Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25DossierSavonarole : les mots et les gest...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Savonarole : les mots et les gestes d’un prédicateur

Savonarola: parole e gesti di un predicatore
Savonarola: the words and gestures of a preacher
Cécile Terreaux-Scotto

Résumés

Du prédicateur dominicain Jérôme Savonarole, qui disait « mon dire est un faire », on a retenu le « faire » plutôt que le « dire ». Nous savons pourquoi, quand, où, à qui prêchait Savonarole. Mais la question du « comment » reste encore largement inexplorée. Il n’existe en effet pas de travaux sur l’action rhétorique de Savonarole. S’intéresser à cette question, qui n’a pour ainsi dire jamais été traitée, sinon de façon très marginale et secondaire, relève toutefois du paradoxe puisque le prédicateur ne cesse de répéter qu’il ne veut tenir aucun compte des préceptes de la rhétorique, à laquelle il préfère la vérité, la simplicité et l’immédiateté de l’Écriture. Et pourtant, malgré cette posture – qui se révèle purement théorique –, la performance oratoire de Savonarole en chaire est particulièrement efficace puisque, après avoir rebuté son auditoire, il attire à partir de 1494 des foules impressionnantes. Bien que la voix et les gestes d’un prédicateur soient fondamentalement insaisissables en raison de la nature essentiellement orale du sermon, il est possible de dégager des caractéristiques du langage non verbal de Savonarole à partir de ses textes, écrits et prononcés en chaire, ainsi que des témoignages écrits et iconographiques de ses contemporains.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, p. 21.

1Travailler sur les « mots et les gestes », c’est travailler sur des objets non seulement éphémères, mais qui ne laissent généralement pas de traces1. Cela est d’autant plus vrai quand on s’intéresse à la prédication, qui implique de travailler sur des sources en partie insaisissables, puisque les sermons n’ont pas a priori vocation à constituer des textes écrits.

  • 2 Voir G. C. Garfagnini, « Ser Lorenzo Violi e le prediche del Savonarola », dans Id., « Questa è la (...)

2Nous avons cependant la chance de connaître les sermons prononcés par Jérôme Savonarole à Florence entre le 1er novembre 1494 et le 18 mars 1498 grâce au notaire Lorenzo Violi. Les cycles des sermons sur Aggée et Job ont été établis par L. Violi à partir des autographes des schémas latins que Savonarole utilisait pour improviser ses sermons en langue vulgaire une fois qu’il était en chaire. Pour les sermons sur les Psaumes et sur Ezechiel, L. Violi a pris des notes « in substantia ». En revanche, il a transcrit « fideliter », selon l’appréciation de Savonarole lui-même qui les a relus avant leur publication, les sermons sur Amos et Zacharie, sur Ruth et Michée, et sur l’Exode2. Mon enquête s’appuiera ici sur l’ensemble de ces textes, d’une part parce qu’ils peuvent être considérés comme des sources relativement fiables, et d’autre part parce qu’ils ont tous été prononcés dans le même contexte historique, celui de la Florence menacée par les guerres d’Italie et d’où Pierre de Médicis a été chassé le 9 novembre 1494.

3Si nous pouvons nous réjouir de l’existence de ces textes écrits, force est d’admettre qu’ils sont nécessairement en deçà de la performance qui a eu lieu le jour où le sermon a été prononcé – il n’est que de songer à l’expérience spirituelle qui en est à la fois la source et le résultat et qui est par définition bien difficile à cerner. Circonscrit dans le temps, un sermon est également un événement qui n’est pas amené à se répéter. Mais bien que transitoire, il a pour ambition de persuader les membres de l’assemblée qui le reçoivent de se convertir en adoptant une façon de vivre davantage conforme aux exigences chrétiennes. C’est dire à quel point il doit être efficace.

  • 3 Cette question est à l’origine d’une publication récente : L’art de la prédication au XVe siècle : (...)

4Et pourtant, dans l’immensité de la bibliographie savonarolienne, cette question de l’efficacité est rarement abordée : à ma connaissance, aucune étude d’ampleur n’a encore été menée sur le dispositif que le prédicateur met en place pour remporter l’adhésion des fidèles. Nous savons pourquoi, quand, où, à qui parlait Savonarole. Mais la question du « comment » reste encore largement inexplorée3.

  • 4 Sur le lien entre rhétorique et musique, voir M. Formarier, Entre rhétorique et musique : essai su (...)
  • 5 G. Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Librairie générale française, 1992, p. 36. Voir Cic (...)

5La force persuasive d’un sermon dépend de la façon dont il est interprété, comme une partition de musique4, devant l’auditoire. C’est pourquoi la voix et les gestes, qui sont les deux aspects traditionnels de l’action rhétorique5, font partie de la panoplie du prédicateur qu’est Savonarole. Même si, comme nous le verrons dans un premier temps, frère Jérôme déclare que les procédés rhétoriques n’ont pas leur place dans la prédication, nous pouvons analyser, à partir des sermons publiés dans leur intégralité et des témoignages écrits et iconographiques de ses contemporains, comment il donne corps aux mots par le geste et par la voix. Nous verrons enfin par quelle stratégie de communication Savonarole rend tangible le contenu de ses sermons.

  • 6 P. Cinozzi, Estratto d’una epistola fratris Placidi de Cinozis Ordinis Prædicatorum S. Marci de Fl (...)

6Le moins que l’on puisse dire, c’est que les débuts de Savonarole en tant que prédicateur étaient loin d’être prometteurs. Le frère Placido Cinozzi signale ainsi que pendant le carême de l’année 1484, il y avait moins de vingt-cinq personnes, hommes, femmes et enfants compris, à écouter frère Jérôme dans l’église de San Lorenzo. Pourtant grand admirateur et disciple de Savonarole, Cinozzi met cet échec sur le compte de l’incapacité du prédicateur à séduire l’auditoire : « né in gesti né in pronunzia satisfece quasi a nessuno »6.

  • 7 J. Savonarole, Prediche sopra l’Esodo, P. G. Ricci éd., Rome, Angelo Belardetti, 1955, vol. I, p.  (...)

7Savonarole lui-même mentionne au moins à deux reprises sa propre inaptitude à plaire, précisément à cause de son incapacité à donner chair et vie à ses prestations oratoires. Au cours du deuxième sermon sur l’Exode, prononcé le 9 mars 1498, il indique qu’au début il n’avait « nè voce nè petto nè modo di predicare » et que « era in fastidio ad ogni uomo il [su]o predicare »7. Il renchérit dans le De veritate prophetica dyalogus publié à la même époque :

  • 8 Id., Verità della profezia, De veritate prophetica dyalogus, C. Leonardi éd., O. Bucci trad., Flor (...)

Avendo infatti esercitato per dieci anni questo ufficio, per comando dei superiori, ero ritenuto inadattissimo, non solamente a mio giudizio ma anche a quello di tutti coloro che ascoltavano, ad affascinare l’animo degli ascoltatori, che sapevo piuttosto oppressi dalla noia, per il fatto di non avere nessuna grazia né nella voce né nella pronuncia, come anche nei gesti.8

8Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, cette autocritique n’en est pas une. Le prédicateur attribue en effet son absence de succès au choix délibéré qu’il a fait et qu’il fait encore de ne pas employer de fioritures oratoires. S’il ne plaisait pas, c’est tout simplement qu’il ne cherchait pas à plaire, veut-il nous dire. De sorte que l’évaluation sévère et négative de sa propre énonciation nourrit en réalité une posture de refus de l’actio rhétorique.

