Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Un secrétaire vénitien entre archives et livres imprimés : Giovanni Battista Ramusio (1485-1557)

Un segretario veneziano tra archivi e libri stampati: Giovanni Battista Ramusio (1485-1557)
A Venetian secretary between archives and printed books: Giovanni Battista Ramusio (1485-1557)
Fiona Lejosne

Résumés

Bien que l’anonymat théorique des secrétaires vénitiens ne facilite pas l’identification de leur poids politique, l’historiographie suggère qu’ils jouent un rôle déterminant dans le processus de décision politique de la République au début de l’âge moderne. S’il est avéré que les mécanismes institutionnels leur permettent d’œuvrer avec une certaine autonomie d’action, il est toutefois difficile de faire émerger des archives les exemples d’une appropriation indue du pouvoir par un secrétaire vénitien. Cette étude centrée sur Giovanni Battista Ramusio, qui officie de 1505 à 1557 auprès des institutions de la Sérénissime, vise à suivre pas à pas le parcours d’un de ces acteurs afin d’identifier au plus près les moyens de son action et la marge de manœuvre dont il dispose. Bien qu’aucun coup d’éclat ne marque la carrière de Ramusio, un ensemble d’informations issues à la fois des archives d’État, de sa correspondance personnelle et des mentions qui sont faites de lui dans les paratextes de livres imprimés apporte les preuves de la visibilité publique d’un secrétaire comme Ramusio au cours de la première moitié du XVIe siècle. Une action continue – en partie en-dehors de ses activités strictement professionnelles – lui permet de contribuer à la vie politique et culturelle de la république de Venise selon ses compétences propres, à une époque où les pratiques et les prérogatives ne sont encore figées ni par l’expérience ni par l’institution régulatrice de la chancellerie, le Conseil des Dix.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La catégorie sociojuridique des cittadini originari apparaît à Venise au milieu du XVe siècle, pro (...)

1La figure du secrétaire vénitien au début de l’âge moderne présente plusieurs paradoxes. Auteur de la grande majorité des documents produits par les institutions de la Sérénissime, c’est pourtant un acteur de l’ombre, caché derrière l’anonymat de ses fonctions. Issu du groupe social des cittadini originari (suite à une décision de 14781), il participe aux activités législatives et judiciaires de la ville sans toutefois jouir d’un pouvoir décisionnel, réservé aux seuls patriciens. En raison de son invisibilité théorique, le secrétaire vénitien pose à l’historien un problème d’identification. Pourtant, l’anonymat auquel il est tenu ne résiste pas longtemps à l’étude des sources d’archives : l’Archivio di Stato di Venezia (ASV), qui a hérité des documents produits par la République, contient de très nombreuses traces des secrétaires comme individus.

  • 2 J’emprunte l’expression à Andrea Zannini qui parle de « ordine cancelleresco », voir A. Zannini, o (...)
  • 3 Voir à ce sujet la contribution de Grace Allen dans ce dossier.

2Du point de vue institutionnel, le rôle du secrétaire vénitien se définit progressivement à partir de la deuxième moitié du XVe siècle. Au cours du XVIe siècle, une série de délibérations du Conseil des Dix (qui constitue alors la plus haute magistrature vénitienne, avec notamment pour prérogative la gestion de la chancellerie) précise les modalités de son recrutement et le cadre d’exercice de ses fonctions. Dès lors, la carrière de secrétaire vénitien se normalise tout en connaissant un resserrement autour des familles citoyennes, si bien que c’est un véritable « ordre des citoyens2 » qui émerge à Venise au tournant des XVIe et XVIIe siècles. Le recrutement est alors verrouillé par un système de transmission héréditaire des fonctions, en net contraste avec le principe adopté un siècle plus tôt, celui d’un concours d’entrée comme seule voie d’accès possible à ces fonctions. Du point de vue social comme professionnel, la figure du secrétaire de la chancellerie vénitienne – encore extrêmement labile à l’aube de l’âge moderne – se fige très vite dans des pratiques et un statut qui perdurent jusqu’à la chute de la République en 1797. On peut saisir les enjeux qui déterminent la trajectoire des secrétaires en s’intéressant au siècle allant de leur émergence à la fixation de leur statut. C’est un siècle durant lequel les besoins de la bureaucratie vénitienne se font de plus en plus pressants, le secrétaire devenant rapidement le principal acteur de la machine étatique qui est en train de se mettre en place. Cette figure connaît aussi, au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, une théorisation et une normalisation qui se manifestent par la prolifique trattatistica consacrée aux secrétaires3. Les éditions vénitiennes dominent d’ailleurs largement dans le corpus italien de ces traités.

  • 4 Voir A. Zannini, op. cit. C’est également la question que soulève A. Baschet, Les archives de Veni (...)
  • 5 A. Zannini a dressé un panorama des trente dernières années de l’historiographie consacrée au suje (...)

3L’hypothèse que le pouvoir politique des secrétaires vénitiens est bien supérieur à celui qui leur est accordé sur le papier transparaît dès le XIXe siècle dans les études que Leopold von Ranke consacre à l’histoire de la République4. Cette interprétation ne réussit toujours pas à convaincre dans la mesure où elle reste le plus souvent du domaine de la conjecture, sans bénéficier d’un étayage que les abondantes archives vénitiennes semblent pourtant à même de fournir. Bien que les hypothèses allant dans le sens d’un pouvoir politique réel des secrétaires aient été réitérées encore récemment5, peu d’historiens se sont véritablement intéressés aux données que livrent les archives. La solution proposée ici à cette aporie passe par l’identification de la trajectoire professionnelle d’un individu : non seulement elle apporte la preuve manifeste que l’anonymat du secrétaire vénitien n’est qu’apparent, mais elle permet d’illustrer par un cas d’étude précis et documenté les marges de manœuvre dont bénéficient réellement ceux qui travaillent au quotidien dans la chancellerie de la Sérénissime.

