Navigazione – Piano del sito

HomeComplémentsLectures2020Simone Testa, Marco De Luca, Vita...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2020

Simone Testa, Marco De Luca, Vita di Niccolò Machiavelli fiorentino

Argelato (Bologne), Minerva Edizioni, 2019, 96 p., 18 €
Jean-Louis Fournel
Riferimento/i:

Simone Testa, Marco De Luca, Vita di Niccolò Machiavelli fiorentino, Argelato (Bologne), Minerva Edizioni, 2019, 96 p., ill., 18 €

Testo integrale

1Écrire une biographie (de Machiavel ou de quelqu’un d’autre) n’est jamais aisé : il faut sélectionner, hiérarchiser les moments, les mettre en série dans un récit, en écarter d’autres – plus secondaires – afin d’échapper au mirage de l’exhaustivité, trouver surtout une façon de commencer, une façon de finir (on croit que les choses vont de soi dans un récit de vie, mais ce n’est pas vrai !) et une ligne de lecture problématisant l’ensemble pour donner un peu de sens à une expérience prolongée de vie et de pensée. Faire tout cela en le mettant en images, selon ce que l’on entreprend dans la logique de ce nouveau genre qu’est le « roman graphique », et dans le cadre de la tradition de la bande dessinée franco-belge organisée autour de la contrainte des 62 planches et 64 pages, est sans doute encore plus difficile. Il convient de sélectionner les moments significatifs, de les mettre en scène sans trop en faire, mais de façon expressive, et sans pour autant se noyer dans l’accumulation des anecdotes. Dans le cas de Machiavel, il faut aussi trouver un moyen de laisser une place aux mots de l’écriture politique, plus « théorique », qui est bien une des composantes du récit de sa vie, dans la mesure où celle-ci ne peut se dire sans les œuvres, sans les textes qui sont partie constituante de son existence, jalonnant l’expérience et rendant l’écriture partie prenante du répertoire d’action du Secrétaire florentin.

2Disons tout de suite que le projet de Simone Testa et Marco De Luca est en l’occurrence mené à bien d’une façon largement convaincante et qu’il est riche de toutes les nuances nées d’une connaissance manifeste, chez Simone Testa, des textes de Machiavel et de la Florence de son temps, ce qui n’allait pas complètement de soi dans le format nécessairement synthétique d’un tel dispositif d’écriture. Je ne m’attarderai pas ici, faute de compétences en la matière, sur le travail graphique, sinon pour souligner que Marco De Luca rend précisément compte, dans une utile introduction, de ses choix de représentation, à l’enseigne du « réalisme », en recourant à l’histoire du costume ou aux fresques et tableaux d’époque comme aux quelques références – pas si nombreuses que cela d’ailleurs – de cinéma ou théâtre « historiques » (dont bien sûr le film d’Ermanno Olmi sur Jean des Bandes Noires, Il mestiere delle armi, ou, différemment, l’Orlando furioso de Luca Ronconi) et aux photos contemporaines prises par les auteurs eux-mêmes. Au passage, il ne dissimule rien des apories auxquelles il a pu être confronté (la première de celles-ci étant, même s’il n’insiste pas sur ce point, le portrait même de Machiavel puisque l’on ne dispose d’aucun portrait réalisé de son vivant, le plus connu, celui de Santi di Tito ayant été peint longtemps après sa mort par quelqu’un qui n’a pu le rencontrer – on ne sait pas vraiment de façon sure à quoi ressemblait le visage de Machiavel…). Le livre ne dédaigne pas de laisser sa place à l’imagination et à des citations graphiques (le visage bien connu du célèbre acteur italien Totò apparaît par exemple dans une des planches), suffisamment rares toutefois pour ne pas tomber dans une sorte de virtuosité maniériste en détournant l’attention du récit premier. Parmi les quelques insertions discutables, peu nombreuses, on notera quand même la représentation de l’édition de Federico Chabod du Prince, chez Einaudi, qui s’avère décalée par rapport au ton dominant dans le livre.