  • 9 À propos de laquelle on consultera avec profit P. Viti, « Savonarola e i libri », dans G. C. Garfa (...)
  • 10 J. Savonarole, Prediche sopra Giobbe, R. Ridolfi éd., Rome, Angelo Belardetti, 1957, VI, vol. I, p (...)
  • 11 Id., Prediche sopra Aggeo, con il Trattato circa el reggimento e governo della città di Firenze, L (...)
  • 12 Id., Apologeticus de ratione pœticæ artis, dans Id., Scritti fisolofici, G. C. Garfagnini et E. Ga (...)
  • 13 Sur la poésie chez Savonarole, voir G. C. Garfagnini, « Letteratura e letterati negli scritti di G (...)

9Ce rejet s’inscrit dans la polémique bien connue que Savonarole développe contre les philosophes et les poètes9. Rappelons rapidement que selon lui les philosophes ne disent que des « zacchere », parce que, ne voyant que les « cose corporali », ils ne font que des « cose esteriori » et ne peuvent pas pénétrer les « cose spirituali e superne »10. Quant aux poètes, étant donné que, affirme-t-il, « non hanno altro ch’el suono de’ loro versi »11, « impleverunt chartas superbissimis oscuritatibus vanissimisque verborum ornatibus »12. Ce qui fait la nature même de la poésie, à savoir sa beauté, est donc aussi ce qui en fait sa faiblesse, car sans beauté, la poésie n’est rien, elle est vide13.

  • 14 J. Savonarole, Prediche sopra Giobbe, op. cit., II, vol. II, p. 29 et XLII, vol. II, p. 334. Voir (...)
  • 15 Id., Prediche sopra Aggeo, op. cit., XXI, p. 381. Voir Cicéron, L’orateur, op. cit., XXI, 69.

10Pour Savonarole, séduction et persuasion sont donc incompatibles. Dès lors qu’un orateur cherche à plaire, il ne convainc pas, car « il predicar a pompa è cosa che solo diletti l’orecchie, e non muova il cuor dell’uomo »14. Puisque pour émouvoir, au sens étymologique de « mettre en mouvement, pousser », il ne faut donc pas plaire mais instruire, Savonarole recommande d’épurer la prédication de toute philosophie et poésie pour la recentrer sur les Saintes Écritures. En effet, parce qu’elle exprime la vérité, l’Écriture instruit ; parce qu’elle provient de Dieu, elle a une beauté intérieure qui plaît ; et parce qu’elle émeut, elle fait agir. Par conséquent, si « la retorica di Tullio » « illumina, deletta et inclina » « questi effetti, molto più gli fa la Scrittura sacra »15, comme on peut le lire dans le sermon XXI sur Aggée.

  • 16 Id., Verità della profezia, op. cit., p. 99.

11À partir du moment où le prédicateur porte cette parole des Écritures qui a toutes les qualités, il n’a pas à se montrer persuasif, il est persuasif. Voilà pourquoi Savonarole peut revendiquer un art de prêcher dépourvu de tout ornement oratoire, comme il le proclame encore à la fin de l’année 1497 : « E anche adesso, del resto, non uso i ricercati artifici dei retori o qualche altro abbellimento, ma adopero parole semplicissime e familiari. »16

12Étudier l’actio d’un prédicateur qui répète à longueur de sermons qu’il entend ne pas tenir compte des prescriptions de la rhétorique pour développer une pastorale de la simplicité n’est donc pas sans relever du paradoxe. Paradoxe d’autant plus grand que si les sermons des débuts ont attiré peu de monde, il est connu que les sermons des années 1494-1498 captivaient une foule particulièrement nombreuse, qui se compte en plusieurs milliers de personnes.

13Il est dès lors légitime de se demander à quoi est dû un tel succès. Voici en quels termes Simone Filipepi, fervent partisan de Savonarole, le décrit :

  • 17 S. Filipepi, Estratto della Cronaca di Simone Filipepi novamente scoperto nell’Archivio Vaticano, (...)

A vederlo fuor di pergamo parea proprio, come era in fatti, un agnellino pieno di humiltà e carità, a tale che non fu da persona alcuna visto adirarsi per qual si voglia persecutione. Ma in pergamo appariva maggiore che l’ordinaria sua statura non era, mostrando uno animo invitto et virile, nettissimo d’ogni affetto o rispetto mondano, et senza sospetto o paura d’huomo vivente, alla maniera degli antichi propheti, apostoli et martiri.17

  • 18 J. Savonarole, Prediche sopra Aggeo, op. cit., XXI, p. 378.

14D’après ce témoignage, tout se passe comme si frère Jérôme était transformé, voire transfiguré, lorsqu’il prêche. Il ne suggère lui-même pas autre chose lorsque dans le sermon XXI sur Aggée il dit : « fuor di questo luogo io ti parlo come uomo ma quassù la va ad un altro modo »18. Quelque chose se produit donc lorsqu’il est en haut de la chaire – on aurait envie d’écrire sur scène –, et chacun de ses sermons semble être un véritable événement en soi.

  • 19 M.-P. Champetier, « Faits et gestes du prédicateur dans l’iconographie du XIIIe siècle au début du (...)

15Par ailleurs, si les traités sur l’art de prêcher ont donné dès les XIIe et XIIIe siècles des indications précises au sujet des modalités de transmission du message divin, Marie-Paule Champetier a montré comment, depuis le début du XVe siècle, « le statut de la parole de prédication a changé : de traduction de la Parole divine, elle est devenue éloquence au service de la Foi »19.

  • 20 E. Marino, « Il “Breviario” di fra Girolamo Savonarola. Compendio della spiritualità e della predi (...)
  • 21 J. Savonarole, Il Breviario di Frate Girolamo Savonarola, A. F. Verde éd., Florence, Sismel-Edizio (...)
  • 22 Ibid., f. 116 ro, p. 329.

16Or, Savonarole était parfaitement conscient de la dimension oratoire de la prédication, comme le montre la nature des annotations qu’il a portées dans son Bréviaire et qu’a examinées Eugenio Marino20. Les notes du prédicateur portent en effet aussi bien sur le contenu théologique des sermons que sur la façon dont il allait les prononcer. Par exemple, il indique qu’il s’adressera « avec douceur » à son auditoire pour la fête de l’Ascension21. Le récit de la Passion le jour du Vendredi saint sera au contraire dit d’une voix très forte ; pour cette célébration, Savonarole signale aussi les gestes à accomplir, à savoir brandir le crucifix, donner la bénédiction, puis partir : « Et elevato crucifixo, clama et da benedictionem et vade. »22

17Ces indications portent à croire que le refus de l’actio rhétorique est une pure posture théorique et que dans sa pratique quotidienne, Savonarole a fait un usage réfléchi et calculé de sa voix et de ses gestes. Dans ces conditions, il est légitime d’analyser quel langage du corps il emploie lorsqu’il prêche.

