Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2020Ioanna Iordanou, Venice’s Secret ...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2020

Ioanna Iordanou, Venice’s Secret Service: Organizing Intelligence in the Renaissance

Oxford, Oxford University Press, 2019, 263 p., 40 $
Pierre Nevejans
Référence(s) :

Ioanna Iordanou, Venice’s Secret Service: Organizing Intelligence in the Renaissance, Oxford, Oxford University Press, 2019, 263 p., 40 $

Texte intégral

  • 1 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, Milan, Il Saggiatore, 1994.
  • 2 J. Walker, Pistols! Treason! Murder! The Rise and Fall of a Master Spy, Carlton, Melbourne Universi (...)

1Avec Venice’s Secret Service, Ioanna Iordanou entend revenir sur la question du renseignement et de l’espionnage vénitien à la Renaissance, portée sur le devant de la scène il y a une vingtaine d’années par Paolo Preto1 puis, de manière moins significative, par Jonathan Walker2. Elle cherche à lier cette histoire à deux concepts qui lui semblent centraux : le renseignement et l’organisation. Partant du principe que Venise est une exception politique (du fait de la pérennité du régime républicain) et sociale (du fait du fort taux d’alphabétisation et de politisation de la population), elle souhaite démontrer trois thèses principales. Premièrement, l’espionnage serait une pratique très ancienne, systématisée dès l’époque moderne. Deuxièmement, Venise constituerait un cas d’école du renseignement moderne, dans la mesure où la République serait la seule à avoir organisé cette pratique grâce à plusieurs institutions spécifiques et dédiées. Servir la République passerait aussi par la pratique de l’espionnage et la participation à la collecte du renseignement, dans et hors de la lagune. Troisièmement, l’espionnage ne relèverait pas uniquement des champs politique et militaire, et devrait également être compris sur le plan socio-économique.

2La démonstration s’appuie sur les documents secrets issus des activités du Conseil des Dix et des Inquisiteurs de l’État vénitien. Il s’agit à la fois des lettres échangées entre les deux institutions, des billets de délibérations secrètes et des papiers de dénonciations. Quelques papiers d’État des archives de Simancas et des lettres de nonces conservées aux Archives apostoliques du Vatican viennent compléter la documentation primaire. Ces sources ne sont néanmoins mentionnées que sous la forme de références, sans description ni citation des documents. De même, certains exemples sont présentés comme inédits, mais développés à travers des citations de l’historiographie existante sur le sujet (voir le cas du cryptographe Ambramo Colorni, p. 136).

3Selon Ioanna Iordanou, l’étude du renseignement de la Renaissance aurait manqué l’importation de concepts venus de la sociologie et des sciences de l’organisation et du management, dont elle est issue. Une histoire pure – c’est-à-dire le récit événementiel, fondé sur le déroulé de cas d’études, et qui ne s’appuierait que sur des documents d’archives – est critiquée pour avoir multiplié les cas d’études isolés sans produire une synthèse du sujet, ni à l’échelle vénitienne, ni à l’échelle européenne. Ces études sur l’espionnage gagneraient à prendre de la hauteur grâce à l’importation de la sociologie post-wéberienne. L’autrice dit elle-même se ranger du côté de ceux qui considèrent les archives comme un réservoir d’exemples destinés à démontrer leurs thèses (p. 23). Il semble maladroit de réduire le travail des historiens à un seul récit organisé des événements, laissant penser qu’ils refuseraient d’introduire dans leurs écrits des éléments conceptuels issus des autres sciences humaines et sociales. Cependant, l’autrice met le doigt sur la difficulté considérable à produire un travail de synthèse sur le renseignement qui ne trahirait pas les sources. L’espionnage, dans sa pratique sociale et politique, ne semble en effet perceptible qu’à travers un examen poussé des textes de la pratique et des mots qu’ils renferment, et donc qu’avec l’analyse de cas d’études isolés. En refusant de passer par des cas d’études développés, Venice’s Secret Service manque l’essentiel du sujet, c’est-à-dire la qualification de la nature de ces activités et leur perception par les contemporains en fonction des différentes situations. Ces éléments ne peuvent être compris qu’à travers une analyse fine et systématiquement contextualisée des textes issus de la pratique du renseignement.

