Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Le secrétaire d’ambassade, acteur indispensable de l’exercice diplomatique : le cas de Jacopo Guidi à la cour de France (1544-1545)

Il segretario dell’ambasciata, attore indispensabile della diplomazia rinascimentale: il caso di Jacopo Guidi alla corte di Francia (1544-1545)
The ambassador’s secretary, an essential figure in diplomatic practice: the case of Jacopo Guidi at the French court (1544-1545)
Pierre Nevejans

Résumés

Le secrétaire d’ambassade est une figure souvent négligée et invisible de l’histoire de la diplomatie de la Renaissance. Cette contribution explore les différentes fonctions de ce type de secrétaire à travers un couple diplomatique, formé par Bernardo de’ Medici, ambassadeur de Florence à la cour de France entre 1544 et 1545, et Jacopo Guidi, son secrétaire. Elle présente le secrétaire comme l’un des principaux acteurs des pratiques diplomatiques en s’appuyant sur les éléments matériels des dépêches diplomatiques, principalement les scripteurs, les écritures et les formules de politesse, mais aussi sur l’analyse fine des textes. Vu à travers cette étude, le secrétaire apparaît comme le bras droit de l’ambassadeur, son indispensable complément, et non comme un simple subordonné.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D. Fedele, Naissance de la diplomatie moderne (XIIIe-XVIIe siècles) : l’ambassadeur au croisement (...)
  • 2 A. Contini, « Dinastia, patriziato e politica estera: ambasciatori e segretari medicei nel Cinquec (...)
  • 3 D. Fedele, op. cit., p. 115 : s’il est difficile de parler de « métier » d’ambassadeur à la Renais (...)

1Le secrétaire d’ambassade est un acteur secondaire et difficilement saisissable de l’histoire de la diplomatie, intégré à la marge d’une historiographie concentrée sur la figure de l’ambassadeur. Premier des subordonnés de l’ambassadeur, sa présence serait institutionnalisée à Venise dès le XIVe siècle. Seul membre des suites diplomatiques s’occupant davantage des affaires politiques que du fonctionnement matériel de l’ambassade, il serait avant tout celui qui transpose par écrit ce que l’ambassadeur collecte par l’oral, fonction qui explique qu’il soit souvent représenté comme écrivant sous la dictée de ce dernier1. Alessandra Contini a dressé un portrait général des secrétaires d’ambassade florentins. Ces derniers s’insèrent dans un corps politique et social formé au XVIe siècle, composé d’hommes directement nommés par le souverain et dont les fonctions sont autant celles décrites par les traités vénitiens que des tâches proprement politiques comme la récolte d’informations, voire la surveillance de certains ambassadeurs à la loyauté mise en doute2. Si les logiques de carrière des secrétaires d’ambassade du règne de Cosimo de’ Medici (1537-1574) ont été analysées à travers une démarche prosopographique, mettant en exergue des trajectoires types au sein de la chancellerie, rien encore n’a été fait pour étudier ce qui constitue le métier d’un secrétaire d’ambassade au quotidien3.

  • 4 La notice de référence pour la biographie de Guidi reste celle de S. Calonaci dans le Dizionario b (...)

2À travers le cas spécifique de Jacopo Guidi lors de sa légation en France (1544-1545), ce sont ces tâches et fonctions qu’il s’agit d’analyser, ainsi que les rapports que le secrétaire pouvait entretenir avec l’ambassadeur. D’abord secrétaire de l’ambassadeur du duc de Florence à la cour impériale (1543-1544), Jacopo Guidi poursuit ses fonctions en France entre décembre 1544 et juillet 1545, avant de se rendre à Venise en 1545-1546, faisant du secrétariat d’ambassade une activité à temps plein pendant près de quatre ans. Fort de son expérience à la cour de Charles Quint, il est envoyé à la cour de France en 1544 pour assister Bernardo de’ Medici, à l’extrême fin du règne de François Ier (1515-1547)4.

  • 5 Cette correspondance privée ne fait pas partie de la présente étude.
  • 6 C. Fletcher, Diplomacy in Renaissance Rome: The Rise of the Resident Ambassador, Cambridge, Cambri (...)

3Sur le plan matériel, le secrétaire est omniprésent dans les sources diplomatiques, dont les dépêches forment ici un corpus exclusif. Celles-ci émanent d’auteurs et de scripteurs différents, sont adressées à des destinataires de nature et de statut différents, ce qui confère aux textes des statuts politiques et sociaux divers. Ainsi l’ambassadeur peut écrire au duc ou au secrétaire de ce dernier de sa propre main ou de celle de son secrétaire ; le secrétaire peut écrire en son nom propre (de sa main) aux mêmes destinataires ; tous deux peuvent être à l’origine d’une correspondance parallèle, d’ordre privé, généralement conservée dans d’autres fonds d’archives que la correspondance politique5. Dissocier expéditeurs et scripteurs des lettres permet de mettre en lumière l’ampleur du travail du secrétaire. Dans le cas du couple diplomatique formé par Bernardo de’ Medici et Jacopo Guidi, le second est le scripteur de soixante-quatorze des cent sept dépêches envoyées aux services du duc pendant l’ambassade de France, dont soixante-cinq sont écrites au nom de l’ambassadeur. Sur les lettres écrites par le secrétaire, l’ambassadeur se contente la plupart du temps de signer ; il écrit parfois de sa main un bref post-scriptum. Le secrétaire est aussi le scripteur des duplicatas et triplicatas des dépêches ; il gère les comptes de l’ambassadeur ; il crypte les passages les plus sensibles des lettres. Il peut également représenter l’ambassadeur si les circonstances l’imposent6. Si la main du secrétaire est à l’origine de l’immense majorité du corpus, lui-même n’y est explicitement mentionné que dix-huit fois, dont huit fois uniquement par son titre de secrétaire. Du fait de cette faible visibilité, le secrétaire n’apparaît que difficilement aux yeux de l’historien.

  • 7 Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, A. Desjardins et G. Canestrini éd., 6 vol (...)
  • 8 M. Smith, « Conseils pour l’édition des documents en langue italienne (XIVe-XVIIe siècle) », Bibli (...)

4Cet effacement a été renforcé par l’emploi d’éditions de dépêches qui ne laissent que peu de place aux secrétaires. En l’occurrence, la correspondance issue de la légation de Bernardo de’ Medici avait été éditée au XIXe siècle par Abel Desjardins et Giuseppe Canestrini, qui avaient coupé plus des trois quarts du corpus, dont les parties les plus formelles, à savoir les formules de présentation et de politesse, les signatures et les écritures en présence7. Ces pratiques ont été longtemps dominantes, bien que cette tendance s’infléchisse ces dernières années8. Autrement dit, travailler sur les éditions de dépêches revient très souvent à travailler sur un corpus amputé de nombreux éléments significatifs. Ainsi, le secrétaire d’ambassade n’apparaît que très rarement dans les études sur les pratiques diplomatiques de la Renaissance.

  • 9 Sur ces considérations méthodologiques, voir les réflexions très claires d’A. Prost, « Les mots », (...)

5Le projet dans lequel s’inscrit cet article permet de rendre visibles le secrétaire et son action quotidienne. L’édition des dépêches de Bernardo de’ Medici, ambassadeur de Florence à la cour de France, se veut à terme une édition intégrale du corpus, restituant la forme épistolaire et l’ensemble du texte, avec une attention systématique au(x) scripteur(s) de chaque dépêche. Les registres 4590, 4590a et 4591 du fonds Mediceo del Principato de l’Archivio di Stato de Florence, tous trois dédiés à l’ambassade de Bernardo de’ Medici en France et compilés à son retour, ont été transcrits intégralement. Ce travail d’édition a facilité la mise en place d’une analyse linguistique sur un corpus restitué dans son intégralité. Une attention particulière a été portée aux parties les plus formelles des lettres, longtemps laissées de côté par les historiens, à savoir la question des scripteurs et les formules de politesse. Ce terrain d’histoire matérielle permet, à l’aune des méthodes linguistiques, d’isoler des éléments signifiants et d’apporter un régime de la preuve à des réalités sociales et politiques jusque-là passées sous silence par les historiens de la diplomatie9. Jacopo Guidi, secrétaire de Bernardo de’ Medici durant sa légation française, a été mis en valeur par ce travail d’édition et cette analyse historico-linguistique.

