Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24DossierLes femmes qui furent les premièr...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Les femmes qui furent les premières à raconter Auschwitz à l’Italie

Le donne che per prime raccontarono Auschwitz all’Italia
The first women in Italy to tell the story of Auschwitz
Elisabetta Ruffini
Traduction de Laurent Baggioni et Xavier Tabet

Résumés

Dans l’Italie qui sort de la guerre, de même que dans d’autres pays européens, il y a peu d’espace pour la voix des ex-déportés. La construction d’un espace public pour la narration de l’expérience de la déportation est un défi qui se joue au niveau aussi bien de l’imaginaire que de la conscience collective. Lorsque les stéréotypes qui construisent la mémoire collective de la guerre, tout juste terminée, vont se préciser, sept femmes font entendre leur voix à contre-courant de la rhétorique officielle et, les premières, elles racontent Auschwitz à l’Italie. Elles décident d’écrire tout de suite pour faire savoir et porter témoignage au nom des camarades qui ne sont pas rentrées, des parents qui n’ont pas survécu, des amis qui ont été assassinés. Deux parmi elles, dans des cahiers trouvés parmi les gravats de l’Allemagne qu’elles étaient en train de traverser sur la route du retour, ont commencé à écrire dès le mois de mai 1945. Certaines ont retrouvé leur maison et leur famille, certaines ont dû recommencer du début. Toutes ont choisi de publier, même chez de petites maisons d’édition, leurs textes où elles ont pris en charge des thèmes importants, tels que le corps dans son rôle essentiel pour raconter l’expérience vécue, le rapport avec la littérature, le narrateur par délégation, l’autobiographie collective. Ce texte est consacré à ces premières femmes auteures d’une littérature concentrationnaire italienne et à leur effort pour témoigner.

Haut de page

Texte intégral

Le contexte

1Le 30 mai 1945 est publiée dans L’Unità la première photographie qui témoigne des camps. Elle accompagne la nouvelle de l’arrivée d’une délégation de survivants italiens partie de Mauthausen pour demander aux autorités de rapatrier les Italiens qui, libérés, attendent dans les camps de pouvoir revenir. La longue liste de noms que la délégation amène avec elle, qui sera publiée dans les journaux et lue à la radio par morceaux, constitue pour beaucoup de gens la première nouvelle qu’ils reçoivent de leurs proches qui ont été déportés.

2La photographie montre trois corps d’hommes squelettiques, sans aucune indication de date ni de lieu, mais elle comporte une double légende. Au-dessus de la photo, on peut lire :

À Mauthausen, à Dachau, des milliers d’Italiens ont été tués, torturés, épuisés par toutes sortes de souffrances. C’étaient nos frères et nos compagnons, la terreur ne les a pas fait plier.

3Et en dessous :

  • 1 L’Unità, 30 mai 1945.

Les souffrances des millions de déportés de tous les pays d’Europe, le martyre de centaines de milliers de morts des chambres à gaz, des blocks d’élimination, les larmes des enfants et des femmes massacrés, sont un avertissement pour les hommes libres, pour les femmes qui veulent un monde meilleur pour leurs enfants : « le fascisme doit être détruit, le fascisme ne doit plus jamais ressurgir ». Ils sont morts avec une foi dans leur cœur, ils ont résisté parce que les a éclairés l’espoir que leur foi et leur espérance ne soient pas déçues.1

  • 2 Sur le thème de la construction d’une mémoire de la déportation dans l’immédiat après-guerre, nous (...)

4La photographie et la légende sont significatives de l’horizon d’attente que la collectivité italienne a fini par construire autour des paroles des survivants qui commenceront à revenir durant le printemps et l’été 1945, un horizon qui déterminera la visibilité de leurs récits. La photographie et la légende témoignent d’un avant et déterminent la perspective de l’après2.

  • 3 À propos d’Auschwitz, il est significatif que l’entrée de l’armée soviétique dans le camp passe in (...)
  • 4 Voir, entre autres, S. Bardgett, « Les Alliés et la libération des camps », dans F. Bédarida et L. (...)
  • 5 Pour une analyse attentive de l’usage de la photographie à la libération des camps, voir C. Cherou (...)

5L’avant. Durant la période de la guerre et même si les nouvelles des camps circulaient en Europe, la déportation en Allemagne était restée une nébuleuse vague autant pour ceux qui partaient que pour ceux qui restaient3. À partir du printemps 1945, après la visite du camp de Ohrdruf par George Patton, Omar Bradley et Dwight Eisenhower, l’entrée des Alliés dans les camps devient un fait médiatique : le monde doit voir et savoir4. Le besoin urgent de disposer d’un réservoir d’images le plus vaste et diversifié possible conduit à un amalgame confus d’images prises à des fins très différentes par les services de l’armée, les photographes de la presse, et les militaires eux-mêmes. La circulation hémorragique de ces photos fonctionne comme un catalyseur de l’attention du grand public et joue un rôle fondamental dans la définition du camp comme événement de la Seconde Guerre mondiale5. À travers les photos, les camps acquièrent une visibilité au moment même où leurs images deviennent des icônes d’une horreur à refuser encore plus qu’à connaître. À travers ce qu’il reste du camp dans le chaos de la défaite et après l’écroulement du système concentrationnaire, les photos doivent faire imaginer la réalité des camps avant la Libération, en fixant dans le silence de leurs corps détruits ceux qui ont connu le système dont on ne voit que les restes. Si les photos suscitent l’émotion et créent l’événement, à travers elles les survivants deviennent eux-mêmes des ruines pouvant témoigner simplement en se montrant, comme s’il n’y avait presque pas besoin de mots. Les corps détruits témoignent de l’ignominie du système nazi-fasciste qui les a condamnés et en tant que tels ils sont la preuve du caractère juste de la guerre et de la condamnation du fascisme ; ils sont ainsi intégrables, sans que l’on ait besoin de rien ajouter, dans la narration antifasciste de la guerre.

  • 6 « Reduci » est le terme qui est utilisé communément dans l’espace public, dans les discours des ho (...)

6L’après. L’Italie, sortie d’une guerre qui a signifié un changement de régime qui doit encore être intégré dans la sensibilité et l’imaginaire des Italiens, est en train de construire un archétype unique de la déportation en mesure de lui donner de la visibilité à l’intérieur du paradigme antifasciste, à l’origine d’une idée de la citoyenneté entièrement repensée. La déportation acquiert de la visibilité dans le sillage de la Résistance et elle est présentée comme un sacrifice offert au cours de la lutte pour la Libération. Constituant une minorité sui generis parmi les Italiens qui se trouvent encore en dehors du territoire national, les survivants des camps se distinguent de la masse confuse des reduci (rescapés)6, car tout en n’ayant pas participé activement et directement aux journées de la Libération, ils sont porteurs d’une expérience qui peut être lue dans la perspective de la Résistance et être donc immédiatement intégrée dans le projet de refondation de l’État. C’est ainsi que s’impose aux yeux de la collectivité, avant même le retour effectif des déportés, un archétype unique du déporté, qui est à la fois un déporté politique et un homme. Si d’un côté cet archétype garantit l’intégration de la déportation dans le récit de l’Italie qui naît de la guerre, il crée en même temps un non-dit historique : le silence sur la spécificité de la déportation raciale et les confusions et approximations à propos d’Auschwitz deviendront toujours plus évidents au fil des mois et avec le retour de ceux qui ont été des déportés « raciaux ».

