Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2020Gilles Bertrand et Marina Pierett...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2020

Gilles Bertrand et Marina Pieretti éd., Una marchesa in viaggio per l’Italia: Diario di Margherita Boccapaduli (1794-1795)

Rome, Viella, 2019, 400 p., 34 €
Pierre Musitelli
Référence(s) :

Gilles Bertrand et Marina Pieretti éd., Una marchesa in viaggio per l’Italia: Diario di Margherita Boccapaduli (1794-1795), Rome, Viella, 2019, 400 p., 34 €

Texte intégral

1Figure éminente des salons cosmopolites et des cercles artistiques de Rome, la marquise Margherita Boccapaduli (1735-1820) a fait l’objet depuis une vingtaine d’années de plusieurs études de la part d’historiennes, principalement, attachées à cerner le caractère, les goûts, les relations et les collections de cette femme remarquable. Née Sparapani Gentili, vivant séparée de son mari Giuseppe Boccapaduli, criblé de dettes, et s’accommodant fort bien de cette liberté, seule héritière du riche patrimoine de ses oncles Gentili, la marquise Boccapaduli menait à Rome une existence consacrée à la lecture, aux salons, aux arts, à l’histoire naturelle. Esprit curieux, hédoniste, volontiers dépensier, elle fréquentait ce que Rome comptait d’artistes (Johann Joachim Winckelmann lorsqu’il s’y trouvait à l’invitation du cardinal Albani, Piranèse, Raphaël Mengs, Antonio Canova), d’hommes de lettres et de sciences (Vittorio Alfieri dont elle admirait et jouait les tragédies dans son théâtre privé, Corilla Olimpica, François Jacquier et Thomas Lesueur) et entretint une longue relation d’amitié et de complicité avec Alessandro Verri, qui vivait à demeure et avait pour elle établi son séjour dans la capitale des États pontificaux à son retour de Paris, en 1767. Lorsque nous les retrouvons vers la fin du mois de juin 1794, Alessandro Verri et la marquise résident dans le fief de cette dernière, à Pievefavera, dans les Marches. Ils ont quitté Rome en avril de l’année précédente, en raison des tumultes provoqués par l’assassinat, le 13 janvier 1793, de Nicolas-Jean Hugon de Bassville, chargé d’affaires de la République française. On craint désormais la « probabile invasione de’ Francesi » (A. Verri à son frère Pietro, 25 juin 1793). Au printemps puis au début de l’été 1794, alors que la Convention est attaquée par plusieurs puissances européennes, l’armée française remporte une série de victoires qui assoient l’idée de la supériorité militaire de la République. « Il governo francese ha una forza e unità terribile perché la intera massa del popolo lo seconda passionatamente coll’opinione. Non vi è governo in Europa più lontano dall’anarchia di quello, e perciò lo temo », écrit Pietro Verri à son frère (30 juillet 1794). Pourtant, si Alessandro et la marquise ont affiché sur le mur de leur demeure « una gran carta geografica della Italia » percée d’épingles (lettre à Pietro Verri, 27 juin 1794), ce n’est pas pour surveiller l’avancée des fronts, mais pour marquer les étapes d’un long voyage d’agrément qui va les conduire dans le nord puis dans le sud de la péninsule, entre septembre 1794 et décembre 1795. Le déplacement s’organise en deux temps : un premier circuit conduit la marquise, toujours en compagnie d’Alessandro Verri et de plusieurs domestiques, de Pievefavera à Ancône puis à Venise, où elle séjourne deux mois avant d’établir ses quartiers à Milan pendant quatre mois. Suivent trois semaines à Gênes, un saut à Pavie, une excursion d’une semaine vers les lacs de Côme, Lugano, Varèse, puis Majeur, jusqu’en avril 1795. De Milan, elle redescend ensuite vers la Toscane en passant par Parme, Modène, Lucques et Pise, puis séjourne deux semaines et demie à Florence, en mai 1795. Après avoir regagné Pievefavera par la route de Bologne en juin, elle y passe l’été. Le second circuit débute en octobre 1795. Il conduit Margherita Boccapaduli et sa suite vers Naples par la dangereuse route des Abruzzes. Leur séjour, agrémenté de nombreuses excursions dans les environs (Pouzzoles, Baïes, Cumes, les lacs volcaniques, le Pausilippe, Herculanum, Pompéi) et d’un aller-retour à Bénévent, se prolonge jusqu’à la mi-décembre 1795, avant le retour à Rome.

