Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures2020Marco D’Eramo, Dominio: la guerra...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2020

Marco D’Eramo, Dominio: la guerra invisibile dei potenti contro i sudditi

Milan, Feltrinelli, 2020, 252 p., 19 €
Jean-Louis Fournel
Référence(s) :

Marco D’Eramo, Dominio: la guerra invisibile dei potenti contro i sudditi, Milan, Feltrinelli, 2020, 252 p., 19 €

Texte intégral

1Le titre donné à cet essai enlevé fait écho à un mot-outil de la pensée politique italienne de longue durée, le dominio, dont on sait qu’il occupe un espace crucial à la fois dans la tradition juridique sous sa forme latine (dominium), dans le discours machiavélien (dominio) et dans celui de la ragion di stato  notamment parce qu’il permet de pointer failles et espaces intermédiaires entre la loi, la puissance privée et l’exercice de la puissance gouvernementale. Mais le même mot renvoie également à un concept, la domination, propre à la philosophie et à la sociologie politiques européennes contemporaines, notamment en France, une notion marquée par les travaux de Bourdieu, de Foucault et de Deleuze, dont se réclame d’ailleurs explicitement Marco D’Eramo. Le sous-titre indique nettement la tonalité du livre, avec des mots forts comme « potenti » et « sudditi » : le propos en est du coup moins philosophique que radicalement politique, à la fois historique et engagé, puisqu’il s’agit là d’identifier un dévoilement nécessaire et de raconter un conflit, une « guerre », dans lequel l’auteur prend clairement « position », selon un terme althussérien – une autre référence qui marque clairement sa pensée pour ce qui est de la réflexion sur les « appareils idéologiques ».

  • 1 M. D’Eramo, Il selfie del mondo: indagine sull’età del turismo, Milan, Feltrinelli, 2017.
  • 2 Id., Via dal vento: viaggio nel profondo sud degli Stati Uniti, Rome, Manifestolibri, 2004.
  • 3 Notons quand même en français la publication de G. Chamayou, La société ingouvernable : une généalo (...)

2Marco D’Eramo, ancien journaliste au quotidien Il Manifesto et essayiste (auteur récemment d’un autre livre percutant Il selfie del mondo: indagine sull’età del turismo1 et, il y a plus longtemps, d’un bref ouvrage intéressant sur la politique intérieure américaine intitulé Via dal vento: viaggio nel profondo sud degli Stati Uniti2), entreprend ici l’histoire d’une idéologie dominatrice, avant même d’être dominante, dont l’objectif est la destruction de tout ce qui caractérisa, entre l’époque du New Deal et le déploiement des politiques sociales dans l’Europe de l’après-guerre, ce qu’on a appelé l’État-providence. Il est courant de pointer comme un constat – affligé ou satisfait, mais ne souffrant en tout cas aucune discussion – la « fin », la « faillite », le « déclin » de ce dernier. Il est aussi fréquent de le voir dénoncé par ceux qui veulent hic et nunc en finir avec lui au nom de positionnements politiques spécifiques. Il arrive moins souvent, en revanche, que l’on propose une histoire précise des ennemis de la responsabilisation sociale de l’État3, une histoire de ces lieux où ont été élaborées, avec une détermination et une continuité impressionnantes, de redoutables logiques reprises ensuite par les deux grands partis américains (avec évidemment quelques nuances entre eux, notamment depuis dix ans). Ainsi sont donnés des éléments pour une sorte d’archéologie de cette idéologie de substitution édifiée systématiquement aux États-Unis et en Grande-Bretagne depuis les années 1970 afin de défaire une par une les bases de toute politique sociale de l’État.

3Précisons sans attendre que l’ouvrage, même s’il évoque le caractère « invisible » de cette « guerre », ne manifeste aucune propension pour un quelconque complotisme et lui préfère une enquête circonstanciée et une mise en récit d’une histoire encore à faire, même si de nombreux ouvrages l’ont déjà balisée en langue anglaise (ouvrages qui sont tous dûment cités et utilisés dans l’ouvrage). Si cette guerre est qualifiée d’« invisible », c’est que la dissimulation relève d’un choix stratégique, à l’image des avions que l’on dit « furtifs » parce qu’ils sont conçus pour ne pas être repérables par les radars. Ce conflit est mené au nom de donneurs d’ordres mal connus, sinon méconnus : ceux-ci ne sont pas ceux que l’on voit et qui sont élus par les populations, mais plutôt ceux qui financent leurs campagnes électorales tous les deux ou quatre ans, mais qui s’engagent aussi en permanence dans une intervention polymorphe partout où la lutte idéologique doit être menée, notamment sur les campus américains. Ces choix stratégiques des « puissants » sont déconstruits par l’auteur dans une enquête historique qui se veut, ou qui devient, du même coup, un texte d’intervention.

