Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2020Lodovica Braida, L’autore assente...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2020

Lodovica Braida, L’autore assente: l’anonimato nell’editoria italiana del Settecento

Bari, Rome, Laterza, 2019, XVIII-199 p., 22 €
Pierre Musitelli
Référence(s) :

Lodovica Braida, L’autore assente: l’anonimato nell’editoria italiana del Settecento, Bari, Rome, Laterza, 2019, XVIII-199 p., 22 €

Texte intégral

1L’historienne Lodovica Braida reconnaît dès la première phrase de son nouvel ouvrage que le titre de ce dernier pourrait sembler « provocatorio » (p. V) appliqué à un siècle, le XVIIIe, au cours duquel, pour citer Roger Chartier, « les compositions littéraires […] sont désormais conçues comme des créations originales qui expriment les pensées ou les sentiments les plus intimes de l’individu » (R. Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur : XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2015) : un siècle au cours duquel le droit d’auteur s’invente en Angleterre et où sont jetées les bases du « sacre de l’écrivain » étudié par Pierre Bénichou.

2Lodovica Braida, qui inventorie les formes multiples et parfois paradoxales de la présence-absence de l’auteur sur le frontespizio et dans les pages d’une série d’œuvres littéraires du secondo Settecento, montre pourtant que l’émergence au XVIIIe siècle de la « fonction auteur » et la persistance en Italie de l’anonymat dans un certain nombre de genres littéraires (récits de voyages et romans notamment, que l’on aurait pu croire propices à l’affirmation de la responsabilité auctoriale) ne sont pas nécessairement contradictoires : le « silence » public d’un auteur cache dans bien des cas une bataille livrée en privé pour la reconnaissance de son nom et pour le respect de son texte.

3Les stratégies d’anonymat ne sont ni une particularité du XVIIIe siècle ni une spécificité de la production éditoriale italienne : elles restent particulièrement usitées dans la Péninsule comme ailleurs en Europe au cours de l’Ancien Régime. On a cependant oublié que la plupart des textes dont les auteurs nous sont aujourd’hui familiers ont d’abord paru de façon anonyme, car les références bibliographiques citées dans les études et les histoires littéraires ne placent que rarement le nom de ces auteurs entre crochets, comme l’exigeraient les conventions. C’est laisser croire que ce nom était évident pour les lecteurs du passé comme il l’est à nos yeux, alors qu’il ne fut parfois formellement révélé que sur des éditions posthumes : certes, les cercles proches de l’auteur, les salons ou les académies qu’il fréquentait connaissaient son identité, mais le public ordinaire recevait ces textes sous le régime de l’anonymat. Négliger l’histoire de l’anonymat, c’est donc négliger un aspect fondamental de la réalité éditoriale d’Ancien Régime que Lodovica Braida ressuscite ici : les ambiguïtés de la responsabilité intellectuelle des textes, dont les exemples regorgent. On pouvait ainsi trouver dans le commerce des éditions non autorisées ou pirates qui associaient tout à la fois des textes anonymes d’un auteur connu – par exemple Il Mattino et Il Mezzogiorno de Giuseppe Parini – avec leur continuation apocryphe et non autorisée – La Sera de Giovanni Battista Mutinelli dans le cas présent. Les lecteurs d’un tel volume pouvaient légitimement formuler l’hypothèse qu’il s’agissait d’un recueil unitaire de textes d’un même auteur.

4Comme le démontre l’ouvrage de Lodovica Braida, l’étude de l’anonymat est un art de la nuance. Il ne s’agit pas de constater simplement l’absence ou la présence du nom sur la page de titre. L’anonymat au XVIIIe siècle n’est pas nécessairement « absolu ». Les modalités à travers lesquelles l’auteur, le traducteur ou l’imprimeur choisissent de faire connaître ou de masquer leur identité sont multiples ; les jeux de faux-semblants sont complexes : l’anonymat du frontespizio peut être élucidé par la signature de la lettre dédicatoire quelques pages plus loin, ou par des initiales ; inversement, un nom d’auteur sur la page de titre peut être le résultat d’une usurpation, d’une appropriation malhonnête de la part d’un imprimeur peu scrupuleux, comme ces romans abusivement signés Pietro Chiari ou Antonio Piazza, au moment où ces deux romanciers à la mode faisaient vendre des milliers d’exemplaires ; inversement encore, un auteur comme Pietro Chiari peut choisir de faire paraître ses premiers romans sans nom d’auteur et en leur donnant l’apparence d’une traduction, du fait de la déconsidération dont souffrait le genre romanesque dans la Péninsule.