2Lorsqu’elle entreprend cette singulière traversée de l’Italie, la marquise est « una donna per la sua età di 58 anni ben conservata, di anima giovane, di fibra sensibilissima, accortissima nel mondo, in amore poi l’estratto della Scienza più profonda, e pure nel resto ingenua come un ragazzo, e molto imprudente per sincerità », écrit Alessandro à son frère, le 13 avril 1794. Elle rédige en cours de route un journal de plus de cinq cents pages dont l’autographe est perdu mais dont subsistent deux copies : une transcription partielle et postérieure du voyage au nord et une transcription d’époque, complète, du voyage à Naples. Toutes deux sont ici réunies pour la première fois dans une édition commentée par Gilles Bertrand et Marina Pieretti, enrichie en annexes d’un choix de lettres inédites d’Alessandro Verri adressées à l’abbé Domenico Genovesi, secrétaire et maître de maison de la marquise. L’édition du Diario revêt une double importance, à la fois pour l’histoire des pratiques « viatiques » et pour celle des écritures féminines. La collection qui accueille ce volume, « La memoria restituita: fonti per la storia delle donne » (Rome, Viella), coordonnée par Marina Caffiero et Manola Ida Venzo, est née d’un programme de recherche destiné à recenser les écrits inédits de femmes de la fin du Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine, conservés dans les archives publiques et privées de Rome. Cette collection inaugurée en 2007 et déjà riche de quatorze titres entend offrir de nouvelles ressources documentaires pour mieux appréhender l’histoire de la construction de l’identité féminine, mais aussi l’histoire de l’accès des femmes à l’écriture et à lecture, l’histoire de l’éducation, de l’alphabétisation ou encore de la famille et de la sociabilité, en privilégiant les productions non littéraires, aux confins du privé et du public. La redécouverte de ces « voci a lungo inascoltate » (M. Caffiero et M. I. Venzo, « La collana “La memoria restituita”: fonti, interpretazioni, scritture del sé », dans E. Brambilla et A. Jacobson Schutte éd., Storia di genere in Italia in età moderna: un confronto tra storiche nordamericane e italiane, Rome, Viella, 2014, p. 255), qui a mis en évidence pour l’époque moderne « un accesso quasi paritario di uomini e donne alla scrittura e una diffusione insospettata di scritture femminili nella vita quotidiana » (ibid., p. 251), a notamment permis d’éclairer la participation des femmes à la culture politique italienne pendant le Risorgimento (voir les volumes consacrés à Anna de Cadilhac en 2007 et à Cristina Trivulzio di Belgiojoso en 2012). Quant au cas de Margherita Boccapaduli, autodidacte qui doit une partie de son savoir à la fréquentation des conversations érudites et des hauts lieux de la sociabilité romaine, il témoigne de la formation culturelle des femmes mais aussi de leur familiarité avec des formes d’écriture qu’on ne leur attribuait pas a priori. Il est représentatif, de ce point de vue, d’une rupture qui s’accomplit, au cours du XVIIIe siècle, lorsque, « a differenza del secolo precedente, le donne non si esprimono soltanto nella scrittura epistolare, ma danno vita a documenti di maggiore completezza e di grande maturità ‒ diari, memoriali, cronache ‒ segnando così una tappa fondamentale nel percorso che porta le donne dalla scrittura privata a quella pubblica » (ibid., p. 265). Signalons que le public francophone trouvera présentées ces nouvelles perspectives de recherche ouvertes en Italie sur l’histoire des écritures féminines dans l’article « Écrire au féminin » de Marina Caffiero, publié dans la revue Clio (no 35, 2012, p. 163-176).