  • 23 On trouvera un développement à ce propos dans C. Terreaux-Scotto, « L’efficacité rhétorique de Sav (...)

18Pour commencer, le simple fait de se donner à voir aux Florentins est signifiant. Ainsi, alors qu’un bref pontifical du 16 octobre 1495 avait interdit à Savonarole de prêcher, il remonte en chaire, à la demande de la seigneurie florentine, dès le 17 février 1496. À cette occasion, il tient des propos paradoxaux. En effet, au lieu de justifier, comme on pourrait s’y attendre, sa prise de parole qui va à l’encontre de l’autorité pontificale, il fournit des explications quant à son silence de l’automne 1495. Expliquer un silence dont les causes étaient de notoriété publique permet à Savonarole de présenter a contrario sa prise de parole comme allant de soi. Il signifie par là que l’anomalie et l’aberration sont du côté du silence, comme si, d’une certaine façon, il ne faisait qu’un avec l’acte de prêcher, comme s’il ne se définissait que par la parole. Avant même de se faire entendre, sa seule présence sur la chaire devient donc éloquente23.

  • 24 J. Savonarole, Prediche sopra Amos e Zaccaria, op. cit., XI, vol. I, p. 303 ; « …visus est spiritu (...)
  • 25 Sur cette fonction de l’exemplum, voir C. Delcorno, Exemplum e letteratura tra Medioevo e Rinascim (...)

19Cette force de la simple apparition du prédicateur est certes à relier à la traditionnelle prédominance de la vue sur les autres sens. Paraphrasant Thomas d’Aquin, Savonarole rappelle dans le sermon XI sur Amos que « l’occhio […] è più nobile che nessuno de’ sensi esteriori »24. Mais en bravant l’interdiction pontificale de parler, Savonarole se présente en fait comme un modèle à imiter. Il incarne en effet une désobéissance qui selon lui est légitime dès lors qu’il s’agit d’obéir à l’autorité supérieure de Dieu. Plutôt que de multiplier les exhortations à désobéir au nom de la réforme, Savonarole incarne cette désobéissance, il est lui-même l’exemplum à la fonction d’imago agens cher à la culture dominicaine25. Le simple fait d’apparaître sur la chaire avant même de se faire entendre a une valeur agissante, le moyen – prêcher – se confondant avec la fin – désobéir au pape.

20Si bien que Savonarole donne aux Florentins le signe de son innocence et de sa détermination. C’est ce que Giovanni Bonifaccio définira comme un « cenno », c’est-à-dire « un’atto, o gesto del corpo, co’l quale senza parlare alcuna cosa significhiamo », cette « muta eloquenza », cette « gestuosa favella », bien plus naturelle que la « vocale favella », qui de son côté est artificielle, d’autant que les signes, explique G. Bonifacio, sont partagés par tous les hommes, ce qui n’est pas le cas des mots, qui sont au contraire choisis par les individus. De fait, comme nous allons le voir, la codification des gestes qui remonte à l’Antiquité permet d’interpréter les postures adoptées par frère Jérôme.

  • 26 Il s’agit là d’une question qui mérite d’être creusée, en parallèle de celle de l’enregistrement é (...)

21Il existe de nombreuses représentations de Savonarole en train de prêcher26. La plus significative (et parmi les plus connues) est sans doute la xylographie qui orne le Compendio di revelatione publié le 1er septembre 1495. Sur cette œuvre probable de l’orfèvre, imprimeur et graveur Bernardo Cennini, on voit frère Jérôme en train de prêcher dans le dôme de Florence (voir l’illustration ci-dessous).

Savonarole prêchant dans le dôme de Florence

Savonarole prêchant dans le dôme de Florence

Xylographie extraite de J. Savonarole, Compendio di rivelazioni, ad instanti di ser Piero Pacini da Pescia, Florence, 23 avril 1496. Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze, Sav. 146, f. a1 ro.

© Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze

  • 27 C. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique, Bruxelles, (...)

22Il est debout et de profil, penché vers ses fidèles, dans l’attitude propre aux représentations des orateurs. Ce mouvement corporel fait écho à l’intimité et à la proximité verbales que Savonarole noue avec son auditoire à travers les multiples adresses qu’il exprime très souvent à la deuxième personne du pluriel ou du singulier : « je vous le dis » ou « je te le dis », écho à la formule christique unanimement attestée par les quatre Évangiles. Pour le dire avec Chaïm Perelman, de telles figures de communion permettent de « faire participer activement l’auditoire à son exposé, le prenant à partie, sollicitant son concours, s’assimilant à lui »27.

23Par ailleurs, l’avant-bras gauche du prédicateur est posé sur le rebord de la chaire, le pouce replié et les quatre doigts de la main tendus, dans un geste qui exprime son autorité pédagogique sur l’assemblée, tandis qu’il fait un geste de menace de sa main droite, l’index tendu au bout d’un bras tourné vers son épaule et les trois derniers doigts repliés et serrés contre son pouce. Ce geste, qui dans la codification de Quintilien sert à « reprocher » et à « indiquer », est emblématique de la commination. Lieu rhétorique renvoyant à la dimension morale et religieuse caractéristique du genre sermonnaire, il constitue le pivot de la prédication savonarolienne, puisque frère Jérôme avertit inlassablement les Florentins qu’ils doivent se convertir, et rapidement, pour échapper au châtiment de Dieu.

  • 28 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, op. cit., p. 258.

24Le geste matérialise donc le mot, il exprime « l’idée de la parole », comme le formule Jean-Claude Schmitt28, et ce aussi bien pour attirer l’attention de l’auditoire que pour le guider dans sa réflexion, tout en nouant une relation de proximité avec lui.

  • 29 S. Filipepi, Estratto della Cronaca di Simone Filipepi, op. cit., p. 475.
  • 30 A. Condivi, Vita di Michelangelo Buonarroti, raccolta per Ascanio Condivi de la Ripatransone, Rome (...)

25Même si l’ouïe n’est pas considérée comme le sens le plus important, le premier instrument de l’exercice oral qu’est la prédication est bien sûr la voix. Celle de Savonarole a frappé les esprits. S. Filipepi parle d’une « cosa miracolosa »29 et Ascanio Condivi nous dit que Michel-Ange ne l’a jamais oubliée : « restandogli anchor nella mente la memoria della sua viva voce »30. Plusieurs des biographes de l’artiste affirment même qu’il aurait quitté la ville de Florence sous le coup de la peur qu’il a ressentie en entendant le sermon prononcé le 21 septembre 1494 après l’entrée à Gênes du roi Charles VIII, ce qui montre à quel point les contemporains considèrent les sermons savonaroliens comme une énonciation performante.

  • 31 Voir à sujet J. Ravat, « Actions, émotions, motivation : fondements psychologiques du raisonnement (...)
  • 32 J. Savonarole, Compendio di revelazioni: testo volgare e latino, A. Crucitti éd., Rome, Angelo Bel (...)
  • 33 Pour respecter l’espace qui m’est imparti, je renonce ici à l’analyse des représentations du visag (...)