6L’étude de la figure du secrétaire d’ambassade peut dire beaucoup du fonctionnement du système sociopolitique qui régule la diplomatie italienne de la Renaissance. Observable grâce aux éléments matériels de la source, Guidi apparaît comme doté de fonctions propres et, dans une certaine mesure, d’une marge de manœuvre liée à ses larges compétences et à l’établissement d’une relation de confiance entre son supérieur hiérarchique et lui. Si Jacopo Guidi montre que le secrétaire peut disposer d’une expérience diplomatique propre, son cas particulier est aussi largement influencé par sa carrière au sein de l’appareil administratif florentin, parcours qui gagne à être dévoilé en parallèle de celui de Bernardo de’ Medici.

Jacopo Guidi et Bernardo de’ Medici, parcours croisés

  • 10 Les informations ne sont pas concordantes sur le sujet (DBI, vol. LXI, p. 268 ; A. Marrucci, op. c (...)
  • 11 DBI, vol. LXI, p. 268.
  • 12 DBI, vol. LXI, p. 268 ; A. Marrucci, op. cit., vol. III, p. 1044. Salvatico Guidi est décédé en 15 (...)

7Jacopo Guidi naît à Volterra, près de Pise, dans le contado florentin encore républicain, en 1510/410. Son père, Salvatico Guidi, est un célèbre jurisconsulte, remarqué de Marsile Ficin, en contact avec de nombreux juristes et historiens florentins, dont Francesco Guicciardini11. Rapidement, Jacopo est envoyé auprès de son oncle pour construire les bases de son éducation. Très jeune, il intègre les milieux politiques fréquentés par son père, rencontre les frères Guicciardini dans les années 1520. Après la restauration médicéenne de 1530 et la mort de son père, il part pour Florence où ses connaissances en droit et les relations de son père lui permettent de rentrer au service de Francesco Guicciardini12.

  • 13 DBI, vol. LXXIII, p. 28 ; G. M. Fusconi, Forlì e i suoi vescovi: appunti e documentazione per una (...)
  • 14 M. Plaisance, L’Accademia e il suo principe: cultura e politica a Firenze al tempo di Cosimo I e d (...)

8Bernardo de’ Medici naît à Florence en 1501/3 d’une famille issue d’une branche collatérale des Médicis par son père, Antonio di Bernardo. Rapidement destiné à une carrière ecclésiastique, il remplace successivement son oncle comme prêtre à San Pietro a Vaglia dans la région du Mugello en 1519 et comme évêque de Forlì en 1528. Il se met alors au service d’Ippolito de’ Medici, créé cardinal en janvier 1529 et dès lors utilisé par le pape Clément VII comme ambassadeur à travers l’Italie, à un moment clé de redéfinition des rapports de pouvoir dans la péninsule. Bernardo de’ Medici fait ses premiers pas sur la scène diplomatique européenne en suivant le cardinal, d’abord à Ratisbonne en 1532, puis à Marseille en 1533. En janvier 1537, il vole de ses propres ailes en tant qu’ambassadeur extraordinaire en Espagne13, puis à Naples en 1539. Il est à Florence en 1541 au moment où il est nommé membre de l’Accademia Fiorentina, pour servir de relais entre les membres de l’académie et le secrétariat du duc, qui souhaite garder un certain contrôle sur l’institution14. En 1544, sa nomination pour la légation de France est l’occasion de renouer avec la pratique de la diplomatie, originellement pour une très courte durée : il doit seulement féliciter le roi pour la paix de Crépy, signée entre l’Empereur et lui en septembre 1544, ainsi que le dauphin Henri et son épouse, Catherine, pour la naissance, quelques mois plus tôt, de leur premier fils François.

  • 15 A. Contini, « Dinastia, patriziato e politica estera… », art. cité, p. 99-100.
  • 16 DBI, vol. LXI, p. 269. À noter que l’ambassadeur change pendant les deux années… mais pas le secré (...)
  • 17 DBI, vol. LXI, p. 269 ; Archivio di Stato di Firenze (ASF), Mediceo del Principato (MdP), filza 45 (...)

9Comme Bernardo de’ Medici, Jacopo Guidi est à Marseille en 1533, auprès de Guicciardini, afin d’assister à la conclusion du mariage d’Henri d’Orléans et de Catherine de Médicis. Il est encore avec Guicciardini lorsque celui-ci est envoyé à Naples en 1535-1536 pour régler la question des exilés républicains15. À Naples, Guidi rencontre Cosimo de’ Medici, qui essaie, dès janvier 1537, de le débaucher comme secrétaire. Guidi préfère exercer les fonctions de secrétaire d’ambassade, aux côtés de Girolamo Guicciardini puis de Giovambattista Ricasoli à la cour impériale en 1543-154416. Au cours de cette mission, il tombe malade et reste alité près d’un an à Anvers. Guéri, il rentre à Florence à la fin du printemps 1544, peut-être dans l’été. En septembre, il est nommé secrétaire de l’évêque de Forlì pour l’ambassade de France. Deux mois plus tard, il suit celui-ci sur les chemins de la cour de France, où ils arrivent le 15 décembre et d’où ils repartent le 16 juillet 154517.

  • 18 DBI, vol. LXI, p. 269.
  • 19 A. Marrucci, op. cit., p. 1044.

10Le cas de Guidi a été employé par A. Contini pour montrer les logiques de carrière et la place du secrétariat d’ambassade dans le cursus honorum des hommes nouveaux au sein de l’administration de Cosimo. Après une nouvelle mission de secrétaire d’ambassade à Venise, il se consacre à l’étude littéraire et humaniste, attestant d’une culture de l’écrit autre que technique. Il se sert des réseaux commerciaux approchés lors des légations pour faire venir à lui des ouvrages rares, notamment des textes grecs ; il retrouve Agnolo Guicciardini, l’un de ses vieux mentors, avec qui il s’adonne à l’étude des lettres18. Il délaisse définitivement la carrière diplomatique en intégrant le secrétariat ducal. Pour lui, le secrétariat d’ambassade est, de fait, un tremplin vers d’autres fonctions de secrétariat plus élevées dans la chancellerie florentine. Il occupe ce poste de secrétaire du duc de la fin des années 1540 au début des années 1560. Il gère principalement les affaires diplomatiques et la correspondance latine, ainsi que le trésor de la chancellerie : ses compétences acquises sur le terrain constituent une expérience valorisable pour l’occupation de postes à plus hautes responsabilités. Ces activités lui permettent de confirmer la confiance que lui accorde le duc. À la fin des années 1550, il est récompensé par l’obtention d’un revenu fixe sur la ville de Pise, puis d’un épiscopat à Penne et à Atri au début des années 156019. Cette carrière est exemplaire, dans la mesure où elle semble guidée par les compétences que Guidi est capable de déployer au service de l’État florentin. Ce sont ces compétences qui lui permettent de remplir de multiples fonctions en tant que secrétaire d’ambassade à la cour de France, pour le compte de Bernardo de’ Medici.

Le secrétaire, un scripteur avant tout ?

  • 20 Une partie est numérisée et disponible en ligne sur la plateforme Bia du Medici Archive Project. E (...)
  • 21 M. Smith, art. cité, p. 542.

11Jacopo Guidi est le scripteur de la majorité des lettres du corpus (74/107) : seule une partie des lettres adressées à Lorenzo Pagni (25), à Christiano Pagni (2), à Pier Francesco Riccio (2) et à Cosimo (2) ne sont pas de sa main. Cette présence n’est visible que par la consultation des manuscrits. Il faut comparer les écritures de l’ensemble du corpus, en déterminant, grâce à la signature de certaines lettres, l’appartenance de chacune d’entre elles. En l’occurrence, les deux écritures sont très faciles à distinguer. Les quelques lettres signées du nom de Guidi, ainsi que d’autres lettres écrites au cours de ses différentes missions diplomatiques20, donnent l’assurance de reconnaître son écriture régulière, marquée par de belles cursives de chancellerie21. Par déduction, grâce aussi à quelques post-scriptum et à des lettres autographes, l’écriture de Bernardo de’ Medici est, elle aussi, extrêmement reconnaissable : beaucoup plus saccadée et maladroite, elle est moins soignée que celle du secrétaire. Cette comparaison des écritures permet de quantifier l’activité d’écriture du secrétaire et de le révéler comme le scribe de l’ambassade : l’une de ses tâches est d’écrire pour le compte de l’ambassadeur.