4Le parcours de Giovanni Battista Ramusio (1485-1557) démontre que la singularité joue bien un rôle dans la trajectoire professionnelle d’un secrétaire. Au cours de sa carrière, ce dernier a effectivement la possibilité de faire montre de ses compétences propres, qu’il peut faire valoir dans le cadre des fonctions qu’il exerce pour la République. Le parcours professionnel de Ramusio au sein de la chancellerie vénitienne s’étale sur plus d’un demi-siècle, de 1505 à 1557. Les tâches qui lui sont confiées et les missions qu’il accomplit dans et à l’extérieur de Venise peuvent être reconstituées sur la base de différentes sources privées et publiques : en premier lieu, les filze et registri des magistratures pour lesquelles il travaille. Enquêter sur la figure du secrétaire vénitien suppose d’adopter une méthodologie adaptée à l’identification de cette figure en clair-obscur. La démarche retenue m’a permis de procéder à la reconstitution du parcours professionnel de Ramusio, qui fait état à plusieurs reprises de marques d’une reconnaissance des qualités individuelles du secrétaire dans l’évolution de sa carrière. Enfin, comme je l’exposerai, il apparaît que les indices d’une visibilité incontestable des secrétaires vénitiens sont nombreux. Les sources documentant les quelque cinquante-deux années que Ramusio passe au service des institutions vénitiennes montrent, à l’encontre des règles sur son anonymat, qu’un secrétaire de la chancellerie est bien identifié comme tel, en public comme en privé, au sein de la société vénitienne.

  • 6 « Et primo, quod debeat esse fidelissimus etiam in minimis, ne dicam in magnis, serenissimo ducali (...)

5Ramusio s’avère être un cas d’étude particulièrement intéressant dans l’identification des prérogatives d’un secrétaire vénitien au XVIe siècle. Sa longue carrière fait de lui un exemple représentatif : il suit les principales étapes du cursus honorum d’un secrétaire de la chancellerie vénitienne. D’abord straordinario, il est titularisé ordinario en 1513 et affecté au service du Grand Conseil, puis nommé en 1516 secrétaire du Sénat et du Collegio. Il devient ensuite secrétaire du Conseil des Dix, de 1553 jusqu’à sa mort. Sa décision d’entrer au service de la chancellerie l’année de ses vingt ans ainsi que son engagement constant sont certainement guidés par les conseils de son père, Paolo Ramusio senior, qui a lui-même servi la République. Paolo Ramusio est jurisconsulte et aurait exercé principalement auprès d’institutions vénitiennes en Terre Ferme. Dans son testament, il transmet à son fils une éthique du service de la République que Giovanni Battista, à son tour, demande à son fils Paolo junior de respecter6.

Les secrétaires vénitiens dans la chancellerie

6Les premières décennies du XVIe siècle correspondent à une période d’adaptation progressive du fonctionnement des institutions de la république de Venise aux conditions extérieures. Il s’agit d’être actif et réactif face à l’imprévu d’événements politico-militaires comme les guerres d’Italie ou les multiples manifestations de la menace ottomane. L’évolution interne implique une hausse du nombre de fonctionnaires, rendue inévitable par l’augmentation des tâches à accomplir. Sous le double effet de la pratique quotidienne – épisodiquement soumise à des urgences qui contraignent à une forte réactivité – et de la réglementation de la gestion sous l’impulsion du Conseil des Dix, la tendance est, tout au long de la période concernée, à la rationalisation des procédures de la chancellerie et des magistratures vénitiennes.

  • 7 Voir A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 123.

7Le fonctionnement institutionnel de la république de Venise prévoit que le pouvoir décisionnel revienne aux patriciens (élus aux différentes magistratures pour des mandats temporaires) : les secrétaires n’ont que des fonctions d’exécution. Selon le règlement élaboré par le Grand Chancelier Francesco Fasuol en 15127, les missions d’un secrétaire sont au nombre de quatre : enregistrer et conserver les documents produits par les institutions, suivre et faciliter le travail des quatre conseils (Grand Conseil, Sénat, Collegio et Conseil des Dix), assister les principales magistratures au quotidien et, ponctuellement, suivre des représentants patriciens hors de Venise. On sait que les secrétaires peuvent aussi être envoyés en mission de manière autonome, par exemple pour des fonctions diplomatiques (ce qui leur confère une certaine visibilité en dehors de la République) ou bien pour des tâches à effectuer en Terre Ferme.

8Contrairement à d’autres systèmes bureaucratiques de ce temps, l’anonymat de la fonction de secrétaire est en vigueur à Venise. Le plus souvent, les documents produits ne sont pas signés et ne portent pas en principe de marques de reconnaissance permettant d’en identifier l’auteur. Bien évidemment, il nous faut étudier la distance entre les règles établies et le fonctionnement effectif. Si, comme on va le voir, de nombreuses traces matérielles apportent la preuve que la règle de l’anonymat est régulièrement enfreinte, peut-on pour autant en conclure à un non-respect général des prérogatives assignées aux secrétaires vénitiens ? La déduction serait trop hâtive, mais la question de l’anonymat et de son infraction permet d’illustrer la visibilité dont jouit, dans les faits, un secrétaire de chancellerie à Venise.

Percer l’anonymat du secrétaire vénitien

9La question de la méthodologie apparaît particulièrement pertinente dans le cadre d’une étude sur le secrétaire de chancellerie, dans la mesure où son principal espace de travail – les archives – correspond au lieu traditionnel des recherches de l’historien. Dans le cas de Venise cependant, la difficulté consiste à distinguer le travail conduit par l’un d’entre eux de celui qui est fourni par l’ensemble anonyme et indéterminé du corps professionnel. Ainsi, de manière quelque peu paradoxale, le lieu par excellence des documents produits par un secrétaire vénitien ne conserve théoriquement aucune marque de son travail individuel. Le défi tient donc, au sein de ces archives, à identifier des indices de sa présence. Il ne s’agit pas seulement de procéder à une mise en abîme de la recherche historique en regardant par-dessus l’épaule du secrétaire pour étudier ce sur quoi il travaille et comment il le fait, mais d’adopter une approche critique des documents produits par les secrétaires et de la façon dont ces documents sont élaborés et conservés. En cela, mon étude s’inscrit dans les perspectives historiographiques du « tournant archivistique », que définit en ces termes l’introduction à un volume collectif consacré aux archives italiennes :

  • 8 F. De Vivo, A. Guidi et A. Silvestri, Fonti per la storia degli archivi degli antichi Stati italia (...)

Questo approccio implica una trasformazione radicale dell’atteggiamento degli storici verso l’archivio: non solo luogo di studio, ma anche oggetto di ricerca; non solo terreno di caccia di singoli documenti, ma anche sistema di relazioni tra documenti molteplici; non solo luogo di conservazione delle tracce del passato, ma anche insieme di strumenti pensati per la gestione di quello che una volta era il presente.8

10Dans ce cadre, les travaux de Filippo De Vivo ont montré tout l’intérêt de s’attacher au cas spécifique des archives vénitiennes du début de l’âge moderne. Les institutions de la Sérénissime prennent très tôt conscience de l’enjeu que représentaient l’archivage et la consultation des documents de chancellerie mais, derrière une gestion en apparence réglée et contrôlée, de nombreux indices nous permettent de pénétrer les coulisses de la production des documents conservés. On peut alors entrer dans le quotidien de secrétaires du XVIe siècle comme Ramusio.

