioso quanto alcuno altro […]. E così, da questo maledetto vizio, seguono tutti e’ disordini che si possono non che dire, ma pensare » (ibid., p. 130-131).

38 « Io fo presupposto che tutto quello che li uomini fanno in questo mondo, lo faccino a fine di conseguire piacere. […] Li uomini che vivono secondo il mondo, chi pone il suo piacere nell’ambizione, chi nella gola, chi nella libidine, chi di congregare danari, chi d’allevare con buoni costumi la sua famiglia, chi d’essere acerrimo difensore de’ poveri et avere più presto per obietto il bene pubblico, che il suo proprio » (ibid., p. 131).

39 « Stante questo fondamento, se è stato trovato un modo che dà piacere quasi a ciascuno, non so con quale ragione si possa biasimare il giuoco » (ibid., p. 131-132).

40 « […] e se bene è causa di molti errori, dicono e’ medici che nessuna medicina è di tanto giovamento al corpo, che non abbi in sé qualche nocumento. Il vino, preso con modestia, conferisce, ma, immoderato, nuoce: così il giuoco ha molti difetti in sé, ma procede da non essere usato in quello modo si debbe. Il coito è causa di mantenere la generazione umana, ma chi non attendessi mai ad altro sarebbe da biasimare; el mangiare sostiene il corpo, ma chi mangiassi sempre sarebbe una bestia: però non è da dannare assolute il giuoco, ma sono bene da dannare quelli che l’usono sanza considerazione e sanza modo » (ibid., p. 132).

41 « E perché tu di’ che occupa il tempo, questo non si può negare. Ma chi è quello a chi non avanzi tempo? e che ne consumi una gran parte in dormire più che il bisogno, et in parlare e dire male di questo e quello, et in contare favole e novelle che non sono di profitto alcuno? » (loc. cit.).

42 Loc. cit.

43 F. Guicciardini, Ricordi, E. Pasquini éd., Milan, Garzanti, 1975, ricordo no 112, p. 138.

44 L. Domenichi, Detti, et fatti di diversi Signori et persone private, Florence, Torrentino, 1562, p. 80.

45 « Mariano Pecci cittadino Sanese, al tempo che Pandolfo Petrucci reggeva quello stato, era uno de’ primi, che governasse. Havendolo chiamato non so che volte pecorone Messer Antonio da Venafro segretario di Pandolfo, nel quale era il carico di tutto quel governo, si dolse con Pandolfo, dicendogli Magnifico Pandolfo, Voi m’havete tirato in questa grandezza, faccendomi hora di Balia, hora di qualche altro magistrato de’ primi, che ci sieno. Hora Messer Antonio da Venafro pare che habbia poco rispetto e a voi, e a Me; che spesso presente qualche cittadino mi dice; che io sono un pecorone. Perché Pandolfo chiamato Messer Antonio gli disse, che dovesse havergli rispetto nel parlargli, et che non lo chiamasse pecorone. A dunque disse Messer Antonio ridendo, egli hà per male d’esser chiamato pecorone? Certo egli ha torto: perché Io l’hò fatto da di… il quale si contentò d’esser chiamato agnello, e io l’hò chiamato pecorone, che è molto più » (ibid., p. 114).

46 « Haveva Pandolfo, come è costume de’ grandi, tuttavia intorno di molti adulatori, et fra gli altri uno molto sfacciato, et vituperoso, che era per tale conosciuto da ogniuno: le cui sciocche maniere erano hoggimai venute a noia al Venafro, huomo assai libero di natura, et per l’autorità, che egli haveva con Pandolfo anchora molto più. Ora havendo un giorno Messer Antonio udito con poca patientia questo adulatore, et non potendo più comportarlo; perché a ogni parola, che Pandolfo diceva, esso l’andava secondando in ogni cosa; disse il Venafro a Pandolfo; Io vorrei ti venisse il canchero. Perché maravigliandosi di ciò molto Pandolfo; esso soggiunse; accioché egli venisse anchora a questo sfacciato » (ibid., p. 80).

47 « Havendo Papa Giulio secondo interdetti i Sanesi, Messer Antonio da Venafro segretario di Pandolfo andò a Roma, per fargli ribenedire; et facendone il Papa difficultà, disse il Venafro; Beatissimo padre, guardi pur vostra Santità quello che essa fà: che per lo corpo di me, s’ella gli lascia star così troppo, e’ parrà loro così bella cosa il non havere briga d’andare alla chiesa, che vorranno più tosto viver così, che altrimenti » (ibid., p. 120-121).

48 Ibid., p. 147.

49 Loc. cit.

50 « […] E per questa cosa [le Prince], quando la fussi letta, si vedrebbe che quindici anni che io sono stato a studio all’arte dello stato, non gl’ho né dormiti né giuocati; e dovrebbe ciascheduno aver caro servirsi d’uno che alle spese d’altri fussi pieno di esperienza » (N. Machiavel, Lettere familiari, op. cit., p. 428).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giorgio Bottini, « Messer Antonio Giordani da Venafro (1459-1530), juriste et secrétaire à la cour de Pandolfo Petrucci, seigneur de Sienne », Laboratoire italien [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 24 octobre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3526 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.3526

Haut de page

Auteur

Giorgio Bottini

Université Paris 2 Panthéon-Assas, Institut Michel Villey • Docteur en philosophie, Giorgio Bottini a soutenu en novembre 2017 une thèse consacrée à l’influence du droit romain et du droit canon sur la pensée politique de Nicolas Machiavel. Ce travail de thèse a pour titre Mœurs et coutume chez Machiavel et a été élaboré en cotutelle entre le département de philosophie du droit de l’université de Naples Frédéric II et le laboratoire Triangle de l’ENS de Lyon (UMR 5206). Actuellement, il est ATER en philosophie du droit au sein de l’université Paris 2 Panthéon-Assas et membre de l’Institut Michel Villey. Il a consacré différents travaux à la relation entre la tradition juridique médiévale et la pensée politique moderne : « Entre mœurs et corruption. Machiavel, la langue du droit et la politique de la force », dans Entre nature et histoire : mœurs et coutumes dans la philosophie moderne (Classiques Garnier, 2017) et « “La coniettura dell’animo e delle cose”. Il modo machiavelliano della prova e del giudizio in condizioni d’incertezza », Quaderni materialisti, no 16, 2018.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page