Lettre de Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Blois, 5 mai 1545

Lettre de Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Blois, 5 mai 1545

Les six premières lignes sont de la main de Bernardo de’ Medici ; la suite est de Guidi.

ASF, MdP, filza 4590, fol. 262r.

12Guidi est-il pour autant un simple exécutant dans le processus d’écriture des dépêches ? Le contenu de certaines lettres donne des indices sur ses tâches quotidiennes, livrés par l’ambassadeur ou par le secrétaire lui-même. Le 22 décembre 1544, Bernardo révèle que Guidi le suit dans ses premières visites à la cour de France, alors qu’il mentionne une rencontre avec Piero Strozzi :

  • 22 ASF, MdP, filza 4590, fol. 5r, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 22 décembre 154 (...)

[…] et, entrando in palazzo di Sua Maestà Christianissima, di primo incontro incontrai Piero Strozzi et uno già delli signori di Remini, il qual me fece riverentia, Piero no, ma, guardandomi in forma di non conoscermi, passò, et io andai per il fatto mio, basta che poi in la sala del Re, dove aspettavo audientia, che li era Sua Maestà Christianissima, Piero mi si acostò, in presentia del mio secretario, et con meco fece iscusa del non mi havere parlato, et offersemi se per me poteva in questa corte niente che lo faria volentieri.22

13Ici, le secrétaire semble accompagner l’ambassadeur lors de ses premières pérégrinations à la cour, au début de la légation, c’est-à-dire au moment où les audiences sont les plus nombreuses et les plus formelles. Cette présence du secrétaire est confirmée dans une lettre du 25 décembre, qui revient sur cet événement en racontant la suite de la scène :

  • 23 ASF, MdP, filza 4590, fol. 27, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 25 décembre 154 (...)

[…] Lo ringratiai, et così lui e il Priore et quasi tutti gli altri, quando mi trovano, desberrettano, ma credo non passino il gozzo, et fu quel giorno per essere il più bel caso del mondo, et fuora da ogni mia oppinione che tenendo io il secretario mio per ritirato, quel dì fece della moscha. Et intrò quasi per forza, drieto a me, per vedere il Re, ma fu per pagare il passo che quasi ci perse la cappa.23

14Ainsi, au moins dans le cas de Bernardo de’ Medici, l’ambassadeur résident ne semble plus un homme seul et isolé dans ses activités quotidiennes : il entre en audience et se retire avec son secrétaire, présent lors des rencontres. Il demeure difficile de dire si Guidi y participe ouvertement, par une prise de parole ou par le biais de formes de communication non verbale. Dans une certaine mesure, cette présence pourrait expliquer l’extrême précision avec laquelle des conversations entières sont rapportées dans les dépêches, le plus souvent sous forme de discours indirect, comme les propos de François Ier lors de la remise des lettres de créance :

  • 24 ASF, MdP, filza 4590, fol. 9r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Fontainebleau, 22 décembre (...)

Et la risposta sua è stata questa: che haveva piacere della venuta et visita mia, et sapeva benissimo che per rispetto delli tempi corsi insin' a qui non saria stata prima a proposito, ma che hora, per la pace fatta fra l’Imperatore et se medesimo, teneva l’Excellentia Vostra per quello amico et servitore, che meritavono le qualità sue, che erono molte, aggiugnendocisi et l’interesse della Signora Delphina, et la fidel memoria della servitù del Signor suo padre, amato da lui grandemente, in modo che era sempre parato a farle cosa grata.24

  • 25 ASF, MdP, filza 4590, fol. 379r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Montivilliers, 13 juille (...)
  • 26 La construction des dépêches diplomatiques est assez bien documentée. Voir les travaux fondateurs (...)

15D’autres fois, le discours rapporté l’est au style direct, comme lorsque Guidi transcrit les paroles de François Ier au moment où il accepte la demande de licence de Bernardo de’ Medici, en juillet 1545 : « Sua Maestà Christianissima, havendomi udito con somma attentione, mi dette questa risposta : “Voi ve ne ritornarete dal vostro patrone, et gli direte che le magioni vecchie si hanno a giudicare sulle magioni nuove, come quella di Fiorenza” »25. Devant ces récits, la réaction la plus logique est de penser à une reconstruction a posteriori de ces conversations. Cela implique que l’ambassadeur puisse se rappeler les conversations précises, même lorsqu’il a eu audience de nombreuses personnes dans la journée. Si le secrétaire est présent, en plus de constituer une mémoire et un regard supplémentaires pour enregistrer la scène, on peut imaginer qu’il peut prendre des notes, pour n’avoir plus par la suite qu’à les réorganiser sous une forme correspondant aux codes de chancellerie. Le secrétaire deviendrait alors un greffier de l’activité diplomatique, chargé de consigner en direct les faits et gestes de chacun. Cette hypothèse permet d’expliquer beaucoup de la construction des dépêches : celles-ci pourraient être écrites sur la base de notes prises à chaud, reformulées et reconstruites dans une lettre respectueuse à la fois de « l’ordre du discours » et des règles de chancellerie26.

  • 27 ASF, MdP, filza 4590, fol. 326r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Argenton, 9 juin 1545.
  • 28 L’idée que les dépêches puissent avoir une existence préalable comme brouillon est explicitement d (...)

16Il reste à déterminer la fréquence de la présence du secrétaire – le relatif silence des lettres peut signifier qu’elle est épisodique, mais aussi qu’elle n’est simplement pas précisée –, les conditions de cette présence et ses fonctions lorsque le secrétaire assiste à une audience. Dans le cas de la légation française de Bernardo de’ Medici et Jacopo Guidi, l’exemple cité plus haut constitue la seule occurrence dévoilant explicitement la présence du secrétaire en audience. De plus, Guidi révèle dans une lettre du 9 juin qu’il n’est pas aussi bien informé que l’ambassadeur, dont il dépend pour pouvoir écrire : « […] In questi primi ragionamenti, mi s’è mostro desiderosissimo di servire, ovunque egli possa, Sua Excellentia, promettendomi che mi dirà sempre confidentissimamente tutte le cose che intenderà d’importantia »27. Cette confidence laisse à penser qu’il n’est que ponctuellement aux côtés de l’ambassadeur, et qu’il écrit aussi sur la base de ce que ce dernier accepte de lui dire. Cette théorie pose enfin un dernier problème, à savoir que si le secrétaire prenait systématiquement des notes de ce qu’il voyait et entendait lors des audiences, lesdites notes devraient avoir laissé des traces. En l’état, sans trouver de telles sources, ou, à défaut, une mention de leur existence, il est impossible de confirmer cette hypothèse28.

  • 29 ASF, MdP, filza 4590, fol. 125v, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Blois, 14 mars 1545.
  • 30 ASF, MdP, filza 4590, fol. 155-159r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Amboise, 30 mars 154 (...)
  • 31 ASF, MdP, filza 4590, fol. 151r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Amboise, 27 mars 1545.
  • 32 ASF, MdP, filza 4590, fol. 155r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Amboise, 30 mars 1545.
  • 33 ASF, MdP, filza 4590, fol. 156v, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Amboise, 30 mars 1545.
  • 34 Le traité de Crépy prévoyait que Charles d’Orléans devrait épouser une princesse impériale, et rec (...)