  • 9 Voir G. Trebbi, « Il segretario veneziano », Archivio storico italiano, vol. CXLIV, no 1, 1986, p. (...)

11Accéder aux archives de la chancellerie est l’un des privilèges du secrétaire vénitien. Il s’agit d’une des principales caractéristiques de son autonomie selon l’historiographie récente. Certains registres sont en effet plus facilement accessibles pour un secrétaire que pour un patricien. Dès le début de son service auprès du Sénat et au moins jusqu’en 1540, Ramusio rédige des délibérations destinées à être conservées dans la segreta, cette partie des archives où les documents politiques jugés délicats sont conservés, et dont l’accès est fortement contrôlé. Ainsi, les patriciens dont les fonctions ne justifient pas d’accéder à la segreta doivent passer par les secrétaires pour obtenir les documents qu’ils souhaitent consulter, ce qui est à l’origine de polémiques à l’instigation de certains patriciens envers les secrétaires en charge9. Néanmoins, les secrétaires n’ont pas un accès exclusif à la segreta : les membres de certains conseils peuvent aussi y circuler librement. Ces fonctions étant tournantes, aucun patricien ne bénéficie cependant d’un accès continu.

  • 10 C’est là le rôle du « secretario alle leggi », voir F. De Vivo, « Ordering the archive in early mo (...)

12Plus généralement, la fréquentation quotidienne des archives et le fait d’avoir en charge leur organisation et leur catalogage font des secrétaires vénitiens les premiers experts de ce dépôt de documentation. Or, dans un système où toute décision prise se réfère aux délibérations antérieures concernant le même champ d’action, une des missions des secrétaires consiste à préparer les réunions des Conseils en partant à la recherche des précédents qui pourraient éclairer les débats et faciliter la prise de décision10. Là encore, on peut avancer l’hypothèse qu’une telle prérogative laisse aux secrétaires une autonomie d’action dans la sélection des délibérations qu’ils prennent pour référence. Il s’agit cependant de marges de liberté dont on peut aujourd’hui difficilement apporter la preuve tangible.

  • 11 F. Gilbert, « The last will of a Venetian grand chancellor », dans E. P. Mahoney éd., Philosophy a (...)
  • 12 M. Neff, art. cité. Ce travail, présenté comme la synthèse d’une recherche de plus grande ampleur, (...)
  • 13 M. Galtarossa, « La formazione burocratica del segretario veneziano: il caso di Antonio Milledonne (...)

13Pour que les trajectoires individuelles émergent de la masse des secrétaires, il faut avoir recours à un travail minutieux de consultation des sources d’archives. Selon les estimations de Giuseppe Trebbi, il y a environ quatre-vingts secrétaires à la chancellerie vénitienne durant les premières décennies du XVIe siècle. À ce jour, seule une infime partie de l’historiographie a été consacrée à l’identification de ces individus. Les premiers travaux réalisés en ce sens furent ceux de Felix Gilbert sur Gianfranco Stella11, suivis par ceux de Mary Neff qui, en 1981, livre les premières conclusions de sa monographie sur Zaccaria de’ Freschi12. Plus récemment, Massimo Galtarossa s’est intéressé à la figure problématique d’Antonio Milledonne13, connu notamment pour l’échec de ses intrigues en vue de son élection aux fonctions de Grand Chancelier en 1581. Dans ce champ presque vierge, on ne dispose pas d’un nombre suffisant d’études de cas sur la base desquelles produire des analyses statistiques (qui porteraient par exemple sur une cohorte de secrétaires pendant plusieurs décennies et que l’on pourrait mettre en regard des trajectoires singulières). En revanche, l’existence même des trois études citées signifie que l’anonymat institutionnel du secrétaire vénitien ne l’a pas condamné à la dissolution complète de son individualité dans les dossiers d’archives.

  • 14 M. Galtarossa, « Le politiche culturali per la Cancelleria ducale », dans A. Caracausi et A. Conza (...)

14Comme le souligne Massimo Galtarossa dans un article sur la formation culturelle des secrétaires vénitiens, plusieurs d’entre eux sortent du lot pour s’être distingués dans des activités intellectuelles excédant de loin leurs fonctions professionnelles14. Ramusio compte parmi ces secrétaires s’étant illustrés en dehors du strict cadre de leur carrière bureaucratique : entre 1550 et 1559, il publie les trois volumes de la compilation géographique Navigationi et viaggi, qui marque le point d’orgue de l’implication italienne dans le traitement des données issues des voyages exploratoires alors en cours. Pour retracer le parcours professionnel de Ramusio, j’ai utilisé comme matière première les sources internes aux institutions. La publication de la compilation n’a laissé qu’une très faible documentation manuscrite, et n’a eu lieu qu’à la toute fin de la carrière du secrétaire. En revanche, partir à sa recherche au sein même des archives institutionnelles de la Sérénissime s’est avéré être une démarche féconde.

  • 15 Ces documents pourraient également permettre de déterminer les phénomènes de recommandation ou d’a (...)
  • 16 ASV, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreti, filza 67.

15Un dépouillement même superficiel des sources vénitiennes permet d’isoler un premier biais d’identification des missions du secrétaire : les actes d’élection ou de nomination15. L’anonymat et l’effacement total du secrétaire dans l’accomplissement de sa tâche ne sont pas systématiquement respectés, même dans les procédures régulières mises en œuvre au sein de la chancellerie. À titre d’exemple, les secrétaires du Conseil des Dix signent généralement de leur nom les documents à transmettre à d’autres institutions, notamment lorsqu’une réponse est attendue. Ainsi, la signature autographe de Ramusio apparaît sur un document de l’ASV datant de 155316. Mais ce type de signature est plutôt rare dans les archives vénitiennes et ne pourrait suffire à reconstituer l’itinéraire professionnel complet d’un secrétaire.

  • 17 Il est difficile, à la différence des filze, d’identifier les graphies individuelles dans les regi (...)