4Pour ce faire, l’ouvrage de Marco D’Eramo procède de façon très claire, avec d’abord une passionnante micro-histoire des principaux think tanks et fondations dans lesquels a été élaborée cette réplique historique à l’État-providence (et qui furent d’ailleurs créés dans ce seul but). Il montre ainsi comment s’est déployée progressivement une véritable phobie de l’État, niant la pertinence même de la notion de « justice sociale » dans la mesure où « est juste ce qui est bon pour le marché » (à savoir l’axiome au fondement du développement du courant de pensée Law and Economics – voir p. 57 et suivantes). Le comble dans cette affaire est que si l’on tient compte des systèmes de dégrèvements fiscaux énormes accordés au titre des contributions privées en faveur de ces mêmes fondations, c’est bien l’État qui finance ceux qui veulent non sa destruction mais sa « reconfiguration », avec une totale soumission aux règles du marché (p. 77 et suivantes et p. 98 et suivantes).

5Dans un deuxième pan de l’enquête, l’approche se fait plus thématique et répond à une typologie accumulative, mais sans didactisme, abordant tour à tour toutes les cibles de cette politique des « puissants » : l’éducation, la santé, l’université et la recherche, les salaires, les impôts, la protection sociale, la justice, l’environnement (voir la notion de « pollution optimale »), les services publics, voire les politiques d’adoption… À chaque fois, on est frappé par la détermination, la cohérence, la violence et l’écartement de toute forme de compromis qui caractérisent ces interventions théoriques pilotées par les maîtres de l’économie. Rien n’échappe au type de rationalité qu’ils défendent, car rien dans la vie sociale ne doit selon eux échapper à l’économie et à son mode de fonctionnement (p. 45), dans cette business onthology (p. 97). L’auteur souligne même une radicalisation toujours plus forte des principaux acteurs de ce combat idéologique (Hayek s’avérant par exemple plus « modéré » à la fin des années 1940 qu’il ne le sera trente ans plus tard). Il note aussi, au passage, la capacité des vainqueurs à imposer une véritable hégémonie culturelle et à faire adopter par tous leur lexique, leurs langages (p. 91). Le citoyen est réduit à une monade isolée, à un individu dénué de droits et pourvu simplement d’une liberté d’investir sa force de travail comme son seul capital disponible. La brutalité des logiques de la « contre-insurrection », dont le Chili avait été le champ d’expérience dramatique et qui avait toute sa place dans la mise en place de la nouvelle idéologie au fil des années 1970, peut ainsi laisser la place à une domination plus feutrée, comme la « violence symbolique » selon les termes de Bourdieu, mais non moins absolue dans les faits. Chaque crise devient alors une occasion pour accroître la pression sur les « sujets », tout en abandonnant à l’État la charge d’éviter les catastrophes (p. 98), dans le cadre de ce que le juriste conservateur Antonin Scalia appelait « l’utilisation habile de l’État fédéral ».

6Le troisième moment du livre expose la régulation « politique » du nouveau système d’État « reconfiguré » (chapitre VII) autour de la dissolution de tout ce qui « fait société » et de la promotion de tout ce qui relève strictement de la sphère individuelle (jusqu’à faire de tous et de chacun des isolati insieme, p. 125). S’y ajoutent la corruption des élus et des décideurs (sous couvert de lobbying et de récoltes de fonds pour les campagnes électorales) et le contrôle social généralisé (grâce aux nouvelles technologies ou aux GAFA – et dont la forme la plus accomplie serait aujourd’hui le télétravail). Enfin, entre en jeu la question de tous les processus d’endettement analysés au niveau micro comme au niveau macro. Pour le premier niveau, celui des citoyens, la suppression des droits sociaux est ainsi rendue acceptable par l’accès élargi au crédit – ce dont les États-Unis offrent deux illustrations avec les deux bulles de l’immobilier et des frais de scolarité étudiante. Quant au niveau macro, l’endettement des États se fonde sur la logique d’une dette globale et infinie, comme mode de fonctionnement contraint des relations entre États, et sur celle du poids singulier des États-Unis, comme l’unique acteur qui soit détenteur d’une sorte de droit impérial à une dette absolue car déliée de tout lien avec la réalité politique et économique (p. 127-145). Dans cette affaire, selon une des conclusions les plus frappantes de Marco D’Eramo, les États s’avèrent des leviers plus importants que les marchés, notamment lors des crises, d’où la nécessité pour les « puissants » de mettre en place une forme de contrôle de la politique des démocraties libérales. C’est là d’ailleurs que se situent, selon lui, la différence majeure entre le libéralisme classique et le néolibéralisme et le point d’orgue de ce qu’il nomme le « festival des conséquences involontaires » (p. 155-158). Quoi qu’il en soit, l’État reste frugal pour les dépenses en faveur des sujets dans la mesure même où il peut être dépensier sans mesure pour assurer la stabilité des marchés.