26Le prédicateur sait que dans le processus de persuasion, qui doit pousser l’auditoire à croire, à vouloir et à faire quelque chose de lui-même, comme si c’était lui qui avait cru, voulu ou fait ce qui lui est indiqué, les émotions tiennent une place essentielle. Ce sont les émotions qui poussent à agir, autant, si ce n’est plus, qu’une somme d’arguments rationnels31. Il suffit de penser à l’étymologie du terme « émotion » pour le constater, puisque comme le mot « motivation », il vient du latin « movere », qui signifiait « mettre en mouvement ». Ce n’est pas un hasard si c’est un dérivé de ce verbe, « commuovere », que Savonarole emploie lorsqu’il rapporte combien Giovanni Pico della Mirandola avait été bouleversé lorsqu’il l’avait entendu prononcer le verset de la Genèse annonçant le déluge sur la terre : « El conte Ioanni della Mirandola […] mi disse che a quelle parole tutto si sentì commuovere e arriciarsi e’ capelli. »32 Frère Jérôme souligne ainsi l’efficacité persuasive de sa prédication, sa voix étant l’élément clé d’un discours incarné qui sait susciter l’émotion nécessaire à l’action33.

27À ce sujet, un passage du sermon III sur les Psaumes mérite d’être cité malgré sa longueur.

  • 34 Id., Prediche sopra i Salmi, V. Romano éd., Rome, Angelo Belardetti, 1969, vol. I, p. 57-58.

Ricordati ancora che io ti dissi che pel passato io ero stato il padre verso di te e Dio era stata la madre, perché io t’avevo ripreso acramente e acerbamente e gridato con alta voce che tu ti convertissi, come fa il padre che riprende con diligenzia e’ figliuoli; e che io volevo essere ora la madre e che Iddio vuole essere il padre: sì come la madre, quando vede il figliuolo che erra, ella lo minaccia e grida e dice di dirlo al padre, come verrà, e di farlo gastigare; di poi, quando il padre è venuto, lei non lo accusa, ma dice: – Se tu cadi mai più in questo errore, io ti farò gastigare a tuo padre –, così, benché io vi riprendo adesso, io non vi reprendo con quella veemenzia e asprezza che facevo, perché veggo il padre, cioè Iddio è venuto per gastigare. E però vi dico e prego con voce umile e bassa: figlioli mia, fate penitenzia, fate penitenzia.34

28Savonarole insiste ici sur la dimension pastorale de sa prédication, qui fait de lui une figure parentale. Il fait écho à ce que décrit Paul dans son épître aux Thessaloniciens, qui explique que pour susciter l’engagement, il faut jouer à la fois de la douceur réconfortante d’une mère et de l’exhortation ferme d’un père (1, 2.7 et 1, 2.12). Mais il est intéressant pour notre propos de souligner que Savonarole justifie et explique ses propres modulations de voix en fonction du contenu qu’il veut transmettre. Plus exactement, le timbre et l’intensité de sa voix correspondent aux émotions qu’il veut susciter, entre la peur et la confiance.

29Ce jeu sur les émotions éclaire l’importance que Savonarole donne au chant. Pour évoquer la réforme morale, religieuse et politique qu’il souhaite, il appelle à « fare un cantico nuovo », en écho au Psaume 143 de David. Rien d’étonnant à cela, si l’on songe que le premier chant de la Bible est celui de Moïse, après que le peuple d’Israël a traversé la mer Rouge et qu’il loue Dieu de l’avoir libéré. De la même façon, les Florentins doivent louer Dieu pour avoir fait de leur cité une cité élue.

  • 35 Sur les chants des enfants, voir P. Macey, « Savonarola and the boys of Florence: songs and politi (...)
  • 36 M. Ferrara, Savonarola: prediche e scritti commentati e collegati da un racconto biografico, l’inf (...)

30Les chants des enfants, qui d’après frère Jérôme ont justement adhéré au projet de réforme voulu par Dieu pour Florence, ont un pouvoir particulièrement performatif35. Aux dires des chroniqueurs tels que le pseudo-Burlamacchi et S. Filipepi, les Florentins se croyaient au paradis lorsque les plus jeunes chantaient. Les chants deviennent par ailleurs un instrument de propagande, puisque les cantiques religieux remplaceront à partir de 1496 les chants traditionnels. Viva viva in nostro core, un texte à la gloire de Jésus composé dans le milieu savonarolien, emprunte par exemple la structure métrique et rythmique du Trionfo di Bacco, dans lequel Laurent le Magnifique, célébrant la jeunesse, incitait à jouir des plaisirs de la vie. Par le chant, la « vecchia usanza » dénoncée par Savonarole est ainsi symboliquement remplacée par la « nuova consuetudine » qu’il appelle de ses vœux. Les chansons de Girolamo Benivieni invitant à la pénitence et au mépris des biens terrestres sont d’ailleurs reprises en chœur par les fidèles et en particulier par les enfants au cours des processions et des bûchers des vanités36.

31Il faut dire que par sa dimension lyrique, le chant suscite davantage l’émotion que la simple parole. Ses sonorités, son rythme et sa mélodie le rendent plus accessible qu’un discours abstrait et favorisent le rassemblement. De plus, le chant engage l’être tout entier, le corps, l’âme et l’esprit ; aussi n’est-ce pas un hasard si on a pu attribuer à saint Augustin la formulation « chanter, c’est prier deux fois ».

  • 37 J. Savonarole, Prediche sopra Aggeo, op. cit., XVIII, p. 307.

32Dans le sermon XVIII sur Aggée, Savonarole s’attarde sur le processus qui conduit jusqu’aux cœurs des fidèles sa voix, qu’il définit dans le sillage de Cicéron comme l’« instrumento dell’anima »37. La voix du prédicateur active le sens de l’ouïe et atteint les oreilles des auditeurs ; ensuite l’âme transmet cette voix à l’intelligence ; si le destinataire est bien disposé, alors la voix le pénètre et l’auditeur reçoit la grâce de Dieu, ce qui lui permet de connaître les choses divines.

  • 38 Ibid., p. 308. Voir aussi Id., Prediche sopra Ruth e Michea, V. Romano éd., Rome, Angelo Belardett (...)

33Pour que ce processus s’accomplisse, le prédicateur doit être lui-même réceptif à l’Esprit saint. Car comme l’explique Paul dans l’épître aux Thessaloniciens que nous avons déjà citée, la prédication dépasse le discours qui transmet une parole d’homme ; la prédication est « puissance, action de l’Esprit saint, pleine certitude » (1 Thessaloniciens 1.5), autrement dit, c’est une parole de Dieu (1 Thessaloniciens 2.13). C’est pourquoi rien ne vaut, aux yeux de Savonarole, l’exemple des apôtres : comme ils « predicavano semplicemente, perchè avevano quella grazia del Spirito santo, penetravano le voci loro ogni cuore »38.

  • 39 Id., Prediche sopra i Salmi, op. cit., III, vol. I, p. 46.
  • 40 Id., Prediche sopra Ezechiele, R. Ridolfi éd., Rome, Angelo Belardetti, 1955, VI, vol. I, p. 69 ; (...)