16Afin de faire émerger des archives le parcours de Ramusio, j’ai procédé à l’identification des documents portant sa graphie. L’assiduité de Ramusio est très inégale tout au long de sa carrière : son écriture apparaît constamment dans les années 1520 (surtout dans les filze des archives secrètes du Sénat) pour ensuite disparaître progressivement au début de la décennie 1540. Sa présence quotidienne à la chancellerie est au contraire attestée au cours des dernières années de sa vie, lorsqu’il sert le Conseil des Dix. Cette magistrature ayant un nombre réduit de secrétaires (ils sont quatre au milieu du siècle), elle exige certainement de leur part une assiduité beaucoup plus forte. Inversement, la quasi-absence de Ramusio dans certaines périodes de son service auprès du Sénat est difficile à interpréter. Peut-être est-il tout simplement affecté à des missions qui ont laissé des traces écrites moins abondantes dans les filze17 (qui contiennent en grande majorité des notes prises durant les séances), ou peut-être a-t-il alors fait le choix de s’éloigner de ses fonctions professionnelles pour se consacrer à d’autres activités (la décennie 1540 correspond justement à la période de préparation de la compilation des Navigationi et viaggi, publiée entre 1550 et 1559).

17Les missions confiées à Ramusio tout au long de sa carrière sont d’une très grande hétérogénéité. Si son cas est représentatif, on peut alors établir que les secrétaires vénitiens ne sont pas cantonnés à une tâche ni à un domaine d’action précis. Ramusio participe notamment aux activités ayant trait à la politique extérieure (correspondance avec les ambassadeurs vénitiens et réception des représentants étrangers), au maintien de l’ordre intérieur, au recouvrement des impôts, à la relation avec les autorités religieuses ou encore à la gestion du personnel militaire. Néanmoins, il apparaît clairement que certaines des missions qui lui incombent nécessitent des compétences qu’il n’a pas acquises dans le contexte institutionnel. Sa longue carrière prend place à une période où le rôle des secrétaires est en pleine définition, à la fois dans l’affirmation de leur statut sociojuridique et du point de vue des prérogatives qui leur sont assignées. De nombreux choix d’organisation et de régulation du système d’archivage de la chancellerie vénitienne datent des premières décennies du XVIe siècle. Pour cette raison même, les secrétaires disposent d’une certaine marge de manœuvre dans une organisation qui n’est pas encore complètement figée. De même, la spécialisation des fonctions au sein des institutions vénitiennes est un processus alors en cours : certaines activités auxquelles Ramusio participe au début de sa carrière deviennent ensuite du ressort d’un organe dédié ou d’un seul corps de métier, à l’instar de sa participation au système de censure d’État du livre imprimé.

Acteur qualifié : le secrétaire et les livres

18L’implication dans la gestion des privilèges d’impression ou encore la sollicitation pour des traductions depuis des langues anciennes ou étrangères constituent autant d’aspects de l’activité des secrétaires vénitiens jusqu’ici méconnus. Ces deux tâches présentent pourtant, à elles seules, des pistes fécondes dans l’identification du rôle politique que le secrétaire est susceptible de jouer au sein de la Sérénissime. La question de la maîtrise des langues mériterait une étude approfondie. En ce qui concerne la participation au système de censure, le cas de Ramusio est là particulièrement bien illustré par les documents exhumés de l’ASV.

  • 18 Il s’agit cependant d’un privilège destiné à protéger la technique – en l’occurrence celle importé (...)

19Au début du XVIe siècle, l’attribution des privilèges d’impression est encore une activité relativement nouvelle pour la République (le premier a été accordé en 146918). Avant la création de l’institution ad hoc des Riformatori allo studio di Padova en 1544, la gestion des suppliques déposées en vue de l’obtention de privilèges d’impression est prise en charge par le Conseil des Dix. Il s’agit, pour les requérants, d’obtenir l’exclusivité sur la production et la vente d’un ouvrage. La République, pour sa part, a doublement intérêt à accorder un privilège puisqu’elle peut ainsi exercer une activité de contrôle (en choisissant d’accorder ou non une licence d’impression) et qu’elle participe, avec le système des privilèges, à la promotion d’un produit commercial dont le prestige intellectuel et culturel ne peut que rejaillir sur la renommée de la ville.

  • 19 ASV, Capi Consiglio dei Dieci, Notatorio, reg. 11, fol. 113v.
  • 20 Dans cette délibération, qui concerne une œuvre de Polybe traduite en latin, il est cité comme « p (...)

20Or, dans la première phase de mise en œuvre du système, les secrétaires sont régulièrement appelés à participer à la relecture des ouvrages : ils interviennent donc dans l’attribution des licences d’impression, en émettant un avis sur le contenu des ouvrages soumis aux institutions républicaines. Entre 1530 et 1543, le nom de Ramusio apparaît sur au moins treize délibérations. Son avis est consultatif, c’est-à-dire qu’il doit évaluer le contenu des œuvres destinées à obtenir une licence pour garantir que « non vi è cosa contr’alcun principe, ne contra li boni costumi », selon une formulation de juin 153619. Dans ces délibérations, les secrétaires sont cités de façon nominative : sur toutes les attributions de licences auxquelles Ramusio a pris part, son nom apparaît suivi de la mention de sa fonction20.

21La liste des ouvrages sur lesquels Ramusio a été invité à se prononcer nous informe quant aux domaines d’expertise qui sont les siens : beaucoup de textes relèvent du savoir géographique (dont les œuvres qui font l’objet de la première demande de privilège et qui seront ensuite au cœur du premier volume des Navigationi et viaggi, mais aussi les premières éditions vénitiennes d’ouvrages sur le Nouveau Monde et la version en langue vulgaire de l’Italia illustrata de Flavio Biondo). On trouve aussi l’édition d’ouvrages classiques grecs et latins, de traités de médecine (Hippocrate par exemple) et de quelques recueils de poésie. Ramusio dispose aussi de compétences éditoriales qu’il a développées dans un contexte privé puisque, dès la première décennie du XVIe siècle, il collabore avec les Manuce puis, à partir des années 1530, avec les éditeurs-imprimeurs Giunti.

22Le travail de recherche au sein de l’ASV fait émerger l’une des dimensions de la valorisation du rôle des secrétaires à Venise : la reconnaissance de leurs compétences et de leurs qualités individuelles. Les secrétaires se distinguent au sein de cette masse apparemment informe par les tâches qui leur sont attribuées en fonction de leurs compétences propres. La bureaucratie qui est en train de se construire au sein de la république de Venise dans la première modernité n’est pas une machine impersonnelle : la chancellerie sait mettre à profit les compétences propres à chacun.