  • 3 J. Cooper, The Queen’s Agent: Sir Francis Walsingham and the Rise of Espionage in Elizabethan Engla (...)
  • 4 J. Soll, The Information Master: Jean Baptiste’s Colbert’s State Intelligence System, Ann Arbor, Th (...)
  • 5 Voir J.-M. Ribera, Diplomatie et espionnage : les ambassadeurs du roi de France auprès de Philippe  (...)

4L’historiographie du champ s’est construite sur la base de l’étude de deux objets différents. Un versant plutôt anglo-saxon de la littérature scientifique s’est attardé sur l’étude du renseignement, c’est-à-dire des pratiques destinées à récolter de l’information au sein d’un même pays. Perçu ainsi, l’espionnage est une pratique politique et sociale, utilisée par les gouvernements pour mieux connaître et contrôler leur population. Ce pan de l’historiographie a été marqué par des livres majeurs portant sur l’Angleterre élisabéthaine3 ou la France des Bourbons4. D’un côté plus latin de la littérature, l’espionnage a davantage été envisagé comme une pratique diplomatique, caractérisée par l’envoi d’agents dissimulés en territoire étranger afin de récolter des informations à caractère politique et militaire. Ces dernières années, ce second pan a donné de belles études portant sur un arc temporel allant du XVIe siècle au XVIIIe siècle5, révélant la capacité des acteurs de l’espionnage à s’intégrer dans des réseaux diplomatiques à plus large échelle, les montrant entre autres comme les outils de la capacité de projection des ambassadeurs.

5Venice’s Secret Service mélange ces deux objets dans une étude englobante de l’organisation du renseignement. L’ensemble des aspects du renseignement dans la République de Venise serait aperçu en six chapitres thématiques, allant d’un panorama européen du renseignement de la Renaissance à l’emploi de « mesures extraordinaires » relevant du contre-espionnage, en passant par la « vertu vénitienne du secret d’État », l’organisation institutionnelle du renseignement, la construction sociale et politique de la cryptographie et la typologie des agents secrets employés par Venise.

6L’organisation systématique et institutionnelle du renseignement vénitien est présentée comme une exception et comme un système en constante reconstruction à partir du XVIe siècle. Il consisterait en une pyramide organisée, avec les Dix à son sommet. Ces derniers instruiraient les ambassadeurs et consuls en poste à l’étranger, dont l’action serait soutenue par des secrétaires de chancellerie. Enfin, « à l’échelon le plus bas se tenait la multitude des espions et informateurs, officiels et officieux, qui émanaient de l’ensemble des strates de la société vénitienne, mais, en premier lieu, de la classe sociale des popolarii » (p. 86). Ces derniers sont rémunérés par des lignes budgétaires dédiées et aux intitulés trop généraux pour en comprendre les tenants précis. Pour l’autrice, cette gestion budgétaire du renseignement serait caractéristique du cas vénitien, témoignant d’une bureaucratie protomoderne. L’élément le plus révélateur de cette bureaucratie tient à la constitution et au renforcement d’un bureau de cryptographes, d’abord tenu par une poignée d’hommes, puis complété par plusieurs échelons de cryptographes et entretenu par une formation continue et une forme d’encouragement à penser la cryptologie autant qu’à la pratiquer. Il demeure étrange de ne pas relever que la pratique de la cryptographie est aussi répandue parmi les classes politiques vénitiennes parce que celles-ci sont amenées, du fait de leur implication dans les charges politiques et diplomatiques, à utiliser fréquemment des documents chiffrés. De plus, l’autrice fait de Venise une exception, alors que l’existence d’un bureau de cryptologie parmi les institutions républicaines n’exclut pas que de tels bureaux aient pu exister ailleurs. À Florence, l’existence d’un fonds comme celui des Cifrari, compilation des clés de déchiffrage de l’époque médicéenne, témoigne d’une telle organisation à la fois hors de Venise et d’un contexte républicain.