34Dans cette perspective, les artifices rhétoriques ne peuvent qu’être superflus et contre-productifs, puisque Savonarole veut énoncer une parole qui coïncide immédiatement et parfaitement avec sa propre pensée. Or ce processus psychologique, intellectuel et spirituel d’immédiateté qui fait correspondre parole et pensée, ou en d’autres termes voix et argument, actio et inventio, appartient aux prophètes qui, dit Savonarole, « congiungono le parole di fuori con quelli di dentro »39. Lui-même est de ceux-là, proclame-t-il, lui que Dieu a choisi pour annoncer les événements à venir et faire en sorte que les Florentins soient prêts à la réforme. Le prédicateur devient dès lors l’instrument vocal par lequel Dieu parle, la caisse de résonance qui transcrit la voix divine : « Cristo è quello che prèdica e non noi. »40 Les sons émis par Savonarole donnent chair à ce que Dieu veut communiquer aux Florentins. De ce fait, la prédication est une expérience qui rend sensible ce qui est du domaine de l’intelligible.

  • 41 M. Bouttier, « Quand Jésus parle de vérité, quand Jésus parle en vérité », Autres Temps : cahiers d (...)
  • 42 J. Savonarole, Prediche sopra Ruth e Michea, op. cit., II, vol. I, p. 56.

35Ce processus est matérialisé par l’adverbe « così », par lequel Savonarole fait précéder ses adresses aux Florentins, et qui fait écho au mot « amen » qu’emploie Jésus dans les Évangiles lorsqu’il s’adresse à la foule41. Tout comme le mot « amen » relie Jésus au Seigneur et scelle l’alliance entre Dieu et son peuple, Savonarole, médiateur entre Dieu et son peuple, répond, avec l’adverbe « così », à une communication divine qu’il transmet ensuite à son auditoire. Par sa voix, par les mots qu’il prononce en chaire, le prédicateur rend ainsi tangible ce qui est de l’ordre de l’indicible. C’est ce qu’il exprime parfaitement dans le sermon II sur Ruth : « La fede io te l’ho provata con tante ragioni, che oramai tu la tocchi con mano […] »42.

  • 43 Id., Prediche sopra Ezechiele, op. cit., XIII, vol. I, p. 170. Voir Thomas d’Aquin, Somme contre l (...)

36Cette remarque est à relier à l’assertion thomiste selon laquelle « ogni nostra cognizione procede dal senso »43 et que Savonarole fait sienne. Dans le troisième sermon sur les Psaumes, le prédicateur fait non seulement de la vision et de l’ouïe, mais aussi du toucher, des arguments destinés à convaincre.

  • 44 J. Savonarole, Prediche sopra i Salmi, op. cit., III, vol. I, p. 41. Voir aussi Id., Prediche sopr (...)

Ma veramente tu debbi credere, perché delle cose che io t’ho predicate ne vedi già verificare una gran parte insino a qui, e dicoti che si verificherà ancora il resto e non fallirà una iota; e io ne sono certo più che non se’ tu che dua e dua fa quattro, e più che io non sono certo che io tocco questo legno di questo pergamo, perché questo lume è più certo che non è il senso del tatto.44

  • 45 Sur l’importance de la vision chez Savonarole, voir J.-M. Rivière, « Le “bruit visuel” dans les Se (...)

37La matérialité de la chaire sert de point d’appui à la spiritualité, conformément à l’enseignement de Thomas d’Aquin qui identifie vision et connaissance : si les fidèles peuvent voir et entendre Savonarole, et si Savonarole est encore plus convaincu de ce qu’il annonce que de ce qu’il éprouve par ses sens, alors les Florentins peuvent et doivent croire ses prophéties, démontre-t-il de façon syllogistique. L’expérience sensible et immédiate, dans laquelle énonciation et énoncé coïncident, permet ainsi l’appréhension d’une dimension spirituelle45.

38Ce va-et-vient entre la matérialité de la chaire et la spiritualité du sermon nourrit un processus de persuasion qui s’appuie sur la proximité sensorielle entre prédicateur et auditoire. Par le geste, la voix et le toucher, le prédicateur transforme le contenu de son discours, qui peut être rationnel ou bien de l’ordre de l’indicible, en émotions qui activent les sens et qui à leur tour favorisent la compréhension spirituelle. La voix du prédicateur nourrie par l’Esprit saint est dès lors la voie pour parvenir au cœur des Florentins.

  • 46 B. Cerretani, Storia fiorentina, G. Berti éd., Florence, Olschki, 1994, p. 193.
  • 47 J. Savonarole, Prediche sopra Aggeo, op. cit., II, p. 34-35.
  • 48 Voir entre autres sur ce point L. Bolzoni, « Descrizione come educazione dello sguardo nei predica (...)
  • 49 E. Doudet, art. cité.

39Emblématique à cet égard est la description par Bartolomeo Cerretani de la construction de l’arche de pénitence imaginée par Savonarole pour sauver les Florentins repentants : « cominciò a predichare et cominciò a edifichare una archa, come fe’ nel testamento vechio Noè, et in ogni predica edifichava et commetteva quatro assi chon espositioni mirabili »46. Le prédicateur apparaît ainsi comme un charpentier qui réussit à bâtir par la seule force de la parole, B. Cerretani parvenant parfaitement à saisir comment un contenu immatériel peut finir par prendre une forme matérielle. Quant à Savonarole, il s’appuie sur les procédés de l’ecphrasis pour évoquer l’arche : « Venite, entriamo nell’arca […]. Vieni, che io ti piglio per mano e conducoti nell’arca. Entri dentro chi ha fatto vera penitenzia […] »47. L’imagination, dont J.-C. Schmitt a souligné l’importance dans l’interprétation des images médiévales, permet aux fidèles de se nourrir, par l’ouïe et la vue, de l’image matérielle du prédicateur, qui à leur tour les conduit vers une image qui fait appel à leur sens du toucher. Une image verbale – l’arche faite de mots – se transforme alors en image mentale – l’arche comme lieu de refuge – destinée à influencer leur vie spirituelle – le besoin de faire pénitence48. On est là au cœur de l’art de la prédication, qui « a été le laboratoire puis le conservatoire d’un imaginaire médiatique reposant sur l’analogie entre discours spirituel et technique de visualisation », pour reprendre la formule incisive d’Estelle Doudet49.

  • 50 J. Savonarole, Verità della profezia, op. cit., p. 99.

40Pour nourrir les émotions et les sens de ses fidèles, Savonarole dit préférer l’inventio, qui lui est inspirée par Dieu, à l’actio, qui n’offre d’après lui qu’une enveloppe esthétique factice et inefficace : « Mi è testimone Dio, infatti, che io non penso alle parole che dico, né controllo la misura dei gesti, ma sono solo attento a seguire il mio pensiero e mi lascio semplicemente condurre là dove mi attira il movimento interno dei miei ragionamenti e il fervore dello spirito. »50 Mais l’analyse de la façon dont il se sert de ses gestes et de sa voix lorsqu’il est en chaire montre que Savonarole déploie au contraire une véritable stratégie de communication non verbale.

41Emblématique à cet égard est le métadiscours qu’il tient sur sa propre prédication, et qui prend souvent la forme de didascalies constituant autant de commentaires sur sa présence en chaire.

  • 51 Id., Prediche sopra Giobbe, op. cit., X, vol. I, p. 172.