5On le comprend : les causes de l’anonymat sont variables. Elles ne relèvent pas simplement de questions de prudence vis-à-vis de la censure ou des autorités politiques, judiciaires et religieuses, et elles ne dépendent pas nécessairement du vouloir de l’auteur. En interrogeant les motivations de l’anonymat, l’ouvrage de Lodovica Braida pose des questions qui n’appellent pas de réponses faciles ni tranchées, et qui, pour ces raisons, ont souvent été éludées : des questions qui exigent que l’on dépouille de vastes corpus épistolaires afin de reconstituer les relations entre l’auteur, l’imprimeur et la communauté des lettrés. C’est un travail tout à la fois d’archéologie des sources et d’histoire sociale du livre qu’entreprend donc Lodovica Braida, qui revient au présent de la publication pour retrouver l’instabilité et la mobilité des textes, le caractère protéiforme des éditions, leur diffusion incontrôlée. L’historienne prend ainsi le contre-pied d’une histoire littéraire qui a pu, par le passé, idéaliser cette relation d’identité sereine entre un texte et son auteur, pour se confronter à une pluralité de cas où la responsabilité intellectuelle est incertaine, occultée, fallacieuse ou ignorée des lecteurs ordinaires de l’époque. En revenir à cette incertitude, c’est aussi retrouver et comprendre le rapport inquiet des auteurs à leur propre pratique de l’écriture, à chaque fois qu’ils décident de publier leur manuscrit, dans le cadre d’un rapport de force inégal avec les imprimeurs, qui continuent d’être les maîtres du jeu économique.

6Cinq chapitres – sur les ambiguïtés de la « fonction auteur » (I), sur l’anonymat des livres de voyage (II), sur les éditions et traductions du Giorno de Giuseppe Parini (III), sur les éditions des comédies de Carlo Goldoni (IV) et sur les romans italiens du XVIIIe siècle (V) – exposent la difficile condition d’auteur en Italie au XVIIIe siècle et le lent cheminement vers la formalisation du concept de propriété intellectuelle, contre les abus de la piraterie, des rééditions partielles ou altérées des textes, mais aussi, dans certains cas, contre le mépris des lettrés eux-mêmes qui créèrent les conditions défavorables à la reconnaissance économique de l’écrivain et à l’affirmation de la « fonction auteur » dans le cas de certains genres réputés « mineurs ».

7Il est frappant de constater que dans ce XVIIIe, qui est le siècle des réformes, des plaidoyers pour le bonheur et pour les droits de l’humanité, les avanies que subissent les écrivains – dont la plupart se trouvent sans protection juridique ni revenu – ne suscitent pas de grands débats publics et sont parfois difficilement documentées. Ainsi, on chercherait en vain des « proposte concrete per evitare i danni della pirateria editoriale », en raison notamment d’une sorte de « pregiudizio umanistico che impediva di accettare la nature economica del lavoro intellettuale » (p. 9). Que la pratique des lettres puisse donner lieu à la revendication d’une propriété et à la quête d’une rétribution, voilà qui est impensable. Seuls, dit Saverio Bettinelli dans ses Lettere inglesi, la « plebe letteraria » et « i veri insetti della letteratura » (cité p. 10) s’abaisseraient à cela. On comprend que les écrivains se soient trouvés en position de faiblesse face aux imprimeurs-libraires qui n’avaient pas tant de scrupules à tirer profit du négoce des livres en ce siècle d’expansion du marché, tant sur le plan de la production que des lecteurs et lectrices.

8Deux cas rappellent cependant que, au-delà du rapport de force inéquitable qui place habituellement l’auteur à la merci de l’éditeur, c’est de leur collaboration que naît l’œuvre et donc l’instance auctoriale. Vittorio Alfieri, qui relate dans sa Vita l’édition tourmentée des Tragédies et ses relations orageuses avec les protes de Didot, à Paris, en 1789, convient : « Son convinto, che chi lascia manoscritti non lascia mai libri, nessun libro essendo veramente fatto e compito s’egli non è con somma diligenza stampato, riveduto, e limato sotto il torchio, direi, dall’autore medesimo » (cité p. 40-41). Pas d’auteur, donc, sans imprimeur. Quant à Goldoni, il en vient à jouer les imprimeurs les uns contre les autres (Bettinelli à Venise, Paperini à Florence), dans une stratégie – un peu risquée – de guerre commerciale, qui met en crise les règles sur lesquelles se fondaient traditionnellement les rapports entre auteur et imprimeur dans l’Ancien Régime : rupture de contrat, éditions concurrentes lancées parallèlement, revendication audacieuse non moins que hasardeuse pour l’époque de ses droits de propriété intellectuelle… Goldoni n’était pas disposé à vivre dans ce silence auquel beaucoup d’auteurs s’étaient résignés. Son importance est double : du point de vue de la pratique éditoriale, il accompagne les éditions multiples de ses comédies d’une série d’avis, de lettres, de portraits gravés de sa propre personne pour clamer la paternité de ses textes – l’ensemble étant de surcroît encadré par la rédaction de ses Mémoires ; du point de vue juridique, cet avocat de formation finit par envisager, à partir du « droit commercial » tel qu’il s’applique aux libraires, l’idée d’un « droit d’auteur ». Au crépuscule de sa vie, Goldoni (qui meurt à Paris en février 1793) contribuera d’ailleurs au débat révolutionnaire sur la propriété littéraire, un épisode qui, comme le rappelle Lodovica Braida, « non è mai stato preso in considerazione se non dagli storici del diritto » (p. 157).