3Revenons maintenant plus au fond sur la scénarisation choisie pour ce récit, censée donner de la chair à ce que les auteurs nomment, comme des réalisateurs de cinéma, leur « story-board ». Deux impératifs s’imposaient : sélectionner les épisodes et identifier une façon de parler, une façon de dire les choses qui soit adéquate au sujet. Dans cet ouvrage, tout ce qui est fait dans ce cadre s’avère pertinent et même parfois surprenant par rapport à la doxa très prégnante – et souvent contraignante – des lectures machiavéliennes. Les moments attendus sont là (ainsi de César Borgia et de Senigallia bien sûr), mais certains partis pris sont significatifs : par exemple la place justifiée laissée à la famille (que ce soit son père Bernardo – qui sert à clore le récit en revenant à l’enfance florentine de Machiavel – ou sa femme Marietta – dont la présence affectueuse n’est pas sacrifiée ici face au rappel très habituel des « aventures » amoureuses du Secrétaire) ; ou le fait de commencer le récit par les sermons savonaroliens de mars 1498, qui constituent de fait l’acte de naissance à la fois de l’écriture, de l’analyse et de la vie politique de Machiavel ; ou encore l’attention portée au Machiavel bon vivant, musicien, improvisateur (sans même avoir besoin des comédies pour évoquer cela ) en même temps que l’on traite des rencontres régulières au sein des jardins des Rucellai. Parfois, on voit même pointer de vrais partis pris philologiques, telle l’allusion furtive au Discours sur notre langue au moment où il est question des orti oricellari, ce qui constitue sans le dire une intervention dans le vieux débat sur l’attribution et la datation du bref texte que Machiavel consacra à cette question (en faisant remonter la rédaction et la lecture de ce traité aux années 1518-1520, et non plus à 1524-1525, comme souvent).

4Sur le plan de la structure adoptée, on remarquera que l’encadrement de la narration par une conversation du Secrétaire avec un frère débonnaire au début de l’année 1527 est assez efficace : il permet de présenter ce récit de vie et de recourir aux flash-back de façon assez naturelle (en revenant à ce qui est un relatif trou noir de la biographie de Machiavel, à savoir son enfance et sa jeunesse). Il en va de même de la reprise, presque philologique, de certains passages célèbres de l’auteur auxquels le dessin donne une vie différente : c’est le cas notamment de la célèbre lettre à Vettori du 10 décembre 1513 ou de certains énoncés du Prince. Quant à la parole conférée aux personnages, elle suit le parti pris du vernacolo florentin, sans excès, afin de faire réentendre les mots de Machiavel : la chose est en l’occurrence loin d’être secondaire puisque l’on sait bien quelle est l’importance de la langue et du style dans la conception comme dans la réception des textes de Machiavel.

5Ma principale perplexité à la lecture, s’il en faut une, tient à ce que l’on peut considérer comme le traitement très ténu, voire le non-traitement, des dernières années de la vie de Machiavel, y compris de la rédaction des Histoires florentines (tandis que tous les principaux textes de Machiavel ont trouvé leur place dans le récit), et ce alors même que la dernière campagne militaire de 1526-1527 ou le compagnonnage avec Guicciardini (songeons au fameux épisode, loufoque et sérieux tout ensemble, de la « république des sabots », en 1521, ou encore à la tension éthique qui anime la splendide correspondance entre les deux amis de 1525 à 1527) auraient pu fournir une matière non négligeable au récit. Mais la contrainte d’une restriction à 64 pages imposait des choix drastiques et ma réserve exprimée plus haut reste secondaire au regard de la réussite de l’ensemble pour un projet qu’on pouvait penser curieux, mais qui finalement atteint son but en retrouvant dans la contrainte formelle de la bande dessinée une forme de liberté créative qui dit bien une expérience de la pensée.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Jean-Louis Fournel, « Simone Testa, Marco De Luca, Vita di Niccolò Machiavelli fiorentino », Laboratoire italien [Online], Lectures, Messo online il 20 mars 2020, consultato il 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/4001 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.4001

Inizio pagina

Autore

Jean-Louis Fournel

Université Paris 8, laboratoire Triangle (UMR 5206)

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inizio pagina
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search