42Ainsi, dans le sermon X sur Job, pour conclure une série d’arguments par lesquels il a tenté de persuader les Florentins de faire pénitence, il déclare : « E però io esclamo e grido: Fate penitenzia, attendete a viver cristianamente e non v’incresca, per amore di Dio e per salute vostra, far sempre bene; e io farò per voi quanto potrò, quando Dio ne inspirerà e voi non desistete dalle orazioni. »51 Après avoir épuisé tous les arguments relevant de la logique et les arguments correspondant à ses valeurs – le logos et l’ethos –, il lui reste à s’en remettre aux émotions – le pathos. Il n’est donc pas surprenant qu’il modifie l’intensité de sa voix dans la péroraison.

  • 52 Loc. cit.
  • 53 Sur cette question peut-être parfois trop négligée du martyre, voir C. Terreaux-Scotto, « “Uno cap (...)

43Mais tout se passe en définitive comme si la mise en scène de la parole, climax de la gradation qui a précédé, était un argument en soi. Le fait que Savonarole utilise la figure de l’exclamation pour introduire une séquence d’exhortation appelant à la pénitence suggère que, après être allé au bout de l’inventio en présentant tous les arguments pertinents pour que les Florentins fassent pénitence, il s’en remet à l’actio et se repose sur la force de conviction de sa voix. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le crescendo de sa voix coïncide avec l’annonce d’un ultime argument, celui de l’implication pleine et entière du prédicateur qu’il est aux côtés de ses ouailles : « io farò per voi quanto potrò »52. Savonarole noue là avec les Florentins une intimité très forte qui porte d’une part les accents de la figure maternelle, sous les traits de laquelle il aime souvent se présenter, comme nous l’avons déjà vu, et d’autre part les échos du martyre auquel il se dit prêt53.

  • 54 D. Laroche-Bouvy, « Les pauses et les silences dans l’interaction verbale », Langage et société, n(...)
  • 55 Voir à ce sujet M. Versiero, « Efficacia retorica e politica delle metafore animalistiche nella pr (...)

44D’une façon semblable, frère Jérôme annonce tous les silences qu’il impose à l’assemblée, comme s’il voulait décrire la mise en scène de son sermon. La formulation « posiamoci un poco », qui le place dans une relation de communion avec ses fidèles, est très fréquente. D’autres formulations instaurent un lien de verticalité, soit qu’il demande à son auditoire de le laisser souffler (« lasciami riposare »), soit qu’il lui ordonne de faire une pause (« pòsati un poco »), avant d’entamer une nouvelle séquence, souvent annoncée par « seguitiamo » ou « seguiteremo il resto ». Dans tous les cas, il ne s’agit ni de pauses syntaxiques, ni de pauses d’hésitation, ni de pauses d’interaction destinées à passer la parole à un interlocuteur54. Nous sommes au contraire devant des interruptions volontaires et calculées de la transmission verbale, qui ont pour but de scander la durée du sermon. En faisant silence, frère Jérôme ménage ses forces ; d’un autre côté, il stimule aussi la concentration de ses auditeurs. Mais surtout, en demandant le silence, il s’impose comme le chef d’orchestre parfaitement maître de son propos. À cet égard, il est significatif qu’il nomme ce processus qui consiste à produire une illusion visuelle pour faire voir l’invisible par la parole : c’est « l’immaginazione » par laquelle il décrit ses visions dans le sermon III sur les Psaumes55. Autrement dit, on est bien loin de la spontanéité du sermon qu’il revendique pourtant.

  • 56 J. Savonarole, Prediche sopra i Salmi, op. cit., VI, vol. I, p. 102-103. Voir aussi Id., Prediche (...)

45Pour conclure, rappelons que frère Jérôme répète inlassablement qu’il veut prêcher à la manière des apôtres qui « più hanno inclinato e più hanno possuto […] con la nuda e semplice verità, che gli oratori con le loro ornate parole e con le loro orazioni piene di eloquenzia »56. Puisqu’il invite les Florentins à imiter les saints, les apôtres et les martyrs, lui-même concevra une prédication conforme à leur idéal de simplicité. Mais il ne prêche pas avec simplicité parce qu’il ignorerait les codes rhétoriques, ni même parce qu’il les réfuterait. Au contraire, il les utilise parfaitement, mais de telle manière qu’il donne l’illusion qu’il ne s’agit pas d’une construction artificielle, mais d’une élaboration tout à fait naturelle de son discours – ce que Baldassare Castiglione codifiera quelques années plus tard sous le nom de « sprezzatura », qui consiste à faire apparaître comme naturel ce qui est fruit de l’apprentissage. De la même façon que Castiglione ne veut pas faire du courtisan un métier, mais une façon d’être, Savonarole veut apparaître non pas comme un prédicateur qui maîtrise toutes les règles de l’ars prædicandi (ce qu’il est pourtant), mais comme un prophète inspiré qui ne fait que transmettre la parole que Dieu lui a confiée – comme s’il le faisait malgré lui.

46Frère Jérôme commence d’ailleurs à avoir du succès à partir du moment où les prophéties qu’il avait énoncées dans les années 1480 servent de clé de lecture pour interpréter les événements florentins, comme il le fait dire à son interlocuteur dans le De veritate prophetica :

  • 57 Id., Verità della profezia, op. cit., p. 101. C’est moi qui souligne.

Ho inteso, non da te ma da altri che ti hanno conosciuto (e come tu esso racconti) quale predicatore poco colto e poco piacevole tu fossi un tempo e come solo pochi ti sopportavano con pazienza. E il fatto che poi, dopo il dono infuso in te dall’alto, tu sia apparso trasformato dimostra benissimo che la tua dottrina non proviene da te.57

47Pour persuader les Florentins, il se présente donc en prophète prêt au martyre, déployant un discours qu’il présente comme provenant de Dieu et ayant de ce fait une autorité indiscutable.

  • 58 G. F. Pico della Mirandola, Vita di Hieronimo Savonarola (volgarizzamento anonimo), R. Castagnola (...)

48Son efficacité provient dès lors d’une actio inspirée qui transforme les fidèles, comme le suggère Giovanni Francesco Pico della Mirandola : « Proferiva con voce chiara et acuta con la faccia non solo fervente, ma di ardore piena, con bellissimi gesti. Et tanto nelli orecchi, anzi nel cuore delli auditori entravano le sua parole, che tenendoli attenti, quasi di sé faceva uscire. »58

  • 59 J. Savonarole, Il quaresimale del 1491: la certezza profetica di un mondo nuovo, testo latino seco (...)

49Sauf que la dimension prophétique, certes fondamentale, ne peut pas être la seule clé de lecture de ce succès. Si la prédication savonarolienne est efficace, si elle est performante au point que les contemporains parlent de transfiguration des fidèles autant que du prédicateur, c’est parce que frère Jérôme déploie un arsenal d’outils rhétoriques. À partir du moment où il veut intervenir dans l’histoire en faisant de la parole prophétique une parole politique, la simple énonciation de ce qui va advenir ne suffit pas : pour convaincre les Florentins de la validité de sa prophétie et les exhorter à agir, et agir vite, il recourt aux artifices de la persuasion tout en les déployant sous l’apparence de l’immédiateté et de la simplicité. Ainsi met-il en application la règle qu’il avait énoncée dès 1491, devançant l’importance de la « qualité des temps » machiavélienne : « Oportet mutare modum predicandi quia tempus docet […] »59.