7Si aujourd’hui le cône d’ombre créé par le symbole du déporté politique peut susciter une juste indignation, il semble cependant important de remarquer que dans la quotidienneté des faits, le discours rhétorique officiel est mis en discussion par la force de la voix de ceux qui reviennent. Le besoin des survivants de faire savoir – qui s’éteindra à la fin des années 1940, non pas tant du fait de la simplification provenant du symbole du déporté politique, mais du fait de l’indifférence du public en général – donne de la vivacité à une production éditoriale qui ne concerne pas les grandes maisons d’édition, mais anime le monde diffus des petits éditeurs, ou même des imprimeries, plus libres d’agir indépendamment des grands intérêts du marché. C’est là que la voix des femmes se lève. Hors du cône d’ombre de la rhétorique qui est en train de se consolider, ce besoin fait entendre la voix d’Auschwitz et, à travers l’expérience de Birkenau, jette les bases du récit italien de la Shoah.

Les femmes

8Il n’y a bien entendu pas que les livres qui ont construit chez les Italiens la conscience de la déportation. Il est néanmoins sûr que ce besoin irrépressible de raconter, éprouvé par de nombreux survivants à leur retour, s’est exprimé à travers l’écriture et que la publication de certains de ces textes a permis une rencontre avec le public. Les livres publiés dans l’urgence du retour sont un élément important dans la construction d’un imaginaire collectif italien. En eux, l’horizon d’attente des lecteurs tout à la fois correspond et s’oppose à la volonté de dire des survivants qui ne coïncide pas toujours avec les logiques mémorielles officielles.

  • 7 Les données se réfèrent au décompte fait pour l’exposition organisée en 2016 à Bergame par l’ISREC (...)

9Il est donc important de souligner le fait que les livres publiés par des ex-déportés sont beaucoup plus nombreux que ce que l’on pourrait penser et montrent à l’évidence que le silence n’est pas le fait d’une exigence des survivants, mais l’effet d’une échappatoire du monde libre désireux de tourner rapidement la page. Si l’on examine l’immédiat après-guerre, on se rend compte qu’entre le mois d’avril 1945 et l’ensemble de l’année 1948, au moins vingt-neuf livres sur le thème de la déportation sont publiés en Italie7.

  • 8 Voir A. Wieviorka, Déportation et génocide, op. cit., p. 172.

10En considérant que, au moment du retour, l’espace public n’avait construit aucun type d’attente pour la parole des survivants qui semblaient devoir figurer avec leurs corps offensés en tant que témoignage aussi évident que muet de la barbarie du nazi-fascisme ; en considérant que la guerre vécue sur le territoire avait laissé un grand nombre d’histoires à raconter concurrentes entre elles et avec celles du petit nombre de ceux qui rentraient des camps ; en considérant que dès le début, il sembla évident aux grandes maisons d’édition que les histoires des camps n’avaient pas un public permettant d’en garantir les ventes, nous pouvons dire que le besoin de raconter a vaincu l’indifférence et s’est imposé malgré tout. Pour la France, Annette Wieviorka observe que la déportation a produit un témoignage de masse8, et cette observation pourrait valoir aussi pour l’Italie. Il est certain que, comme pour la France, le besoin de faire savoir des survivants a été étouffé par la distraction du public : de 1945 à 1948, le nombre des textes décroît au fur et à mesure, en France comme en Italie, et de 1948 à 1952 on enregistre même un silence total de la part des rescapés des camps.

11En Italie, d’avril 1945 jusqu’à la fin de l’année sortent onze livres, en 1946 il en sort treize, quatre en 1947 et un seul en 1948. Il n’est pas étonnant que la majeure partie de ceux qui écrivent soient des déportés politiques (55 %) et une minorité seulement des déportés raciaux (20,7 %) ; on peut en revanche s’étonner qu’un bon nombre de non-déportés (24,1 %) signent des livres pour recueillir les voix des survivants. La majorité des auteurs sont des hommes (79,3 %), tandis que les femmes sont toutes des survivantes d’Auschwitz-Birkenau.

12Ce simple croisement de données suffit à mettre en évidence l’excentricité de la voix des femmes. Si l’espace des livres confirme lui aussi que le symbole de la déportation dans l’Italie de l’immédiat après-guerre est l’homme déporté politique, il est intéressant de remarquer que sur vingt-neuf livres publiés sept sont centrés sur l’expérience d’Auschwitz, cœur de l’extermination, et c’est justement grâce à la voix des femmes que cette expérience devient récit.

13Six femmes signent cinq livres : il s’agit de Frida Misul, Pelagia Lewinska, Luciana Nissim, Giuliana Tedeschi, Alba Valech Capozzi et Liana Millu. À celles-ci s’ajoute la voix de Sofia Schafranov recueillie par son beau-frère Alberto Cavaliere.

  • 9 F. Pecorari, Vita e morte a Buchenwald di S. A. R. la Principessa Mafalda di Savoia, Rome, L. Salo (...)

14D’une part, écrasées par une image de la Résistance montrée et évoquée presque exclusivement au masculin et déclinée selon une version épique de la victoire, les résistantes déportées se taisent : on parle peu d’elles (à travers seulement quelques renvois rapides aux femmes de Ravensbrück dans des livres signés par des hommes) et parfois non sans quelque incompréhension par rapport à leur expérience. Quand en revanche elles décident d’écrire, comme Liana Millu et Luciana Nissim, elles le font en tant que déportées et donc en tant que déportées raciales. C’est ainsi que parmi elles, les seules déportées non juives s’avèrent être une Polonaise, Pelagia Lewinska, et une déportée privilégiée, Mafalda di Savoia, dont l’expérience est décrite par Fausto Pecorari9.