17Il faut mettre cela en parallèle avec le fait que certaines lettres semblent écrites par couches, en plusieurs temps. Le 14 mars 1545, cette modalité d’écriture est explicitée dans une lettre à Cosimo : « Havendo incominciato la presente alli 12 et tenuti insino a questo giorno delli 14, m’è stato fatto intendere dipiù come […] »29. Cette écriture par couches peut aussi relever de l’implicite. Ainsi les trois premiers folios d’une lettre du 30 mars 1545 laissent voir une écriture fine et régulière, bien droite. Le dernier folio est écrit plus rapidement, avec davantage d’abréviations30. La différence, subtile, se confirme à l’analyse de la lettre. Celle-ci débute par l’annonce de l’arrivée imminente de Charles du Solier, comte de Morette, qui arrive à Amboise le 27 mars 154531. Plus en aval, l’écriture de la même lettre change implicitement de datation, ce qui ne se voit pas d’un point de vue matériel. De l’attente de Morette (« aspettandosi d’hora in hora la venuta del signor Morett o d’altri, con la dichiaratione di Sua Maestà Cesarea »32), on passe à son arrivée : « il signor Morett comparse in questo giorno de 27 in su l’hora del desinare, et seco insieme un corriere di Sua Maestà Cesarea »33. La fin de la lettre relate des événements postérieurs au 27 mars. En somme, cette lettre du 30 mars 1545 a été écrite par couches, cette modalité d’écriture n’est pas mentionnée explicitement, et elle est peu détectable sur le plan matériel, le secrétaire étant suffisamment habile pour écrire avec une calligraphie constante. Les trois jours de délai, ou plutôt de mise en construction, de la dépêche sont un temps nécessaire autant à la récolte de l’information qu’à la construction du discours diplomatique. En l’occurrence, cette lettre est l’une des clés du corpus, puisqu’elle annonce le dénouement de la conséquence principale du traité de Crépy (1544), qui prévoyait que Charles Quint donne sa fille ou sa nièce à Charles d’Orléans, troisième fils de François Ier. Le mariage n’était pas tant l’objet des discussions que la dot : il était prévu que l’Empereur donne ou le Milanais, ou les Pays-Bas, au jeune prince français. Cette affaire occupe une part importante des lettres de Bernardo de’ Medici entre décembre 1544 et avril 154534. Cette rédaction par couches montre la construction du discours diplomatique comme progressive, réalisée au fil du rassemblement des informations, de la rencontre et de la confrontation des interlocuteurs. De plus, elle peut être compatible avec la présence d’un secrétaire « greffier ». Ici, l’information diplomatique capitale est savamment pensée, mesurée et construite pour être, tout simplement, juste. C’est évidemment une piste d’interprétation, aux fondements fugaces, mais qui aurait le mérite de replacer le secrétaire au cœur du système diplomatique : les prises de notes du secrétaire assureraient la justesse de l’information présente dans les dépêches ; dépêches généralement écrites, de toute manière, par ce même secrétaire.

  • 35 D. Biow, op. cit., p. 155-180 ; C. Fletcher, op. cit., p. 94.
  • 36 ASF, MdP, filza 4590, fol. 326-327, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Argenton, 9 juin 1545. Sur les p (...)

18Tout cela renforce le secrétaire dans l’une de ses fonctions clés : spécialiste de l’écrit, il est aussi introduit, par la force des choses, dans le secret des affaires de l’État, et, ici, des affaires diplomatiques35. Le secrétaire sait tout ou presque, dans la mesure où la plupart des papiers d’ambassades passent ou sont écrits par lui. Il est également celui qui crypte les passages chiffrés des dépêches les plus sensibles, qui « met en secret » les dépêches, ainsi qu’il l’affirme dans une lettre du 9 juin : « M’ha dimandato dipoi il seguito ragionamento, se quando occorrà, ho modo di scrivere copertamente et in cyfra »36. Qu’il soit introduit dans le quotidien de son patron n’est en rien étonnant, puisqu’il est dans la confidence de tout ce qui se passe. Au contraire, tenir compte de son activité est une manière de rationaliser l’exercice diplomatique et les relations entre l’ambassadeur et le secrétaire, le premier n’ayant plus à faire de compte rendu au second. Ainsi, le rôle de l’ambassadeur se trouverait limité dans le processus de rédaction des dépêches ; une simple discussion, destinée à construire les grandes lignes du discours, suffirait au secrétaire, suffisamment informé et qualifié pour rédiger lui-même des dépêches construites.

19Ces rapides conclusions donnent à voir une forme de spécialisation des membres de la suite diplomatique en fonction des compétences de chacun : en l’occurrence, le secrétaire tend à écrire, l’ambassadeur tend à parler, sans que cette répartition des tâches ne soit en aucun cas immuable. En étudiant le corpus de plus près, des éléments concernant la formation et les compétences de chacun apparaissent. La langue des lettres écrites de la main de Bernardo de’ Medici, sans intervention démontrable du secrétaire, n’est pas le toscan érudit de chancellerie que l’on trouve dans leurs pendantes écrites par Jacopo Guidi. L’ambassadeur n’est certainement pas le plus élégant des deux hommes, ainsi lorsqu’il parle du couple formé par le dauphin Henri et Catherine de Médicis dans une lettre à Lorenzo Pagni :

  • 37 ASF, MdP, filza 4590, fol. 6, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 22 décembre 1544 (...)

[…] Il Duca ne desiderava un’ ritratto della Delphina, il quale Sua Excellentia mi ha detto mi darà, ma in quello mèzzo dete che se intratenga con la vista della Signora, la certa imaginandosi però quando era giovane, è forse cresciuta et fata grassa, et in somma si può credere al Delphino, che dice non trovare la migliora roba che lei.37

20Le même jour, Jacopo Guidi écrit pour le compte de Bernardo de’ Medici une lettre au duc, dans laquelle il réalise, lui aussi, le portrait de la dauphine de France, sur un ton plus distingué que celui employé par son patron :

  • 38 ASF, MdP, filza 4590, fol. 8, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Fontainebleau, 22 décembre (...)

[…] Et che a lei è più charo che l’Excellentia Vostra sia patrone di Fiorenza che queste ceremonie, sapendo molto bene, che l’Excellentia Vostra non può mancare a lei, né ella a Vostra Excellentia. La quale è tutto il desiderio suo, ne adora altro, che la sua grandezza, rallegrandosi infinitamente che con tanta prudentia, come qua ancora è notissimo, quella si governi in ogni sua actione.38

  • 39 Les lettres écrites par Guidi comptent en moyenne 651 mots, contre 517 pour Bernardo de’ Medici.

21D’autres éléments linguistiques tendent à faire penser que Bernardo de’ Medici n’est pas doté d’une grande érudition littéraire, ou, tout du moins, n’est pas capable de la même qualité de langue que son subordonné. En plus des considérations calligraphiques et étymologiques, l’écriture de Bernardo utilise substantiellement plus d’abréviations et de ruptures syntaxiques, ce qui rend encore plus difficile la lecture de ses lettres, à la graphie déjà mal formée et aléatoire. Il faut enfin relever que seules deux des lettres adressées au duc sont écrites de la main de Bernardo de’ Medici, celui-ci se contentant de signer au bas pour cinquante-trois autres et d’ajouter quelques lignes pour trois lettres. Cette tendance s’inverse lorsque l’on regarde les trente-quatre lettres de Bernardo de’ Medici adressées à Lorenzo Pagni : Guidi n’est le scripteur que de huit d’entre elles. Ces particularités du corpus sont significatives à deux égards. L’écriture de Guidi est utilisée pour les lettres au duc parce qu’elle est beaucoup plus lisible : c’est une manière de ménager la susceptibilité du lecteur. De plus, la langue de Guidi est davantage conforme aux codes de considération hiérarchique parce qu’il a reçu, contrairement à son patron, une solide formation non seulement en calligraphie et chancellerie, mais aussi en littérature. Cela se confirme encore lorsque l’on effectue une analyse comparative de la longueur des lettres en fonction de leur scripteur. Les lettres écrites par Guidi sont en moyenne 26 % plus longues que celles écrites par Bernardo de’ Medici39. Les lettres de plus de 1500 mots (9/105) sont systématiquement écrites par le secrétaire ; l’ambassadeur n’est à l’origine que de quatre lettres dont le texte dépasse les 1000 mots, contre dix-sept pour le secrétaire. Autrement dit, en plus d’être un révélateur du manque de formation de l’ambassadeur, l’analyse textuelle de sa correspondance diplomatique peut révéler une réalité sociopolitique : les compétences rédactionnelles du secrétaire sont aussi là pour pallier les potentielles lacunes de l’ambassadeur.

Les activités propres au secrétaire d’ambassade

22D’autres éléments tendent à faire de Jacopo Guidi davantage qu’un simple renfort anonyme. Sur les cent sept lettres, neuf sont écrites et signées de la main de Guidi, en son nom. Bien que faible du point de vue numérique, cette partie du corpus montre que Guidi est aussi un agent diplomatique de terrain.

  • 40 ASF, MdP, filza 4590, fol. 70, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Fontainebleau, 21 janvier (...)
  • 41 Il existe une référence intéressante à ce duo diplomatique dans le traité de Jean Hotman intitulé (...)
  • 42 Voir infra.