Le secrétaire, personnage public

  • 21 M. Pagan, Procession du Doge sur la Place Saint-Marc le dimanche des Rameaux, 1556-1559, Museo Civ (...)
  • 22 Sur l’inscription du pouvoir dans l’espace public à Venise et sa représentation sur cette gravure, (...)

23Le secrétaire vénitien, même s’il agit en acteur « fidelissimus » et « secretissimus » de la République, selon les préceptes établis par le père de Ramusio dans son testament, n’est pas une figure anonyme au sein de la société vénitienne. La visibilité publique dont il bénéficie passe d’ailleurs par une mise en scène dans le cadre des processions. On peut penser notamment à la très célèbre gravure de Matteo Pagan qui représente une cérémonie publique sur la place Saint-Marc21. Y figurent le doge et sa suite et, sous chacun des participants au défilé, leur fonction : les « secretarii » viennent après le patriarche dans l’ordre de succession, et précèdent les sénateurs et les ambassadeurs22.

  • 23 Cronaca ramusia, BNM, ms. It. VII 325 (8839), fol. 3r-4v.

24Le cas de Ramusio apporte la preuve que ce statut bénéficie effectivement d’une reconnaissance sociale importante, à tel point que, selon la chronique familiale rédigée par son petit-fils Girolamo au début du XVIIe siècle, Giovanni Battista aurait fait mention de sa profession sur la tombe de ses parents : en 1506, sur celle de son père, l’épitaphe l’aurait décrit comme « scriba ducis venetum patrium » et en 1538, sur celle de sa mère, comme « senatus veneti scriba »23. Dans le cas de Ramusio, cette reconnaissance est aussi liée aux prérogatives spécifiques qui sont celles du secrétaire de chancellerie. On en trouve la trace à la fois dans les archives, dans sa correspondance personnelle et dans certains livres imprimés.

  • 24 J. S. Grubb éd., Family Memoirs from Venice (15th-17th century), Rome, Viella, 2009, p. 116. Le do (...)

25L’accès privilégié aux archives dont jouit le secrétaire fait parfois l’objet de demandes de service adressées à Ramusio par ses concitoyens. Il est ainsi sollicité par des individus à titre privé (et non dans le cadre de l’exécution de missions officielles) pour obtenir de sa part une recherche au sein des archives de chancellerie. La famille des Dardani a fait appel à lui pour identifier un document attestant des activités de l’un de leurs aïeux. Lorsque Ippolito Dardani procède, au milieu du XVIe siècle, à la reconstitution de son histoire familiale, il cite en effet une délibération du Conseil des Dix datant de 1445 dont la garantie est évoquée par cette mention dans son « livre de famille » : « Ioannes Baptista Ramnusius illustrissimi consilii decem secretarius contuli cum auctentico et subscripsi »24.

  • 25 Bembo s’était pourtant vu attribuer par le Conseil des Dix l’aide de deux secrétaires de chancelle (...)
  • 26 P. Bembo, Lettere, E. Travi éd., Bologne, Commissione per i testi di lingua, 1987-1993, lettre no  (...)

26Il en va de même pour Pietro Bembo lorsque, entre 1541 et 1543, résidant à Padoue, il a besoin de documents pour rédiger l’histoire de Venise. Non seulement le patricien demande à Ramusio de lui fournir certains des volumes des Diarii de Marino Sanudo, mais il s’adresse aussi à lui pour rechercher ponctuellement des informations sur des dates ou des personnages à propos desquels les seules sources – ou du moins les seules considérées comme fiables – se trouvent dans les archives de la chancellerie25. Dès 1508, Bembo, qui vit le plus souvent hors de Venise, échange une correspondance régulière avec Ramusio. Dans la première lettre dont nous disposons parmi celles qui furent envoyées par le patricien au secrétaire, Bembo établit ainsi la supériorité de la situation dans laquelle se trouve Ramusio : « sono certo che molte cose potrete intender voi, che altri per aventura non le sentirà »26.

  • 27 « Siquidem tu ista eruditione, isto rerum usu uir, qui ob peragratam satis bonam Europae partem it (...)

27Les mentions de Ramusio comme secrétaire dans des paratextes d’imprimés mettent en évidence différents aspects de son travail. Dans la dédicace que Gian Francesco Torresani fait figurer en tête de la Troisième Décade de Tite-Live, il s’agit d’insister – à l’instar de la lettre de Bembo – sur sa proximité avec les sénateurs et leurs secrets27. En 1559, après la mort de Ramusio, Tommaso Giunti révèle le nom du compilateur dans l’avis « Ai lettori » du deuxième volume des Navigationi et viaggi et dresse ainsi son portrait, en voyant dans sa connaissance des langues modernes et de la géographie le résultat de sa formation de secrétaire :

  • 28 1559, n. p. (entre la préface et le sommaire) ; 1980, p. 4. Je fais référence aux Navigationi et v (...)

intendente ancho della Geographia, la cui notitia s’haveva esso acquistata, parte dal continouo & diligente studio, che poneva nel legger i buoni auttori, che n'hanno trattato, & parte dall’hauer nella sua giouanezza praticato molti anni in diyersi paesi, mandatoui per honorati servitij da questa Illustrissima Repubblica. Dove gli avvenne, che fece medesimamente acquisto della lingua Francese, & della Spagnuola.28

  • 29 « Essendo io andato quel giorno che ne ragionammo à desinare à Murano fuori di Venetia, & per usci (...)
  • 30 « Gli posero per cognome messer Marco detto Millioni che cosi anchora ne libri publici di questa r (...)
  • 31 « Massimamente appartenendo la cognitione di questa cosi illustre & gloriosa memoria, alla grandez (...)

28C’est aussi dans les paratextes des Navigationi et viaggi que Ramusio lui-même évoque ponctuellement ses fonctions, sans pour autant que ces allusions ne donnent lieu à de longs développements. Deux cas de figure méritent d’être cités. Dans la « Dichiaratione di alcuni luoghi » qui précède le récit de Marco Polo, le compilateur fait référence à ses missions professionnelles comme à une charge dont il a pu provisoirement se dégager, ce qui lui permet à ce moment-là de participer à un repas pris sur l’île de Murano et à la discussion qui suit avec le voyageur Hajji Mohammed29. La question de l’accès aux archives est l’autre sujet par le biais duquel Ramusio évoque ses fonctions professionnelles. À deux reprises, dans le deuxième volume, il évoque les registres de la République – « i libri publici » – qu’il a consultés pour infirmer ou confirmer des informations obtenues par d’autres sources. Dans la préface, il dit avoir consulté les archives notariales pour vérifier que l’on employait bien le surnom « Millioni » pour désigner Marco Polo et sa famille après leur retour30. Concernant les possessions vénitiennes obtenues en Méditerranée orientale à la suite de la quatrième croisade, c’est aussi dans les livres publics que Ramusio est allé chercher une confirmation. L’« Espositione » contient en effet un long développement sur un passage du récit de Marco Polo renvoyant à la présence d’un podestat de la Sérénissime à Constantinople. Pour éclairer cet extrait, et apporter la preuve cruciale de la légitimité de certaines possessions territoriales vénitiennes, Ramusio convoque deux autres sources : la Chronique de Geoffroi de Villehardouin d’une part (dont son fils Paolo est le traducteur de l’italien au latin), et les archives républicaines d’autre part, présentées comme « antiche scritture & memorie in antichissimi libri [di questa veramente divina Republica] »31.