7À chaque moment du raisonnement, le propos est appuyé sur des chiffres, sur un balayage d’une bibliographie très récente à la fois académique et engagée et sur des analyses et des exemples précis qui permettent d’ouvrir le débat en connaissance de cause. Quitte à ce que l’on considère ici ou là que les conclusions sont parfois un peu rapides et dérivent vers le pamphlet (mais est-ce illégitime au vu des enjeux soulevés ?).

8Ainsi, l’analyse de cette guerre perdue par les pauvres et les « sujets » s’avère en définitive quelque peu désespérante – mais jamais désespérée dans la mesure où la fin de l’ouvrage renvoie à la possibilité toujours existante, à moyen ou long terme, d’un renversement de situation et d’un changement de groupe dominant (mais, ajoutera-t-on alors, la logique de la domination change-t-elle vraiment ?). Quand l’auteur pose que du fait des dominants le « peuple est réduit à la plèbe, à cette multitude que Rousseau oppose à la société » (p. 167) – on ne s’attardera pas ici, faute de place, sur le débat existant depuis plus de dix ans autour de la notion de « multitude » –, on peut se demander si l’on n’assiste pas à une sorte d’emballement, la logique du pamphlet débordant l’analyse, et conduisant à des réflexions sur l’esclavage qui mériteraient quelques nuances, ne serait-ce que parce que l’on ne comprend pas bien si les exemples cités ici, contrairement à ceux donnés précédemment dans l’ouvrage, relèvent seulement de positions extrémistes ou si elles se rattachent à une doxa néolibérale. Mais ce glissement permet à l’auteur de toucher du doigt la seconde conclusion majeure de son propos – après qu’il a pointé la force paradoxale des États néolibéraux –, à savoir le nihilisme des puissants et ce qu’il nomme, après d’autres, une « pornographie théorique ». Enfin, échappant à cette « sensation indéfinie » de « vague malaise » qui l’avait saisi, Marco D’Eramo revient au terme de son essai sur une mécanique intellectuelle qu’il dénonce comme « circulaire » (notamment du fait de l’usage de la notion d’« utilité ») et tautologique, proposant un récit qui ne change jamais, fondé sur l’expansion métaphorique de la notion d’« entreprise » (p. 174 et suivantes) et sur l’usage des euphémismes (p. 200-202).

9Cet essai qui se lit d’un trait tire sa force de sa rationalité rageuse, de sa verve parfois sarcastique et de la clarté de son propos. Reste que le lecteur est frappé du peu de place demeurant en définitive au sein du raisonnement pour les interstices – voire les failles – qui sont apparus et pourraient apparaître encore, quels que soit la gravité de la situation et le poids économique des « puissants ». Ainsi, il semble que le raisonnement se refuse à intégrer les logiques de compromis, partiels et limités mais éventuellement utiles, que peuvent produire certains processus électoraux. De même, et surtout, l’action politique des « sujets », comme tout ce qui relève de l’intervention des « subalternes » dans l’histoire, demeure certes un des leviers potentiels (à condition d’« apprendre de ses adversaires », comme l’énonce le titre du dernier chapitre), mais elle s’exerce essentiellement dans les coulisses, en dépit de l’appel final à un « optimisme de la raison » (p. 191) et à la reprise d’un combat idéologique fondé sur la centralité de l’éducation (p. 198). Le regret exprimé est sans doute largement dû au sujet choisi et à l’angle adopté pour le traiter (on sait bien qu’il ne faut jamais reprocher à un auteur de ne pas avoir fait ce qu’il n’entendait pas faire !). Cela dit, la « privatisation des cerveaux » (p. 115-116) est-elle si efficace et généralisée qu’elle rende improbable toute réaction (y compris celles que facilitent paradoxalement aujourd’hui les réseaux sociaux et les « conséquences non désirées » et non prévisibles de la mondialisation) ? Heureusement, il existe aussi, en contrepoint, une histoire des grains de sable qui s’insèrent dans le « plan de guerre » inexorable des puissants et qui peuvent l’enrayer, parfois.

Haut de page

Notes

1 M. D’Eramo, Il selfie del mondo: indagine sull’età del turismo, Milan, Feltrinelli, 2017.

2 Id., Via dal vento: viaggio nel profondo sud degli Stati Uniti, Rome, Manifestolibri, 2004.

3 Notons quand même en français la publication de G. Chamayou, La société ingouvernable : une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La Fabrique, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Fournel, « Marco D’Eramo, Dominio: la guerra invisibile dei potenti contro i sudditi », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 09 novembre 2020, consulté le 23 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/5162 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.5162

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fournel

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search