23Le secrétaire communique d’abord avec ses pairs, c’est-à-dire avec les autres secrétaires des ambassadeurs résidents, comme avec le secrétaire du nonce : « L’imperatore si doveva partire hieri di Guant per Brussel; et il secretario del signor nuntio ha detto hoggi al mio secretario Sua Maestà Cesarea non andare a Vuromes »40. Le secrétaire d’ambassade est chargé lui aussi de récupérer et de transmettre des informations. Ces tâches diplomatiques expliquent qu’une partie des lettres soit signée de sa main et non de celle de Bernardo de’ Medici. L’ambassadeur et le secrétaire apparaissent comme un duo complémentaire, aux tâches identiques, mais effectuées dans des environnements sociaux et politiques différents41. L’information centralisée par deux hommes différents, à travers des réseaux d’informateurs différents, est nécessairement plus fiable et complète. Si ce schéma s’appliquait à d’autres légations, l’on pourrait rétablir la pratique de la diplomatie comme un travail d’équipe, bien que les rapports sociaux hiérarchiques ne sauraient être occultés42.

  • 43 ASF, MdP, filza 4591, fol. 73 (fol. 76v pour l’adresse), Jacopo Guidi à Bernardo de’ Medici, abbay (...)

24Le secrétaire peut aussi servir l’ambassadeur à distance. Dans le cas de Guidi et Bernardo de’ Medici, Guidi se rend par exemple à la cour, stationnée à l’abbaye Saint-Martin de Troarn, à une douzaine de kilomètres de Caen, pour trouver l’amiral Claude d’Annebault et organiser une audience pour l’ambassadeur, alors que celui-ci est encore à Caen, position confirmée par le secrétaire dans l’adresse de sa lettre. Guidi organise le travail de Bernardo de’ Medici, en amont. Cette lettre s’inscrit dans un contexte particulier, puisque l’ambassadeur est alors désavoué de tous dans une querelle de préséance entre Florence et Ferrare, et qu’il vient de recevoir l’ordre de demander congé au roi de France : envoyer son secrétaire est une manière de ne pas perdre la face. Cette lettre semble aussi dire une réalité sociale du travail du secrétaire d’ambassade, qui bénéficie d’entrées à la cour, et peut rencontrer assez aisément les ministres du roi, quand bien même il ne négocierait rien lui-même43.

25Le cas échéant, les secrétaires d’ambassade peuvent également transporter des nouvelles à la place de l’ambassadeur, montrant alors une certaine forme d’autonomie dans l’exercice de leurs fonctions diplomatiques. En l’espèce, cela arrive à l’extrême fin de la légation, sur le chemin du retour, alors que Bernardo se trouve cloué au lit par la fièvre. L’ambassadeur décide d’envoyer son secrétaire à Florence afin qu’il délivre son rapport de fin de mission au duc :

  • 44 ASF, MdP, filza 373, fol. 513, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Lu nel Monferrato, 16 août (...)

Et perché in caso d'altro ritorno, il quale Dio per sua benignità interamente rimuova, non potrei così presto, come sarià il desiderio mio, essere dall' Excellentia Vostra et dirle alcune cose a bocca, mi sono risoluto inviarle Jacopo Guidi, mio secretario, informato da me d'ogni cosa, al quale Vostra Excellentia si degnerà, in tutto quello che le referirà in mio nome, prestargli quella medesima fede per virtù di questa mia lettera credentiale in lui, che ella presteria a me stesso.44

26Dans cette lettre du 16 août 1545, le secrétaire devient la bouche de l’ambassadeur, se déplace physiquement pour représenter, agir au nom de l’ambassadeur. Cet exemple ne fait pas exception dans l’histoire des ambassadeurs florentins en France. Ainsi en 1547, le couple diplomatique formé par Giovan Battista Ricasoli et Pietro Gelido, successeurs de Bernardo de’ Medici et Jacopo Guidi, a recours à des méthodes similaires, alors que Ricasoli, l’ambassadeur en titre, est atteint d’une fièvre qui le cloue au lit plusieurs semaines. C’est sans aucune hésitation qu’il envoie son secrétaire à la cour pour effectuer ce qui relève, initialement, de ses propres fonctions :

  • 45 ASF, MdP, filza 4592, fol. 89-90r, Giovan Battista Ricasoli à Cosimo de’ Medici, Paris, 28 juin 15 (...)

Manderò domani il Pero alla corte, perché parli alla Regina et si lassi rivedere il Conestabile, poi che non lo posso fare io, trovandomi con un’ poco di febretta lenta, credo più per haver voluto stare alla dura per superare la mia indispositione domestica, che per malignità d'humori ne penso habbia a esser cosa di momento che così a Dio piaccia.45

  • 46 Absente de l’histoire de la diplomatie, la notion d’intermédiation est un champ bien balisé de l’h (...)

27Dans les faits, lors de ces situations, ces secrétaires exercent des missions d’ambassadeurs, ou, en tout cas, agissent en qualité d’intermédiaires, entre les proches du roi et un ambassadeur conjoncturellement incapable de faire le déplacement46.

  • 47 ASF, MdP, filza 4590, fol. 263r, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Blois, 5 mai 1545.

28L’envoi sous représentation n’est d’ailleurs pas la seule manière de compenser les carences de l’ambassadeur : ainsi Guidi écrit-il beaucoup plus lorsque Bernardo de’ Medici est atteint de crises de goutte. Dans ces moments, l’ambassadeur n’est capable de livrer que quelques lignes, difficiles à lire. Une lettre du 5 mai 1545 témoigne particulièrement de cela : les six premières lignes sont écrites de la main de Bernardo de’ Medici, avant que ce dernier ne laisse Guidi écrire la suite à sa place. Aux premières lignes écrites par l’ambassadeur s’ajoute un post-scriptum très difficile à déchiffrer, révélant des difficultés à tenir la plume. Le changement de scripteur est explicité à la fin de la dépêche, dans un paragraphe dédié : « Havevo incominciato la presente, come vedrà, di mio pugno, ma, soprapreso da un’ poco di mal di fianco, l’ho fatto scrivere poi dettando al mio secretario, però ne me scuso »47. Là, le secrétaire joue pleinement son rôle d’assistant, écrivant à la place de Bernardo, non pas tant parce que c’est son métier que parce que son patron en est, même momentanément, incapable. Dans les faits, leurs écritures sont interchangeables. En somme, le corps du secrétaire est un relais, une béquille du corps altéré de l’ambassadeur, et il devient presque évident que l’ambassadeur ne saurait exercer ses fonctions sans son secrétaire, acteur indispensable de sa pratique diplomatique.

  • 48 ASF, MdP, filza 4590, fol. 327r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Argentan, 9 juin 1545 : « M’ha dett (...)
  • 49 Loc. cit.
  • 50 A. Contini, « “Correre la fortuna” di Cesare... », art. cité, p. 391-393.

29Au-delà de ces activités complémentaires à l’action de Bernardo de’ Medici, Guidi peut aussi devenir un agent de surveillance des activités de l’ambassadeur. Dans une lettre à Lorenzo Pagni, le 9 juin 1545, il relate les actions de Bernardo de’ Medici, et notamment ses liens avec Giovanni Lanfredini, agent de Piero Strozzi à la cour de France, ainsi que, plus loin, des demandes faites à Guidi pour obtenir de la correspondance cryptée48. Guidi livre en conclusion de la lettre une phrase troublante : « Ringratio Vostra Signoria di quanto m’ha fatto advertire dal Reverendissimo Monsignore l’Ambaciatore, et la prego al fare il simile per l’advenire, di tutto quello che la conosce in benefitio mio »49, ce qui sous-entend une correspondance parallèle entre Lorenzo Pagni et lui, ainsi que de réelles méfiances (réciproques ?) entre le secrétaire et son ambassadeur au terme de quelques mois de cohabitation. Ce texte tend à confirmer l’idée, exposée par A. Contini, que le secrétaire était aussi un garde-fou politique, capable de mesurer le degré d’intégrité de l’ambassadeur, et dont les instructions personnelles pouvaient être de mettre sous surveillance un serviteur dont la loyauté ou, tout simplement, l’efficacité était mise en doute50.