29À travers les évocations éparses des fonctions professionnelles de Ramusio dans des documents non institutionnels, il apparaît que de nombreuses facettes de son activité de secrétaire sont notoirement connues et reconnues au sein de la société vénitienne. L’accès aux archives, la proximité avec le pouvoir (manifestée par la connaissance des secrets des dirigeants, en cohérence avec l’étymologie du nom de la profession), ou encore l’expérience internationale et l’acquisition de compétences spécifiques grâce à l’exécution des missions confiées par la République sont autant de privilèges ou de prérogatives que ses contemporains attribuent à Ramusio. Comme secrétaire, il constitue donc une figure publique, malgré l’anonymat de son action quotidienne.

  • 32 Il s’agit d’un des volumes qui pose le plus de problèmes d’interprétation, pour des questions phil (...)
  • 33 Voir F. Lejosne, Giovanni Battista Ramusio et la constitution d’un savoir géographique à Venise au (...)

30L’ensemble des références à ses fonctions au sein des Navigationi et viaggi figurent dans le deuxième volume, celui que Ramusio consacre aux récits produits principalement en contexte vénitien. Le fait même que ce volume porte une forte empreinte vénitienne en interroge le sens32. Mon hypothèse est que l’exécution des fonctions du secrétaire, dans leur composante d’accompagnement des institutions de la République, se révèle chez Ramusio dans la publication des Navigationi et viaggi dont le projet d’ensemble serait en partie destiné au conseil et à l’information du patriciat. Leur faire connaître les explorations passées et en cours aurait pu inciter les dirigeants vénitiens à adopter une politique exploratoire qui redonne à Venise un rôle de premier plan sur la scène des voyages de découverte à l’échelle globale33.

Conclusion

31Le secrétaire vénitien du premier âge moderne est-il un acteur politique autonome ? Pour cette question, soulevée depuis plus d’un siècle par l’historiographie, il est malaisé de trouver une réponse affirmative. Certes, il est vrai qu’un parcours tel que celui de Ramusio présente bien des traits spécifiques qui mettent en évidence une réelle individualité du secrétaire, dans l’évolution de sa carrière comme dans les activités qu’il conduisit en dehors des institutions républicaines (et auxquelles, parfois, il participe peut-être en vertu de son appartenance socioprofessionnelle). L’accès aux archives, qui apparaît comme un point crucial tant pour la visibilité du secrétaire vis-à-vis de ses contemporains que pour les considérations historiographiques actuelles sur ses prérogatives propres, ne suffit pas à régler complètement la question de son autonomie. La possibilité qu’a un secrétaire d’explorer par lui-même les archives de la chancellerie (tout du moins lorsqu’il est titulaire, « ordinario », et qu’il a été nommé auprès d’une institution donnée) lui conférait très certainement une place de choix dans le fonctionnement de l’activité bureaucratique et institutionnelle. Il n’est pas difficile d’imaginer qu’il peut même user de cette connaissance privilégiée des documents de la République pour influencer les décisions prises par les organes et magistratures. Tout cela ne suffit pas cependant à affirmer qu’il bénéficie nécessairement d’une marge d’autonomie vis-à-vis du pouvoir politique et des organes décisionnels, ni même qu’il a intérêt à la mettre à profit.

  • 34 Voir, à ce sujet, les études de Massimo Donattini sur les différentes générations de la famille Ra (...)

32En revanche, les dynamiques de promotion sociale d’une famille comme celle des Ramusio font apparaître une forte homogénéité entre la classe des dirigeants patriciens et celle des citoyens-secrétaires, si bien que l’action de ces derniers s’inscrit surtout dans l’intérêt commun des strates les plus hautes de la société vénitienne du premier âge moderne. Si autonomie du secrétaire il y a, elle ne signifie pas pour autant indépendance à l’égard de la classe dirigeante. Au contraire, les citoyens-secrétaires tendent à modeler leurs stratégies de promotion sociale sur celles des patriciens34. La production livresque de Ramusio est révélatrice de cette défense d’intérêts communs. Les ressources politico-économiques de la Sérénissime sont certainement l’un des aiguillons de la constitution du recueil des Navigationi et viaggi. Certes, Ramusio se positionne parfois en porte-à-faux vis-à-vis des décisions du patriciat, mais il le fait dans une perspective qui trahit un souci de défense de la grandeur économique, politique et culturelle de la Sérénissime. En tant que secrétaire de chancellerie, il bénéficie d’une visibilité qui a certainement contribué à conforter la légitimité de ses écrits.

Haut de page

Notes

1 La catégorie sociojuridique des cittadini originari apparaît à Venise au milieu du XVe siècle, probablement dans la perspective de donner une place à part et des privilèges spécifiques aux familles qui s’étaient activement engagées dans la défense de la ville durant la guerre de Chioggia (fin XIVe siècle), mais à qui l’on refusait l’accès au patriciat. Voir A. Zannini, Burocrazia e burocrati a Venezia in età moderna: i cittadini originari (sec. XVI-XVIII), Venise, Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 1993.

2 J’emprunte l’expression à Andrea Zannini qui parle de « ordine cancelleresco », voir A. Zannini, op. cit.

3 Voir à ce sujet la contribution de Grace Allen dans ce dossier.

4 Voir A. Zannini, op. cit. C’est également la question que soulève A. Baschet, Les archives de Venise : histoire de la chancellerie secrète, Paris, H. Plon, 1870, cité dans M. Neff, « A citizen in the service of the Patrician State: the career of Zaccaria de’ Freschi », Studi veneziani, nouvelle série, vol. V, 1981, p. 33-61.