15D’autre part, il s’agit de souligner la superposition presque totale entre les livres centrés sur l’expérience d’Auschwitz et ceux écrits par des femmes. Ce sont les femmes qui ont été les premières à raconter Auschwitz à l’Italie entre 1945 et 1947 (octobre-novembre), à celles-ci s’est ajouté Primo Levi avec Si c’est un homme dans l’édition Francesco de Silva. Le besoin de raconter et de partager l’expérience vécue est un double défi pour les femmes qui décident de raconter. Comme toutes les histoires de déportation, les histoires des femmes doivent surmonter l’inévitable incrédulité du public, plus enclin à s’émouvoir face à l’image muette des corps offensés qu’à faire preuve de la patience nécessaire pour écouter la réalité de l’expérience vécue. À la différence des histoires qui adhèrent au symbole du déporté politique, celles de ces femmes, y compris à travers leurs non-dits, introduisent dans l’espace public des récits qui tendent à rendre plus complexes les simplifications produites par la rhétorique officielle. Nous pourrions les qualifier d’écrivaines révolutionnaires, tendant à mettre en discussion l’image que l’Italie est en train d’élaborer pour construire sa propre mémoire de la Seconde Guerre mondiale. En parcourant leurs autobiographies, nous préférons les appeler des Antigone, gardiennes du souvenir et capables de conserver la richesse de la vie contre les logiques de l’opportunité politique. Avec elles, la mémoire se fait inquiète, acte révolutionnaire par rapport au cadre mémoriel de leur temps, certes, mais surtout geste accompli pour protéger la vie et l’expérience vécue, contre la superficialité et la violence du vide de la rhétorique. Elles écrivent indépendamment l’une de l’autre, mais sont toutes des survivantes de l’expérience de Birkenau, le camp où elles ont été immatriculées, avant d’être ensuite transférées dans d’autres camps. Elles n’écrivent pas ensemble pour faire entendre la voix des femmes ; ce n’est qu’en les considérant dans la perspective du futur de l’Italie qui allait naître de la guerre que l’entrelacs de leurs voix émerge de façon évidente et met en lumière la force des femmes dans la construction de cette Italie, ainsi que leur capacité à donner une place à la complexité du vécu.

  • 10 P. Levi, Il sistema periodico, dans Id., Opere, M. Belpoliti éd., Turin, Einaudi, 1997, vol. I, p. (...)

16Les femmes qui écrivent sont toutes des femmes nées au cours des années 1910 : les plus âgées, nées en 1914, sont Liana Millu et Giuliana Fiorentino Tedeschi ; les plus jeunes, Frida Misul et Luciana Nissim, sont nées en 1919. Elles appartiennent à la même génération ; elles ont vu leur pays devenir raciste dans sa législation et elles ont connu la superficialité, la passivité et le cynisme que le fascisme, comme le disait Primo Levi, avait fini par inculquer à tous les Italiens10. Elles savent cependant que l’Italie n’est pas née sur l’idée de pureté exaltée par la rhétorique fasciste ; elles sont les filles du croisement des cultures et des traditions qui a donné naissance à l’Italie du Risorgimento, mais elles ont vécu sur leur propre peau l’offense de l’exclusion, l’indifférence d’un peuple devenu raciste par opportunisme. Ayant survécu aux persécutions de l’Italie fasciste, elles ont toutes décidé de retourner vivre en Italie : seule une d’entre elles sera écrivaine, par ailleurs pas entièrement reconnue en tant que telle selon les canons de la tradition italienne, toutes cependant sont des citoyennes-narratrices qui ont écrit des récits pour les partager avec les autres et retrouver un sentiment de communauté dans la conscience de la pluralité des expériences vécues.

  • 11 Précisons que certains des portraits que nous proposons ici (Frida Misul, Liana Millu, Giuliana Te (...)
  • 12 L’édition intégrale du carnet est aujourd’hui disponible : F. Misul, Canzoni tristi: il diario ine (...)
  • 13 F. Misul, Fra gli artigli del mostro nazista: la più romanzesca delle realtà, il più realistico de (...)

17Frida Misul (1919-1992)11, la première à publier un livre dès 1946, est livournaise et sa famille juive pratiquante. Son père Gino et sa mère Zaira Samaia habitent avec leurs trois filles, dont Frida est l’aînée, à deux pas de la synagogue et Frida fréquente les écoles juives. Le contexte dans lequel elle vit est cependant celui de la Livourne des édits du grand-duché de Toscane où l’intégration est une réalité de longue date. Les lois pour la défense de la race l’atteignent dans sa passion, le chant, en l’obligeant à chanter sous un faux nom. Arrêtée parce que trahie probablement par sa professeure de chant, interrogée durement pour obtenir des informations sur un cousin engagé dans la Résistance, Frida est déportée de Fossoli à Auschwitz, immatriculée à Birkenau, transférée à Wilischthal et à Theresienstadt, où elle est libérée. Dans l’après-guerre, elle épouse Gino Rugiadi, un catholique, elle continue à fréquenter la synagogue, et quand on le lui demande elle chante pour les mariages et les cérémonies religieuses catholiques. Le chant, la beauté de la musique et de la voix ont été sa façon de s’opposer à la barbarie nazie : son chant l’a sauvée en charmant plusieurs fois ses gardiens et en lui assurant de meilleures conditions, mais il a été aussi un acte de résistance pour ses camarades qui ont trouvé dans sa voix la force de vivre ensemble, et de façon consciente, l’expérience du camp. Le besoin de raconter et de trouver des formes pour construire une conscience du vécu devient une urgence dès les premiers jours de la Libération, lorsqu’en mai, au milieu des ruines de l’Allemagne détruite, après avoir trouvé un carnet, elle se met à écrire, donnant naissance à ces « chansons tristes » et à son « journal » de captivité12. Alors que ses chansons resteront dans la mémoire de ceux qui les ont entendues, son journal sera repris, remanié et publié à de nombreuses reprises, depuis sa première édition en 194613. Avec ses chansons tristes et son journal, Frida réunit en elle-même la figure du témoin silencieux et du narrateur qui raconte sans cesse, depuis le début, en adaptant son récit au public, dans une recherche de partage toujours renouvelée.

  • 14 « Ce pauvre corps ». G. Tedeschi, Questo povero corpo, Milan, Editrice Italiana, 1946.