3Les deux essais introductifs qui ouvrent l’édition du Diario de la marquise mettent en évidence l’originalité et la liberté de cette dernière : dans le premier (« Dal viaggio al diario: la scrittura autobiografica di un’aristocratica romana », p. 11-46), Gilles Bertrand replace le texte dans son contexte historique et social, analysant les raisons pour lesquelles ce journal constitue un document « inusuale » (p. 11) ; dans le second (« Margherita. Una vita », p. 47-96), Marina Pieretti reconstruit la biographie de la marquise à partir des archives Del Drago, conservées aux Archives d’État de Rome, et notamment à partir de saisissants fragments de mémoires autobiographiques provisoirement intitulés Pensieri scritti per sfogo e per ozio, conservés en ordre disparate dans les dossiers de ce fonds.

4Il est peu fréquent qu’une femme, plus encore italienne, entreprenne un voyage de type culturel et consigne son expérience dans un journal plutôt que sous forme épistolaire : c’est là presque toujours le fait d’hommes de lettres ou de sciences, de naturalistes ou de diplomates… Que cette femme se déplace de surcroît dans un somptueux carrosse et en grand équipage, accompagnée d’une sorte de famille recomposée constituée de son chevalier servant, Verri, de leur fils adoptif Pietro Malvolti, et d’une suite de domestiques (cameriera, cuoco, parrucchiere, credenziere, servitore, cameriere, énumère Verri dans une lettre à Pietro du 29 novembre 1794), qu’elle se plaise à visiter des sites naturels d’accès malaisé et se hasarde dans une périlleuse traversée des Abruzzes entre Sulmona et Castel di Sangro, loin des sentiers battus du Grand Tour et précédée d’une escorte de « nove uomini di guardia con fucile, e bajonetta », écrit Verri (p. 361), pour se protéger des « assassini » (p. 192-193), voilà qui achève de donner à son voyage un caractère non seulement hautement pittoresque, mais précurseur et exceptionnel pour son temps.

5La voyageuse, poussée par son insatiable curiosité, voit les portes s’ouvrir devant elle. Du palais ducal de Colorno au palais royal de Caserte, du lazaret de Livourne aux villas de la Brenta, des routes enneigées de Lombardie et du Piémont jusqu’aux demeures napolitaines du cardinal Ruffo et de William Hamilton, et jusqu’à l’atelier de Tischbein, qui était arrivé à Naples avec Goethe, « ho possuto penetrare dapertutto, annunziando il mio nome, e Patria », écrit-elle (p. 154). Déterminée, autonome, elle parcourt la péninsule avec entrain, que ce soit sur terre ou sur mer, en voiture ou à pied, « quasi carpone » sur des sentiers escarpés (p. 257), voire sur les épaules des hommes lorsqu’elle s’engage dans les grottes de la Sibylle. Alors qu’elle s’apprête à quitter Livourne survient la flotte anglaise du vice-amiral Hotham. Elle monte à la lanterne pour l’observer puis se hisse dans une barque pour aller à la rencontre des vingt-deux vaisseaux de guerre qui s’approchent de la rade. Pendant trois heures, elle assiste aux manœuvres (« Girai d’intorno a molte [navi], e godetti di uno spettacolo, che non si può immaginare da chi non ne ha idea. Pareva il mare popolato da immensi Palazzi », p. 161). Cette marquise a l’âme d’une aventurière. Les pages consacrées à ses excursions dans les environs de Naples sont mémorables. L’attention qu’elle porte aux paysages naturels et montagneux, sa sensibilité à la beauté des littoraux, sa passion pour les sites archéologiques et sa fascination pour les phénomènes volcaniques la conduisent loin des salons et des théâtres vers les champs Phlégréens, à travers Pompéi et Herculanum, et jusque sur les flancs du Vésuve, chauds d’une lave encore fumante (p. 245), à la suite de l’éruption de 1794 qui détruisit Torre del Greco. Les pierres se dérobent sous ses pieds, l’ascension est éprouvante, mais elle commente : « L’oggetto però e tanto interessante che fa dimenticare ogni dura fatica » (p. 266).