7Il demeure que, forts de leur capacité à maîtriser le secret d’État, les Dix s’avèrent en mesure de défendre les intérêts et la sûreté de l’État vénitien. Cette capacité, dont l’obtention passe par un contrôle étroit de la population vénitienne, à la fois dans la lagune, sur la Terra ferma et dans les territoires du Stato da Mar, nuance de fait l’idée que la République de Venise serait un régime à caractère plus libéral que les principautés italiennes qui lui sont contemporaines. Le renforcement du pouvoir du Conseil des Dix, dû en grande partie à l’intensification des pratiques de renseignement et d’espionnage au XVIe siècle, est directement lié à la mise en danger de l’État vénitien par les conquêtes ottomanes en Méditerranée et les guerres d’Italie en Europe. Le repli sur soi, la culture du secret, tout cela découle de la nécessité de lutter pour la survie de l’État. La défaite d’Agnadel (1509) et plus généralement les guerres d’Italie donnent certes lieu à l’ouverture des archives pour quelques heureux élus afin qu’ils écrivent l’histoire de Venise et en défendent la spécificité (p. 116). Mais cette ouverture reste néanmoins anecdotique dans un contexte militaire défensif, de repli sur soi et de renforcement de la culture du secret. Ainsi, le durcissement du contrôle de l’information diplomatique et la volonté de circonscrire l’action des ambassadeurs étrangers dans la lagune au cours des années 1540 répondent directement aux menaces ottomanes qui pèsent sur Corfou à la fin des années 1530.

  • 6 Voir notamment R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, Londres, Routledge, 2004 ; J (...)

8Le premier argument de l’autrice, à savoir que l’espionnage est une pratique bien plus ancienne que ne le voudrait une certaine tradition contemporanéiste, a déjà été démontré par une série de travaux en histoire ancienne et en histoire médiévale6. La bibliographie invoquée, extrêmement bien fournie et relativement complète, témoigne d’ailleurs par elle-même de la bonne connaissance historiographique des pratiques de renseignement avant le XIXe siècle. Dans le premier chapitre, Ioanna Iordanou relève néanmoins avec pertinence quelques points fragiles de cette historiographie, et contribue à une importante mise à jour du panorama européen proposé par P. Preto. Elle présente par exemple les quelques mots de P. Preto sur la Florence de Côme Ier (1537-1574), lequel s’appuyait sur une relation d’ambassadeur vénitien de 1561 pour qualifier le grand-duc de maître du renseignement interne, comme insuffisants, appelant à la poursuite des recherches par l’étude des pratiques concrètes de l’espionnage florentin au XVIe siècle, dans et hors de Toscane (p. 40). Fort de ce panorama européen, le premier chapitre oppose les systèmes centralisés (Angleterre, Espagne, France) et les systèmes idiosyncratiques, composés par des réseaux croisés de potentats et de dignitaires. Venise semblerait se situer au-delà de ce débat parce que le renseignement y serait marqué par les deux systèmes : la République administrerait un espionnage centralisé, appuyé par un corps diplomatique robuste et bien formé, avec plusieurs départements d’État et des experts attitrés, ainsi que des structures bureaucratiques complexes capables de gérer le tout (p. 54-55).

  • 7 P. Volpini, Los Medici y España: príncipes, embajadores y agentes en la Edad Moderna, Madrid, Silex (...)
  • 8 F. Cassen, « Philip II of Spain and his Italian Jewish spy », Journal of Early Modern History, 2017 (...)

9L’un des autres arguments forts de l’autrice, à savoir qu’il existerait des formes d’espionnage économique à l’époque moderne, trouve peu d’éléments concrets pour en attester la validité. Venice’s Secret Services évite de plus de revenir sur la définition de l’espion en tant que figure : il ne s’agit pas tant d’espions que de renseignement, c’est-à-dire de récupération, de rassemblement et de traitement d’informations. La définition de l’espion de Ioanna Iordanou est volontairement large et étendue, et ainsi appliquée à l’ensemble de la population vénitienne et des pratiques de renseignement. Cette définition est l’exacte opposée de celle choisie par d’autres travaux récents sur la question. Ainsi Paola Volpini, à travers l’exemple des agents florentins en Espagne à la fin du XVIe siècle, montre que ne peut être espion que celui qui mettrait en danger l’État ou la personne du prince cible de l’espionnage7. De même, Flora Cassen rappelle que bon nombre d’espions sont des figures ad hoc du renseignement, qui proposent leurs services spontanément et n’exercent que sur une courte durée8. Le cinquième chapitre, centré sur l’espionnage extérieur, permet de montrer la multiplicité des cas et la grande difficulté à encadrer ces pratiques dans une typologie donnée. Les espions sont justement présentés comme des personnes ayant plusieurs activités, notamment lorsqu’ils sont choisis parmi les marchands expatriés dans l’Empire ottoman.