18Giuliana Fiorentino (1914-2010) est la fille aînée de Carlo et de Rina Rietti, et elle a un frère qui a six ans de moins qu’elle. Sa famille est milanaise d’adoption, et comme beaucoup de familles juives de l’époque, elle est assimilée : le père conserve un attachement aux traditions hébraïques, mais ce sont les lois raciales de l’Italie fasciste qui font naître en Giuliana la conscience de son identité juive. En 1938, après avoir terminé ses études de linguistique sous la direction de Benvenuto Terracini, elle commence sa carrière universitaire et réussit en même temps le concours pour l’enseignement de la littérature en lycée classique (ginnasio superiore) : les lois pour la défense de la race l’écartent du monde académique et lui barrent l’accès à l’enseignement secondaire. En 1939, elle épouse Giorgio Tedeschi, qui est architecte à Turin : Giorgio vit lui aussi l’humiliation des lois racistes qui l’empêchent de signer les projets pour l’entreprise Montecatini et au sein du cabinet de Gio Ponti. Après le début de la guerre et une première période au cours de laquelle ils vivent en réfugiés entre Côme et Cuneo, Giuliana, son mari et leurs deux petites filles, Rossella (née en 1940) et Erica (née en 1943), vivent cachés à Turin où ils sont néanmoins dénoncés et arrêtés par les nazis. Giuliana, son mari et sa belle-mère sont déportés, tandis que les deux petites filles sont sauvées grâce à la présence d’esprit de leur domestique, Annetta, catholique, qui s’enfuit avec elles et les cache. Immatriculée à Birkenau, Giuliana est transférée à Auschwitz I, puis à Ravensbrück et ensuite à Malchow, où elle est libérée. Le retour à la vie est très dur : son mari est mort en déportation, ses petites filles peinent à la reconnaître, elles ont vécu son absence comme un abandon ; elle se remet à travailler, mais le poste qui lui avait été attribué et qu’elle n’avait jamais pu prendre est occupé par d’autres et la bataille pour le récupérer et faire valoir ses droits est longue et douloureuse. Les rares attentions qu’elle reçoit de son entourage lui semblent superficielles, car personne n’a vraiment envie de l’interroger, de parler avec elle de son vécu. Partagée entre l’enseignement et les cours privés, elle est occupée toute la journée et ne s’arrête pas une minute, mais la nuit, elle retrouve la concentration nécessaire pour revenir sur son histoire, et elle écrit. Ainsi, nuit après nuit, prend forme Questo povero corpo14, qui, dès le titre, introduit sans réticences l’un des thèmes fondamentaux du témoignage féminin sur la déportation.

  • 15 A. Valech Capozzi, A.24029, Sienne, Soc. an. Poligrafica, 1946.

19Albina Valech (1916-1999) est siennoise et naît dans la famille nombreuse de Davide Mosè et de Livia Forti : sept enfants, cinq filles (l’une meurt très tôt de pneumonie) et deux garçons. Albina est rebaptisée « Alba » par Ettore Capozzi, le grand amour de sa vie. Comme ses sœurs aînées, Alba a aussi décidé de partager sa vie avec un homme d’une autre religion, mais quand Alba et Ettore décident de se marier, ils ne peuvent le faire parce que leur union est interdite par les lois de l’Italie raciste de 1938. Ils s’unissent seulement religieusement et Alba, pendant un temps, déménage à Milan. Au cours des journées mouvementées qui suivent le 8 septembre 1943 se déroulent les premières rafles contre les juifs. Guidés par un SS italien, des militaires fascistes se présentent au « Branchino » avec pour mission d’emmener Davide Valech, Livia Forti, Vittorio Valech, Elda Valech épouse Grassi, Alba Valech, Morosina Valech et Ferruccio Valech. Elda réussit à s’enfuir, la famille Capozzi assiste impuissante à la capture des Valech qu’Ettore décide de suivre. À la voix sèche du SS qui l’avertit : « si vous venez, vous resterez avec eux », Ettore répond calmement : « si je viens, c’est pour rester ». Ils sont tous transférés à la caserne de Piazza d’Armi, emmenés à Florence puis à Bologne, où les destinées des Valech se séparent. Ettore déclare s’être marié avec Alba qui est ainsi agrégée au groupe des détenus « mixtes » et relâchée, tandis que ses parents et ses frères Morosina et Ferruccio font partie des quinze juifs siennois destinés au convoi parti pour Auschwitz le 9 novembre. Alba l’apprendra seulement après la fin de la guerre, mais en cet hiver 1943, elle initie une recherche opiniâtre pour savoir où les siens ont été emmenés. Ettore est auprès d’elle : avec affection et appréhension, il l’accompagne dans les démarches qu’elle tente auprès du commandement SS de Bologne et même au sein de l’hôtel Regina à Milan, jusqu’au jour où, le 5 avril 1944, tandis qu’Ettore est au travail, les SS se présentent à leur appartement du boulevard Argonne pour l’emmener, étonnés de son insistance obstinée à vouloir connaître le destin des siens. Transférée à Fossoli, elle est déportée à Auschwitz par le convoi du 2 août 1944. Immatriculée à Birkenau, elle est transférée à Kaufering puis employée dans les usines de Melders et Molls, et libérée dans les environs de Dachau. Dans le même appartement du boulevard Argonne, à son retour, Alba retrouve Ettore, et protégée par son lien avec lui, elle écrit son livre dont le titre est son numéro de matricule à Auschwitz : A.2402915.

  • 16 L. Millu, « Auschwitz Lager della morte » et « Il lavoro fa liberi » (« Auschwitz camp de la mort  (...)
  • 17 « La fumée de Birkenau ». L. Millu, Il fumo di Birkenau, Milan, La Prora, 1947.

20Liana Millul (1914-2005) est pisane et vient d’une famille à la fois juive et catholique. Le sort tragique de sa mère, Gina Essinger, marque son enfance : Gina meurt en 1918 et son mari Corrado déménage avec son fils aîné dans le Frioul, où il se remarie, tandis que Liana, à seulement 4 ans, reste à Pise chez ses grands-parents maternels. Dès son plus jeune âge, elle éprouve un besoin d’indépendance et de compensation, qui cadre mal avec le contexte de l’Italie fasciste ; elle aime écrire, et de son grand-père elle hérite d’une passion pour le journalisme. En 1932, elle publie son premier papier dans le Corriere del Tirreno : sa famille réagit en criant au scandale, et Liana en enlevant le « l » de son nom de famille et en continuant à écrire sous le nom de Millu. Après son diplôme d’institutrice, elle commence sa carrière d’enseignante à l’école primaire et écrit régulièrement pour le Telegrafo. Expulsée de l’école à cause des lois racistes de 1938, elle est contrainte d’interrompre sa collaboration avec les journaux. Elle mesure alors le conformisme cynique de ses concitoyens à l’égard des lois qui sont appliquées avec une passivité bureaucratique. Au cours de l’été 1939, elle investit toutes ses économies dans une croisière à Zadar et Pula : elle rencontre Vincenzo Cardinale, un militaire génois aux convictions antifascistes, elle tombe amoureuse de lui et déménage à Gênes, qui deviendra sa ville. Aux côtés de Vincenzo, Liana est une résistante qui combat dans la formation « Otto » : arrêtée à Venise par la police italienne et reconnue comme « juive », elle est transférée à Fossoli, puis à Auschwitz dans le convoi du 16 mai 1944, elle est ensuite envoyée à Ravensbrück et à Malchow. Le retour à la vie est marqué par la solitude et l’incompréhension : Liana n’a ni maison ni travail, et Vincenzo de son côté est désormais lié à une autre femme. Sauvée d’une tentative de suicide « par l’indomptable force de la jeunesse », Liana reprend sa vie d’enseignante et recommence à écrire. Elle signe, dans le Corriere del popolo, quelques-uns des premiers articles sur l’expérience concentrationnaire16, et en 1947 paraît Il fumo di Birkenau17.