Haut de page

Notes

1 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, p. 21.

2 Voir G. C. Garfagnini, « Ser Lorenzo Violi e le prediche del Savonarola », dans Id., « Questa è la terra tua »: Savonarola a Firenze, Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2000, p. 3-27 ; Id., « Lorenzo Violi e il Savonarola », introduction à L. Violi, Le Giornate, G. C. Garfagnini éd., Florence, Olschki, 1986, p. IX-LXI.

3 Cette question est à l’origine d’une publication récente : L’art de la prédication au XVe siècle : efficacité rhétorique et figurative, J.-M. Rivière et C. Terreaux-Scotto éd., Cahiers d’études italiennes, no 29, 2019. En ligne :
[https://journals.openedition.org/cei/5580] (consulté le 02/11/2019). Elle est aussi au cœur d’un ouvrage en cours de rédaction : C. Terreaux-Scotto, L’édifice des sermons savonaroliens : rhétorique et politique à Florence au XVe siècle.

4 Sur le lien entre rhétorique et musique, voir M. Formarier, Entre rhétorique et musique : essai sur le rythme latin antique et médiéval, Turnhout, Brepols, 2014.

5 G. Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Librairie générale française, 1992, p. 36. Voir Cicéron, L’orateur, A. Yon éd. et trad., Paris, Les Belles Lettres, 1964, XVII, 55 ; Id., Brutus, J. Martha éd. et trad., Paris, Les Belles Lettres, 1960, XXXIII, 141 ; Quintilien, Institution oratoire, H. Bornecque éd. et trad., Paris, Garnier frères, 1954, vol. IV, XI, 3, 14.

6 P. Cinozzi, Estratto d’una epistola fratris Placidi de Cinozis Ordinis Prædicatorum S. Marci de Florentia, De vita et moribus reverendi patris fratris Hieronimi Savonarole de Ferraria, fratri Iacobo Siculo, eiusdem Ordinis vicarius generalis (sic), post mortem dicti Prophete, dans J. Savonarole, Scelta di prediche e scritti di fra Girolamo Savonarola con nuovi documenti intorno alla sua vita, P. Villari et E. Casanova éd., Florence, G. C. Sansoni, 1898, p. 11.

7 J. Savonarole, Prediche sopra l’Esodo, P. G. Ricci éd., Rome, Angelo Belardetti, 1955, vol. I, p. 50.

8 Id., Verità della profezia, De veritate prophetica dyalogus, C. Leonardi éd., O. Bucci trad., Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 1997, livre V, p. 99.

9 À propos de laquelle on consultera avec profit P. Viti, « Savonarola e i libri », dans G. C. Garfagnini éd., Una città e il suo profeta: Firenze di fronte al Savonarola, Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2001, p. 159-182.

10 J. Savonarole, Prediche sopra Giobbe, R. Ridolfi éd., Rome, Angelo Belardetti, 1957, VI, vol. I, p. 97.

11 Id., Prediche sopra Aggeo, con il Trattato circa el reggimento e governo della città di Firenze, L. Firpo éd., Rome, Angelo Belardetti, 1965, XI, p. 182.

12 Id., Apologeticus de ratione pœticæ artis, dans Id., Scritti fisolofici, G. C. Garfagnini et E. Garin éd., Rome, Angelo Belardetti, 1982, vol. I, p. 242. Pour une traduction française, voir Id., La fonction de la poésie, B. Pinchard éd. et trad., Lausanne, L’Âge d’Homme, 1989, p. 136.

13 Sur la poésie chez Savonarole, voir G. C. Garfagnini, « Letteratura e letterati negli scritti di Girolamo Savonarola », dans Id., « Questa è la terra tua », op. cit., p. 405-417.

14 J. Savonarole, Prediche sopra Giobbe, op. cit., II, vol. II, p. 29 et XLII, vol. II, p. 334. Voir aussi Id., Prediche sopra Amos e Zaccaria, P. Ghiglieri éd., Rome, Angelo Belardetti, 1971, XLVII, vol. III, p. 363.

15 Id., Prediche sopra Aggeo, op. cit., XXI, p. 381. Voir Cicéron, L’orateur, op. cit., XXI, 69.

16 Id., Verità della profezia, op. cit., p. 99.

17 S. Filipepi, Estratto della Cronaca di Simone Filipepi novamente scoperto nell’Archivio Vaticano, dans J. Savonarole, Scelta di prediche e scritti…, op. cit., p. 475-476.

18 J. Savonarole, Prediche sopra Aggeo, op. cit., XXI, p. 378.

19 M.-P. Champetier, « Faits et gestes du prédicateur dans l’iconographie du XIIIe siècle au début du XVe siècle », Médiévales, no 16-17, 1989, p. 206. Sur l’action oratoire, voir T.-M. Charland, Artes prædicandi : contribution à l’histoire de la rhétorique au Moyen Âge, Paris, Ottawa, Vrin, Institut d’études médiévales, 1936, p 219-226.

20 E. Marino, « Il “Breviario” di fra Girolamo Savonarola. Compendio della spiritualità e della predicazione del Domenicano », Memorie domenicane, no 30, 1999, p. 447-469.

21 J. Savonarole, Il Breviario di Frate Girolamo Savonarola, A. F. Verde éd., Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 1999, f. 129 vo, p. 343.

22 Ibid., f. 116 ro, p. 329.

23 On trouvera un développement à ce propos dans C. Terreaux-Scotto, « L’efficacité rhétorique de Savonarole : l’exemple du premier sermon sur Amos et Zacharie », Cahiers d’études italiennes, no 29, 2019. En ligne : [https://journals.openedition.org/cei/6138] (consulté le 02/11/2019).

24 J. Savonarole, Prediche sopra Amos e Zaccaria, op. cit., XI, vol. I, p. 303 ; « …visus est spiritualior inter omnes sensus » ; Thomas d’Aquin, Sentencia De sensu, traité 1, leçon 6, note 1.

25 Sur cette fonction de l’exemplum, voir C. Delcorno, Exemplum e letteratura tra Medioevo e Rinascimento, Bologne, Il Mulino, 1989, en particulier p. 10.

26 Il s’agit là d’une question qui mérite d’être creusée, en parallèle de celle de l’enregistrement écrit des sermons de Savonarole : quand, comment et pourquoi ont été diffusées des images du prédicateur ?

27 C. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008, p. 240.

28 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, op. cit., p. 258.

29 S. Filipepi, Estratto della Cronaca di Simone Filipepi, op. cit., p. 475.

30 A. Condivi, Vita di Michelangelo Buonarroti, raccolta per Ascanio Condivi de la Ripatransone, Rome, Antonio Blado, 1553, p. 48.

31 Voir à sujet J. Ravat, « Actions, émotions, motivation : fondements psychologiques du raisonnement pratique », Le Philosophoire, no 29, 2007, p. 82.

32 J. Savonarole, Compendio di revelazioni: testo volgare e latino, A. Crucitti éd., Rome, Angelo Belardetti, 1974, p. 11.