10L’argument le plus fort de l’ouvrage consiste à affirmer que le renseignement et l’espionnage seraient une manière de faire acte de citoyenneté, un mode naturel de service rendu à la patrie. Les dénonciations secrètes sont notamment perçues comme un mode d’expression sociopolitique de la population. Ces dénonciations, encouragées par le Conseil des Dix à partir des années 1540, témoignent au contraire des motivations personnelles et intéressées des Vénitiens qui participent à ce système. Les délateurs sont protégés par le secret, et, si les accusations soulevées s’avèrent fondées, ils peuvent recevoir une prime ou demander une faveur (souvent le retour d’un proche exilé ou la libération d’un prisonnier) (p. 73). L’exemple de Casanova est symbolique et parlant : ce n’est pas par amour des bonnes mœurs que Casanova est dénoncé, mais bien par un mari jaloux et trompé cherchant à mettre son concurrent sur la touche (p. 75). De même, les agents sous couverture employés dans les territoires ottomans sont choisis parce qu’ils ont besoin d’une faveur de la part de la République. L’autrice pointe d’ailleurs avec justesse les formes de rémunération des activités de renseignement, qui vont de la libération d’un prisonnier ou de la levée d’exil d’un condamné à des paiements en numéraire.

11Appuyé sur un matériau historiographique abondant, Venice’s Secret Services présente des thèses ambitieuses et stimulantes sur le plan intellectuel. L’ambition, louable, de sortir d’un récit de l’histoire du renseignement et de l’espionnage se limitant à une suite d’anecdotes n’est malheureusement pas suivie dans les faits. Le manque d’appui sur les textes, de cas d’études précis et de contextualisation limite l’aboutissement de la démonstration. Les modes d’usage des fonds d’archives, pourtant extrêmement riches, ne permettent pas à une telle étude d’atteindre les ambitions affichées.

Haut de page

Notes

1 P. Preto, I servizi segreti di Venezia, Milan, Il Saggiatore, 1994.

2 J. Walker, Pistols! Treason! Murder! The Rise and Fall of a Master Spy, Carlton, Melbourne University Press, 2007.

3 J. Cooper, The Queen’s Agent: Sir Francis Walsingham and the Rise of Espionage in Elizabethan England, New York, Pegasus Books, 2013.

4 J. Soll, The Information Master: Jean Baptiste’s Colbert’s State Intelligence System, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2009.

5 Voir J.-M. Ribera, Diplomatie et espionnage : les ambassadeurs du roi de France auprès de Philippe II, Paris, Classiques Garnier, 2018 et G. Hanotin, Ambassadeur de deux couronnes : Amelot et les Bourbons entre commerce et diplomatie, Madrid, Casa de Velázquez, 2018, p. 273-311.

6 Voir notamment R. M. Sheldon, Intelligence Activities in Ancient Rome, Londres, Routledge, 2004 ; J.-M. Mœglin et S. Péquignot, Diplomatie et « relations internationales » au Moyen Âge (IXe-XVe siècle), Paris, PUF, 2017, p. 645-670.

7 P. Volpini, Los Medici y España: príncipes, embajadores y agentes en la Edad Moderna, Madrid, Silex, 2017, p. 200-210.

8 F. Cassen, « Philip II of Spain and his Italian Jewish spy », Journal of Early Modern History, 2017, vol. XXI, no 4, p. 318-342, p. 324.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Nevejans, « Ioanna Iordanou, Venice’s Secret Service: Organizing Intelligence in the Renaissance », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 31 mars 2020, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/4009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.4009

Haut de page

Auteur

Pierre Nevejans

Université de Lyon, ENS de Lyon, laboratoire Triangle (UMR 5206)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search