6La description de l’accident nocturne de carrosse dont elle sort sérieusement contusionnée, entre Bénévent et Naples, ne détonne ni n’étonne dans ce récit mouvementé, centré sur un « je » omniprésent. À la fois autocentré et soutenu par la volonté de recenser méticuleusement les lieux visités, les personnes rencontrées, les objets et collections observés, scandé par le leitmotiv des « vidi », « vi sono », « vi è », ce journal se rattache « a un filone di scrittura femminile in espansione nel XVIII secolo sotto l’impulso delle trasformazioni tecniche, scientifiche e di costume », observe G. Bertrand (p. 23). Sans être le lieu de l’épanchement ni de l’introspection, il met au jour une palette de goûts et d’intérêts très affirmés : son engouement, par exemple, pour les rites et l’exercice de la justice dans les tribunaux de Venise et de Naples (« Ha gustata al sommo questa maravigliosa eloquenza estemporanea », rapporte Alessandro Verri à l’issue d’une plaidoirie au tribunal de la Vicaria, p. 308), l’ennui que lui inspirent les obligations de la sociabilité (p. 191) ou encore son aversion pour l’esprit républicain qui s’est emparé de Livourne (« pare di star sempre in pessima compagnia, senza esser tentati d’indirizzare la parola a veruno. A me sembra il Paese dell’eguaglianza francese, con il di più, che non vi è vernice di pulitezza », p. 159). G. Bertrand observe qu’un « mécanisme d’individuation » est à l’œuvre dans ce texte où s’élabore la singularité d’un regard émancipé, qui déjoue les stéréotypes, interroge voire démythifie le réel, les coutumes, les croyances locales et manifeste un intérêt soutenu pour les sciences et techniques les plus récentes (astronomie, optique, géologie). Tout cela fait de la marquise Boccapaduli « l’une des premières femmes italiennes à construire une figure personnelle de la voyageuse » (G. Bertrand, « L’écriture de soi d’une femme de la haute société romaine : la marquise Boccapaduli en voyage dans l’Italie d’avant le triennio jacobin (septembre 1794 à décembre 1795) », Source(s), no 6, 2015, p. 13-34).

7Il faut relever deux particularités notables dans la façon dont la marquise se représente et dépeint la société qui l’entoure : d’une part, Margherita Boccapaduli manifeste ses goûts mais rarement ses états d’âme ; d’autre part, si elle n’hésite pas à mettre en scène son corps mouvant et sensible (aux plaisirs mais aussi à la chaleur, aux inconforts, aux blessures), elle se contente souvent de notations laconiques au sujet des personnes qu’elle fréquente. Ses pages ne s’ornent ainsi d’aucun portrait. Les occasions ne manquent pourtant pas : elle est accueillie à Milan par Pietro Verri, dont le nom est cité sans commentaire. Une simple phrase atteste de ses rencontres avec Giuseppe Parini, une autre de sa visite chez la comtesse d’Albany et Vittorio Alfieri à Florence, où elle assiste à une représentation de Filippo ; elle ne fait qu’une référence allusive à la célèbre improvisatrice Corilla Olimpica, chez qui elle se rend pour deux autres récitations d’Alfieri. Des contemporains dont elle est familière, seul Canova, « greco Scultore del nostro secolo » dont l’art la subjugue et dont elle peut admirer chez le marquis Berio à Naples le groupe de Vénus et Adonis en compagnie d’Antonio D’Este, a droit à des louanges un peu plus développés (« Se Prometeo avesse avuto lo scalpello di Canova non gli faceva di bisogno di chiamare il fuoco dal cielo per animare il suo sasso », p. 233-234). Son écriture, qui tend à l’enregistrement descriptif, néglige les portraits tout comme elle délaisse les approfondissements autobiographiques. Peu encline à se livrer véritablement dans ce journal, elle ne fait certes pas mystère de ce qui l’agace et de ce qui l’enchante, mais elle parle peu d’elle-même. Elle ne dit rien, par exemple, de ce fils adoptif, « Pietrino » Malvolti, qu’elle répudiera quelques années plus tard pour ses engagements trop ouvertement anti-français, à Rome. Elle ne daigne nommer qu’une fois Alessandro Verri, son compagnon de voyage et de vie, qui, lui, la place au cœur de ses préoccupations dans les lettres de voyage qu’il adresse à Domenico Genovesi. Pudeur ou prudence dictent-elles cette sobriété de ton ? Après tout, l’adresse de Genovesi aux « saggi lettori », dans la préface qu’il adjoint à sa transcription du voyage dans le sud (p. 188), et une recommandation de la marquise à l’intention de « tutti quelli che vogliono fare il viaggio d’Italia » (p. 195) semblent accréditer l’hypothèse d’une circulation privée du manuscrit.