  • 18 L. Nissim, L’ascolto rispettoso: scritti psicoanalitici, A. Robutti éd., Milan, Cortina, 1990.
  • 19 « Femmes contre le monstre ». L. Nissim et P. Lewinska, Donne contro il mostro, Turin, Ramella, 19 (...)

21Luciana Nissim (1919-1998) naît à Turin dans une famille juive originaire de Billa. Douée pour les études, elle s’inscrit en médecine après un baccalauréat classique. Pour Luciana aussi, ce sont les lois racistes de 1938 qui lui font redécouvrir ses liens avec le judaïsme. Elle commence à fréquenter la bibliothèque de l’école hébraïque et y rencontre ceux qui deviendront les amis les plus importants de sa vie : les frères Artom, Franco Momigliano, Vanda Maestro, Engenio Gentili Tedeschi, Primo Levi, Giorgio Segre, Giorgio Diena, Alberto Salmoni et Bianca Guidetti Serra. Après le 8 septembre 1943, réfugiée avec sa famille en Val d’Aoste, elle décide de se mettre en contact avec la Résistance : avec Vanda et Primo, elle intègre un groupe de résistants en formation qui est victime, entre le 12 et le 13 décembre, d’une rafle fasciste. Les trois amis sont arrêtés et d’abord conduits à la prison d’Aoste, puis à Fossoli. Là, Franco Sacerdoti se joint à eux et tous les quatre deviennent inséparables : ensemble, ils montent dans le convoi qui part pour Auschwitz le 22 février ; seuls Luciana et Primo en reviendront. Immatriculée à Birkenau, Luciana avait été envoyée comme médecin dans un camp annexe de Buchenwald. Elle retrouve la liberté au cours de l’évacuation du camp, et deux mois plus tard, travaille dans la clinique pédiatrique de Turin et obtient la spécialisation en pédiatrie ; ensuite, elle est employée par la société Olivetti à Ivrée en tant que directrice de crèche. En 1947, elle épouse Franco Momigliano : ils auront tout de suite une fille, à qui devait être donné le prénom de Vanda, mais elle meurt dans l’accouchement et Luciana elle-même frôle la mort ; ce n’est qu’en 1960 que naîtra Alberto. En 1956, elle quitte Olivetti, en désaccord avec Adriano Olivetti sur un certain nombre de thèmes politiques et sociaux. Elle déménage avec son mari à Milan et s’inscrit en psychiatrie où elle obtient sa spécialisation en 1959. Formée auprès de Franco Fornari et Cesare Musatti, elle développe une pratique d’analyse originale fondée sur l’écoute respectueuse du patient18. En 1946, elle avait publié avec Pelagia Lewinska Donne contro il mostro19, et ce n’est qu’après la mort de Primo Levi qu’elle brisera le long silence dont elle avait recouvert son expérience concentrationnaire.

22Il est intéressant de remarquer qu’à ces femmes de nationalité italienne est aussi associée la voix de deux étrangères : cela pourrait sembler évident, étant donné l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il n’en est rien : parmi les nombreux livres écrits par les hommes, il n’y en a aucun qui soit signé par un étranger. Les seules étrangères sont justement Pelagia Lewinska qui publie avec Luciana Nissim, et Sofia Sara Kaufman Schafranov, dont le témoignage est publié par son beau-frère Alberto Cavaliere. Les histoires de ces deux femmes sont différentes, mais encore une fois, la constellation des voix féminines illumine le tissu complexe de l’expérience.

  • 20 Nous reportons ici la localité indiquée dans les documents remplis au moment de la Libération et c (...)
  • 21 « Les camps de la mort en Allemagne dans le récit d’une survivante ». A. Cavaliere, I campi nella (...)

23Sofia Kaufman (1891-1994) est une médecin russe d’origine juive : née à Yalta, diplômée à Moscou avec une spécialisation dans le traitement de la tuberculose, elle épouse en 1913 le noble russe Schafranov. Enfant, elle connaît les pogroms antisémites en Ukraine, et une fois jeune femme, la révolution russe, au cours de laquelle elle perd son mari. Exilée en France avec sa mère, elle part en 1938 pour rejoindre à Milan sa sœur, mariée avec Alberto Cavaliere. Comme médecin, elle travaille à l’Alpina, un sanatorium situé dans la localité d’Alpemugo20 dans la province de Sondrio : ce n’est pas la seule médecin russe à travailler dans les vallées lombardes et sa trajectoire professionnelle évoque une Italie, pays de migrants, qui avait une politique d’accueil à l’égard des étrangers. Elle est arrêtée en décembre 1943 avec sa collègue de travail Bianca Morpurgo. Dans la prison de Sondrio, Sofia retrouve, parmi les juifs arrêtés, sa mère, avec qui elle est déportée à Auschwitz par le convoi parti de Milan le 30 janvier 1944. Sa mère est gazée à l’arrivée, tandis que pour Sofia, la profession de médecin s’avère être une possibilité de salut au cours de sa longue détention dans l’univers concentrationnaire : déplacée dans les différentes infirmeries de l’archipel qu’était Auschwitz, elle est ensuite transférée à Ravensbrück, à Venusberg, avant d’être enfin libérée à Mauthausen. À son retour, elle retrouve la famille de sa sœur et témoigne devant son beau-frère, Alberto Cavaliere : rédacteur au Marc’Aurelio au moment de la promulgation des lois pour la défense de la race, il avait donné sa démission, écœuré par « le zèle immonde » de ses collègues dans l’application des nouvelles lois. Alberto avait vécu dans la clandestinité avec la sœur de Sofia et ses deux enfants à partir du 8 septembre 1943. Dès l’été 1945, Alberto publie le témoignage de sa belle-sœur sous le titre I campi nella morte in Germania nel racconto di una sopravvissuta21.

  • 22 Voir la petite biographie reconstruite par M. Consonni, L’eclissi dell’antifascismo, op. cit., not (...)
  • 23 P. Lewinska, Venti mesi ad Oswiecim, dans L. Nissim et P. Lewinska, Donne contro il mostro, op. ci (...)