  • 51 ASF, MdP, filza 4590, fol. 30-31r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 27 décembre 1544 : (...)
  • 52 ASF, MdP, filza 4590, fol. 30-31r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 27 décembre 1544.
  • 53 ASF, MdP, filza 4591, fol. 73, Jacopo Guidi à Bernardo de’ Medici, abbaye de Troarn, 25 juin 1545.

30D’un point de vue socioprofessionnel, cette qualité presque ambassadoriale est pourtant déniée aux secrétaires d’ambassade. Il faut d’ailleurs noter que dans les dépêches diplomatiques, ces secrétaires sont tous anonymes, réduits à la qualité de « secrétaire de », ce qui participe de leur occultation : des personnages sans nom ont-ils une importance ? Cet anonymat de fait, marqué par la réduction de la personne aux fonctions qu’elle occupe, contribue à placer le secrétaire au second plan. Cette place secondaire sur l’échiquier social peut d’ailleurs être révélée par une analyse linguistique des lettres écrites par Guidi en son nom. Les neuf lettres signées de Guidi sont toutes adressées aux secrétaires personnels de Cosimo, Lorenzo et Christiano Pagni, ou à l’ambassadeur lui-même. Dans la première de ces lettres, Guidi mentionne comme « debito mio » le fait d’écrire en son nom propre à Pagni, après que l’ambassadeur a pu écrire lui-même au duc et à Pagni51, c’est-à-dire après que le secrétaire a écrit en son nom. Dans cette lettre du 27 décembre, le secrétaire dit compléter les informations déjà communiquées par l’ambassadeur, de telle manière que le secrétariat du duc puisse être servi le mieux possible : « per il debito mio mi sono messo a rigare questi pochi versi, per li quali resterà servita, di sapere ancora da me »52. Le reste de la lettre ne diffère en rien des autres lettres du corpus, signées de Bernardo de’ Medici : la construction du discours est la même, les informations sont amenées de la même manière, les acteurs étant effacés au profit de l’action décrite. Ces similitudes syntaxiques et langagières se retrouvent jusque dans les formules de politesse utilisées en début et en fin de lettre. Dans les formules d’entrée, une subtilité frappe : les lettres à Pagni de Bernardo de’ Medici ne présentent aucune marque de soumission, quand celles écrites par Guidi n’y manquent pas une seule fois. Dans les lettres de Bernardo, l’introduction n’est même pas placée à l’écart du reste du texte, se contentant d’un « Molto Magnifico Messer Lorenzo » avant l’entrée en matière du texte. Dans celles de Guidi, cette même formule est transformée (« Molto Magnifico Signor mio osservandissimo ») et placée hors du premier paragraphe, sur une ligne dédiée. À la fin des lettres, on retrouve une subtilité similaire avant la signature : quand l’un signe « come fratello », l’autre préfère « tutto servitore » ou « affettissimo servitore ». Dans la seule lettre de Jacopo Guidi à Bernardo de’ Medici, le rapport hiérarchique apparaît encore plus clairement entre les deux hommes : le secrétaire accroche sa lettre par « Reverendissimo Monsignore, mio signore et patrone osservandissimo » et la clôt avec « humil’ servitore »53.

  • 54 ASF, MdP, filza 4590, fol. 30-31r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 27 décembre 1544.
  • 55 ASF, MdP, filza 4590, fol. 74r, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 23 janvier 154 (...)

31De même, Jacopo Guidi et Bernardo de’ Medici clôturent tous deux leurs lettres à Lorenzo Pagni par la demande d’être tenu en bonne grâce. Une différence de taille cependant est à noter dans l’échelle sociale de cette grâce : Jacopo Guidi ne demande pas tant la grâce ducale que celle de son homologue, c’est-à-dire de Pagni directement (« Et qui facciendo simile, prego Vostra Signoria che mi tenga nella sua buona gratia »54). Cette subtilité de langage se retrouve dans l’ensemble des lettres écrites en son nom à Pagni. Chaque fois, il demande à être tenu dans la bonne grâce de son destinataire ; il ne mentionne dans les formules de politesse ni Cosimo, ni Eleonora. À l’inverse, l’immense majorité des lettres de Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni mentionne l’acquisition ou la conservation de la grâce de l’un ou de l’autre des membres du couple ducal en plus de celle du secrétaire, ainsi dans cette lettre du 23 janvier : « Et facciendo simile molto mi offero a Vostra Signoria et raccomendo; la quale priego mi tenghi in bona gratia di Loro Excellentie, et si ricordi di me, che Dio la contenti, come desidera »55.

  • 56 D. Biow, op. cit., p. 155-161.

32En somme, l’ambassadeur et le secrétaire appliquent les mêmes formules de politesse dans leur correspondance ; seulement, ils adressent ces formules et les demandes qui leur sont affiliées à un membre plus ou moins élevé de la hiérarchie, en fonction de leur propre statut social. En s’appuyant sur ces quelques éclairages, on voit que le discours diplomatique semble ne plus dépendre seulement des faits racontés dans la dépêche, mais aussi de la fonction et du statut social du destinataire et de l’auteur de celle-ci. Dans ses tâches quotidiennes, le secrétaire n’apparaît pas aussi soumis qu’il ne l’est dans les représentations picturales de l’acte d’écriture. Cette soumission revient cependant au premier plan dans les parties les plus codifiées – mais aussi les plus signifiantes sur le plan social – des dépêches, c’est-à-dire les formules de politesse56.

Conclusion

  • 57 J. Petitjean, op. cit., p. 27-28.

33Analyser la figure du secrétaire d’ambassade italien à travers le cas particulier de Jacopo Guidi en France permet de montrer le secrétaire comme un acteur de la diplomatie, bien au-delà du simple exécutant. Le cas de Guidi confirme les conclusions de Johann Petitjean, qui, à partir de traités théoriques du XVIe siècle, parle du secrétaire d’ambassade comme de l’homme chargé de rassembler l’ensemble des informations amassées par l’ambassadeur afin de les condenser de la manière la plus juste et efficace possible, de sorte que la dépêche puisse revêtir une dimension démonstrative que n’aurait pas nécessairement un compte rendu linéaire et non travaillé57.

34L’exemple de Guidi montre combien le secrétaire peut être un acteur indispensable du fait de ses nombreuses compétences. Son titre, qui nous paraît être, a posteriori, celui d’un invisible, cache une myriade de fonctions et une grande marge de manœuvre personnelle. Jacopo Guidi est un lettré humaniste de la Renaissance, un homme de lettres qui, par sa présence, ses réseaux diplomatiques et ses activités de scripteur, participe aux échanges diplomatiques, tout autant que l’ambassadeur. Il n’est pas seulement chargé de la synthèse écrite de l’information diplomatique, mais s’occupe aussi de la collecte des nouvelles et de leur confrontation.

  • 58 A. Contini, « Dinastia, patriziato e politica este... », art. cité, p. 93-104.

35Pour A. Contini, cette évolution serait propre aux secrétaires florentins, provinciaux et homines novi, utilisés par le duc pour se protéger de l’ancienne aristocratie florentine, jugée trop instable58. À ce titre, le couple formé par Jacopo Guidi et Bernardo de’ Medici semble répondre à l’attention accrue du duc pour l’origine sociale de ses agents diplomatiques au moment de leur nomination. Ces hiérarchies sociales ne sauraient néanmoins être effacées par les pratiques politiques de la cour de Cosimo I, et plusieurs indices du corpus montrent que Guidi est soumis à la surveillance de Bernardo de’ Medici et à un ensemble de règles de chancellerie, qui font de lui un interlocuteur secondaire, notamment à l’égard du duc.

36Bien que significatif, le cas de Jacopo Guidi et Bernardo de’ Medici invite néanmoins à la prudence. Guidi, notamment du fait de ses larges compétences littéraires, des réseaux florentins dont il dispose et de sa carrière prestigieuse en tant que secrétaire de chancellerie, pourrait être une exception. Le rôle important qu’il joue auprès de Bernardo de’ Medici durant sa légation française est probablement dû en grande partie à ses compétences propres, plutôt qu’à sa position de secrétaire. Dans une certaine mesure, ce cas est aussi orienté par la culture de chancellerie florentine des XVe et XVIe siècles, qui produit beaucoup de professionnels de l’écrit et conduit à une excellente conservation des sources : il est possible d’analyser finement ces ambassades justement du fait de cette conservation. Il faut encore étendre l’étude à d’autres couples similaires, florentins mais aussi issus d’autres États italiens, pour être en mesure d’affirmer la représentativité du duo ici étudié.