33 Pour respecter l’espace qui m’est imparti, je renonce ici à l’analyse des représentations du visage (ou des visages ?) de Savonarole. La façon dont ce reflet des passions invisibles est vu par les contemporains du prédicateur est sans nul doute une source importante pour comprendre et mesurer la performativité de ses sermons.

34 Id., Prediche sopra i Salmi, V. Romano éd., Rome, Angelo Belardetti, 1969, vol. I, p. 57-58.

35 Sur les chants des enfants, voir P. Macey, « Savonarola and the boys of Florence: songs and politics », dans A. M. Busse Berger et J. Rodin éd., The Cambridge History of Fifteenth-Century Music, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 486-508.

36 M. Ferrara, Savonarola: prediche e scritti commentati e collegati da un racconto biografico, l’influenza del Savonarola sulla letteratura e l’arte del Quattrocento…, Florence, Olschki, 1952, vol. I, p. 13-16. Sur Girolamo Benivieni, D. Weinstein, Savonarole et Florence : prophétie et patriotisme à la Renaissance, M.-F. de Paloméra trad., Paris, Calmann-Lévy, 1973, p. 213-227 ; Istituto della Enciclopedia italiana, Dizionario biografico degli Italiani, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1966, vol. VIII.

37 J. Savonarole, Prediche sopra Aggeo, op. cit., XVIII, p. 307.

38 Ibid., p. 308. Voir aussi Id., Prediche sopra Ruth e Michea, V. Romano éd., Rome, Angelo Belardetti, 1962, V, vol. I, p. 142.

39 Id., Prediche sopra i Salmi, op. cit., III, vol. I, p. 46.

40 Id., Prediche sopra Ezechiele, R. Ridolfi éd., Rome, Angelo Belardetti, 1955, VI, vol. I, p. 69 ; Id., Prediche sopra Aggeo, op. cit., I, p. 4 ; Id., Prediche sopra Amos, op. cit., XXXIII, vol. II, p. 423 ; Id., Prediche sopra Ruth, op. cit., XXVI, vol. I, p. 329 et XVII, vol. II, p. 51.

41 M. Bouttier, « Quand Jésus parle de vérité, quand Jésus parle en vérité », Autres Temps : cahiers d’éthique sociale et politique, no 58, 1998, p. 75.

42 J. Savonarole, Prediche sopra Ruth e Michea, op. cit., II, vol. I, p. 56.

43 Id., Prediche sopra Ezechiele, op. cit., XIII, vol. I, p. 170. Voir Thomas d’Aquin, Somme contre les gentils, R. Bernier, M. Corvez, M. J. Gerlaud et al. trad., Paris, Cerf, 1993, I, 3.

44 J. Savonarole, Prediche sopra i Salmi, op. cit., III, vol. I, p. 41. Voir aussi Id., Prediche sopra Giobbe, op. cit., XXXVII, vol. II, p. 220 et Id., Prediche sopra Aggeo, op. cit., XXI, p. 378.

45 Sur l’importance de la vision chez Savonarole, voir J.-M. Rivière, « Le “bruit visuel” dans les Sermons sur Aggée de Savonarole », Cahiers d’études italiennes, no 29, 2019. En ligne : [https://journals.openedition.org/cei/6105] (consulté le 02/11/2019). Sur les liens entre rhétorique verbale et rhétorique visuelle, voir, dans ce même volume, les conclusions d’Estelle Doudet. En ligne : [https://journals.openedition.org/cei/5600] (consulté le 02/11/2019).

46 B. Cerretani, Storia fiorentina, G. Berti éd., Florence, Olschki, 1994, p. 193.

47 J. Savonarole, Prediche sopra Aggeo, op. cit., II, p. 34-35.

48 Voir entre autres sur ce point L. Bolzoni, « Descrizione come educazione dello sguardo nei predicatori e nei mistici fra il Duecento e il Quattrocento », dans A.-L. Desmas éd., La description de l’œuvre d’art : du modèle classique aux variations contemporaines, Rome, Paris, Académie de France, Somogy, 2004, p. 3-20.

49 E. Doudet, art. cité.

50 J. Savonarole, Verità della profezia, op. cit., p. 99.

51 Id., Prediche sopra Giobbe, op. cit., X, vol. I, p. 172.

52 Loc. cit.

53 Sur cette question peut-être parfois trop négligée du martyre, voir C. Terreaux-Scotto, « “Uno cappello di sangue”. Formes du martyre chez Savonarole », dans Martyr et martyre : évolutions et variations dans la Chrétienté de l’Europe occidentale, du haut Moyen Âge au XVIe siècle, I. Fernandes éd., Les Cahiers Pourpres, à paraître en 2020.

54 D. Laroche-Bouvy, « Les pauses et les silences dans l’interaction verbale », Langage et société, no 29, 1984, p. 27-37.

55 Voir à ce sujet M. Versiero, « Efficacia retorica e politica delle metafore animalistiche nella predicazione di Savonarola. Il caso della Crocifissione mistica di Botticelli », Cahiers d’études italiennes, no 29, 2019. En ligne : [https://journals.openedition.org/cei/6074] (consulté le 02/11/2019).

56 J. Savonarole, Prediche sopra i Salmi, op. cit., VI, vol. I, p. 102-103. Voir aussi Id., Prediche sopra Aggeo, op. cit., XXI, p. 381.

57 Id., Verità della profezia, op. cit., p. 101. C’est moi qui souligne.

58 G. F. Pico della Mirandola, Vita di Hieronimo Savonarola (volgarizzamento anonimo), R. Castagnola éd., Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 1998, p. 21. On trouve le texte en latin dans l’édition suivante : Id., Vita Hieronymi Savonarolæ, E. Schisto éd., Florence, Olschki, 1999.

59 J. Savonarole, Il quaresimale del 1491: la certezza profetica di un mondo nuovo, testo latino secondo l’autografo con traduzione italiana a fronte, A. F. Verde et E. Giaconi éd., Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2001, p. 11.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Savonarole prêchant dans le dôme de Florence
Légende Xylographie extraite de J. Savonarole, Compendio di rivelazioni, ad instanti di ser Piero Pacini da Pescia, Florence, 23 avril 1496. Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze, Sav. 146, f. a1 ro.
Crédits © Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze
URL http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/docannexe/image/5277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Terreaux-Scotto, « Savonarole : les mots et les gestes d’un prédicateur », Laboratoire italien [En ligne], 25 | 2020, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/5277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/laboratoireitalien.5277

Haut de page

Auteur

Cécile Terreaux-Scotto

Université Grenoble-Alpes • Maître de conférences hors classe à l’université Grenoble-Alpes, membre du LUHCIE, Cécile Terreaux-Scotto est ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégée d’italien. Elle enseigne la langue, la littérature et la civilisation de la Renaissance italienne. Ses recherches portent sur la pensée politique pendant les guerres d’Italie, l’histoire de la famille, la traduction et la prédication de Savonarole. Elle a publié en 2015 chez Droz Les âges de la vie dans la pensée politique florentine (ca 1480-1532) et a dirigé avec Jean-Marc Rivière un numéro des Cahiers d’études italiennes intitulé L’art de la prédication au XVe siècle : efficacité rhétorique et figurative (no 29, 2019). Auteur de nombreux articles sur Savonarole, elle prépare une étude sur les liens entre rhétorique et politique dans ses sermons.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search