24Pelagia Lewinska est polonaise : activiste au sein du Parti communiste des travailleurs, elle est arrêtée en 1942 avec son mari, journaliste et écrivain. Transférée à la prison de Cracovie, elle est torturée et assiste à la mise à mort de son mari22. Après trois mois de détention, elle est transférée à Auschwitz le 23 juin 1943 et y reste jusqu’à la Libération. Après sa détention, elle s’établit en France où elle publie, au cours de l’été 1945, Vingt mois à Auschwitz avec une préface de Charles Eubé et une poésie de Paul Éluard. Elle se remarie avec Jerzy Tepicht et rentre avec lui en Pologne en 1947. Membre respecté du Parti communiste et du Parlement polonais, Pelagia, nommée secrétaire générale de la plus importante organisation du scoutisme polonais (Związek Harcerstwa Polskiego, ZHP), promeut une réforme de celle-ci en accord avec l’idéologie communiste. En 2003, la Pologne reconnaît son engagement dans le témoignage sur Auschwitz en lui attribuant l’une des plus hautes distinctions honorifiques dans le domaine de la culture. Son témoignage, traduit en polonais dès 1946, est repris par l’éditeur Ramella et publié avec celui de Luciana Nissim dans Donne contro il mostro23.

Les thèmes

25Toutes ces écrivaines qui ont survécu à la Shoah introduisent dans la première littérature concentrationnaire italienne certains thèmes qu’il est important ne serait-ce que d’évoquer en conclusion de cette étude.

  • 24 Impossible de faire ici la liste des nombreux articles qui se sont succédé ces dernières années. I (...)

26Le thème du corps est assurément celui qui s’impose avec le plus de force, comme cela a été désormais démontré par plusieurs travaux et de judicieuses observations24. Qu’il suffise ici de souligner le titre choisi par Giuliana Tedeschi, Questo povero corpo, et d’observer que non seulement les écritures féminines mesurent l’offense subie sur le corps, mais qu’elles mettent aussi en lumière, à travers le corps, des stratégies de résistance à la logique du camp : c’est ainsi que s’impose le thème du soin de son propre corps et de celui des camarades comme un acte de sabotage des rapports de force imposés dans le camp. De la capacité à « revêtir sa [propre] nudité de haine et de mépris », que développent les femmes outragées par les regards des SS dans Questo povero corpo, au « reste de margarine » utilisé pour se masser les joues, comme le font les camarades françaises dans Il fumo di Birkenau ; du regard qui sait saisir la tendresse d’un père prenant dans ses bras son propre fils pour le déposer sur le banc lors de la descente du train, dans Ricordi della casa dei morti, aux soins apportés clandestinement par la « doctoresse » Sara Schafranov, le corps est mis au centre de l’attention pour raconter les formes de résistance de la vie à la violence de l’idéologie qui tue.

  • 25 « Mi sveglio bene. Mattina luminosa. Mente sveglia, gran voglia di scrivere. Ma cosa? Ricordi! I r (...)
  • 26 Voir l’introduction de A. Cavaglion dans L. Nissim Momigliano, Ricordi della casa dei morti e altr (...)
  • 27 G. Perec, « Robert Antelme ou la vérité de la littérature », dans Robert Antelme, textes inédits s (...)

27Avec une force tout aussi grande, la constellation des femmes qui écrivent pour témoigner interroge d’emblée la frontière entre témoignage et littérature, en convoquant l’art et la tradition pour s’atteler à la construction d’une mémoire des faits. Au cours des jours frénétiques de la Libération, Liana Millu et Frida Misul ont trouvé dans les débris deux petits cahiers et se sont aussitôt mises à écrire. Dans son Tagebuch, qui sera publié seulement après sa mort, Liana Millu écrit le 15 juin 1945 : « Je me réveille bien. Matinée lumineuse. Esprit éveillé, grande envie d’écrire. Mais quoi ? Des souvenirs ! Les récits de Birkenau ? Ce serait mieux qu’un reportage déjà dépassé »25. Dans la partie de son carnet qui s’intitule « chansons tristes », Frida annote les textes qu’elle a composés et chantés pour ses camarades en déportation sur l’air de chansons connues : il y en a quinze et chacune est le souvenir d’une étape de son parcours de déportée. Le 15 juin 1945, Liana dessine une cheminée avec de la fumée, en accompagnant son dessin d’une espèce de sommaire, repris ensuite au moment de l’écriture de Il fumo di Birkenau, qui est en fait justement composé de six récits centrés sur l’histoire de six femmes, récits dont la véracité biographique demeure imprécise. À son retour, Frida ne publie pas ses chansons tristes, qui demeurent toutefois un témoignage de la façon dont les formes du répertoire de la chanson les ont aidées, elle et ses camarades, à se constituer une conscience de leur vécu. Elle publie néanmoins la deuxième partie du journal, en la remaniant et en lui attribuant un sous-titre significatif : La plus romanesque des réalités, le plus réaliste des romans. On ne sait pas si, par le choix du titre Ricordi della casa dei morti, Luciana Nissim a voulu faire référence au livre de Dostoïevsky, par ailleurs très lu par la jeunesse turinoise des années 193026, mais il est certain que ce titre crée un court-circuit inévitable avec un classique de la littérature européenne. De la même manière, sans en exprimer la volonté explicite, Giuliana Tedeschi fait paraître un texte qui – comme le remarque dès 1946 Luisa Nuvoloni, l’auteure de la préface – fait passer au second plan la datation précise des événements pour imposer au lecteur l’humanité de son vécu. Dans l’écho de leurs références, ces premières écritures féminines semblent moins chercher la sécurité d’un ancrage référentiel dans le monde du lecteur que s’efforcer d’élaborer les structures nécessaires pour relier l’expérience qu’elles viennent de vivre à l’imaginaire de la collectivité dans laquelle elles reviennent. Il semble donc qu’on puisse considérer que la racine de ces écritures consiste dans l’idée de littérature comme travail sur et dans le langage, dans le but de prendre conscience du monde en le racontant aux autres, une idée que Georges Perec défendra contre celle d’une distinction nette entre les écrits des survivants et la littérature27. C’est à travers cette idée de littérature que la capacité à exprimer l’urgence qu’il y a à raconter ce qui s’est produit se conjugue avec la volonté de retisser les fils de la communauté au sein de laquelle on revient vivre. Le refus de tourner en silence la page du passé se concrétise alors dans un engagement qui vise à donner corps à une conscience de ce qui s’est passé pour imaginer le futur ensemble.

  • 28 Nous pourrions peut-être toutes les considérer comme les auteures d’un seul livre, en appliquant é (...)

28Dans la mesure où le témoignage est considéré comme de la littérature et plus généralement comme l’art de construire la mémoire d’une collectivité, l’ensemble de ces écritures féminines semble trancher d’emblée la question du témoin par délégation – que Primo Levi a abordée avec une lucidité tragique dans son dernier livre, I sommersi e i salvati – en la déclinant toutefois dans une acception spécifique, celle d’écrivaines par délégation et par nécessité. Toutes ont écrit pour répondre au besoin urgent de faire savoir aux autres ; toutes, sauf deux28, ont été l’auteure d’un seul livre qui a recueilli l’expérience du camp ; toutes ont abordé l’écriture en y apportant l’histoire des autres femmes, en donnant voix aux histoires qui ont traversé cette expérience qui a aussi été la leur.