Haut de page

Notes

1 D. Fedele, Naissance de la diplomatie moderne (XIIIe-XVIIe siècles) : l’ambassadeur au croisement du droit, de l’éthique et de la politique, Baden-Baden, Nomos, 2017, p. 306-307 ; J. Petitjean, L’intelligence des choses : une histoire de l’information entre Italie et Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles), Rome, École française de Rome, 2013, p. 25-29 ; D. Biow, Doctors, Ambassadors, Secretaries: Humanism and Professions in Renaissance Italy, Chicago, Chicago University Press, 2002, p. 155-161.

2 A. Contini, « Dinastia, patriziato e politica estera: ambasciatori e segretari medicei nel Cinquecento », Cheiron, no 30, 1998, p. 57-131, p. 94-104 ; Id., « “Correre la fortuna” di Cesare. Instabilità, diplomazia ed informazione politica nel principato di Cosimo I », dans F. Cantù et M. A. Visceglia éd., L’Italia di Carlo V: guerra, religione e politica nel primo Cinquecento, Rome, Viella, 2003, p. 391-410, p. 391-393.

3 D. Fedele, op. cit., p. 115 : s’il est difficile de parler de « métier » d’ambassadeur à la Renaissance, D. Fedele montre, à partir d’un traité vénitien, que les secrétaires d’ambassade sont déjà des professionnels au milieu du XVIe siècle.

4 La notice de référence pour la biographie de Guidi reste celle de S. Calonaci dans le Dizionario biografico degli italiani, vol. LXI, 2004, p. 268-271 ; pour une autre notice contemporaine, voir A. Marrucci, I personaggi e gli scritti. Dizionario biografico e bibliografico di Volterra, dans Dizionario di Volterra, Ospedaletto, Pacini, 1997, vol. III, p. 1044-1045 ; il existe un éloge de Guidi, écrit au XVIIIe siècle par P. B. Falconcini, Elogio di mons. Iacopo de’ Conti Guidi, dans Elogi degli uomini illustri toscani, 3 vol., Lucques, [s. n.], 1771-1772, vol. III, p. 185-194 ; dans les Famiglie celebri d’Italia, Pompeo Litta consacre un long paragraphe à Guidi (P. Litta, Famiglie celebri di Italia. Guidi di Romagna, Turin, [s. n.], 1835, planche XX). Une biographie tronquée de Guidi est reprise dans A. Contini, « Dinastia, patrizato e politica estera… », art. cité, p. 99-100.

5 Cette correspondance privée ne fait pas partie de la présente étude.

6 C. Fletcher, Diplomacy in Renaissance Rome: The Rise of the Resident Ambassador, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 94-95.

7 Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, A. Desjardins et G. Canestrini éd., 6 vol., Paris, Imprimerie Impériale, 1859-1886, vol. III, p. 138-171. A. Desjardins et G. Canestrini publièrent 23 dépêches envoyées par Bernardo de’ Medici. Or, celui-ci envoie au moins 106 dépêches entre son départ de Florence et son retour. En plus des lettres coupées entièrement, A. Desjardins et G. Canestrini effectuèrent de nombreuses modifications et jonctions hasardeuses dans le texte des lettres qu’ils éditèrent.

8 M. Smith, « Conseils pour l’édition des documents en langue italienne (XIVe-XVIIe siècle) », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. CLIX, fasc. 2, 2001, p. 541-578, p. 542. L’édition de l’ensemble de la correspondance de Baldassare Castiglione par Einaudi témoigne de cette inflexion. Son apport matériel principal est d’avoir rendu la présentation et la forme épistolaire complète de ces textes très attendus (B. Castiglione, Lettere famigliari e diplomatiche, G. La Rocca, A. Stella, U. Morando et al. éd., Turin, Einaudi, 2016, 3 vol.).

9 Sur ces considérations méthodologiques, voir les réflexions très claires d’A. Prost, « Les mots », dans R. Rémond éd., Pour une histoire politique, Paris, Seuil, 1988, p. 255-285. L’application de méthodes linguistiques fait encore débat parmi la communauté des historiens, ainsi que le rappelle le propos dubitatif de B. Grévin dans le Dictionnaire de l’historien à l’entrée « Langue(s) » (C. Gauvard et J.-F. Sirinelli éd., Dictionnaire de l’historien, Paris, PUF, 2015, p. 418-421).

10 Les informations ne sont pas concordantes sur le sujet (DBI, vol. LXI, p. 268 ; A. Marrucci, op. cit., vol. III, p. 1044).

11 DBI, vol. LXI, p. 268.

12 DBI, vol. LXI, p. 268 ; A. Marrucci, op. cit., vol. III, p. 1044. Salvatico Guidi est décédé en 1530.

13 DBI, vol. LXXIII, p. 28 ; G. M. Fusconi, Forlì e i suoi vescovi: appunti e documentazione per una storia della chiesa di Forlì, vol. III : Il secolo XVI, Milan, Vita e pensiero, 2003, p. 603-609.

14 M. Plaisance, L’Accademia e il suo principe: cultura e politica a Firenze al tempo di Cosimo I e di Francesco de’ Medici, Rome, Vecchiarelli, 2004, p. 84 ; DBI, vol. LXXIII, p. 28-29.

15 A. Contini, « Dinastia, patriziato e politica estera… », art. cité, p. 99-100.

16 DBI, vol. LXI, p. 269. À noter que l’ambassadeur change pendant les deux années… mais pas le secrétaire.

17 DBI, vol. LXI, p. 269 ; Archivio di Stato di Firenze (ASF), Mediceo del Principato (MdP), filza 4590, fol. 8-12, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Fontainebleau, 22 décembre 1544.

18 DBI, vol. LXI, p. 269.

19 A. Marrucci, op. cit., p. 1044.

20 Une partie est numérisée et disponible en ligne sur la plateforme Bia du Medici Archive Project. En ligne : [http://bia.medici.org/] (consulté le 17/06/2019).

21 M. Smith, art. cité, p. 542.

22 ASF, MdP, filza 4590, fol. 5r, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 22 décembre 1544.

23 ASF, MdP, filza 4590, fol. 27, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 25 décembre 1544.

24 ASF, MdP, filza 4590, fol. 9r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Fontainebleau, 22 décembre 1544.

25 ASF, MdP, filza 4590, fol. 379r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Montivilliers, 13 juillet 1545. Le propos de François Ier concerne la querelle de préséance entre Ferrare et Florence, qui se déclenche à la cour de France au milieu des années 1540 : le roi ayant choisi de privilégier le duché de Ferrare sur celui de Florence, Bernardo de’ Medici, humilié, n’a d’autre choix que de rentrer à Florence. Sur cette querelle de préséance, voir M. Smith, « Les Médicis et la France de 1450 à 1600 », dans Les Médicis et la France, colloque organisé à Blois le 25 septembre 1999. En ligne : [http://www.academia.edu/1112813] (consulté le 17/06/2019) ; G. Mondaini, La questione di precedenza fra il duca Cosimo I de’ Medici e Alfonso II d’Este, Florence, 1898 ; P. Gribaudi, « Questioni di precedenza fra le corti italiane nel secolo XVI: contributo alla storia della diplomazia italiana », Rivista di scienze storiche, vol. II, 1905, p. 29-38.

26 La construction des dépêches diplomatiques est assez bien documentée. Voir les travaux fondateurs de F. Senatore, «Uno mundo de carte»: forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, Liguori, 1998 et I. Lazzarini, Communication and Conflict: Italian Diplomacy in the Early Renaissance, 1350-1520, Oxford, Oxford University Press, 2015 ; G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, Londres, J. Cape, 1955.

27 ASF, MdP, filza 4590, fol. 326r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Argenton, 9 juin 1545.

28 L’idée que les dépêches puissent avoir une existence préalable comme brouillon est explicitement délivrée par C. Fletcher dans Diplomacy in Renaissance Rome, op. cit., p. 105, 109.