5 A. Zannini a dressé un panorama des trente dernières années de l’historiographie consacrée au sujet ; je n’en rapporte ici que les grandes lignes. Voir A. Zannini, « L’ordine imperfetto. Trent’anni di storiografia sulla cittadinanza nella repubblica di Venezia », dans U. Baldini et G. P. Brizzi éd., Amicitiae pignus: studi storici per Piero Del Negro, Milan, Unicopli, 2014, p. 383-400.

6 « Et primo, quod debeat esse fidelissimus etiam in minimis, ne dicam in magnis, serenissimo ducali dominio, et dominis suis servire ex toto corde, ex tota anima et mente sua: et vellet esse ne dicam secretus, sed secretissimus, et silere, et nemini unicuique propalare quae sunt sibi commissa. Velitque in omni eius scriptura semper veritatem sequi. », Archivio di Stato di Padova, Notarile, Simon Pietro del Cortivo, reg. 2792, fol. 216v-217r. Les extraits du testament de Paolo Ramusio sont cités depuis M. Donattini, « Etica personale, promozione sociale e memorie di famiglia nella Venezia del Rinascimento. Note su Paolo Ramusio seniore (1443?-1506) », dans G. P. Brizzi et G. Olmi éd., Dai cantieri della storia: liber amicorum per Paolo Prodi, Bologne, Clueb, 2007, p. 317-329 (p. 318). Giovanni Battista transmit à son tour cette éthique à son fils dans son dernier testament : ASV, Notarile, Testamenti, 1209, Atti Marsilio no 454, en date du 25 avril 1557.

7 Voir A. Zannini, Burocrazia e burocrati, op. cit., p. 123.

8 F. De Vivo, A. Guidi et A. Silvestri, Fonti per la storia degli archivi degli antichi Stati italiani, Rome, Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, 2016, p. 16.

9 Voir G. Trebbi, « Il segretario veneziano », Archivio storico italiano, vol. CXLIV, no 1, 1986, p. 35-73.

10 C’est là le rôle du « secretario alle leggi », voir F. De Vivo, « Ordering the archive in early modern Venice (1400-1650) », Archival Science, vol. X, no 3, 2010, p. 231-248.

11 F. Gilbert, « The last will of a Venetian grand chancellor », dans E. P. Mahoney éd., Philosophy and Humanism: Renaissance Essays in Honor of Paul Oskar Kristeller, Leyde, Brill, 1976, p. 502-517. Il s’agit toutefois d’un cas particulier puisqu’en 1517 Stella devient Grand Chancelier, une charge élective d’un très grand prestige et qui laisse donc nécessairement plus de traces que celle de secrétaire de chancellerie.

12 M. Neff, art. cité. Ce travail, présenté comme la synthèse d’une recherche de plus grande ampleur, n’a malheureusement pas donné lieu à d’autres publications.

13 M. Galtarossa, « La formazione burocratica del segretario veneziano: il caso di Antonio Milledonne », Archivio veneto, no 193, 2002, p. 5-64.

14 M. Galtarossa, « Le politiche culturali per la Cancelleria ducale », dans A. Caracausi et A. Conzato éd., Formazione alla politica, politica della formazione a Venezia in età moderna, Rome, Viella, 2013, p. 73-100. Outre Ramusio, il cite en exemple Antonio Milledonne, qui est le commanditaire d’un tableau du Tintoret en 1577, ainsi que Lorenzo Massa, qui s’exprime publiquement en faveur du théâtre anatomique de Padoue en 1594.

15 Ces documents pourraient également permettre de déterminer les phénomènes de recommandation ou d’appui, particulièrement marqués pour certains secrétaires plus souvent choisis que d’autres. En effet, ces relevés de décisions portent à la fois la mention des personnes retenues pour la mission en question et le nom de ceux qui ne furent pas retenus, ainsi que le décompte des votes attribués à chacun. Parfois, les délibérations de nomination de secrétaires nous informent aussi sur les patriciens qui se portèrent garants pour certains candidats, révélant ainsi des phénomènes d’alliance.

16 ASV, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreti, filza 67.

17 Il est difficile, à la différence des filze, d’identifier les graphies individuelles dans les registri : par leur nature même de registres de consignation a posteriori des délibérations, les registri se présentent comme un corpus graphiquement très homogène. De plus, l’acte de copier les décisions des différentes institutions dans les registri est souvent bien postérieur (parfois de plusieurs années) à la tenue des séances.

18 Il s’agit cependant d’un privilège destiné à protéger la technique – en l’occurrence celle importée par Johann et Wendelin von Speyer (ou de Spire), premiers imprimeurs à Venise – et non le produit fini, contrairement aux privilèges d’impression successifs, qui concernent les ouvrages eux-mêmes. Voir C. Kikuchi, La Venise des livres, 1469-1530, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018, p. 39-41.

19 ASV, Capi Consiglio dei Dieci, Notatorio, reg. 11, fol. 113v.

20 Dans cette délibération, qui concerne une œuvre de Polybe traduite en latin, il est cité comme « prudente et fidelmo secretario di collo Zuan Bapta Ramusio » (loc. cit.).

21 M. Pagan, Procession du Doge sur la Place Saint-Marc le dimanche des Rameaux, 1556-1559, Museo Civico Correr. Des secrétaires vénitiens apparaissent également sur plusieurs tableaux du Tintoret, dont certains étaient probablement destinés à la décoration du palais des Doges. Voir par exemple Le Tintoret, Madonna col Bambino in trono e i Santi Sebastiano, Marco e Teodoro, venerata da tre camerlenghi con i segretari, Gallerie dell’Accademia.

22 Sur l’inscription du pouvoir dans l’espace public à Venise et sa représentation sur cette gravure, nous renvoyons à É. Crouzet-Pavan, Venezia trionfante: gli orizzonti di un mito, E. Pazini trad., Turin, Einaudi, 2001, chap. V.

23 Cronaca ramusia, BNM, ms. It. VII 325 (8839), fol. 3r-4v.

24 J. S. Grubb éd., Family Memoirs from Venice (15th-17th century), Rome, Viella, 2009, p. 116. Le document est retranscrit depuis ASV, Consiglio di Dieci, Parti miste, reg. 13, fol. 15r.

25 Bembo s’était pourtant vu attribuer par le Conseil des Dix l’aide de deux secrétaires de chancellerie qui devaient l’accompagner dans ses recherches, Pietro Bressano et Ludovico Spinelli. Voir F. Antonini, Historical Uses of the Secret Chancery in Early Modern Venice: Archiving, Researching and Representing the Records of the State, Birkbeck College, University of London, thèse soutenue en 2016.