29Sans vouloir en faire une prérogative féminine, il est évident que les six femmes qui ont été les premières à raconter Auschwitz à l’Italie ont collaboré à la construction d’une idée d’autobiographie collective dans le but de formuler une expérience qui oblige à donner un nouveau sens au vivre-ensemble. De l’écriture de Liana Millu, où une narratrice homodiégétique raconte son histoire en rapportant les histoires de ses camarades, à l’usage de la forme double par Luciana Nissim, commune, comme l’a fait remarquer Alberto Cavaglion, à de nombreuses écritures de survivants ; de l’appel au « passant » narrataire, au seuil du texte d’Alba Valech, à l’écho des voix qui se sont unies par le chant à celle de Frida Misul ; de l’usage du « nous » par le narrateur de Venti mesi a Oswiecim jusqu’au dépôt de ses propres souvenirs dans les mots de son beau-frère, comme dans le cas de Sofia Schafranov, les premières écritures féminines sur Auschwitz posent la question de la subjectivité comme principe de responsabilité envers les autres femmes. Chez elles, le « je » se définit dans le rapport aux autres et dessine les contours de sa propre histoire individuelle dans l’entrelacs d’autres histoires, afin de construire une conscience collective du fait que l’expérience racontée concerne tout le monde.

Haut de page

Notes

1 L’Unità, 30 mai 1945.

2 Sur le thème de la construction d’une mémoire de la déportation dans l’immédiat après-guerre, nous renvoyons aux textes de D. Jalla et A. Matard-Bonucci dans Un silenzio della storia, Rome, Sabbadini, 1997, et, pour des réflexions plus récentes, entre autres à M. Consonni, L’eclissi dell’antifascismo: resistenza, questione ebraica e cultura politica in Italia dal 1943 al 1989, Bari, Laterza, 2015 et R. S. C. Gordon, Scolpitelo nei cuori: l’Olocausto e la cultura italiana, G. Olivero trad., Turin, Bollati Boringhieri, 2013. Les réflexions que je synthétise ici viennent de ma thèse : « Cela devient une histoire ». Auschwitz et ses récits : Charlotte Delbo et Primo Levi, sous la direction de P. Hamon, Paris, Sorbonne Nouvelle, 2007.

3 À propos d’Auschwitz, il est significatif que l’entrée de l’armée soviétique dans le camp passe inaperçue parmi les nouvelles de janvier 1945 dans les pays libérés comme dans les pays encore en guerre. En Italie, en particulier, nous pouvons observer qu’Auschwitz n’est pas évoqué dans les journaux, ni au Nord ni au Sud, que ce soit dans un quotidien de la presse nationale ou dans un quotidien de la presse engagée. Les journaux de l’Italie libérée du Sud suivent certes la tendance européenne de l’inattention à la question des camps, dont on n’aura des nouvelles qu’à partir du printemps 1945, mais il y a toutefois une raison plus profonde : la presse avait créé une image des déportés qui, en janvier 1945, ne correspond pas du tout à celle des prisonniers d’Auschwitz. L’ouverture d’Auschwitz passe inaperçue parce qu’on ne réussit à voir que ce dont on n’ignore pas l’existence et durant toute l’année 1944, aux yeux de l’opinion publique la plus sensible et la plus attentive, la déportation est avant tout celle des militaires et des travailleurs qui ont été raflés, si bien qu’Auschwitz est un nom sur la carte privé de toute signification. Lorsque les troupes soviétiques pénètrent à Auschwitz, il n’existe pas dans la société italienne d’horizon d’attente en mesure de donner sa place à la nouvelle des camps, et encore moins à leur histoire.

4 Voir, entre autres, S. Bardgett, « Les Alliés et la libération des camps », dans F. Bédarida et L. Gevereau éd., La déportation : le système concentrationnaire nazi, Nanterre, Musée d’histoire contemporaine, BDIC, 1995, p. 7-8 et A. Wieviorka, Déportation et génocide : entre la mémoire et l’oubli, Paris, Hachette, 2003, p. 78.

5 Pour une analyse attentive de l’usage de la photographie à la libération des camps, voir C. Cheroux, Mémoire des camps : photographies des camps de concentration et d’extermination nazis (1933-1999), Paris, Marval, 2001, catalogue de l’exposition présentée à l’Hôtel de Sully de Paris du 12 janvier au 25 mars 2001.

6 « Reduci » est le terme qui est utilisé communément dans l’espace public, dans les discours des hommes politiques, dans la presse et dans les ciné-journaux de l’époque pour désigner tous ceux qui au moment de la guerre se trouvent en dehors du territoire national et doivent être rapatriés et réintégrés à la vie nationale. Rappelons que les Italiens qui se trouvaient à cette date en dehors des frontières étaient environ 900 000 : avec le mot « reduci » sont évoqués sans distinction des internés militaires, des travailleurs partis de façon volontaire ou forcée, des déportés politiques et raciaux.

7 Les données se réfèrent au décompte fait pour l’exposition organisée en 2016 à Bergame par l’ISREC, sous la direction d’E. Ruffini, intitulée E tutto questo diventa una storia. I primi libri che in Italia hanno raccontato i Lager. Précisons que dans la liste des livres pris en considération il en manque certainement trois et que nous avons choisi de ne prendre en compte que les ouvrages publiés après avril 1945 et de ne pas inclure les livres de I.M.I. (internés militaires italiens en Allemagne), dont l’histoire éditoriale est différente. Nous sommes conscients de la disparité des titres par rapport à ceux signalés par M. Consonni, L’eclissi dell’antifascismo, op. cit., due à des critères de choix différents.

8 Voir A. Wieviorka, Déportation et génocide, op. cit., p. 172.

9 F. Pecorari, Vita e morte a Buchenwald di S. A. R. la Principessa Mafalda di Savoia, Rome, L. Salomone, 1945.

10 P. Levi, Il sistema periodico, dans Id., Opere, M. Belpoliti éd., Turin, Einaudi, 1997, vol. I, p. 850.

11 Précisons que certains des portraits que nous proposons ici (Frida Misul, Liana Millu, Giuliana Tedeschi) ont été approfondis dans le cadre des recherches pour l’exposition Frida e le altre réalisée par la Fondazione Fossoli, sous la direction d’E. Ruffini, et présentée à Carpi le 13 septembre 2019. Pour le catalogue : Frida e le altre, Bergame, Il filo di Arianna, 2019.

12 L’édition intégrale du carnet est aujourd’hui disponible : F. Misul, Canzoni tristi: il diario inedito del Lager (3 aprile 1944-25 luglio 1945), F. Franceschini éd., Livourne, Salomone Belforte, 2019.

13 F. Misul, Fra gli artigli del mostro nazista: la più romanzesca delle realtà, il più realistico dei romanzi, Livourne, Stabilimento poligrafico Belforte, 1946.