29 ASF, MdP, filza 4590, fol. 125v, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Blois, 14 mars 1545.

30 ASF, MdP, filza 4590, fol. 155-159r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Amboise, 30 mars 1545.

31 ASF, MdP, filza 4590, fol. 151r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Amboise, 27 mars 1545.

32 ASF, MdP, filza 4590, fol. 155r, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Amboise, 30 mars 1545.

33 ASF, MdP, filza 4590, fol. 156v, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Amboise, 30 mars 1545.

34 Le traité de Crépy prévoyait que Charles d’Orléans devrait épouser une princesse impériale, et recevoir en dot soit le duché de Milan, soit les Pays-Bas, sans que l’une ou l’autre des questions n’ait été résolue au moment de la signature du traité, en septembre 1544. Plusieurs mois durant, l’Empereur consulte ses conseillers, et place la cour de France dans une atmosphère d’attente ; évidemment, la nouvelle est d’une importance certaine pour les Italiens, car elle pourrait offrir aux Valois une porte d’entrée considérable sur l’Italie. Il faut attendre le mois de mars pour que l’Empereur ne prenne officiellement sa décision et l’envoie à la cour de France. Sur cette question, voir F. Chabod, « Milano o i Paesi Bassi? Le discussioni in Spagna sulla “alternativa” del 1544 », Rivista storica italiana, vol. LXX, no 4, 1958, p. 508-552.

35 D. Biow, op. cit., p. 155-180 ; C. Fletcher, op. cit., p. 94.

36 ASF, MdP, filza 4590, fol. 326-327, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Argenton, 9 juin 1545. Sur les pratiques de cryptage, voir K. Ellison et S. M. Kim, A Material History of Medieval and Early Modern Ciphers: Cryptography and the History of Literacy, New York, Routledge, 2018.

37 ASF, MdP, filza 4590, fol. 6, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 22 décembre 1544. Si l’on suit la pensée de J. Petitjean, cette citation pourrait témoigner de l’infusion de la culture courtisane de la sprezzatura. L’apparent manque de distinction dont témoigne l’ambassadeur serait calculé, afin de rendre le récit diplomatique moins ennuyeux pour le lecteur (J. Petitjean, op. cit., p. 43-44). Sans rejeter l’intérêt historique et littéraire qu’elle présente, il a été choisi ici de ne pas retenir cette hypothèse, dans la mesure où cette lettre n’est pas adressée au duc, auprès duquel la courtisanerie serait entendue comme naturelle, mais à son secrétaire. En l’absence d’éléments plus appuyés sur les relations de Bernardo et de Lorenzo Pagni, ainsi que sur la position de celui-ci à la cour de Florence en 1544-1545, il est difficile d’affirmer que Bernardo de’ Medici se sert de la sprezzatura, encore moins consciemment, à l’égard du secrétaire du duc.

38 ASF, MdP, filza 4590, fol. 8, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Fontainebleau, 22 décembre 1544.

39 Les lettres écrites par Guidi comptent en moyenne 651 mots, contre 517 pour Bernardo de’ Medici.

40 ASF, MdP, filza 4590, fol. 70, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Fontainebleau, 21 janvier 1545.

41 Il existe une référence intéressante à ce duo diplomatique dans le traité de Jean Hotman intitulé L’ambassadeur : « le secrétaire et interprète, qui luy sont instrumens nécessaires, et qui servent plutôt l’ambassade que l’ambassadeur » (J. Hotman, L’ambassadeur, [s. l.], [s. n.], 1603, p. 106).

42 Voir infra.

43 ASF, MdP, filza 4591, fol. 73 (fol. 76v pour l’adresse), Jacopo Guidi à Bernardo de’ Medici, abbaye de Troarn, 25 juin 1545.

44 ASF, MdP, filza 373, fol. 513, Bernardo de’ Medici à Cosimo de’ Medici, Lu nel Monferrato, 16 août 1545.

45 ASF, MdP, filza 4592, fol. 89-90r, Giovan Battista Ricasoli à Cosimo de’ Medici, Paris, 28 juin 1547.

46 Absente de l’histoire de la diplomatie, la notion d’intermédiation est un champ bien balisé de l’histoire des sciences et de l’histoire politique, dans les études anglo-saxonnes pour le premier champ, ainsi que dans l’historiographie française pour le second. Pour l’histoire politique, et un autre contexte historique, voir notamment M. Biard et J.-N. Ducange éd., Passeurs de Révolution, Paris, Société des études robespierristes, 2013, ainsi que J. Bouchet et C. Simien éd., Les passeurs d’idées politiques nouvelles au village : de la Révolution aux années 1930, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2015. Pour l’histoire des sciences, voir la synthèse de K. Raj, « Go-betweens, travelers and cultural translators », dans B. Lightman éd., A Companion to the History of Science, Chichester, Wiley Blackwell, 2016, p. 39-57. Les intermédiaires (go-betweens) sont des personnages qui gravitent autour des grands savants, depuis les assistant(e)s jusqu’aux conjoint(e)s. Quelques assistants ont fait date, ainsi Robert Hooke qui fait ses premières armes en servant Robert Boyle à la Royal Society, dans les années 1660. Si le fait d’assister est la plupart du temps une fin en soi, c’est parfois un mode de formation pour les savants, qui le voient comme un entre-deux, une étape elle-même intermédiaire.

47 ASF, MdP, filza 4590, fol. 263r, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Blois, 5 mai 1545.

48 ASF, MdP, filza 4590, fol. 327r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Argentan, 9 juin 1545 : « M’ha detto in ultimo che il Lanfredino, agente di Piero, va spesso da lui, et molto si confida seco, et che lo trova satio del suo servitio, ma che ben’ vuole usare ogni diligentia di riscotere l’intera somma, sperando di cavarne qualche buona somma prese, et disegnando co’l tempo poi dextramente di ritirarsene. Questo è tutto quello che presentalmente m’ha ragionato l’Amico sudetto, il quale m’ha fermo l’hora che lo debbo andare a trovare, cioè una hora innanzi, desinare o cena. Et così farò. M’ha dimandato dipoi il seguito ragionamento, se quando occorra, ho modo di scrivere copertamente et in cyfra. Al che gli ho risposto che, quanto m’haveva referto, li scriverrei copertissimo, et così seguerei per l’advenire ».

49 Loc. cit.

50 A. Contini, « “Correre la fortuna” di Cesare... », art. cité, p. 391-393.

51 ASF, MdP, filza 4590, fol. 30-31r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 27 décembre 1544 : « Se bene non ho scrivere alla Signoria Vostra più di quello, che ella intenderà per lettere, che il Signor Imbasciatore scrive a Sua Excellentia, et dipoi a lei; nondimeno, per il debito mio mi sono messo a rigare questi pochi versi, per li quali resterà servita, di sapere ancora da me: […] ».

52 ASF, MdP, filza 4590, fol. 30-31r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 27 décembre 1544.

53 ASF, MdP, filza 4591, fol. 73, Jacopo Guidi à Bernardo de’ Medici, abbaye de Troarn, 25 juin 1545.

54 ASF, MdP, filza 4590, fol. 30-31r, Jacopo Guidi à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 27 décembre 1544.

55 ASF, MdP, filza 4590, fol. 74r, Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 23 janvier 1545.

56 D. Biow, op. cit., p. 155-161.

57 J. Petitjean, op. cit., p. 27-28.

58 A. Contini, « Dinastia, patriziato e politica este... », art. cité, p. 93-104.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lettre de Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Blois, 5 mai 1545
Légende Les six premières lignes sont de la main de Bernardo de’ Medici ; la suite est de Guidi.
Crédits ASF, MdP, filza 4590, fol. 262r.
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/3678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Nevejans, « Le secrétaire d’ambassade, acteur indispensable de l’exercice diplomatique : le cas de Jacopo Guidi à la cour de France (1544-1545) », Laboratoire italien [En ligne], 23 | 2019, mis en ligne le 24 octobre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3678 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.3678

Haut de page

Auteur

Pierre Nevejans

ENS de Lyon, Triangle (UMR 5206) • Agrégé d’histoire, Pierre Nevejans est doctorant contractuel à l’ENS de Lyon (2018-2021) et membre du laboratoire Triangle (UMR 5206). Il prépare une thèse d’histoire moderne, intitulée « Pratiques et pensée politiques des ambassadeurs italiens en France sous François Ier et Henri II (1526-1552) », sous la direction de Romain Descendre (ENS de Lyon) et Nicolas Le Roux (université Paris 13).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page