9L’autre grande figure qui émerge de ce livre est celle Parini, à travers qui la question des ambiguïtés de l’anonymat est posée. Après avoir publié sans nom d’auteur les deux premières parties de son poème Il Giorno, le poète s’interrompt. Un opportuniste publie anonymement une habile continuation, La Sera, et les éditeurs italiens associent bientôt les trois textes comme si tous étaient nés de la même plume. Parini ne dit rien ; en privé, il livre son amertume : « sono stomacato dell’avidità, e della cabala degli stampatori » (p. 80). Il s’est retrouvé pris au piège de l’anonymat, qui accentue la difficile condition économique des auteurs au sens où il ne leur permet pas de lutter contre le plagiat ou l’appropriation malhonnête. C’est un cas exemplaire, nous explique Lodovica Braida : une analyse qui ne s’intéresserait qu’aux intentions du poète telles qu’elles se manifestent dans ses manuscrits et dans les deux éditions qui parurent sous sa supervision, qui ne se consacrerait qu’à l’esthétique parinienne, échouerait à saisir « la realtà sociale ed economica » qui fut la sienne (p. 95). C’est-à-dire un temps où les œuvres circulaient indépendamment de la volonté de l’auteur, où les fausses attributions étaient communes, un temps qui était celui du combat éternellement recommencé de l’auteur pour le respect de son texte. La destinée littéraire de Parini est faite, comme pour bon nombre de ses contemporains, d’éditions pirates, de traductions multiples et parfois peu fidèles – la traduction française de Joseph Grellet Desprades où « il giovin Signore » se retrouve affublé du prénom Émile est savoureuse (p. 106). Et cette destinée ne saurait être reconstituée qu’à condition d’étendre le regard au marché éditorial européen et au rôle des médiateurs culturels que sont les libraires-éditeurs.

10C’est à la fois le paradoxe et la réussite de cet ouvrage que de poser la question de l’auteur et de la responsabilité intellectuelle des textes en rompant avec une approche centrée sur la vie intellectuelle de l’auteur, pour aborder une histoire littéraire qui s’écrit à l’enseigne de la collectivité : celle des écrivains, des imprimeurs, des traducteurs, des protecteurs, des lecteurs, des pairs. La figure de l’auteur devient plus complexe, disparaît ou se dédouble, les identités se brouillent, puis réapparaissent ; la configuration des textes également : chaque édition a son histoire, ses responsables, ses différences, qui donnent lieu à des traductions elles aussi différentes... Et pourtant, dans le même temps, cet « auteur absent » ne semble jamais aussi présent, aussi vivant qu’à travers les témoignages multiples que nous offre Lodovica Braida. Elle nous guide avec aisance entre les sources : il s’agit pour l’essentiel de correspondances, qui sont le principal support de sa reconstitution, mais aussi de « seuils » autobiographiques (avis, préfaces, lettres dédicatoires), voire d’autobiographies en tant que telles, puisqu’il s’agit du grand genre moderne de cette Italie du Settecento finissant, dans le cas d’Alfieri et de Goldoni. Chacun de ces « ego-documents » nous rapporte des bribes d’un rapport quotidien au livre, aux imprimeurs, aux lecteurs et aux lectrices. Réunir les fragments dispersés de ces existences bâties autour du travail du texte permet à Lodovica Braida de reconstituer, dans chaque cas, l’identité d’un « autore in divenire », bâtie dans une succession de « momenti apparentemente insignificanti », perdus dans le cours d’une vie (p. 44).

11Il faut lui savoir gré d’avoir rappelé que c’est dans cette insignifiance du quotidien, ces contrats hâtivement conclus qui présagent des fins de vie misérables, ce combat sans cesse recommencé pour le contrôle et la correction des textes publiés, que s’accomplit ce douloureux et prosaïque « passage » du manuscrit vers l’imprimé et, par conséquent, la naissance de l’auteur, ici saisie sur le vif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Musitelli, « Lodovica Braida, L’autore assente: l’anonimato nell’editoria italiana del Settecento », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 06 janvier 2020, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/3969 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.3969

Haut de page

Auteur

Pierre Musitelli

École normale supérieure, Paris Sciences et Lettres / Institut des textes et manuscrits modernes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search