14 « Ce pauvre corps ». G. Tedeschi, Questo povero corpo, Milan, Editrice Italiana, 1946.

15 A. Valech Capozzi, A.24029, Sienne, Soc. an. Poligrafica, 1946.

16 L. Millu, « Auschwitz Lager della morte » et « Il lavoro fa liberi » (« Auschwitz camp de la mort » et « Le travail rend libre »), Corriere del popolo, 11 octobre et 16 novembre 1945.

17 « La fumée de Birkenau ». L. Millu, Il fumo di Birkenau, Milan, La Prora, 1947.

18 L. Nissim, L’ascolto rispettoso: scritti psicoanalitici, A. Robutti éd., Milan, Cortina, 1990.

19 « Femmes contre le monstre ». L. Nissim et P. Lewinska, Donne contro il mostro, Turin, Ramella, 1946.

20 Nous reportons ici la localité indiquée dans les documents remplis au moment de la Libération et conservés dans les archives d’Arolsen, en précisant que dans d’autres écrits de et sur Sofia, le sanatorium est situé à Sondalo. Sur l’histoire de Sofia Schafranov, voir également F. Cavaliere, Il novecento di Fanny Kaufmann, Bagno a Ripoli, Passigli, 2012. Merci à Francesco Cossi et à Gabriele Fontana pour leurs précisions concernant le sanatorium l’Alpina.

21 « Les camps de la mort en Allemagne dans le récit d’une survivante ». A. Cavaliere, I campi nella morte in Germania nel racconto di una sopravvissuta, Milan, Sonzogno, 1945.

22 Voir la petite biographie reconstruite par M. Consonni, L’eclissi dell’antifascismo, op. cit., note 182.

23 P. Lewinska, Venti mesi ad Oswiecim, dans L. Nissim et P. Lewinska, Donne contro il mostro, op. cit. Les deux textes sont précédés d’une préface de Camilla Ravera qui se terminait ainsi : « La sensibilité particulière [des femmes] et la liberté relative […] avec laquelle elles entrent aujourd’hui dans la vie politique les conduisent à embrasser avec sincérité, avec résolution, la lutte pour le renouvellement réel et profond de la vie et de la société humaine. Elles ont été poussées à cette lutte par leur expérience directe : c’est cette expérience qu’elles veulent garder vivante et présente à leur esprit et à la conscience de tous […]. Les écrits de Luciana Nissim et de Pelagia Lewinska doivent être considérés de ce point de vue ; et c’est de ce point de vue qu’ils doivent être appréciés » (« la particolare sensibilità [delle donne] e la relativa libertà […] con cui entrano oggi nella vita politica le portano a schierarsi con sincerità, con risolutezza, nella lotta per il rinnovamento reale e profondo della vita e della società umana. A questa lotta sono state indotte dalla loro diretta esperienza: questa esperienza vogliono mantenere viva e presente al proprio spirito e alla coscienza di tutti […]. Gli scritti di Luciana Nissim e Pelagia Lewinska vanno visti a questa luce; e a questa luce vanno apprezzati »).

24 Impossible de faire ici la liste des nombreux articles qui se sont succédé ces dernières années. Il nous semble toutefois important de rappeler du moins le premier colloque organisé en Italie sur le thème de la déportation féminine : L. Monaco éd., La deportazione femminile nei Lager nazisti, Milan, Franco Angeli, 1995, et un des premiers recueils d’études sur ce thème : A. Chiappano éd., Essere donne nei Lager, Florence, Giuntina, 2009.

25 « Mi sveglio bene. Mattina luminosa. Mente sveglia, gran voglia di scrivere. Ma cosa? Ricordi! I racconti di Birkenau? Quelli sarebbero meglio di un reportage già superato », L. Millu, Tagebuch: il diario del ritorno dal Lager, Florence, Giuntina, 2006, p. 45.

26 Voir l’introduction de A. Cavaglion dans L. Nissim Momigliano, Ricordi della casa dei morti e altri scritti, A. Chiappano éd., Florence, Giuntina, 2008, p. 10.

27 G. Perec, « Robert Antelme ou la vérité de la littérature », dans Robert Antelme, textes inédits sur L’espèce humaine : essais et témoignages, Paris, Gallimard, 1996, p. 190.

28 Nous pourrions peut-être toutes les considérer comme les auteures d’un seul livre, en appliquant également à celles qui publient d’autres livres sur l’expérience du Lager l’expression qu’Alberto Cavaglion utilise pour définir l’écriture de Primo Levi : termitière (termitaio) pour désigner une écriture qui déploie un long commentaire sur une première émission de voix (A. Cavaglion, « Il termitaio », dans E. Ferrero éd., Primo Levi: un’antologia della critica, Turin, Einaudi, 1997, p. 76-90). Il faut toutefois observer qu’après Il fumo di Birkenau, Liana Millu publie I ponti di Schwerin (1978), La camicia di Josefa (1988), Dopo il fumo (1990) et laisse deux livres posthumes : une interview, Campo di betulle et le Tagebuch: il diario del ritorno dal Lager, qui ramène la lecture avant l’écriture de Il fumo di Birkenau. Giuliana Tedeschi, dont le livre n’est réimprimé qu’en 2005, publie en 1988 C’è un punto della terra… una donna nel Lager di Birkenau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabetta Ruffini, « Les femmes qui furent les premières à raconter Auschwitz à l’Italie », Laboratoire italien [En ligne], 24 | 2020, mis en ligne le 03 juin 2020, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/4291 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.4291

Haut de page

Auteur

Elisabetta Ruffini

ISREC Bergamo • Elisabetta Ruffini est diplômée en philosophie à l’université de Bologne avec une laurea sur Marcel Proust et Jacques Rivière, suivie par Mario Lavagetto. Sous la direction de Philippe Hamon à Paris 3 Sorbonne Nouvelle, elle obtient d’abord un DEA et, en 2007, un doctorat avec une thèse en cotutelle avec l’université de Bologne dont le titre est « Cela devient un récit » : Auschwitz et ses récits. Primo Levi et Charlotte Delbo. Depuis, elle se spécialise dans la littérature concentrationnaire, la question du rapport entre art et mémoire, et l’histoire de la mémoire de la déportation. Depuis 2010, elle dirige l’Istituto bergamasco per la storia della Resistenza e dell’età contemporanea (ISREC Bergamo), en conciliant recherche et divulgation. Depuis 2017, elle est présidente de l’association Les Amis de Charlotte Delbo. Spécialisée dans l’organisation d’expositions, elle a organisé entre autres : Charlotte Delbo, une mémoire à mille voix (2013), E tutto questo diventa una storia: i primi libri che hanno raccontato i Lager all’Italia (2016), Frida e le altre. Storie di donne, storia di guerra: Fossoli 1944 (2019).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search