8Plus précisément, il apparaît à la lumière du premier des trois appendices qui referment le volume que s’opère sous la plume de la marquise une dissociation des registres et des pratiques d’écriture. Son bref Omaggio alla verità (p. 281-283), extrait de ses mémoires intimes dont les feuillets autographes sont en cours de catalogage dans les archives Del Drago, livre un portrait sensible et élogieux d’Alessandro, qui compense les silences du Diario sur cette singulière relation sentimentale et intellectuelle. Margherita a choisi de confier l’expression de son for privé à ces pages secrètes et inédites dont le pacte autobiographique inaugural est cité par Marina Pieretti dans son introduction : « Ho avuto per costume nei tristi giorni della mia vita di ricorrere al mio confidente calamaio, con questo paziente e segreto amico ho sempre fatti i sfoghi sinceri dell’animo mio » (p. 93).

9Les appendices restaurent une autre forme d’équilibre. Le conflit entre la coalition européenne et la France révolutionnaire n’est, dans le Diario, qu’un arrière-plan lointain que l’on devine à la mention des bâtiments de guerre, des hommes de garnison, des émigrés français. Jamais la marquise n’entre dans le détail de l’actualité politique et militaire, jamais elle n’exprime d’opinion politique, ni aucune considération sur la Révolution. Les lettres de Verri à Genovesi, éditées à partir de leur transcription partielle réalisée par la Società storica lombarda au début du XXe siècle, apportent un éclairage bienvenu sur les lacunes, mais aussi sur les non-dits du voyage. Leur scission en deux appendices en rompt l’ordonnancement chronologique général : le premier réunit les lettres dont le contenu comble les portions disparues du journal de la marquise, c’est-à-dire le voyage de Pievefavera à Milan, puis les séjours à Venise, Turin, Gênes, Pavie, Bologne et Ravenne ; le second regroupe les lettres qui offrent sur les étapes déjà documentées par le Diario un second point de vue, pour le moins différent de celui de la marquise (séjours à Milan, dans la région des lacs, à Parme, Livourne, Florence et Naples). Verri, qui supervise tous les aspects matériels et financiers du déplacement, laisse souvent poindre, comme dans les lettres qu’il échange en ces mêmes années avec son frère Pietro, son inquiétude sur l’évolution de la situation internationale : avancée des troupes, pourparlers de paix, batailles, relations diplomatiques entre puissances… Il observe les cloches que l’on fond pour en faire des canons, les transports de vivres pour l’armée sur les routes du Piémont (p. 315) ; il mentionne à Gênes la destruction des objets de culte (p. 319) et décrit les manifestations de francophilie dans les rues de la cité portuaire (« i ragazzi cantano la Carmagnola, e si applaudiscono les Cijtoiens [sic] sino dalle fruttarole per la strada. Si vendono comunemente le Coccarde Nazionali », p. 322). Il s’était également dit frappé, dans une lettre à son frère, de trouver « anche nelle piccole città » de la région de Naples des lecteurs du Système de la nature du baron d’Holbach ; « ed i lettori ne parlano francamente », ajoutait-il, inquiet de cette propagation des thèses matérialistes jusque dans l’Italie méridionale.