26 P. Bembo, Lettere, E. Travi éd., Bologne, Commissione per i testi di lingua, 1987-1993, lettre no 282, datée du 18 décembre 1508 (Urbino).

27 « Siquidem tu ista eruditione, isto rerum usu uir, qui ob peragratam satis bonam Europae partem ita etiam gallice loqueris:ut mediis Parrhisus natus esse uidearis:proidenque inter primos senatus Veneti a’ secretis constituts eius Illustrissimo Principi assistis gallici sermonus interpres », Tite-Live, Decas Tertia, G. F. Torresani éd., Venise, Eredi di Aldo Manuzio, 1519. En avril 1528, une édition de Macrobe qui parut chez les héritiers d’Alde Manuce évoque également Ramusio, en faisant là aussi référence à ses fonctions professionnelles. L’intitulé de la dédicace est le suivant : « Donatus Veronensis Io. Bapt. Rhamnusio Graece, et Latine Doctiss. Ac Venetae Reip. Secretario », dans Macrobe, Macrobij In Somnium Scipionis ex Ciceronis VI libro De rep. eruditissima explanatio. Eiusdem Saturnaliorum libri VII. Censorinus De die natali, additis ex uetusto exemplari nonnullis, quae desiderabantur, Venise, Eredi di Aldo Manuzio, 1528, n. p. Le topos de l’accès aux secrets de la ville est repris dans la lettre que Paolo Manuzio adresse à Ramusio dans les années 1550 pour le féliciter de sa nomination comme secrétaire du Conseil des Dix : « Cum anobilibus viris, in haec loca vel animi, vel negotij caussa confluentibus, dignitatem illam, quae maxima est in nostra civitate, ut arcanis praeesses, praestantissimi Xuirum Consilij, summo omnium consensu tibi esse delatam accepissem », dans P. Manuzio, Epistolarum libri XII, E. Farnese éd., Ticini, Andream Vianum, 1589, p. 140.

28 1559, n. p. (entre la préface et le sommaire) ; 1980, p. 4. Je fais référence aux Navigationi et viaggi selon le schéma suivant : année de publication du volume de l’édition originale et foliation, année de publication du volume dans l’édition moderne et pagination. L’édition moderne utilisée est la suivante : G. B. Ramusio, Navigationi et viaggi, M. Milanesi éd., Turin, Einaudi, 1978-1988, 6 vol.

29 « Essendo io andato quel giorno che ne ragionammo à desinare à Murano fuori di Venetia, & per uscire della città, perciò che ero assai libero da servigi della Republica […] incominciò à dire così, & il Mambré interpretava », 1559, fol. 14v ; 1980, p. 61, je souligne.

30 « Gli posero per cognome messer Marco detto Millioni che cosi anchora ne libri publici di questa repub. dove si fà mention di lui, ho veduto notato », 1559, fol. 6v ; 1980, p. 30. Le surnom proviendrait, selon l’explication rapportée ici par Ramusio, du fait que les Polo ne cessaient de vanter les richesses immenses du Grand Khan en les quantifiant en millions.

31 « Massimamente appartenendo la cognitione di questa cosi illustre & gloriosa memoria, alla grandezza & eccellentia di questa veramente divina Republica, dalle cui antiche scritture & memorie in antichissimi libri & à que’ tempi notate della impresa di Constantinopoli, ho io sommariamente tratti que' particolari avisi », 1559, fol. 9r ; 1980, p. 37. Plus loin : « & ho letto io la copia del Privilegio del prefato Roberto Imperatore », 1559, fol. 11v ; 1980, p. 48. Giovanni Battista Ramusio sollicite lui-même la République pour qu’elle finance la traduction effectuée par son fils Paolo de la Chronique de Villehardouin. Le texte de supplique mentionne lui aussi la référence aux recherches effectuées dans les archives de la ville : « La fara latina […] acrescendola con le altre cose, che si trovano scritte nell'historie di questa città, et nelli libri publici », ASV, Consiglio di Dieci, Deliberazioni, Comuni, reg. 22, fol. 198r.

32 Il s’agit d’un des volumes qui pose le plus de problèmes d’interprétation, pour des questions philologiques notamment. En effet, il a été publié de manière posthume et une partie de son contenu aurait été perdue dans un incendie de novembre 1557 survenu dans l’imprimerie Giunti. Sur les circonstances de sa publication, voir l’adresse au lecteur : 1559, n. p. (après la dédicace) ; 1980, p. 3-5. L’incendie est aussi mentionné dans le testament de Tommaso Giunti, retranscrit dans H. F. Brown, « The will of Thomaso Giunti », The English Historical Review, vol. VI, no 21, 1891, p. 154-161.

33 Voir F. Lejosne, Giovanni Battista Ramusio et la constitution d’un savoir géographique à Venise au XVIe siècle : parcours scientifique et horizon politique, ENS de Lyon, thèse soutenue en 2016 (publication en cours chez Droz).

34 Voir, à ce sujet, les études de Massimo Donattini sur les différentes générations de la famille Ramusio : M. Donattini, « Una famiglia riminese nella società e cultura veneziana: i Ramusio », dans D. Bolognesi éd., Ravenna in età veneziana: materiali presentati al convegno di studio, svoltosi nei giorni 9-11 dic. 1983, Ravenne, Longo, 1986, p. 279-294 et M. Donattini, « Etica personale… », art. cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiona Lejosne, « Un secrétaire vénitien entre archives et livres imprimés : Giovanni Battista Ramusio (1485-1557) », Laboratoire italien [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 24 octobre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3626 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.3626

Haut de page

Auteur

Fiona Lejosne

Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle • Fiona Lejosne, agrégée d’italien et docteure en études italiennes, est maîtresse de conférences à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2016 auprès de l’École normale supérieure de Lyon au sein du laboratoire Triangle (UMR 5206), porte sur le géographe et secrétaire vénitien Giovanni Battista Ramusio (1485-1557) et sera prochainement publiée dans une monographie aux éditions Droz (Genève). Ses travaux les plus récents continuent à explorer les rapports entre publications géographiques et enjeux politico-économiques dans la péninsule italienne, tout en traitant des figures d’acteurs intermédiaires du monde politique italien de la première modernité (« “Negotiare, servire, et tener secrete le cose negotiate, et scritte”. Le memoriale de Giovanni Carlo Scaramelli (1550-1608), secrétaire d’ambassade vénitien », dans Ambassades et ambassadeurs en Europe (XVe-XVIIe siècles), J.-L. Fournel et M. Residori éd., Droz, 2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page