10Sous cette forme épistolaire qui lui est si familière, Alessandro Verri, historien de l’Italie en ses jeunes années (Saggio sulla storia d’Italia, 1765) et chroniqueur des événements révolutionnaires dans les deux dernières décennies de son existence (Vicende memorabili dal 1789 al 1801 ; Lotta dell’Impero col Sacerdozio, 1804-1816), ne parvient pas à se détacher de l’actualité. En décembre 1794, à Milan, il manifeste son agacement face à la chape de silence qui pèse au sujet de la guerre dans les discours publics et privés : « Qui si discorre poco di guerra almeno ne’ luoghi, e con le persone che noi per ora trattiamo. Questo Governo invigilava molto sopra tali discorsi, e li teneva tanto a freno ch’erano ridotti al silenzio » (p. 335). Une semaine plus tard, il s’impatiente : « Di guerra nihil. Di pace nihil. Mi sembra di essere lontano da’ Francesi tutto l’asse della terra: eppure non è così » (p. 338). L’information reste pour lui un besoin crucial, alors que la marquise aborde son déplacement, du moins en apparence, avec une imperturbable insouciance.

11Mais cette parenthèse itinérante, qui correspond par fortune pour nos deux voyageurs à un moment d’accalmie sur le front militaire, dans la mesure où l’offensive française, après les défaites des troupes austro-piémontaises de mars-septembre 1794, ralentit sur le front des Alpes jusqu’en septembre 1795, sera bientôt refermée. Rentrés à Rome la veille de Noël 1795, quelques semaines avant le début de la première campagne d’Italie de Bonaparte, Margherita Boccapaduli et Alessandro Verri n’échapperont pas à l’onde de choc de la Révolution : déposition et emprisonnement de Pie VI, proclamation de la République romaine, confiscation des biens, mise aux arrêts domiciliaires de Verri… Au sortir de l’Empire, les disparitions successives de Verri (1816), puis de sa fille adoptive Elena Hopfer Del Drago, à 19 ans, semblent avoir poussé la marquise vers cette forme d’épanchement autobiographique que nous évoquions. Margherita Boccapaduli, ardente lectrice de romans sentimentaux européens, disposant d’une bibliothèque d’une « eclettica modernità » (F. Tarzia, « Libri e letture di una dilettante: il caso della marchesa Margherita Gentili », dans Id., Libri e rivoluzioni: figure e mentalità nella Roma di fine ancien régime (1770-1800), Milan, Franco Angeli, 2000, p. 133), avait dévoré la Vita d’Alfieri en 1808 ; elle livrait à son tour une confession écrite : « A questa penna posso confidare le angustie che mi opprimono, tu sei bagnata dalle mie lacrime, non puoi essere sensibile alle medesime, ma non insulti il mio dolore » (cité par M. Pieretti, p. 95). Le texte de ses mémoires, s’il venait à être édité, constituerait un jalon supplémentaire, entre Lumières et romantisme, de cette histoire des écrits privés féminins en Italie, en cours de reconstruction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Musitelli, « Gilles Bertrand et Marina Pieretti éd., Una marchesa in viaggio per l’Italia: Diario di Margherita Boccapaduli (1794-1795) », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 11 juin 2020, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/5061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.5061

Haut de page

Auteur

Pierre Musitelli

École normale supérieure, Paris Sciences et Lettres / Institut des textes et manuscrits modernes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search